Pierre Bourgeade  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Pierre Bourgeade (November 8, 1927 - March 12, 2009) was a French writer, novelist, dramatist, poet, screenwriter, journalist, literary critic and writer. Rita Renoir met with her first critical success was in the theatrical piece Les Immortelles by Bourgeade. Descendant of Jean Racine his philosophy is ostensibly influenced by Sade and Georges Bataille. "Scandalous" author of the 1960, he explores his favorite themes: history, grand destinies, sex and eroticism, loneliness as well as the impossibility of self-knowledge. Friend of Man Ray and Pierre Molinier, Pierre Bourgeade als was a nude photographer, author of "romans noir".

He wrote for French film magazines Positif and L'Écran français.

He is known to write in the category black comedy.

He participated in Peter Weibel's project Phantom of Desire.

He won the Prix Sade in 2007.

He wrote prefaces for such authors as Stéphen Lévy-Kuentz and most recently Medi Holtrop.


Contents

Bibliography

Romans

  • 1966 : les Immortelles (Gallimard, "Le Chemin")
  • 1968 : La Rose rose (Gallimard "Le Chemin")
  • 1969 : New York Party (Gallimard "Le Chemin")
  • 1973 : L'Aurore boréale (Gallimard "Le Chemin")
  • 1977 : L'Armoire (Gallimard "Blanche" - rééd. Folio n° 2446)
  • 1978 : Une ville grise (Gallimard "Le Chemin")
  • 1979 : Le Camp (Gallimard "Le Chemin")
  • 1981 : Le Football, c'est la guerre poursuivie par d'autres moyens (Gallimard)
  • 1983 : Les Serpents (Gallimard "Le Chemin" - rééd. Folio n° 1704)
  • 1984 : La Fin du monde (Denoël "L'Infini")
  • 1985 : Mémoires de Judas (Gallimard "Le Chemin")
  • 1987 : Sade, Sainte Thérèse (Gallimard "Blanche")
  • 1989 : L'Empire des livres (Gallimard "Blanche" - rééd. Folio n° 2319)
  • 1998 : Les Âmes juives (Tristram - rééd. Pocket n° 10669)
  • 1999 : Warum (Tristram - rééd. Pocket n° 11025)
  • 2001 : L'Éternel mirage (Tristram)
  • 2004 : Les Comédiens (Tristram)

Romans noirs

  • 1986 : La Rondelle (Mercure de France "Crime parfait")
  • 1998 : Pitbull (Gallimard "Série Noire" n° 2481)
  • 1999 : Téléphone rose (Gallimard "Série Noire" n° 2528)
  • 2001 : En avant les singes ! (Gallimard "Série Noire" n° 2625)
  • 2001 : Gab save the Di (Baleine "Le Poulpe")
  • 2004 : Crashville (Flammarion)
  • 2006 : Ramatuelle (Tristram)
  • 2008 : Ça n'arrive qu'aux mourants (La Branche "Suite noire" n° 26)

Recueils de nouvelles

  • 1966 : Les Immortelles (Gallimard "Le Chemin" - rééd. Folio n° 1168)
  • 1995 : Éros mécanique (Gallimard "L'Infini" - rééd. Folio n° 2989)
  • 1997 : Cybersex et autres nouvelles (Ed. Blanche)
  • 1998 : L'Argent (Gallimard "L'Infini")
  • 2000 : L'Autre face, avec Marie L. (Arléa)
  • 2003 : Les Boxeurs (Tristram)
  • 2007 : Rêves de femmes, ill. de Willem (Tristram)
  • 2008 : Animamours, ill. de Marie Morel (Éditions Humus, coll. Eros-Oser) - ISBN 2-940-127-43-3

Essais, livres d'entretiens

  • 1971 : Violoncelle qui résiste (Le Terrain Vague)
  • 1972 : Bonsoir, Man Ray (Belfond)
  • 1979 : La France à l'abattoir (Ramsay)
  • 1991 : Chronique du français quotidien (Belfond)
  • 2003 : L'Objet humain (Gallimard "L'Infini")

Théâtre publié

  • 1968 : Les Immortelles (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin"). D'après le recueil de nouvelles
  • 1973 : Deutsches Requiem (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin")
  • 1975 : Orden (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin")
  • 1977 : Étoiles rouges (L'Avant-scène Théâtre n° 604, 15/02/1977)
  • 1980 : Le Procès de Charles Baudelaire suivi de Palazzo Mentale et de Fragments pour Guevara (Jacques-Marie Laffont)
  • 1989 : Le Camp (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin"). D'après le roman.
  • 1995 : L'Autorisation (= Le Passeport) (L'Avant-scène Théâtre n° 968, 15/04/1995)
  • 2002 : Erzébet Bathory (Variable)
  • 2002 : Berlin 9 novembre (L'Avant-scène Théâtre "Collection des quatre-vents")
  • 2004 : Charenton. In Les Comédiens (Tristram)

Photographie

  • 2007 : Rayographies (Higgins) portfolio faisant suite à l'exposition à la Galerie Christian Arnoux

Ouvrages préfacés

  • Une forêt de symboles : la poésie. Paris, L’Aventurine - les Éd. du Carrousel, 1999, 650 p. ISBN 2-7456-0066-4. Coll. "Une petite anthologie littéraire". Préf. p. 7-11.
  • AUTRAND, Charles. One way : poèmes. Paris, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 1970, 50 p. Coll. "Poètes contemporains". Préf. p. 11-17.
  • BLUM, Léon. Le Dernier mois. Paris, Arléa, 2000, 95 p. ISBN 2-86959-506-9. Préf. p. 5-9.
  • BOISGEL, Valérie. De l’aube à la nuit. Paris, Éd. Blanche, 2004, 139 p. Coll. "Bibliothèque Blanche" n° 32. ISBN 2-84628-076-2. Préf. p. 9-11.
  • BOISGEL, Valérie. Captive. Paris, Éd. Blanche, 2005, 138 p. Coll. "Bibliothèque Blanche". ISBN 2 84628 112 2. Préf. p. 9 [12]. Réed. J’ai lu, 2008, 93 p. ISBN 978-2-290-01151-5. Préf. p. 7-[9].
  • DAX-BOYER, Françoise & LONSDALE, Michael. L'Éden avant après. Paris, l’Amandier, 2008, 47 p. Coll. "Le Voir Dit". ISBN 978-2 35516-053-0. Préf. p. 9.
  • DEBAILLE, Lucile. La Petite musique d'Éros. Paris, Ornicar, 2000. ISBN 2-913888-07-0. Rééd. le Cercle, 2003, 151 p. Coll. "Le Cercle Poche" n° 36. ISBN 2-913563-75-9. Préf. p. 7 8.
  • FOUCAULT, Annick. Françoise maîtresse : récit. Paris, Gallimard, 1994, 188 p. Coll. "Digraphe". ISBN 2-07-073834-5. Préf. p. VII-[IX].
  • FRANCE, Anatole. L'île des pingouins. Paris, Messidor, 1990, 380 p. Coll. "Les Grands romans de la liberté" n° 7. ISBN 2 209-06309-3 (erroné). Préf. p. 11–17.
  • FUR, Gala. Séances. Paris, la Musardine, 2002, 140 p. ISBN 2 84271-169-6. Préf. p. 7-[10]. Rééd. la Musardine, 2006, 157 p. ISBN 2-84271-305-2. Coll. « Lectures amoureuses de Jean-Jacques Pauvert » n° 93. Préf. p. 7-[10].
  • GASSEL, Nathalie. Éros androgyne : journal d’une femme athlétique. Namur, Éd. de l’Acanthe, 2000, 104 p. Coll. "L’Instant". ISBN 2 930219 47 5. Préf. p. [9] 11. Rééd. le Cercle, 2001, 92 p. Coll. "Le Cercle Poche" n° 20. ISBN 2 913563-37-6. Préf. p. 5-8.
  • HENRIC, Jacques & AMAT, Jorge. Obsessions nocturnes. Paris, E-dite, 2006, 121 p. ISBN 2-84608-194-8. Préf. p. 9-12.
  • HOLTROP, Medi. Plaisir. Rieux-Volvestre, Orbis Pictus Club, 2008, [152] p. ISBN 978-2-913063-29-7. Préf. p. [3-9].
  • IONESCO, Irina. Cent photos érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1982, 110 p. Coll. "Images Obliques".
  • IONESCO, Irina. Cent onze photographies érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1981, 111 p. Coll. "Images Obliques" n° 6. ISBN 2-8638-0011-6
  • IONESCO, Irina. Le Divan, portfolio. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1981, 8 p.-12 f. de pl. Préf. p. 3-7.
  • IONESCO, Irina. Passions. Paris : Pink Star éd. ; Nyons : Le Club de livre secret, 1984, 78 p. ISBN 2-90390105-8. Préf. p. 4-5, 6-7.
  • KLASEN, Peter. Peter Klasen : oxidezing agent : tableaux objets choisis = chosen paintings objects : 1960 1990, catalogue d’exposition. Paris, Galerie Louis Carré & Cie - Galerie Enrico Navarra, 1991, 96 p. Préf. p. 7.
  • KUNIYOSHI, Kaneko. Les Jeux, nouvelle illustrée par l'auteur, traduite du japonais par Pierre Bourgeade. Coéd. Shinchosha (Tokyo) et Galerie À l’Enseigne des Oudin (Paris), 1997, 100 p.
  • L., Marie. Confessée. Castelnau le Lez, Climats, 1996, 157 p. Coll. "Arc en ciel". ISBN 2-841-58045-8. Rééd. la Musardine, 2000, 158 p. Coll. "Lectures amoureuses de Jean Jacques Pauvert" n° 34. ISBN 2-8427-1055-X. Préf. p. 5-12.
  • L., Marie. Noli me tangere : ne me touche pas. Paris, la Musardine, 2001, 87 p. Coll. "Carmina". ISBN 2 84271-122-X
  • LE SAGE, Patrick. Journal d'un maître. Paris, Flammarion, 2005, 279 p. Coll. "Grands conflits du XX° siècle". ISBN 2-08-068620-8. Préf. p. 9-[19].
  • LÉVY-KUENTZ, Stéphan. Sur le football. Paris, Méréal, 1998, 66 p. Coll. "Citoyenne". ISBN 2-909310-73-6. Préf. p. 9-11.
  • LÉVY-KUENTZ, Stéphan. Tu me fais mal avec ton coude. Monaco, Éd. du Rocher, 2006, 92 p. ISBN 2-268-05922-7. Préf. p. 9-[10].
  • MACCHERONI, Henri. Un après midi chez Pierre Molinier. Bordeaux, Opales-Pleine page éditeurs, 2005, 45 p. Préf. p. 7-11.
  • MARC, Alain. Écrire le cri. Orléans, l'Écarlate, 2000, 182 p. Préf. p. [VII]-XI. ISBN 2-910142-04-3
  • MENCHIOR, Rachel. Dessins érotiques de Menchior. Paris, Éd. Éric Losfeld, 1971, 150 p.
  • MOLINIER, Pierre. Cent photographies érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie et Michel Camus, 1979, 112 p. Coll. "Images obliques" n° 4. Préf. p. 9-15.
  • RIMBAUD, Arthur. Les Vingt plus beaux poèmes. Paris, Librairie Gibert Joseph, 1991, 82 p. Coll. "La Substantifique moelle". ISBN 2-908959-12-7. Préf. p. 7-8.
  • RAY, Man. Bonsoir, Man Ray. Paris, Maeght, 2002, 131 p. Coll. "Chroniques anachroniques". ISBN 2-86941-301-7. Préf. p. 7-11.
  • SIMÉON, Jean-Pierre. Matière nuit. Bordeaux, le Castor Astral, 1997, 68 p. Coll. "Littératures". ISBN 2-85920-296-X. Préf. p. [9]-11.

French profile

Pierre Bourgeade (né le 7 novembre 1927 à Morlanne et décédé le 12 mars 2009) est un homme de lettres français à la fois romancier, dramaturge, poète, scénariste, journaliste, critique littéraire et photographe. Descendant de Jean Racine, il est aussi le beau-frère de l'écrivaine Paule Constant.

Pierre Bourgeade a développé une œuvre polymorphe largement placée sous l’héritage de Sade et de Georges Bataille. Auteur « scandaleux » des années 1960, il explore, au fil d’un style alerte et efficace, presque blanc, ses thèmes de prédilection : l’Histoire, les grands destins, le sexe et l'érotisme, la solitude, l'impossibilité de se connaître soi-même... Ami de Man Ray et de Pierre Molinier, Pierre Bourgeade a également photographié du nu, en noir et blanc. Prolixe auteur de romans noirs, il a notamment été récompensé du Grand Prix Paul-Féval de littérature populaire par la Société des Gens de Lettres en 1998 pour Pitbull.

Biographie

Une enfance marquée par la guerre d'Espagne

Pierre Bourgeade naît le 7 novembre 1927 à Morlanne (petit village situé dans les Pyrénées-Atlantiques). Son père, Eugène Bourgeade, receveur-percepteur des impôts, descend d’un Bourgeade ferblantier et colporteur dans le Cantal ; sa mère, Henriette Navarron, est une descendante de Jean Racine<ref>« Une fille de Louis Racine, le fils de Jean Racine, épousa un Basque… un d’Harriague, de Bayonne, l’ancêtre de ma propre grand-mère maternelle. C’est par les femmes, mais c’est en droite ligne ». BOURGEADE (Pierre). L’Objet humain : entretiens avec Sylvie Martigny et Jean-Hubert Gailliot. Paris, Gallimard, 2003, p. 125. Coll. « L’Infini ».</ref> L’auteur assure qu’il fut poussé à la littérature par les coups de canon qu’il entendit, enfant, dans les années 1936, de l’autre côté de la montagne. Les Espagnols, en fervents partisans du Christ ou de la Faucille, s’étripaient. L’écolier appliqué acheta un cahier sur lequel il rapporta, jour après jour, cartes et photographies à l’appui, le détail méticuleux de ces massacres. Paysans abattus comme bois mort, religieuses déterrées puis fusillées. Ces faits, pensait l’enfant, ensemençaient son esprit par le pire. Naïveté ! Moins de quatre ans après, la tragédie voisine devenait la nôtre, incomparablement plus obscène et sanglante, ce que l’humble écolier (image, on le voit, de l’humanité entière) eût été bien en peine de prévoir.

Le collège chrétien (Saint-Louis-de-Gonzague à Bayonne), où l’enfant peine sur les auteurs latins et grecs, est occupé par les Allemands. Soldats et collégiens mangent coude à coude au réfectoire. Odeur puissante d’hommes, odeur de mort. Le père, modeste fonctionnaire, est chaînon anonyme d’une longue suite de passeurs, faisant évader vers l’Espagne. L’enfant chaque nuit tremble. On a parlé de « camps ». L’innommable, l’horreur sont le pain quotidien de la rêverie.

Aux jours fiévreux de la Libération, on retrouve l’auteur allongé sur une prostituée, angoissé, ne sachant si l’homme amoureux doit insérer ses deux jambes entre les jambes largement ouvertes de la femme (la manière dont on dit, en prosodie classique, que rimes masculines et rimes féminines sont embrassées), ou s’il doit entremêler ses jambes de la femme (à la manière dont on dit que ces rimes sont alternées). Ce jeune homme est vraiment « un littéraire » !

Relatant ses souvenirs d’enfance et de jeunesse (La Rose rose), l’auteur fut conduit, pour être sincère, à rédiger en partie son livre à la troisième personne du pluriel.

Débuts littéraires

Son premier manuscrit, Les Immortelles, où il est beaucoup question de femmes, met dix ans à trouver un éditeur. Refusé partout, il tombe entre les mains de Georges Lambrichs, directeur du Chemin, qui en décide aussitôt la publication. Jours de joie, pour l’auteur, « seconde naissance » qu’accompagne une crise de dysenterie. Maurice Nadeau, rendant compte du livre dans La Quinzaine littéraire, en situe l’auteur, dont il ignore tout, dans la mouvance de Breton et de Bataille, astres morts, est-il besoin de le préciser, sans avoir laissé de filiation. Mais Nadeau pressent que l’œuvre à venir s’alimentera aux terreurs de l’histoire et du sexe (d’où la référence à Bataille), passées au laminoir de l’écriture (d’où la référence à Breton). L’auteur gardera longtemps sur lui cet article qui dessine idéalement le futur.

Dans les années 1965-1970, cependant, un tel projet s’annonce mal. La scène parisienne est tout entière occupée du futile débat entre tenants du roman traditionnel et tenants du Nouveau Roman, que l’auteur récemment apparu renvoie dos à dos dans un article assez vif que publie, en son numéro 100, La Quinzaine littéraire. Le débat n’a pas lieu, l’establishment se réfugiant dans l’anathème. Déclaré par les uns « Mallarmé rouge », Bourgeade est pour d’autres « fasciste dans sa procédure imaginaire », mystérieux jugement qui en dit long sur des théologiens pris de court. Lui s’en remet sagement à l’avenir. Vingt ans après, les faits lui ont donné raison. Dès les années 1965-1970, de nombreux écrivains se sont engouffrés dans le vide laissé par la théorie. Chacun à sa manière a découvert les axes d’une « littérature du 3Template:E type » qui jalonne la fin de ce siècle. La thèse en vogue voulait ne connaître que le regard, le présent, l’ « écriture blanche ». Or chacun réinvente pour son compte l’historicité, l’Éros, l’écriture tout court, aussi bien ascèse que folie.

Œuvre

Thématiques de l'œuvre de Pierre Bourgeade

Entre histoire et fiction, érotisme et sacré, l’œuvre de Pierre Bourgeade offre au lecteur curieux les charmes de l’hésitation. L’auteur reste fidèle au récit des excès que l’histoire, soucieuse de lui épargner toute redite, prend soin de régulièrement renouveler. Le sexe et son démon, la solitude, tiennent leur juste place dans ce monde en décomposition que l’auteur s’attache à décrire dans sa plus étroite réalité, porte dérobée du fantastique. L’écriture serait-elle le salut ? Trahison elle-même, comparée à l’action, elle referme un cercle si vicieux qu’on est tenté d’en rire, malgré soi. Que serait l’horreur, sans l’ironie ?

Rire mis à part, l’âme de ces textes est la compassion. Mercenaire par loyauté (L’Armoire), tortionnaire par fidélité (Les Serpents), bourreau par pureté (Le Camp), se damnant par charité (Sade Sainte Thérèse), le héros bourgeadien apparaît comme un monstre d’innocence. À la réflexion près, on l’aimerait.

Le théâtre de Pierre Bourgeade

Au théâtre, l’aventure de Bourgeade est identique. Il arrive au moment où les sages annoncent, après le succès du « théâtre de l’absurde », l’impossibilité de l’acte théâtral. Qui attendit Godot n’attend plus rien. Évidente raison d’une résurrection qui n’eut d’égale, en ces vingt ans, que l’explosion littéraire ! L’auteur en pris sa part, portant à la scène thèmes et formes qu’il avait travaillé dans le roman. Orden (créé au XXVTemplate:E Festival d'Avignon avec Lavelli et Arrigo) introduisit le théâtre musical, nouvel avatar de l’opéra. Deutsches Requiem (avec Daniel Benoin) tentait un renouveau du théâtre politique. Palazzo Mentale (avec Georges Lavaudant) introduisit le théâtre du fantasme, célébrant en sept langues mêlées – français, allemand, italien, espagnol, anglais, tchèque, yiddish – agitées dans le crâne vide des Borges, des Dantes ou des Kafka, l’écroulement de la culture.

La photographie de Pierre Bourgeade

Fidèle à ses thèmes littéraires, Bourgeade a surtout photographié du nu, en noir et blanc. Il a été ami de plusieurs photographes, notamment Man Ray<ref>Galerie Marion Meyer, Expositions, Man Ray, L'énigme photographique</ref> avec qui il a réalisé quelques entretiens et Pierre Molinier auquel il a consacré quelques textes.

Ultime précision : l’auteur écrit des poèmes, érotiques souvent, et toujours en vers de sept pieds.

Récompenses

Citations

Propos recueillis dans le cadre d'entretiens

  • « L’essentiel pour un écrivain est d’arriver au mystère par la clarté. »<ref>Le Monde, 20 novembre 1998, p. 5</ref>
  • « Le sexe et les événements politiques me fascinent. L’écrivain érotise le monde. Écrire est un acte politique. Je n’ai jamais été inscrit à un parti mais je me crois foncièrement un homme de gauche – d’extrême gauche ».
  • « Écrire est le désir de toute une vie, une passion essentielle qui dévore toutes les autres. Cela n’est pas très original, mais peut-on être écrivain d’une autre manière ? »

Citations extraites de ses œuvres

  • « Si le Bon Dieu existait, qu’il eût fourgué dans sa poubelle quelques tonnes d’acier, de verre, de béton, mélangé à tout ça quarante races humaines et renversé sa poubelle dans l’Hudson, alors il eût créé New York. […] Salut New York ! salut, vierge rigide aux angles de l’Hudson et salut, poubelle renversée. Et salut, frères rats qui fouillez la poubelle. »<ref>Pierre Bourgeade. New York Party. Gallimard, 1969.</ref>
  • Template:Citation

Bibliographie

Romans

  • 1966 : "les Immortelles" (Gallimard, "Le Chemin")
  • 1968 : La Rose rose (Gallimard "Le Chemin")
  • 1969 : New York Party (Gallimard "Le Chemin")
  • 1973 : L'Aurore boréale (Gallimard "Le Chemin")
  • 1977 : L'Armoire (Gallimard "Blanche" - rééd. Folio n° 2446)
  • 1978 : Une ville grise (Gallimard "Le Chemin")
  • 1979 : Le Camp (Gallimard "Le Chemin")
  • 1981 : Le Football, c'est la guerre poursuivie par d'autres moyens (Gallimard)
  • 1983 : Les Serpents (Gallimard "Le Chemin" - rééd. Folio n° 1704)
  • 1984 : La Fin du monde (Denoël "L'Infini")
  • 1985 : Mémoires de Judas (Gallimard "Le Chemin")
  • 1987 : Sade, Sainte Thérèse (Gallimard "Blanche")
  • 1989 : L'Empire des livres (Gallimard "Blanche" - rééd. Folio n° 2319)
  • 1998 : Les Âmes juives (Tristram - rééd. Pocket n° 10669)
  • 1999 : Warum (Tristram - rééd. Pocket n° 11025)
  • 2001 : L'Éternel mirage (Tristram)
  • 2004 : Les Comédiens (Tristram)

Romans noirs

  • 1986 : La Rondelle (Mercure de France "Crime parfait")
  • 1998 : Pitbull (Gallimard "Série Noire" n° 2481)
  • 1999 : Téléphone rose (Gallimard "Série Noire" n° 2528)
  • 2001 : En avant les singes ! (Gallimard "Série Noire" n° 2625)
  • 2001 : Gab save the Di (Baleine "Le Poulpe")
  • 2004 : Crashville (Flammarion)
  • 2006 : Ramatuelle (Tristram)
  • 2008 : Ça n'arrive qu'aux mourants (La Branche "Suite noire" n° 26)

Recueils de nouvelles

Image:Bourgeade et Willem.jpg
Pierre Bourgeade et Willem en séance de dédicace à la librairie L'Arbre à lettres, janvier 2008, Paris
  • 1966 : Les Immortelles (Gallimard "Le Chemin" - rééd. Folio n° 1168)
  • 1995 : Éros mécanique (Gallimard "L'Infini" - rééd. Folio n° 2989)
  • 1997 : Cybersex et autres nouvelles (Ed. Blanche)
  • 1998 : L'Argent (Gallimard "L'Infini")
  • 2000 : L'Autre face, avec Marie L. (Arléa)
  • 2003 : Les Boxeurs (Tristram)
  • 2007 : Rêves de femmes, ill. de Willem (Tristram)
  • 2008 : Animamours, ill. de Marie Morel (Éditions Humus, coll. Eros-Oser) - ISBN 2-940-127-43-3

Essais, livres d'entretiens

  • 1971 : Violoncelle qui résiste (Le Terrain Vague)
  • 1972 : Bonsoir, Man Ray (Belfond)
  • 1979 : La France à l'abattoir (Ramsay)
  • 1991 : Chronique du français quotidien (Belfond)
  • 2003 : L'Objet humain (Gallimard "L'Infini")

Théâtre publié

  • 1968 : Les Immortelles (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin"). D'après le recueil de nouvelles
  • 1973 : Deutsches Requiem (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin")
  • 1975 : Orden (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin")
  • 1977 : Étoiles rouges (L'Avant-scène Théâtre n° 604, 15/02/1977)
  • 1980 : Le Procès de Charles Baudelaire suivi de Palazzo Mentale et de Fragments pour Guevara (Jacques-Marie Laffont)
  • 1989 : Le Camp (Gallimard "Le Manteau d'Arlequin"). D'après le roman.
  • 1995 : L'Autorisation (= Le Passeport) (L'Avant-scène Théâtre n° 968, 15/04/1995)
  • 2002 : Erzébet Bathory (Variable)
  • 2002 : Berlin 9 novembre (L'Avant-scène Théâtre "Collection des quatre-vents")
  • 2004 : Charenton. In Les Comédiens (Tristram)

Photographie

  • 2007 : Rayographies (Higgins) portfolio faisant suite à l'exposition à la Galerie Christian Arnoux

Ouvrages préfacés

  • Une forêt de symboles : la poésie. Paris, L’Aventurine - les Éd. du Carrousel, 1999, 650 p. ISBN 2-7456-0066-4. Coll. "Une petite anthologie littéraire". Préf. p. 7-11.
  • AUTRAND, Charles. One way : poèmes. Paris, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 1970, 50 p. Coll. "Poètes contemporains". Préf. p. 11-17.
  • BLUM, Léon. Le Dernier mois. Paris, Arléa, 2000, 95 p. ISBN 2-86959-506-9. Préf. p. 5-9.
  • BOISGEL, Valérie. De l’aube à la nuit. Paris, Éd. Blanche, 2004, 139 p. Coll. "Bibliothèque Blanche" n° 32. ISBN 2-84628-076-2. Préf. p. 9-11.
  • BOISGEL, Valérie. Captive. Paris, Éd. Blanche, 2005, 138 p. Coll. "Bibliothèque Blanche". ISBN 2 84628 112 2. Préf. p. 9 [12]. Réed. J’ai lu, 2008, 93 p. ISBN 978-2-290-01151-5. Préf. p. 7-[9].
  • DAX-BOYER, Françoise & LONSDALE, Michael. L'Éden avant après. Paris, l’Amandier, 2008, 47 p. Coll. "Le Voir Dit". ISBN 978-2 35516-053-0. Préf. p. 9.
  • DEBAILLE, Lucile. La Petite musique d'Éros. Paris, Ornicar, 2000. ISBN 2-913888-07-0. Rééd. le Cercle, 2003, 151 p. Coll. "Le Cercle Poche" n° 36. ISBN 2-913563-75-9. Préf. p. 7 8.
  • FOUCAULT, Annick. Françoise maîtresse : récit. Paris, Gallimard, 1994, 188 p. Coll. "Digraphe". ISBN 2-07-073834-5. Préf. p. VII-[IX].
  • FRANCE, Anatole. L'île des pingouins. Paris, Messidor, 1990, 380 p. Coll. "Les Grands romans de la liberté" n° 7. ISBN 2 209-06309-3 (erroné). Préf. p. 11–17.
  • FUR, Gala. Séances. Paris, la Musardine, 2002, 140 p. ISBN 2 84271-169-6. Préf. p. 7-[10]. Rééd. la Musardine, 2006, 157 p. ISBN 2-84271-305-2. Coll. « Lectures amoureuses de Jean-Jacques Pauvert » n° 93. Préf. p. 7-[10].
  • GASSEL, Nathalie. Éros androgyne : journal d’une femme athlétique. Namur, Éd. de l’Acanthe, 2000, 104 p. Coll. "L’Instant". ISBN 2 930219 47 5. Préf. p. [9] 11. Rééd. le Cercle, 2001, 92 p. Coll. "Le Cercle Poche" n° 20. ISBN 2 913563-37-6. Préf. p. 5-8.
  • HENRIC, Jacques & AMAT, Jorge. Obsessions nocturnes. Paris, E-dite, 2006, 121 p. ISBN 2-84608-194-8. Préf. p. 9-12.
  • HOLTROP, Medi. Plaisir. Rieux-Volvestre, Orbis Pictus Club, 2008, [152] p. ISBN 978-2-913063-29-7. Préf. p. [3-9].
  • IONESCO, Irina. Cent photos érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1982, 110 p. Coll. "Images Obliques".
  • IONESCO, Irina. Cent onze photographies érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1981, 111 p. Coll. "Images Obliques" n° 6. ISBN 2-8638-0011-6
  • IONESCO, Irina. Le Divan, portfolio. Nyons, Éd. Roger Borderie, 1981, 8 p.-12 f. de pl. Préf. p. 3-7.
  • IONESCO, Irina. Passions. Paris : Pink Star éd. ; Nyons : Le Club de livre secret, 1984, 78 p. ISBN 2-90390105-8. Préf. p. 4-5, 6-7.
  • KLASEN, Peter. Peter Klasen : oxidezing agent : tableaux objets choisis = chosen paintings objects : 1960 1990, catalogue d’exposition. Paris, Galerie Louis Carré & Cie - Galerie Enrico Navarra, 1991, 96 p. Préf. p. 7.
  • KUNIYOSHI, Kaneko. Les Jeux, nouvelle illustrée par l'auteur, traduite du japonais par Pierre Bourgeade. Coéd. Shinchosha (Tokyo) et Galerie À l’Enseigne des Oudin (Paris), 1997, 100 p.
  • L., Marie. Confessée. Castelnau le Lez, Climats, 1996, 157 p. Coll. "Arc en ciel". ISBN 2-841-58045-8. Rééd. la Musardine, 2000, 158 p. Coll. "Lectures amoureuses de Jean Jacques Pauvert" n° 34. ISBN 2-8427-1055-X. Préf. p. 5-12.
  • L., Marie. Noli me tangere : ne me touche pas. Paris, la Musardine, 2001, 87 p. Coll. "Carmina". ISBN 2 84271-122-X
  • LE SAGE, Patrick. Journal d'un maître. Paris, Flammarion, 2005, 279 p. Coll. "Grands conflits du XX° siècle". ISBN 2-08-068620-8. Préf. p. 9-[19].
  • LÉVY-KUENTZ, Stéphan. Sur le football. Paris, Méréal, 1998, 66 p. Coll. "Citoyenne". ISBN 2-909310-73-6. Préf. p. 9-11.
  • LÉVY-KUENTZ, Stéphan. Tu me fais mal avec ton coude. Monaco, Éd. du Rocher, 2006, 92 p. ISBN 2-268-05922-7. Préf. p. 9-[10].
  • MACCHERONI, Henri. Un après midi chez Pierre Molinier. Bordeaux, Opales-Pleine page éditeurs, 2005, 45 p. Préf. p. 7-11.
  • MARC, Alain. Écrire le cri. Orléans, l'Écarlate, 2000, 182 p. Préf. p. [VII]-XI. ISBN 2-910142-04-3
  • MENCHIOR, Rachel. Dessins érotiques de Menchior. Paris, Éd. Éric Losfeld, 1971, 150 p.
  • MOLINIER, Pierre. Cent photographies érotiques. Nyons, Éd. Roger Borderie et Michel Camus, 1979, 112 p. Coll. "Images obliques" n° 4. Préf. p. 9-15.
  • RIMBAUD, Arthur. Les Vingt plus beaux poèmes. Paris, Librairie Gibert Joseph, 1991, 82 p. Coll. "La Substantifique moelle". ISBN 2-908959-12-7. Préf. p. 7-8.
  • RAY, Man. Bonsoir, Man Ray. Paris, Maeght, 2002, 131 p. Coll. "Chroniques anachroniques". ISBN 2-86941-301-7. Préf. p. 7-11.
  • SIMÉON, Jean-Pierre. Matière nuit. Bordeaux, le Castor Astral, 1997, 68 p. Coll. "Littératures". ISBN 2-85920-296-X. Préf. p. [9]-11.

Notes

Template:Références

Voir aussi

Bibliographe critique

Articles connexes





Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Pierre Bourgeade" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools