The Physiology of Taste  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

(Redirected from Physiologie du goût)
Jump to: navigation, search

"You are what you eat"--The Physiology of Taste (1825) by Jean Anthelme Brillat-Savarin


"Brillat, as Honoré de Balzac correctly refers to him in the only profile written when people actually knew the man, had been a previously published author, but his writings are a motley list – an archeology of the mountains of his childhood, two papers on judicial theory, an essay on political economy and another on duelling (some pornographic stories remained unpublished) – and betray nothing of the long hours he was otherwise devoting to the contemplation of his dinner." --introduction to 21st century English edition

{{Template}} Physiologie du Goût (1825, English: The Physiology of Taste) is a book by Jean Anthelme Brillat-Savarin published in December 1825, two months before his death.

The full title reads Physiologie du Goût, ou Méditations de Gastronomie Transcendante; ouvrage théorique, historique et à l'ordre du jour, dédié aux Gastronomes parisiens, par un Professeur, membre de plusieurs sociétés littéraires et savantes. Its most notable English translation was done by food writer and critic M. F. K. Fisher, who remarked "I hold myself blessed among translators." Her translation was first published in 1949.

See also

Full text (in English)

THE PHYSIOLOGY OF TASTE;

OR,

TRANSCENDENTAL GASTRONOMY.


ILLUSTRATED BY ANECDOTES OF DISTINGUISHED ARTISTS AND STATESMEN OF


BOTH CONTINENTS. BY BRILLAT SAVARIN.



TRANSLATED FROM THE LAST PARIS EDITION BY FAYETTE ROBINSON.



CONTENTS.



APHORISMS of the Professor to serve as Prolegomena to his work, and Eternal basis of the Science,

DIALOGUE, between the Author and his Friend,

BIOGRAPHY,

PREFACE,


MEDITATION I. THE SENSES,

 Number of the Senses,
 Action of the Senses,
 Perfectness of the Senses,
 Powers of the Taste,
 Object of the Action of the Senses,


MEDITATION II. TASTE,

 Definition of Taste,
 Mechanism of Taste,
 Sensation of Taste,
 Flavors,
 Influence of Smelling on the Taste,
 Analyses of the Sensation of Taste,
 Order of the Impressions of Taste,
 Enjoyments due to the Taste,
 Supremacy of Man,
 Method of the Author,


MEDITATION III. GASTRONOMY,

 Origin of Sciences,
 Origin of Gastronomy,
 Definition of Gastronomy,
 Different objects of Gastronomy,
 Utility of Gastronomical Knowledge,
 Influence of Gastronomy on Business,
 Gastronomical Academy,


MEDITATION IV. APPETITE,

 Definition of Appetite,
 Anecdote,
 Great Appetites,


MEDITATION V. FOOD IN GERMS--Section First,

 Definitions,
 Analyses,
 Osmazome,
 Principle of Aliments,
 Vegetable Kingdom,
 Difference between Fat and Lean,
 Individual Instance,


MEDITATION VI. FOOD IN GERMS--Section Second,

 Specialities,
 I. Pot-au-feu, Potage, etc.,
 II. Bouilli,
 III. Fowls,
 IV. The Turkey,
   Dindoniphiles,
   Financial Influence of the Turkey,
   Exploit of the Professor,
 V. Game,
 VI. Fish,
   Anecdote,
   Muria--Garum,
   Philosophical Reflection,
 VII. Truffles,
   Erratic Virtue of Truffles,
   Are Truffles Indigestible,
 VIII. Sugar,
   Indigenous Sugar,
   Uses of Sugur,
 IX. Origin of Coffee,
   Different Modes of preparing Coffee,
   Effects of Coffee,
X. Chocolate--its origin,
   Properties of Chocolate,
   True Method of preparing Chocolate,


MEDITATION VII. THEORY OF FRYING,

 Allocution,
 I. Chemistry,
 II. Application,


MEDITATION VIII. ON THIRST,

 Varieties of Thirst,
 Causes of Thirst,
 Example,


MEDITATION IX. ON DRINKS,

 Water,
 Quick effect of Drinks,
 Strong Drinks,


MEDITATION X. AN EPISODE ON THE END OF THE WORLD,


MEDITATION XI. ON GOURMANDISE,

 Definitions,
 Advantages of Gourmandise,
 Sequel,
 Power of Gourmandise,
 A Lady Gourmand,
 Anecdote,
 Are Women Gourmands?
 The effects of Gourmandise of Sociability,
 Influence of Gourmandise on Conjugal Happiness,
 Note of a Patriot Gastronomer,


MEDITATION XII. GOURMANDS,

 All who wish to be are not Gourmands,
 Napoleon,
 Gourmands by Destiny,
 Gourmands by Profession,
 Financiers,
 Physicians,
 Objurgation,
 Men of Letters,
 Devotees,
 Chevaliers and Abbes,
 Longevity of Gourmands,


MEDITATION XIII. GASTRONOMICAL TESTS,

 First Series--Income of 5,000 francs,
 Second Series--Income of 15,000 francs,
 Third Series--Income of 30,000 francs, or more,

MEDITATION XIV. ON THE PLEASURES OF THE TABLE,

 Origin of the Pleasures of the Table,
 Difference between the Pleasures of Eating and the Pleasures
 of the Table,
 Effects,
 Accessories,
 The 18th and 19th Century,
 Summary,


MEDITATION XV. HALTES DE CHASSE,

 Ladies,


MEDITATION XVI. ON DIGESTION,

 Ingestion,
 Duty of the Stomach,
 Influence of Digestion,


MEDITATION XVII. REPOSE,

 Time of Rest,


MEDITATION XVIII. SLEEP,

 Definition,


MEDITATION XIX. DREAMS,

 Nature of Dreams,
 System of Dr. Gall,
 First Observation,
 Second Observation,
 Result,
 Age,
 Phenomena of Dreams,
 First Observation,
 Second Observation,
 Third Observation,
 Do as you will be done by,


MEDITATION XX. INFLUENCE OF DIET ON REST, SLEEP AND DREAMS,

 Effects of Diet on Labor,
 Dreams,
 Consequence,
 Result,


MEDITATION XXI. OBESITY,

 Causes of Obesity,
 Sequel,
 Sequel,
 Anecdote,
 Inconvenience of Obesity,
 Examples of Obesity,


MEDITATION XXII. PRESERVATIVE TREATMENT AND CURE OF OBESITY,

 Generalities,
 Sequel of the Regimen,
 Dangers of Acids,
 Antiobesic Belt,
 Quinquina,


MEDITATION XXIII. THINNESS,

 Definition,
 Varieties,
 Effects of Thinness,
 Natural Predestination,
 Fattening Regimen,


MEDITATION XXIV. FASTING,

 Definition,
 Origin,
 How people used to Fast,
 Origin of the removal of Restriction in Fasting,


MEDITATION XXV. EXHAUSTION,

 Treatment,
 Cure by the Professor,


MEDITATION XXVI. DEATH,


MEDITATION XXVII. PHILOSOPHICAL HISTORY OF THE KITCHEN,

 Order of Alimentation,
 Discovery of Fire,
 Baking,
 Oriental Entertainments--Grecian,
 Roman Festivals,
 Resurrection of Lucullus,
 Poetry,
 Irruption of the Barbarians,


MEDITATION XXVIII. RESTAURATEURS,

 Establishment,

PHYSIOLOGY OF TASTE--Part Second,

TRANSITION,

VARIETIES,

 I. L'omelette du Cure,
   Omelette au Thon,
   Observations,
 II. A National Victory,
 III. Mystification of the Professor and Defeat of a General,
 IV. The Snare,
 V. The Turbot,
 VI. Pheasants,
 VII. Gastronomical Industry of the Emigres,
 VIII. Recollections of the Emigration,
   The Weaver,
   The Starving,
   Sojourn in America,
   Asparagus,
   Fondue,
   Recipe for Fondue, Copied from the Papers of M. Trollet,
   Bailli of Mondon in Berne,
   Disappointment,
   Wonderful Effects of a Classical Dinner,
   Effects and Danger of Strong Drinks,
   Chevaliers and Abbes,
   Miscellany--Wine,
   Strawberries,
   Judgment,
   Raisins,
   A Day with the Bernardines,
   Prosperity en route,
   H. ... DeP ...,
   Conclusion,


BIOGRAPHICAL SKETCH.

The excellent man to whom we are indebted for this book has described himself, with so much charm, nature and truth; the principal events of his life have been recorded in such an agreeable and faithful manner that very few words will suffice to finish the story.

Brillat Savarin (Anthelme) Counsel of the Court of Cassation, member of the Legion of Honor, member of the Society for the Encouragement of National Industry, of the Antiquarian Society of France, of the Philoselic Society of Bourg, &c., &c., was born, 1st of April, 1755, at Belley, a little Alpine city, not far from the banks of the Rhine, which at this place separates France from Savoy. Like his forefathers, who had been for several generations devoted to the bar, the profession which pleased him, in consequence of his possession of great eloquence, he practised with great success.

In, 1789, the unanimous vote of his fellow citizens deputed him to the Constituent assembly, composed of all that was most brilliant in the youth of France at that day. Less attached in practice to the philosophy of Zeno than that of Epicurus, his name does not figure very conspicuously, but always appears at epochs, which show that he acted with the good and moderate.

His legislative functions being determined by the expiration of the Constituent Assembly, he was first appointed President of the Superior Civil court of the Department of Ain, and subsequently a Justice of the Court of Cassation, newly instituted; a man of talent, perfectly incorruptible and unhesitating in the discharge of his duty, he would have been precisely calculated for the place to which he had been appointed, had the warmth of political discussion made practicable the advice either of moderation or of prudence. In 1793, he was Mayor of Belley, and passed in anxiety there, the season of the reign of Terror; whence he was forced to fly to Switzerland for an asylum against the revolutionary movement. Nothing can better man, without a personal enemy, should be forced to pass in a foreign land the days he purposed to devote to the improvement of his country.

This is the point when the character of Brillat Savarin assumes its grandest proportions; proscribed, a fugitive, and often without pecuniary resources, frequently unable to provide for his personal safety, he was always able to console his companions in exile and set them an example of honest industry. As time rolled on, and his situation became more painful, he sought to find in the new world a repose which Europe denied him; he came from Europe, and in Boston, New York, Philadelphia, and Hartford passed two years teaching the French language, and for a time playing the first violin in the orchestra of the Park Theatre. Like many other emigres, Brillat Savarin ever sought to make the pleasant and the useful coincide. He always preserved very pleasant recollection of this period of his life, in which he enjoyed, with moderate labor, all that is necessary for happiness, liberty sweetened by honest toil. He might say all is well, and to be able to enjoy the breath of my native land would alone increase my happiness; he fancied that he saw brighter days with the commencement of Vendemiaire year 5, corresponding to September, of 1796. Appointed by the Directory, as Secretary of the General in Chief of the Republican armies in Germany, then Commisary of the government in the department of the Seine and Oise, (this appointment he held at the epoch of the 18th Brumaire, in which France fancied she exchanged liberty for repose,) sustained by the Senate and the Court, Brillat Savarin passed the remaining twenty-five years of his life respected by his inferiors, loved by his equals, and honored by all. A man of mind, a pleasant guest, with a deep fund of humor, he delighted every body. His judicial labors did not at all interfere with the composition of this book, which he esteemed the great one of his life.

To the very facility of its composition, the "Physiology of the Taste," owes its success; one would form a very erroneous opinion of it, were he to estimate it at all as we do Montaigue's writings on the Gueule. Savarin was naturally a thoughtful man, the simplest meal satisfied him, all he required was that it should be prepared artistically; and he maintained that the art of cookery consisted in exciting the taste. He used to say, "to excite a stomach of Papier Mache, and enliven vital powers almost ready to depart, a cook needs more talent than he who has solved the INFINTESIMAL CALCULUS."

The world was much surprised by finding in a book by Brillat Savarin, a man it had always looked upon as simply a very pleasant person, such a vast collection of general information; after his laborious profession he had always seemed to expend the rest of his time with the muses and graces, and none could divine where he obtained so much information, as almost to recall the story of some gray-haired sage of Greece. He had however already composed more than one work unrecognised, if we except the two opuscula "Critical and Historical Essay on Duel, with Relation to our Legislation and Morals," and a work on judicial practice. They were successful, but he was just then attacked by a violent cold, contracted by being present at the annual ceremony, [Footnote: Not only Brillat Savarin, but Robert De St. Vincent, and Attorney General Marchangy, contracted their death in consequence of the same ceremonial.] the 21st of January at the Church of St. Dennis. In spite of every care and attention, on the 2d of February, 1826, he died. For many years gifted with robust health and athletic constitution, made the more remarkable by his tall stature, Brillat Savarin had a presentiment of the approach of death; this feeling, however, did not influence the tenor of his life, for his habitual gaity was maintained unimpaired. When the fatal point was reached, he died tanquam convivia satur, not without regret, certainly, for he left many kind friends to whom his memory could not but be dear.

APHORISMS OF THE PROFESSOR.

TO SERVE AS PROLEGOMENA TO HIS WORK AND ETERNAL BASIS TO THE SCIENCE.

I. The universe would be nothing were it not for life and all that lives must be fed.

II. Animals fill themselves; man eats. The man of mind alone knows how to eat.

III. The destiny of nations depends on the manner in which they are fed.

IV. Tell me what kind of food you eat, and I will tell you what kind of man you are.

V. The Creator, when he obliges man to eat, invites him to do so by appetite, and rewards him by pleasure.

VI. Gourmandise is an act of our judgment, in obedience to which, we grant a preference to things which are agreeable, over those which nave not that quality.

VII. The pleasure of the table belongs to all ages, to all conditions, to all countries, and to all aeras; it mingles with all other pleasures, and remains at last to console us for their departure.

VIII. The table is the only place where one does not suffer, from ennui during the first hour.

IX. The discovery of a new dish confers more happiness on humanity, than the discovery of a new star.

X. Those persons who suffer from indigestion, or who become drunk, are utterly ignorant of the true principles of eating and drinking.

XI. The order of food is from the most substantial to the lightest.

XII. The order of drinking is from the mildest to the most foamy and perfumed.

XIII. To say that we should not change our drinks is a heresy; the tongue becomes saturated, and after the third glass yields but an obtuse sensation.

XIV. A dessert without cheese is like a beautiful woman who has lost an eye.

XV. A cook may be taught, but a man who can roast, is born with the faculty.

XVI. The most indispensable quality of a good cook is promptness. It should also be that of the guests.

XVII. To wait too long for a dilatory guest, shows disrespect to those who are punctual.

XVIII. He who receives friends and pays no attention to the repast prepared for them, is not fit to have friends.

XIX. The mistress of the house should always be certain that the coffee be excellent; the master that his liquors be of the first quality.

XX. To invite a person to your house is to take charge of his happiness as long as he be beneath your roof.


DIALOGUE between the author and his friend. (after the usual salutations.)

FRIEND. As my wife and myself were at breakfast this morning, we came to the conclusion that you should print, as soon as possible, your Gastronomical Observations.

AUTHOR. What the wife wishes God wills. In six words that is the charta of Paris. I, though, am not subject to that law, for I am an unmarried man.

FRIEND. Bachelors, though, are as subject to the law as others are, sometimes much to our injury. Single blessedness here, however, will not save you. My wife says she has a right to order, because you began your book at her country-house.

AUTHOR. You know, dear Doctor, how I defer to the ladies; more than once you have found my submission to their orders. You also were one of those who said I would make an excellent husband. I will not, however, print my book.

FRIEND. Why not?

AUTHOR. Because being devoted, from the nature of my profession, to serious studies, I fear that those who only know the title of my book will think that I devote myself to trifles.

FRIEND. A panic terror! Thirty-six years of constant toil and labor for the public, have made you a reputation. Besides, my wife and I think every body would read you.

AUTHOR. Indeed!

FRIEND. The learned will read your book to ascertain what you have to tell.

AUTHOR. Perhaps.

FRIEND. Women will read your book because they will see---

AUTHOR. My dear friend, I am old, I am attacked by a fit of wisdom. Miserere mei.

FRIEND. Gourmands will read you because you do them justice, and assign them their suitable rank in society.

AUTHOR. Well, that is true. It is strange that they have so long been misunderstood; I look on the dear Gourmands with paternal affection. They are so kind and their eyes are so bright.

FRIEND. Besides, did you not tell me such a book was needed in every library.

AUTHOR. I did. It is the truth--and I would die sooner than deny it.

FRIEND: Ah! you are convinced! You will come home with me?

AUTHOR. Not so. If there be flowers in the author's path, there are also thorns. The latter I leave to my heirs.

FRIEND. But then you disinherit your friends, acquaintances and cotemporaries. Dare you do so?

AUTHOR. My heirs! my heirs! I have heard that shades of the departed are always flattered by the praise of the living; this is a state of beatitude I wish to reserve myself for the other world.

FRIEND. But are you sure that the praise you love so, will come to the right address? Are you sure of the exactness of your heirs?

AUTHOR. I have no reason to think they will neglect a duty, in consideration of which I have excused them the neglect of so many others.

FRIEND. Will they--can they have for your book the paternal love, the author's attention without which every work always comes awkwardly before the public?

AUTHOR. My manuscript will be corrected, written out distinctly, and in all respects prepared; they will only have to print it.

FRIEND. And the chapter of events? Alas! such circumstances have caused the loss of many precious books,--among which was that of the famous Lecat, on the state of the body during sleep, the work of his whole life.

AUTHOR. This doubtless was a great loss; but I anticipate no such regrets for my book.

FRIEND. Believe me, your friends will have enough to do-to arrange matters with the church, with the law, and with the medical faculty, so that if they had the will, they would not have the time to devote them-selves to the various cares which precede, accompany, and follow the publication of a book,--however small the volume may be.

AUTHOR. But, my friend, what a title! Think of the ridicule!

FRIEND. The word Gastronomy makes every ear attentive; the subject is a la mode, and those who laugh are as great votaries of the science as any others are. This should satisfy you. Do you remember too, that the greatest men have sometimes written books on very trivial subjects,-Montesquieu, for example. [Footnote: M. de Monjucla, known as the author of an excellent history of mathematics, made a Dictionary of Gourmand Geography; he showed me portions of it during my residence at Versailles. It is said that M. Berryat-Professor of legal practice, has written a romance in several volumes on the subject.]

AUTHOR. (Quickly.) On my word, that is true. He wrote the Temple of Gnidus, and it would not be difficult to sustain that there is more real utility in meditating on what is at once a necessity, a pleasure, and an occupation every day of our lives, than in telling what was done and said a thousand years ago by two mad people, one of whom pursued through the woods of Greece the other, who had not the least disposition to escape.

FRIEND. Ah! ha! Now you yield?

AUTHOR. Not I. The ass's ear of the author only was shown; and this recalls to my memory a scene of English comedy, which amused me very much; it is, I think, in the play called the Natural Daughter. You shall see, however, for yourself. [Footnote: The reader will observe that my friend permits me to be familiar with him, without taking advantage of it. The reason is, that the difference between our ages is that of a father and a son, and that, though now a man of great note and importance in every respect, he would be completely overcome with grief if I changed my bearing towards him.] The subject relates to the Quakers, that sect which uses "thee" and "thou" to everybody, which dresses simply, never go to war, never swear or act with passion, and who never get angry. The hero of this piece is a young and handsome Quaker, who appears on the scene in a brown coat, a broad-brimmed hat, and slick hair! All this, though, does not keep him from being in love.

A fool who is his rival, emboldened by his exterior, ridicules and outrages him so that the young man gradually becoming excited, and finally made furious, gives his assailant a severe thrashing.

Having done this he at once resumes his habitual deportment and says, sadly, "Alas! the flesh is too mighty for the spirit."

Thus say I, and after a brief hesitation resume my first opinion.

FRIEND. That is impossible. You have shown your ear; you are a prize, and I will take you to my bookseller. I will tell you who has gotten wind of your secret.

AUTHOR. Do not; for I would speak of yourself, and who knows what I would say?

FRIEND. What could you say? Do not think you can intimidate me.

AUTHOR. I will not say that our native city [Footnote: Belley, capital of Bugey, where high mountains, hills, vines, limpid streams, cascades, dells, gardens of a hundred square leagues are found, and where, BEFORE the revolution, the people were able to control the other two orders.] is proud of having given you birth. At the age of twenty-four you published an elementary book, which from that day has become a classic. A deserved reputation has attracted confidence to you. Your skill revives invalids; your dexterity animates them; your sensibility consoles them. All know this; but I will reveal to all Paris, to all France, the sole fault of which I know you guilty.

FRIEND. (Seriously.) What do you mean?

AUTHOR. An habitual fault which no persuasion can correct.

FRIEND. Tell me what you mean! Why torment me?

AUTHOR. You eat too quickly.

(Here, the friend takes up his hat and leaves, fancying that he has made a convert.)


BIOGRAPHY

The Doctor I have introduced into the dialogue we have just read, is not a creature of imagination like the Chloris of other days, but a real living Doctor. Those who know me, will remember RICHERAND.

When I thought of him I could not but have reference to those who preceded him, and I saw with pride that from Belley, from the department of Ain, my native soil, for a long time physicians of the greatest distinction had come. I could not resist the temptation to erect a brief monument to them.

During the regency Doctors Genin and Civoct were in full possession of practice, and expended in their country a wealth they had honorably acquired. The first was altogether HIPPOCRATITE; he proceeded secundum artem; the second was almost monopolized by women, and had as his device, as Tacitus would have said, res novas molientem.

About 1780 Chapelle became distinguished in the dangerous career of a military surgeon. About 1781 Doctor Dubois had great success in sundry maladies, then very much a la mode, and in nervous diseases. The success he obtained was really wonderful.

Unfortunately he inherited a fortune and became idle, and was satisfied to be a good story-teller. He was very amusing, and contrived to survive the dinners of the new and old regime. [Footnote: I smiled when I wrote the above, for it recalled to me an Academician, the eulogium of whom Fontenelle undertook. The deceased knew only how to play at all games. Fontenelle made a very decent oration, however, about him.] About the end of the reign of Louis XV., Dr. Coste, a native of Chatillon came to Paris; he had a letter from Voltaire to the Duc de Choiseuil, the good wishes of whom he gained as soon as he had seen him.

Protected by this nobleman, and by the Duchess of Grammont, his sister, young Coste advanced rapidly, and in a short time became one of the first physicians of Paris.

The patronage he had received took him from a profitable career to place him at the head of the medical department of the army which France sent to the United States, who then were contending for their independence.

Having fulfilled his mission, Coste returned to France, and almost unseen lived through the evil days of 1793. He was elected maire of Versailles, and even now the memory of his administration, at once mild, gentle and paternal, has been preserved.

The Directors now recalled him to the charge of the medical department of the army. Bonaparte appointed him one of the three Inspectors General of the service; the Doctor was always the friend, protector, and patron of the young men who selected that service. He was at last appointed Physician of the Invalides, and discharged the duties until he died.

Such service the Bourbons could not neglect, and Louis XVIII. granted to Doctor Coste the cordon of Saint Michel.

Doctor Coste died a few years since, leaving behind kind recollections, and a daughter married to M. Lalot, who distinguished himself in the Chamber of Deputies by his eloquent and profound arguments.

One day when we had dined with M. Favre, the Cure of St. Laurent, Doctor Coste told me of a difficulty he had, the day before, with the Count de Le Cessac, then a high officer of the ministry of war, about a certain economy which the latter proposed as a means of paying his court Napoleon.

The economy consisted in retrenching the allowances of hospital, so as to restrict men who had wounds from the comforts they were entitled to.

Doctor Coste said such measures were abominable, and he became angry.

I do not know what the result was, but only that the sick soldiers had their usual allowances, and that no change was made.

He was appointed Professor of the Faculty of Medicine. His style was simple and his addresses were plain and fruitful. Honors were crowded on him. He was appointed Physician to the Empress Marie Louise. He did not, however, fill that place long, the Emperor was swept away, and the Doctor himself succumbed to a disease of the leg, to which he had long been subject.

Bordier was of a calm disposition, kind and reliable.

About the 18th century appeared Bichat, all of the writings of whom bear the impress of genius. He expended his life in toil to advance science, and joined the patience of restricted minds to enthusiasm. He died at the age of thirty, and public honors were decreed to his memory.

At a later day came Doctor Montegre, who carried philosophy into clinics. He was the editor of the Gazette de Sante, and at the age of forty died in the Antilles whither he had gone to complete his book on the Vomite Negro.

At the present moment Richerand stands on the highest degree of operative medicine, and his Elements of Physiology have been translated into every language. Appointed at an early date a Professor of the Faculty of Paris, he made all rely fully on him. He is the keenest, gentlest, and quickest operator in the world.

Recamier, a professor of the same faculty, sits by his side.

The present being thus assured, the future expands itself before us! Under the wings of these mighty Professors arise young men of the same land, who seek to follow their honorable examples.

Janin and Manjot already crush the pavement of Paris. Manjot devotes himself to the diseases of children; he has happy inspirations, and soon will tell the public what he has discovered.

I trust my readers will pardon this digression of an old man, who, during an absence of thirty years, has neither forgotten his country nor his countrymen. I could not however omit all those physicians, the memory of whom is yet preserved in their birth- place, and who, though not conspicuous, had not on that account the less merit or worth. [Footnote: The translator thinks several have made world-renowned names.]

PREFACE.

In offering to the public the work I now produce, I have undertaken no great labor. I have only put in order materials I had collected long ago. The occupation was an amusing one, which I reserved for my old age.

When I thought of the pleasures of the table, under every point of view, I saw that something better than a common cookery book could be made out of it, and that much might be said about essential and continuous things, which have a direct influence on health, happiness, and even on business.

When I had once gotten hold of the idea, all the rest came naturally. I looked around, took notes, and amidst the most sumptuous festivals looked at the guests. Thus I escaped many of the dangers of conviviality.

To do what I have undertaken, one need not be a physician, chemist, physiologist, or even a savant. All I learned, I learned without the least idea that I would ever be an author. I was impressed by a laudable curiosity, by the fear of remaining behind my century, and by an anxiety to be able to sit at table on equal terms with the savants I used to meet.

I am essentially an amateur medecin, and this to me is almost a mania. Among the happiest days of my life, when with the Professors, I went to hear the thesis of Doctor Cloquet; I was delighted when I heard the murmur of the students' voices, each of whom asked who was the foreign professor who honored the College with his presence.

One other day is, I think, almost as dear to me. I refer to the meeting of the society for the encouragement of national industry, when I presented the irrorator, an instrument of my own invention, which is neither more nor less than a forcing pump filled with perfumes.

I had an apparatus fully charged in my pocket. I turned the cock, and thence pressed out a perfume which filled the whole room.

Then I saw, with inexpressible pleasure, the wisest heads of the capital bend beneath my irrigation, and I was glad to see that those who received most, were the happiest.

Thinking sometimes of the grave lucubrations to which I was attracted by my subject, I really as afraid that I would be troublesome. I have often read very stupid books.

I did all that I could to escape this reproach. I have merely hovered over subjects which presented themselves to me; I have filled my book with anecdotes, some of which to a degree are personal. I have omitted to mention many strange and singular things, which critical judgment induced me to reject, and I recalled popular attention to certain things which savants seemed to have reserved to themselves. If, in spite of all these efforts, I have not presented to my readers a science rarely understood, I shall sleep just as calmly, being certain that the MAJORITY will acquit me of all evil intention.

It may perhaps be said that sometimes I wrote too rapidly, and that sometimes I became garrulous. Is it my fault that I am old? Is it my fault that, like Ulysses, I have seen the manners and customs of many cities? Am I therefore blamable for writing a little bit of autobiography? Let the reader, however, remember that I do not inflict my political memoirs on him, which he would have to read, as he has many others, since during the last thirty years I have been exactly in the position to see great men and great things.

Let no one assign me a place among compilers; had I been reduced thus low, I would have laid down my pen, and would not have lived less happily.

I said, like Juvenal:

"Semper ego auditor tantum! nunquamne reponam!"

and those who know me will easily see that used to the tumult of society and to the silence of the study I had to take advantage of both one and the other of these positions.

I did too many things which pleased me particularly; I was able to mention many friends who did not expect me to do so, and recalled some pleasant memories; I seized on others which would have escaped, and, as we say familiarly, took my coffee.

It may be a single reader may in some category exclaim,----"I wished to know if----." "What was he thinking of," etc., etc. I am sure, though, the others will make him be silent and receive with kindness the effusions of a praiseworthy sentiment.

I have something to say about my style, which, as Buffon says, is all the man.

Let none think I come to ask for a favor which is never granted to those who need it. I wish merely to make an explanation.

I should write well, for Voltaire, Jean Jacques, Fenelon, Buffon, and Cochin and Aguesseau were my favorite authors. I knew them by heart.

It may be though, that the gods ordered otherwise; if so, this is the cause of the will of the gods.

I know five languages which now are spoken, which gives me an immense refectory of words.

When I need a word and do not find it in French, I select it from other tongues, and the reader has either to understand or translate me. Such is my fate.

I could have acted otherwise, but was prevented by a kind of system to which I was invincibly attached.

I am satisfied that the French language which I use is comparatively poor. What could I do? Either borrow or steal.

I did neither, for such borrowings, cannot be restored, though to steal words is not punishable by the penal code.

Any one may form an idea of my audacity when I say I applied the Spanish word volante to any one I had sent on an errand, and that I had determined to GALLICISE the English word TO SIP, which means to drink in small quantities. I however dug out the French word siroter, which expresses nearly the same thing.

I am aware the purists will appeal to Bosseux, to Fenelon, Raceri, Boilleau, Pascal, and others of the reign of Louis XIV. I fancy I hear their clamor.

To all this I reply distinctly, that I do not depreciate the merit of those authors; but what follows? Nothing, except that if they played well on an inferior instrument, how much better would they have done on a superior one. Therefore, we may believe that Tartini would have played on the violin far better than he did, if his bow had been long as that of Baillot.

I do not belong to the neologues or even to the romanticists; the last are discoverers of hidden treasures, the former are like sailors who go about to search for provisions they need.

The people of the North, and especially the English, have in this respect an immense advantage over us. Genius is never restricted by the want of expression, which is either made or created. Thus it is that of all subjects which demand depth and energy, our translations make but pale and dull infusions.

Once I heard at the institute a pleasant discourse on the danger of neologism, and on the necessity of maintaining our language as it was when the authors of the great century wrote.

"Like a chemist, I sifted the argument and ascertained that it meant:

"We have done so well, that we neither need nor can do better."

Now; I have lived long enough to know that each generation has done as much, and that each one laughs at his grandfather.

Besides, words must change, when manners and ideas undergo perpetual modifications. If we do things as the ancients did, we do not do them in the same manner. There are whole pages in many French books, which cannot be translated into Latin or Greek.

All languages had their birth, their apogee and decline. None of those which have been famous from the days of Sesostris to that of Philip Augustus, exist except as monuments. The French will have the same fate, and in the year 2825 if read, will be read with a dictionary.

I once had a terrible argument on this matter with the famous M. Andrieux, at the Academie Francaise.

I made my assault in good array, I attacked him vigorously, and would have beaten him had he not made a prompt retreat, to which I opposed no obstacle, fortunately for him, as he was making one letter of the new lexicon.

I end by one important observation, for that reason I have kept it till the last.

When I write of ME in the singular, I gossip with my reader, he may examine, discuss, doubt or laugh; but when I say WE I am a professor, and all must bow to me.

"I am, Sir Oracle,
And when I ope my lips, let no dog bark."
         Merchant of Venice.


PHYSIOLOGY OF TASTE.

MEDITATION FIRST.

THE SENSES.

The senses are the organs by which man places himself in connexion with exterior objects.

NUMBER OF THE SENSES.

1. They are at least six--

Sight, which embraces space, and tells us by means of light, of the existence and of the colors of the bodies around us.

Hearing, which, by the motion of the air, informs us of the motion of sounding or vibrating bodies.

Scent, by means of which we are made aware of the odors bodies possess.

Taste, which enables us to distinguish all that has a flavor from that which is insipid.

Touch informs us of the consistency and resistance of bodies.

The last is genesiac or physical love, which attracts the sexes to each other, and the object of which is the reproduction of the species.

It is astonishing that, almost to the days of Buffon, so important a sense was misunderstood, and was confounded with the touch.

Yet the sensation of which it is the seat, has nothing in common with touch; it resides in an apparatus as complete as the mouth or the eyes, and what is singular is that each sex has all that is needed to experience the sensation; it is necessary that the two should be united to reach nature's object. If the TASTE, the object of which is the preservation of the individual, be incontestibly a sense, the same title must indubitably be preserved on the organs destined to the preservation of the species.

Let us then assign to the genesiac the sensual place which cannot be refused to it, and let us leave to posterity the assignment of its peculiar rank.

ACTION OF THE SENSES.

If we were permitted, even in imagination, to refer to the first moments of the existence of the human race, we would believe that the first sensations were direct; that is to say that all saw confusedly and indirectly, smelled without care, ate without tasting, etc.

The centre of all these sensations, however, being the soul, the sensual attribute of humanity and active cause of perfectibility, they are reflected, compared, and judged by it; the other senses then come to the assistance of each other, for the utility and well-being of the sensitive; one or individual.

Thus touch rectifies the errors of sight; sound, by means of articulate speech, becomes the interpreter of every sentiment; taste is aided by sight and smell; hearing compares sounds, appreciates distance; and the genesiac sense takes possession of the organs of all the senses.

The torrent of centuries rolling over the human race, has continually brought new perfections, the cause of which, ever active though unseen, is found in the demands made by our senses, which always in their turns demand to be occupied.

Sight thus gave birth to painting, to sculpture, and to spectacles of every kind.

Sound, to melody, harmony, to the dance, and to music in all its branches, and means of execution.

Smell, to the discovery, manufacture and use of perfumes.

Taste, to the production, choice and preparation of all that is used for food.

Touch, to all art, trades and occupations.

The genesiac sense, to all which prepares or embellishes the reunion of senses, and, subsequently to the days of Francois I., to romantic love, to coquetry, which originated in France and obtained its name there, and from which the elite of the world, collected in the capital of the universe, take their lessons every day.

This proposition, strange as it seems, is very susceptible of demonstration; we cannot express with clearness in any ancient language, ideas about these three great motives of actual society.

I had written a dialogue on this subject, but suppressed it for the purpose of permitting the reader, each in his own way, to think of the matter for himself. There is enough to occupy the mind and display intelligence and erudition during a whole evening.

We said above, that the genesiac sense took possession of the organs of all the others; the influence it has exerted over all sciences is not less. When we look closer, we will find that all that is most delicate and ingenious is due to the desire, to hope, or to gratitude, in connexion with the union of the sexes.

Such is, indeed, the genealogy of the senses, even the most abstract ones, all being the immediate result of continuous efforts made to gratify our senses.

PERFECTNESS OF THE SENSES.

These senses, our favorites, are far from being perfect, and I will not pause to prove it. I will only observe, that that ethereal sense--sight, and touch, which is at the other extremity of the scale, have from time acquired a very remarkable additional power.

By means of spectacles the eye, so to say, escapes from the decay of age, which troubles almost all the other organs.

The telescope has discovered stars hitherto unknown and inaccessible to all our means of mensuration; it has penetrated distances so great, that luminous and necessarily immense bodies present themselves to us only like nebulous and almost imperceptible spots.

The microscope has made us acquainted with the interior configuration of bodies; or has shown the existence of a vegetation and of plants, the existence of which we were ignorant of.

Animals a hundred thousand times smaller than any visible with the naked eye have been discovered; these animalculae, however, move, feed and multiply, establishing the existence of organs of inconceivable tenuity.

Mechanics have multiplied our power; man has executed all that he could conceive of, and has moved weights nature made inaccessible to his weakness.

By means of arms and of the lever, man has conquered all nature; he has subjected it to his pleasure, wants and caprices. He has overturned its surfaces, and a feeble biped has become king of creation.

Sight and touch, being thus increased in capacity, might belong to some species far superior to man; or rather the human species would be far different had all the senses been thus improved.

We must in the meantime remark, that if touch has acquired a great development as a muscular power, civilization has done almost nothing for it as an organ of sensation. We must, however, despair of nothing, but remember that the human race is yet young, and that only after a long series of years can the senses aggrandise their domain.

For instance. Harmony was only discovered about four centuries ago, and that celestial science is to sound what painting is to colors.

Certainly, the ancients used to sing and accompany themselves in unison. Their knowledge, however, ended there. They knew neither how to decompose sounds, nor to appreciate their relations. [Footnote: We are aware that the contrary has been maintained; the idea though cannot be supported. Had the ancients been acquainted with harmony, their writings would have preserved some precise notion on the matter, instead of a few obscure phrases, which may be tortured to mean anything. Besides, we cannot follow the birth and progress of harmony in the monuments left to us; this obligation we owe to the Arabs, who made us a present of the organ, which produces at one time many continuous sounds, and thus created harmony.]

Tone was only reduced to system, and accords measured in the fifteenth century. Only then it was used to sustain the voice and to reinforce the expression of sentiments.

This discovery, made at so late a day, yet so natural, doubled the hearing, and has shown the existence of two somewhat independent faculties, one of which receives sound and the other appreciates resonance.

The German Doctors say that persons sensible of harmony have one sense more than others.

Of those persons to whom music is but a confused mass of sounds, we may remark that almost all sing false. We are forced to think that they have the auditory apparatus so made, as to receive but brief and short undulation, or that the two ears not being on the same diapason, the difference in length and sensibility of these constituent parts, causes them to transmit to the brain only an obscure and undetermined sensation, like two instruments played in neither the same key nor the same measure, and which can produce no continuous melody.

The centuries last passed have also given the taste important extension; the discovery of sugar, and its different preparations, of alcoholic liquors, of wine, ices, vanilla, tea and coffee, have given us flavors hitherto unknown.

Who knows if touch will not have its day, and if some fortuitous circumstance will not open to us thence some new enjoyments? This is especially probable as tactile sensitiveness exists every where in the body, and consequently can every where be excited.

We have seen that physical love has taken possession of all the sciences. In this respect it acts with its habitual tyranny.

The taste is a more prudent measure but not less active faculty. Taste, we say, has accomplished the same thing, with a slowness which ensures its success.

Elsewhere we will consider the march. We may, however, observe, that he who has enjoyed a sumptuous banquet in a hall decked with flowers, mirrors, paintings, and statues, embalmed in perfume, enriched with pretty women, filled with delicious harmony, will not require any great effort of thought to satisfy himself that all sciences have been put in requisition to exalt and to enhance the pleasures of taste.

OBJECT OF THE ACTION OF THE SENSES.

Let us now glance at the system of our senses, considered together, and we will see that the Author of creation had two objects, one of which is the consequence of the other,--the preservation of the individual and the duration of the species.

Such is the destiny of man, considered as a sensitive being; all his actions have reference to this double purpose.

The eye perceives external objects, reveals the wonders by which a man is surrounded, and tells him he is a portion of the great whole.

Hearing perceives sounds, not only as an agreeable sensation, but as warnings of the movement of bodies likely to endanger us.

The sense of touch watches to warn us by pain of any immediate lesion.

That faithful servant the hand has prepared his defence, assured his steps, but has from instinct seized objects it thought needed to repair losses caused by the use of life.

The sense of smell explores; deleterious substances almost always have an unpleasant smell.

The taste decides; the teeth are put in action, the tongue unites with the palate in tasting, and the stomach soon commences the process of assimilation.

In this state a strange languor is perceived, objects seem discolored, the body bends, the eyes close, all disappears, and the senses are in absolute repose.

When he awakes man sees that nothing around him has changed, a secret fire ferments in his bosom, a new organ is developed. He feels that he wishes to divide his existence.

This active unquiet and imperious sentiment is common to both sexes. It attracts them together and unites them, and when the germ of a new being is fecundated, the individuals can sleep in peace.

They have fulfilled the holiest of their duties by assuring the duration of the species. [Footnote: Buffon describes, with all the charms of the most brilliant eloquence, the first moments of Eve's existence. Called on to describe almost the same subject, we have drawn but one feature. The reader will complete the picture.]

Such are the general and philosophical principles I wished to place before my readers, to lead them naturally to the examination of the organ of taste.

MEDITATION II.

TASTE.

DEFINITION OF TASTE.

Taste is the sense which communicates to us a knowledge of vapid bodies by means of the sensations which they excite.

Taste, which has as its excitement appetite, hunger and thirst, is the basis of many operations the result of which is that the individual believes, developes, preserves and repairs the losses occasioned by vital evaporation.

Organized bodies are not sustained in the same manner. The Author of creation, equally varied in causes and effects, has assigned them different modes of preservation.

Vegetables, which are the lowest in the scale of living things, are fed by roots, which, implanted in the native soil, select by the action of a peculiar mechanism, different subjects, which serve to increase and to nourish them.

As we ascend the scale we find bodies gifted with animal life and deprived of locomotion. They are produced in a medium which favors their existence, and have special and peculiar organs which extract all that is necessary to sustain the portion and duration of life allotted them. They do not seek food, which, on the contrary, comes to seek them.

Another mode has been appointed for animals endowed with locomotion, of which man is doubtless the most perfect. A peculiar instinct warns him of the necessity of food; he seeks and seizes the things which he knows are necessary to satisfy his wants; he eats, renovates himself, and thus during his life passes through the whole career assigned to him.

Taste may be considered in three relations.

In physical man it is the apparatus by means of which he appreciates flavors.

In moral man it is the sensation which the organ impressed by any savorous centre impresses on the common centre. Considered as a material cause, taste is the property which a body has to impress the organ and to create a sensation.

Taste seems to have two chief uses:

1. It invites us by pleasure to repair the losses which result from the use of life.

2. It assists us to select from among the substances offered by nature, those which are alimentary.

In this choice taste is powerfully aided by the sense of smell, as we will see hereafter; as a general principle, it may be laid down that nutritious substances are repulsive neither to the taste nor to the smell.

It is difficult to say in exactly what the faculty of taste consists. It is more complicated than it appears.

The tongue certainly plays a prominent part in the mechanism of degustation--for, being endued with great muscular power, it enfolds, turns, presses and swallows food.

Also, by means of the more or less numerous pores which cover it, it becomes impregnated with the sapid and soluble portions of the bodies which it is placed in contact with. Yet all this does not suffice, for many adjacent parts unite in completing the sensation --viz: jaws, palate, and especially the nasal tube, to which physiologists have perhaps not paid attention enough.

The jaws furnish saliva, as necessary to mastication as to the formation of the digestible mass. They, like the palate, are gifted with a portion of the appreciative faculties; I do not know that, in certain cases, the nose does not participate, and if but for the odor which is felt in the back of the mouth, the sensation of taste would not be obtuse and imperfect.

Persons who have no tongue or who have lost it, yet preserve the sensation of taste. All the books mention the first case; the second was explained to me by an unfortunate man, whose tongue had been cut out by the Algerines for having, with several of his companions, formed a plot to escape from captivity.

I met this man at Amsterdam, where he was a kind of broker. He was a person of education, and by writing was perfectly able to make himself understood.

Observing that his whole tongue, to the very attachment, had been cut away, I asked him if he yet preserved any sense of taste when he ate, and if the sense of taste had survived the cruel operation he had undergone.

He told me his greatest annoyance was in swallowing, (which indeed was difficult;) that he had a full appreciation of tastes and flavors, but that acid and bitter substances produced intense pain.

He told me the abscission of the tongue was very common in the African kingdoms, and was made use of most frequently to punish those thought to be the leaders of any plot, and that they had peculiar instruments to affect it with. I wished him to describe them, but he showed such painful reluctance in this matter, that I did not insist.

I reflected on what he said, and ascending to the centuries of ignorance, when the tongues of blasphemers were cut and pierced, I came to the conclusion that these punishments were of Moorish origin, and were imported by the crusaders.

We have seen above, that the sensation of taste resided chiefly in the pores and feelers of the tongue. Anatomy tells us that all tongues are not exactly alike, there being three times as many feelers in some tongues as in others. This circumstance will explain why one of two guests, sitting at the same table, is delighted, while the other seems to eat from constraint; the latter has a tongue but slightly provided. These are recognized in the empire of the taste--both deaf and dumb.

SENSATION OF TASTE.

Five or six opinions have been advanced as to the modus operandi of the sensation of taste. I have mine, viz:

The sensation of taste is a chemical operation, produced by humidity. That is to say, the savorous particles must be dissolved in some fluid, so as to be subsequently absorbed by the nervous tubes, feelers, or tendrils, which cover the interior of the gastatory apparatus.

This system, whether true or not, is sustained by physical and almost palpable proofs.

Pure water creates no sensation, because it contains no sapid particle. Dissolve, however, a grain of salt, or infuse a few drops of vinegar, and there will be sensation.

Other drinks, on the contrary, create sensation because they are neither more nor less than liquids filled with appreciable particles.

It would be in vain for the mouth to fill itself with the divided particles of an insoluble body. The tongue would feel by touch the sensation of their presence, but not that of taste.

In relation to solid and savorous bodies, it is necessary in the first place for the teeth to divide them, that the saliva and other tasting fluids to imbibe them, and that the tongue press them against the palate, so as to express a juice, which, when sufficiently saturated by the degastory tendrils, deliver to the substance the passport it requires for admission into the stomach.

This system, which will yet receive other developments, replies without effort to the principal questions which may present themselves.

If we demand what is understood by sapid bodies, we reply that it is every thing that has flavor, which is soluble, and fit to be absorbed by the organ of taste.

If asked how a sapid body acts, we reply that it acts when it is reduced to such a state of dissolution that it enters the cavities made to receive it.

In a word, nothing is sapid but what is already or nearly dissolved.

FLAVORS.

The number of flavors is infinite, for every soluble body has a peculiar flavor, like none other.

Flavors are also modified by their simple, double, or multiple aggregation. It is impossible to make any description, either of the most pleasant or of the most unpleasant, of the raspberry or of colocynth. All who have tried to do so have failed.

This result should not amaze us, for being gifted with an infinite variety of simple flavors, which mixture modifies to such a number and to such a quantity, a new language would he needed to express their effects, and mountains of folios to describe them. Numerical character alone could label them.

Now, as yet, no flavor has ever been appreciated with rigorous exactness, we have been forced to be satisfied with a limited number of expressions such as SWEET, SUGARY, ACID, BITTER, and similar ones, which, when ultimately analyzed, are expressed by the two following AGREEABLE and DISAGREEABLE, which suffice to make us understood, and indicate the flavor of the sapid substances referred to.

Those who come after us will know more, for doubtless chemistry will reveal the causes or primitive elements of flavors.

INFLUENCE OF SMELLING ON THE TASTE.

The order I marked out for myself has insensibly led me to the moment to render to smell the rights which belong to it, and to recognise the important services it renders to taste and the application of flavors. Among the authors I have met with, I recognise none as having done full justice to it.

For my own part, I am not only persuaded that without the interposition of the organs of smell, there would be no complete degustation, and that the taste and the sense of smell form but one sense, of which the mouth is the laboratory and the nose the chimney; or to speak more exactly, that one tastes tactile substances, and the other exhalations.

This may be vigorously defended; yet as I do not wish to establish a school, I venture on it only to give my readers a subject of thought, and to show that I have carefully looked over the subject of which I write. Now I continue my demonstration of the importance of the sense of smell, if not as a constituent portion of taste, at least as a necessary adjunct.

All sapid bodies are necessarily odorous, and therefore belong as well to the empire of the one as of the other sense.

We eat nothing without seeing this, more or less plainly. The nose plays the part of sentinel, and always cries "WHO GOES THERE?"

Close the nose, and the taste is paralyzed; a thing proved by three experiments any one can make:

1. When the nasal membrane is irritated by a violent coryza (cold in the head) the taste is entirely obliterated. There is no taste in anything we swallow, yet the tongue is in its normal state.

2. If we close the nose when we eat, we are amazed to see how obscure and imperfect the sense of touch is. The most disgusting medicines thus are swallowed almost without taste.

3. The same effect is observed if, as soon as we have swallowed, instead of restoring the tongue to its usual place, it be kept detached from the palate. Thus the circulation of the air is intercepted, the organs of smell are not touched, and there is no taste.

These effects have the same cause, from the fact that the sense of smell does not co-operate with the taste. The sapid body is appreciated only on account of the juice, and not for the odorous gas which emanates from it.

ANALYSIS OF THE SENSATION OF TASTE.

Principles being thus determined, I look on it as certain that taste has given place to sensations of three different orders, viz: DIRECT, COMPLETE and REFLECTED.

Direct sensation is the first perception emanating from the intermediate organs of the mouth, during the time that the sapid body rests on the tongue.

Complete sensation is that composed of the first impression which is created when the food abandons this first position, passes into the back of the mouth, and impresses all the organ with both taste and perfume.

Reflected sensation is the judgment which conveys to the soul the impressions transmitted to it by the organ.

Let us put this system in action by observing what takes place when a man either eats or drinks. Let a man, for instance, eat a peach, and he will first be agreeably impressed by the odor which emanates from it. He places it in his mouth, and acid and fresh flavors induce him to continue. Not, though, until he has swallowed it, does the perfume reveal itself, nor does he till then discover the peculiar flavor of every variety. Some time is necessary for any gourmet [Footnote: Any gentleman or lady, who may please, is at perfect liberty to translate the word gourmet into any other tongue. I cannot. As much may be said of gourmand.- -TRANSLATOR.] to say, "It is good, passable, or bad. It is Chambertin, or something else."

It may then be seen that in obedience to principles and practice well understood, true amateurs sip their wine. Every mouthful thus gives them the sum total of pleasure which they would not have enjoyed had they swallowed it at once.

The same thing takes place, with however much more energy, when the taste is disagreeably affected.

Just look at the patient of some doctor who prescribes immense doses of black medicine, such as were given during the reign of Louis XIV.

The sense of smell, like a faithful counsellor, foretells its character. The eyes expand as they do at the approach of danger; disgust is on the lips and the stomach at once rebells. He is however besought to take courage, gurgles his throat with brandy, closes his nose and swallows.

As long as the odious compound fills the mouth and stuns the organ it is tolerable, but when it has been swallowed the after drops develop themselves, nauseous odors arise, and every feature of the patient expresses horror and disgust, which the fear of death alone could induce him to bear.

If the draught be on the contrary merely insipid, as for instance a glass of water, there is neither taste nor after taste. Nothing is felt, nothing is experienced, it is swallowed, and all is over.

ORDER OF THE IMPRESSIONS OF TASTE.

Taste is not so richly endowed as the hearing; the latter can appreciate and compare many sounds at once; the taste on the contrary is simple in its action; that is to say it cannot be sensible to two flavors at once.

It may though be doubled and multipled by succession, that is to say that in the act of swallowing there may be a second and even a third sensation, each of which gradually grows weaker and weaker and which are designated by the words AFTER-TASTE, perfume or fragrance. Thus when a chord is struck, one ear exercises and discharges many series of consonances, the number of which is not as yet perfectly known.

Those who eat quickly and without attention, do not discern impressions of the second degree. They belong only to a certain number of the elect, and by the means of these second sensations only can be classed the different substances submitted to their examination.

These fugitive shadows for a long time vibrate in the organ of taste. The professors, beyond doubt, always assume an appropriate position, and when they give their opinions they always do so with expanded nostrils, and with their necks protruded far as they can go.

ENJOYMENTS DUE TO THE TASTE.

Let us now look philosophically at the pleasure and pain occasioned by taste.

The first thing we become convinced of is that man is organized so as to be far more sensible of pain than of pleasure.

In fact the imbibing of acid or bitter substances subjects us to sensations more or less painful, according to their degree. It is said that the cause of the rapid effects of hydrocyanic acid is that the pain is so great as to be unbearable by the powers of vitality.

The scale of agreeable sensations on the other hand is very limited, and if there, be a sensible difference between the insipid and that which flatters the taste, the interval is not so great between the good and the excellent. The following example proves this:--FIRST TERM a Bouilli dry and hard. SECOND TERM a piece of veal. THIRD TERM a pheasant done to a turn.

Of all the senses though with which we have been endowed by nature, the taste is the one, which all things considered, procures us the most enjoyments.

1. Because the pleasure of eating is the only one, when moderately enjoyed, not followed, by fatigue.

2. It belongs to all aeras, ages and ranks.

3. Because it necessarily returns once a day, and may without inconvenience be twice or thrice repeated in the same day.

4. It mingles with all other pleasures, and even consoles us for their absence.

5. Because the impressions it receives are durable and dependant on, our will.

6. Because when we eat we receive a certain indefinable and peculiar impression of happiness originating in instinctive conscience. When we eat too, we repair our losses and prolong our lives.

This will be more carefully explained in the chapter we devote to the pleasures of the table, considered as it has been advanced by civilization.

SUPREMACY OF MAN.

We were educated in the pleasant faith that of all things that walk, swim, crawl, or fly, man has the most perfect taste.

This faith is liable to be shaken.

Dr. Gall, relying on I know not what examinations, says there are many animals with the gustatory apparatus more developed and extended than man's.

This does not sound well and looks like heresy. Man, jure divino, king of all nature, for the benefit of whom the world was peopled, must necessarily be supplied with an organ which places him in relation to all that is sapid in his subjects.

The tongue of animals does not exceed their intelligence; in fishes the tongue is but a movable bone, in birds it is usually a membranous cartilage, and in quadrupeds it is often covered with scales and asperities, and has no circumflex motion.

The tongue of man on the contrary, from the delicacy of its texture and the different membranes by which it is surrounded and which are near to it announces the sublimity of the operations to which it is destined.

I have, at least, discovered three movements unknown to animals, which I call SPICATION, ROTATION and VERRATION (from the Latin verb verro, I sweep). The first is when the tongue, like a PIKE, comes beyond the lips which repress it. The second is when the tongue rotates around all the space between the interior of the jaws and the palate. The third is when the tongue moves up and down and gathers the particles which remain in the half circular canal formed by the lips and gums.

Animals are limited in their taste; some live only on vegetables, others on flesh; others feed altogether on grain; none know anything of composite flavors.

Man is omnivorous. All that is edible is subjected to his vast appetite, a thing which causes gustatory powers proportionate to the use he has to make of them. The apparatus of taste is a rare perfection of man and we have only to see him use it to be satisfied of it.

As soon as any esculent body is introduced into the mouth it is confiscated hopelessly, gas, juice and all.

The lips prevent its retrogression. The teeth take possession of it and crush it. The salva imbibes it; the tongue turns it over and over, an aspiration forces it to the thorax; the tongue lifts it up to suffer it to pass. The sense of smell perceives it en route, and it is precipitated into the stomach to undergo ulterior transformations, without the most minute fragment during the whole of this escaping. Every drop every atom has been appreciated.

In consequence of this perfection, gourmandise is the exclusive apanage of man.

This gourmandise is even contagious, and we impart it without difficulty to the animals we have appropriated to our use, and which in a manner associate with us, such as elephants, dogs, cats, and parrots even.

Besides taste requiring to be estimated only by the value of the sensation it communicates to the common centre, the impression received by the animal cannot be compared to that imparted to man. The latter is more precise and clear, and necessarily supposes a superior quality in the organ which transmits it.

In fine, what can we desire in a faculty susceptible of such perfection that the gourmands of Rome were able to distinguish the flavors of fish taken above and below the bridge? Have we not seen in our own time, that gourmands can distinguish the flavor of the thigh on which the partridge lies down from the other? Are we not surrounded by gourmets who can tell the latitude in which any wine ripened as surely as one of Biot's or Arago's disciples can foretell an eclipse?

The consequence then is that we must render to Caesar the things which are Caesar's and proclaim man the great GOURMAND OF NATURE, and not be surprised if the good Doctor does sometimes as Homer did:--"Much zumeilen ichlafert der gute."

METHOD OF THE AUTHOR.

As yet we have treated the taste only from the physical point of view, and in some anatomical details which none will regret, we have remained pari passu with science. This does not however conclude the task we have imposed on ourselves, for from its usual attributes especially does this reparatory sense derive its importance.

We have then arranged in analytical order the theories and facts which compose the ensemble of this history, so that instruction without fatigue will result from it.

Thus in the following chapters, we will often show how sensations by repetition and reflection have perfected the organs and extended the sphere of our powers. How the want of food, once a mere instinct, has become a passion which has assumed a marked ascendency of all that belongs to society

We will also say, how all sciences which have to do with the composition of substances, have agreed to place in a separate category all those appreciable to the taste; and how travellers have followed in the same pathway when they placed before us substances nature apparently never meant us to see.

We will follow chemistry to the very moment when it penetrated our subterraneous laboratories to enlighten our PREPARERS, to establish principles, to create methods and to unveil causes which had remained occult.

In fine we will see by the combined power of time and experience that a new science has all at once appeared, which feeds, nourishes, restores, preserves, persuades, consoles, and not content with strewing handsfull of flowers over the individual, contributes much to the power and prosperity of empires.

If, amid the grave lucubrations, a piquante anecdote, or an agreeable reminiscence of a stormy life drips from my pen, we will let it remain to enable the attention to rest for a moment, so that our readers, the number of whom does not alarm us, may have time to breathe. We would like to chat with them. If they be men we know they are indulgent as they are well informed. If women they must be charming. [Footnote: Here the Professor, full of his subject, suffers his hand to fall and rises to the seventh heaven. He ascends the torrent of ages, and takes from their cradle all sciences, the object of which is the gratification of taste. He follows their progress through the night of time and seeing that in the pleasures they procure us, early centures were not so great as those which followed them: he takes his lyre and sings in the Dorian style the elegy which will be found among the varieties at the end of the volume.]

MEDITATION III.

GASTRONOMY.

ORIGIN OF SCIENCES.

THE sciences are not like Minerva who started ready armed from the brain of Jupiter. They are children of time and are formed insensibly by the collection of the methods pointed out by experience, and at a later day by the principles deduced from the combination of these methods.

Thus old men, the prudence of whom caused them to be called to the bed-side of invalids, whose compassion taught to cure wounds, were the first physicians.

The shepherds of Egypt, who observed that certain stars after the lapse of a certain period of time met in the heavens, were the first astronomers.

The person who first uttered in simple language the truth, 2 + 2 = 4 created mathematics, that mighty science which really placed man on the throne of the universe.

In the course of the last sixty years, many new sciences have taken their place in the category of our knowledge, among which is stereotomy, descriptive geometry, and the chemistry of gas.

All sciences cultivated for a long time must advance, especially as the art of printing makes retrogression impossible. Who knows, for instance, if the chemistry of gases will not ultimately overcome those, as yet, rebellious substances, mingle and combine them in proportions not as yet tempted, and thence obtain substances and effects which would remove many restrictions in our powers.

ORIGIN OF GASTRONOMY.

Gastronomy has at last appeared, and all the sister sciences have made a way for it.

Well; what could be refused to that which sustains us, from the cradle to the grave, which increases the gratifications of love and the confidence of friendship which disarms hatred and offers us, in the short passage of our lives, the only pleasure which not being followed by fatigue makes us weary of all others.

Certainly, as long as it was confided to merely hired attendants, as long as the secret was kept in cellars, and where dispensaries were written, the results were but the products of an art.

At last, too late, perhaps, savants drew near.

They examined, analyzed, and classified alimentary substances, and reduced them to simple elements.

They measured the mysteries of assimilation, and following most matter in all its metamorphoses saw how it became vivified.

They watched diet in its temporary and permanent effects, for days, months and lives.

They even estimated its influence and thought to ascertain if the savor he impressed by the organs or if it acts without them. From all this they deduced a lofty theory which embraces all mankind, and all that portion of creation which may be animalized.

While all this was going on in the studies of savants, it was said in drawing-rooms that the science which fed man was at least as valuable as that which killed him. Poets sang the pleasures of the table and books, the object of which was good cheer, awakened the greatest and keenest interest in the profound views and maxims they presented.

Such were the circumstances which preceded the invention of gastronomy.

DEFINITION OF GASTRONOMY.

Gastronomy is a scientific definition of all that relates to man as a feeding animal.

Its object is to watch over the preservation of man by means of the best possible food.

It does so by directing, according to certain principles, all those who procure, search for, or prepare things which may be converted into food.

To tell the truth this is what moves cultivators, vine-dressers, fishermen, huntsmen, and the immense family of cooks, whatever title or qualification they bear, to the preparation of food.

Gastronomy is a chapter of natural history, for the fact that it makes a classification of alimentary substances.

Of physics, for it examines their properties and qualities.

Of chemistry, from the various analysis and decomposition to which it subjects them.

Of cookery, from the fact that it prepares food and makes it agreeable.

Of commerce, from the fact that it purchases at as low a rate as possible what it consumes, and displays to the greatest advantage what it offers for sale.

Lastly it is a chapter of political economy, from the resources it furnishes the taxing power, and the means of exchange it substitutes between nations.

Gastronomy rules all life, for the tears of the infant cry for the bosom of the nurse; the dying man receives with some degree of pleasure the last cooling drink, which, alas! he is unable to digest.

It has to do with all classes of society, for if it presides over the banquets of assembled kings, it calculates the number of minutes of ebullition which an egg requires.

The material of gastronomy is all that may be eaten; its object is direct, the preservation of individuals. Its means of execution are cultivation, which produces; commerce, which exchanges; industry, which prepares; and experience, which teaches us to put them to the best use.

DIFFERENT OBJECTS OF GASTRONOMY.

Gastronomy considers taste in its pleasures and in its pains. It has discovered the gradual excitements of which it is susceptible; it regularizes its action, and has fixed limits, which a man who respects himself will never pass.

It also considers the action of food or aliments on the moral of man, on his imagination, his mind, his judgment, his courage, and his perceptions, whether he is awake, sleeps, acts, or reposes.

Gastronomy determines the degree of esculence of every alimentary subject; all are not presentable under the same circumstances.

Some can be eaten until they are entirely developed. Such like as capres, asparagus, sucking pigs, squabs, and other animals eaten only when they are young.

Others, as soon as they have reached all the perfection to which they are destined, like melons, fruit, mutton, beef, and grown animals. Others when they begin to decompose, such as snipe, wood- cock and pheasant. Others not until cooking has destroyed all their injurious properties, such as the potato, manioc, and other substances.

Gastronomy classifies all of these substances according to their qualities, and indicates those which will mingle, and measuring the quantity of nourishment they contain, distinguishes those which should make the basis of our repast, from those which are only accessories, and others which, though not necessary, are an agreeable relief, and become the obligato accompaniment of convivial gossip.

It takes no less interest in the beverages intended for us, according to time, place and climate. It teaches their preparation and preservation, and especially presents them in an order so exactly calculated, that the pleasure perpetually increases, until gratification ends and abuse begins.

Gastronomy examines men and things for the purpose of transporting, from one country to another, all that deserves to be known, and which causes a well arranged entertainment, to be an abridgement of the world in which each portion is represented.

UTILITY OF GASTRONOMICAL KNOWLEDGE.

Gastronomical knowledge is necessary to all men, for it tends to augment the sum of happiness. This utility becomes the greater in proportion as it is used by the more comfortable classes of society; it is indispensable to those who have large incomes, and entertain a great deal, either because in this respect they discharge an obligation, follow their own inclination, or yield to fashion.

They have this special advantage, that they take personal pleasure in the manner their table is kept; they can, to a certain point, superintend the depositories of their confidence, and even on many occasions direct them.

The Prince de Soubise once intended to give an entertainment, and asked for the bill of fare.

The maitre d'hotel came with a list surrounded by vignettes, and the first article that met the Prince's eye was FIFTY HAMS. "Bertrand," said the Prince, "I think you must be extravagant; fifty hams! Do you intend to feast my whole regiment?"

"No, Prince, there will be but one on the table, and the surplus I need for my epagnole, my blonds, garnitures, etc."

"Bertrand, you are robbing me. This article will not do."

"Monsigneur," said the artist, "you do not appreciate me! Give the order, and I will put those fifty hams in a chrystal flask no longer than my thumb."

What could be said to such a positive operation? The Prince smiled, and the hams were passed.

INFLUENCE OF GASTRONOMY IN BUSINESS.

In men not far removed from a state of nature, it is well known that all important affairs are discussed at their feasts. Amid their festivals savages decide on war and peace; we need not go far to know that villages decide on all public affairs at the cabinet.

This observation has not escaped those to whom the weightiest affairs are often confided. They saw that a full stomached individual was very different from a fasting one; that the table established a kind of alliance between the parties, and made guests more apt to receive certain impressions and submit to certain influences. This was the origin of political gastronomy. Entertainments have become governmental measures, and the fate of nations is decided on in a banquet. This is neither a paradox nor a novelty but a simple observation of fact. Open every historian, from the time of Herodotus to our own days, and it will be seen that, not even excepting conspiracies, no great event ever took place, not conceived, prepared and arranged at a festival.

GASTRONOMICAL ACADEMY.

Such, at the first glance, appears to be the domain of gastronomy, a realm fertile in results of every kind and which is aggrandized by the discoveries and inventions of those who cultivate it. It is certain that before the lapse of many years, gastronomy will have its academicians, courses, professors, and premiums.

At first some rich and zealous gastronomer will establish periodical assemblies, in which the most learned theorists will unite with artists, to discuss and measure the various branches of alimentation.

Soon (such is the history of all academies) the government will intervene, will regularise, protect, and institute; it will seize the opportunity to reward the people for all orphans made by war, for all the Arianas whose tears have been evoked by the drum.

Happy will be the depository of power who will attach his name to this necessary institution! His name will be repeated from age to age with that of Noah, Bacchus, Triptolemus, and other benefactors of humanity; he will be among ministers what Henri IV. was among kings; his eulogy will be in every mouth, though no regulation make it a necessity.

MEDITATION IV.

APPETITE.

DEFINITION OF APPETITE.

MOTION and life occasion in the animal portion of all that lives a constant loss of substance, and the human body, that most complicated machine, would soon be unfit for use, did not Providence provide it with a mark to inform it of the very moment when its power is no longer in equilibrium with its wants.

This monitor is appetite. By this word we understand the first impression of the want of food.

Appetite declares itself by languor in the stomach, and a slight sensation of fatigue.

The soul at the same time busies itself with things analogous to its wants; memory recalls food that has flattered its taste; imagination fancies that it sees them, and something like a dream takes place. This state is not without pleasure, and we have heard many adepts say, with joy in their heart, "What a pleasure it is to have a good appetite, when we are certain of a good meal."

The whole nutritive apparatus is moved. The stomach becomes sensible, the gastric juices are moved and displace themselves with noise, the mouth becomes moist, and all the digestive powers are under arms, like soldiers awaiting the word of command. After a few moments there will be spasmodic motion, pain and hunger.

Every shade of these gradations may be observed in every drawing- room, when dinner is delayed.

They are such in nature, that the most exquisite politeness cannot disguise the symptoms. From this fact I deduced the apothegm, "THE MOST INDISPENSABLE QUALITY OF A GOOD COOK IS PROMPTNESS."

ANECDOTE.

I will sustain this grave maxim by the details of an observate, made at an entertainment where I was,

"Quorum magna pars fui,"

and where the pleasures of observation preserved me from the anguish of misery.

I was invited to dine with a high public functionary. The hour was half past five, and at the appointed time all were present. We knew he liked exactness, and always scolded the dilatory.

I was amazed, when I came, at the consternation which pervaded the party. People whispered together, and looked into the court-yard through the window--all betokened something extraordinary.

I approached the one of the guests I thought best able to satisfy my curiosity, and asked him what the news was.

"Alas!" said they, "Monsieur has been sent for to the Council of State; he has just gone, and none know when he will return."

"Is that all!" said I. "Be of good cheer, we will be detained only a quarter of an hour; something particular has happened. All know to-day is his regular dinner, and we will not have to fast." I was not, however, easy, and wished I was away.

The first hour passed well enough, and those who were intimate sat together. Common places were exhausted, and conjectures were formed as to what could have called the Prince to the Tuilleries

At the commencement of the second hour there were many signs of impatience; people looked anxiously at each other and the first who murmured were three or four guests who, finding no place to sit in, were not in a convenient position to wait.

At the third hour, the discontent became general, and every symptom became exaggerated. "When will he return?" said one. "What can he be thinking of?" said another. "This is death," said a third. This question was then put, but not determined, "Shall we go or not?"

At the fourth hour every symptom became aggravated. People stretched out their arms without the slightest regard whether they interrupted their neighbors or not. Unpleasant sounds were heard from all parts of the room, and everywhere the faces of the guests bore the marks of concentration. No one listened to me when I remarked that beyond doubt our absent amphytrion was more unhappy than any one of us.

Our attention was for a moment arrested by an apparition. One of the guests, better acquainted with the house than the others, had gone into the kitchen, and returned panting. His face looked as if the day of judgment had come, and in an almost inarticulate voice, which announced at once both the fear of making a noise and of not being heard, "Monsigneur went away without giving any orders, and happen what may, dinner will not be served until his return."

The terror caused by what he said could not be exceeded by that to be expected at the last trump.

Among the martyrs, the most unfortunate was D'Aigrefeuille, whom all Paris knew. His whole body seemed to suffer, and the agony of Laocoon was marked on his face. Pale, terrified, he saw nothing but sank in a chair, grasped his hands on his round stomach, and closed his eyes, not to sleep but to die.

He did not though. About ten o'clock a carriage drove into the yard. All were on the qui-vive and a arose spontaneously. Hilarity succeeded suffering, and in five minutes we were at the table.

Appetite however was gone, all seemed amazed to sit down to dinner at such an unusual hour; the jaws had not that isochronous measure which announces a regular business. I know many were sufferers thus.

The course to be taken is not to eat immediately after the obstacle has ceased, but to drink a glass of eau-sucree, or take a plate of soup to sustain the stomach, and then in ten or fifteen minutes to begin dinner, to prevent the stomach being oppressed by the weight of the aliments with which it is surcharged.

GREAT APPETITES.

When we see in early books a description of the preparations made to receive two or three persons, and the enormous masses served up to a single guest, we cannot refuse to think that those who lived in early ages were gifted with great appetites.

The appetite was thought to increase in direct ratio to the dignity of the personage. He to whom the saddle of a five year old ox would be served was expected to drink from a cup he could scarcely lift.

Some individuals have existed who testified to what once passed, and have collected details of almost incredible variety, which included even the foulest objects.

I will not inflict these disgusting details on my readers, and prefer to tell them two particular circumstances which I witnessed, and which do not require any great exertion of faith.

About forty years ago, I made a short visit to the cure at Bregnier, a man of immense stature and who had a fearful appetite.

Though it was scarcely noon I found him at the table. Soup and bouilli had been brought on, to these two indispensables had succeeded a leg of mutton a la Royale, a capon and a salad.

As soon as he saw me he ordered a plate which I refused, and rightly too. Without any assistance he got rid of every thing, viz: he picked the bone of mutton and ate up all the salad.

They brought him a large white cheese into which he made an angular breach measured by an arc of ninety degrees. He washed down all with a bottle of wine and glass of water, after which he laid down.

What pleased me was to see that during the whole of this business, the venerable pastor did not seem busy. The large mouthfulls he swallowed did not prevent him either from laughing or talking. He dispatched all that was put before him easily as he would have a pair of birds.

So it was with General Bisson who drank eight bottles of wine at dinner every day, and who never appeared the worse for it. He had a glass larger than usual and emptied it oftener. He did not care for that though, for after having swallowed six ounces of fluids he could jest and give his orders as if he had only swallowed a thimble full.

This anecdote recalls to me my townsman, General P. Sibuet, long the chief aide of Napoleon, and who was killed in 1813 at the passage of the Bober.

He was eighteen years old, and had at that time the appetite by which nature announces that its possessor is a perfect man, and went one night into the kitchen of Genin, an inn keeper of Belley, where the old men of the town used to meet to eat chestnuts and drink the new white wine called in the country vin bourru.

The old men were not hungry and paid no attention to him. His digestive powers were not shaken though, and he said "I have just left the table, but I will bet that I eat a whole turkey."

"If you eat it I will pay for it," said Bouvier du Bouchet, a rich farmer who was present, "and if you do not I will eat what is left and you shall pay for it." [Footnote: This sentence is patois, and the translator inserts the original. "Sez vosu meze, z'u payo, repondit Bouvier du Bouchet, gros fermier qui se trouvait present; e sez vos caca en rotaz, i-zet vo ket paire et may ket mezerai la restaz."]

They set to work at once, and the young athlete at once cut off a wing, he ate it at two mouthfulls and cleaned his teeth by gnawing the bone and drank a glass of wine as an interlude.

He then went into the thigh which he ate and drank another glass of wine to prepare a passage for the rest. The second went the same way, and he had come to the last limb when the unfortunate farmer said, "alas! I see it is all over, but Mr. Sibouet as I have to pay, let me eat a bit." [Footnote: This also is patois. "Hai! ze vaie praou qu'izet fotu; m'ez, monche Chibouet, poez kaet zu daive paiet, lesse m'en a m'en mesiet on mocho."]

Prosper was as good a fellow as he was a soldier, and consented. The farmer had the carcass at spolia opima, and paid for the fowl with a good grace.

General Sibuet used always to love to tell of this feat of his youth. He said that his admitting the farmer to eat was a pure courtesy, and that he could easily have won the bet. His appetite at forty permitted none to doubt the assertion.

Brillat-Savarin, says in a note, "I quote this fragment of the patois of Bugey with pleasure. In it is found the English 'th and the Greek 0, and in the word praou and others, a dipthong existing in no language, the sound of which no character can describe." (See 3d Volume of the Memoirs of the Royal Society of Antiquarians of France.)

MEDITATION V.

FOOD IN GERMS.

SECTION FIRST.

DEFINITIONS.

WHAT is understood by aliments?

POPULAR ANSWER. All that nourishes us.

SCIENTIFIC ANSWER. By aliments are understood the substances which, when submitted to the stomach, may be assimulated by digestion, and repair the losses which the human body is subjected to in life.

The distinctive quality of an aliment, therefore, is its liability to animal assimulation.

ANALYSIS.

The animal and vegetable kingdoms are those which until now have furnished food to the human race.

Since analytical chemistry has become a certain science, much progress has been made into the double nature of the elements of which our body is composed, and of the substances which nature appears to have intended to repair their losses.

These studies had a great analogy, for man is to a great degree composed both of the substances on which animals feed, and was also forced to look in the vegetable kingdom for affinities susceptible of animalization.

In these two walks the most praiseworthy efforts have been made always as minute as possible, and the curious have followed either the human body or the food which invigorates it, first to their secondary principles, and then to their elements, beyond which we have not been permitted to penetrate.

Here I intended to have given a little treatise on alimentary chemistry, and to tell my readers, to how many thousands of hydrogen, carbon, etc., may be reduced the dishes that sustain us. I did not do so, however, because I remembered I would only have to copy many excellent treatises on chemistry in the hands of every body. I feared, too, that I would relapse into very barren details, and limited myself to a very reasonable nomenclature, which will only require the explanation of a small number of very usual terms.

OSMAZOME.

The greatest service chemistry has rendered to alimentary science, is the discovery of osmazome, or rather the determination of what it was.

Osmazome is the purely sapid portion of flesh soluble in cold water, and separated from the extractive portion which is only soluble in boiling water.

Osmazome is the most meritorious ingredient of all good soups. This portion of the animal forms the red portion of flesh, and the solid parts of roasts. It gives game and venison its peculiar flavor.

Osmazome is most abundant in grown animals which have red or black hair; it is scarcely found at all in the lamb, sucking pig, chicken, and the white meat of the largest fowls. For this reason true connoisseurs always prefer the second joint; instinct with them was the precursor of science.

Thus a knowledge of the existence of osmazome, caused so many cooks to be dismissed, who insisted on always throwing away the first bouillon made from meat. This made the reputation of the soupe des primes, and induced the canon Chevrier to invent his locked kettles. The Abbe Chevrier was the person who never would eat until Friday, lobsters that had not been cooked on the previous Sunday, and every intervening day placed on the fire with the addition of fresh butter.

To make use of this subject, though yet unknown, was introduced the maxim, that to make good bouillon the kettle should only smile.

Osmazome, discovered after having been so long the delight of our fathers, may be compared to alcohol, which made whole generations drunk before it was simply exhibited by distillation.

PRINCIPLE OF ALIMENTS.

The fibre is what composes the tissue of the meat, and what is apparent after the juices have been extracted. The fibres resist boiling water, and preserve their form, though stripped of a portion of their wrappings. To carve meat properly the fibres should be cut at right angles, or nearly so, with the blade of the knife. Meat thus carved looks better, tastes better, and is more easily chewed.

The bones are composed principally of gelatine and the phosphate of lime.

The quantity of gelatine diminishes as we grow older. At seventy the bones are but an imperfect marble, the reason why they are so easily broken, and why old men should carefully avoid any fall.

Albumen is found both in the flesh and the blood. It coagulates at a heat above 40 Reaumur, and causes the scum on the pot-au-feu.

Gelatine is also found in the bones, the soft and the cartilaginous parts. Its distinctive quality is to coagulate at the ordinary temperature of the atmosphere; to effect this only two and a half per cent. are needed.

Gelatine is the basis of all jelleys, of blanc manges, and other similar preparations.

Grease is a concrete oil formed in the interstices of the cellary tissue. It sometimes agglomerates in animals whom art or nature has so predisposed, such as pigs, fowls, ortolans and snipe. In some of these animals it loses its insipidity and acquires a slight and agreeable aroma.

Blood is composed of an albuminous serum and of fibrine, some gelatine and a little osmazome. It coagulates in warm water and is most nourishing, (e. g.) the blood pudding.

All the principles, we have passed in review, are common to man and to animals which feed.

All the principles we pass in review are common both to man and animals which he eats. It is not then surprising that animal food is eminently restorative and invigorating. The particles of which it is composed having a great similitude with those of which we are formed may easily be animalized when they are subjected to the vital action of our digestive organs.

VEGETABLE KINGDOM.

The vegetable kingdom however presents not less varied sources of nutrition.

The fecula is especially nutritious, especially as it contains fewer foreign principles.

By fecula we mean farina or flower obtained from cereals, from legumes and various kinds of roots, among which the potato holds a prominent place.

The fecula is the substance of bread, pastry and purees of all kinds. It thus enters to a great degree into the nourishment of almost all people.

Such food diminishes the fibres and even the courage. [Footnote: The H. E. I. Co. Sepoys, however, fight well. It may be doubted though if either Ireland or Italy will be free, until the one gives up the potato and the other macaroni. The reason why Irishmen fight better in other countries than their own, is possibly that abroad they are better fed than at home.] We must, to sustain this, refer to the Indians (East) who live on rice and serve every one who chosea to command them.

Almost all domestic animals eat the fecula, and are made by it extremely strong; for it is a more substantial nourishment than the dry and green vegetables which are their habitual food.

Sugar is not less important, either as a remedy or as an aliment.

This substance once obtained, either from the Indies or from the colonies became indigenous at the commencement of this century. It has been discovered in the grape, the turnip, the chestnut, and especially in the beet. So that speaking strictly Europe need appeal neither to India or America for it. Its discovery was a great service rendered by science to humanity, and furnishes an example which cannot but have the happiest results. (Vide enfro Sugar.)

Sugar, either in a solid state or in the different plants in which nature has placed it, is extremely nourishing. Animals are fond of it, and the English give large quantities to their blood-horses, and have observed that it sustained them in the many trials to which they were subjected.

Sugar in the days of Louis XIV. was only found in apothecary shops, and gave birth to many lucrative professions, such as pastry-cooks, confectioners, liquourists, &c. Mild oils also come from the vegetable kingdom. They are all esculent, but when mingled with other substances they should be looked on only as a seasoning. Gluten found in the greatest abundance in cheese, contributes greatly to the fermentation of the bread with which it is united. Chemists assign it an animal nature.

They make at Paris for children and for birds, and in some of the departments for men also, patisseries in which gluten predominates, the fecula having been removed by water.

Mucilage owes its nourishments to the many substances of which it is the vehicle.

Gum may be considered an aliment, not a strong thing, as it contains nearly the same elements as sugar.

Vegetable gelatine, extracted from many kinds of fruits, especially from apples, goose-berries, quinces, and some others, may also be considered a food. It is more nutritious when united with sugar, but it is far inferior in that respect to what is extracted from bones, horns, calves' feet and fish. This food is in general light, mild and healthy. The kitchen and the pharmaceutist's laboratory therefore dispute about it.

DIFFERENCE BETWEEN FAT AND LEAN.

Next to the JUICE, which, as we have said, is composed of asmazome and the extractus, there are found in fish many substances which also exist in land animals, such as fibrine, gelatine, albumen. So that we may really say JUICE distinguishes the flesh diet from what the church calls maigre.

The latter too has another peculiarity. Fish contains a large quantity of phosphorus and hydrogen, that is to say of the two most combustible things in nature. Fish therefore is a most heating diet. This might legitimate the praise once bestowed on certain religious orders, the regime of whom was directly opposed to the commonly esteemed most fragile.

INDIVIDUAL INSTANCE.

I will say no more on this physiological fact, but will not omit an instance which may be easily verified.

Some years ago I went to a country house, in the vicinity of Paris, and on the Seine, near St. Denis, near a hamlet composed chiefly of fishing huts. I was amazed at the crowd of huts I saw swarming in the road.

I remarked it with amazement to the boatman who took me across the river.

"Monsieur," said he, "we have eight families here, have fifty- three children, among whom are forty-nine girls and four boys. That one is mine." As he spoke he pointed triumphantly to a little whelp, of about five years of age, who was at the bow of the boat eating raw craw-fish.

From this observation I made ten years ago, and others I could easily recall, I have been led to think that the genesiac sense is moved by fish-eating, and that it is rather irritating than plethoric and substantial. I am inclined to maintain this opinion the more, because Doctor Bailly has recently proved, by many instances, that when ever the number of female children exceeds the male, the circumstance is due to some debilitating circumstances. This will account to us for the jests made from the beginning of time, whenever a man's wife bears him a daughter instead of a son.

I might say much about aliments considered as a tout ensemble, and about the various modifications they undergo by mixing, etc.; I hope, though, that the preceding will suffice to the majority of readers. I recommend all others to read some book ex professo, and will end with the things which are not without interest.

The first is that animalization is affected almost as vegetation is, that is that the reparative current formed by digestion, is inhaled in various manners by the tubes with which the organs are provided, and becomes flesh, nails, hair, precisely as earth, watered by the same fluid, becomes radish, lettuce, potato,--as the gardener pleases.

The second is that in the organization of life, the same elements which chemistry produces are not obtained. The organs destined to produce life and motion only act on what is subjected to them.

Nature, however, loves to wrap herself in veils, and to stop us at every advance, and has concealed the laboratory where new transformations are affected. It is difficult to explain how, having determined that the human body contained lime, sulphur, and phosphorous iron, and the other substances, all this CAN be renewed every ten years by bread and water.

MEDITATION VI.

FOOD IN GERMS.

SECTION SECOND.

SPECIALITIES.

WHEN I began to write, my table of contents was already prepared; I have advanced slowly, however, because a portion of my time is consecrated to serious labors.

During this interval of time much of my matter has escaped my memory, or been wrested from me. Elementary books on chemistry or materia medica have been put into the hands of every body, and things I expected to teach for the first time, have become popular. For instance, I had devoted many pages to the chemistry of the pot-au-feu, the substance of which is found in many books recently published.

Consequently, I had to revise this part of my book, and have so condensed it that it is reduced to a few elementary principles, to theories which cannot be too widely propagated, and to sundry observations, the fruits of a long experience, which I trust will be new to the majority of my readers.

Section I. POT-AU-FEU, POTAGE, ETC.

Pot-au-feu is a piece of beef, intended to be cooked in boiling water, slightly salted so as to extract all the soluble parts.

Bouillon is the fluid which remains after the operation.

Bouilli is the flesh after it has undergone the operation.

Water dissolves at first a portion of the osmazome; then the albumen coagulates at 50 degrees Reaumur, and forms the foam we see. The rest of the osmazome, with the extractive part of juice, and finally a portion of the wrapping of the fibres detached by the continuity of ebullition.

To have good bouillon, the water must be heated slowly, and the ebullition must be scarcely perceptible, so that the various particles necessarily dissolved, may unite ultimately and without trouble.

It is the custom to add to bouillon, vegetable or roots, to enhance the taste, and bread or pates to make it more nourishing. Then it is what is called potage.

Potage is a healthy food, very nourishing, and suits every body; it pleases the stomach and prepares it for reception and digestion. Persons threatened with obesity should take bouillon alone.

All agree that no where is potage made so well as in France, and in my travels I have been able to confirm this assertion. Potage is the basis of French national diet, and the experience of centuries has perfected it.

Section II. BOUILLI.

Bouilli is a healthful food, which satisfies hunger readily, is easily digested, but which when eaten alone restores strength to a very small degree, because in ebullition the meat has lost much of its animalizable juices.

We include in four categories the persons who eat bouilli.

1. Men of routine, who eat it because their fathers did, and who, following this practice implicitly, expect to be imitated by their children.

2. Impatient men, who, abhorring inactivity at the table, have contracted the habit of attacking at once whatever is placed before them.

3. The inattentive, who eat whatever is put before them, and look upon their meals as a labor they have to undergo. All that will sustain them they put on the same level, and sit at the table as the oyster does in his bed.

4. The voracious, who, gifted with an appetite which they seek to diminish, seek the first victim they can find to appease the gastric juice, which devours them, and wish to make it serve as a basis to the different envois they wish to send to the same destination.

Professors of gastronomy never eat bouilli, from respect to the principles previously announced, that bouilli is flesh without the juices. [Footnote: This idea which began to make its impression on bouilli has disappeared. It is replaced by a roasted filet, a turbot, or a matelote.]

Section III. FOWLS.

I am very fond of second courses, and devoutly believe that the whole gallinaceous family was made to enrich our larders and to deck our tables.

From the quail to the turkey, whenever we find a fowl of this class, we are sure to find too, light aliment, full of flavor, and just as fit for the convalescent as for the man of the most robust health.

Which one of us, condemned to the fare of the fathers of the desert, would not have smiled at the idea of a well-carved chicken's wing, announcing his rapid rendition to civilized life?

We are not satisfied with the flavor nature has given to gallinaceous fowls, art has taken possession of them, and under the pretext of ameliorating, has made martyrs of them. They have not only been deprived of the means of reproduction, but they have been kept in solitude and darkness, and forced to eat until they were led to an unnatural state of fatness.

It is very true that this unnatural grease is very delicious, and that this damnable skill gives them the fineness and succulence which are the delight of our best tables.

Thus ameliorated, the fowl is to the kitchen what the canvass is to painters. To charlatans it is the cap of Fortunatus, and is served up boiled, roasted, fried, hot, cold, whole or dismembered, with or without sauce, broiled, stuffed, and always with equal success.

Three portions of old France disputed for the honor of furnishing the best fowls, viz: Caux, Mans, and Bresse.

In relation to capons, and about this there is some doubt, the one on the table always seeming the best. Bresse seems, however, to have pre-eminence in pullets, for they are round as an apple. It is a pity they are so rare in Paris!

Section IV. THE TURKEY.

The turkey is certainly one of the most glorious presents made by the new world to the old.

Those persons who always wish to know more than others, say that the turkey was known to the ancients, and was served up at the wedding feast of Charlemagne. They say it is an error to attribute the importation to the Jesuits. To these paradoxes but two things can be opposed:

1st. The name of the bird proves its origin, for at one time America was called the West Indies.

2d. The form of the bird is altogether foreign.

A well informed man cannot be mistaken about it.

Though already perfectly satisfied, I made much deep research in the matter. I will not inflict my studies on my readers, but will only give them the results:

1. The turkey appeared in Europe about the end of the seventeenth century.

2. That it was imported by the Jesuits who sent a large number especially to a farm they had near Bouges.

3. That thence they spread gradually over France, and in many localities a turkey to this day is called a Jesuit.

4. Only in America has the turkey been found in a wild state, (it is unknown in Africa.)

5. That in the farms of North America, where it is very common, it has two origins, either from eggs which have been found and hatched or from young turkeys caught in the woods. The consequence is they are in a state of nature and preserve almost all their original plumage.

Overcome by this evidence I bestow on the good fathers a double portion of gratitude, for they imported the Quinquina yet known as "Jesuit's bark."

The same researches informed us that the turkey gradually became acclimated in France. Well informed observers have told me that about the middle of the last century of twenty young turkeys scarcely ten lived, while now fourteen out of every twenty mature. The spring rains are most unfortunate to them; the large drops of rain striking on their tender heads destroy them.

DINDONOPHILES.

The turkey is the largest, and if not the finest, at least the most highly flavored of the gallinaceous family.

It has also the advantage of collecting around it every class of society.

When the virgin dresses, and farmers of our countries wish to regale themselves in the long winter evenings, what do they roast before the fire of the room in which the table is spread? a turkey.

When the mechanic, when the artist, collects a few friends to enjoy a relief which is the more grateful because it is the rarer; what is one of the dishes always put on the table? a turkey stuffed with Lyons sausage and with chestnuts of Lyons.

In the highest gastronomical circles, in the most select reunions, where politics yield to dissertations on the taste, for what do people wait? What do they wish for? a dinde truffe at the second course. My secret memoirs tell me that its flavor has more than once lighted up most diplomatic faces.

FINANCIAL INFLUENCE OF THE TURKEY.

The importation of turkeys became the cause of a great addition to the public fortune, and occasioned a very considerable commerce.

By raising turkeys the farmers were able the more surely to pay their rents. Young girls often acquired a very sufficient dowry, and towns-folk who wished to eat them had to pay round prices for them.

In a purely financial point of view turkeys demand much attention.

I have reason to believe, that between the first of November and the end of February, three hundred dindon truffees are consumed per diem. The sum total is 30,000 turkeys.

The price of every turkey in that condition is at least twenty francs, and the sum of the whole is not less than 720,000 francs-- a very pretty sum of money. One must add a similar sum for the fowls, pheasants, pullets and partridges, suffered in the same way, and which are every day exhibited in the provision shops, as a punishment for beholders who are too poor to buy them.

EXPLOIT OF THE PROFESSOR.

While I was living at Hartford, in Connecticut, I was lucky enough to kill a wild turkey. This exploit deserves to be transmitted to posterity, and I tell it with especial complaisance as I am myself the hero.

An American farmer had invited me to hunt on his grounds; he lived in the remotest part of the State, [Footnote: Brillat-Savarin uses the French words "derrieres de l'etat" and translates them in English, in parenthesis "Backwoods."] and promised me partridges, grey squirrels and wild turkeys. [Footnote: He also translates in the same manner "dindes sauvages" welp cocks.] He also permitted me to bring a friend or two if I pleased.

One fine day in October, 1794, therefore, with a friend, I set out with the hope of reaching the farm of Mr. Bulow, five mortal leagues from Hartford, before night.

Though the road was hardly traced, we arrived there without accident, and were received with that cordial hospitality expressed by acts, for before we had been five minutes on the farm, dogs, horses and men were all suitably taken care of.

About two hours were consumed in the examination of the farm and its dependencies. I would describe all this if I did not prefer to display to the reader the four buxom daughters of Mr. Bulow, to whom our arrival was a great event.

Their ages were from sixteen to twenty-four, and there was so much simplicity in their persons, so much activity and abandon, that every motion seemed full of grace.

After our return from walking we sat around a well furnished table. A superb piece of corned beef, a stewed goose, and a magnificent leg of mutton, besides an abundance of vegetables and two large jugs of cider, one at each end of the table, made up our bill of fare.

When we had proven to our host, that in appetite at least, we were true huntsmen, we began to make arrangements for our sport. He told us where we would find game, and gave us land-marks to guide us on our return, not forgetting farm-houses where we could obtain refreshments.

During this conversation the ladies had prepared excellent tea, of which we drank several cups, and were then shown into a room with two beds, where exercise and fatigue procured us a sound sleep.

On the next day we set out rather late, and having come to the end of the clearings made by Mr. Bulow, I found myself in a virgin forest for the first time. The sound of the axe had never been heard there.

I walked about with delight, observing the blessings and ravages of time which creates and destroys, and I amused myself by tracing all the periods on the life of an oak since the moment when its two leaves start from the ground, until it leaves but a long black mark which is the dust of its heart.

My companion, Mr. King, reproached me for my moodiness, and we began the hunt. We killed first some of those pretty grey partridges which are so round and so tender. We then knocked down six or seven grey squirrels, highly esteemed in America, and at last were fortunate enough to find a flock of turkeys.

They rose one after the other, flying rapidly and crying loudly. Mr. King fired on the first and ran after it. The others were soon out of shot. The most sluggish, of all arose at last, not ten paces from me. It flew through an opening, I fired and it fell dead.

One must be a sportsman to conceive the extreme pleasure this shot caused me. I siezed on the superb bird and turned it over and over for a quarter of an hour, until I heard my companion's voice calling for assistance. I hurried to him and found that he called me to aid him in looking for a turkey he claimed to have killed, but which had disappeared.

I put my dog on the scent but he led us into an under growth, so thick and thorny that a snake could scarcely penetrate it; I had then to give up the search, and my companion was in a bad humor all day long.

The rest of the day scarcely deserves the honors of printing. On our return we lost ourselves in boundless woods, and we were in not a little danger of having to stay out all night, when the silvery tones of Mr. Bulow's daughters, and the deep bass of their father, who had come to look for us, guided us home.

The four sisters were fully armed with clean dresses, new ribbons, pretty hats, and so carefully shod that it was evident that they had formed a high opinion of us. I tried to make myself agreeable to the one of the ladies who took my arm, a thing she did as naturally as if it had belonged to her jure conjugali.

When we reached the farm supper was ready, but before we sat down to the table we drew near to a bright and brilliant fire which had been lighted for us, though the season did not indicate that such a a precaution was necessary. We found it very comfortable, fatigued as we were, and were rested as if by enchantment.

This custom doubtless comes from the Indians who always have a fire in their huts. It may be, this is a tradition of St. Francis de Sales, who said that fire was good eleven months of the year (non liquet).

We ate as if we were famished; a large bowl of punch enabled us to finish the evening, and a conversation, which our host made perfectly free, led us far into the night.

We spoke of the war of Independence, in which Mr. Bulow [Footnote: The M. Bulow of whom Savarin speaks, is none other than Lieut. Col. Bellows of the Connecticut Line, many of whose relations yet remain in the Valley of the Connecticut.] had served as a field officer of M. de La Fayette, who every day becomes greater in the eyes of the Americans, who always designate him as "the Marquis" of agriculture, which at that time enriched the United States, and finally of my native land, which I loved the more because I was forced to leave it.

When wearied of conversation the father would say to his eldest daughter, "Maria, give us a song." She without any embarrassment sung the American national airs. The complaints of Mary Stuart and of Andre, all popular in America. Maria had taken a few lessons, and in that remote country passed for a virtuosa; her singing though, derived its charm from the quality of her voice, which was at once clear, fresh and accentuated.

On the next day, in spite of Mr. Bulow's persuasions, we set out. I had duties to discharge; and while the horses were being prepared, Mr. Bulow took me aside and used these remarkable words.

"You see in me, sir, a happy man, if there be one under heaven; all that you see here is derived from my own property. My stockings were knit by my daughters, and my cloths were furnished by my flocks. They also, with my garden, furnish me with an abundance of healthy food. The greatest eulogium of our government is, that in the State of Connecticut there are a thousand farmers as well satisfied as I am, the doors of whom have no locks.

"Taxes are almost nothing, and as long as they be paid any one can sleep calmly. Congress favors national industry as much as it can, and merchants are always ready to take from us whatever we wish to sell. I have ready money for a long time, for I have just sold at twenty-four dollars a barrel, flour I usually receive eight for.

"All this is derived from the liberty we have acquired, and established on good laws. I am master of my own house; and you will not be astonished when you know that we never fear the sound of the drum, and, except on the 4th of July, the glorious anniversary of our Independence, neither soldiers, uniforms, nor bayonets are seen."

On my way back I seemed absorbed by profound reflection. Perhaps the reader may think I mused on my host's parting words; I had very different thoughts, however, for I was studying how I should cook my turkey. I was in some trouble, for I feared I would not find all I needed at Hartford, and wished to make a trophy of my spolia opima.

I make a painful sacrifice in suppressing the details of the profound science I exhibited in the preparation of an entertainment, to which I invited several friends. Suffice it to say that the partridge wings were served en papillote, and the grey squirrels stewed in madeira.

The turkey, which was our only roast dish, was charming to the sight, flattering to the sense of smell, and delicious to taste. Therefore, until the last fragment was eaten, there were heard around the table, "Very good;" "Exceedingly good;" "Dear sir; what a nice piece." [Footnote: The flesh of the wild turkey is more highly colored and more perfumed than the domestic fowl. I am glad to learn that my amiable colleague, M. Bosc, had killed many in Carolina, which he found excellent, and far better than those in Europe. He therefore recommends that they be allowed the largest liberty, that they be driven into the woods and fields, to enhance the flavor and bring it as nearly as possible back to the original species.--Annales d'Agriculture cah. du 28 Fevr. 1821.] By game we mean all wild animals which are fit to eat, and live in a state of natural liberty.

We say fit to eat, because many animals which are in a state of nature are not fit to eat. Such as foxes, crows, pies, wild-cats, etc. They are called in French Betes puantes vermin.

Game is divided into three series.

The first contains all birds, from the grive to the smallest of the feathered tribe.

The second ascends from the rail to the snipe, partridge, and pheasant, including the rabbit and the hare; it is divided into three categories, of the marsh, hairy, and feathered.

The third, which bears the name of venison, is composed of the wild-boar, kid, and all other horny-footed cattle.

Game is one of the great luxuries of our tables; it is a healthy, warm, highly-flavored and high tasted flesh, easily digested, whenever one is hungry.

These qualities, however, are not so inherent as not to a certain degree to depend on the skill of the cook. Put some water, salt and beef into a pot, and you can obtain from them a very good soup. Substitute venison for the beef, and the result will not be fit to eat. Butcher's meat, in this respect, has the advantage. Under the manipulation, however, of a skilful cook, game undergoes various modifications and transformations, and furnishes the greater portions of the dishes of the transcendental kitchen.

Game derives, also, a great portion of its value from the soil on which it is fed. The taste of a Perigord partridge is very different from that of one from Sologne, and the hare killed in the vicinity of Paris is a very different dish from one shot on the hills of Valromey or upper Dauphiny. The latter is probably the most perfumed of all beasts.

Among small birds, beyond all doubt, the best is the "beccafico."

It becomes at least as fat as the red-throat or the ortolan, and nature has besides given it a slight bitterness, and a peculiar and exquisite perfume, which enables it to fill and delight all the gustatory organs. Were the beccafico as large as a pheasant, an acre of land would be paid for it.

It is a pity this bird is so rare, that few others than those who live in the southern departments of France, know what it is. [Footnote: I am inclined to think the bird is utterly unknown in America.--TRANSLATOR.] Few people know how to eat small birds. The following method was imparted confidentially to me by the Canon Charcot, a gourmand by profession, and a perfect gastronome, thirty years before the word gastronomy was invented:

Take a very fat bird by the bill and sprinkle it with salt, take out the entrailles, I mean gizzard, liver, etc., and put it whole in your mouth. Chew it quickly, and the result will be a juice abundant enough to permeate the whole organ. You will then enjoy a pleasure unknown to the vulgar.

"Odi profanum vulgus et arceo." HORACE.

The quail, of all game properly so-called, is the nicest and the most pleasant. A very fat quail is pleasant both to eat, see, and smell. Whenever it is either roasted, or served en papillote, a great folly is committed, because its perfume is very volatile, and when ever in contact with a liquid, its flavor is dissolved and lost.

The snipe is a charming bird, but few people know all its charms. It is in its glory only when it has been cooked under the huntsman's eyes; and the huntsman must have killed it. Then the roast is perfected according to rule, and the mouth is inundated with pleasure.

Above the preceding, and above all others, the pheasant should be placed. Few mortals, however, know exactly how to cook it.

A pheasant eaten only a week after its death is not good as a partridge or a pullet, for its merit consists in its aroma.

Science has considered the expansion of this aroma, experience has utilised science, so that a pheasant ready for the spit is a dish fit for the most exalted gourmands.

In the varieties will be found a recipe for roasting a pheasant, a la Sainte Alliance. The time has come when this method, hitherto concentrated in a small circle of friends, should be made known for the benefit of humanity. A pheasant with truffles is not good as one would be apt to think it. The bird is too dry to actuate the tubercle, and the scent of the one and the perfume of the other when united neutralize each other--or rather do not suit.

Section VI. FISH.

Savants, in other respects orthodox, have maintained that ocean was the common cradle of all that exists, and that man himself sprang from the sea and owes his actual habits to the influence of the air, and the mode of life he has been obliged to adopt.

Be this as it may, it is at least certain, that the waters contain an immense quantity of beings of all forms and sizes, which possess vitality in very different proportions, and according to mode very different from that of warm blooded animals.

It is not less true that water has ever presented an immense variety of aliments, and that in the present state of science it introduces to our table the most agreeable variety.

Fish, less nutritious than flesh and more succulent than vegetables, is a mezzo termine, which suits all temperments and which persons recovering from illness may safely eat.

The Greeks and Romans, though they had not made as much progress as we have in the art of seasoning fish, esteemed it very highly, and were so delicate that they could even tell where it had been taken.

Large fish ponds were maintained, and the cruelty of Vellius Pollis who fed his lampreys on the bodies of slaves he caused to be slain is well known. This cruelty Domitian disapproved of but should have punished.

There has been much discussion as to which is the best fish.

The question will never be decided, for as the Spanish proverb says, sobre los gustos no hai disputa. Every one is effected in his own way. These fugitive sensations can be expressed by no known character, and there is no scale to measure if a CAT-FISH (!), a sole, or a turbot are better than a salmon, trout, pike, or even tench of six or seven pounds.

It is well understood that fish is less nourishing than meat, because it contains no osmazome, because it is lighter in weight, and contains less weight in the same volume. Shell-fish, and especially oysters, furnish little nutrition, so that one can eat a great many without injury.

It will be remembered that not long ago any well arranged entertainment began with oysters, and that many guests never paused without swallowing a gross (144). I was anxious to know the weight of this advance guard, and I ascertained that a dozen oysters, fluid included, weighed four ounces averdupois. Now look on it as certain that the same persons who did not make a whit the worse dinner, on account of the oysters would have been completely satisfied if they had eaten the same weight of flesh or of chicken.

ANECDOTE.

In 1798 I was at Versailles as a commissary of the Directory, and frequently met M. Laperte, greffier of the count of the department. He was very fond of oysters, and used to complain that he had never had enough.

I resolved to procure him this satisfaction, and invited him to dine with me on the next day.

He came. I kept company with him to the tenth dozen, after which I let him go on alone. He managed to eat thirty-two dozen within an hour for the person who opened them was not very skilful.

In the interim, I was idle, and as that is always a painful state at the table, I stopped him at the moment when he was in full swing. "Mon cher," said I, "you will not to-day eat as many oysters as you meant--let us dine." We did so, and he acted as if he had fasted for a week.

Muria-Garum

The ancients extracted from fish two highly flavored seasonings, muria and garum.

The first was the juice of the thuny, or to speak more precisely, the liquid substance which salt causes to flow from the fish.

Garum was dearer, and we know much less of it. It is thought that it was extracted by pressure from the entrailles of the scombra or mackerel; but this supposition does not account for its high price. There is reason to believe it was a foreign sauce, and was nothing else but the Indian soy, which we know to be only fish fermented with mushrooms.

Certainly, people from their locality are forced to live almost entirely upon fish. They also feed their working animals with it, and the latter from custom gradually grow to like this strange food. They also manure the soil with it, yet always receive the same quantity from the sea which surrounds them.

It has been observed that such nations are not so courageous as those that eat flesh. They are pale, a thing not surprising, for the elements of fish must rather repair the lymph than the blood.

Among ichthyophages, remarkable instances of longevity are observed, either because light food preserves them from plethora, or that the juices it contains being formed by nature only to constitute cartilages which never bears long duration, their use retards the solidification of the parts of the body which, after all, is the cause of death.

Be this as it may, fish in the hands of a skilful cook is an inexhaustible source of enjoyment. It is served up whole, in pieces, truncated with water, oil, vinegar, warm, cold; and is always well received. It is, however never better than when dressed en matilotte.

This ragout, though made a necessary dish to the boatmen on our rivers, and made in perfection only by the keepers of cobarets on their banks, is incomparably good. Lovers of fish never see it without expressing their gratification, either on account of its freshness of taste, or because they can without difficulty eat an indefinite quantity, without any fear of satiety or indigestion. Analytical gastronomy has sought to ascertain what are the effects of a fish diet on the animal system. Unanimous observation leads us to think that it has great influence on the genesiac sense, and awakens the instinct of reproduction in the two sexes. This effect being once known, two causes were at once assigned for it:

1st. The different manner of preparing fish, all the seasoning for it being irritating, such as carar, hering, thon marine, etc.

2d. The various juices the fish imbibes, which are highly inflammable and oxigenise in digestion.

Profound analysis has discovered a yet more powerful cause: the presence of phosphorous in all the portions, and which decomposition soon developes.

These physical truths were doubtless unknown to the ecclesiastical legislators, who imposed the lenten diet on different communities of monks, such as Chartreux, Recollets, Trappists, and the Carmelites reformed by Saint Theresa; no one thinks that they wished to throw a new difficulty into the way of the observance of the already most anti-social vow of chastity.

In this state of affairs, beyond doubt, glorious victories were won, and rebellious senses were subjected; there were, however, many lapses and defeats. They must have been well averred, for the result was the religious orders had ultimately a reputation like that of Hercules and the daughters of Danaus, or Marshal Saxe with M'lle Lecouvreur.

They might also have been delighted by an anecdote, so old as to date from the crusades.

Sultan Saladin being anxious to measure the continence of devises, took two into his palace, and for a long time fed them on the most succulent food.

Soon all traces of fasting began to disappear, and they reached a very comfortable embonpoint. At that time they were given as companions two odalisques of great beauty, all of whose well- directed attacks failed, and they came from the ordeal pure as the diamond of Visapor.

The Sultan kept them in his palace, and to celebrate their triumph fed them for several weeks on fish alone.

After a few days they were again submitted to the ordeal of the odalisques, and.........

In the present state of our knowledge, it is probable that if the course of events were to establish any monastic order, the superiors would adopt some regimen better calculated to maintain its objects.

PHILOSOPHICAL REFLECTION.

Fish, considered in general, is an inexhaustible source of reflection to the philosopher.

The varied forms of these strange animals, the senses they are deprived of, and the limited nature of those they have, their various modes of existence, the influence exerted over them by the medium in which they live, move, and breathe, extend the range of our ideas and the indefinite modifications which result from their nature, motions and lives.

For my part, I entertain to them a sentiment very like respect, resulting from my belief that they belong to antediluvian races. The great convulsion which doomed our ancestors, in the eighteenth century of the world, to fish was a season of joy, triumph and festivity.

Section VII. TRUFFLES.

Who ever says truffle, pronounces a great word, which awakens eratic and gourmand ideas both in the sex dressed in petticoats and in the bearded portion of humanity.

This honorable duplication results from the fact that the tubercle is not only delicious to the taste, but that it excites a power the exercise of which is accompanied by the most delicious pleasures.

The origin of the truffle is unknown; they are found, but none know how they vegetate. The most learned men have sought to ascertain the secret, and fancied they discovered the seed. Their promises, however, were vain, and no planting was ever followed by a harvest. This perhaps is all right, for as one of the great values of truffles is their dearness, perhaps they would be less highly esteemed if they were cheaper.

"Rejoice, my friend," said I, "a superb lace is about to be manufactured at a very low price."

"Ah!" replied she, "think you, if it be cheap, that any one would wear it?"

ERATIC VIRTUE OF TRUFFLES.

The Romans were well acquainted with the truffle, but I do not think they were acquainted with the French variety. Those which were their delight were obtained from Greece and Africa, and especially from Libia. The substance was pale, tinged with rose, and the Libian truffles were sought for as being far the most delicate and highly perfumed.

...... "Gustus elementa per omnia quaerunt." JUVENAL.

From the Romans to our own time, there was a long interregnum, and the resurrection of truffles is an event of recent occurrence. I have read many old books, in which there is no allusion to them. The generation for which I write may almost be said to witness its resurrection.

About 1780 truffles were very rare in Paris, and they were to be had only in small quantities at the Hotel des Americans, and at the Hotel de Province. A dindon truffee was a luxury only seen at the tables of great nobles and of kept women.

We owe their abundance to dealers in comestibles, the number of whom has greatly increased, and who, seeing that their merchandise was popular, had it sought for throughout the kingdom. Sending for it by either the mail or by couriers, they made its search general. As truffles cannot be planted, careful search alone can obtain it.

At the time I write (1825) the glory of the truffle is at its apogee. Let no one ever confess that he dined where truffles were not. However good any entree may be, it seems bad unless enriched by truffles. Who has not felt his mouth water when any allusion was made to truffles a la provincale.

A saute of truffles is a dish the honors of which the mistress of the house reserves to herself; in fine, the truffle is the diamond of the kitchen.

I sought the reason of this preference; it seemed to me that many other substances had an equal right to the honor, and I became satisfied that the cause was that the truffle was supposed to excite the genesiac sense. This I am sure is the chief quality of its perfection, and the predilection and preference evinced for it, so powerful is our servitude to this tyrannical and capricious sense.

This discovery led me to seek to ascertain if the effect were real or imaginary.

[The Translator here has thought it best to omit a very BROAD dialogue, which Brillat-Savarin introduced into his book.]

.......... I made ulterior researches, collected my ideas, and consulted the men who were most likely to know, with all of whom I was intimate. I united them into a tribunal, a senate, a sanhedrim, an areopagus, and we gave the following decision to be commented upon by the litterateures of the twenty-eighth century.

"The truffle is a positive aphrodisiac, and under certain circumstances makes women kinder, and men more amiable."

In Piedmont white truffles are met with, which are very highly esteemed. They have a slight flavor, not injurious to their perfection, because it gives no disagreable return.

The best truffles of France come from Perigord, and upper Provence. About the month of January they have their highest perfume.

Those from Bugey also have a high flavor, but can not be preserved.

Those of Burgundy and Dauphiny are of inferior quality. They are hard, and are deficient in farinacious matter. Thus, there are many kinds of truffles.

To find truffles, dogs and hogs are used, that have been trained to the purpose. There are men, however, with such practised eyes that by the inspection of the soil they can say whether it contains truffles or not, and what is their quality.

ARE TRUFFLES INDIGESTIBLES?

We have only to ascertain if the truffle be indigestible or not.

We say no.

This decision is ex cathedra, and well sustained.

1. By the nature of the substance. The truffle is easily masticated, is light, and has nothing hard nor cartilaginous in its composition.

2. During our observations for fifty years, we have never known any indigestion to result from truffles. [Footnote: The translator has known several such indigestions. He once nearly became a martyr to a galatine de Perdrix truffee, at the restaurant of the late M. Dandurand.]

3. The attestation of the most eminent of the faculty of Paris, a city eminently gourmande and trufflivorous, sustains this idea.

4. From the daily conduct of the doctors of the law, who, caeteris paribus, consume more truffles than any other class of citizens. Doctor Malonet used to eat enough to give an elephant the indigestion. He however lived to be eighty-six.

We may therefore look on it as certain, that the truffle is a food healthy as it is agreeable, and that when taken in moderation it passes through the system as a letter does through the post office.

One may easily be indisposed after a great dinner, where other things than truffles have been eaten; such accidents, however, only happen to those who, after the first service, were already stuffed like canons, and who failed in the second, leaving the luxuries offered them untouched.

This is not then the fault of truffles, and we may be sure they had swallowed so many glasses of pure water or eaten the same number of potatoes.

Let us conclude by a circumstance which shows how easily we may be mistaken without careful observation.

One day I invited Mr. S--, a very pleasant old man, to dine with me. He was also a gourmand of the highest grade. Either because I knew his tastes, or to satisfy all my guests that I wished to make them happy, I was not sparing in truffles, and they appeared under the egis of young turkeys most carefully stuffed.

Mr. S--ate with energy, and as I knew he could not injure himself I left him alone, persuading him not to hurry himself because no one would attack the property he had acquired.

All passed off very well, and we separated at a very late hour. When we reached home, however, Mr. S-- was attacked by a violent cholic, a disposition to vomit, convulsive cramp, and general indisposition.

This state of things lasted some time, and all said he suffered from the indigestion caused by truffles; at last nature came to the patient's aid, and Mr. S-- opened his mouth and threw up a single truffle, which struck the wall and rebounded, luckily without injury to the by-standers.

All unpleasant symptoms at once disappeared, tranquility was restored, digestion recommenced its course, the patient went to sleep and awoke in the morning perfectly well.

The cause was easily understood, Mr. S--had been eating a long time, and his teeth were unable to sustain the labor imposed on them. He had lost many of those precious members, and those he had left did not always meet together.

A truffle had thus escaped mastication, and almost whole had been swallowed. Digestion had carried it to the pylorus where it was momentarily detained, and this mechanical detention had caused all his trouble, as expulsion had cured it.

Thus there was no indigestion, but merely the interposition of a foreign body.

This was decided on by the consulting body, which saw the corpus delicti, and which selected me as its reporter.

Mr. S-- did not on this account remain a whit less fond of truffles. He always attacked them with the same audacity, but was very careful to swallow them with more prudence. He used to thank God that this sanitary precaution had prolonged his life and his enjoyments.

Section VIII. SUGAR.

In the present state of science we understand by sugar a substance mild to the taste, crystalizable, and which by fermentation resolves itself into carbonic acid and alcohol.

By sugar once was understood only the crystalized juice of the cane, (arundo saccharifera.)

A few pages of old authors would induce us to think the ancients had observed in certain arundines a sweet and extractible portion. Lucanus says:

"Qui bibunt tenera dulces ab arundine succos."

Between water sweetened by the juice of the cane, and the sugar we have, there is a great difference. Art in Rome was not far enough advanced to accomplish it.

Sugar really originated in the colonies of the New World. The cane was imported thither two centuries ago and prospered, and effort was made to utilize the juice which flowed from it, and by gradual experiments they accomplished the manufacture of all the variety of its productions we know of.

The culture of the sugar cane has become an object of the greatest importance; it is a great source of wealth both to the cultivators and the vendors, and also to the taxes of governments who levy an import on it.

INDIGENOUS SUGAR.

It has long been thought that tropical heat was not needed to form sugar. About 1740 Morgroff discovered that many plants of the temperate zones, and among others the beet contained it.

Towards the beginning of the nineteenth century, circumstances having made sugar scarce, and consequently dear, the government made it an object for savants to look for it.

The idea was successful, and it was ascertained that sugar was found in the whole vegetable kingdom; that it existed in the grape, chestnut, potato, and in the beet especially.

This last plant became an object of the greatest culture, and many experiments proved that in this respect, the old world could do without the new. France was covered with manufactories, which worked with different success, and the manufacture of sugar became naturalized; the art was a new one which may any day be recalled.

Among the various manufactories, the most prominent was that established at Passy, near Paris, by Mr. Benjamin Delassert, a citizen, the name of whom is always connected with the good and useful.

By means of a series of extensive operations, he got rid of all that was doubtful in the practice, and made no mystery of his plan of procedure, even to those who were his rivals. He was visited by the head of the government, and was ordered to furnish all that was needed at the Tuilleries.

New circumstances, the restoration of peace, having again reduced colonial sugar to a lower price, the French manufacturers lost the advantages they had gained. Many, however, yet prosper, and Delassert makes some thousands every year. This also enables him to preserve his processes until the time comes when they may again he useful. [Footnote: We may add, that at the session for the general encouragement of national industry, a medal was ordered to be presented to M. Crespel, a manufacturer of arrus, who manufactures every year one hundred and fifty thousand pounds of beet sugar, which he sells at a profit, even--when Colonial sugar is 2 francs 50 centimes the kilogramme. The reason is, that the refuse is used for distillation, and subsequently fed out to cattle.]

When beet sugar was in the market, party men, up-starts and fools, took it into their heads that its flavor was unpleasant, and some even said it was unhealthy.

Many experiments have proved the contrary, and the Count de Chaptal, in his excellent book, Chemistry Applied to Agriculture," (vol. ii. page 13,) says:

"Sugars obtained from various plants, says a celebrated chemist, are in fact of the same nature, and have no intrinsic difference when they are equally pure. Taste, crystalization, color, weight, are absolutely identical, and the most acute observer cannot distinguish the one from the other."

An idea of the force of prejudice is afforded by the fact, that out of one hundred British subjects, taken at random, not ten believe in the possibility of obtaining sugar from the beet.

USES OF SUGAR.

Sugar was introduced by the apothecaries. With them it was a most important article, for when a person was greatly in want of any article, there was a proverb, "Like an apothecary without sugar."

To say that it came thence, is to say that it was received with disfavor; some said that it was heating, others that it injured the chest; some that it disposed persons to apoplexy. Calumny, however, had to give way to truth, and for eighty years this apothegm has been current, "Sugar hurts nothing but the purse."

Under this impenetrable aegis the use of sugar has increased every day, and no alimentary substance has undergone so many transformations. Many persons like sugar in a pure state, and in hopeless cases the faculty recommend it as a substance which can do no possible harm, and which is not unpleasant.

Mixed with water, it gives us eau sucree, a refreshing drink, which is healthful, agreeable, and sometimes salutary.

Mingled in large quantities with water it constitutes sirops, which are perfumed, and from their variety are most refreshing.

Mingled with water, the caloric of which is artificially extracted, it furnishes two kinds, which are of Italian origin, and were introduced into France by Catharine de Medici.

With wine it furnishes such a restorative power that in some countries roasted meats taken to the bride and groom are covered with it, just as in Persia soused sheeps' feet are given them.

Mingled with flour and eggs, it furnishes biscuits, maccaronies, etc., etc., ad infinitum.

With milk it unites in the composition of creams, blanc-mangers and other dishes of the second course, substituting for the substantial taste of meat, ethereal perfumes.

It causes the aroma of coffee to be exhaled.

Mingled with cafe au lait, a light, pleasant aliment is produced, precisely suited to those who have to go to their offices immediately after breakfast.

With fruits and flowers it contributes to furnish confitures, marmalades, preserves, pates and candies, and enables us to enjoy the perfume of those flowers long after they have withered.

It may be that sugar might be advantageously employed in embalming, an art of which we know little.

Sugar mingled with alcohol furnishes spirituous liquors, such as were used, it is said, to warm the old blood of Louis XIV., which, by their energy, seized the palate and the taste by the perfumed gas united to them, the two qualities forming the ne plus ultra of the pleasures of the taste.

Such is the substance which the French of the time of Louis XIII. scarcely knew the name of, and which to the people of the nineteenth century is become so important; no woman, in easy circumstances, spends as much money for bread as she does for sugar.

M. Delacroix, a man of letters, who is as industrious as he is profound, was one day complaining of the price of sugar, which then cost five francs a pound, "Ah!" said he, "if sugar should ever again be thirty sous a pound, I will drink nothing but eau sucree." His wishes were granted; he yet lives, and I trust he keeps his word.

Section IX. ORIGIN OF COFFEE.

The first coffee tree was found in Arabia, and in spite of the various transplantations it has undergone, the best coffee is yet obtained there. An old tradition states that coffee was discovered by a shepherd of old, who saw that his flock was always in the greatest state of excitement and hilarity when they browsed on the leaves of the coffee tree.

Though this may be but an old story, the honor of the discovery belongs only in part to the goat-herd. The rest belongs to him who first made use of the bean, and boiled it.

A mere decoction of green coffee is a most insipid drink, but carbonization develops the aroma and forms an oil which is the peculiarity of the coffee we drink, and which would have been eternally unknown but for the intervention of heat.

The Turks excel us in this. They employ no mill to torturate the coffee, but beat it with wooden pestles in mortars. When the pestles have been long used, they become precious and are sold at great prices.

I had to examine and determine whether in the result one or the other of the two methods be preferable.

Consequently, I burned carefully a pound of good mocha, and separated it into two equal portions, the one of which was passed through the mill, and the other beaten Turkish fashion in a mortar.

I made coffee of each, taking equal weights of each, poured on an equal weight of boiling water and treated them both precisely alike.

I tasted this coffee myself, and caused others who were competent judges to do so. The unanimous opinion was that coffee which had been beaten in a mortar was far better than that which had been ground.

Any one may repeat the experiment. In the interim I will tell you a strange anecdote of the influence of one or the other kind of manipulation.

"Monsieur," said Napoleon, one day to Laplace, "how comes it that a glass of water into which I put a lump of loaf sugar tastes more pleasantly than if I had put in the same quantity of crushed sugar." "Sire," said the philosophic Senator, "there are three substances the constituents of which are identical--Sugar, gum and amidon; they differ only in certain conditions, the secret of which nature has preserved. I think it possible that in the effect produced by the pestle some saccharine particles become either gum or amidon, and cause the difference."

This remark became public, and ulterior observations has confirmed it.

DIFFERENT MODES OF PREPARING COFFEE.

Some years ago all directed their attention to the mode of preparing coffee; the reason doubtless was that the head of the government was fond of it.

Some proposed not to burn nor to powder it, to boil it three quarters of an hour, to strain it, &c.

I have tried this and all the methods which have been suggested from day to day, and prefer that known as a la Dubelloy, which consists in pouring boiling water on coffee placed in a porcelain or silver vessel pierced with a number of very minute holes. This first decoction should be taken and brought to the boiling point, then passed through the strainer again, and a coffee will be obtained clear and strong as possible.

I have also tried to make coffee in a high pressure boiling apparatus; all I obtained however was a fluid intensely bitter, and strong enough to take the skin from the throat of a Cossack.

EFFECTS OF COFFEE.

Doctors have differed in relation to the sanitary properties of coffee. We will omit all this, and devote ourselves to the more important point, its influence on the organs of thought.

There is no doubt but that coffee greatly excites the cerebral faculties. Any man who drinks it for the first time is almost sure to pass a sleepless night.

Sometimes the effect is softened or modified by custom, but there are many persons on whom it always produces this effect, and who consequently cannot use coffee.

I have said that the effect was modified by use, a circumstance which does not prevent its having effect in another manner. I have observed persons whom coffee did not prevent from sleeping at night, need it to keep them awake during the day, and never failed to slumber when they had taken it for dinner. There are others who are torpid all day when they have not taken their cup in the morning.

Voltaire and Buffon used a great deal of coffee. Perchance the latter was indebted to it for the admirable clearness we observe in his works, and the second for the harmonious enthusiasm of his style. It is evident that many pages of the treatise on man, the dog, the tiger, lion and horse, were written under a strange cerebral excitement.

The loss of sleep caused by coffee is not painful, for the perceptions are very clear, and one has no disposition to sleep. One is always excited and unhappy when wakefulness comes from any other cause. This, however, does prevent such an excitement, when carried too far, from being very injurious.

Formerly only persons of mature age took coffee. Now every one takes it, and perhaps it is the taste which forces onward the immense crowd that besiege all the avenues of the Olympus, and of the temple of memory.

The Cordwainer, author of the tragedy of Zenobia, which all Paris heard read a few years ago, drank much coffee; for that reason he excelled the cabinetmaker of Nevers, who was but a drunkard.

Coffee is a more powerful fluid than people generally think. A man in good health may drink two bottles of wine a day for a long time, and sustain his strength. If he drank that quantity of coffee he would become imbecile and die of consumption. I saw at Leicester square, in London, a man whom coffee had made a cripple. He had ceased to suffer, and then drank but six cups a day.

All fathers and mothers should make their children abstain from coffee, if they do not wish them at twenty to be puny dried up machines. People in large cities should pay especial attention to this, as their children have no exaggeration of strength and health, and are not so hearty as those born in the country.

I am one of those who have been obliged to give up coffee, and I will conclude this article by telling how rigorously I was subjected to its power.

The Duke of Mossa, then minister of justice, called on me for an opinion about which I wished to be careful, and for which he had allowed me but a very short time.

I determined then to sit up all night, and to enable me to do so took two large cups of strong and highly flavored coffee.

I went home at seven o'clock to get the papers which had been promised me, but found a note telling me I would not get them until the next day.

Thus in every respect disappointed, I returned to the house where I had dined, and played a game of piquet, without any of the moody fits to which I was ordinarily subject.

I did justice to the coffee, but I was not at ease as to how I would pass the night.

I went to bed at my usual hour, thinking that if I did not get my usual allowance, I would at least get four or five hours, sufficient to carry me through the day.

I was mistaken. I had been two hours in bed and was wider awake than ever; I was in intense mental agitation, and fancied my brain a mill, the wheels of which revolved, grinding nothing.

The idea came to me to turn this fancy to account, and I did so, amusing myself by putting into verse a story I had previously read in an English paper.

I did so without difficulty, and as I did not sleep I undertook another, but in vain. A dozen verses had exhausted my poetic faculty, and I gave it up.

I passed the night without sleep, and without even being stupified for a moment, I arose and passed the day in the same manner. When on the next night I went to bed at my usual hour I made a calculation, and found out that I had not slept for forty hours.

Section X. CHOCOLATE--ITS ORIGIN.

The first visiters of America were impelled by a thirst of gold. At that time nothing was appreciated but the products of the mines. Agriculture and commerce were in their infancy, and political economy was as yet unborn. The Spaniards found then the precious metals, an almost sterile discovery, for they decreased in value as they became more abundant. We have other and better ways to increase wealth.

In those regions, however, where a genial sun confers immense fruitfulness on the soil, the cultivation of sugar and coffee was found advantageous. The potato, indigo, vanilla, guano, cocoa, were also discovered; these are its real treasures.

If these discoveries took place in spite of the barriers opposed to curiosity by a jealous nation, we may reasonably hope that they will be multiplied ten-fold in the course of the years to come; and that the explorations of the savants of old Europe will enrich the three kingdoms with a multitude of substances which will give us new sensations, as vanilla has, or augment our alimentary resources, as cocoa.

It has been determined to call chocolate the result of the paste of cocoa burnt with sugar and the bark of the cinnamon. This is the technical definition of chocolate. Sugar is the integral part, for without sugar the compound is cocoa and, chocolate. To sugar, cinnamon and cocoa is joined the delicious aroma of vanilla, and thus is obtained the ne plus ultra to which this preparation can be carried.

To this small number of ingredients has been reduced the number of things sought to mingle with cocoa in the manufacture of chocolate. Pepper, pimento, anise seed, ginger and others, have necessarily been tried.

The cocoa tree is a native of South America, and is found both in the islands and on the continent. It has been confessed, however, that the best fruit is produced by the trees which grow on the banks of Moracaibo, in the valleys of Caracas, and in the province of Sokomusko. The fruit is larger, the sugar less bitter, and the taste higher. Since these regions have become accessible, a comparison may be made every day and the palate will never be deceived.

The Spanish women of the new world are passionately fond of chocolate; and not satisfied with taking it two or three times a day, have it even sent after them to church. This sensuality has often drawn down the censure of their bishops, who, however, gradually closed their eyes to it. The reverend father Escobar, the metaphysics of whom was subtle as his morals were accommodating, used to declare that chocolate made with water did not break a fast; thus for the use of his penitents reproducing the old adage, "Liquidum non frangit jejunium."

Chocolate was brought to Spain about the end of the seventeenth century, and the use became at once common. Women especially showed great fondness for it. Manners have not changed in this particular as yet, and now throughout all the peninsula chocolate is presented on all occasions when it is usual to offer any refreshment.

Chocolate crossed the mountains with Anne of Austria, the daughter of Philip II., and wife of Louis XIII. The Spanish monks also made it known, by presents to their brethren in France. The Spanish ambassadors also made it popular, and during the regency it was more universally used than coffee, because it was taken as an agreeable food, while coffee was esteemed a luxury.

Linnaeus calls the cocoa cacao theobroma, (cocoa, the drink of the gods). A cause for this name has been sought. Some assign his passionate fondness for it, and the other his desire to please his confessor; there are those who attribute it to gallantry, a Queen having first introduced it. (Incertum.)

PROPERTIES OF CHOCOLATE.

Chocolate has given occasion to profound dissertations, with the object of determining its nature and properties, and to place it in the category of warm, cold, or temperate drinks. We must own all their lucubrations have contributed but slightly to the elucidation of truth.

It was left for time and experience, those two great masters, to show that chocolate prepared with care is as healthful as it is agreeable. That it is nourishing, easily digested, and is not so injurious to beauty as coffee said to be. It is very suitable to persons who have much mental toil, to professors and lawyers, especially to lawyers. It also suits certain feeble stomachs, and has been thought most advantageous in chronic diseases. It is the last resource in affections of the pylorus.

These various properties chocolate owes to nothing but an eloesaccharum. Few substances contain in the same volume more nutrition. It becomes almost entirely animalised.

During the war, cocoa was rare and very dear. Substitutes were sought for, but all efforts were vain. One of the blessings of peace was that it rid us of all those humbugs one was forced to taste, but which were no more chocolate than chicory is mocha.

Some persons complain that they cannot digest chocolate. Others say that it does not nourish them, and that it passes away too quickly.

The probability is that the first have only to blame themselves, and that the chocolate they use is of bad quality. Good and well made chocolate can be digested even by the weakest stomach.

The others have an easy remedy, and they need only strengthen their stomachs by a pate, a cotelette, or a jerked kidney. Then let them take a bowl of sokomusko, and thank God for such a powerful stomach.

Here I have an opportunity to give two examples, the correctness of which may be relied on.

After a good breakfast one may drink a full bowl of chocolate, and digestion in three hours will be perfect, so that one may dine at any hour that is pleasant. ... In zeal for the advancement of the science, I tried this experiment on many ladies who assured me they would die. They did not, though, and lived to glorify the professor.

Those who use chocolate, ordinarily enjoy the most perfect health, and are the least subject to the multitude of ailments which destroy life; their embonpoint is stationary. These two examples any one can verify in society by a scrutiny of those the regimen of whom is known.

This is the true place to speak of the properties of chocolate, which I have verified by many examples and experiments, which I am delighted to exhibit to my readers. (See varieties at the end of the volume.)

Now, then, let any man who has indulged too much in the cup of volupte; let every man who has passed in toil too much of the time when he should have slept; let every man of mind, who finds his faculties temporarily decay; every man who finds the air humid and the atmosphere painful to breathe; let every man who has a fixed idea which would deprive him of the liberty of thought; let them each take a demi litre of chocolate ambre, (sixty grains of amber to the kilogramme), and they will see wonders.

In my way of distinguishing things, I have called this chocolate des affliges; because in all the conditions I have referred to, there is something very like affliction.

Very good chocolate is made in Spain; one is indisposed to send thither for it, for all manufacturers are not equally skillful, and when it comes it has to be used as it is.

Italian chocolates do not suit the French, for the cocoa is burned too much. This makes the chocolate bitter, and deprives it of its nourishment. A portion of the bean has been reduced to carbon.

Chocolate having become common in France, all sought to learn how to make it. Few, however, approximated to perfection for the art is not easy.

In the first place it was necessary to know good cocoa and to use it in all its purity. There is no first quality case that has not its inferiorities, and a mistaken interest often causes damaged beans to be put in, which should have been rejected. The roasting of the cocoa is also a delicate operation, and requires a tact very like inspiration. Some have the faculty naturally, and are never mistaken.

A peculiar talent is necessary to regulate the quantity of sugar which enters into the composition. It is not invariable and a matter of course, but varies in proportion to the aroma of the bean and the degree of torrefaction.

The trituration and mixture do not demand less care, and on them depends the greater or less digestibility of chocolate.

Other considerations should also preside over the choice and quantity of aromas, which should not be the same with chocolate made for food and those taken as luxuries. It should also be varied according if the mass is intended to receive vanilla or not. In fine, to make good chocolate a number of very subtle equations must be resolved, and which we take advantage of without suspecting that they ever took place.

For a long time machines have been employed for the manufacture of chocolate. We think this does not add at all to its perfection, but it diminishes manipulation very materially, so that those who have adopted it should be able to sell chocolate at a very low rate. [Footnote: One of those machines is now in operation in a window in Broadway, New York. It is a model of mechanical appropriateness.] They, however, usually sell it more dearly, and this fact demonstrates that the true spirit of commerce has not yet entered France; the use of machines should be as advantageous to the consumer as to the producer.

TRUE METHOD OF PREPARING CHOCOLATE.

The Americans [Footnote: South Americans.--TRANSLATOR.] make their chocolate without sugar. When they wish to take chocolate, they send for chocolate. Every one throws into his cup as much cocoa as it needs, pours warm water in, and adds the sugar and perfumes he wishes.

This method neither suits our habits nor our tastes, for we wish chocolate to come to us ready prepared.

In this state, transcendental chemistry has taught us that it should neither be rasped with the knife nor bruised with a pestle, because thus a portion of the sugar is converted into starch, and the drink made less attractive.

Thus to make chocolate, that is to say, to make it fit for immediate use, about an ounce and a half should be taken for each cup, which should be slowly dissolved in water while it is heated, and stirred from time to time with a spatula of wood. It should be boiled a quarter of an hour, in order to give it consistency, and served up hot.

"Monsieur," said madame d'Arestrel, fifty years ago, to me at Belley, "when you wish good chocolate make it the evening before in a tin pot. The rest of the night gives it a velvet-like flavor that makes it far better. God will not be offended at this little refinement, for in himself is all excellence."

MEDITATION VII.

THEORY OF FRYING.

It was a fine morning in May; the sun shed his brightest rays on the smoky roofs of the city of enjoyments, and the streets (strangely enough) were filled neither with mud nor dust.

The heavy diligences had long ceased to shake the streets; the heavy wagons had ceased to pass, and only open carriages were seen, in which indigenous and exotic beauties under beautiful hats, cast disdainful looks on ugly, and smiling ones on good- looking cavaliers.

It was three o'clock when the professor sought his arm chair to meditate.

His right leg rested vertically on the floor, his left formed a diagonal angle with, and rested on it. His back was comfortably supported, and his hands rested on the lions' heads which terminated the arms of the venerable piece of furniture in which he sat.

His lofty brow indicated intense study, and his mouth a taste for pleasant amusement. His air was collected, and any one to have seen him would have said, "that is a sage of ancient days." The professor sent for his preparateur en chef, (chief COOK) and that officer arrived, ready to receive orders, advice or lessons.

ALLOCUTION.

"Master la Planche," said the professor with that deep grave accent which penetrates the very depth of our hearts, "all who sit at my table pronounce your potages of the first class, a very excellent thing, for potage is the first consolation of an empty stomach. I am sorry to say though that you are uncertain as a friturier. [Footnote: Anglice. Fryer.]

"I heard you sigh yesterday over that magnificent sole you served to us, pale, watery and colorless. My friend R. [Footnote: Mr. R-- -, born at Seyssel, in the district of Belley, in 1757, an elector of the grand college. He may be considered an example of the good effects of prudence and probity.] looked disapprovingly of it, M.H.R. turned his gastronomical nose to the left, and the President S. declared such a misfortune equal to a public calamity.

"This happened because you neglected the theory, the importance of which you are aware of. You are rather obstinate, though I have, taken the trouble to impress on you the facts, that the operations of your laboratory are only the execution of the eternal laws of nature, and that certain things which you do carelessly, because you have seen others do so; yet these are the results of the highest science. Listen to me, therefore, with attention, that you may never again blush at your works."

Section 1. CHEMISTRY.

"Liquids which you subject to the action of fire cannot all receive the same quantity of heat. Nature has formed them differently, and this secret, which we will call CAPACITY FOR CALORIC, she has kept to herself.

"You may, therefore, with impunity dip your finger in boiling spirits of wine; you would take it very quickly from boiling brandy; more rapidly yet from water; while the most rapid immersion in boiling oil would heat you easily.

"Consequently warm fluids act differently on the sapid bodies presented to them. Those subject to water soften, dissolve, and reduce themselves to boilli. The result is bouillon and its extracts. Those on the contrary treated with oil harden, assume a color more or less deep, and finally are carbonized.

"In the first instance, water dissolves and conveys away the interior juices of the alimentary substances placed in it. In the second the juices are preserved, for they are insoluble in oil. If these things dry up it is because a continuous heat vaporizes the humid parts.

"The two methods have different names, and FRYING is BOILING in oil or grease substances intended to be eaten. I think I have told you that officially oil and grease are synonymous; heating the latter being but a concrete oil."

Section II. APPLICATION.

"Fritures are well received in entertainments into which they introduce an agreeable variety. They are agreeable to the taste, preserve their primitive flavor, and may be eaten with the hand, a thing women are always fond of.

"Thus cooks are able to hide many things that have appeared on the day before, and remedy unforeseen requisitions on them. It takes no longer to fry a four pound chop than it does to boil an egg.

"All the merit of the friture is derived from the surprise, or the invasion of the boiling liquid which carbonizes or burns at the very instant of immersion of the body placed in it.

"To effect a purpose, the liquid must be hot enough to act instantaneously. It does not, however, reach S this point until it has long been submitted to the action of a blazing and hot fire.

"By the following means it may be ascertained if the friture be heated to the wished-for degree, cut a piece of bread in the form of a cube, and dip it in the pan for five or six seconds, if you take it out firm and dark put in what you wish to prepare immediately. If it be not, stir the fire and begin again.

"The surprise being once effected, moderate the fire that the action may not be too hurried, and that by a prolonged heat the juices it contains may be changed and the flavor enhanced.

"You have doubtless observed that fritures dissolve neither the sugar nor salt their respective natures require. You should not fail then to reduce those substances to a very fine powder in order that they may adhere the more readily, and season the dish by juxtaposition.

"I do not tell you about oils and greases for the different treatises I have put in your library give you sufficient light.

"Do not forget, however, when you get one of those trout which do not weigh more than half a pound, and which come from murmuring streams, far from the capitol, to use the finest olive oil. This delicate dish duly powdered and garnished with slices of lemon is fit for a cardinal. [Footnote: Mr. Aulissin, a very well informed Neapolitan lawyer, and a good amateur performer on the violoncello, dining one day with me, and eating some thing that pleased him, said--"Questo e un vero boccone di cardinale." "Why," said I, in the same tongue, not say "boccone in Re." "Seignore," said he, "we Italians do nothing; a king cannot be a gourmand, for royal dinners are too short and solemn. With cardinals things are very different." He shrugged his shoulders as he spoke.]

"Eperlans (smelt or sprat) should be treated in the same manner. This is the becfique of the water, and has the same perfume and excellence.

"These two prescriptions are founded in the very nature of things. Experience tells us that olive oil should only be used with things which are soon cooked, and which do not demand too high a temperature, because prolonged ebullition developes an empyreumatic and disagreable taste produced by a few particles of pulp, which can, being impossible to be gotten rid of, carbonize.

"You tried my furnace, and were the first person who ever succeeded in producing an immense fried turbot. On that day there was great rejoicing among the elect.

"Continue to be coeval in all you attempt, and never forget that from the moment guests enter the salon WE are responsible for their happiness."

MEDITATION VIII.

ON THIRST.

THIRST is the internal feeling of a wish to drink.

A heat of about 32 [degrees] Reaumur, constantly vaporizing the different fluids the circulation of which sustains life, the diminution they undergo would unfit them for their purposes, if they were not renewed and refreshed. The necessity of this renewal is what we call thirst.

We think the seat of thirst is in the digestive system. When athirst (we have often felt the sensation when hunting) we feel distinctly that all the inhaling portions of the nostrils, mouth and throat are benumbed and hardened, and that if thirst be sometimes appeased by the application of fluids to other parts of the body, as in the bath, the reason is that as soon as they are absorbed they hurry rapidly to the seat of the evil and become remedies.

VARIETIES OF THIRST.

Looking at the subject in all its bearings we may count three varieties of thirst: latent, factitious and permanent.

Latent or habitual thirst, is the insensible equilibrium established between transpiratory vaporization and the necessity of supplying what is lost. Thus, though we experience no pain, we are invited to drink while we eat, and are able to drink at almost every moment of the day. This thirst accompanies us every where, and is almost a portion of our existence.

Factitious thirst is peculiar to man, and results from the instinct which impels him to seek in drink the strength he needs. It is an artificial enjoyment rather than a natural want. This thirst is really governless, because the fluids we take have the faculty of reviving it, and this thirst becomes habitual, makes drunkards in every country. The consequence is, that they drink as long as liquor lasts, or until they are utterly overcome.

When, on the other hand, thirst is appeased by pure water, which seems the most natural remedy, we never drink more than we actually need.

Hardening thirst is the result of the increase of the want, and of the impossibility to satisfy latent thirst.

It is so called because it is accompanied by hardness of the tongue, dryness of the palate, and a devouring heat in all the body.

The sensation of thirst is so intense, that in all tongues it is synonymous with excessive desire, and irrepressible longing: thus we thirst for gold, wealth, power, science, &c., expressions which never would have become common had men not have been athirst and aware of their vengeance.

Appetite is pleasant when it does not reach the point of hunger. Thirst is not so, and as soon as we feel it we are uncomfortable and anxious. When there is no possibility of appeasing it, the state of mind is terrible.

To compensate us for this, the sense of thirst procures us great pleasure; and when great thirst is appeased, or a delicious drink is offered to one moderately athirst, the whole papillary system is aroused, from the tip of the tongue to the extremity of the stomach.

We die of thirst more rapidly than of hunger. Men with an abundance of water, have lived for eight days without bread. Without water, the system succumbs on the fifth.

The reason is that in starving, man dies more of weakness; in thirst of a burning fever.

People are not always able to resist thirst so long: in 1787, one of the hundred Swiss of Louis XVI., died from having been twenty- four hours without drink.

He was at a cabaret with some of his comrades, and as he was about to carry his glass to his lips, he was reproached with drinking oftener than the rest, and with not being able to do a moment without it.

He then made a bet of ten bottles of wine, that he would not drink for twenty-four hours.

He ceased at once, and sat by, for two hours, seeing the others drink.

The night passed well enough, but at dawn he found it difficult to do without his habitual glass of brandy.

All the morning he was uneasy and troubled; he went hither and thither without reason, and seemed not to know what he was about.

At one o'clock he laid down, fancying he would be calmer: he was really sick, but those about him could not induce him to drink. He said he could get on till evening: he wished to gain his bet, and it is probable also, that some military pride was mingled in the matter, which prevented him from yielding to pain.

He kept up until seven o'clock, but at half-after seven was very sick and soon died, without being able to swallow a glass of wine which was presented to him.

I was informed of all these details that very night, by the Sieur Schneider, the fifer of the hundred Swiss, in the house of whom I lived at Versailles.

CAUSES OF THIRST.

Many circumstances, either united or separate, contribute to thirst. We shall mention some which are not without influence on our habits.

Heat augments thirst. Whence comes the disposition men have always had to build their habitations near the sea.

Corporeal labor augments thirst. Persons who employ labourers, always gratify them by drink--hence the proverb that wine given them is always well sold.

Dancing increases thirst, and for this reason the ball-room is always supplied with invigorating drinks.

Declamation also increases thirst, which accounts for the glass of water readers always seek to drink with grace, and which is always beside the white handkerchief on the desk.

Genesiac pleasure excites thirst, and accounts for the poetical descriptions of Cyprus, Amathonte, Gnidus, and other homes of Venus, in which there are always shady groves and murmuring streamlets.

Song augments thirst, and therefore all vocalists are said to be such huge drinkers. A musician myself, I protest against this assertion, which has neither rhyme nor reason.

The artists in our saloons drink with as much prudence as sagacity; what they lose in this, however, they atone for on the other side; if not given to drink, they are untiring gourmands, so much so, that I am told at the Circle of Transcendental Harmony, [Footnote: A well known "Musical Society."] the festivals of St. Cecile lasted twenty-four hours.

EXAMPLE.

Exposure to a rapid current of air, causes a rapid augmentation of thirst, and I think the following observations will be read with pleasure by all the lovers of the chase.

It is well known that quail are fond of huge mountains, where their broods are in more safety, from the fact that the harvests are later.

When the rye is cut, they go into the barley and oats; and when the latter is being harvested, they go into that portion which is less matured.

This is the time to shoot them; because in a small number of acres, are found all the birds which a few months before were strewn through a whole commune and are at that time fat as possible.

I went with some friends for the purpose of shooting to a mountain in the arrondissiment of Nantua, in the canton known as plan d'Hotonne, where we were about to commence the day's work under a brighter sun than any Parisian badaud ever saw.

While we were at breakfast a violent north wind arose which was much in the way of our sport: we however continued.

We had scarcely been out a quarter of an hour, when the most effeminate of the party said he was thirsty. We now, doubtless, would have laughed at him, had we not all experienced the same sensation.

We all drank, for an ass loaded with refreshments followed us, but the relief afforded was of brief duration. The thirst soon appeared with increased intensity, so that some fancied themselves sick, and others were becoming so, and all talked of returning. To do so was to have travelled ten leagues for no purpose.

I had time to collect my ideas, and saw the reason of this strange thirst; and told them we suffered from the effects of three causes. The dimunition of atmospheric pressure made our circulation more rapid. The sun heated us, and walking had increased transpiration. More than all these--the wind dried up this transpiration, and prevented all moistness of the skin.

I told them that there was no danger, that the enemy was known, and that we must oppose it.

Precaution however was ineffectual, for their thirst was quenchless. Water, wine and water, and brandy, all were powerless. We suffered from thirst even while we drank, and were uncomfortable all day.

We got through the day, however; the owner of the domain of Latour entertaining us, joining the provisions we had, to his own stores.

We dined very well and got into the hay-loft, where we slept soundly.

The next day's experience showed my theory to be true. The wind lulled, the sun was not so warm, and we experienced no inconvenience from thirst.

But a great misfortune had befallen us. We had very prudently filled our canteens, but they had not been able to resist the many assaults made on them. They were bodies without souls, and we all fell into the hands of the cabaret-keepers.

We had to come to that point, not however without murmuring. I addressed an allocution full of reproaches to the wind, when I saw a dish fit to be set before a king, "D'epinards a la graisse de cailles," destined to be eaten with a wine scarcely as good as that of Surene. [Footnote: A village two leagues from Paris, famous for its bad wine. There is a proverb which says that to get rid of a glass of Surene, three things are needed, "a drinker and two men to hold him in case his courage fail." The same may be said of Perieux, which people however will drink.]

MEDITATION IX.

ON DRINKS. [Footnote: This chapter is purely philosophical: a description of different kinds of wine does not enter into the plan I have marked out for myself. If it was, I would never have finished my book.]

By drinks we mean all liquids which mingle with food.

Water seems to be the natural drink. Wherever there is animal life it is found, and replaces milk. For adults it is as necessary as air. WATER. Water is the only fluid which really appeases thirst, and for that reason only a small quantity of it can be drank. The majority of other fluids that man drinks are only palliatives, and had he drank nothing else he never would have said that he drank without being thirsty. QUICK EFFECT OF DRINKS. Drinks are absorbed by the animal economy with the most extreme facility. Their effect is prompt and the relief they furnish is almost instantaneous. Give the most hungry man you can meet with the richest possible food, he will eat with difficulty. Give him a glass of wine or of brandy, and at once he will find himself better.

I can establish this theory by a very remarkable circumstance I received from my nephew, Colonel Guigard, a man not disposed to tell long stories. All may rely upon the accuracy of what he has said.

He was at the head of a detachment returning from the siege of Jaffa, and was but a few hundred paces from the place where he expected to find water, and where he met many of the advanced guard already dead with heat.

Among the victims of this burning climate was a carabinier who was known to many persons of the detachment.

Many of his comrades who approached him for the last time, either to inherit what he had left, or to bid him adieu, were amazed to find his limbs flexible and something flexible around his heart.

"Give him a drop of sacre chien" said the lustig of the troupe. "If he is not too far gone into the other world, he will come back to taste it."

At the reception of the first spoonful of spirits he opened his eyes: they then rubbed his temples and gave him a drop or two. After about an hour he was able to sit up in the saddle.

He was taken to a fountain, nursed during the night, and carefully attended to. On the next day he reached Cairo.

STRONG DRINKS.

There is one thing very worthy of attention; the instinct which leads us to look for intoxicating drinks.

Wine, the most pleasant of all drinks, whether due to Noah who planted the vine, or to Bacchus who expressed the juice of the grape, dates back to the infancy of the world. Beer, which is attributed to Osiris, dates to an age far beyond history.

All men, even those we call savages, have been so tormented by the passion for strong drinks, that limited as their capacities were, they were yet able to manufacture them.

They made the milk of their domestic animals sour: they extracted the juice of many animals and many fruits in which they suspected the idea of fermentation to exist. Wherever men are found, strong liquors are met with, and are used in festivities, sacrifices, marriages, funeral rites, and on all solemn occasions.

For many centuries wine was drank and sung before any persons had an idea that it was possible to extract the spirituous portion, which is the essence of its power. The Arabs, however, taught us the art of distillation, invented by them to extract the perfume of flowers, and especially of the rose, so celebrated in their poems. Then persons began to fancy that in wine a source of excitement might be found to give taste a peculiar exaltation. By gradual experiments alcohol, spirits of wine, and brandy were discovered.

Alcohol is the monarch of liquids, and takes possession of the extreme tastes of the palate. Its various preparations offer us countless new flavors, and to certain medicinal remedies, it gives an energy they could not well do without. It has even become a formidable weapon: the natives of the new world having been more utterly destroyed by brandy than by gunpowder.

The method by which alcohol was discovered, has led to yet more important results, as it consisted in the separation and exhibition of the constituent parts of a body, it became a guide to those engaged in analogous pursuits, and made us acquainted with new substances, such as quinine, morphine, strychnine and other similar ones.

Be this as it may, the thirst for a liquid which nature has shrouded in veils, the extraordinary appetite acting on all races of men, under all climates and temperatures, is well calculated to attract the attention of the observer.

I have often been inclined to place the passion for spirituous liquors, utterly unknown to animals, side by side with anxiety for the future, equally strange to them, and to look on the one and the other as distinctive attributes of the last sublunary revolution.

MEDITATION X.

AN EPISODE ON THE END OF THE WORLD.

I said--last sublunary revolution, and this idea awakened many strange ideas.

Many things demonstrate to us that our globe has undergone many changes, each of which was, so to say, "an end of the world." Some instinct tells us many other changes are to follow.

More than once, we have thought these revolutions likely to come, and the comet of Jerome Lalande has sent many persons to the confessional.

The effect of all this has been that every one is disposed to surround this catastrophe with vengeance, exterminating angels, trumps and other accessories.

Alas! there is no use to take so much trouble to ruin us. We are not worth so much display, and if God please, he can change the surface of the globe without any trouble.

Let us for a moment suppose that one of those wandering stars, the route and mission of which none know, and the appearance of which is always accompanied by some traditional terror; let us suppose that it passes near enough to the sun, to be charged with a superabundance of caloric, and approach near enough to us to create a heat of sixty degrees Reaumur over the whole earth (as hot again as the temperature caused by the comet of 1811.)

All vegetation would die, all sounds would cease. The earth would revolve in silence until other circumstances had evolved other germs: yet the cause of this disaster would have remained lost in the vast fields of air, and would never have approached us nearer than some millions of leagues.

This event, which in the main, has ever seemed to me a fit subject for reverie, and I never ceased for a moment to dwell on it.

This ascending heat is curious to be looked after, and it is not uninteresting to follow its effects, expansion, action, and to ask:

How great it was during the first, second, and subsequent days.

What effect it had on the earth, and water, and on the formation and mingling, and detonation of gasses.

What influence it had on men, as far as age, sex, strength and weakness are concerned.

What influence it has on obedience to the laws, submission to authority, and respect to persons and property.

What one should do to escape from danger.

What influence it has on love, friendship, parental affection, self-love and devotion.

What is its influence on the religious sentiments, faith, resignation and hope.

History can furnish us a few facts on its moral influence, for the end of the world has more than once been predicted and determined.

I am very sorry that I cannot tell my readers how I settled all this, but I will not rob them of the pleasure of thinking of the matter themselves. This may somewhat shorten some of their sleepless hours, and ensure them a few siestas during the day.

Great danger dissolves all bonds. When the yellow fever was in Philadelphia, in 1792, husbands closed the doors on their wives, children deserted their fathers, and many similar phenomena occurred.

Quod a nobis Deus avertat!

MEDITATION XI.

ON GOURMANDISE.

I HAVE looked through various dictionaries for the word gourmandise and have found no translation that suited me. It is described as a sort of confusion of gluttony and voracity. Whence I have concluded that lexicographers, though very pleasant people in other respects, are not the sort of men to swallow a partridge wing gracefully with one hand, with a glass of Laffitte or clos de Vougeot in the other.

They were completely oblivious of social gourmandise, which unites Athenian elegance, Roman luxury and French delicacy; which arranges wisely, flavors energetically, and judges profoundly. This is a precious quality which might be a virtue and which is certainly the source of many pure enjoyments.

DEFINITIONS.

Let us understand each other.

Gourmandise is a passionate preference, well determined and satisfied, for objects which flatter our taste.

Gourmandise is hostile to all excesses: any man who becomes drunk or suffers from indigestion is likely to be expunged from the lists.

Gourmandise also comprehends, friandise (passion for light delicacies) for pastry, comfitures, etc. This is a modification introduced for the special benefit of women, and men like the other sex.

Look at gourmandise under any aspect you please, and it deserves praise.

Physically, it is a demonstration of the healthy state of the organs of nutrition.

Morally, it is implicit resignation to the orders of God, who made us eat to live, invites us to do so by appetite, sustains us by flavor, and rewards us by pleasure.

ADVANTAGES OF GOURMANDISE.

Considered from the points of view of political economy, gourmandise is the common bond which unites the people in reciprocal exchanges of the articles needed for daily consumption.

This is the cause of voyages from one pole to the other, for brandy, spices, sugars, seasonings and provisions of every kind, even eggs and melons.

This it is which gives a proportional price to things, either mediocres, good or excellent, whether the articles derive them out of, or from nature.

This it is that sustains the emulation of the crowd of fishermen, huntsmen, gardeners and others, who every day fill the wealthiest kitchens with the result of their labours.

This it is which supports the multitude of cooks, pastry-cooks, confectioners, etc., who employ workmen of every kind, and who perpetually put in circulation, an amount of money which the shrewdest calculator cannot imagine.

Let us observe that the trades and occupations dependent on gourmandise have this great advantage, that on one hand it is sustained by great misfortunes and on the other by accidents which happen from day to day.

In the state of society we now have reached, it is difficult to conceive of a people subsisting merely on bread and vegetables. Such a nation if it existed would certainly be subjected by carnivorous enemies, as the Hindoos were, to all who ever chose to attack them. If not it would be converted by the cooks of its neighbors as the Beotiens were, after the battle of Leuctres.

SEQUEL.

Gourmandise offers great resources to fiscality, for it increases customs, imports, etc. All we consume pays tribute in one degree or another, and there is no source of public revenue to which gourmands do not contribute.

Let us speak for a moment of that crowd of preparers who every year leave France, to instruct foreign nations in gourmandise. The majority succeed and obedient to the unfasting instinct of a Frenchman's fever, return to their country with the fruits of their economy. This return is greater than one would think.

Were nations grateful, to what rather than to gourmandise should France erect a monument.

POWER OF GOURMANDISE.

In 1815, the treaty of the month of November, imposed on France the necessity of paying the allies in three years, 750,000,000 francs.

Added to this was the necessity of meeting the demands of individuals of various nations, for whom the allied sovereigns had stipulated, to the amount of more than 300,000,000.

To this must be added requisitions of all kinds by the generals of the enemies who loaded whole wagons, which they sent towards the frontier, and which the treasury ultimately had to pay for. The total was more than 1,500,000,000 francs.

One might, one almost should have feared, that such large payments, collected from day to day, would have produced want in the treasury, a deprecation of all fictitious values, and consequently all the evils which befall a country that has no money, while it owes much.

"Alas," said the rich, as they saw the wagon going to the Rue Vivienne for its load; "all our money is emigrating, next year we will bow down to a crown: we are utterly ruined; all our undertakings will fail, and we will not be able to borrow. There will be nothing but ruin and civil death."

The result contradicted all these fears; the payments, to the amazement of financiers, were made without trouble, public credit increased, and all hurried after loans. During the period of this superpurgation, the course of exchange, an infallible measure of the circulating of money, was in our favor. This was an arithmetical proof that more money came into France than left it.

What power came to our aid? What divinity operated this miracle? Gourmandise.

When the Britons, Germans, Teutons, Cimmerians, and Scythes, made an irruption into France, they came with extreme voracity and with stomachs of uncommon capacity.

They were not long contented with the cheer furnished them by a forced hospitality, but aspired to more delicate enjoyments. The Queen City, ere long, became one immense refectory. The new comers ate in shops, cafes, restaurants, and even in the streets.

They gorged themselves with meat, fish, game, truffles, pastry and fruit.

They drank with an avidity quite equal to their appetite, and always called for the most costly wine, expecting in those unknown enjoyments, pleasures they did not meet with.

Superficial observers could not account for this eating, without hunger, which seemed limitless. All true Frenchmen, however, rubbed their hands, and said, "they are under the charm; they have spent this evening more money than they took from the treasury in the morning."

This epoch was favorable to all those who contributed to the gratification of the taste. Very made his fortune, Achard laid the foundation of his, and Madame Sullot, the shop of whom, in the Palais Royal, was not twenty feet square, sold twelve thousand petits pates a day.

The effect yet lasts, for strangers crowd to Paris from all parts of Europe, to rest from the fatigues of war. Our public monuments, it may be, are not so attractive as the pleasures of gourmandise, everywhere elaborated in Paris, a city essentially gourmand.

A LADY GOURMAND.

Gourmandise is not unbecoming to women: it suits the delicacy of their organs and recompenses them for some pleasures they cannot enjoy, and for some evils to which they are doomed.

Nothing is more pleasant than to see a pretty woman, her napkin well placed under her arms, one of her hands on the table, while the other carries to her mouth, the choice piece so elegantly carved. Her eyes become brilliant, her lips glow, her conversation is agreeable and all her motions become graceful. With so many advantages she is irresistible, and even Cato, the censor, would feel himself moved.

ANECDOTE.

I will here record what to me is a bitter reflection.

I was one day most commodiously fixed at table, by the side of the pretty Madame M----d, and was inwardly rejoicing at having obtained such an advantageous position, when she said "your health." I immediately began a complimentary phrase, which however, I did not finish, for turning to her neighbor on the right, she said "Trinquons," they touched each others glasses. This quick transition seemed a perfidy, and the passage of many years have not made me forget it.

ARE WOMEN GOURMANDS?

The penchant of the fair sex for gourmandise is not unlike instinct; for gourmandise is favorable to beauty.

A series of exact and rigorous examinations, has shown that a succulent and delicate person on careful diet, keeps the appearance of old age long absent.

It makes the eyes more brilliant, and the color more fresh. It makes the muscles stronger, and as the depression of the muscles causes wrinkles, those terrible enemies of beauty, it is true that other things being equal, those who know how to eat, are ten years younger than those ignorant of that science.

Painters and sculptors are well aware of this, for they never represent those to whom abstinence is a matter of duty, such as anchorites and misers, except as pale, thin, and wrinkled.

THE EFFECTS OF GOURMANDISE ON SOCIABILITY.

Gourmandise is one of the principle bonds of society. It gradually extends that spirit of conviviality, which every day unites different professions, mingles them together, and diminishes the angles of conviviality.

This it is, which induces every amphitryon to receive his guests well, and also excites the gratitude of the latter when they see themselves well taken care of: here is the place to reprobate those stupid masticators, who with the most guilty indifference to the greatest luxuries, and who with sacrilegious indifference inhale the odorous perfume of nectar.

GENERAL LAW.--Every display of high intelligence, makes explicit praise necessary. Delicate praise is necessary, wherever a wish to please is evident.

INFLUENCE OF GOURMANDISE ON CONJUGAL HAPPINESS.

When gourmandise is shared with another, it has the greatest influence on conjugal happiness.

A gourmand couple have at least once a day a pleasant occasion to meet, for even those who sleep apart (and there are many) dine together. They talk of what they have eaten, of what they have seen elsewhere, of fashionable dishes and of new inventions, etc., etc. We all know how full of charms this CHIT CHAT is.

Music, doubtless, has many charms for those who love it; but to succeed, one must make a business of it.

Besides, sometimes one has a cold, misplaces the score, has the sick headache or feels inert.

One necessity calls each of the couple to the table, where the same feeling retains them. They exhibit naturally slight attentions to each other, which evinces a desire to please, and the manner in which they act to each other speaks loudly of the manner of their lives.

This observation, though new in France, has not escaped the attention of the English novelist, Fielding, who in Pamela gives the well-known instance of the manner in which the heroine and her husband lived on the one hand, and the more magnificent but unhappy life of the elder brother and his wife.

Honour then to gourmandise as we present it to our readers, inasmuch as it diverts man neither from occupation nor from duty; for as the dissoluteness of Sardanapulus did not cause the world to look on woman with horror, neither did Vitellius' excesses induce the world to turn aside from a well-ordered entertainment.

When gourmandise becomes gluttony, voracity or debauchery, it loses its name and attributes, falling into the hands of the moralist who will treat it by advice, or the medical man who will treat it by remedy. Gourmandise, as the professor has described it, has a name only in French; neither the Latin gula, English "gluttony" nor German lusternheit, expresses it, and we recommend all who attempt a translation of this instructive book to preserve the word, changing the article which produces it only. Thus they did with coquetterie.

NOTE OF A PATRIOT GASTRONOMER.

"I observe with pride, that gourmandise and coquettery, the two great modifications which society has effected in our imperious wants, are both of French origin."

MEDITATION XII.

GOURMANDS.

ALL WHO WISH TO BE ARE NOT GOURMANDS.

THERE are individuals to whom nature has refused a fineness of organs and a degree of attention, without which the most succulent food passes unperceived.

Physiology has already recognized the first of these varieties, by exhibiting the tongue of those unfortunate men who are badly provided with the means of appreciating flavors and tastes. Such persons have but an obtuse sensation, for to them taste is what light is to the blind.

The second of these varieties is composed of absent minded men, of ambitious persons, and others, who wish to attend to two things at once, and who eat only to eat.

NAPOLEON.

Such was Napoleon; he was irregular in his meals and ate quickly. When hungry, his appetite had to be satisfied at once, and he was so completely served, that at any hour he could have fowl, game or coffee.

GOURMANDS BY DESTINY.

There is however, a privileged class, which organic and material organization invites to the enjoyments of the taste.

I was always a disciple of Lavater and Gall, and believe in innate ideas.

As persons have been born who see, walk, and hear badly, because they are near-sighted, lame, or deaf, why may there not be others inclined to peculiar sensations.

To the most careless observer there will ever be presented faces which bear the undeniable expression of some dominant sentiment, such as disdainful impertinence, self-satisfaction, misanthropy, sensuality, &c. A very meaningless face may express all this, but when the face has a determined expression, one is rarely mistaken.

Passions agitate the muscles, and often when a man is silent, the various feelings which agitate him may be read on his face. This tension, though habitual leave sensible traces, and give the face a permanent and well defined character.

SENSUAL PREDESTINATION.

The persons predestined to gourmandise are in general of medium stature. Their faces are either round or square, and small, their noses short and their chins rounded. The women are rather pretty than beautiful, and they have a slight tendency to obesity.

Those who are fondest of friandises have delicate features, smaller, and are distinguished by a peculiar expression of the mouth.

Agreeable guests should be sought for among those who have this appearance. They receive all that is offered them, eat slowly, and taste advisedly. They do not seek to leave places too quickly where they have been kindly received. They are always in for all the evening, for they know all games, and all that is neccessary for a gastronomical soiree.

Those, on the contrary, to whom nature has refused a desire for the gratifications of taste, have a long nose and face. Whatever be their statures, the face seems out of order. Their hair is dark and flat, and they have no embonpoint. They invented pantaloons.

Women whom nature has thus afflicted, are very angulous, are uncomfortable at the table, and live on lenten fare.

This physiological theory will, I trust, meet with not many contradictions: any one may verify the matter. I will, however, rely on facts.

I was sitting one day at a great entertainment, and saw opposite to me a very pretty woman with a very sensual face. I leaned towards my neighbor and said, that the lady with such features must be gourmande. "Bah!" said he, "she is not more than fifteen; she is not old enough--let us see though."

The beginning was not favorable, and I was afraid of being compromised. During the first two courses, the young woman ate with a discretion which really amazed me. The dessert came, it was brilliant as it was abundant, and gave me some hopes. I was not deceived, for she not only ate what was set before her, but sent for dishes which were at the other end of the table. She tasted every thing, and we were surprised that so small a stomach could contain so much. My diagnostics succeeded and science triumphed.

Two years after I met this same lady, who had been married a week. She had become far more beautiful, was something of a coquette, for fashion permitted her to exhibit her charms. Her husband was a man worth looking at, but he was like one of those ventriloquists who laugh on one side of the face and weep on the other. He was very fond of his wife, but when any one spoke to her, quivered with jealousy. The latter sentiment prevailed, for he took his wife to one of the most remote departments of France, and I, at least, can write no more of her biography.

I made a similar observation about the Duke of Decres, long minister of marine.

We knew that he was large, short, dark and square; that his face was round, that his chin protruded, that his lips were thick, and that he had a giant's mouth. I therefore had no hesitation in proclaiming him fond of good cheer and of women.

This physiognomical remark I whispered to a woman I thought very pretty and very discreet. I was mistaken though, for she was a daughter of Eve, and my secret was made known. One evening his excellency was informed of the idea I had deduced from his face.

I ascertained this the next day, by a pleasant letter which I received from the Duke, in which he insisted that he had not the two qualities I had attributed to him.

I confessed myself beaten. I replied that nature does nothing in vain; that she had evidently formed him for certain duties, and that if he did not fulfil them he contradicted his appearance. That besides, I had no right to expect such confidence, etc., etc.

There the correspondence terminated, but a few days after all Paris was amused by the famous encounter between the minister and his cook, in which his excellency did not get the best of the matter. If after such an affair the cook was not dismissed, (and he was not,) I may conclude that the duke was completely overcome by the artist's talents, and that he could not find another one to suit his taste so exactly, otherwise he would have gotten rid of so warlike a servant.

As I wrote these lines, during a fine winter evening, Mr. Cartier, once first violinist of the opera, entered my room and sat by the fire. I was full of my subject, and looked attentively at him. I said, "My dear Professor, how comes it that you, who have every feature of gourmandise, are not a gourmand?" "I am," said he, "but I make abstinence a duty." "Is that an act of prudence?" He did not reply, but he uttered a sigh, a la Walter Scott.

GOURMANDS BY PROFESSION.

If there be gourmands by predestination, there are also gourmands by profession. There are four classes of these: Financiers, men of letters, doctors, and devotees.

FINANCIERS.

Financiers are the heroes of gourmandise. Hero is here the proper name, for there was some contention, and the men who had titles crowd all others beneath their titles and escutcheons. They would have triumphed, but for the wealth of those they opposed. Cooks contended with genealogists; and though dukes did not fail to laugh at their amphitryon, they came to the dinner, and that was enough.

Those persons who make money easily must be gourmands.

The inequality of wealth produces inequality of wants. He who can pay every day for a dinner fit for an hundred persons, is often satisfied after having eaten the thigh of a chicken. Art then must use well its resources to revive appetite. Thus Mondar became a gourmand, and others with the same tastes collects around him.

PHYSICIANS.

Causes of another nature, though far less baneful, act on physicians, who, from the nature of things, are gourmands. To resist the attractions set before them they must necessarily be made of bronze.

One day I ventured to say, (Doctor Corvisart was at the end of the table--the time was about 1806):--

"You are," said I, with the air of an inspired puritan, "the last remnant of a composition which once covered all France. The members of it are either annihilated or dispersed. No longer do we see farmers general, abbes, chevaliers, &c. Bear the burden they have bequeathed to you, even if you take the three hundred Spartans who died at Thermopylae; such a fate should be yours."

Nobody contradicted me.

At dinner I made a remark which was worthy of notice:--

Doctor Corvisart was a very pleasant man when he pleased, and was very fond of iced champagne. For this reason, while all the rest of the company were dull and idle, he dealt in anecdotes and stories. On the contrary, when the dessert was put on, and conversation became animated, he became serious and almost morose.

From this and other observations, I deduced the following conclusion: Champagne, the first effect of which is exhilarating, in the result is stupefying, on account of the excessant carbonic gases it contains.

OBJUGATION.

As I measure doctors by their diplomatu, I will not reproach them for the severity with which they treat their invalids.

As soon as one has the misfortune to fall into their hands, one has to give up all we have previously thought agreeable.

I look on the majority of these prohibitions as useless. I say useless, because patients never desire what is injurious to them.

A reasonable physician should never lose sight of the natural tendency of our inclinations, nor forget to ascertain if our penchants are painful in themselves, or improving to health. A little wine, or a few drops of liquor, brings the smiles to the most hypochondriac faces.

Besides, they know that their severe prescriptions are almost always without effect, and the patient seeks to avoid him. Those who are around him, never are in want of a reason to gratify him. People, however, will die.

The ration of a sick Russian, in 1815, would have made a porter drunk. There was no retrenchment to be made, for military inspectors ran from day to day through the hospitals, and watched over the furnishment and the service of the various houses.

I express my opinions with the more confidence, because it is sustained by much experience, and that the most fortunate practitioners rely on my system.

The canon Rollet who died about fifty years ago, was a great drinker; and the first physician he employed, forbid him to use wine at all. When, however, he came again, the doctor found his patient in bed, and before him the corpus delicti, i.e., a table covered with a white cloth, a chrystal cup, a handsome bottle, and a napkin to wipe his lips with.

The doctor at once became enraged, and was about to withdraw, when the canon said in a lamentable voice, "doctor, remember, if you forbade my drinking, you did not prohibit my looking at the bottle."

The physician who attended M. Montlusin de Point de Veyle was far more cruel, for he not only forbid his patient to touch wine, but made him drink large quantities of water.

A short time after the doctor had left, Mme. de Montlusin, anxious to fulfil the requisition of the prescription, and contribute to her husband's recovery, gave him a great glass of water, pure and limpid as possible.

The patient received it kindly and sought to drink it with resignation. At the first swallow, however, he stopped, and giving the glass back to his wife, said, "Take this, dear, and keep it for the next dose; I have always heard, one should never trifle with remedies." Men of letters in the world of gastronomy, have a place nearly equal to that of men of medical faculty.

Under the reign of Louis XIV., men of letters were all given to drink. They conformed to fashion and the memoirs of the day, in this respect, are very defying. They are now gourmands,--a great amelioration.

I am far from agreeing with the cynic Geoffroy, who used to say that modern works were deficient in power because authors now drank only eau sucree.

I think he made two mistakes, both in the fact and the consequences.

The age we live in is rich in talents; they injure each other perhaps by their multitude; but posterity, judging with more calmness, will see much to admire. Thus we do justice to the great productions of Racine and Moliere which when written were coldly received.

The social position of men of letters was never more agreeable. They no longer live in the garrets they used to inhabit, for the field of literature has become fertile. The stream of Hippocrene rolls down golden sands: equals of all, they never hear the language of protection, and gourmandise overwhelms them with its choicest favours.

Men of letters are courted on account of their talent, and because their conversation is in general piquant, and because it has for some time been established, that every society should have its man of letters.

These gentlemen always come a little too late: they are not however received the most on that account, for they have been anxiously expected: they are petted up to induce them to come again, are flattered to make them brilliant, and as they find all this very natural, they grow used to it and become genuine gourmands.

   DEVOTEES.

Among the friends of gourmandise are many very devout persons.

By the word devotee, we understand what Louis XIV. and Moliere did, persons the piety of whom consists in external observances; pious and charitable persons have nothing to do with this class.

Let us see how they effect this--among those who work out their salvation, the greatest number seek the mildest method. Those who avoid society, sleep on the ground and wear hair cloth, are always exceptions.

Now there are to them certain damnable things never to be permitted, such as balls, plays, and other amusements.

While they and those who enjoy them are abominated, gourmandise assumes an altogether different aspect, and becomes almost theological.

Jure divino, man is the king of nature and all that earth creates was produced for him. For him the quail becomes fat, the mocha has its perfume, and sugar becomes beneficial to the health.

Why then should we not use with suitable moderation the goods which Providence offers us, especially as we continue to look on them as perishable things, and as they exalt our appreciation of the Creator.

Other not less weighty reasons strengthen these--can we receive too kindly those persons who take charge of our souls? Should we not make a meeting with them pleasant and agreeable?

Sometimes the gifts of Comus come unexpectedly. An old college companion, an old friend, a penitent who humbles himself, a kinsman who makes himself known or a protege recalls them.

This has ever been the case.

Convents were the true ware-houses of the most adorable delacies: for that reason they have been so much regretted. [Footnote: The best liquors in France were made of the Visitandines. The monks of Niort invented the conserve of Angelica, and the bread flavoured with orange flowers by the notes of Chiteau-Thierry is yet famous. The nuns of Belley used also to make a delicious conserve of nuts. Alas, it is lost, I am afraid.]

Many monastic orders, especially the Bernardins paid great attention to good cheer. The cooks of the clergy reached the very limits of the art, and M. de Pressigny (who died Archbishop of Besancon) returned from the conclave which elected Pro Sesto, he said the best dinner he ate in Rome was given by the General of the Capuchins.

   CHEVALIERS AND ABBES.

We cannot bring this article to a better end than to make an honourable mention of two corporations we saw in all their glory: we mean the Chevaliers and the Abbes.

How completely gourmand they were. Their expanded nostrils, their acute eyes, and coral lips could not he mistaken, neither could their gossiping tongue; each class, however, ate in a peculiar manner.

There was something military in the bearing of the Chevaliers. They ate their delicacies with dignity, worked calmly, and cast horizontal looks of approbation at both the master and mistress of the house.

The Abbes however, used to come to the table with more care, and reached out their hands as the cat snatches chestnuts from the fire. Their faces were all enjoyment, and there was a concentration about their looks more easy to conceive of, than to describe.

As three-fourths of the present generation have seen nothing like either the Abbes, or Chevaliers, and as it is necessary to understand them, to be able to appreciate many books written in the eighteenth century, we will borrow from the author of the Historical Treatise on Duels, a few pages which will fully satisfy all persons about this subject. (See Varieties, No. 20.)

   LONGEVITY OF GOURMANDS.

I am happy, I cannot be more so, to inform my readers that good cheer is far from being injurious, and that all things being equal, gourmands live longer than other people. This was proved by a scientific dissertation recently read at the academy, by Doctor Villermet.

He compares the different states of society, in which good cheer is attended to, with those where no attention is paid to it, and has passed through every scale of the ladder. He has compared the various portions of Paris, in which people were more or less comfortable. All know that in this respect there is extreme difference, as for instance between the Faubourg St. Antoine and the Chaussee d' Antin.

The doctor extended his research to the departments of France, and compared the most sterile and fertile together, and always obtained a general result in favor of the diminution of mortality, in proportion universally as the means of subsistence improve. Those who cannot well sustain themselves will be at least wise, to know that death will deliver them soon.

The two extremes of this progression are, that in the most highly favored ranks of life but one individual in fifty dies, while of those who are poorer four do.

Those who indulge in good cheer, are rarely, or never sick. Alas! they often fall into the domain of the faculty, who call them good patients: as however they have no great degree of vitality, and all portions of their organization are better sustained, nature has more resources, and the body incomparably resists destruction.

This physiological truth may be also sustained by history, which tells us that as often as impervious circumstances, such as war, sieges, the derangement of seasons, etc., diminish the means of subsistence, such times have ever been accompanied by contagious disease and a great increase of mortality.

The idea of Lafarge would beyond a doubt have succeeded in Paris, if those who had advanced it had introduced into their calculations the truths developed by Doctor Villermet.

They calculated mortality according to Buffoon's tables, and those of Parcieux and others, all of which were based on the aggregate of all classes and conditions. Those who made the estimate, however, forgot the dangers of infancy, indulged in general calculations, and the speculation failed.

This may not have been the only, hut it was the principal cause.

For this observation, we are indebted to the Professor Pardessus.

M. de Belloy, archbishop of Paris, had a slight appetite, but a very distinct one. He loved good cheer and I have often seen his patriarchal face lighten up at the appearance of any choice dish. Napoleon always on such occasions paid him deference and respect.

   MEDITATION XIII.
   GASTRONOMICAL TESTS.

IN the preceding chapter, we have seen that the distinctive characteristics of those who have more pretension than right to the honors of gourmandise, consists in the fact, that, at the best spread table, their eyes are dull and their face inanimate.

They are not worthy of having treasures, when they do not appreciate what is exhibited to them. It, however, was very interesting for us to point them out, and we have sought every where for information on so important a matter, as who should be our guests and our hosts.

We set about this with an anxiety which ensures success, and, in consequence of our perseverance, we are able to present to the corps of amphitryon, gastronomical tests, a discovery which will do honor to the nineteenth century.

By gastronomical tests, we mean dishes of so delicious a flavor that their very appearance excites the gustatory organs of every healthy man. The consequence is, that all those who do not evince desire, and the radiancy of ecstasy, may very properly be set down as unworthy of the honours of the society and the pleasures attached to them.

The method of TESTS duly deliberated on, and examined in the great council, has been described in the golden book, in words of an unchangeable tongue, as follows:

Utcumque ferculum, eximii et bene noti saporis appositum fuerit, fiat autopsia convivoe; et nisi facies ejus ae oculi vertantur ad ecstasim, notetur ut indignus.

This was rendered into the vernacular, by the translator of the grand council, as follows:

"Whenever a dish of a distinguished and good flavor is served, the guests should be attentively watched, and those, the faces of whom do not express pleasure, should be marked as unworthy."

Tests are relative, and should be proportioned to the various classes of society. All things considered, it should be arranged so as to create admiration and surprise. It is a dynameter, the power of which should increase as we ascend in society. The test for a householder in La Rue Coquenard, would not suit a second clerk, and would be unnoticed at the table of a financier, or a minister.

In the enumeration of the dishes we think worthy of being considered as tests, we will begin at the lowest grade, and will gradually ascend so as to elucidate the theory, so that all may not only use it with benefit, but also invent a new series calculated for the sphere in which they chance to be placed.

We will now give a list of the dishes we think fit to be served as tests; we have divided them into three series of gradual ascents, following the order indicated above.

 GASTRONOMICAL TESTS.
FIRST SERIES.--INCOME OF 5,000 FRANCS.

A breast of veal baked in its own juice.

A turkey stuffed with Lyons chestnuts.

Baked pigeons.

Eggs a la neige.

Sourkrout, with sausages dressed with lard, fume de Strasburg.

EXPRESSION. "Peste; that looks well; let us pay our devoirs to it."

SECOND SERIES.--INCOME 15,000 FRANCS.

A filet de boeuf pique, and baked in its juice, with pickles.

A quarter of Chevreuil.

Turbot plain.

A Turkey Truffee.

Petits pois.

EXCLAMATION. "My dear sir, this is pleasant indeed!"

THIRD SERIES.--INCOME 30,000 FRANCS, OR MORE.

A fowl weighing seven pounds, stuffed with truffles, so that it has become a spheroid.

A patte perigord in the form of a bastion.

A cask a la Chambord richly dressed and decorated.

A pike stuffed with craw-fish secundum artum.

A pheasant dressed a la sainte alliance.

Asparagus, large as possible, served up in osmazome.

Two dozen ortolans a la provencale, as the dish is described in the Cook's Secretary.

A pyramid of sweet meats, flavored with rose and vanilla.

EXPRESSION. "Monsieur, or Monseigneur, your cook is a man of mind. Such dishes we eat only at your house."

  MEDITATION XIV.
ON THE PLEASURES OF THE TABLE.

MAN of all the animals who live on the earth, is beyond doubt, the one who experiences most suffering.

Nature condemned him to suffering by robbing him of hair, by giving him such a peculiar formation of his feet, also by the instinct of destruction, and of war which has followed man every where.

Animals have never been stricken with this curse, and with the exception of a few contests, caused by the instinct of reproduction, harm would be absolutely unknown to the lower animals of creation. Man, though he cannot appreciate pleasure except by a small number of organs, may yet be liable to intense agony.

This decree of destiny was engraved by a crowd of maladies, which originated in the social system. The result is that the most intense pleasure one can imagine, cannot atone for certain pains, such as the gout, the tooth-ache, etc., acute rheumatisms, strictures, and many other diseases we might mention.

This practical fear of pain has had the effect, that without even perceiving it, man has rushed into an opposite direction, and has devoted himself to the small number of pleasures nature has placed at his disposal.

ORIGIN OF THE PLEASURES OF THE TABLE.

Meals, as we understand the word, began at the second stage of the history of humanity. That is to say as soon as we ceased to live on fruits alone. The preparation and distribution of food made the union of the family a necessity, at least once a day. The heads of families then distributed the produce of the chase, and grown children did as much for their parents.

These collections, limited at first to near relations, were ultimately extended to neighbors and friends.

At a later day when the human species was more widely extended, the weary traveler used to sit at such boards and tell what he had seen in foreign lands. Thus hospitality was produced, and its rights were recognized everywhere. There was never any one so ferocious as not to respect him who had partaken of his bread and salt.

DIFFERENCE BETWEEN THE PLEASURE OF EATING AND THE PLEASURES OF THE TABLE.

Such from the nature of things, should be the elements of the pleasures of the table which, where eating is a necessity, of course takes the precedence.

The pleasure of eating is a peculiar sensation directed to the satisfaction of a necessity. The pleasures of the table is a reflected sensation, originating in various facts, places, things and persons.

We share with animals in the pleasure of eating. They and we have hunger which must he satisfied.

It is peculiar to the human race, for it supposes a predisposition for food, for the place of meeting, and for guests.

The pleasures of the table exact, if not hunger, at least appetite. The table is often independent of hoth the one and the other.

This we may see at every entertainment.

At the first course every one eats and pays no attention to conversation; all ranks and grades are forgotten together in the great manufacture of life. When, however, hunger begins to be satisfied, reflection begins, and conversation commences. The person who, hitherto, had been a mere consumer, becomes an amiable guest, in proportion as the master of all things provides him with the means of gratification.

EFFECTS.

The pleasures of the table afford neither ravishing pleasure, ecstasy, nor transport, but it gains in intensity what it loses in duration. It is the more valuable because it exposes us to all other gratifications and even consoles us for their loss.

After a good dinner body and soul enjoy a peculiar happiness.

Physically, as the brain becomes refreshed, the face lightens up, the colors become heightened, and a glow spreads over the whole system.

Morally, the mind becomes sharpened, witticisms circulate. If La Farre and Saint Aulaire descend to posterity with the reputation of spiritual authors, they owe it especially to the fact that they were pleasant guests.

Besides, there are often found collected around the same table, all the modifications of society which extreme sociability has introduced among us: love, friendship, business, speculation, power, ambition, and intrigue, all enhance conviviality. Thus it is that it produces fruits of all imaginable flavors.

ACCESSORIES.

An immediate consequence of all these antecedents is that human industry has toiled to augment the duration of the gratifications of the table.

Poets complain that the throat is too short for the uses of degustation, and others lament the want of capacity of the stomach. Some even regret that digestion is accomplished in a single act and not divided into two.

This was but an extreme effort to amplify the enjoyments of taste; in this respect, however, it is impossible to exceed the limits imposed by nature, and an appeal was made to accessories, which offered more latitude.

Vases and goblets were crowned with flowers; crowns were distributed to the guests, and dinners served beneath the vault of heaven, in groves, and amid all the wonders of nature.

Music and song were made to increase the pleasures of the table. Thus while the king of the Pheacians ate, the singer Phemius sang the praises of the wars and warriors of other days.

Often dancers and pantomimists of both sexes, in all possible costumes, occupied the attention without injuring the pleasure of the meal. The most exquisite perfumes were diffused in the air, and guests were often waited on by unveiled beauty, so that every sense was appealed to.

I might consume many pages in proving what I advance. The Greek authors and our old chroniclers only need to be copied. These researches, however, only need to be made to be evident, and my erudition would be of little value

THE 18TH AND 19TH CENTURY.

We have adopted to a greater or less degree various methods of enjoyment, and have, by new discoveries, somewhat enhanced the number.

The delicacy of our tastes would not permit the vomitoria of the Romans to remain. We did better, however, and accomplished the same object in a more pleasant manner.

Dishes of such an attractive flavor have been increased that they perpetually reproduce the appetite. They are so light that they flatter the appetite without loading the stomach. Seneca would have called them NUBES ESCULENTAS.

We have advanced so far in alimentation that if business called us from the table, or if it became necessary for us to sleep, the duration of the meal would have been almost indeterminable.

One must not, however, believe that all of these accessories are indispensable to the pleasures of the table. Pleasure is enjoyed in almost all its extent when the following conditions are united: good cheer, good wine, a pleasant company, and time.

I have often, therefore, wished to have been present at one of those pleasant repasts which Horace invited one of his neighbors to share, viz: a good chicken, a lamb (doubtless fat,) and as a desert, grapes, figs and nuts. Uniting these to wine, made when Manlius was consul, and the delicious conversation of the poet, I fancy I could have supped very pleasantly.

At mihi cum longum post tempus venerat hospes Sive operum vacuo, longum conviva per imbrem Vicinus, bene erat non piscibus urbe petitis, Sed pullo atque hasdo, tum [Footnote: Le dessert se trouve precisement designe et distingue par l'adverbe TUM et par les mots SECUNDAS MENSAS.] pensilis uva secundas Et nux ornabat mensas, cum duplice ficu. Thus it was only yesterday I regaled six friends with a boiled leg of mutton and a kidney A L'PONTOISE. They indulged in the pleasures of conversation so fully that they forgot that there were richer meats or better cooks.

On the other hand, let persons make as much research as possible for good cheer; there is no pleasure at the table if the wine be bad, and the guests collected without care. Faces will then be sure to seem sad, and the meal will be eaten without, consideration.

SUMMARY.

But perhaps the impatient reader will ask how, in the year of grace 1825, can any table be spread which will unite all of these conditions?

I will answer this question. Be attentive, readers. Gasterea, the most attractive of the muses, inspires me. I will be as clear as an oracle, and my precepts will live for centuries:--

"Let the number of guests never exceed twelve, so that the conversation may be general.

"Let them he so chosen that their occupations may be varied, their tastes analogous, and that they may have such points of contact that introduction may be useless.

"Let the dining-room be furnished with luxury, the table clean, and the temperature of the room about 16 degrees Reaumur.

"Let the men be intelligent, but not pedantic--and the women pretty, but not coquettes.

"Let the dishes be of exquisite taste, but few in number at the first course; let those of the second be as pleasant and as highly perfumed as possible.

"Let the coffee be hot, and let the master select his own wines.

"Let the reception-room be large enough to permit those who cannot do without the amusement, to make up a card party, and also for little COTERIES of conversation.

"Let the guests be retained by the pleasures of society, and by the hope that the evening will not pass without some ulterior enjoyment

"The tea should not be too strong, the roast dishes should be loaded artistically, and the punch made carefully.

"None should begin to retire before eleven o'clock, and at midnight all should have gone to bed.

"If any one has been present at an entertainment uniting all these conditions, he may boast of having witnessed his own apotheosis. He will enjoy it the more, because many other apotheosis have been forgotten or mistaken."

I have said that the pleasure of the table, as I have described it, was susceptible of long duration, and I am about to prove it by the history of the longest meal I ever was present at. It is a BONBON I give the reader as a reward for patient attention to me. Here it is:-

I had a family of kinsfolk in the Rue de Bac, constituted as follows: a doctor, who was seventy-eight; a captain, who was seventy-six; and their sister, Jeannette, who was sixty-four. I used to visit them sometimes, and they always received me kindly.

"PARBLEU!" said Doctor Dubois, rising on his toes one day to tap me on the shoulder; "you have a long time been bragging about your FONDUES, (eggs and cheese,) and you always make our mouths water. The captain and I will come to dine with you, and we will see what your famous dish is." (This took place about 1801.) "Willingly," said I, "and to enable you to see it in all its glory, I will cook it myself. I am delighted with your proposition, and wish you to come punctually at ten to-morrow."

At the appointed time my guests came, clean shaved, and with their heads powdered. They were two little old men; yet fresh, however, and well. They smiled with pleasure when they saw the table ready, set with three covers, and with two dozen oysters by each plate. At the two ends of the table were bottles of Sauterne, carefullly wiped, except the cork, which indicated that it had been long bottled. Alas! I have gradually seen oysters disappear from breakfast, though they were once so common. They disappeared with the ABBES, who never ate less than a gross; and the CHEVALIERS, who ate quite as many. I regret them but as a philosopher. If time modifies governments, how great must be its influence over simple usages. After the oysters, which were very good, grilled kidneys, a PATE of FOIE GRAS with truffles, and then the FONDUE.

The elements had been put in a chafing-dish, and brought to the table with spirits of wine. I set at once to work, and my two cousins watched every motion I made.

They were delighted, and asked for the recipe, which I promised, telling them two anecdotes, which the reader will perhaps meet with elsewhere.

After the FONDUE we had the various fruits which were in season, and a cup of real mocha, made A LA DU BELLOY, which was then becoming fashionable. We ended with two kinds of LIQUEURS.

Breakfast being over, I invited my two kinsmen to take a little exercise, and to accompany me through my lodgings, which are far from being elegant, and which my friends, in consequence of their size and splendor, prefer to the gilding and OR MOLU of the reign of Louis XV.

I showed them the original bust of my pretty cousin, Mme. Recamier by Chinard, and her miniature by Augustin. They were so much pleased, that the Doctor kissed the latter with his thick lips, and the Captain took a liberty with the bust of the first, for which I reproved him. Were all the admirers of the original to do as he did, the bust would soon be in the condition of the famous statue of St. Peter at Borne, which the kisses of pilgrims have worn away.

I showed them afterwards, casts of old statuary, some pictures, which are not without merit, my guns, my musical instruments, and several fine editions of the French and foreign classics.

They did not forget the kitchen in their voyage of discovery. I showed them my economical furnace, my turnspit by clock-work, my roasting apparatus, and my vaporiser. They were much surprised, as every thing in their house was done in the style of the regency.

Just as we were about to enter the room, the clock struck two. "Peste!" said the Doctor, "the dinner time and Jeannette awaits us; we must go, not because I wish to eat, but I must have my bowl of soup like Titus DIEM PERDIDI." "My dear Doctor," said I, "why go so far? what is here? Send some to my cousin and remain here, if you will, and accept my apology for a somewhat hasty dinner and you will delight me."

There was an ocular consultation on the matter between the two brothers, and I at once sent a messenger to the Faubourg St. Germain. I also told my cook what I wished. After a time, in part with his own resources and from the neighboring restaurants, he served us up a very comfortable little dinner.

It was a great gratification to me, to see the SANG FROID and quiet nerve with which my kinsmen sat down, unfolded their napkins and began. They met with two surprises which I did not anticipate; I gave them PARMESAN with soup, and a glass of dry Madeira. These two novelties had just been introduced by M. De Tallyrand, the first of our diplomatists, to whom we are indebted for so many shrewd expressive words, and whom public attention has always followed with marked interest even when he had retired.

Dinner passed very comfortably, and as far as the substantiate and the accessories were concerned, my friends were as agreeable as they were merry.

After dinner, I proposed a game of PIQUET, which they refused, preferring, as the Captain said, IL FAR NIENTE of the Italians, and we sat around the fireplace.

In spite of the pleasures of the FAR NIENTE, I have often thought that nothing enlivens conversation more than any occupation which distracts but does not absorb all coversation.

Tea was a novelty to the French at that time. They however took it; I made it in their presence, and they took it with greater pleasure, because, hitherto they had only looked on it as a remedy.

Long observation had informed me, that one piece of complaisance ever brings on another, and that after one step there is no choice but to continue in the same route.

"You will kill me," said the Doctor. "You will make me drunk," said the Captain. I made no reply, but rang for rum, sugar, and lemons. I made some punch, and while I was preparing some, excellent well buttered toast was also prepared.

My cousins protested that they could not eat a morsel more; but, as I was familliar with the attraction of this simple preparation, I insisted, and the Captain having taken the first slice, I had no hesitation in ordering more.

Time rolled on, and the clock was on the stroke of eight. "Let us go," said the worthies, "for we must eat a salad with our sister, who has not seen us to day."

I did not object, and accompanied the two pleasant old men to their carriage, and saw them leave.

Perhaps, the question may be asked, if their long visit did not annoy me.

I answer, no. The attention of my guests was sustained by the preparation of the FONDUE, by their examination of my rooms, by a few novelties after dinner, by the tea, and especially by the punch, which was the best they had ever tasted.

The Doctor, too, knew all the genealogy and history of the people of Paris. The Captain had passed a portion of his life in Italy, either as a soldier or as envoy to the Court of Parma. I had travelled much, and conversation pursued its natural bent. Under such circumstances time could not but fly rapidly.

On the next day, a letter from the Doctor informed me, that their little debauch had done them no harm, but that after a quiet night's rest, they awoke convinced that they could go over the whole matter again.

MEDITATION XV.

HALTES DE CHASSE.

AMID all the circumstances in life, when eating is considered valuable, one of the most agreeable is, doubtless, when there is a pause in the chase. It alone may be prolonged the most without ennui.

After a few hours exercise, the most eager huntsman feels a necessity for rest. His face needs caressing by the morning breeze: he halts, however, not from necessity, but by that instinctive impulse which tells him that his activity is not indefinite.

Shade attracts him, the turf receives him, the murmur of the rivulet advises him to open the flask he has brought to revive himself I with. [Footnote: For such purposes, I prefer white wine; it resists heat better than any other.] Thus placed, he takes out the little well baked loaves, uncovers the cold chicken some kind hand has placed in his havresack, and finds the piece of gruyere or roquefort, which is to represent a dessert.

While he makes these preparations, he is accompanied by the faithful animal God has created for him; co-operation has overcome distance. They are two friends, and the servant is at once happy and proud to be the guest of his master.

It is an appetite equally unknown to the worldly and devotees: the first do not allow hunger time to come: the second never indulge in exercises which produce it.

The repast being prepared, each has its portion; why not sleep for a while? Noon is an hour of rest for all creation.

The pleasures are decuples by being shared with friends. In this case, a more abundant meal is brought in military chests now employed for both purposes. All speak of the prowess of one, the messes at the other, and of the anticipations of the evening.

What if one should come provided with one of those vases consecrated to Bacchus, where artificial cold ices the madrin, the strawberry, and pine-apple juice, those delicious flavors which spread through the whole system a luxury unknown to the profane.

We have not, however, reached the last term of progression of pleasure.

LADIES.

There are times when our wives, sisters, and cousins are invited to share in these amusements. At the appointed hour, light carriages, prancing horses, etc., hearing ladies collect. The toilette of the ladies is half military, and half coquette. The professor will, if he be observant, catch a glimpse of things not intended for his eye.

The door of the carriages will soon be opened, and a glimpse will be had of pates de Perigord, the wonders of Strasburg, the delicacies of d'Achard, and all that the best laboratories produce that is transportable.

They have not forgotten foaming champagne, a fit ornament for the hand of beauty. They sit on the grass--corks fly, all laugh, jest, and are happy. Appetite, this emenation of heaven, gives to the meal a vivacity foreign to the drawing-room, however well decorated it may be.

All, however, must end; the oldest person present gives the signal; all arise, men take their guns, and the ladies their hats- -all go, and the ladies disappear until night.

I have hunted in the centre of France, and in the very depths of the departments. I have seen at the resting places carriage loads of women of radiant beauty, and others mounted on a modest ass, such as composes the fortunes of the people of Montmorency. I have seen them first laugh at the inconveniences of the mode of transportation, and then spread on the lawn a turkey, with transparent jelly, and a salad ready prepared. I have seen them dance around a fire lighted for the occasion, and have participated in the pleasures of this gypsy sport. I am sure so much attraction with so little luxury is never met with elsewhere.

Les haltes de la chasse are a yet virgin subject which we have only touched, we leave the subject to any one who pleases to take a fancy to it.

MEDITATION XVI.

ON DIGESTION.

We never see what we eat, says an old adage, except what we digest.

How few, however, know what digestion is, though it is a necessity equalizing rich and poor, the shepherd and the king.

The majority of persons who, like M. Jourdan, talked prose without knowing it, digest without knowing how; for them I make a popular history of digestion, being satisfied that M. Jourdan was much better satisfied when his master told him that he wrote prose. To he fully acquainted with digestion, one must know hoth its antecedents and consequents.

INGESTION.

Appetite, hunger, and thirst, warn us that the hody needs restoration; pain, that universal monitor, never ceases to torment us if we do not obey it.

Then comes eating and drinking which are ingestion, an operation which begins as soon as the food is in the mouth, and enters the oesophagus.

During its passage, through a space of a few inches much takes place.

The teeth divide solid food, the glands which line the inside of the mouth moisten it, the tongue mingles the food, presses it against the palate so as to force out the juice, and then collects the elements in the centre of the mouth, after which, resting on the lower jaw, it lifts up the central portion forming a kind of inclined plane to the lower portion of the mouth where they are received by the pharynx, which itself contracting, forces them into the oesophagus.

One mouthful having thus been treated, a second is managed in the same way, and deglutition continues until appetite informs us that it is time to stop. It is rarely, though, that it stops here, for as it is one of the attributes of man to drink without thirst, cooks have taught him to eat without hunger.

To ensure every particle of food reaching the stomach, two dangers must be avoided.

It must not pass into the passage behind the nose, which luckily is covered by a veil.

The second is that it must not enter the trachea. This is a serious danger, for any particle passing into the trachea, would cause a convulsive cough, which would last until it was expelled.

An admirable mechanism, however, closes the glottis while we swallow, and we have a certain instinct which teaches us not to breathe during deglutition. In general, therefore, we may say, that in spite of this strange conformation, food passes easily into the stomach, where the exercise of the will ceases, and digestion begins.

DUTY OF THE STOMACH.

Digestion is a purely mechanical operation and the digestive apparatus, may be considered as a winnowing mill, the effect of which is, to extract all that is nutritious and to get rid of the chaff.

The manner in which digestion is effcted has been so long a question for argument, and persons have sought to ascertain if it were effected by coction, fermentation, solution, chemical, or vital action.

All of these modes have their influence, and the only error was that many causes were sought to be attributed to one.

In fact food impregnated by all fluids which fill the mouth and oesophagus, reaches the stomach where it is impregnated by the gastric juices, which always fill it. It is then subjected for several hours to a heat of 30 [degrees] Reaumer; it is mingled by the organic motion of the stomach, which their presence excites. They act on each other by the effect of this juxtaposition and fermentation must take place. All that is nourishing ferments.

In consequence of all of these operations, chyle is elaborated and spread over the food, which then passes the pylorus and enters the intestines. Portion after portion succeeds until the stomach is empty, thus evacuating itself as it was filled.

The pylorus is a kind of chamber between the stomach and the intestines, so constructed that food once in it can ascend only with great difficulty. This viscera is sometimes obstructed when the sufferer, after long and intense agony, dies of hunger.

The next intestine beyond the pylorus is the duodenum. It is so called because it is twelve fingers long.

When chyle reaches the duodenum, it receives a new elaboration by being mingled with bile and the panchreatic juice. It loses the grey color and acidity it previously possessed, becomes yellow and commences to assume a stercoral odor, which increases as it advances to the rectum. The various substances act reciprocally on each other; there must, consequently, be many analagous gasses produced.

The impulse which ejected chyle from the stomach, continues and forces the food towards the lower intestines, there the chyle separates itself and is absorbed by organs intended for the purpose, whence it proceeds to the liver, to mingle with the blood, which it revives, and thus repairs the losses of the vital organs and of transpiration.

It is difficult to explain how chyle, which is a light and almost insipid fluid, can be extracted from a mass, the color of which, and the taste, are so deeply pronounced.

Be that as it may, the preparation of chyle appears to be the true object of digestion, and as soon as it mingles with the circulation, the individual becomes aware of a great increase of physical power.

The digestion of fluids is less complicated than that of solids, and can be explained in a few words.

The purely liquid portion is absorbed by the stomach, and thrown into circulation; thence it is taken to the veins by the arteries and filtered by urethras, [Footnote: These urethras are conduits of the size of a pea, which start from the kidneys, and end at the upper neck of the bladder.] which pass them as urine, to the bladder.

When in this last receptacle, and though restrained by the spinchter muscle, the urine remains there but a brief time; its exciting nature causes a desire to avoid it, and soon voluntary constriction emits it through canals, which common consent does not permit us to name.

Digestion varies in the time it consumes, according to the temperament of individuals. The mean time, however, is seven hours, viz., three hours for the stomach, and the rest of the time for the lower intestines.

From this expose which I have selected from the most reliable authors, I have separated all anatomical rigidities, and scientific abstractions. My readers will thence be able to judge where the last meal they ate is: viz., during the first three hours in the stomach, later in the intestinal canal, and after seven hours, awaiting expulsion.

INFLUENCE OF DIGESTION.

Of all corporeal operations, digestion is the one which has the closest connection with the moral condition of man.

This assertion should amaze no one; things cannot be otherwise.

The principles of physiology tells us that the soul is liable to impressions only in proportion as the organs subjected to it have relation to external objects, whence it follows that when these organs are badly preserved, badly restored, or irritated, this state of degradation exerts a necessary influence on sensations, which are the intermediates of mental operations.

Thus the habitual manner in which digestion is performed or affected, makes us either sad, gay, taciturn, gossiping morose or melancholy, without our being able to doubt the fact, or to resist it for a moment.

In this respect, humanity may be arranged under three categories; the regular, the reserved, and the uncertain.

Each of the persons who belong to each of the series, not only have similar dispositions, and propensities, but there is something analagous and similar in the manner in which they fulfill the mission from which chance during their lives has separated them.

To exhibit an example, I will go into the vast field of literature. I think men of letters frequently owe all their characteristics to their peculiar mode of life. Comic poets must be of one kind, tragic poets of another, and elegiac, of the uncertain class. The most elegiac and the most comic are only separated by a variety of digestive functions.

By an application of this principle to courage, when Prince Eugene of Savoy, was doing the greatest injury to France, some one said, "Ah, why can I not send him a pate de foie gras, three times a week I would make him the greatest sluggard of Europe."

"Let us hurry our men into action, while a little beef is left in their bowels," said an English general.

Digestion in the young is very often accompanied by a slight chill, and in the old, by a great wish to sleep. In the first case, nature extracts the coloric from the surface to use it in its laboratory. In the second, the same power debilitated by age cannot at once satisfy both digestion and the excitement of the senses.

When digestion has just begun, it is dangerous to yield to a disposition for mental work. One of the greatest causes of mortality is, that some men after having dined, and perhaps too well dined, can neither close their eyes nor their ears.

This observation contains a piece of advice, which should even attract the most careless youth, usually attentive to nothing. It should also arrest the attention of grown men, who forget nothing, not even that time never pauses, and which is a penal law to those on the wrong side of fifty.

Some persons are fretful while digestion is going on. At that time, nothing should be suggested to and no favors asked of them.

Among these was marshal Augereau, who, during the first hour after dinner, slaughtered friends and enemies indiscriminately.

I have heard it said, that there were two persons in the army, whom the general-in-chief always wished to have shot, the commissary-in-chief and the head of his general staff. They were both present. Cherin the chief of staff, talked back to him, and the commissary, though he said nothing, did not think a bit the less.

At that time, I was attached to his general staff, and always had a plate at his table. I used, however, to go thither rarely, being always afraid of his periodical outbreaks, and that he would send me to dinner to finish my digestion.

I met him afterwards at Paris, and as he testified his regret that he had not seen me oftener, I did not conceal the reason. We laughed over the matter and he confessed that I was not wrong.

We were then at Offenbourg, and a complaint was made by the staff that we ate no game nor fish.

This complaint was well founded, for it is a maxim, of public law, that the conquerors should always live at the expense of the conquered. On that very day I wrote a letter to the master of the forests to point out a remedy.

This official was an old trooper, who doubtless was unwilling to treat us kindly lest we should take root in this territory. His answer was negative and evasive. The game keepers, afraid of our soldiers, had gone, the fishermen were insubordinate, the water muddy, etc. To all this, I said nothing, but I sent him ten grenadiers to be lodged and fed until further orders.

The remedy was effective; for early on the next day after, I saw a heavily loaded wagon come. The game-keepers had come back, the fishermen were submissive; we had game and fish enough to last for a week.

We had kid, snipe, lark, pike, etc.

When I received the offering, I freed the superintendent from his troublesome guests, and during the whole time we remained in that part of the country, we had nothing to complain of.

MEDITATION XVII.

REPOSE.

MAN is not made to enjoy an indefinite activity; nature has destined him to a variable existence, and his perceptions must end after a certain time. This time of activity may be prolonged, by varying the nature of the perceptions to be experienced, and a continuity of life brings about a desire for repose.

Repose leads to sleep, and sleep produces dreams.

Here we find ourselves on the very verge of humanity, for the man who sleeps is something more than a mere social being: the law protects, but does not command him.

Here a very singular fact told me by Dom Duhaget, once prior of the Chartreuse convent of Pierre Chatel, presents itself.

Dom Duhaget was a member of a very good family in Gascogne, and had served with some distinction as a captain of infantry. He was a knight of St Louis. I never knew any one, the conversation of whom was more pleasant.

"There was," said he, "before I went to Pierre Chatel, a monk of a very melancholy humor, whose character was very sombre, and who was looked upon as a somnambulist.

"He used often to leave his cell, and when he went astray, people were forced to guide him back again. Many attempts had been made to cure him, but in vain.

"One evening I had not gone to bed at the usual hour, but was in my office looking over several papers, when I saw this monk enter in a perfect state of somnambulism.

"His eyes were open but fixed, and he was clad in the tunic in which he should have gone to bed, but he had a huge knife in his hand.

"He came at once to my bed, the position of which he was familiar with, and after having felt my hand, struck three blows which penetrated the mattrass on which I laid.

"As he passed in front of me his brows were knit, and I saw an expression of extreme gratification pervaded his face.

"The light of two lamps on my desk made no impression, and he returned as he had come, opening the doors which led to his cell, and I soon became satisfied that he had quietly gone to bed.

"You may," said the Prior, "fancy my state after this terrible apparition; I trembled at the danger I had escaped, and gave thanks to Providence. My emotion, however, was so great that during the balance of the night I could not sleep.

"On the next day I sent for the somnambulist and asked him what he had dreamed of during the preceding night.

"When I asked the question he became troubled. 'Father,' said he, 'I had so strange a dream that it really annoys me; I fear almost to tell you for I am sure the devil has had his hand in it.' 'I order you to tell me,' said I, 'dreams are involuntary and this may only be an illusion. Speak sincerely to me.' 'Father,' said he,' I had scarcely gone to sleep when I dreamed that you had killed my mother, and when her bloody shadow appeared to demand vengeance, I hurried into your cell, and as I thought stabbed you. Not long after I arose, covered with perspiration, and thanked God that I had not committed the crime I had meditated.' 'It has been more nearly committed,' said I, with a kind voice, 'than you think.'

"I then told him what had passed, and pointed out to him the blows he had aimed at me.

"He cast himself at my feet, and all in tears wept over the involuntary crime he had thought to commit, and besought me to inflict any penance I might think fit.

"'No,' said I, 'I will not punish you for an involuntary act. Henceforth, though I excuse you from the service of the night, I inform you that your cell will be locked on the outside and never be opened except to permit you to attend to the first mass.'"

If in this instance, from which a miracle only saved him, the Prior had been killed, the monk would not have suffered, for he would have committed a homicide not a murder.

TIME OF REST.

The general laws of the globe we inhabit have an influence on the human race. The alternatives of day and night are felt with certain varieties over the whole globe, but the result of all this is the indication of a season of quiet and repose. Probably we would not have been the same persons had we lived all our lives without any change of day or night.

Be this as it may, when one has enjoyed for a certain length of time a plentitude of life a time comes when he can enjoy nothing; his impressibility gradually decreases, and the effects on each of his senses are badly arranged. The organs are dull and the soul becomes obtuse.

It is easy to see that we have had social man under consideration, surrounded by all the attractions of civilization. The necessity of this is peculiarly evident to all who are buried either in the studio, travel, as soldiers, or in any other manner.

In repose our mother nature especially luxuriates. The man who really reposes, enjoys a happiness which is as general as it is indefinable; his arms sink by their own weight, his fibres distend, his brain becomes refreshed, his senses become calm, and his sensations obtuse. He wishes for nothing, he does not reflect, a veil of gauze is spread before his eyes, and in a few moments he will sink to sleep.

MEDITATION XVIII.

SLEEP.

THOUGH some men be organized that they may be said not to sleep, yet the great necessity of the want of sleep is well defined as is hunger or thirst. The advanced sentinels of the army used often to sleep though they filled their eyes with snuff.

DEFINITION.

Sleep is a physical condition, during which man separates himself from external objects by the inactivity of his senses, and has only a mechanical life.

Sleep, like night, is preceded and followed by two twilights. The one leads to inertion, the other to activity.

Let us seek to elucidate these phenomena.

When sleep begins, the organs of the senses fall almost into inactivity. Taste first disappears, then the sight and smell. The ear still is on the alert, and touch never slumbers. It ever warns us of danger to which the body is liable.

Sleep is always preceded by a more or less voluptuous sensation. The body yields to it with pleasure, being certain of a prompt restoration. The soul gives up to it with confidence, hoping that its means of fiction will he retempered.

From the fact of their not appreciating this sensation, savants of high rank have compared sleep to death, which all living beings resist as much as possible, and which even animals show a horror of.

Like all pleasures, sleep becomes a passion. Persons have been known to sleep away three-quarters of their life. Like all other passions it then exerts the worst influences, producing idleness, indolence, sloth and death.

The school of Salernum granted only seven hours to sleep without distinction to sex or age. This maxim was too severe, for more time is needed by children, and more should, from complaisance, be granted to women. Though whenever more than ten hours is passed in bed there is abuse.

In the early hours of crepuscular sleep, will yet exists. We can rouse ourselves, and the eye has not yet lost all its power. Non omnibus dormio, said Mecenes, and in this state more than one husband has acquired a sad certainty. Some ideas yet originate but are incoherent. There are doubtful lights, and see indistinct forms flit around. This condition does not last long, for sleep soon becomes absolute.

What does the soul do in the interim? It lives in itself, and like a pilot in a calm, like a mirror at night, a lute that no one touches, awakes new excitement.

Some psycologists, among others the count of Redern, say that the soul always acts. The evidence is, that a man aroused from sleep always preserves a memory of his dreams.

There is something in this observation, which deserves verification.

This state of annihilation, however, is of brief duration, never exceeding more than five or six hours: losses are gradually repaired, an obscure sense of existence manifests itself, and the sleeper passes into the empire of dreams.

MEDITATION XIX.

DREAMS.

Dreams are material impressions on the soul, without the intervention of external objects.

These phenomena, so common in ordinary times, are yet little known.

The fault resides with the savants who did not allow us a sufficiently great number of instances. Time will however remedy this, and the double nature of man will be better known.

In the present state of science, it must be taken for granted that there exists a fluid, subtle as it is powerful, which transmits to the brain the impressions received by the senses. This excitement is the cause of ideas.

Absolute sleep is the deperdition or inertia of this fluid.

We must believe that the labors of digestion and assimulation do not cease during sleep, but repair losses so that there is a time when the individual having already all the necessities of action is not excited by external objects.

Thus the nervous fluid--movable from its nature, passes to the brain, through the nervous conduits. It insinuates itself into the same places, and follows the old road. It produces the same, but less intense effects.

I could easily ascertain the reason of this. When man is impressed by an external object, sensation is sudden, precise, and involuntary. The whole organ is in motion. When on the contrary, the same impression is received in sleep, the posterior portion of the nerves only is in motion, and the sensation is in consequence, less distinct and positive. To make ourselves more easily understood, we will say that when the man is awake, the whole system is impressed, while in sleep, only that portion near the brain is affected.

We know, however, that in voluptuous dreams, nature is almost as much gratified as by our waking sensations; there is, however, this difference in the organs, for each sex has all the elements of gratification.

When the nervous fluid is taken to our brain, it is always collected in vats, so to say, intended for the use of one of our senses, and for that reason, a certain series of ideas, preferable to others, are aroused. Thus we see when the optic nerve is excited, and hear when those of the ear are moved. Let us here remark that taste and smell are rarely experienced in dreams. We dream of flowers, but not of their perfume; we see a magnificently arranged table, but have no perception of the flavor of the dishes.

This is a subject of enquiry worthy of the most distinguished science. We mean, to ascertain why certain senses are lost in sleep, while others preserve almost their full activity. No physiologist has ever taken care of this matter.

Let us remark that the influences we are subject to when we sleep, are internal. Thus, sensual ideas are nothing after the anguish we suffer at a dream of the death of a loved child. At such moments we awake to find ourselves weeping bitterly.

NATURE OF DREAMS.

Whimsical as some of the ideas which visit us in dreams may be, we will on examination find they are either recollections, or combinations of memory. I am inclined to say that dreams are the memory of sensations.

Their strangeness exists only in the oddity of association which rejects all idea of law and of chronology, of propriety and time. No one, however, ever dreamed of any thing absolutely unknown to him.

No one will be amazed at the strangeness of our dreams, when we remember, that, when awake, our senses are on the alert, and respectively rectify each other. When a man sleeps, however, every sensation is left to his own resources.

I am inclined to compare these two conditions of the brain, to a piano at which some great musician sits, and who as he throws his fingers over the keys recalls some melody which he might harmonize if he use all his power. This comparison may be extended yet further, when we remember that reflection is to ideas, what harmony is to sounds; that certain ideas contain others, as a principle sound contains the others which follow it, etc. etc.

SYSTEM OF DR. GALL.

Having followed thus far a subject which is not without interest, I have come to the confines of the system of Dr. Gall who sustains the multiformity of the organs of the brain.

I cannot go farther, nor pass the limits I have imposed on myself: yet from the love of science, to which it may be seen I am no stranger, I cannot refrain from making known two observations I made with care, and which are the more important, as many persons will be able to verify them.

FIRST OBSERVATION.

About 1790 there was in a little village called Gevrin, in the arrondissement of Belley a very shrewd tradesman named Landot, who had amassed a very pretty fortune.

All at once he was stricken with paralysis. The Doctors came to his assistance, and preserved his life, not however without loss, for all of his faculties especially memory was gone. He however got on well enough, resumed his appetite and was able to attend to his business.

When seen to be in this state, all those with whom he ever had dealings, thought the time for his revenge was come, and under the pretext of amusing him, offered all kinds of bargains, exchanges, etc. They found themselves mistaken, and had to relinquish their hopes.

The old man had lost none of his commercial faculties. Though he forgot his own name and those of his servants, he was always familiar with the price-current, and knew the exact value of every acre and vineyard in the vicinity.

In this respect his judgment had be en uninjured, and the consequence was, that many of the assailants were taken in their own snares.

SECOND OBSERVATION.

At Belley, there was a M. Chirol, who had served for a long time in the gardes du corps of Louis XV. and XVI.

He had just sense enough for his profession, but he was passionately fond of all kinds of games, playing l'hombre, piquet, whist, and any new game that from time to time might be introduced.

M. Chirol also became apoplectic and fell into a state of almost absolute insensibility. Two things however were spared, his faculty for digestion, and his passion for play.

He used to go every day to a house he had been used to frequent, sat in a corner and seemed to pay no attention to any thing that passed around him.

When the time came to arrange the card parties, they used to invite him to take a hand. Then it became evident that the malady which had prostrated the majority of his faculties, had not affected his play. Not long before he died, M. Chirol gave a striking proof that this faculty was uninjured.

There came to Belley, a banker from Paris, the name of whom I think was Delins. He had letters of introduction, he was a Parisian, and that was enough in a small city to induce all to seek to make his time pass agreeably as possible.

Delins was a gourmand, and was fond of play. In one point of view he was easily satisfied, for they used to keep him, every day, five or six hours at the table. It was difficult, however, to amuse his second faculty. He was fond of piquet and used to talk of six francs a fiche, far heavier play than we indulged in.

To overcome this obstacle, a company was formed in which each one risked something. Some said that the people of Paris knew more than we; and others that all Parisians were inclined to boasting. The company was however formed, and the game was assigned to M. Chirol.

When the Parisian banker saw the long pale face, and limping form opposed to him, he fancied at first, that he was the butt of joke: when, however, he saw the artistic manner with which the spectre handled the cards, he began to think he had an adversary worthy of him, for once.

He was not slow in being convinced that the faculty yet existed, for not only in that, but in many other games was Delins so beaten that he had to pay more than six hundred francs to the company, which was carefully divided.

RESULT.

The consequences of these two observations are easily deduced. It seems clear that in each case, the blow which deranged the brain, had spared for a long time, that portion of the organ employed in commerce and in gaming. It had resisted it beyond doubt, because exercise had given it great power, and because deeply worked impressions hatf exerted great influence on it.

AGE.

Age has great influence on the nature of dreams.

In infancy we dream of games, gardens, flowers, and other smiling objects; at a later date, we dream of pleasure, love, battles, and marriages; later still we dream of princely favors, of business, trouble and long departed pleasures.

PHENOMENA OF DREAMS.

Certain strange phenomena accompany sleep and dreams. Their study may perhaps account for anthropomania, and for this reason I record here, three observations, selected from a great many made by myself during the silence of night.

FIRST OBSERVATION.

I dreamed one night, that I had discovered a means to get rid of the laws of gravitation, so that it became as easy to ascend as descend, and that I could do either as I pleased.

This estate seemed delicious to me; perhaps many persons may have had similar dreams. One curious thing however, occurs to me, which I remember, I explained very distinctly to myself the means which led me to such a result, and they seemed so simple, that I was surprised I had not discovered it sooner.

As I awoke, the whole explanation escaped my mind, but the conclusion remained; since then, I will ever be persuaded of the truth of this observation.

SECOND OBSERVATION.

A few months ago while asleep I experienced a sensation of great gratification. It consisted in a kind of delicious tremor of all the organs of which my body was composed, a violet flame played over my brow.

Lambere flamma comas, et circum temporo pasci.

I think this physical state did not last more than twenty seconds, and I awoke with a sensation of something of terror mingled with surprise.

This sensation I can yet remember very distinctly, and from various observations have deduced the conclusion that the limits of pleasure are not, as yet, either known or defined, and that we do not know how far the body may be beatified. I trust that in the course of a few centuries, physiology will explain these sensations and recall them at will, as sleep is produced by opium, and that posterity will be rewarded by them for the atrocious agony they often suffer from when sleeping.

The proposition I have announced, to a degree is sustained by analogy, for I have already remarked that the power of harmony which procures us such acute enjoyments, was totally unknown to the Romans. This discovery is only about five hundred years old.

THIRD OBSERVATION.

In the year VIII (1800,) I went to bed as usual and woke up about one, as I was in the habit of doing. I found myself in a strange state of cerebral excitement, my preception was keen, my thoughts profound; the sphere of my intelligence seemed increased, I sat up and my eyes were affected with a pale, vaporous, uncertain light, which, however, did, not enable me to distinguish objects accurately.

Did I only consult the crowd of ideas which succeeded so rapidly, I might have fancied that this state lasted many hours; I am satisfied, however, that it did not last more than half an hour, an external accident, unconnected with volition, however, aroused me from it, and I was recalled to the things of earth.

When the luminous apparition disappeared, I became aware of a sense of dryness, and, in fact, regained my waking faculties. As I was now wide awake, my memory retained a portion of the ideas (indistinctly) which crossed my mind.

The first ideas had time as their subject. It seemed to me that the past, present and future, became identical, were narrowed down to a point, so that it was as easy to look forward into the future, as back into the past. This is all I remember of this first intuition, which was almost effaced by subsequent ones.

Attention was then directed to the senses, which I followed in the order of their perfection, and fancying that those should be examined which were internal as well as external, I began to follow them out.

I found three, and almost four, when I fell again to earth.

1. Compassion is a sensation we feel about the heart when we see another suffer.

2. Predilection is a feeling which attracts us not only to an object, but to all connected with it.

3. Sympathy is the feeling which attracts two beings together.

From the first aspect, one might believe that these two sentiments are one, and the same. They cannot, however, be confounded; for predilection is not always reciprocal, while sympathy, must be.

While thinking of compassion, I was led to a deduction I think very just, and which at another time I would have overlooked. It is the theory on which all legislation is founded.

DO AS YOU WILL BE DONE BY.

Alteri ne facias, quod tibi fieri non vis.

Such is an idea of the state in which I was, and to enjoy it again, I would willingly relinquish a month of my life.

In bed we sleep comfortably, in a horizontal position and with the head warm: Thoughts and ideas come quickly and abundantly; expressions follow, and as to write one has to get up, we take off the night cap and go to the desk.

Things all at once seem to change. The examination becomes cold, the thread of our ideas is broken; we are forced to look with trouble, for what was found so easily, and we are often forced to postpone study to another day.

All this is easily explained by the effect produced on the brain by a change of position. The influence of the physic and moral is here experienced.

Following out this observation, I have perhaps gone rather far, but I have been induced to think that the excitability of oriental nations, was, in a manner, due to the fact, that, in obedience to the religion of Mahomet, they used to keep the head warm, for a reason exactly contrary to that which induced all monastic legislators to enjoin shaven crowns.

MEDITATION XX.

INFLUENCE OF DIET ON REST, SLEEP AND DREAMS.

WHETHER man sleeps, eats, or dreams, he is yet subject to the laws of nutrition and to gastronomy.

Theory and experience, both admit that the quantity and quality of food have a great influence on our repose, rest, and dreams.

EFFECTS OF DIET ON LABOR.

A man who is badly fed, cannot bear for a long time, the fatigues of prolonged labor; his strength even abandons him, and to him rest is only loss of power.

If his labor be mental, his ideas are crude and undecided. Reflection contributes nothing to them, nor does judgment analyze them. The brain exhausts itself in vain efforts and the actor slumbers on the battlefield.

I always thought that the suppers of Auteuil and those of the hotels of Rambouillet and Soissons, formed many of the authors of the reign of Louis XIV. Geoffrey was not far wrong when he characterised the authors of the latter part of the eighteenth century as eau sucree. That was their habitual beverage.

According to these principles, I have examined the works of certain well known authors said to have been poor and suffering, and I never found any energy in, them, except when they were stimulated by badly conceived envy.

On the eve of his departure for Boulogne, the Emperor Napoleon fasted for thirty hours, both with his council and with the various depositories of his power, without any refreshment other than two very brief meals, and a few cups of coffee.

Brown, mentions an admiralty clerk, who, having lost his memorandum, without which he could not carry on his duty, passed fifty-two consecutive hours in preparing them again. Without due regimen, he never could have borne the fatigue and sustained himself as follows:--At first, he drank water, then wine, and ultimately took opium.

I met one day a courier, whom I had known in the army, on his way from Spain, whither he had been sent with a government dispatch. (Correo ganando horas.)

He made the trip in twelve days, having halted only four hours in Madrid, to drink a few glasses of wine, and to take some soup. This was all the nourishment he took during this long series of sleepless nights and fatigues. He said that more solid sustenance would have made it impossible for him to continue his journey.

DREAMS.

Diet has no trifling influence on sleep and dreams.

A hungry man cannot sleep, for the pain he suffers keeps him awake. If weakness or exhaustion overcome him, his slumber is light, uneasy and broken.

A person, however, who has eaten too much, sinks at once to sleep. If he dreams, he remembers nothing of it, for the nervous fluid has been intercepted in the passages. He awakes quickly, and when awake is very sensible of the pains of digestion.

We may then lay down, as a general rule, that coffee rejects sleep. Custom weakens and even causes this inconvenience entirely to disappear. Europeans, whenever they yield to it, always feel its power. Some food, however, gently invites sleep; such as that which contains milk, the whole family of letuces, etc., etc.

CONSEQUENCE.

Experience relying on a multitude of observations, has informed us that diet has an influence on dreams.

In general, all stimullkt food excites dreams, such as flock game, ducks, venison and hare.

This quality is recognised in asparagus, celery, truffles, perfume, confectioneries and vanilla.

It would be a great mistake to think that we should banish from our tables all somniferous articles. The dreams they produce are in general agreeable, light, and prolong our existence even when it is suspended.

There are persons to whom sleep is a life apart, and whose dreams are serial, so that they end in one night a dream begun on the night before. While asleep they distinguish faces they remember to have seen, but which they never met with in the real world.

RESULT.

A person who reflects on his physical life and who does so according to the principles we develop, is the one who prepares sagaciously for rest, sleep and dreams.

He distributes his labor so that he never over-tasks himself, he lightens it and refreshes himself by brief intervals of rest, which relieve him, without interrupting its continuity, sometimes a duty.

If longer rest is required during the day, he indulges in it only in a sitting attitude; he refuses sleep unless he be forced irresistibly to use it, and is careful not to make it habitual.

When night brings about the hour of repose, he retires to an airy room, does not wrap himself up in curtains, which make him breathe the same air again and again, and never closes the blinds so that when he wakes he will meet with at least one ray of light.

He rests in a bed with the head slightly higher than the feet. His pillow is of hair; his night cap of cloth and his breast unincumbered by a mass of coverings; he is careful, however, to keep his feet warm.

He eats with discretion, and never refuses good and excellent cheer. He drinks prudently, even the best wine. At dessert he talks of gallantry more than of politics, makes more madrigals than epigrams. He takes his coffee, if it suits his constitution, and afterwards swallows a spoonful of liquor, though it he only to perfume his breath. He is, in all respects, a good guest, and yet never exceeds the limits of discretion.

In this state, satisfied with himself and others, he lies down and sinks to sleep. Mysterious dreams then give an agreeable life; he sees those he loves, indulges in his favorite occupations, and visits places which please him.

Then he feels his slumber gradually pass away, and does not regret the time he has lost, because even in his sleep, he has enjoyed unmixed pleasure and an activity without a particle of fatigue.

MEDITATION XXI.

OBESITY.

Were I a physician with a diploma, I would have written a whole book on obesity; thus I would have acquired a domicil in the domain of science, and would have had the double satisfaction of having, as patients, persons who were perfectly well, and of being besieged by the fairer portion of humanity. To have exactly fat enough, not a bit too much, or too little, is the great study of women of every rank and grade.

What I have not done, some other person will do, and if he be learned and prudent, (and at the same time a good-fellow,) I foretell that he will have wonderful success.

Exoriare aliquis nostris ex ossibus hoeres!

In the intereim, I intend to prepare the way for him. A chapter on obesity is a necessary concomitant of a book which relates so exclusively to eating.

Obesity is that state of greasy congestion in which without the sufferer being sick, the limbs gradually increase in volume, and lose their form and harmony.

One kind of obesity is restricted to the stomach, and I have never observed it in women. Their fibres are generally softer, and when attacked with obesity nothing is spared. I call this variety of obesity GASTROPHORIA. Those attacked by it, I call GASTROPHOROUS. I belong to this category, yet, though my stomach is rather prominent, I have a round and well turned leg. My sinews are like those of an Arab horse.

I always, however, looked on my stomach as a formidable enemy: I gradually subdued it, but after a long contest. I am indebted for all this to a strife of thirty years.

I will begin my treatise by an extract from a collection of more than five hundred dialogues, which at various times I have had with persons menaced with obesity.

AN OBESE.--What delicious bread! where do you get it?

I.--From Limet, in the Rue Richelieu, baker to their Royal Highness, the Due d'Orleans, and the Prince de Conde. I took it from him because he was my neighbour, and have kept to him because he is the best bread maker in the world.

OBESE.--I will remember the address. I eat a great deal of bread, and with such as this could do without any dinner.

OBESE No. 2.--What are you about? You are eating your soup, but set aside the Carolina rice it contains! I.--Ah: that it is a regimen I subject myself to.

OBESE.--It is a bad regimen. I am fond of rice pates and all such things. Nothing is more nourishing.

AN IMMENSE OBESE.--Do me the favor to pass me the potatoes before you. They go so fast that I fear I shall not be in time.

I.--There they are, sir.

OBESE.--But you will take some? There are enough for two, and after us the deluge.

I.--Not I. I look on the potatoe as a great preservative against famine; nothing, however, seems to me so pre-eminently fade.

OBESE.--That is a gastronomical heresy. Nothing is better than the potatoe; I eat them in every way.

AN OBESE LADY.--Be pleased to send me the Soissons haricots I see at the other end of the table.

I.--(Having obeyed the order, hummed in a low tone, the well known air:)

"Les Soissonnais sont heureux, Les haricots font chez eux."

OBESE.--Do not laugh: it is a real treasure for this country. Paris gains immensely by it. I will thank you to pass me the English peas. When young they are food fit for the gods.

I?--Anathema on beans and peas.

OBESE.--Bah, for your anathema; you talk as if you were a whole council. I.--(To another.) I congratulate you on your good health, it seems to me that you have fattened somewhat, since I last saw you.

OBESE.--I probably owe it to a change of diet.

I.--How so?

OBESE.--For some time I eat a rich soup for breakfast, and so thick that the spoon would stand up in it.

I.--(To another.) Madame, if I do not mistake, you will accept a portion of this charlotte? I will attack it.

OBESE.--No, sir. I have two things which I prefer. This gateau of rice and that Savoy biscuit--I am very fond of sweet things.

I.--While they talk politics, madame, at the other end of the table, will you take a piece of this tourte a la frangipane?

OBESE.--Yes; I like nothing better than pastry. We have a pastry- cook in our house as a lodger, and I think my daughter and I eat up all his rent.

I.--(Looking at the daughter.) You both are benefitted by the diet. Your daughter is a fine looking young woman.

OBESE LADY.--Yes; but there are persons who say she is too fat.

I.--Ah! those who do so are envious, etc., etc. By this and similar conversations I elucidate a theory I have formed about the human race, viz: Greasy corpulence always has, as its first cause, a diet with too much farinacious or feculent substance. I am sure the same regime will always have the same effect. Carniverous animals never become fat. One has only to look at the wolf, jackal, lion, eagle, etc.

Herbiverous animals do not either become fat until age has made repose a necessity. They, however, fatten quickly when fed on potatoes, farinacious grain, etc.

Obesity is rarely met with among savage nations, or in that class of persons who eat to live, instead of living to eat.

CAUSES OF OBESITY.

From the preceding observation, the causes of which any one may verify, it is easy to ascertain the principle causes of obesity.

The first is the nature of the individual. Almost all men are born with predispositions, the impress of which is borne by their faces. Of every hundred persons who die of diseases of the chest, ninety have dark hair, long faces and sharp noses. Of every hundred obese persons, ninety have short faces, blue eyes, and pug noses.

Then there are beyond doubt persons predestined to obesity, the digestive powers of whom elaborate a great quantity of grease.

This physical fact, of the truth of which I am fully satisfied, exerts a most important influence on our manner of looking at things.

When we meet in society, a short, fat, rosy, short-nosed individual, with round limbs, short feet, etc., all pronounce her charming. Better informed than others, however, I anticipate the ravages which ten years will have effected on her, and sigh over evils which as yet do not exist. This anticipated compassion is a painful sentiment, and proves that a prescience of the future would only make man more unhappy.

The second of the causes of obesity, is the fact that farinacious and feculaferous matter is the basis of our daily food. We have already said that all animals that live on farinaceous substances become fat; man obeys the common law.

The fecula is more prompt in its action when it is mingled with sugar. Sugar and grease are alike in containing large quantities of hydrogen, and are both inflammable. This combination is the more powerful, from the fact that it flatters the taste, and that we never eat sweet things until the appetite is already satisfied, so that we are forced to court the luxury of eating by every refinement of temptation.

The fecula is not less fattening when in solution, as in beer, and other drinks of the same kind. The nations who indulge the most in them, are those who have the most huge stomachs. Some Parisian families who in 1817 drank beer habitually, because of the dearness of wine, were rewarded by a degree of embonpoint, they would be glad to get rid of.

SEQUEL.

Another cause of obesity is found in the prolongation of sleep, and want of exercise. The human body repairs itself much during sleep, and at the same time loses nothing, because muscular action is entirely suspended. The acquired superfluity must then be evaporated by exercise.

Another consequence is, that persons who sleep soundly, always refuse every thing that looks the least like fatigue. The excess of assimilation is then borne away by the torrent of circulation. It takes possession, by a process, the secret of which nature has reserved to herself, of some hundredths of hydrogen, and fat is formed to be deposited in the tubes of the cellular tissue.

SEQUEL.

The last cause of obesity is excess of eating and drinking.

There was justice in the assertion, that one of the privileges of the human race is to eat without hunger, and drink without thirst. Animals cannot have it, for it arises from reflection on the pleasures of the table, and a desire to prolong its duration.

This double passion has been found wherever man exists. We know savages eat to the very acme of brutality, whenever they have an opportunity.

Cosmopolites, as citizens of two hemispheres, we fancy ourselves at the very apogee of civilization, yet we are sure we eat too much.

This is not the case with the few, who from avarice or want of power, live alone. The first are delighted at the idea that they amass money, and others distressed that they do not. It is the case, however, with those around us, for all, whether hosts or guests, offer and accept with complaisance.

This cause, almost always present, acts differently, according to the constitution of individuals; and in those who have badly organized stomachs, produces indigestion, but not obesity.

ANECDOTE.

This one instance, which all Paris will remember.

M. Lang had one of the most splendid establishments of the capital; his table especially, was excellent, but his digestion was bad as his gourmandise was great. He did the honors with perfect taste, and ate with a resolution worthy of a better fate.

All used to go on very well, till coffee was introduced, but the stomach soon refused the labor to which it had been subjected, and the unfortunate gastronomer was forced to throw himself on the sofa and remain in agony until the next day, in expiation of the brief pleasure he had enjoyed.

It is very strange that he never corrected this fault: as long as he lived, he was subjected to this alternative, yet the sufferings of the evening never had any influence on the next days' meal.

Persons with active digestion, fare as was described in the preceding article. All is digested, and what is not needed for nutrition is fixed and turned into fat.

Others have a perpetual indigestion, and food is passed without having left any nourishment. Those who do not understand the matter, are amazed that so many good things do not produce a better effect.

It may be seen that I do not go very minutely into the matter, for from our habits many secondary causes arise, due to our habits, condition, inclinations, pleasures, etc.

I leave all this to the successor I pointed out in the commencement of this work, and satisfy myself merely with the prelibation, the right of the first comer to every sacrifice.

Intemperance has long attracted the attention of observers. Princes have made sumptuary laws, religion has moralized for gourmandise, but, alas, a mouthfull less was never eaten, and the best of eating every day becomes more flourishing.

I would perhaps be fortunate in the adoption of a new course, and in the exposition of the physical causes of obesity. Self- preservation would perhaps be more powerful than morals, or persuasive than reason, have more influence than laws, and I think the fair sex would open their eyes to the light.

INCONVENIENCE OF OBESITY.

Obesity has a lamentable influence on the two sexes, inasmuch as it is most injurious to strength and beauty.

It lessens strength because it increases the weight to be moved, while the motive power is unchanged. It injures respiration, and makes all labor requiring prolonged muscular power impossible.

Obesity destroys beauty by annihilating the harmony of primitive proportions, for all the limbs do not proportionately fatten.

It destroys beauty by filling up cavities nature's hand itself designed.

Nothing is so common as to see faces, once very interesting, made common-place by obesity.

The head of the last government did not escape this law. Towards the latter portion of his life, he (Napoleon) became bloated, and his eyes lost a great portion of their expression.

Obesity produces a distaste for dancing, walking, riding, and an inaptitude for those amusements which require skill or agility.

It also creates a disposition to certain diseases, such as apoplexy, dropsy, ulcers in the legs, and makes all diseases difficult to cure.

EXAMPLES OF OBESITY.

I can remember no corpulent heroes except Marius and John Sobieski.

Marius was short, and was about as broad as he was long. That probably frightened the Cimber who was about to kill him.

The obesity of the King of Poland had nearly been fatal to him, for having stumbled on a squadron of Turkish cavalry, from which he had to fly, he would certainly have been massacred, if his aids had not sustained him, almost fainting from fatigue on his horse, while others generously sacrificed themselves to protect him.

If I am not mistaken, the Duc de Vendome, a worthy son of Henry IV., was also very corpulent. He died at an inn, deserted by all, and preserved consciousness just long enough to see a servant snatch away a pillow on which his head was resting.

There are many instances of remarkable obesity. I will only speak, however, of my own observations.

M. Rameau, a fellow student of mine and maire of Chaleur, was about five feet two inches high, but weighed five hundred pounds.

The Duc de Luynes, beside whom I often sat, became enormous. Fat had effaced his handsome features, and he slept away the best portion of his life.

The most remarkable case, though, I saw in New York, and many persons now in Paris will remember to have seen at the door of a cafe in Broadway, a person seated in an immense arm-chair, with legs stout enough to have sustained a church. [Footnote: Many persons in New York remember the person referred to. The translator has heard, that as late as 1815, he was frequently to be seen at the door of a house near where the Atheneum Hotel was. Brillat Savarin is said scarcely to exaggerate.]

Edward was at least five feet ten inches, and was about eight feet (French) in circumference. His fingers were like those of the Roman Emperor, who used to wear his wife's bracelets as rings. His arms and legs were nearly as thick as the waist of a man of medium size, and his feet were elephantine, covered by fat pendant from his legs. The fat on his cheek had weighed down his lower eye-lid, and three hanging chins made his face horrible to behold.

He passed his life near a window, which looked out on the street and drank from time to time a glass of ale from a huge pitcher he kept by his side.

His strange appearance used to attract the attention of passers, whom he used always to put to flight by saying in a sepulchral tone "What are you staring at like wild cats? Go about your business, you blackguards," etc.

Having spoken to him one day, he told me that he was not at all annoyed and that if death did not interrupt him, he would be glad to live till the day of judgment.

From the preceding, it appears that if obesity be not a disease, it is at least a very troublesome predisposition, into which we fall from our own fault.

The result is, that we should all seek to preserve ourselves from it before we are attacked, and to cure ourselves when it befalls us. For the sake of the unfortunate we will examine what resources science presents us.

MEDITATION XXII.

PRESERVATIVE TREATMENT AND CURE OF OBESITY. [Footnote: About twenty years ago I began a treatise, ex professo, on obesity. My readers must especially regret the preface which was of dramatic form. I averred to a physician that a fever is less dangerous than a law suit; for the latter, after having made a man run, fatigue, and worry himself, strips him of pleasure, money, and life. This is a statement which might be propagated as well as any other. ]

I WILL begin by a fact which proves that courage is needed not only to prevent but to cure obesity.

M. Louis Greffulhe, whom his majesty afterwards honored with the title of count, came one morning to see me, saying that he had understood that I had paid great attention to obesity, and asked me for advice.

"Monsieur," said I, "not being a doctor with a diploma, I might refuse you, but I will not, provided you give me your word of honor that for one month you will rigorously obey my directions."

M. Greffulhe made the promise I required and gave me his hand. On the next day, I gave him my directions, the first article of which demanded that he should at once get himself weighed, so that the result might be made mathematically.

After a month he came to see me again, and spoke to me nearly thus:

"Monsieur," said he, "I followed your prescription as if my life depended on it, and during the month I am satisfied that I have lost three pounds and more; but have for that purpose to violate all my tastes and, habits so completely, that while I thank you for your advice I must decline to follow it, and await quietly the fate God ordains for me."

I heard this resolution with pain. M. Greffulhe became every day fatter and subject to all the inconveniences of extreme obesity, and died of suffocation when he was about forty.

GENERALITIES.

The cure of obesity should begin with three precepts of absolute theory, discretion in eating, moderation in sleep, and exercise on foot or horseback.

These are the first resources presented to us by science. I, however, have little faith in them, for I know men and things enough to be aware that any prescription, not literally followed, has but a light effect.

Now, imprimus, it needs much courage to be able to leave the table hungry. As long as the want of food is felt, one mouthful makes the succeeding one more palatable, and in general as long as we are hungry, we eat in spite of doctors, though in that respect we follow their example.

In the second place to ask obese persons to rise early is to stab them to the heart. They will tell you that their health will not suffer them, that when they rise early they are good for nothing all day. Women will plead exhaustion, will consent to sit up late, and wish to fatten on the morning's nap. They lose thus this resource.

In the third place, riding as an exercise is expensive, and does not suit every rank and fortune.

Propose this to a female patient and she will consent with joy, provided she have a gentle but active horse, a riding dress in the height of the fashion, and in the third place a squire who is young, good-tempered and handsome. It is difficult to fill these three requisites, and riding is thus given up.

Exercise on foot is liable to many other objections. It is fatiguing, produces perspiration and pleurisy. Dust soils the shoes and stockings, and it is given up. If, too, the patient have the least headache, if a single shot, though no larger than the head of a pin, pierce the skin it is all charged to the exercise.

The consequence is that all who wish to diminish embonpoint should eat moderately, sleep little, and take as much exercise as possible, seeking to accomplish the purpose in another manner. This method, based on the soundest principles of physics and chemistry, consists in a diet suited to the effects sought for.

Of all medical powers, diet is the most important, for it is constant by night and day, whether waking or sleeping. Its effect is renewed at every meal, and gradually exerts its influence on every portion of the individual. The antiobesic regimen is therefore indicated by the most common causes of the diseases, and by the fact that it has been shown that farina or fecula form fat in both men and animals. In the latter, the case is evident every day, and from it we may deduce the conclusion that obtaining from farinaceous food will be beneficial.

But my readers of both sexes will exclaim, "Oh my God, how cruel the professor is. He has at once prescribed all we like, the white rolls of Limet, the biscuit of Achard. the cakes of ... and all the good things made with sugar, eggs, and farina. He will spare neither potatoes nor macaroni. Who would have expected it from a man fond of everything good?"

"What is that?" said I, putting on my stern look which I call up but once a year. "Well, eat and grow fat, become ugly, asthmatic and die of melted fat. I will make a note of your case and you shall figure in my second edition. Ah! I see, one phrase has overcome you, and you beg me to suspend the thunderbolt. Be easy, I will prescribe your diet and prove how much pleasure is in the grasp of one who lives to eat."

"You like bread? well, eat barley-bread. The admirable Cadet de Vaux long ago extolled its virtues. It is not so nourishing and not so agreeable. The precept will then be more easily complied with. To be sure one should resist temptation. Remember this, which is a principle of sound morality.

"You like soup? Eat julienne then, with green vegetables, with cabbage and roots. I prohibit soup au pain, pates and purees.

"Eat what you please at the first course except rice aux volailles and the crust of pates. Eat well, but circumspectly.

"The second course will call for all your philosophy. Avoid everything farinacious, under whatever form it appears. You have yet the roasts, salads, and herbacious vegetables.

"Now for the dessert. This is a new danger, but if you have acted prudently so far, you may survive it. Avoid the head of the table, where things that are dangerous to you are most apt to appear. Do not look at either biscuits or macaronies; you have fruits of all kinds, confitures and much else that you may safely indulge in, according to my principles.

"After dinner I prescribe coffee, permit you liqueurs, and advise you to take tea and punch.

"At breakfast barly-bread is a necessity, and take chocolate rather than coffee. I, however, permit strong cafe au lait. One cannot breakfast too soon. When we breakfast late, dinner time comes before your digestion is complete. You eat though, and eating without appetite is often a great cause of obesity, when we do so too often."

SEQUEL OF THE REGIMEN.

So far I have, like a tender father, marked out a regimen which will prevent obesity. Let us add a few remarks about its cure.

Drink every summer thirty bottles of Seltzer water, a large glass in the morning, two before breakfast and another at bed-time. Drink light white acid wines like those of Anjon. Avoid beer as you would the plague. Eat radishes, artichokes, asparagus, etc. Eat lamb and chicken in preference to other animal food; eat only the crust of bread, and employ a doctor who follows my principles, and as soon as you begin you will find yourself fresher, prettier, and better in every respect.

Having thus placed you ashore, I must point out the shoals, lest in excess or zeal, you overleap the mark.

The shoal I wish to point out is the habitual use made by some stupid people of acids, the bad effects of which experience has demonstrated.

DANGERS OF ACIDS.

There is a current opinion among women, which every year causes the death of many young women, that acids, especially vinegar, are preventives of obesity. Beyond all doubts, acids have the effect of destroying obesity, but they also destroy health and freshness. Lemonade is of all acids the most harmless, but few stomachs can resist it long.

The truth I wish to announce cannot be too public, and almost all of my readers can bring forward some fact to sustain it.

I knew in 1776, at Dijon, a young lady of great beauty, to whom I was attached by bonds of friendship, great almost as those of love. One day when she had for some time gradually grown pale and thin (previously she had a delicious embonpoint) she told me in confidence that as her young friends had ridiculed her for being too fat, she had, to counteract the tendency, been in the habit every day of drinking a large glass of vinaigre.

I shuddered at the confession, and made every attempt to avoid the danger. I informed her mother of the state of things the next day, and as she adored her daughter, she was as much alarmed as I was. The doctors were sent for, but in vain, for before the cause of her malady was suspected, it was incurable and hopeless.

Thus, in consequence of having followed imprudent advice, our amiable Louise was led to the terrible condition of marasmus, and sank when scarcely eighteen years old, to sleep forever.

She died casting longing looks towards a future, which to her would have no existence, and the idea that she had involuntarily attempted her own life, made her existence more prompt and painful.

I have never seen any one else die; she breathed her last in my arms, as I lifted her up to enable her to see the day. Eight days after her death, her broken hearted mother wished me to visit with her the remains of her daughter, and we saw an extatic appearance which had not hitherto been visible. I was amazed, but extracted some consolation from the fact. This however is not strange, for Lavater tells of many such in his history of physiogomy.

ANTIOBESIC BELT.

All antiobesic tendencies should be accompanied by a precaution I had forgotten. It consists in wearing night and day, a girdle to repress the stomach, by moderately clasping it.

To cause the necessity of it to be perceived, we must remember that the vertebral column, forming one of the walls in the cavity containing the intestines, is firm and inflexible. Whence it follows, that the excess of weight which intestines acquire as soon as obesity causes them to deviate from the vertical line, rests on the envelopes which compose the skin of the stomach. The latter being susceptible of almost infinite distention, would be unable to replace themselves, when this effort diminishes, if they did not have a mechanical art, which, resting on the dorsal column, becomes an antagonist, and restores equilibrium. This belt has therefore the effect of preventing the intestines from yielding to their actual weight, and gives a power to contract when pressure is diminished. It should never be laid aside, or the benefit it exerts in the day will be destroyed in the night. It is not, however, in the least troublesome, and one soon becomes used to it.

The belt also shows when we have eaten enough; and it should be made with great care, and so contrived as to diminish as the embonpoint decreases.

One is not forced to wear it all life long, and it may be laid aside when the inconvenience is sufficiently reduced. A suitable diet however, should be maintained. I have not worn it for six years.

QUINQUINA.

One substance I think decidedly antiobesic. Many observations have induced me to think so, yet I leave the matter in doubt, and submit it to physicians.

This is quinquina.

Ten or twelve persons that I know, have had long intermittent fevers; some were cured by old women's remedies, powders, etc. Others by the continued use of quinquina, which is always effective.

All those persons of the same category, gradually regained their obesity. Those of the second, lost their embonpoint, a circumstance which leaves me to think the quinquina which produced the last result had the effect I speak of.

Rational theory is not opposed to this deduction, for quinquina, exciting all the vital powers, may give the circulation an impetus which troubles all, and dissipates, the gas destined to become fat. It is also shown that quinquina contains a portion of tannin which is powerful enough to close the cells which contain grease. It is possible that these two effects sustain each other.

These two ideas, the truth of which any one may understand, induce me to recommend quinquina to all those who wish to get rid of troublesome embonpoint. Thus dummodo annuerit in omni medicationis genere doctissimi Facultatis professores. I think that after the first month of any regimen, the person who wishes to get rid of fat, should take every day before breakfast, a glass of white wine, in which was placed a spoonful of coffee and red quinquina. Such are the means I suggest to overcome a very troublesome affection. I have accommodated them to human weakness and to our manners.

In this respect the experimental truth is relied on, which teaches that in proportion as a regime is vigorous, it is dangerous, for he who does not follow it literally, does not follow it all.

Great efforts are rare, and if one wishes to be followed, men must be offered things vacile, if not agreeable.

MEDITATION XXIII.

THINNESS.

DEFINITION.

THINNESS is the state of that individual, the muscular frame of whom is not filled up by strength, and who exhibits all angles of the long scaffolding.

VARIETIES.

There are two kinds of thinness; the first is the result of the primitive disposition of the body, and is accompanied by health, and a full use of the organic functions of the body. The second is caused by the fact that some of the organs are more defective than others, and give the individual an unhappy and miserable appearance. I once knew young woman of moderate stature who only weighed sixty-five pounds.

EFFECTS OF THINNESS.

Thinness is a matter of no great trouble to men. They have no less strength, and are far more active. The father of the young woman I spoke of, though, very thin, could seize a chair by his teeth and throw it over his head.

It is, however, a terrible misfortune to women, to whom beauty is more important than life, and the beauty of whom consists in the roundness and graceful contour of their forms. The most careful toilette, the most, sublime needle-work, cannot hide certain deficiencies. It has been said that whenever a pin is taken from a thin woman, beautiful as she may be, she loses some charm.

The thin have, therefore, no remedy, except from the interference of the faculty. The regimen must be so long, that the cure must be slow.

Women, however, who are thin, and who have a good stomach, are found to be as susceptible of fat as chickens. A little time, only, is necessary, for the stomach of chickens is comparatively smaller, and they cannot be submitted to as regular a diet as chickens are.

This is the most gentle comparison which suggested itself to me. I needed one, and ladies will excuse me for the reason for which I wrote this chapter.

NATURAL PREDESTINATION.

Nature varies its works, and has remedies for thinness, as it has for obesity.

Persons intended to be thin are long drawn out. They have long hands and feet, legs thin, and the os coxigis retroceding. Their sides are strongly marked, their noses prominent, large mouths, sharp chins and brown hair.

This is the general type, the individual elements may sometimes vary; this however happens rarely.

Thin people sometimetimes eat a great deal. All I ever even talked with, confess that they digest badly. That is the reason they remain thin.

They are of every class and temperament. Some have nothing salient either in feature or in form. Their eyes are inexpressive, their lips pale, and every feature denotes a want of energy, weakness, and something like suffering. One might almost say they seemed to be incomplete, and that the torch of their lives had not been well lighted.

FATTENING REGIMEN.

All thin women wish to be fat; this is a wish we have heard expressed a thousand times. To render, then, this last homage to the powerful sex, we seek to replace by folds of silk and cotton, exposed in fashion shops, to the great scandal of the severe, who turn aside, and look away from them, as they would from chimeras, more carefully than if the reality presented themselves to their eyes.

The whole secret of embonpoint consists in a suitable diet. One need only eat and select suitable food.

With this regimen, our disposition to sleep is almost unimportant. If you do not take exercise, you will be exposed to fatness. If you do, you will yet grow fat.

If you sleep much, you will grow fat, if you sleep little, your digestion will increase, and you will eat more.

We have then only to speak of the manner they who wish to grow fat should live. This will not be difficult, according to the many directions we have laid down.

To resolve this problem, we must offer to the stomach food which occupies, but does not fatigue it, and displays to the assimilant power, things they can turn into fat.

Let us seek to trace out the daily diet of a sylph, or a sylph disposed to materialize itself.

GENERAL RULE. Much fresh bread will be eaten during the day, and particular care will be taken not to throw away the crumbs.

Before eight in the morning, soup au pain or aux pates will be taken, and afterwards a cup of good chocolate.

At eleven o'clock, breakfast on fresh broiled eggs, petit pates cotelettes, and what you please; have eggs, coffee will do no harm.

Dinner hour should be so arranged that one should have thoroughly digested before the time comes to sit down at the table. The eating of one meal before another is digested, is an abuse.

After dinner there should be some exercise; men as much as they can; women should go into the Tuilleries, or as they say in America, go shopping. We are satisfied that the little gossip and conversation they maintain is very healthful.

At times, all should take as much soup, potage, fish, etc., and also meat cooked with rice and macaronies, pastry, creams, etc.

At dessert such persons should eat Savoy biscuits, and other things made up of eggs, fecula, and sugar.

This regimen, though apparently circumscribed, is yet susceptible of great variety: it admits the whole animal kingdom, and great care is necessarily taken in the seasoning and preparation of the food presented. The object of this is to prevent disgust, which prevents any amelioration.

Beer should be preferred--if not beer, wines from Bourdeaux or from the south of France.

One should avoid all acids, except salads. As much sugar as possible should be put on fruits and all should avoid cold baths. One should seek as long as possible, to breathe the pure country air, eat many grapes when they are in season, and never go to the ball for the mere pleasure of dancing.

Ordinarily one should go to bed about eleven, P. M., and never, under any circumstances, sit up more than an hour later.

Following this regime resolutely, all the distractions of nature will soon be repaired. Health and beauty will both be advanced, and accents of gratitude will ring in the ears of the professor.

Sheep are fattened, as are oxen, lobsters and oysters. Hence, I deduce the general maxim; viz: "He that eats may be made fat, provided that the food be chosen correctly, and according to the physiology of the animal to be fattened."

MEDITATION XXIV.

FASTING.

DEFINITION.

FASTING is a moral abstinence from food, from some religious or moral influence.

Though contrary to our tastes and habits, it is yet of the greatest antiquity.

ORIGIN.

Authors explain the matter thus:

In individual troubles, when a father, mother, or beloved child have died, all the household is in mourning. The body is washed, perfumed, enbalmed, and buried as it should be--none then think of eating, but all fast.

In public calamites, when a general drought appears, and cruel wars, or contagious maladies come, we humble ourselves before the power that sent them, and mortify ourselves by abstinence. Misfortune ceases. We become satisfied that the reason was that we fasted, and we continue to have reference to such conjectures.

Thus it is, men afflicted with public calamities or private ones, always yield to sadness, fail to take food, and in the end, make a voluntary act, a religious one.

They fancied they should macerate their body when their soul was oppressed, that they could excite the pity of the gods. This idea seized on all nations and filled them with the idea of mourning, prayers, sacrifice, abstinence, mortification, etc.

Christ came and sanctified fasting. All Christian sects since then have adopted fasting more or less, as an obligation.

HOW PEOPLE USED TO FAST.

The practice of fasting, I am sorry to say, has become very rare; and whether for the education of the wicked, or for their conversion, I am glad to tell how we fast now in the XVIII. century.

Ordinarily we breakfast before nine o'clock, on bread, cheese, fruit and cold meats.

Between one and two P. M., we take soup or pot au feu according to our positions.

About four, there is a little lunch kept up for the benefit of those people who belong to other ages, and for children.

About eight there was a regular supper, with entrees roti entremets dessert: all shared in it, and then went to bed.

In Paris there are always more magnificent suppers, which begin just after the play. The persons who usually attend them are pretty women, admirable actresses, financiers, and men about town. There the events of the day were talked of, the last new song was sung, and politics, literature, etc., were discussed. All persons devoted themselves especially to making love.

Let us see what was done on fast days:

No body breakfasted, and therefore all were more hungry than usual.

All dined as well as possible, but fish and vegetables are soon gone through with. At five o'clock all were furiously hungry, looked at their watches and became enraged, though they were securing their soul's salvation.

At eight o'clock they had not a good supper, but a collation, a word derived from cloister, because at the end of the day the monks used to assemble to comment on the works of the fathers, after which they were allowed a glass of wine.

Neither butter, eggs, nor any thing animal was served at these collations. They had to be satisfied with salads, confitures, and meats, a very unsatisfactory food to such appetites at that time. They went to bed, however, and lived in hope as long as the fast lasted.

Those who ate these little suppers, I am assured, never fasted.

The chef-d'oeuvre of a kitchen of those days, I am assured, was a strictly apostolic collation, which, however, was very like a good supper.

Science soon resolved this problem by the recognition of fish, soups, and pastry made with oil. The observing of fasting, gave rise to an unknown pleasure, that of the Easter celebration.

A close observation shows that the elements of our enjoyment are, difficult privation, desire and gratification. All of these are found in the breaking of abstinence. I have seen two of my grand uncles, very excellent men, too, almost faint with pleasure, when, on the day after Easter, they saw a ham, or a pate brought on the table. A degenerate race like the present, experiences no such sensation.

ORIGIN OF THE REMOVAL OF RESTRICTION IN FASTING.

I witnessed the rise of this. It advanced by almost insensible degrees.

Young persons of a certain age, were not forced to fast, nor were pregnant women, or those who thought themselves so. When in that condition, a soup, a very great temptation to those who were well, was served to them.

Then people began to find out that fasting disagreed with them, and kept them awake. All the little accidents man is subject to, were then attributed to it, so that people did not fast, because they thought themselves sick, or that they would be so. Collations thus gradually became rarer.

This was not all; some winters were so severe that people began to fear a scarcity of vegetables, and the ecclesiastical power officially relaxed its rigor.

The duty, however, was recognised and permission was always asked. The priests were refused it, but enjoined the necessity of extra alms giving.

The Revolution came, which occupied the minds of all, that none thought of priests, who were looked on as enemies to the state.

This cause does not exist, but a new one has intervened. The hour of our meals is totally changed; we do not eat so often, and a totally different household arrangement would be required for fasting. This is so true, that I think I may safely say, though I visit none but the best regulated houses, that, except at home, I have not seen a lenten table, or a collation ten times in twenty- five years.

We will not finish this chapter without observing the new direction popular taste has taken.

Thousands of men, who, forty years ago would have passed their evenings in cabarets, now pass them at the theatres.

Economy, certainly does not gain by this, but morality does. Manners are improved at the play, and at cafes one sees the journals. One certainly escapes the quarrels, diseases, and degradation, which infallibly result from the habit of frequenting cabarets.

MEDITATION XXV.

EXHAUSTION.

BY exhaustion, a state of weakness, languor or depression, caused by previous circumstances is understood, rendering the exercise of the vital functions more difficult. There are various kinds of exhaustion, caused by mental labor, bodily toil and the abuse of certain faculties.

One great remedy is to lay aside the acts which have produced this state, which, if not a disease, approximates closely to one.

TREATMENT.

After these indispensable preliminaries, gastronomy is ready with its resources.

When a man is overcome by too long fatigue, it offers him a good soup, generous wine, flesh and sleep.

To a savant led into debility by a too great exercise of his mental faculties, it prescribes fresh air, a bath, fowl and vegetables.

The following observation will explain how I effected a cure of another kind of exhaustion. [The translator thinks it best not to translate this anecdote, but merely to append the original.]

CURE BY THE PROFESSOR.

J'allai un jour faire visite a un de mes meilleurs amis (M. Rubat); on me dit qu'il etait malade, et effectivement je le trouvai en robe de chambre aupres de son feu, et en attitude d'affaissement.

Sa physionomie m'effraya: il avait le visage pale, les yeux brillants et sa levre tombait de maniere a laisser voir les dents de la machoire inferieure, ce qui avait quelque chose de hideux.

Je m'enquis avec interet de la cause de ce changement subit; il hesita, je le pressai, et apres quelque resistance: "Mon ami, dit- il en rougissant, tu sais que ma femme est jalouse, et que cette manie m'a fait passer bien des mauvais moments. Depuis quelques jours, il lui en a pris une crise effroyable, et c'est en voulant lui prouver qu'elle n'a rien perdu de mon affection et qu'il ne se fait a son prejudice aucune derivation du tribut conjugal, que je me suis mis en cet etat.--Tu as done oublie, lui dis-je, et que tu as quarante-cinq ans, et que la jalousie est un mal sans remede? Ne sais-tu pas furens quid femina possit?" Je tins encore quelques autres propos peu galants, car j'etais en colere.

"Voyons, au surplus, continuai-je: ton pouls est petit, dur, concentre; que vas-tu faire?--Le docteur, me dit-il, sort d'ici; il a pense que j'avais une fievre nerveuse, et a ordonne une saignee pour laquelle il doit incessamment m'envoyer le chirurgien.--Le chirurgien! m' ecriai-je, garde-t'en bien, ou tu es mort; chasse-le comme un meurtrier, et dis lui que je me suis empare de toi, corps et ame. Au surplus, ton medecin connait-il la cause occasionnelle de ton mal?--Helas! non, une mauvaise honte m'a empeche de lui fairs une confession entiere.--Eh bien, il faut le prier de passer cher toi. Je vais te faire une potion appropriee a ton etat; en attendant prends ceci." Je lui presentai un verre d'eau saturee de sucre, qu'il avala avec la confiance d'Alexandre et la foi du charbounier.

Alors je le quittai et courus chez moi pour y mixtionner, fonctionner et elaborer un magister reparateur qu'on trouvera dans les Varietes, avec les divers modes que j'adoptai pour me hater; car, en pareil cas, quelques heures de retard peuvent donner lieu a des accidents irreparables.

Je revins bientot arme de ma potion, et deja je trouvai du mieux; la couleur reparaissait aux joues, l'oeil etait detendu; mais la levre pendait toujours avec une effrayante difformite.

Le medecin ne tarda pas a reparaitre; je l'instruisis de ce que j'avais fait et le malade fit ses aveux. Son front doctoral prit d'abord un aspect severe; mais bientot nous regardant avec un air ou il y avait un peu d'ironie: "Vous ne devez pas etre etonne, dit-il a mon ami, que je n'aie pas devine une maladie qui ne convient ni a votre age ni a votre etat, et il y a de votre part trop de modestie a en cacher la cause, qui ne pouvait que vous faire honneur. J'ai encore a vous gronder de ce que vous m'avez expose a une erreur qui aurait pu vous etre funeste. Au surplus, mon confrere, ajouta-til en me faisant un salut que je lui rendis avec usure, vous a indique la bonne route; prenez son potage, quel que soit le nom qu'il y donne, et si la fievre vous quitte, comme je le crois, dejeunez demain avec une tasse de chocolat dans laquelle vous ferez delayer deux jaunes d'oeufs frais."

A ces mots il prit sa canne, son chapeau et nous quitta, nous laissant fort tentes de nous egayer a ses depens.

Bientot je fis prendre a mon malade une forte tasse de mon elixir de vie; il le but avec avidite, et voulait redoubler; mais j'exigeai un, ajournement de deux heures, et lui servis une seconde dose avant de me retirer.

Le lendemain il etait sans fievre et presque bien portant; il dejeuna suivant l'ordonnance, continua la potion, et put vaquer des le surlendemain a ses occupations ordinaires; mais la levre rebelle ne se releva qu'apres le troisieme jour.

Pen de temps apres, l'affaire transpira, et toutes les dames en chuchotaient entre elles.

Quelques-unes admiraient mon ami, presque toutes le plaignaient, et le professeur gastronome fut glorifie.

MEDITATION XXVI

DEATH.

Omnia mors poscit; lex est, non poena, perire.

God has subjected man to six great necessities: birth, action, eating, sleep, reproduction and death.

Death is the absolute interruption of the sensual relations, and the absolute annihilation of the vital powers, which abandons the body to the laws of decomposition.

These necessities are all accompanied and softened by a sensation of pleasure, and even death, when j natural, is not without charms. We mean when a man has passed through the different phases of growth, virility, old age, and decrepitude.

Had I not determined to make this chapter very short, I would invoke the assistance of the physicians, who have observed every shade of the transition of a living to an inert body. I would quote philosophers, kings, men of letters, men, who while on the verge of eternity, had pleasant thoughts they decked in the graces; I would recall the dying answer of Fontinelle, who being asked what he felt, said, "nothing but the pain of life;" I prefer, however, merely to express my opinion, founded on analogy as sustained by many instances, of which the following is the last:

I had a great aunt, aged eighty-three when she died. Though she had long been confined to her bed, she preserved all her faculties, and the approach of death was perceived by the feebleness of her voice and the failing of her appetite.

She had always exhibited great devotion to me, and I sat by her bed-side anxious to attend on her. This, however, did not prevent my observing her with most philosophic attention.

"Are you there, nephew?" said she in an almost inaudible voice. "Yes, aunt! I think you would be better if you would take a little old wine." "Give it to me, liquids always run down." I hastened to lift her up and gave her half a glass of my best and oldest wine. She revived for a moment and said, "I thank you. If you live as long as I have lived, you will find that death like sleep is a necessity."

These were her last words, and in half an hour she had sank to sleep forever.

Richerand has described with so much truth the gradations of the human body, and the last moments of the individual that my readers will be obliged to me for this passage.

"Thus the intellectual faculties are decomposed and pass away. Reason the attribute of which man pretends to be the exclusive possessor, first deserts him. He then loses the power of combining his judgment, and soon after that of comparing, assembling, combining, and joining together many ideas. They say then that the invalid loses his mind, that he is delirious. All this usually rests on ideas familiar to the individual. The dominant passion is easily recognized. The miser talks most wildly about his treasures, and another person is besieged by religious terrors.

"After reasoning and judgment, the faculty of association becomes lost. This takes place in the cases known as defaillances, to which I have myself been liable. I was once talking with a friend and met with an insurmountable difficulty in combining two ideas from which I wished to make up an opinion. The syncopy was not, however, complete, for memory and sensation remained. I heard the persons around me say distinctly he is fainting, and sought to arouse me from this condition, which was not without pleasure.

"Memory then becomes extinct. The patient, who in his delirium, recognized his friends, now fails even to know those with whom he had been on terms of the greatest intimacy. He then loses sensation, but the senses go out in a successive and determinate order. Taste and smell give no evidence of their existence, the eyes become covered with a mistful veil and the ear ceases to execute its functions. For that reason, the ancients to be sure of the reality of death, used to utter loud cries in the ears of the dying. He neither tastes, sees, nor hears. He yet retains the sense of touch, moves in his bed, changes the position of the arms and body every moment, and has motions analogous to those of the foetus in the womb. Death affects him with no terror, for he has no ideas, and he ends as he begun life, unconsciously. "(Richerand's Elements on Physiology, vol. ii. p. 600.)

MEDITATION XXVII.

PHILOSOPHICAL HISTORY OF THE KITCHEN.

COOKERY is the most ancient of arts, for Adam must have been born hungry, and the cries of the infant are only soothed by the mother's breast.

Of all the arts it is the one which has rendered the greatest service in civil life. The necessities of the kitchen taught us the use of fire, by which man has subdued nature.

Looking carefully at things, three kinds of cuisine may be discovered.

The first has preserved its primitive name.

The second analyzes and looks after elements: it is called chemistry.

The third, is the cookery of separation and is called pharmacy.

Though different objects, they are all united by the fact that they use fire, furnaces, etc., at the same time.

Thus a morsel of beef, which the cook converts into potage or bouilli, the chemist uses to ascertain into how many substances it may be resolved.

ORDER OF ALIMENTATION.

Man is an omnivorous animal: he has incisors to divide fruits, molar teeth to crush grain, and canine teeth for flesh. Let it he remarked however, that as man approaches the savage state, the canine teeth are more easily distinguishable.

The probability was, that the human race for a long time, lived on fruit, for it is the most ancient food of the human race, and his means of attack until he had acquired the use of arms are very limited. The instinct of perfection attached to his nature, however, soon became developed, and the sentiment attached to his instinct was soon exhibited, and he made weapons for himself. To this he was impelled by a carniverous instinct, and he began to make prey of the animals that surrounded him.

This instinct of destruction yet exists: children always kill the animals that surround them, and if they were hungry would devour them.

It is not strange that man seeks to feed on flesh: He has too small a stomach, and fruit has not nourishment enough to renovate him. He could subsist on vegetables, but their preparation requires an art, only reached after the lapse of many centuries.

Man's first weapons were the branches of trees, and subsequently bows and arrows.

It is worthy of remark, that wherever we find man, in all climates and latitudes, he has been found with and arrows. None can see how this idea presented itself to individuals so differently placed: it must be hidden by the veil of centuries.

Raw flesh has but one inconvenience. Its viscousness attaches itself to the teeth. It is not, however, disagreeable. When seasoned with salt it is easily digested, and must be digestible.

A Croat captain, whom I invited to dinner in 1815, was amazed at my preparations. He said to me, "When in campaign, and we become hungry, we knock over the first animal we find, cut off a steak, powder it with salt, which we always have in the sabretasche, put it under the saddle, gallop over it for half a mile, and then dine like princes."

When the huntsmen of Dauphiny go out in Septemher to shoot, they take both pepper and salt with them. If they kill a very fat bird they pluck, season it, carry it some time in their caps and eat it. They say it is the best way to serve it up.

If our ancestors ate raw food we have not entirely gotten rid of the habit. The most delicate palates like Aries' sausages, etc., which have never been cooked, but which are not, on that account, the less appetising.

DISCOVERY OF FIRE.

Subsequently to the Croat mode, fire was discovered. This was an accident, for fire is not spontaneous. Many savage nations have been found utterly ignorant of it.

BAKING.

Fire having been discovered it was made use of to perfect food; at first it was made use of to dry it, and then to cook it.

Meat thus treated was found better than when raw. It had more firmness, was eaten with less difficulty, and the osmazome as it was condensed by carbonization gave it a pleasing perfume.

They began, however, to find out that flesh cooked on the coals became somewhat befouled, for certain portions of coal will adhere to it. This was remedied by passing spits through it, and placing it above burning coals at a suitable height.

Thus grillades were invented, and they have a flavor as rich as it is simple. All grilled meat is highly flavored, for it must be partially distilled.

Things in Homer's time had not advanced much further, and all will be pleased here to read the account of Achilles' reception of the three leading Greeks, one of whom was royal.

I dedicate this story to the ladies, for Achilles was the handsomest of all the Greeks, and his pride did not prevent his weeping when Briseis was taken from him, viz:

[verse in Greek]

The following is a translation by Pope:

"Patroclus, crown a larger bowl, Mix purer wine, and open every soul. Of all the warriors yonder host can send, Thy friend most honours these, and these thy friend."

He said: Patroclus o'er the blazing fire Heaps in a brazen vase three chines entire: The brazen vase Automedon sustains, 'Which flesh of porket, sheep, and goat contains: Achilles at the genial feast presides, The parts transfixes, and with skill divides. Meanwhile Patroclus sweats the fire to raise; The tent is brightened with the rising blaze:

Then, when the languid flames at length subside, He strews a bed of glowing embers wide, Above the coals the smoking fragments turns And sprinkles sacred salt from lifted urns; With bread the glittering canisters they load. Which round the board Menoetius' son bestow'd: Himself, opposed to Ulysses, full in sight, Each portion parts, and orders every rite. The first fat offerings, to the immortals due, Amid the greedy Patroclus threw; Then each, indulging in the social feast, His thirst and hunger soberly repress'd. That done, to Phoenix Ajax gave the sign; Not unperceived; Ulysses crown'd with wine The foaming bowl, and instant thus began, His speech addressing to the godlike man: "Health to Achilles!"

Thus then a king, a son of a king, and three Grecian leaders dined very comfortably on bread, wine, and broiled meat.

We cannot but think that Achilles and Patroclus themselves prepared the entertainment, if only to do honor to the distinguished guests they received. Ordinarily the kitchen business was abandoned to slaves and women, as Homer tells us in Odyssey when he refers to the entertainment of the heralds.

The entrails of animals stuffed with blood were at that time looked on as very great delicacies.

At that time and long before, beyond doubt, poetry and music, were mingled with meals. Famous minstrels sang the wonders of nature, the loves of the gods, and warlike deeds of man. Theirs was a kind of priesthood and it is probable that the divine Homer himself was sprung from one of those men favored by heaven. He would not have been so eminent had not his poetical studies begun in his childhood.

Madame Dacier observes that Homer does not speak of boiled meat anywhere in his poems. The Jews had made much greater progress in consequence of their captivity in Egypt. They had kettles. Esau's mess of potage must have been made thus. For this he sold his birthright.

It is difficult to say how men learned the use of metals. Tubal Cain, it is said, was the inventor.

In the present state of knowledge, we use one metal to manufacture another. We overcome them with iron pincers; cut them with steel files, but I never met with any one who could tell me who made the first file or pair of pincers.

ORIENTAL ENTERTAINMENTS.--GRECIAN.

Cookery made great advances. We are ignorant however of its utensils, whether of iron, pottery or of tin material.

The oldest books we know of make honorable mention of oriental festivals. It is not difficult to believe that monarchs who ruled such glorious realms abounded in all that was grateful. We only know that Cadmus who introduced writing into Greece, was cook of the king of Sidon.

The idea of surrounding the table with couches, originated from this voluptuous prince.

Cookery and its flavors were then highly esteemed by the Athenians, a people fond of all that was new. From what we read in their histories, there is no doubt but that their festivals were true feasts.

The wines of Greece, which even now we find excellent, have been estimated by scientific gourmands the most delicious that were.

The most beautiful women that ever came to adorn our entertainments were Greeks, or of Grecian origin.

The wisest men of old were anxious to display the luxury of such enjoyments. Plato, Atheneus, and many others, have preserved their names. The works of all of them, however, are lost, and if any remember them, it is only those who have heard of a long forgotten and lost book, the Gastronomy [Greek word]--the friend of one of the sons of Pericles.

Such was the cookery of Greece, which sent forth a few men who first established themselves in the Tiber, and then took possession of the world.

ROMAN FESTIVALS.

Good cheer was unknown to the Romans as long as they thought to preserve their independence or to overcome their neighbors, who were poor as they were. Their generals therefore lived on vegetables. Historians have never failed to praise these times, when frugality was a matter of honor. When, however, their conquests had extended into Africa, Sicily and Hellas, when they had to live as people did where civilization was more advanced, they brought back to Rome the tastes which had attended them in foreign lands.

The Romans sent to Athens a deputation charged to bring back the laws of Solon. They also sent them thither to study belles lettres and philosophy. While their manners became polished they became aware of the attractions of festivals. And poets, philosophers, orators, etc., all came to Rome at once.

As time advanced, and as the series of events attracted to Rome almost all the riches of the world, the luxury of the table became incredible.

Every thing was eaten--the grass-hopper and the ostrich, the squirrel and the wild-boar--all imaginable vegetables were put in requisition.

Armies and travellers put all the world in requisition. The most distinguished Roman citizens took pleasure, not only in the cultivation of fruits once known, such as pears, apples, etc., but sought out things Lucullus never dreamed of. These importations which naturally had a great influence, prove at least that the impulse was general, that each one sought to contribute to the enjoyment of those around him.

Our drinks were not the object of less attention, nor of less attentive cares. The Romans were delighted with the wines of Italy, Greece, and Sicily. As they estimated their value from the year in which they were made, we may understand Cicero's much abused line,

Oh tortuna tam, natura, me consule Roman.

This was not all. In consequence of an instinct hitherto referred to, an effort was made to make them more highly perfumed, and flowers, aromatics, etc., were infused. Such things which the Romans called condita, must have had a very bad effect on the stomach.

Thus the Romans came to dream of alcohol, which was not discovered until long after they were born.

RESURRECTION OF LUCULLUS.

The glorious days of old might arise again, and nothing but a Lucullus is needed, to bring this about. Let us fancy that any man, known to be rich, should wish to celebrate any great act, and give in this manner an occasion for a famous entertainment.

Let us suppose that he appeals to every one to adorn his entertainment, and orders every possible resource to be prepared.

Let him make every imaginable preparation and Lucullus would be as nothing compared with the civilized world as it is.

Both the Romans and the Athenians had beds to eat on. They achieved the purpose but indirectly.

At first they used beds only for the sacred festivals offered to the gods. The magistrates and principal men, adopted the custom, and ere long, it became general and was preserved until in the beginning of the fourth century.

These couches were at first, only boxes filled with straw, and covered with skins. Gradually, however, they became more luxurious, and were made of the most precious woods, inlaid with ivory, and sometimes with gems. Their cushions were soft and their covers magnificently embroidered.

People only laid down on the left elbow. Three usually slept together.

This the Romans called lectisternium. It is not a very bad name.

In a physical point of view incubitation demands a certain exhibition of power to preserve equlibrium, and is not without a degree of pain; the elbow supporting an undue proportion of the weight of the body.

In a physiological point of view, something also is to be said. Imbuccation (swallowing) is effected in a less natural manner. The food is passed with more difficulty into the stomach.

The ingestion of liquids, or drinking, is yet more difficult. It required particular attention not to spill the wine from the large cups on the tables of the great. Thence came the proverb:

"Between the cup and lip,
There is often time a slip."

None could eat comfortably when reclining, especially when we remember that many of the guests had long beards, and that fingers, or at least only knives were used. Forks are an invention of modern times, for none were found at Herculaeneum.

Some violations of modesty must also have occurred at repasts which frequently exceeded the bounds of temperance, and where the two sexes have fallen asleep, and were mingled together. A poet says:

"Nam pransus, jaceo, et satur supinus,
Pertimdo tunicamque, palliumque."

When Christianity had acquired some power, its priests lifted up their voices against intemperance. They declaimed against the length of meals which violated all prudence by surrounding persons by every species of voluptuousness. Devoted by choice to an austere regimen, they placed gourmandise in the list of capital sins, and rigidly commented on the mingling of sexes and the use of beds, a habit which they said produced the luxury they deplored.

Their menacing voice was heard; couches disappeared, and the old habit of eating sitting, was restored. Fortunately this did not violate the demands of pleasure.

POETRY.

Convivial poetry then underwent a new modification, and in the mouths of Horace and Tibullus assumed a languor the Greeks were ignorant of.

Dulce ridentem Lalagem amabo,
 Dulce luquentem.
       HOR.
Quaeris quot mihi batiationes
 Tuae, Lesbia, sint satis superque.
       CAT.
Pande, puella, pande capillulos
Mavos, lucentus ut aurum nitidum.
Pande, puella, collum candidum
Productum bene candidis humeris.
       GALLUS.

IRRUPTION OF THE BARBARIANS.

The five or six centuries we shall run over in a few pages, were glorious days for the cuisine; the irruption however of northern men overturned and destroyed everything.

When the strangers appeared, alimentary art made its appearance, as did the others that are its companions. The greater portion of the cooks were massacred in the palaces they served. The foreigners came and they were able to eat as much in an hour as civilized people did in a week.

Although that which is excessive is not durable--conquerors are always cruel. They united themselves with the victors, who received some tints of civilization, and began to know the pleasures of civilized life.

*  *  *  *  *  *  *

About the seventeenth century, the Dutch imported coffee into Europe. Solyman Agu, a Turk, whom our great, great grandfathers well remember, sold the first cups in 1760. An American sold it in 1670, and dealt it out from a marble bar, as we see now.

The use of coffee then dates from the eighteenth century. Distillation, introduced by the crusades, remained arcana, with few adepts. About the commencement of the reign of Louis XIV, alambics became more common, but not until the time of Louis XV., did the drink become really popular.

About the same time the use of tobacco was introduced. So that sugar, coffee and tobacco, the three most important articles of luxury in Europe, are scarcely two centuries old.

[The translator here omits a whole Meditation. It would now be scarcely pleasant.]

MEDITATION XXVIII.

RESTAURATEURS.

A restaurateur is one, the business of whom is to offer a dinner always ready, and with prices to suit those that consume them.

Of all those who frequent restaurants, few persons cannot understand that a restorateur is not necessarily a man of genius.

We shall follow out the affiliation of ideas which has led to the present state of affairs.

ESTABLISHMENT.

About 1770, after the glorious days of Louis XIV., and the frolics and tranquility of the regency of Cardinal Fleury, foreigners had few means of good cheer.

They were forced to have recourse to inn-keepers, the cookery of whom was generally very bad. A few hotels kept a table d'hote which generally contained only what was very necessary, and which was always ready at an appointed hour.

The people we speak of only ordered whole joints, or dishes, and consequently such an order of things could not last.

At last a man of sense arose, who thought that an active cause must have its effect. That as the same want sent people every day to his house, consumers would come whenever they were satisfied that they would be served. They saw that if a wing was cut from a fowl for one person, some one would be sure to taste the thigh. The separation of one limb would not injure the flavor of the rest of the animal. More pay the least attention to the increase of prices, when one considers the prompt service of what was served.

This man thought of many things, which we may now easily devise. The one who did so was the first restaurateur and the inventor of a business which is a fortune to all who exercise it promptly and honorably.

[The translator here omits a whole chapter.]

From the examination of the bills of fare of different restaurants, any one who sets down at the table, has the choice of the following dishes:--

12 soups.

24 side dishes.

15 or 20 preparations of beef.

20 of mutton.

30 of fowl or game.

16 or 20 of veal.

12 of pastry.

24 of fish.

15 roasts.

50 side dishes.

50 desserts.

Besides the fortunate gastronomer has thirty kinds of wine to select from, passing over the whole scale from Burgundy to Tokay, and Constantia, and twenty various kinds of essences, without taking into consideration such mixed drinks as punch, negus, sillabubs and the like.

Of the various parts of a good dinner, many are indigenous, such as butcher's meat, fowl and fruits. Others for instance, the beef- stake, Welch rare-bit, punch, etc., were invented in England. Germany, Spain, Italy, Holland, all contribute, as does India, Persia, Arabia, and each pay their quota, in sour-krout, raisins, parmera, bolognas, curacao, rice, sago, soy, potatoes, etc. The consequence is, that a Parisian dinner is perfectly cosmopolitan.

[The translator here omits two Meditations, which refer exclusively to Paris is 1825. Few Frenchmen NOW would understand them, and none but a Frenchman could.]

PHYSIOLOGY OF TASTE

PART SECOND.

TRANSITION.

If I have been read with the attention I wished, all must have seen that I had a double purpose in view. The first was to establish the theoretical basis of Gastronomy, so as to place it among sciences where it should doubtless be. The second was to define gourmandise, and to separate this social character, as free from gluttony and intemperance, with which it is often confounded.

This equivoque has been introduced by intolerant moralists, who, deceived by too much zeal, saw excesses where there was only innocent enjoyment. The treasures of creation were not made to be trodden under the feet. It was afterwards propagated by grammarians who defined it as blind men do, and who swore in verba magistri.

It is time that such an error should cease, for now all the world understand each other. This is true, for there never was a person who would not confess to some tincture of gourmandise, and even would not boast of it, none however would not look on gluttony as an insult, just as they do on intemperance and voracity.

About these two cardinal points, it seems that what I have described should satisfy all those who do not refuse conviction. I might then lay down my pen and look on the task I have imposed on myself as finished. As however, I approached those subjects which belong to every thing, I remembered many things which it did not seem to me fit to write, such as anecdotes, bon mots, recipes, and other odd things.

Had they been put in the theoretical portion of the book they would have taken the connection; place them all together, they will not be disadvantageous because they contain some experimental truths and useful explanations.

I have also inserted personal biography, but when I read them over, I feel to a degree uneasy.

This anxiety originated in my last lectures and glossaries, which are in the hands of every body. I think, however, that I may be tranquil, having sheltered myself under the mantle of philosophy, I insist that my enemies have uneasy consciences and sleep badly.

VARIETIES.

I.

L'OMELETTE DU CURE.

All know that twenty years ago, Madame R---- was the most beautiful woman in Paris. All know that she was very charitable and took an interest in the various enterprises, the object of which was the alleviation of misery, perhaps greater in the capital than elsewhere.

Having business with the cure of----, she went thither about five P. M., and was surprised to find him at dinner.

She believed that every body dined at six P. M., and was not aware that ecclesiastics dined earlier, from the fact that they were used to take light collations.

Madame R---- wished to retire, but the cure would not permit her to do so, either because the matter under discussion would not interrupt conversation, or that a pretty woman never disturbs any entertainment.

The table was very well arranged; old wine sparkled in a chrystal flagon, and the porcelain was faultless. The plates were kept hot by boiling water, and an old housekeeper was in attendance.

The meal was half way between luxury and abstinence. A soup of ecrevisses was removed and a salmon trout, an omelette, and a salad were placed on the table.

"My dinner tells you," said the priest "what you do not know, that to day is a fast day." My friend assented with a blush.

They began with the trout, the shoulders of which were soon eaten. The sauce was made by a competent person and the pastor's brow was irradiated with joy.

Then the omelette, which was round and done to a point, was attached.

As soon as the spoon touched it, the odor and perfume it contained escaped, and my friend owns that it made her mouth water.

The curel had a sympathetic movement for he was used to watch my passions. In reply to a question he saw Madame R---- was about to ask, he said, "It is an omelette au thon. My cook understands them simply, and few people ever taste them without complimenting her." "I am not amazed," said his lady guest, "for I never ate anything so delightful."

Then came the salad. (I recommend it to those who have confidence in me. It refreshes without exciting. I think it makes people younger.)

Dinner did not interrupt conversation. They talked of the affair which had occasioned the visit, of the war, of business, of other things which made a bad dinner passably good.

The dessert came. It consisted of septmoncel cheese, of apples and preserves.

At last the house-keeper brought forward a little round table, such as once was called a gueridon, on which was a cup of strong mocha, the perfume of which filled the room.

Having sipped it, the cure said grace, and arose, adding "I never take spirits, though I offer them to my guests. I reserve them as a succor for extreme old age."

While all this was progressing, time had passed, and as it was six o'clock, Madame R---- was anxious to get into her carriage, for she had several friends to dine with her. She came late, and told her guests, of whom I was one, what she had seen.

The conversation passed from subject to subject, but I, as a philosopher, thought the secret of the preparation of such a dish must be valuable. I ordered my cook to obtain the recipe in its most minute details. I publish it the more willingly now, because I never saw it in any book.

OMELETTE AU THON.

Take for six persons the roe of four cash [Footnote: the translator has followed this recipe with shad, pike, pickerel, etc., and can recommend it with a quiet conscience. Any fish is a substitute for tunny] and steep them for a few minutes in salt water just below boiling point.

Put in also a fresh tunny about as large as an egg, to which you must add a charlotte minced.

Mix the tunny and the roes together, and put the whole in a kettle with a portion of good butter, and keep it on the fire until the butter has melted. This is the peculiarity of the omelette.

Take then another piece of butter and mix it with parsely and sage. Put it in the dish intended to receive the omelette, cover it with lemon juice and put it on hot coals.

Then beat twelve eggs, (fresh as possible), pour in the fish and roe so that all may be perfectly mixed.

Then cook the omelette as usual, making it thin and firm. Serve it up hot.

This dish should be reserved for breakfasts, where all the guests are connoisseurs. It is caviare to the vulgar.

OBSERVATIONS.

1. The roes and fish should be warmed, not boiled. They will thus mingle more easily with the eggs.

2. The plate should be deep.

3. It should be warm, for a cold porcelain plate would extract the caloric of the omelette and make it insipid.

II. A NATIONAL VICTORY.

When I lived in New York I used every once in a while to pass the evening in a kind of tavern kept by a man named Little, (the old lank coffee house) where one could always get turtle soup and all the dishes common in the United States.

I often went thither with the Vicomte de la Massue and M. Fehr, an old broker of Marsailles; all three of us were emigrants, and we used to drink ale and cider, and pass the evening very pleasantly together.

There I became acquainted with a Mr. Wilkinson, who was a native of Jamaica, and a person he was very intimate with, for he never left him. The latter, the name of whom I do not remember was one of the most extraordinary men I ever met. He had a square face, keen eyes, and appeared to look attentively at everything, though his features were motionless as those of a blind man. When he laughed it was with what the English call a horse-laugh, and immediately resumed his habitual taciturnity. Mr. Wilkinson seemed about forty, and, in manner and appearance, seemed to be a gentleman.

The Englishman seemed to like our company, and more than once shared the frugal entertainment I offered my friends, when Mr. Wilkinson took me one evening aside and said he intended to ask us all to dine with him.

I accepted the invitation for three o'clock on the third day after.

The evening passed quietly enough, but when I was about to leave, a waiter came to me and said that the West Indian had ordered a magnificent dinner, thinking their invitation a challenge. The man with the horse-laugh had undertaken to drink us Frenchmen drunk.

This intelligence would have induced me, if possible, to decline the banquet. It was, however, impossible, and following the advice of the Marshal de Saxe, we determined, as the wine was uncorked, to drink it.

I had some anxiety, but being satisfied that my constitution was young, healthy and sound, I could easily get the better of the West Indian, who probably was unused to liquors.

I however, went to see Messrs. Fehr and Massue, and in an occular allocution, told them of my plans. I advised them to drink as little as possible, and to avoid too many glasses, while I talked to our antagonists. Above all things, I advised them to keep up some appetite, telling them that food had the effect of moderating the fumes of wine.

Thus physically and morally armed, we went to the old bank coffee house, where we found our friends; dinner was soon ready. It consisted of a huge piece of beef, a roasted turkey, (plain) boiled vegetables, a salad and pastry.

Wine was put on the table. It was claret, very good, and cheaper than it then was in France.

Mr. Wilkinson did the honors perfectly, asking us to eat, and setting us an example, while his friend, who seemed busy with his plate, did nothing but laugh at the corners of his mouth.

My countrymen delighted me by their discretion.

After the claret came the port and Madeira. To the latter we paid great attention.

Then came the dessert composed of butter, cheese and hickory nuts. Then came the time for toasts, and we drank to our kings, to human liberty, and to Wilkinson's daughter Maria, who was, as he said, the prettiest woman in Jamaica.

Then came spirits, viz., rum, brandy, etc. Then came songs, and I saw things were getting warm. I was afraid of brandy and asked for punch. Little brought a bowl, which, doubtless, he had prepared before. It held enough for forty people, and was larger than any we have in France.

This gave me courage; I ate five or six well buttered rolls, and I felt my strength revive. I looked around the table and saw my compatriots apparently fresh enough, while the Jamaican began to grow red in the face, and seemed uneasy. His friend said nothing, but seemed so overcome that I saw the catastrophe would soon happen.

I cannot well express the amazement caused by this denouement, and from the burden of which I felt myself relieved. I rang the bell; Little came up; I said, "see these gentlemen well taken care of." We drank a glass to their health. At last the waiter came and bore off the defeated party feet foremost. Wilkinson's friend was motionless, and our host would insist on singing, "Rule Britannia." [Footnote: The translator is sorry to say, that at the time Savarin speaks of, "Rule Britannia" was not written.]

The New York papers told the story the next day, and added that the Englishman had died. This was not so, for Mr. Wilkinson had only a slight attack of the gout.

III.

MYSTIFICATION OF THE PROFESSOR AND DEFEAT OF A GENERAL.

Several years ago the newspapers told us of the discovery of a new perfume called the emerocallis, a bulbous plant, which has an odor not unlike the jasmin.

I am very curious, and was, therefore, induced in all probability to go to, the Foubourg St. Germain, where I could find the perfume.

I was suitably received, and a little flask, very well wrapped up, was handed me, which seemed to contain about two ounces. In exchange for it I left three francs.

An etourdi would at once have opened, smelled and tasted it. A professor, however, acts differently, and I thought modesty would become me. I took the flagon then and went quietly home, sat on my sofa and prepared to experience a new sensation.

I took the package from my pocket and untied the wrappings which surrounded it. They were three different descriptions of the emerocallis, and referred to its natural history, its flower, and its exquisite perfume, either in the shape of pastilles, in the kitchen, or in ices. I read each of the wrappings. 1. To indemnify myself as well as I could for the price I have spoken of above. 2. To prepare myself for an appreciation of the new and valuable extract I have spoken of.

I then opened, with reverence, the box I supposed full of pastilles. To my surprise, however, I found three other copies of the edition I had so carefully read. Inside I found about two dozen of the cubes I had gone so far for.

I tasted them, and must say that I found them very agreeable. I was sorry though, that they were so few in number, and the more I thought of the matter, the more I became mystified.

I then arose with the intention of carrying the box back to its manufacturer. Just then, however, I thought of my grey hairs, laughed at my vivacity, and sat down.

A particular circumstance also recurred to me. I had to deal with a druggist, and only four days ago I had a specimen of one of that calling.

I had one day to visit my friend Bouvier des Eclats.

I found him strolling in a most excited state, up and down the room, and crushing in his hands a piece of poetry, I thought a song.

He gave it to me and said, "look at this, you know all about it."

I saw at once that it was an apothecary's bill. I was not consulted as a poet, but as a pharmaceutist.

I knew what the trade was, and was advising him to be quiet, when the door opened, and we saw a man of about fifty-five enter. He was of moderate stature and his whole appearance would have been stern, had there not been something sardonic about his lips.

He approached the fire-place, refused to sit down, and I heard the following dialogue I have faithfully recorded.

"Monsieur," said the general, "you sent me a regular apothecary's bill."

The man in black said that he was not an apothecary.

"What then are you?" said the general.

"Sir, I am a pharmaceutist."

"Well," said the general, "your boy--"

"Sir, I have no boy."

"Who then was the young man you sent thither?"

"My pupil--"

"I wish to say, sir, that your drugs--"

"Sir, I do not sell drugs--"

"What then do you sell?"

"Remedies."

The general at once became ashamed at having committed so many solicisms in a few moments, and paid the bill.

IV.

THE SNARE.

The chevalier de Langeac was rich, but his fortune was dispensed as is the fortune of all rich men.

He funded the remnants, and aided by a little pension from the government, he contrived to lead a very pleasant life.

Though naturally very gallant, he had nothing to do with women.

As his other powers passed away, his gourmandise increased. He became a professor and received more invitations than he could accept.

Lyons is a pleasant city, for there one can get vin de Bourdeaux, Hermitage and Burgundy. The game of the neighborhood is very good, and unexceptionable fish is taken from the lakes in the vicinity. Every body loves Bresse chickens.

Langeac was therefore welcome at all the best tables of the city, but took especial delight in that of a certain M. A.

In the winter of 1780, the chevalier received a letter, inviting him to sup ten days after date, (at that time I know there were suppers) and the chevalier quivered with emotion at the idea.

He, at the appointed time, made his appearance, and found ten guests. There was at that time no such A grand dinner was soon served, consisting of fish, flesh, and fowl.

All was very good, but the chevalier was not satisfied with the hopes he had entertained.

Another thing amazed him. His guests did not seem to eat. The chevalier was amazed to see that so many anti-convivial persons had been collected, and thinking that he had to do justice to all these fasting people set to work at once.

The second service was solid as the first. A huge turkey was dressed plain, flavored by salads and macaroni au parmesan.

When he saw this, the chevalier felt his strength revive; all the other guests were overpowered, excited by the changes of wines, he triumphed over their impotence, and drank their health again and again. Every time he drank their health, he took a slice from the turkey.

Due attention was paid to the side-dishes, and the chevalier stuck to business longer than any one would have thought possible. He only revived when the becfigues appeared, and became fully aroused when truffles were put on the table.

THE TURBOT.

Discord one day sought to effect an entrance into one of the most harmonious houses of Paris. A turbot was to be cooked.

The fish was on the next day to be served to a company of which I was one; it was fresh, fat, and glorious, but was so large that no dish in the house could hold it.

"Let us cut it in half," said the husband.

"Would you thus dishonor it?" said the wife.

"We must, my dear."

"Well, bring the knife, we will soon do it."

"Wait though, our cousin, who is a professor, will soon be here. He will relieve us from the dilemma."

The gordian knot was about to be released, when I came in hungry, as a man always is at seven P. M.

When I came in I tried in vain to make the usual compliments. No one listened, and for that reason no one replied to me. The subject in discussion was at once submitted to me.

I made up my mind at once, went to the kitchen, found a kettle large enough to boil the whole fish, and did so. There was a procession composed of the master, mistress, servants, and company, but they all approved of what I did. With the fish we boiled bulbous root and other vegetables. [Footnote: From the above it is very clear that Brillat Savarin made what the late D. Webster called a "chowder."] When the fish was cooked we sat down at the table, our ideas being somewhat sharpened by the delay, and sought anxiously for the time, of which Homer speaks, when abundance expells hunger. [The translator here omits a very excellent recipe for a fish-chowder. Everybody knows it.]

VI.

PHEASANTS.

None but adepts know what a pheasant is. They only can appreciate it.

Everything has its apogee of excellence, some of which, like capers, asparagus, partridges, callow-birds, etc., are eatable only when they are young. Others are edible only when they obtain the perfection of their existence, such as melons and fruits, and the majority of the beasts which furnish us with animal food. Others are not good until decomposition begins, such as the snipe and pheasant.

When the pheasant is eaten only three days after its death, it has no peculiarity; it has not the flavor of a pullet, nor the perfume of a quail.

It is, however, a highly flavored dish, about half way between chicken and venison.

It is especially good when the pheasant begins to be decomposed-- an aroma and exciting oil is then produced, like coffee, only produced by torrefaction.

This becomes evident by a slight smell and change of color. Persons possessed, however, of the instincts of gourmandise see it at once, just as a good cook knows whether he should take his bird from the spit or give it a turn or two more.

When the pheasant is in that condition it should he plucked, and not before.

The bird should then he stuffed, and in the following manner:

Take two snipe and draw them so as to put the birds on one plate, and the livers, etc., on another.

Take the flesh and mingle it with beef, lard and herbes fines, adding also salt and truffles enough to fill the stomach of the pheasant.

Cut a slice of bread larger, considerably, than the pheasant, and cover it with the liver, etc., and a few truffles. An anchovy and a little fresh butter will do no harm.

Put the pheasant on this preparation, and when it is boiled surround it with Florida oranges. Do not be uneasy about your dinner.

Drink burgundy after this dish, for long experience has taught me that it is the proper wine.

A pheasant served in this way is a fit dish for angels, if they visited the world as they did in Lot's day.

What I say, experience has already proved. A pheasant thus stuffed by Picard at La Grange [Footnote: Does he refer to La Fayette's estate?] was brought on the table by the cook himself. It was looked on by the ladies as they would have looked at one of Mary Herbault's hats. It was scientifically tasted, and in the interim the ladies eyes shone like stars, and their lips became coral.

I did more than this; I gave a similar proof to the judges of the supreme court. They are aware that the toga is sometimes to be laid aside, and I was able to show to several that good CHEER was a fit companion and reward for the labors of the senate. After a few moments the oldest judge uttered the word excellent. All bowed, and the court adopted the decision. I had observed that the venerable old men seemed to take great delight in smelling the dish, and that their august brows were agitated by expressions of extreme serenity, something like a half smile hanging on their lips.

All this thing, however is naturally accounted for. The pheasant, itself, a very good bird, had imbibed the dressing and the flavor of the truffle and snipe. It thus becomes thrice better.

Thus of all the good things collected, every atom is appreciated and the consequence is, I think the pheasant fit for the table of a prince.

Parve, nec invideo, sine me liber, ibis in aulam.

VII.

GASTRONOMICAL INDUSTRY OF THE EMIGRES.

Toute Francaise, a ce que j'imagine,

Salt, bien ou mal faire, un peu de cuisine.

Belle Arsene, Act. III.

In a chapter written for the purpose, the advantages France derived from gourmandise in 1815, were fully explained. This was not less useful to emigres; all those, who had any alimentary resources, received much benefit from it.

When I passed through Boston, I taught a cook, named Julien, who in 1794 was in his glory, how to serve eggs with cheese. Julien was a skilful lad, and had, he said, been employed by the Archbishop of Bourdeaux. This was to the Americans a new dish, and Julien in return, sent me a beautiful deer he had received from Canada, which those I invited to do honour to it, thought admirable.

Captain Collet also, in 1794 and 1795 earned much money by the manufacture of ices and sherbets.

Women always take care to enjoy any pleasures which are new to them. None can form an idea of their surprise. They could not understand how it could remain so cold, when the thermometer was at 26 [degrees] Reaumur.

When I was at Cologne, I found a Breton nobleman, who thought himself very fortunate, as the keeper of a public house; and I might multiply these examples indefinitely. I prefer however to tell of a Frenchman, who became very rich at London, from the skill he displayed in making salad.

He was a Limousin, and if I am not mistaken, was named Aubignac, or Albignac.

Poor as he was, he went, however, one day to dine at one of the first restaurants of London. He could always make a good dinner on a single good dish.

While he was discussing a piece of roast beef, five or six dandies sat at the next table, and one of them advanced and said, "Sir, they say your people excel in the art of making a salad. Will you be kind enough to oblige us?"

After some hesitation d'Albignac consented, and having set seriously to work, did his best.

While he was making his mixture, he replied frankly to questions about his condition, and my friend owned, not without a little blushing, that he received the aid of the English government, a circumstance which doubtless induced one of the young men to slip a ten pound bank bill into his hand.

He gave them his address, and not long after, was much surprised to receive a letter inviting him to come to dress a salad at one of the best houses in Grosvenor square.

D'Albignac began to see that he might draw considerable benefit from it, and did not hesitate to accept the offer. He took with him various preparations which he fancied would make his salad perfect as possible.

He took more pains in this second effort, and succeeded better than he had at first. On this occasion so large a sum was handed to him that he could not with justice to himself refuse to accept it.

The young men he met first, had exaggerated the salad he had prepared for them, and the second entertainment was yet louder in its praise. He became famous as "the fashionable salad-maker," and those who knew anything of satirical poetry remembered:

Desir do nonne est un feu pui devore,

Desir d'Anglaise est cent fois piri encore.

D'Albignac, like a man of sense, took advantage of the excitement, and soon obtained a carriage, that he might travel more rapidly from one part of the town to the other. He had in a mahogany case all the ingredients he required.

Subsequently he had similar cases prepared and filled, which he used to sell by the hundred.

Ultimately he made a fortune of 80,000 francs, which he took to France when times became more peaceful.

When he had returned to France, he did not hurry to Paris, but with laudable precaution, placed 60,000 francs in the funds, and with the rest purchased a little estate, on which, for aught I know, he now lives happily. His funded money paid him fifty per cent.

These facts were imparted to me by a friend, who had known D 'Albignac in London, and who had met him after his return.

VIII.

RECOLLECTIONS OF THE EMIGRATION.

THE WEAVER

In 1794, M. de Rostaing, my cousin and friend, now military intendant at Lyons, a man of great talent and ability, and myself were in Switzerland.

We went to Mondon, where I had many relations, and was kindly received by the family of Troillet. I will never forget their hospitality.

I was there shown a young French officer who was a weaver, and who became one thus:--

This young man, a member of a very good family, was passing through Mondon, to join Condes army, and chanced to meet an old man with one of the animated heads usually attributed by painters to the companions of the famous Tell.

At their dessert, the officer did not conceal his situation, and received much sympathy from his new friend. The latter complained that at such an age, he had now to renounce all that was pleasant, and that every man should, as Jean Jacques, says, have some trade to support themselves in adversity.

The conversation paused there; and a short time after, he joined the army of Conde. From what he saw there, however, he saw he never could expect to enter France in that way.

Then he remembered the words of the weaver; and finally making up his mind, left the army, returned to Mondon, and begged the weaver to receive him as an apprentice.

On the next day the officer set to work, dining and sleeping with the weaver, and was so assiduous, that after six months, his master told him, he had nothing to teach him, thought himself repaid for the care he had bestowed, and that all he earned henceforth was his own profit.

When I was at Mondon, the new artisan had earned money enough to purchase a shop and a bed. He worked with great assiduity, and such interest was taken in him, that some of the first houses of the city enquired after him every day.

On Sunday, he wore his uniform, and resumed his social rights. As he was very well read, all took pleasure in his company, and he did not seem discontented with his fate.

THE STARVING.

To this picture of the advantage of industry, I am about to add an altogether different one.

I met at Lausanne, an emigre from Lyons, who to avoid work used to eat but twice a week. He would have died beyond a doubt, if a merchant in the city had not promised to pay for his dinner every Sunday, and Wednesday of the week.

The emigre came always at the appointed time, and always took away a large piece of bread.

He had been living in this manner some three months, when I met him; he had not been sick, but he was so pale that it was sad to see him.

I was amazed that he would suffer such pain rather than work. I asked him once to dine with me, but did not repeat the invitation because I believe in obeying that divine precept, "By the sweat of thy brow shalt thou earn thy bread."

SOJOURN IN AMERICA.

From Switzerland I went to America.

  • * * * * * *

ASPARAGUS.

Passing one day in February, by the Palais Royal, I paused before the shop of Mme Chevet, the largest dealer in comestibles in Paris, who always wished me well. Seeing a large box of asparagus, the smallest of which was large as my finger, I asked the price. "Forty francs," said she. "They are very fine, but only a king or prince could eat at such a rate." "You are wrong sir," said she, "such things never go to palaces, but I will sell the asparagus.

"There are now in this city at least three hundred rich men, capitalists and financiers, retained at home by gout, colds, and doctors. They are always busy to ascertain what will revive them and send their valets out on voyages of discovery. Some one of them will remark this asparagus, and it will be bought. It may be, some pretty woman will pass with her lover, and say, 'what fine asparagus. How well my servant dresses it.' The lover then does not hesitate, and I will tell you a secret, that dear things are sold more easily than cheap ones."

As she spoke two fat Englishmen passed us. They seemed struck at once. One seized hold of the asparagus and without asking the price paid for it, and as he walked away whistled "God save the King."

"Monsieur," said Madame Chevet, "a thousand things like this happen every day."

FONDUE.

Fondue is a soup dish, and consists only in frying eggs in cheese in proportions revealed by experience. I will give the recipe. It is a pleasant dish, quickly made and easily prepared for unexpected guests. I refer to it here only for my peculiar pleasure, and because it preserves the memory of things which the old men of Belley recollect.

Towards the end of the 17th century M. Madot became bishop of Belley, and took possession of the diocese.

Those to whom his reception had been confided had provided an entertainment worthy of the occasion, and made use of all the preparations then known in the kitchen, to welcome my lord.

There was an immense fondue, to which the prelate paid great attention; to the surprise of all he ate it with a spoon, instead of a fork, as people had been used to do.

All the guests looked at each other with a perceptible smile on every face. A bishop from Paris, however, must know how to eat. On the next day there was a great deal of gossip, and people that met at the corners, said "Well did you see how our bishop ate his fondue? I heard from a person who was present that he used a spoon!"

The bishop had some followers, innovators who preferred the spoon, but the majority preferred the fork, and an old grand-uncle of mine used to laugh as if he would die, as he told how M. de Madot ate fondue with a spoon.

RECIPE FOR FONDUE, COPIED FROM THE PAPERS OF M. TROLLET, BAILLI OF MONDON IN BERNE.

Calculate the number of eggs in proportion to the guests.

Take one-third of the weight of Gruyere and one-sixth of the weight of butter.

Beat the eggs and mingle them with the butter and cheese in a casserole.

Put the kettle on a hot fire and stir it until the mixture is perfect. Put in more or less salt in proportion as the cheese is old or new. Serve it hot, with good wine, of which one should drink much. The feast will see sights.

DISAPPOINTMENT.

All one day was quiet at the Ecu de France, between Bourg and Bresse, when the sound of wheels was heard, and a superb English berline drove up, on the box of which were two pretty Abigails, wrapped in blue and red cloths.

At the sight, which announced a nobleman on his travels, Chicot, that was his name, hurried to the door of the equipage. The wife stood at the door, the girls near by, while the boys from the stable hurried forward satisfied that they would receive a handsome gratuity.

The women were unpacked and there came from the berline, 1st, a fat Englishman, 2d, two thin, pale, red-haired girls, and 3d, a lady, apparently in the first stage of consumption.

The last spoke:

"Landlord," said she, "take care of the horses, give us a room and the women refreshments. All must cost only six francs; act accordingly."

Chicot put on his bonnet, madame went into the house, and the girls to their garrets.

The horses were, however, put into the stable, the Englishman read the papers, and the women had a pitcher of pure water. The ladies went up stairs. The six francs were received as a poor compensation for the trouble caused.

WONDERFUL EFFECTS OF A CLASSICAL DINNER.

"Alas! how much I am to be pitied," said the elegiac voice of a gastronomer of the royal court of the Seine. "Hoping to be soon able to return home, I left my cook there; business detains me at Paris, and I have to depend on an old women the preparations of whom make me sick. Anything satisfies my wife and children, but I am made a martyr of the spit and pot."

Luckily a friend heard the complaint, who said, "You will not, my friend, be a martyr. Deign to accept a classical dinner to-morrow, and after a game of piquet we will bury all in the abyss of the past."

The invitation was accepted, the mystery was solved, and since the 23d June, 1825, the professor has been delighted at having one of his best friends in royal court.

EFFECT AND DANGER OF STRONG DRINKS.

The artificial thirst we previously alluded to, is that which for the moment appeals to strong drinks as a momentary relief. It gradually becomes so habitual that those who grow used to it cannot do without it even through the night, and have to leave their bed to appease it.

This thirst then becomes a real disease, and when he has reached that point, it may safely be said that he has not two years to live.

I travelled in Holland with a rich Dantzick merchant, who had for fifty years kept the principal house for the sale of brandy.

"Monsieur," said he "none in France are aware of the importance of the trade in brandy, which for nearly a century my father and myself have carried on. I have watched with attention the workmen who yield to it as too many Germans do, and they generally die in the same manner."

"At first they take simply a glass in the morning, and for many years this suffices. It is a common habit with all workmen, and any one who did not indulge in it would be ridiculed by his companions. Then they double the dose, that is to say, take a glass at morning and night. Thus things continue about three years, when they begin to drink three times a day, and will only taste spirits in which highly scented herbs have been infused. Having reached that point, one may be sure they have not more than six months to live, for they go to the hospital and are seen no more."

CHEVALIERS AND ABBES.

I have already referred to these categories of gourmandise destroyed by time.

As they disappeared thirty years since, few of the present generation ever saw them.

About the end of the century they will probably reappear, but as such a phenomenon demand the coincidence of many future contingencies, I think few who live will ever witness this palingenesia.

As a painter of manners I must give the last touch to my portrait, and will borrow the following passage from an author, who, I know, will refuse me nothing.

"The title of Chevalier was only correctly granted to persons who had been decorated, or to the younger sons of noble houses. Many of the Chevaliers of other families would take the title for themselves, and if they had education and good manners, none doubted the accolade.

"They were generally young, wore the sword vertically and kept a stiff upper lip. They gamed and fought and were a portion of the train of any fashionable beauty."

At the commencement of the revolution many of the Chevaliers joined the army of the emigres, enlisted or dispersed. The few who survive can yet be recognized by their military air; almost all of them, however, have the gout.

When any noble family had many children, one was dedicated to the church; at first some benefice, barely sufficient to pay for the expenses of education, was obtained, and ultimately he became Prince, Abbe, or Bishop, as circumstances dictated.

This was the real Abbe; but many young men who disliked the perils of the Chevalier, called themselves Abbes when they came to Paris.

Nothing was so convenient, for, with a slight change of dress, they could appear as priests and the equals of anybody. There was a great advantage in this for every house had its Abbe

They were generally small, round, well dressed and agreeable. They were gourmands, active and pleasant. The few that remain have became very devout and very fat.

None could be more comfortable than a rich prior or abbot. They had no superiors and nothing to do. If there be a long peace, the priors will turn up again, but unless there be a great change in the ecclesiastical organization, the Abbes are lost for ever.

MISCELLANY.--WINE.

"Monsieur," said an old marquise to me one day, "which do you like best, Burgundy or Bordeaux?" "Madame," said I, "I have such a passion for examining into the matter, that I always postpone the decision a week."

STRAWBERRIES.

The Count de la Place recommends that strawberries should always be dressed with orange juice.

JUDGMENT.

"He is not a man of mind," said the Count de M---- "Why?" "Ah! he does not eat pudding a la Richelieu, nor cutlets a la Soubise."

RAISINS.

"Take a raisin--"

"No I thank you; I do not like wine in pills."

A DAY WITH THE BERNARDINES.

It was about one A. M., on a fine summer night, and I set out after having been serenaded by many who took an interest in us. This was about 1782.

I then was the chief of a troop of amateur musicians All of whom were young and healthy.

"Monsieur," said the abbe of Saint Sulpice to me one day, and he drew me into a window recess, "you would enjoy yourself very much if you come some day to play for us at Saint Bernard's. The Saints would be delighted."

I accepted the offer at once, for it seemed to promise us an agreeable evening. I nodded assent, and all were amazed.

Annuit, et totum nutu tremefecit olympum.

Every precaution had previously been taken, for we had yet to go four leagues, a distance sufficient to terrify the persons who had ascended Mont Martre.

The monastery was in a valley, enclosed on the west side by a mountain, and on the east by a hill that was not so high.

The eastern peak was crowned by a forest of immense pines. The valley was one vast prairie, and the beech grows much like the arrangements of an English garden.

We came about evenfall, and were received by the cellarer who had a nose very rich-like an obelisk.

"Gentlemen," said he, "our abbe will be glad when he hears you have come. He is yet in bed; but come with me, and you will see whether we have expected you or not."

We followed him, and besought him to take us to the refectory.

Amid the display of the table arose a pate like a cathedral; on one side was a quarter of cold veal, artichokes, etc., were also on the eastern range.

There were various kinds of fruits, napkins, knives and plate; at the foot of the table were many attentive servants.

At one corner of the refrectory was seen more than an hundred bottles, kept cool by a natural fountain. We could snuff the aroma of mocha, though in those venerable days none ever drank mocha so early in the morning.

The reverend cellarer for a time laughed at our emotion, and then spoke to us as follows:

"Gentlemen," said he, "I would be pleased to keep you company, but as yet I have not kept my mass. I ought to ask you to drink, but the mountain air dispenses the necessity. Receive, then, what we offer you. I must to matins."

He went to matins.

We did our best to eat up the abbe's dinner, but could not. People from Sirius might, but it was too much for us.

After dinner we dispersed. I crept into a good bed until mass; like the heroes of Rocroy, who slept until the battle began.

I was aroused by a great fat friar, who had nearly pulled my arm out of its socket, and went to the church where I found all at their posts.

We played a symphony at the offertory and sung a motet at the elevation, concluding with four wind instruments.

We contrived, in spite of the jests usually expended on amateurs, to get out of the difficulty very well.

We received with great benignity the praises heaped on us, and having received the abbot's thanks went to the table.

The dinner was such as people used to eat in the fifteenth century. There were few superfluities, but the choice of dishes was admirable. We had plain, honest, substantial stews, good meats, and dishes of vegetables, which made one regret they were not more general.

The dessert was the more remarkable, as it was composed of fruits not produced at that altitude. The gardens of Machuras, of Morflent and other places had contributed.

There was no want of liqueurs, but coffee needs a particular reference.

It was clear, perfumed and strong, but was not served in what are called tasses on the Seine, but in huge bowls, into which the monks dipped their lips and smacked them with delight.

After dinner we went to vespers, and between the psalms executed antiphones I prepared for the purpose. That style of music was then fashionable. I cannot say if mine was good or bad.

Our DAY being over, my orchestra was enabled to look and walk around. On my return the abbe said, "I am about to leave you, and will suffer you to finish the night. I do not think my presence at all importunate to the fathers; but I wish them to do as they please."

When the abbot had left, the monks drew more closely together, and a thousand jokes were told, not the less funny because the world knows nothing of them.

About nine a glorious supper was served, long in advance of the dinner.

They laughed, sang, told stories, and one of the fathers recited some very good verses he had himself composed.

At last a monk arose, and said, "Father Cellarer, what have you to say?"

"True," said the father, "I am not cellarer for nothing."

He left, and soon returned with three servitors, the first of whom brought some glorious fresh buttered toast. The others had a table on which was a sweetened preparation of brandy and water--vulgo, punch.

The new comers were received with acclamation; the company ate the toasts, drank the toddy, and when the abbey clock struck twelve, all went to their cells to enjoy a repose they had richly earned.

PROSPERITY EN ROUTE.

One day I rode a horse I called la Joie through the It was at the worst era of the revolution, and I went to see Mr. Prot to obtain a passport which, probably, might save me from prison or the scaffold.

At about 11 P. M., I reached a little bourg or village called Mont St. Vaudrey, and having first attended to my horse, was struck by a spectacle no traveller ever saw without delight.

Before a fire was a spit covered with cock quails and the rails that are always so fat. All the juice from the quails fell on an immense rotie so built up that the huntsman's hand was apparent. Then came one of those leverets, the perfume of which Parisians have no faith in though they fill the room.

"Ah ha!" said I; "Providence has not entirely deserted me. Let us scent this perfume and die afterwards."

Speaking to the landlord who, while I was making my examinations, walked up and down the room, I said, "Mon cher, what can you give us for dinner?"

"Nothing very good, Monsieur. You can have potatoes. The beans are awful. I never had a worse dinner."

The landlord seemed to suspect the cause of my disappointment. I said, however, "for whom is all this game kept?"

"Alas, Monsieur," said he, "it is not mine but belongs to some lawyers and judges who have been here several days on a business which concerns a very rich old lady. They finished yesterday, and wish to celebrate the event by a revolt."

"Monsieur," said I, "be pleased to say that a gentleman asks the favor of being permitted to dine with them, that he will pay his portion of the expense, and also be much obliged to them."

He left me and did not return, but after a few minutes a little fat man entered, who hovered around the kitchen, lifted up the covers and disappeared.

"Ah, ha!" said I. The tiler has come to look at me. I began to hope, for I knew my appearance was not repulsive. My heart beat quickly as a candidate's does after the ballot-box is opened, and before he knows the result, when the landlord told me the gentlemen only waited for me to sit down.

I went at once, and was received in the most flattering manner.

The dinner was glorious, I will not describe it, but only refer to an admirable fricassee of chicken not often seen in such perfection in the country. It had so many truffles that it would have revived an old Titan.

We sang, danced, etc., and passed the evening pleasantly.

[The translator here omits half a dozen songs, which are essentially French, and which no one can do justice to in another tongue.]

H. ... DE P ...

I believe I am the first person who ever conceived the idea of a gastronomical academy. I am afraid, however, I was a little in advance of the day, as people may judge by what took place fifteen years afterwards.

The President, H. de P., the ideas of whom braved every age and era, speaking to three of the most enlightened men of his age, (Laplace, Chaptal, and Berthollet,) said "I look in the history of the discovery of a new dish, which prolongs our pleasures, as far more important than the discovery of a new star."

I shall never think science sufficiently honored until I see a cook in the first class of the institute.

The good old President was always delighted when he thought of his labor. He always wished to furnish me an epigraph, not like that which made Montesquieu a member of the academy. I therefore, wrote several verses about it, but to be copied.

Dans ses doctes travaux il fut infatigable;

Il eut de grands emplois, qu'il remplit dignement:

Et quoiqu'il filt profond, erudit et savant,

Il ne se crut jamais dispense d'etre aimable.

CONCLUSION.

My work is now done, yet I am not a bit out of breath.

I could give my readers countless stories, but all is now over, and as my book is for all time, those who will read it now will know nothing of those for whom I write.

Let the Professor here end his work.

Full text in French[1]

Project Gutenberg's Physiologie du goût, by Jean Anthelme Brillat-Savarin


PHYSIOLOGIE DU GOÛT OU MÉDITATIONS DE GASTRONOMIE TRANSCENDANTE. OUVRAGE THÉORIQUE, HISTORIQUE ET À L'ORDRE DU JOUR Dédié aux Gastronomes parisiens.




Il est une chose dont on ne se défie pas assez,--c'est la grosse morale, la morale des livres et des prédicateurs; cette morale qui met la vertu si haut qu'on se console facilement de n'y point atteindre, et en disant d'elle ce qu'un philosophe ancien disait du vice: Non licet omnibus adire Corinthum. Aussi la plupart se contentent d'une imitation de cette vertu trop ardue,--et cette morale rébarbative ne produit le plus souvent que des hypocrites.

Un homme qui vendrait des casques, des cuirasses et des épées à la taille des héros d'Homère, casques à peine remplis par une citrouille; cuirasses dont on ne toucherait pas les bords et qui seraient comme de petites chambres; épées qu'on ne pourrait soulever,--vendrait sans aucun doute fort peu de ces armes, fussent-elles fournies par Vulcain et ciselées sur les propres dessins de Minerve.

Le boulanger vous donnera pour quelques pièces de cuivre, ayant cours, le pain qu'il vous refusera pour des médailles d'or à l'effigie de Titus.--Il ne faut commander aux hommes qu'un labeur humain; il faut que la vraie morale admette les passions et les faiblesses;--elle doit les émonder, les diriger,--mais elle ne les arrachera qu'en détruisant l'arbre.

Puisque les ruisseaux existent, il ne faut pas fermer les égouts.

Certes, je n'ignore pas qu'on réserve toute son indulgence pour les passions qu'on a et qu'on n'en réserve pas pour les passions d'autrui;--je n'avais jamais parlé sans mépris de la gourmandise, jusqu'au moment où j'ai lu la Physiologie du Goût de Brillat Savarin; j'avais vu dans la gourmandise la plus brutale, la plus égoïste, la plus bête des passions; la lecture de Brillat Savarin m'a rendu honteux de ne pas être gourmand. En effet, quand on a vu tant d'esprit, de finesse, de gaîté, de philosophie chez un gourmand de profession, on regrette de ne pas avoir reçu de la nature les facultés nécessaires pour sentir et apprécier les plaisirs de la table;--on s'estime affligé d'une infirmité et de la privation d'un sens;--on se met au rang,--sinon des sourds et des aveugles, au moins de ceux qui ont l'oreille dure et la vue basse, et on envisage l'orgueil qu'on a manifesté de ne pas être gourmand, comme on envisage la sotte vanité des gens qui sont fiers d'avoir des lunettes d'or, et qui toisent avec dédain ceux qui n'ont pas de lunettes.

N'avons-nous pas tous nos gourmandises?--Est-ce que je n'ai pas la gourmandise des couleurs et celle des parfums;--est-ce que je ne m'enivre pas de chèvrefeuille;--est-ce que je ne m'exalte pas à la vue des splendeurs du soleil couchant;--est-ce que la musique me laisse toute la froideur de la raison;--est-ce que sous ces impressions enivrantes,--semblable aux ivrognes qui trouvent les rues trop étroites,--il ne m'arrive pas de trouver trop étroites les voies humaines, les routes du possible, les chemins de la réalité?

Je sais bien que la passion de la gourmandise a été parfois poussée un peu loin;--mais quelle passion n'a pas ses excès?--Certes, l'empereur qui engraissait ses poissons avec de la chair d'esclaves qu'on jetait coupés en morceaux dans ses viviers, semblera toujours avoir dépassé les bornes permises des plaisirs de la table; mais les gourmets romains qui reconnaissaient au goût les poissons pris à l'embouchure du Tibre de ceux pris entre deux ponts, et ne mangeaient pas les premiers. Ceux qui rejetaient le foie d'une oie nourrie de figues sèches et n'admettaient que le foie de l'oie nourrie de figues fraîches, n'avaient rien de dangereux ni de rebutant; leur goût exercé ressemblait à l'oreille d'Habeneck qui, dans un concert de deux cents instruments, rappelle à l'ordre une contre-basse qui appuie sur la corde avec l'index au lieu de se servir du pouce.

Et sans aller chercher dans les plaisirs des autres sens des analogies plus ou moins justes,--n'avons-nous pas tous nos jouissances gastronomiques à nous rappeler.--Puis-je, moi, me rappeler de sang-froid tous ces gigots à l'ail sur des haricots baignés dans le jus, que, pendant tant d'années, j'ai mangés une fois par semaine avec un ami que j'avais inventé et que je croyais avoir?--Est-ce que je puis, sans émotion, me souvenir de ces excellents dîners de navets crus pris dans les champs, avant d'aller le soir consacrer le prix d'un dîner plus luxueux au billet qui me permettait d'entrer dans un théâtre où je rencontrais de loin un regard qui a si longtemps fait ma force et ma vie.

Et qui donnera aux ananas, mangés dans des assiettes de Chine, la saveur qu'avaient les mûres des haies, quand j'avais dix-huit ans.

Est-ce que nos pauvres pêcheurs des côtes de Normandie ne se réjouissent pas à l'avance de manger un homard ou des crevettes cuits dans l'eau de la mer, quand ils peuvent éviter les regards de la douane;--car le fisc défend de puiser de l'eau à la mer, et l'Océan est gardé par toute une armée d'hommes vêtus de vert qui vous ferait rejeter à la mer une cruche d'eau que vous auriez subrepticement puisée:--cela épargnerait aux pauvres gens d'acheter du sel, et le sel est un impôt.

Le naturel dans les livres a un charme qui consiste en ceci qu'on croyait lire un livre et qu'on cause avec un homme.--Le livre de Brillat Savarin joint, au naturel le plus exquis, la verve la plus soutenue, l'esprit le plus franc, l'atticisme le plus pur.--C'est un modèle de style simple sans vulgarité.

La gourmandise n'est pas la goinfrerie.

Brillat Savarin fait entrer l'esprit, la bonne humeur et le bon goût dans les assaisonnements d'un bon dîner.

L'esprit qui n'est ou doit n'être que «la raison ornée et armée» est peu considéré en France,--parce qu'on prend pour de l'esprit certains exercices de mots pareils à ceux que font les jongleurs avec des boules.

De même les goinfres et les ivrognes se sont réclamée indûment d'Anacréon, d'Epicure; et se sont placés sous leur invocation sans les consulter. Anacréon, dans ses vers, recommande très souvent de mettre de l'eau dans le vin,--et Epicure voulait de là noblesse dans le plaisir, et mettait le plaisir dans la vertu.

Le vrai disciple d'Epicure compte, pour le meilleur plat de son dîner,--le pain qu'il a envoyé à son voisin pauvre.--Tel autre vous dira avec les Allemands,--en vous invitant à dîner: «Un seul plat et un visage ami.»

Brillat Savarin dit: «Ceux qui s'indigèrent ou qui s'enivrent ne savent ni boire ni manger.»

Je ne sais ce qu'il aurait dit des banquets politiques qui ne faisaient que poindre de son temps,--festins où chacun sert un plat de sa façon, au moyen de phrases sonores parce qu'elles sont creuses,--et où on s'occupe du gouvernement du pays à la fin du dîner,--c'est-à-dire dans une situation de corps et d'esprit où aucun de ces législateurs en goguette ne se permettrait de traiter la moins importante de ses petites affaires particulières.

Certes, ce n'est pas mourir que de laisser après soi sa pensée vivante au milieu des hommes, pensée qui a plus de force, et dont la puissance n'est plus contestée depuis qu'elle n'excite plus l'envie contre l'homme qui en était le dépositaire.

Tandis que les riches et les puissants se disputent quelques honneurs matériels et quelques avantages grossiers, ne sont-ce pas lès vrais maîtres du monde que ceux qui gouvernent encore par leurs livres les idées des peuples et là pensée humaine?

Entre ces illustres morts,--devenus des rois immortels,--le souvenir fait de singulières différences,--c'est la puissance de leur pensée qui assigne leur rang dans votre vénération; mais il en est quelques-uns dont on veut savoir la vie, sur lesquels on recherche précieusement et on recueille avec avidité les moindres détails,--pour les autres nous nous contentons de lire leurs écrits et de les admirer, tandis que les premiers sont nos amis.--On peut prendre pour type de ces deux impressions Voltaire et J.-J. Rousseau. On aime les fleurs qu'aimait Rousseau, et son souvenir donne une teinte toute particulière au paysage des lieux qu'il a habités.--Voltaire est tout dans ses livres et on ne le cherche pas ailleurs.

M. Brillat Savarin était un esprit charmant,--mais je ne pense pas qu'on tienne à savoir quelle était au juste la couleur de ses cheveux.--On ne se demande pas s'il a été amoureux.--Nous serons donc sobres de détails biographiques.--Anthelme Brillat Savarin--naquit à Belley, au pied des Alpes, le 1er avril 1755.--Il était avocat, lorsqu'en 1789 il fut député à l'Assemblée constituante.

Maire de Belley en 1793, il fut obligé de se réfugier en Suisse pour échapper à la tourmente révolutionnaire.

Proscrit pendant quatre ans, tant en Suisse qu'aux Etats-Unis,--professeur de langue française,--musicien à l'orchestre du théâtre de New-York.--s'il dut son existence matérielle à ses talents,--il dut la sérénité et le bonheur à sa douce philosophie.

Rentré en France en septembre 1796 il occupa diverses fonctions,--jusqu'à ce que le choix du sénat l'appelât à la cour de cassation où il a passé les vingt-cinq dernières années de sa vie, qui fut jusqu'à la fin douce et calme, entourée d'estime et d'unitées. Il était enrhumé lorsqu'il fut nommé membre de la députation chargée de représenter la cour de cassation à la cérémonie funèbre du 21 janvier dans l'église de Saint-Denis;--il y fut atteint d'une péripneumonie qui emporta en même temps que lui M. Robert de Saint-Vincent et l'avocat-général Marchangy.--Il mourut le 2 février 1826--à l'âge de 71 ans.

Alph. KARR.



APHORISMES DU PROFESSEUR

POUR SERVIR DE PROLÉGOMÈNES A SON OUVRAGE ET DE BASE ÉTERNELLE A LA SCIENCE;


I.

L'univers n'est rien que par la vie, et tout ce qui vit se nourrit.

II.

Lès animaux se repaissent; l'homme mange; l'homme d'esprit seul sait manger.

III.

La destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent.

IV.

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es.

V.

Le Créateur, en obligeant l'homme à manger pour vivre, l'y invite par l'appétit, et l'en récompense par le plaisir.

VI.

La gourmandise est un acte de notre jugement, par lequel nous accordons la préférence aux choses qui sont agréables au goût sur celles qui n'ont pas cette qualité.

VII.

Le plaisir de la table est de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les pays et de tous les jours; il peut s'associer à tous les autres plaisirs, et reste le dernier pour nous consoler de leur perte.

VIII.

La table est le seul endroit où l'on ne s'ennuie jamais pendant la première heure.

IX.

La découverte d'un mets nouveau fait plus pour le bonheur du genre humain que la découverte d'une étoile.

X.

Ceux qui s'indigèrent ou qui s'enivrent ne savent ni boire ni manger.

XI.

L'ordre des comestibles est des plus substantiels aux plus légers.

XII.

L'ordre des boissons est des plus tempérées aux plus fumeuses et aux plus parfumées.

XIII.

Prétendre qu'il ne faut pas changer de vins est une hérésie; la langue se sature; et après le troisième verre, le meilleur vin n'éveille plus qu'une sensation obtuse.

XIV.

Un dessert sans fromage est une belle à qui il manque un oeil.

XV.

On devient cuisinier, mais on naît rôtisseur.

XVI.

La qualité la plus indispensable du cuisinier est l'exactitude: elle doit être aussi celle du convié.

XVII.

Attendre trop longtemps un convive retardataire est un manque d'égards pour tous ceux qui sont présents.

XVIII.

Celui qui reçoit ses amis et ne donne aucun soin personnel au repas qui leur est préparé, n'est pas digne d'avoir des amis.

XIX.

La maîtresse de la maison doit toujours s'assurer que le café est excellent; et le maître, que les liqueurs sont de premier choix.

XX.

Convier quelqu'un, c'est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu'il est sous notre toit.



DIALOGUE ENTRE L'AUTEUR ET SON AMI.

(APRÈS LES PREMIERS COMPLIMENTS)

L'AMI.--Ce matin nous avons, en déjeunant, ma femme et moi, arrêté dans notre sagesse que vous feriez imprimer au plus tôt vos Méditations gastronomiques.

L'AUTEUR.--Ce que femme veut, Dieu le veut. Voilà, en sept mots, toute la charte parisienne. Mais je ne suis pas de la paroisse; et un célibataire...

L'AMI.--Mon Dieu! les célibataires sont tout aussi soumis que les autres, et quelquefois à notre grand préjudice. Mais ici le célibat ne peut pas vous sauver; car ma femme prétend qu'elle a le droit d'ordonner, parce que c'est chez elle, à la campagne, que vous avez écrit vos premières pages.

L'AUTEUR.--Tu connais, cher docteur, ma déférence pour les dames; tu as loué plus d'une fois ma soumission à leurs ordres; tu étais aussi de ceux qui disaient que je ferais un excellent mari... Et cependant je ne ferai pas imprimer.

L'AMI.--Et pourquoi?

L'AUTEUR.--Parce que, voué par état à des études sérieuses, je crains que ceux qui ne connaîtront mon livre que par le titre ne croient que je ne m'occupe que de fariboles.

L'AMI.--Terreur panique! Trente-six ans de travaux publics et continus ne sont-ils pas là pour vous établir une réputation contraire? D'ailleurs, ma femme et moi nous croyons que tout le monde voudra vous lire.

L'AUTEUR.--Vraiment?

L'AMI.--Les savants vous liront pour deviner et apprendre ce que vous n'avez fait qu'indiquer.

L'AUTEUR.--Cela pourrait bien être.

L'AMI.--Les femmes vous liront, parce qu'elles verront bien que...

L'AUTEUR.--Cher ami, je suis vieux, je suis tombé dans la sagesse: Miserere mei.

L'AMI.--Les gourmands vous liront, parce que vous leur rendez justice et que vous leur assignez enfin le rang qui leur convient dans la société.

L'AUTEUR.--Pour cette fois, tu dis vrai: il est inconcevable qu'ils aient été si longtemps méconnus, ces chers gourmands! j'ai pour eux des entrailles de père; ils sont si gentils! ils ont les yeux si brillants!

L'AMI.--D'ailleurs, ne nous avez-vous pas dit souvent que votre ouvrage manquait à nos bibliothèques?

L'AUTEUR.--Je l'ai dit, le fait est vrai, et je me ferais étrangler plutôt que d'en démordre.

L'AMI.--Mais vous parlez en homme tout-à-fait persuadé, et vous allez venir avec moi chez...

L'AUTEUR.--Oh! que non! si le métier d'auteur a ses douceurs, il a aussi bien ses épines, et je lègue tout cela à mes héritiers.

L'AMI.--Mais vous déshéritez vos amis, vos connaissances, vos contemporains. En aurez-vous bien le courage?

L'AUTEUR.--Mes héritiers! mes héritiers! j'ai ouï dire que les ombres sont régulièrement flattées des louanges des vivants; et c'est une espèce de béatitude que je veux me réserver pour l'autre monde.

L'AMI.--Mais êtes-vous bien sûr que ces louanges iront à leur adresse? Êtes-vous également assuré de l'exactitude de vos héritiers?

L'AUTEUR.--Mais je n'ai aucune raison de croire qu'ils pourraient négliger un devoir en faveur duquel je les dispenserais de bien d'autres.

L'AMI.--Auront-ils, pourront-ils avoir pour votre production cet amour de père, cette attention d'auteur, sans lesquels un ouvrage se présente toujours au public avec un certain air gauche?

L'AUTEUR.--Mon manuscrit sera corrigé, mis au net, armé de toutes pièces; il n'y aura plus qu'à imprimer.

L'AMI--Et le chapitre des événements? Hélas! de pareilles circonstances ont occasionné la perte de bien des ouvrages précieux, et entre autres de celui du fameux Lecat, sur l'état de l'âme pendant le sommeil, travail de toute sa vie.

L'AUTEUR.--Ce fut sans doute une grande perte, et je suis bien loin d'aspirer à de pareils regrets.

L'AMI.--Croyez que des héritiers ont bien assez d'affaires pour compter avec l'église, avec la justice, avec la faculté, avec eux-mêmes, et qu'il leur manquera, sinon la volonté, du moins le temps de se livrer aux divers soins qui précèdent, accompagnent et suivent la publication d'un livre, quelque peu volumineux qu'il soit.

L'AUTEUR.--Mais le titre! mais le sujet! mais les mauvais plaisants!

L'AMI.--Le seul mot gastronomie fait dresser toujours les oreilles; le sujet est à la mode, et les mauvais plaisants sont aussi gourmands que les autres. Ainsi voilà de quoi vous tranquilliser: d'ailleurs, pouvez-vous ignorer que les graves personnages ont quelquefois fait des ouvrages légers? Le président de Montesquieu, par exemple 1.

Note 1: (retour) M. de Montucla, connu par une très bonne Histoire des Mathématiques, avait fait un Dictionnaire de géographie gourmande; il m'en a montré des fragments pendant mon séjour à Versailles. On assure que M. Berryat-Saint-Prix, qui professe avec distinction la science de la procédure, a fait un roman en plusieurs volumes. L'AUTEUR, vivement.--C'est ma foi vrai! il a fait le Temple de Gnide, et on pourrait soutenir qu'il y a plus de véritable utilité à méditer sur ce qui est à la fois le besoin, le plaisir et l'occupation de tous les jours, qu'à nous apprendre ce que faisaient ou disaient, il y a plus de deux mille ans, une paire de morveux dont l'un poursuivait, dans les bosquets de la Grèce, l'autre qui n'avait guère envie de s'enfuir.

L'AMI.--Vous vous rendez donc enfin?

L'AUTEUR.--Moi! pas du tout; c'est seulement le bout d'oreille d'auteur qui a paru, et ceci rappelle à ma mémoire une scène de la haute comédie anglaise, qui m'a fort amusé; elle se trouve, je crois, dans la pièce intitulée The natural Daughter (la Fille naturelle). Tu vas en juger 2.

Note 2: (retour) Le lecteur a dû s'apercevoir que mon ami se laisse tutoyer sans réciprocité. C'est que mon âge est au sien comme d'un père à son fils, et que, quoique devenu un homme considérable à tous égards, il serait désolé si je changeais de nombre. Il s'agit de quakers, et tu sais que ceux qui sont attachés à cette secte tutoient tout le monde, sont vêtus simplement, ne vont point à la guerre, ne font jamais de serment, agissent avec flegme, et surtout ne doivent jamais se mettre en colère.

Or, le héros de la pièce est un jeune et beau quaker, qui paraît sur la scène avec un habit brun, un grand chapeau rabattu et des cheveux plats; ce qui ne l'empêche pas d'être amoureux.

Un fat, qui se trouve son rival, enhardi par cet extérieur et par les dispositions qu'il lui suppose, le raille, le persifle et l'outrage; de manière que le jeune homme, s'échauffant peu à peu, devient furieux, et rosse de main de maître l'impertinent qui le provoque.

L'exécution faite, il reprend subitement son premier maintien, se recueille, et dit d'un ton affligé: «Hélas! je crois que la chair l'a emporté sur l'esprit.»

J'agis de même, et après un mouvement bien pardonnable, je reviens à mon premier avis.

L'AMI.--Cela n'est plus possible: vous avez, de votre aveu, montré le bout de l'oreille; il y a de la prise, et je vous mène chez le libraire. Je vous dirai même qu'il en est plus d'un qui ont éventé votre secret.

L'AUTEUR.--Ne t'y hasarde pas, car je parlerai de toi; et qui sait ce que j'en dirai?

L'AMI.--Que pourrez-vous en dire? Ne croyez pas m'intimider.

L'AUTEUR.--Je ne dirai pas que notre commune patrie 3 se glorifie de t'avoir donné la naissance; qu'à vingt-quatre ans tu avais déjà fait paraître un ouvrage élémentaire, qui depuis lors est demeuré classique; qu'une réputation méritée t'attire la confiance; que ton extérieur rassure les malades; que ta dextérité les étonne; que ta sensibilité les console: tout le monde sait cela. Mais je révélerai à tout Paris (me redressant), à toute la France (me rengorgeant), à l'univers entier, le seul défaut que je te connaisse.

L'AMI, d'un ton sérieux.--Et lequel, s'il vous plaît?

L'AUTEUR.--Un défaut habituel dont toutes mes exhortations n'ont pu te corriger.

L'AMI, effrayé.--Dites donc enfin; c'est trop me tenir à la torture.

L'AUTEUR.--Tu manges trop vite 4.

(Ici, l'ami prend son chapeau, et sort en souriant, se doutant bien qu'il a prêché un converti).

Note 3: (retour) Belley, capitale du Bugey, pays charmant où l'on trouve de hautes montagnes, des collines, des fleuves, des ruisseaux limpides, des cascades, des abîmes, vrai jardin anglais de cent lieues carrées, et où, avant la révolution, le tiers-état avait, par la constitution du pays, le veto sur les deux autres ordres. Note 4: (retour) Historique.



BIOGRAPHIE E docteur que j'ai introduit dans le dialogue qui précède n'est point un être fantastique comme les Chloris d'autrefois, mais un docteur bel et bien vivant; et tous ceux qui me connaissent auront bientôt deviné le docteur Richerand.

En m'occupant de lui, j'ai remonté jusqu'à ceux qui l'ont précédé, et je me suis aperçu avec orgueil que l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain, ma patrie, était depuis longtemps en possession de donner à la capitale du monde des médecins de haute distinction; et je n'ai pas résisté à la tentation de leur élever un modeste monument dans une courte notice.

Dans les jours de la Régence, les docteurs Genin et Civoct furent des praticiens de première classe, et firent refluer dans leur patrie une fortune honorablement acquise. Le premier était tout-à-fait hippocratique, et procédait en forme: le second, qui soignait beaucoup de belles dames, était plus doux; plus accommodant: Res novas molientem, eût dit Tacite.

Vers 1750, le docteur la Chapelle se distingua dans la carrière périlleuse de la médecine militaire. On a de lui quelques bons ouvrages, et on lui doit l'importation du traitement des fluxions de poitrine par le beurre frais, méthode qui guérit comme par enchantement, quand on s'en sert dans les premières trente-six heures de l'invasion.

Vers 1760, le docteur Dubois obtenait les plus grands succès dans le traitement des vapeurs, maladie pour lors à la mode, et tout aussi fréquenté que les maux de nerfs qui l'ont remplacée. La vogue qu'il obtint était d'autant plus remarquable, qu'il était loin d'être beau garçon.

Malheureusement il arriva trop tôt à une fortune indépendante, se laissa couler dans les bras de la paresse, et se contenta d'être convive aimable et conteur tout-à-fait amusant. Il était d'une constitution robuste, et a vécu plus de quatre-vingt-huit ans, malgré les dîners ou plutôt grâce aux dîners de l'ancien et du nouveau régime 5.

Note 5: (retour) Je souriais en écrivant cet article: il rappelait à mon souvenir un grand seigneur académicien, dont Fontenelle était chargé de faire l'éloge. Le défunt ne savait autre chose que bien jouer à tous les jeux; et là-dessus, le secrétaire perpétuel eut le talent d'asseoir un panégyrique très bien tourné et de longueur convenable. (Voyez au surplus la Méditation sur le plaisir de la table, où le docteur est en action.) Sur la fin du règne de Louis XV, le docteur Coste, natif de Châtillon, vint à Paris; il était porteur d'une lettre de Voltaire pour M. le duc de Choiseul, dont il eut le bonheur de gagner la bienveillance dès les premières visites. Protégé par ce seigneur et par la duchesse de Grammont sa soeur, le jeune Coste perça vite, et, après peu d'années, Paris commença à le compter parmi les médecins de grande espérance.

La même protection qui l'avait produit l'arracha à cette carrière tranquille et fructueuse, pour le mettre à la tête du service de santé de l'armée que la France envoyait en Amérique au secours des États-Unis, qui combattaient pour leur indépendance.

Après avoir rempli sa mission, le docteur Coste revint en France, passa à peu près inaperçu le mauvais temps de 1793, et fut élu maire à Versailles, où l'on se souvient encore de son administration à la fois active, douce et paternelle.

Bientôt le Directoire le rappela à l'administration de la médecine militaire, Bonaparte le nomma l'un des trois inspecteurs généraux du service de la médecine des armées; et le docteur y fut constamment l'ami, le protecteur et le père des jeunes gens qui se destinaient à cette carrière. Enfin il fut nommé médecin de l'hôtel royal des Invalides, et en a rempli les fonctions jusqu'à sa mort.

D'aussi longs services ne pouvaient rester sans récompense sous le gouvernement des Bourbons, et Louis XVIII fit un acte de toute justice en accordant à M. Coste le cordon de Saint-Michel.

Le docteur Coste est mort il y a quelques années, en laissant une mémoire vénérée, une fortune tout-à-fait philosophique, et une fille unique, épouse de M. de Lalot, qui s'est distingué à la chambre des députés par une éloquence vive et profonde, et qui ne l'a pas empêché de sombrer sous voiles.

Un jour que nous avions dîné chez M. Favre, le curé de Saint-Laurent, notre compatriote, le docteur Coste me raconta la vive querelle qu'il avait eue, ce jour même, avec le comte de Cessac, alors le ministre directeur de l'administration de la guerre, au sujet d'une économie que celui-ci voulait proposer pour faire sa cour à Napoléon.

Cette économie consistait à retrancher aux soldats malades la moitié de leur portion d'eau panée, et à faire laver la charpie qu'on ôtait de dessus les plaies, pour la faire servir une seconde ou une troisième fois.

Le docteur s'était élevé avec violence contre des mesures qu'il qualifiait d'abominables, et il était encore si plein de son sujet, qu'il se remit en colère, comme si l'objet de son courroux eût encore été présent.

Je n'ai jamais pu savoir si le comte avait été réellement converti et avait laissé son économie en portefeuille; mais ce qu'il y a de certain, c'est que les soldats malades purent toujours boire à volonté, et qu'on continua à jeter toute charpie qui avait servi.

Vers 1780, le docteur Bordier, né dans les environs d'Amberieux, vint exercer la médecine à Paris. Sa pratique était douce, son système expectant et son diagnostic sûr.

Il fut nommé professeur en la Faculté de médecine; son style était simple, mais ses leçons étaient paternelles et fructueuses. Les honneurs vinrent le chercher quand il n'y pensait pas, et il fut nommé médecin de l'impératrice Marie-Louise. Mais il ne jouit pas longtemps de cette place: l'Empire s'écroula, et le docteur lui-même fut emporté par suite d'un mal de jambe contre lequel il avait lutté toute sa vie.

Le docteur Bordier était d'une humeur tranquille, d'un caractère bienfaisant et d'un commerce sûr.

Vers la fin du dix-huitième siècle parut le docteur Bichat... Bichat, dont tous les écrits portent l'empreinte du génie, qui usa sa vie dans des travaux faits pour avancer la science, qui réunissait l'élan de l'enthousiasme à la patience des esprits bornés, et qui, mort à trente ans, a mérité que des honneurs publics fussent décernés à sa mémoire.

Plus tard, le docteur Montègre porta dans la clinique un esprit philosophique. Il rédigea avec savoir la Gazette de santé, et mourut à quarante ans, dans nos îles, où il était allé afin de compléter les traités qu'il projetait sur la fièvre jaune et le vomito negro.

Dans le moment actuel, le docteur Richerand est placé sur les plus hauts degrés de la médecine opératoire, et ses Éléments de physiologie ont été traduits dans toutes les langues. Nommé de bonne heure professeur en la faculté de Paris, il est investi de la plus auguste confiance. On n'a pas la parole plus consolante, la main plus douce, ni l'acier plus rapide.

Le docteur Recamier 6, professeur en la même faculté, siége à côté de son compatriote...

Note 6: (retour) Filleul de l'auteur; c'est lui qui l'a soigné pendant sa dernière et courte maladie. Le présent ainsi assuré, l'avenir se prépare; et sous les ailes de ces puissants professeurs s'élèvent des jeunes gens du même pays, qui promettent de suivre d'aussi honorables exemples.

Déjà les docteurs Janin et Manjot brûlent le pavé de Paris. Le docteur Manjot (rue du Bac, nº 39) s'adonne principalement aux maladies des enfants; ses inspirations sont heureuses, il doit bientôt en faire part au public.

J'espère que tout lecteur bien né pardonnera cette digression à un vieillard, à qui trente-cinq ans de séjour à Paris n'ont fait oublier ni son pays ni ses compatriotes. Il m'en coûte déjà assez de passer sous silence tant de médecins dont la mémoire subsiste vénérée dans le pays qui les vit naître, et qui, pour n'avoir pas eu l'avantage de briller sur le grand théâtre, n'ont eu ni moins de science ni moins de mérite.



PRÉFACE. Pour offrir au public l'ouvrage que je livre à sa bienveillance, je ne me suis pas imposé un grand travail, je n'ai fait que mettre en ordre des matériaux rassemblés depuis longtemps; c'est une occupation amusante, que j'avais réservée pour ma vieillesse.

En considérant le plaisir de la table sous tous ses rapports, j'ai vu de bonne heure qu'il y avait là-dessus quelque chose de mieux à faire que des livres de cuisine, et qu'il y avait beaucoup à dire sur des fonctions si essentielles, si continues, et qui influent d'une manière si directe sur la santé, sur le bonheur, et même sur les affaires.

Cette idée-mère une fois arrêtée, tout le reste a coulé de source: j'ai regardé autour de moi, j'ai pris des notes, et souvent, au milieu des festins les plus somptueux, le plaisir d'observer m'a sauvé des ennuis du conviviat.

Ce n'est pas que, pour remplir la tâche que je me suis proposée, il n'ait fallu être physicien, chimiste, physiologue, et même un peu érudit. Mais, ces études, je les avais faites sans la moindre prétention à être auteur; j'étais poussé par une curiosité louable, par la crainte de rester en arrière de mon siècle, et par le désir de pouvoir causer, sans désavantage, avec les savants, avec qui j'ai toujours aimé à me trouver. 7

Note 7: (retour) «Venez dîner avec moi jeudi prochain, me dit un jour M. Greffuble, je vous ferai trouver avec des savants ou avec des gens de lettres, choisissez.--Mon choix est fait, répondis-je; nous dînerons deux fois.» Ce qui eut effectivement lieu, et le repas des gens de lettres était notablement plus délicat et plus soigné. (Voyez la Méditation X.)

Je suis surtout médecin-amateur; c'est chez moi presque une manie, et je compte parmi mes plus beaux jours celui où, entré par la porte des professeurs et avec eux à la thèse de concours du docteur Cloquet, j'eus le plaisir d'entendre un murmure de curiosité parcourir l'amphithéâtre, chaque élève demandant à son voisin quel pouvait être le puissant professeur étranger qui honorait l'assemblée par sa présence.

Il est cependant un autre jour dont le souvenir m'est, je crois, aussi cher: c'est celui où je présentai au conseil d'administration de la société d'encouragement pour l'industrie nationale, mon irrorateur, instrument de mon invention, qui n'est autre chose que la fontaine de compression appropriée à parfumer les appartements.

J'avais apporté dans ma poche ma machine bien chargée; je tournai le robinet, et il s'en échappa, avec sifflement, une vapeur odorante qui, s'élevant jusqu'au plafond, retombait en gouttelettes sur les personnes et sur les papiers.

C'est alors que je vis avec un plaisir inexprimable les têtes les plus savantes de la capitale se courber sous mon irroration, et je me pâmais d'aise en remarquant que les plus mouillés étaient aussi les plus heureux.

En songeant quelquefois aux graves élucubrations auxquelles la latitude de mon sujet m'a entraîné, j'ai eu sincèrement la crainte d'avoir pu ennuyer; car, moi aussi, j'ai quelquefois bâillé sur les ouvrages d'autrui.

J'ai fait tout ce qui a été en mon pouvoir pour échapper à ce reproche; je n'ai fait qu'effleurer tous les sujets qui ont pu s'y prêter: j'ai semé mon ouvrage d'anecdotes, dont quelques-unes me sont personnelles; j'ai laissé à l'écart un grand nombre de faits extraordinaires et singuliers, qu'une saine critique doit faire rejeter; j'ai réveillé l'attention en rendant claires et populaires certaines connaissances que les savants semblaient s'être réservées. Si, malgré tant d'efforts, je n'ai pas présenté à mes lecteurs de la science facile à digérer, je n'en dormirai pas moins sur les deux oreilles, bien certain que la majorité m'absoudra sur l'intention.

On pourrait bien me reprocher encore que je laisse quelquefois trop courir ma plume, et que, quand je conte, je tombe un peu dans la garrulité. Est-ce ma faute à moi si je suis vieux? Est-ce ma faute si je suis comme Ulysse, qui avait vu les moeurs et les villes de beaucoup de peuples? Suis-je donc blâmable de faire un peu de ma biographie? Enfin il faut que le lecteur me tienne compte de ce que je lui fais grâce de mes Mémoires politiques, qu'il faudrait bien qu'il lût comme tant d'autres, puisque, depuis trente-six ans, je suis aux premières loges pour voir passer les hommes et les événements.

Surtout qu'on se garde bien de me ranger parmi les compilateurs: si j'en avais été réduit là, ma plume se serait reposée, et je n'en aurais pas vécu moins heureux.

J'ai dit, comme Juvénal:

Semper ego auditor tantum! nunquamne reponam!

et ceux qui s'y connaissent verront facilement qu'également accoutume au tumulte de la société et au silence du cabinet, j'ai bien fait de tirer partie de l'une et de l'autre de ces positions.

Enfin, j'ai fait beaucoup pour ma satisfaction particulière; j'ai nommé plusieurs de mes amis qui ne s'y attendaient guère, j'ai rappelé quelques souvenirs aimables, j'en ai fixé d'autres qui allaient m'échapper; et, comme on dit dans le style familier, j'ai pris mon café.

Peut-être bien qu'un seul lecteur, dans la catégorie des allongés, s'écriera: «J'avais bien besoin de savoir si... A quoi pense-t-il, en disant que... etc., etc.?» Mais je suis sûr que tous les autres lui imposeront silence, et qu'une majorité imposante accueillera avec bonté ces effusions d'un sentiment louable.

Il me reste quelque chose à dire sur mon style, car le style est tout l'homme, dit Buffon.

Et qu'on ne croie pas que je vienne demander une grâce qu'on n'accorde jamais à ceux qui en ont besoin: il ne s'agit que d'une simple explication.

Je devrais écrire à merveille, car Voltaire, Jean-Jacques, Fénélon, Buffon, et plus tard Cochin et d'Aguesseau, ont été mes auteurs favoris, je les sais par coeur.

Mais peut-être les dieux en ont-ils ordonné autrement; et s'il est ainsi, voici la cause de la volonté des dieux.

Je connais, plus ou moins bien, cinq langues vivantes, ce qui m'a fait un répertoire immense de mots de toutes livrées.

Quand j'ai besoin d'une expression, et que je ne la trouve pas dans la case française, je prends dans la case voisine, et de là, pour le lecteur, la nécessité de me traduire ou de me deviner: c'est son destin.

Je pourrais bien faire autrement, mais j'en suis empêché par un esprit de système auquel je tiens d'une manière invincible.

Je sais intimement persuadé que la langue française, dont je me sers, est comparativement pauvre. Que faire en cet état? Emprunter ou voler. Je fais l'un et l'autre, parce que ces emprunts ne sont pas sujets à restitution, et que le vol de mots n'est pas puni par le Code pénal.

On aura une idée de mon audace, quand on saura que j'appelle volante (de l'espagnol) tout homme que j'envoie faire une commission, et que j'étais déterminé à franciser le verbe anglais to sip, qui signifie boire à petites reprises, si je n'avais exhumé le mot français siroter, auquel on donnait à peu près la même signification.

Je m'attends bien que les sévères vont crier à Bossuet, à Fénélon, à Racine, à Boileau, à Pascal, et autres du siècle de Louis XIV; il me semble les entendre faire un vacarme épouvantable.

A quoi je réponds posément que je suis loin de disconvenir du mérite de ces auteurs, tant nommés que sous-entendus; mais que suit-il de là?... Rien, si ce n'est qu'ayant bien fait avec un instrument ingrat, ils auraient incomparablement mieux fait avec un instrument supérieur. C'est ainsi qu'on doit croire que Tartini aurait encore bien mieux joué du violon, si son archet avait été aussi long que celui de Baillot.

Je suis donc du parti des néologues, et même des romantiques; ces derniers découvrent les trésors cachés; les autres sont comme les navigateurs qui vont chercher au loin les provisions dont on a besoin.

Les peuples du Nord, et surtout les Anglais, ont sur nous, à cet égard, un immense avantage: le génie n'y est jamais gêné par l'expression; il crée ou emprunte. Aussi, dans tous les sujets qui admettent la profondeur et l'énergie, nos traducteurs ne font-ils que des copies pâles et décolorées 8.

Note 8: (retour) L'excellente traduction de lord Byron, par M. Benjamin Laroche, fait exception à cette règle, mais ne la détruit pas. C'est un tour de force qui ne sera pas recommencé. J'ai autrefois entendu, à l'Institut, un discours fort gracieux sur le danger du néologisme et sur la nécessité de s'en tenir à notre langue telle qu'elle a été fixée par les auteurs du bon siècle.

Comme chimiste, je passai cette oeuvre à la cornue; il n'en resta que ceci: Nous avons si bien fait qu'il n'y a pas moyen de mieux faire, ni de faire autrement.

Or, j'ai vécu assez pour savoir que chaque génération en dit autant, et que la génération suivante ne manque jamais de s'en moquer.

D'ailleurs, comment les mots ne changeraient-ils pas, quand les moeurs et les idées éprouvent des modifications continuelles? Si nous faisons les mêmes choses que les anciens, nous ne les faisons pas de la même manière, et il est des pages entières, dans quelques livres français, qu'on ne pourrait traduire ni en latin ni en grec.

Toutes les langues ont eu leur naissance, leur apogée et leur déclin; et aucune de celles qui ont brillé depuis Sésostris jusqu'à Philippe-Auguste, n'existe plus que dans les monuments. La langue française aura le même sort, et en l'an 2825 on ne me lira qu'à l'aide d'un dictionnaire, si toutefois on me lit...

J'ai eu à ce sujet une discussion à coups de canon avec l'aimable M. Andrieux, de l'Académie française.

Je me présentai en bon ordre, je l'attaquai vigoureusement; et je l'aurais pris, s'il n'avait fait une prompte retraite, à laquelle je ne mis pas trop d'obstacle, m'étant souvenu, heureusement pour lui, qu'il était chargé d'une lettre dans le nouveau lexique.

Je finis par une observation importante; aussi l'ai-je gardé pour la dernière.

Quand j'écris et parle de moi au singulier, cela suppose une confabulation avec le lecteur; il peut examiner, discuter, douter et même rire. Mais quand je m'arme du redoutable nous, je professe; il faut se soumettre.

I am, Sir, oracle,

And, when I open my lips, let no dog bark.

(Shakespeare, Merchant of Venice, act. I, sc. 1.)








Les sens sont les organes par lesquels l'homme se met en rapport avec les objets extérieurs.

Nombre des Sens.

1.

N doit en compter au moins six:

La vue, qui embrasse l'espace et nous instruit, par le moyen de la lumière, de l'existence et des couleurs des corps qui nous environnent;

L'ouïe, qui reçoit, par l'intermédiaire de l'air, l'ébranlement causé par les corps bruyants ou sonores;

L'odorat, au moyen duquel nous flairons les odeurs des corps qui en sont doués;

Le goût, par lequel nous apprécions tout ce qui est sapide ou esculent;

Le toucher, dont l'objet est la consistance et la surface des corps;

Enfin le génésique ou amour physique, qui entraîne les sexes l'un vers l'autre, et dont le but est la reproduction de l'espèce.

Il est étonnant que, presque jusqu'à Buffon, un sens si important ait été méconnu, et soit resté confondu ou plutôt annexé au toucher.

Cependant la sensation dont il est le siège n'a rien de commun avec celle du tact; il réside dans un appareil aussi complet que la bouche ou les yeux; et ce qu'il y a de singulier, c'est que chaque sexe ayant tout ce qu'il faut pour éprouver cette sensation, il est néanmoins nécessaire que les deux se réunissent pour atteindre au but que la nature s'est proposé. Et si le goût, qui a pour but la conservation de l'individu, est incontestablement un sens, à plus forte raison doit-on accorder ce titre aux organes destinés à la conservation de l'espèce.

Donnons donc au génésique la place sensuelle qu'on ne peut lui refuser, et reposons-nous sur nos neveux du soin de lui assigner son rang.

Mise en action des Sens.

2.--S'il est permis de se porter, par l'imagination, jusqu'aux premiers moments de l'existence du genre humain, il est aussi permis de croire que les premières sensations ont été purement directes, c'est-à-dire qu'on a vu sans précision, ouï confusément, flairé sans choix, mangé sans savouré, et joui avec brutalité.

Mais toutes ces sensations ayant pour centre commun l'âme, attribut spécial de l'espèce humaine, et cause toujours active de perfectibilité, elles y ont été réfléchies, comparées, jugées; et bientôt tous les sens ont été amenés au secours les uns des autres, pour l'utilité et le bien-être du moi sensitif, ou, ce qui est la même chose, de l'individu.

Ainsi, le toucher a rectifié les erreurs de la vue; le son, au moyen de la parole articulée, est devenu l'interprète de tous les sentiments; le goût s'est aidé de la vue et de l'odorat; l'ouïe a comparé les sons, apprécié les distances; et le génésique a envahi les organes de tous les autres sens.

Le torrent des siècles, en roulant sur l'espèce humaine, a sans cesse amené de nouveaux perfectionnements, dont la cause, toujours active, quoique presque inaperçue, se trouve dans les réclamations de nos sens, qui, toujours et tour à tour, demandent à être agréablement occupés.

Ainsi, la vue a donné naissance à la peinture, à la sculpture et aux spectacles de toute espèce;

Le son, à la mélodie, à l'harmonie, à la danse et à la musique, avec toutes ses branches et ses moyens d'exécution;

L'odorat, à la recherche, à la culture et à l'emploi des parfums;

Le goût, à la production, au choix et à la préparation de tout ce qui peut servir d'aliment;

Le toucher, à tous les arts, à toutes les adresses, à toutes les industries;

Le génésique, à tout ce qui peut préparer ou embellir la réunion des sexes, et, depuis François Ier, à l'amour romanesque, à la coquetterie et à la mode; à la coquetterie surtout, qui est née en France, qui n'a de nom qu'en français, et dont l'élite des nations vient chaque jour prendre des leçons dans la capitale de l'univers.

Cette proposition, tout étrange qu'elle paraisse, est cependant facile à prouver; car on ne pourrait s'exprimer avec clarté, dans aucune langue ancienne, sur ces trois grands mobiles de la société actuelle.

J'avais fait sur ce sujet un dialogue qui n'aurait pas été sans attraits; mais je l'ai supprimé, pour laisser à mes lecteurs le plaisir de le faire chacun à sa manière: il y a de quoi déployer de l'esprit, et même de l'érudition, pendant toute une soirée.

Nous avons dit plus haut que le génésique avait envahi les organes de tous les autres sens; il n'a pas influé avec moins de puissance sur toutes les sciences; et en y regardant d'un peu plus près, on verra que tout ce qu'elles ont de plus délicat et de plus ingénieux est dû au désir, à l'espoir ou à la reconnaissance, qui se rapportent à la réunion des sexes.

Telle est donc, en bonne réalité, la généalogie des sciences, même les plus abstraites, qu'elles ne sont que le résultat immédiat des efforts continus que nous avons faits pour gratifier nos sens.

Perfectionnement des Sens.

3.

ES sens, nos favoris, sont cependant loin d'être parfaits, et je ne m'arrêterai pas à le prouver. J'observerai seulement que la vue, ce sens si éthéré, et le toucher, qui est à l'autre bout de l'échelle, ont acquis avec le temps une puissance additionnelle très remarquable.

Par le moyen des bésicles, l'oeil échappe, pour ainsi dire, à l'affaiblissement sénile qui opprime la plupart des autres organes.

Le télescope a découvert des astres jusqu'alors inconnus et inaccessibles à tous nos moyens de mensuration; il s'est enfoncé à des distances telles que des corps lumineux et nécessairement immenses ne se présentent à nous que comme des taches nébuleuses et presque imperceptibles.

Le microscope nous a initiés dans la connaissance de la configuration intérieure des corps; il nous a montré une végétation et des plantes dont nous ne soupçonnions pas même l'existence. Enfin, nous avons vu des animaux cent mille fois au-dessous du plus petit qu'on aperçoit à l'oeil nu; ces animalcules se meuvent cependant, se nourrissent et se reproduisent: ce qui suppose des organes d'une ténuité à laquelle l'imagination ne peut pas atteindre.

D'un autre côté, la mécanique a multiplié les forces; l'homme a exécuté tout ce qu'il a pu concevoir, et a remué des fardeaux que la nature avait créés inaccessibles à sa faiblesse.

A l'aide des armes et du levier, l'homme a subjugué toute la nature; il l'a soumise à ses plaisirs, à ses besoins, à ses caprices; il en a bouleversé la surface, et un faible bipède est devenu le roi de la création.

La vue et le toucher, ainsi agrandis dans leur puissance, pourraient appartenir à une espèce bien supérieure à l'homme; ou plutôt l'espèce humaine serait toute autre, si tous les sens avaient été ainsi améliorés.

Il faut remarquer cependant que, si le toucher a acquis uni grand développement comme puissance musculaire, la civilisation n'a presque rien fait pour lui comme organe sensitif; mais il ne faut désespérer de rien, et se ressouvenir que l'espèce humaine est encore bien jeune, et que ce n'est qu'après une longue série de siècles que les sens peuvent agrandir leur domaine.

Par exemple, ce n'est que depuis environ quatre siècles qu'on a découvert l'harmonie, science toute céleste, et qui est au son ce que la peinture est aux couleurs 9.

Note 9: (retour) Nous savons qu'on a soutenu le contraire; mais ce système est sans appui. Si les anciens avaient connu l'harmonie, leurs écrits auraient conservé quelques notions précises à cet égard, au lieu qu'on ne se prévaut que de quelques phrases obscures, qui se prêtent à toutes les inductions.

D'ailleurs, on ne peut suivre la naissance et les progrès de l'harmonie dans les monuments qui nous restent; c'est une obligation que nous avons aux Arabes, qui nous firent présent de l'orgue, qui, faisant entendre à la fois plusieurs sons continus, fit naître la première idée de l'harmonie.

Sans doute les anciens savaient chanter accompagnés d'instruments à l'unisson; mais là se bornaient leurs connaissances; ils ne savaient ni décomposer les sons ni en apprécier les rapports.

Ce n'est que depuis le quinzième siècle qu'on a fixé la tonalisation, réglé la marche des accords, et qu'on s'en est aidé pour soutenir la voix et renforcer l'expression des sentiments.

Cette découverte, si tardive et cependant si naturelle, a dédoublé l'ouïe, elle y a montré deux facultés en quelque sorte indépendantes, dont l'une reçoit les sons et l'autre en apprécie la résonance.

Les docteurs allemands disent que ceux qui sont sensibles à l'harmonie ont un sens de plus que les autres.

Quant à ceux pour qui la musique n'est qu'un amas de sons confus, il est bon de remarquer que presque tous chantent faux; et il faut croire, ou que chez eux l'appareil auditif est fait de manière à ne recevoir que des vibrations courtes et sans ondulations, ou plutôt que les deux oreilles n'étant pas au même diapason, la différence en longueur et en sensibilité de leurs parties constituantes fait qu'elles ne transmettent au cerveau qu'une sensation obscure et indéterminée, comme deux instruments qui ne joueraient ni dans le même ton ni dans la même mesure, et ne feraient entendre aucune mélodie suivie.

Les derniers siècles qui se sont écoulés ont aussi donné à la sphère du goût d'importantes extensions: la découverte du sucre et de ses diverses préparations, les liqueurs alcooliques, les glaces, la vanille, le thé, le café, nous ont transmis des saveurs d'une nature jusqu'alors inconnue.

Qui sait si le toucher n'aura pas son tour, et si quelque hasard heureux ne nous ouvrira pas, de ce côté là, quelque source de jouissances nouvelles? ce qui est d'autant plus probable que la sensibilité tactile existe par tout le corps, et conséquemment peut partout être excitée.

Puissance du Goût.

4.--On a vue que l'amour physique a envahi toutes les sciences: il agit en cela avec cette tyrannie qui le caractérise toujours.

Le goût, cette faculté plus prudente, plus mesurée, quoique non moins active; le goût, disons-nous, est parvenu au même but avec une lenteur qui assure la durée de ses succès.

Nous nous occuperons ailleurs à en considérer la marche; mais déjà nous pourrons remarquer que celui qui a assisté à un repas somptueux, dans une salle ornée de glaces, de peintures, de sculptures, de fleurs, embaumée de parfums, enrichie de jolies femmes, remplie des sons d'une douce harmonie; celui-là, disons-nous, n'aura pas besoin d'un grand effort d'esprit pour se convaincre que toutes les sciences ont été mises à contribution pour rehausser et encadrer convenablement les jouissances du goût.

But de l'action des Sens.

5.--Jetons maintenant un coup d'oeil général sur le système de nos sens pris dans leur ensemble, et nous verrons que l'auteur de la création a eu deux buts, dont l'un est la conséquence de l'autre, savoir: la conservation de l'individu et la durée de l'espèce.

Telle est la destinée de l'homme, considéré comme être sensitif: c'est à cette double fin que se rapportent toutes ses actions.

L'oeil aperçoit les objets extérieurs, révèle les merveilles dont l'homme est environné, et lui apprend qu'il fait partie d'un grand tout.

L'ouïe perçoit les sons, non-seulement comme sensation agréable, mais encore comme avertissement du mouvement des corps qui peuvent occasionner quelque danger.

La sensibilité veille pour donner, par le moyen de la douleur, avis de toute lésion immédiate.

La main, ce serviteur fidèle, a non-seulement préparé sa retraite, assuré ses pas, mais encore saisi, de préférence, les objets que l'instinct lui fait croire propres à réparer les pertes causées par l'entretien de la vie.

L'odorat les explore; car les substances délétères sont presque toujours de mauvaise odeur.

Alors le goût se décide, les dents sont mises en action, la langue s'unit au palais pour savourer, et bientôt l'estomac commencera l'assimilation.

Dans cet état, une langueur inconnue se fait sentir, les objets se décolorent, le corps plie, les yeux se ferment; tout disparaît, et les sens sont dans un repos absolu.

A son réveil, l'homme voit que rien n'a changé autour de lui; cependant un feu secret fermente dans son sein, un organe nouveau s'est développé; il sent qu'il a besoin de partager son existence.

Ce sentiment actif, inquiet, impérieux, est commun aux deux sexes; il les rapproche, les unit et quand le germe d'une existence nouvelle est fécondé, les individus peuvent dormir en paix: ils viennent de remplir le plus saint de leurs devoirs en assurant la durée de l'espèce 10.

Tels sont les aperçus généraux et philosophiques que j'ai cru devoir offrir à mes lecteurs, pour les amener naturellement à l'examen plus spécial de l'organe du goût.

Note 10: (retour) M. de Buffon a peint, avec tous les charmes de la plus brillante éloquence, les premiers moments de l'existence d'Ève. Appelé à traiter un sujet presque semblable, nous n'avons prétendu donner qu'un dessin au simple trait; les lecteurs sauront bien y ajouter le coloris.




Définition du Goût.

6.

E goût est celui de nos sens qui nous met en relation avec les corps sapides, au moyen de la sensation qu'ils exercent dans l'organe destiné à les apprécier.

Le goût, qui a pour excitateurs l'appétit, la faim et la soif, est la base de plusieurs opérations dont le résultat est que l'individu croît, se développe, se conserve et répare les pertes causées par les évaporations vitales.

Les corps organisés ne se nourrissent pas tous de la même manière; l'auteur de la création, également varié dans ses méthodes et sûr dans ses effets, leur a assigné divers modes de conservation.

Les végétaux, qui se trouvent au bas de l'échelle des être vivants, se nourrissent par des racines qui, implantées dans le sol natal, choisissent, par le jeu d'une mécanique particulière, les diverses substances qui ont la propriété de servir à leur croissance et à leur entretien.

En remontant un peu plus haut, on rencontre les corps doués de la vie animale, mais privés de locomotion; ils naissent dans un milieu qui favorise leur existence, et des organes spéciaux en extraient tout ce qui est nécessaire pour soutenir la portion de vie et de durée qui leur a été accordée; ils ne cherchent pas leur nourriture, la nourriture vient les chercher.

Un autre mode a été fixé pour la conservation des animaux qui parcourent l'univers, et dont l'homme est sans contredit le plus parfait. Un instinct particulier l'avertit qu'il a besoin de se repaître; il cherche, il saisit les objets dans lesquels il soupçonne la propriété d'apaiser ses besoins; il mange, se restaure, et parcourt ainsi, dans la vie, la carrière qui lui est assignée.

Le goût peut se considérer sous trois rapports:

Dans l'homme physique, c'est l'appareil au moyen duquel il apprécie les saveurs;

Considéré dans l'homme moral, c'est la sensation qu'excite, au centre commun, l'organe impressionné par un corps savoureux; enfin, considéré dans sa cause matérielle, le goût est la propriété qu'a un corps d'impressionner l'organe et de faire naître la sensation.

Le goût paraît avoir deux usages principaux:

1° Il nous invite, par le plaisir, à réparer les pertes continuelles que nous faisons par l'action de la vie;

2° Il nous aide à choisir, parmi les diverses substances que la nature nous présente, celles qui nous sont propres à nous servir d'aliments.

Dans ce choix, le goût est puissamment aidé par l'odorat, comme nous le verrons plus tard; car on peut établir, comme maxime générale, que les substances nutritives ne sont repoussantes ni au goût ni à l'odorat.

Mécanique du Goût.

7.--Il n'est pas facile de déterminer précisément en quoi consiste l'organe du goût. Il est plus compliqué qu'il ne paraît.

Certes, la langue joue un grand rôle dans le mécanisme de la dégustation; car, considérée comme douée d'une force musculaire assez franche, elle sert à gâcher, retourner, pressurer et avaler les aliments.

De plus, au moyen des papilles plus ou moins nombreuses dont elle est parsemée, elle s'imprègne des particules sapides et solubles des corps avec lesquels elle se trouve en contact; mais tout cela ne suffit pas, et plusieurs autres parties adjacentes concourent à compléter la sensation, savoir, les joues, le palais et surtout la fosse nasale, sur laquelle les physiologistes n'ont peut-être pas assez insisté.

Les joues fournissent la salive, également nécessaire à la mastication et à la formation du bol alimentaire; elles sont, ainsi que le palais, douées d'une portion de facultés appréciatives; je ne sais pas même si, dans certains cas, les gencives n'y participent pas un peu; et sans l'odoration qui s'opère dans l'arrière-bouche, la sensation du goût serait obtuse et tout à fait imparfaite.

Les personnes qui n'ont pas de langue, ou à qui elle a été coupée, ont encore assez bien la sensation de goût. Le premier cas se trouve dans tous les livres; le second m'a été assez bien expliqué par un pauvre diable auquel les Algériens avaient coupé la langue, pour le punir de ce qu'avec quelques-uns de ses camarades de captivité, il avait formé le projet de se sauver et de s'enfuir.

Cet homme, que je rencontrai à Amsterdam, où il gagnait sa vie à faire des commissions, avait eu quelque éducation, et on pouvait facilement s'entretenir avec lui par écrit.

Après avoir observé qu'on lui avait enlevé toute la partie antérieure de la langue jusqu'au filet, je lui demandai s'il trouvait encore quelque saveur à ce qu'il mangeait, et si la sensation du goût avait survécu à l'opération cruelle qu'il avait subie.

Il me répondit que ce qui le fatiguait le plus était d'avaler (ce qu'il ne faisait qu'avec quelque difficulté); qu'il avait assez bien conservé le goût; qu'il appréciait comme les autres ce qui était un peu sapide; mais que les choses fortement acides ou amères lui causaient d'intolérables douleurs.

Il m'apprit encore que l'abscision de la langue était commune dans les royaumes d'Afrique; qu'on l'appliquait spécialement à ceux qu'on croyait avoir été chefs de quelque complot, et qu'on avait des instruments qui y étaient appropriés. J'aurais voulu qu'il m'en fît la description; mais il me montra, à cet égard, une répugnance tellement douloureuse, que je n'insistai pas.

Je réfléchis sur ce qu'il me disait, et, remontant aux siècles d'ignorance, où l'on perçait et coupait la langue des blasphémateurs, --et à l'époque où ces lois avaient été faites, je me crus en droit de conclure qu'elles étaient d'origine africaine, et importés par le retour des croisés.


On a vu plus haut que la sensation du goût résidait principalement dans les papilles de la langue. Or, l'anatomie nous apprend que toutes les langues n'en sont pas également munies; de sorte qu'il en est telle où l'on en trouve trois fois plus que dans telle autre. Cette circonstance explique pourquoi, de deux convives assis au même banquet, l'un est délicieusement affecté, tandis que l'autre a l'air de ne manger que comme contraint: c'est que ce dernier a la langue faiblement outillée, et que l'empire de la saveur a aussi ses aveugles et ses sourds.

Sensation du Goût.

8.--On a ouvert cinq ou six avis sur la manière dont s'opère la sensation du goût; j'ai aussi le mien, et le voici:

La sensation du goût est une opération chimique qui se fait par voie humide, comme nous disions autrefois, c'est-à-dire qu'il faut que les molécules sapides soient dissoutes dans un fluide quelconque, pour pouvoir ensuite êtres absorbées par les houppes nerveuses, papilles ou suçoirs, qui tapissent l'intérieur de l'appareil dégustateur.

Ce système, neuf ou non, est appuyé de preuves physiques et presque palpables.

L'eau pure ne cause point la sensation du goût, parce qu'elle ne contient aucune particule sapide. Dissolvez-y un grain de sel, quelques gouttes de vinaigre, la sensation aura lieu.

Les autres boissons, au contraire, nous impressionnent parce qu'elles ne sont autre chose que des solutions plus ou moins chargées de particules appréciables.

Vainement la bouche se remplirait-elle de particules divisées d'un corps insoluble, la langue éprouverait la sensation du toucher, et nullement celle du goût.

Quant aux corps solides et savoureux, il faut que les dents les divisent, que la salive et les autres fluides gustuels les imbibent, et que la langue les presse contre le palais pour en exprimer un suc qui, pour lors suffisamment chargé de sapidité, est apprécié par les papilles dégustatrices, qui délivrent au corps ainsi trituré le passeport qui lui est nécessaire pour être admis dans l'estomac.

Ce système, qui recevra encore d'autres développements, répond sans effort aux principales questions qui peuvent se présenter.

Car, si on demande ce qu'on entend par corps sapides, on répond que c'est tout corps soluble et propre à être absorbé par l'organe du goût.

Et si on demande comment le corps sapide agit, on répond qu'il agit toutes les fois qu'il se trouve dans un état de dissolution tel qu'il puisse pénétrer dans les cavités chargées de recevoir et de transmettre la sensation.

En un mot, rien de sapide que ce qui est déjà dissous ou prochainement soluble.

Des saveurs.

9.

E nombre des saveurs est infini, car tout corps soluble a une saveur spéciale, qui ne ressemble entièrement à aucune autre.

Les saveurs se modifient en outre par leur agrégation simple, double, multiple; de sorte qu'il est impossible d'en faire le tableau, depuis la plus attrayante jusqu'à la plus insupportable, depuis la fraise jusqu'à la coloquinte. Aussi tous ceux qui l'ont essayé ont-ils à peu près échoué.

Ce résultat ne doit pas étonner; car étant donné qu'il existe des séries indéfinies de saveurs simples qui peuvent se modifier par leur adjonction réciproque en tout nombre et en toute quantité, il faudrait une langue nouvelle pour exprimer tous ces effets, et des montagnes d'in-folio pour les définir, et des caractères numériques inconnus pour les étiqueter.

Or, comme jusqu'ici il ne s'est encore présenté aucune circonstance où quelque saveur ait dû être appréciée avec une exactitude rigoureuse, on a été forcé de s'en tenir à un petit nombre d'expressions générales, telle que doux, sucré, acide, acerbe, et autres pareilles, qui s'expriment, en dernière analyse, par les deux suivantes: agréable ou désagréable au goût, et suffisent pour se faire entendre et pour indiquer à peu près la propriété gustuelle du corps sapide dont on s'occupe.

Ceux qui viendront après nous en sauront davantage, et il n'est déjà plus permis de douter que la chimie ne leur révèle les causes ou les éléments primitifs des saveurs.

Influence de l'odorat sur le goût.

10.--L'ordre que je me suis prescrit m'a insensiblement amené au moment de rendre à l'odorat les droits qui lui appartiennent, et de reconnaître les services importants qu'il nous rend dans l'appréciation des saveurs; car, parmi les auteurs qui me sont tombés sous la main, je n'en ai trouvé aucun qui me paraisse lui avoir fait pleine et entière justice.

Pour moi, je suis non seulement persuadé que, sans la participation de l'odorat, il n'y a pas de dégustation complète, mais encore je suis tenté de croire que l'odorat et le goût ne forment qu'un seul sens, dont la bouche est le laboratoire et le nez la cheminée, ou, pour parler plus exactement, dont l'un sert à la dégustation des corps tactiles, et l'autre à la dégustation des gaz.

Ce système peut être rigoureusement défendu; cependant, comme je n'ai point la prétention de faire secte, je ne le hasarde que pour donner à penser à mes lecteurs, et pour montrer que j'ai vu de près le sujet que je traite. Maintenant je continue ma démonstration au sujet de l'importance de l'odorat, sinon comme partie constituante du goût, du moins comme accessoire obligé.

Tout corps sapide est nécessairement odorant: ce qui le place dans l'empire de l'odorat comme dans l'empire du goût.

On ne mange rien sans le sentir avec plus ou moins de réflexion; et pour les aliments inconnus, le nez fait toujours fonction de sentinelle avancée, qui crie: Qui va là?

Quand on intercepte l'odorat, on paralyse le goût; c'est ce qui se prouve par trois expériences que tout le monde peut vérifier avec un égal succès.

Première expérience: Quand la membrane nasale est irritée par un violent coryza (rhume de cerveau), le goût est entièrement oblitéré; on ne trouve aucune saveur à ce qu'on avale, et cependant la langue reste dans son état naturel.

Seconde expérience: Si on mange en se serrant le nez, on est tout étonné de n'éprouver la sensation du goût que d'une manière obscure et imparfaite; par ce moyen les médicaments les plus repoussants passent presque inaperçus.

Troisième expérience: On observe le même effet, si, au moment où l'on avale, au lieu de laisser revenir la langue à sa place naturelle, on continue à la tenir attachée au palais; en ce cas, on intercepte la circulation de l'air, l'odorat n'est point frappé, et la gustation n'a pas lieu.

Ces divers effets dépendent de la même cause, le défaut de coopération de l'odorat: ce qui fait que le corps sapide n'est apprécié que pour son suc, et non pour le gaz odorant qui en émane.

Analyse de la sensation du Goût.

11.

ES principes étant ainsi posés, je regarde comme certain que le goût donne lieu à des sensations de trois ordres différents, savoir: la sensation directe, la sensation complète et la sensation réfléchie.

La sensation directe est ce premier aperçu qui naît du travail immédiat des organes de la bouche, pendant que le corps appréciable se trouve encore sur la langue antérieure.

La sensation complète est celle qui se compose de ce premier aperçu et de l'impression qui naît quand l'aliment abandonne cette première position, passe dans l'arrière-bouche, et frappe tout l'organe par son goût et par son parfum.

Enfin la sensation réfléchie est le jugement que porte l'âme sur les impressions qui lui sont transmises par l'organe.

Mettons ce système en action, en voyant ce qui se passe dans l'homme qui mange ou qui boit.

Celui qui mange une pêche, par exemple, est d'abord frappé agréablement par l'odeur qui en émane; il la met dans sa bouche, et éprouve une sensation de fraîcheur et d'acidité qui l'engage à continuer; mais ce n'est qu'au moment où il avale et que la bouchée passe sous la fosse nasale que le parfum lui est révélé, ce qui complète la sensation que doit causer une pêche. Enfin, ce n'est que lorsqu'il a avalé que, jugeant ce qu'il vient d'éprouver, il se dit à lui-même: «Voilà qui est délicieux!»

Pareillement, quand on boit: tant que le vin est dans la bouche, on est agréablement, mais non parfaitement impressionné; ce n'est qu'au moment où l'on cesse d'avaler qu'on peut véritablement goûter, apprécier, et découvrir le parfum particulier à chaque espèce; et il faut un petit intervalle de temps pour que le gourmet puisse dire: «Il est bon, passable ou mauvais. Peste! c'est du chambertin! O mon Dieu! c'est du surène!»

On voit par là que c'est conséquemment aux principes, et par suite d'une pratique bien entendue, que les vrais amateurs sirotent leur vin (they sip it); car, à chaque gorgée, quand ils s'arrêtent, ils ont la somme entière du plaisir qu'ils auraient éprouvé s'ils avaient bu le verre d'un seul trait.

La même chose se passe encore, mais avec bien plus d'énergie, quand le goût doit être désagréablement affecté.

Voyez ce malade que la Faculté contraint à s'ingérer un énorme verre d'une médecine noire, telle qu'on les buvait sous le règne de Louis XIV.

L'odorat, moniteur fidèle, l'avertit de la saveur repoussante de la liqueur traîtresse; ses yeux s'arrondissent comme à l'approche d'un danger; le dégoût est sur ses lèvres, et déjà son estomac se soulève. Cependant on l'exhorte, il s'arme de courage, se gargarise d'eau-de-vie, se serre le nez et boit...

Tant que le breuvage empesté remplit la bouche et tapisse l'organe, la sensation est confuse et l'état supportable; mais à la dernière gorgée, les arrière-goûts se développent, les odeurs nauséabondes agissent, et tous les traits du patient expriment une horreur et un goût que la peur de la mort peut seule faire affronter.

S'il est question, au contraire, d'une boisson insipide, comme, par exemple, un verre d'eau, on n'a ni goût ni arrière-goût; on n'éprouve rien, on ne pense à rien; on a bu, et voilà tout.

Ordre des diverses impressions du Goût.

12.--Le goût n'est pas si richement doté que l'ouïe; celle-ci peut entendre et comparer plusieurs sons à la fois: le goût, au contraire, est simple en activité, c'est-à-dire qu'il ne peut être impressionné par deux saveurs en même temps.

Mais il peut être double, et même multiple par succession, c'est-à-dire que, dans le même acte de gutturation, on peut éprouver successivement une seconde et même une troisième sensation, qui vont en s'affaiblissant graduellement, et qu'on désigne par les mots, arrière-goût, parfum ou fragrance; de la même manière que, lorsqu'un son principal est frappé, une oreille exercée y distingue une ou plusieurs séries de consonances, dont le nombre n'est pas encore parfaitement connu.

Ceux qui mangent vite et sans attention ne discernent pas les impressions du second degré; elles sont l'apanage exclusif du petit nombre d'élus; et c'est par leur moyen qu'ils peuvent classer, par ordre d'excellence, les diverses substances soumises à leur examen.

Ces nuances fugitives vibrent encore longtemps dans l'organe du goût; les professeurs prennent, sans s'en douter, une position appropriée, et c'est toujours le cou allongé et le nez à bâbord qu'ils rendent leurs arrêts.

Jouissances dont le Goût est l'occasion.

13.

ETONS maintenant un coup d'oeil philosophique sur le plaisir ou la peine dont le goût peut être l'occasion.

Nous trouvons d'abord l'application de cette vérité malheureusement trop générale, savoir: que l'homme est bien plus fortement organisé pour la douleur que pour le plaisir.

Effectivement, l'injection des substances acerbes, âcres ou amères au dernier degré, peut nous faire essuyer des sensations extrêmement pénibles ou douloureuses. On prétend même que l'acide hydrocianique ne tue si promptement que parce qu'il cause une douleur si vive que les forces vitales ne peuvent la supporter sans s'éteindre.

Les sensations agréables ne parcourent, au contraire, qu'une échelle peu étendue, et s'il y a une différence assez sensible entre ce qui est insipide et ce qui flatte le goût, l'intervalle n'est pas très grand entre ce qui est reconnu pour bon et ce qui est réputé excellent; ce qui est éclairci par l'exemple suivant: premier terme, un bouilli sec et dur; deuxième terme, un morceau de veau; troisième terme, un faisan cuit à point.

Cependant le goût, tel que la nature nous l'a accordé, est encore celui de nos sens qui, tout bien considéré, nous procure le plus de jouissances:

1° Parce que le plaisir de manger est le seul qui, pris avec modération, ne soit pas suivi de fatigue:

2° Parce qu'il est de tous les temps, de tous les âges et de toutes les conditions;

3° Parce qu'il revient nécessairement au moins une fois par jour, et qu'il peut être répété, sans inconvénient, deux ou trois fois dans cet espace de temps;

4° Parce qu'il peut se mêler à tous les autres et même nous consoler de leur absence;

5° Parce que les impressions qu'il reçoit sont à la fois plus durables et plus dépendantes de notre volonté.

6° Enfin, parce qu'en mangeant nous éprouvons un certain bien-être indéfinissable et particulier, qui vient de la conscience instinctive; que, par cela même que nous mangeons, nous réparons nos pertes et nous prolongeons notre existence.

C'est ce qui sera plus amplement développé au chapitre où nous traiterons spécialement du plaisir de la table, pris au point où la civilisation actuelle l'a amené.

Suprématie de l'homme.

14.

OUS avons été élevés dans la douce croyance que, de toutes les créatures qui marchent, nagent, rampent ou volent, l'homme est celle dont le goût est le plus parfait.

Cette foi est menacée d'être ébranlée.

Le docteur Gall, fondé sur je ne sais quelles inspections, prétend qu'il est des animaux chez qui l'appareil gustuel est plus développé, et partant plus parfait que celui de l'homme.

Cette doctrine est malsonnante et sent l'hérésie.

L'homme, de droit divin, roi de toute la nature, et au profit duquel la terre a été couverte et peuplée, doit nécessairement être muni d'un organe qui puisse le mettre en rapport avec tout ce qu'il y a de sapide chez ses sujets.

La langue des animaux ne passe pas la portée de leur intelligence: dans les poissons, ce n'est qu'un os mobile; dans les oiseaux, généralement, un cartilage membraneux; dans les quadrupèdes, elle est souvent revêtue d'écailles ou d'aspérités, et d'ailleurs elle n'a point de mouvements circonflexes.

La langue de l'homme, au contraire, par la délicatesse de sa contexture et des diverses membranes dont elle est environnée et avoisinée, annonce assez la sublimité des opérations auxquelles elle est destinée.

J'y ai, en outre, découvert au moins trois mouvements inconnus aux animaux, et que je nomme mouvements de spication, de rotation et de verrition (à verro, lat., je balaye). Le premier a lieu quand la langue sort en forme d'épi d'entre les lèvres qui la compriment; le second, quand la langue se meut circulairement dans l'espace compris entre l'intérieur des joues et le palais; le troisième, quand la langue, se recourbant en dessus ou en dessous, ramasse les portions qui peuvent rester dans le canal demi-circulaire formé par les lèvres et les gencives.

Les animaux sont bornés dans leurs goûts: les uns ne vivent que de végétaux, d'autres ne mangent que de la chair; d'autres se nourrissent exclusivement de graines: aucun d'eux ne connaît les saveurs composées.

L'homme, au contraire, est omnivore; tout ce qui est mangeable est soumis à son vaste appétit; ce qui entraîne, pour conséquence immédiate, des pouvoirs dégustateurs proportionnés à l'usage général qu'il doit en faire. Effectivement, l'appareil du goût est d'une rare perfection chez l'homme, et pour bien nous en convaincre, voyons-le manoeuvrer.

Dès qu'un corps esculent est introduit dans la bouche, il est confisqué, gaz et sucs, sans retour.

Les lèvres s'opposent à ce qu'il rétrograde; les dents s'en emparent et le broient; la salive l'imbibe; la langue le gâche et le retourne; un mouvement aspiratoire le pousse vers le gosier; la langue se soulève pour le faire glisser; l'odorat le flaire en passant, et il est précipité dans l'estomac pour y subir des transformations ultérieures, sans que, dans toute cette opération, il se soit échappé une parcelle, une goutte ou un atome, qui n'ait pas été soumis au pouvoir appréciateur.

C'est aussi par suite de cette perfection que la gourmandise est l'apanage exclusif de l'homme.

Cette gourmandise est même contagieuse, et nous la transmettons assez promptement aux animaux que nous avons appropriés à notre usage, et qui font en quelque sorte société avec nous, tels que les éléphants, les chiens, les chats et même les perroquets.

Si quelques animaux ont la langue plus grosse, le palais plus développé, le gosier plus large, c'est que cette langue, agissant comme muscle, est destinée à remuer de grands poids, le palais à presser, le gosier à avaler de plus grosses portions; mais toute analogie bien entendue s'oppose à ce qu'on puisse en induire que le sens est plus parfait.

D'ailleurs, le goût ne devant s'estimer que par la nature de la sensation qu'il porte au centre commun, l'impression reçue par l'animal ne peut pas se comparer à celle qui a lieu dans l'homme; cette dernière, étant à la fois plus claire et plus précise, suppose nécessairement une qualité supérieure dans l'organe qui la transmet.

Enfin, que peut-on désirer dans une faculté susceptible d'un tel point de perfection, que les gourmands de Rome distinguaient, au goût, les poissons pris entre les ponts de celui qui avait été péché plus bas? N'en voyons-nous pas, de nos jours, qui ont découvert la saveur particulière de la cuisse sur laquelle la perdrix s'appuie en dormant? Et ne sommes-nous pas environnés de gourmets qui peuvent indiquer la latitude sous laquelle un vin a mûri, tout aussi sûrement qu'un élève de Biot ou d'Arago sait prédire une éclipse?

Que s'ensuit-il de là? qu'il faut rendre à César ce qui est à César, proclamer l'homme le grand gourmand de la nature, et ne pas s'étonner si le bon docteur fait quelquefois comme Homère: Auch zuweiler schlaffert der guter G***.

Méthode adoptée par l'auteur.

15.

USQU'ICI nous n'avons examiné le goût que sous le rapport de sa constitution physique; et à quelques détails anatomiques près, que peu de personnes regretteront, nous nous sommes tenus au niveau de la science. Mais là ne finit pas la tâche que nous nous sommes imposée; car c'est surtout de son histoire morale que ce sens réparateur tire son importance et sa gloire.

Nous avons donc rangé, suivant un ordre analytique, les théories et les faits qui composent l'ensemble de cette histoire, de manière qu'il puisse en résulter de l'instruction sans fatigue.

C'est ainsi que, dans les chapitres qui vont suivre, nous montrerons comment les sensations, à force de se répéter et de se réfléchir, ont perfectionné l'organe et étendu la sphère de ses pouvoirs; comment le besoin de manger, qui n'était d'abord qu'un instinct, est devenu une passion influente, qui a pris un ascendant bien marqué sur tout ce qui tient à la société.

Nous dirons aussi comment toutes les sciences qui s'occupent de la composition des corps se sont accordées pour classer et mettre à part ceux de ces corps qui sont appréciables par le goût, et comment les voyageurs ont marché vers le même but, en soumettant à nos essais les substances que la nature ne semblait pas avoir destinées à jamais se rencontrer.

Nous suivrons la chimie au moment où elle a pénétré dans nos laboratoires souterrains pour y éclairer nos préparateurs, poser des principes, créer des méthodes et dévoiler des causes qui jusque là étaient restées occultes.

Enfin nous verrons comment, par le pouvoir combiné du temps et de l'expérience, une science nouvelle nous est tout à coup apparue, qui nourrit, restaure, conserve, persuade, console, et, non contenté de jeter à pleine mains des fleurs sur la carrière de l'individu, contribue encore puissamment à la force et à la prospérité des empires.

Si, au milieu de ces graves élucubrations, une anecdote piquante, un souvenir aimable, quelque aventure d'une vie agitée, se présente au bout de la plume, nous la laisserons couler pour reposer un peu l'attention de nos lecteurs, dont le nombre ne nous effraie point, et avec lesquels au contraire nous nous plairons à confabuler; car si ce sont des hommes, nous sommes sûrs qu'ils sont aussi indulgents qu'instruits; et si ce sont des dames, elles sont nécessairement charmantes.


Ici le professeur, plein de son sujet, laissa tomber sa main, et s'éleva dans les hautes régions.

Il remonta le torrent des âges, et prit dans leur berceau les sciences qui ont pour but la gratification du goût: il en suivit les progrès à travers la nuit des temps; et voyant que, pour les jouissances qu'elles nous procurent, les premiers siècles ont toujours été moins avantagés que ceux qui les ont suivis, il saisit sa lyre, et chanta sur le mode dorien la Mélopée historique qu'on trouvera parmi les Variétés. (Voyez à la fin du volume.)




Origine des sciences.

16.--Les sciences ne sont pas comme Minerve, qui sortit tout armée du cerveau de Jupiter; elles sont filles du temps, et se forment insensiblement, d'abord par la collection des méthodes indiquées par l'expérience, et plus tard par la découverte des principes qui se déduisent de la combinaison de ces méthodes.

Ainsi, les premiers vieillards que leur prudence fit appeler auprès du lit des malades, ceux que la compassion poussa à soigner les plaies, furent aussi les premiers médecins.

Les bergers d'Égypte, qui observèrent que quelques astres, après une certaine période, venaient correspondre au même en droit du ciel, furent les premiers astronomes.

Celui qui, le premier, exprima par des caractères cette proposition si simple: deux plus deux égalent quatre, créa les mathématiques, cette science si puissante, et qui a véritablement élevé l'homme sur le trône de l'univers.

Dans le cours des soixante dernières années qui viennent de s'écouler, plusieurs sciences nouvelles sont venues prendre place dans le système de nos connaissances, et entre autres la stéréotomie, la géométrie descriptive et la chimie des gaz.

Toutes ces sciences, cultivées pendant un nombre infini de générations, feront des progrès d'autant plus sûrs que l'imprimerie les affranchit du danger de reculer. Eh! qui sait, par exemple, si la chimie des gaz ne viendra pas à bout de maîtriser ces éléments jusqu'à présent si rebelles, de les mêler, et d'obtenir par ce moyen des substances jusqu'ici non tentées, et d'obtenir par ce moyen des substances et des effets qui reculeraient de beaucoup les limites de nos pouvoirs!

Origine de la gastronomie.

17.

A gastronomie s'est présentée à son tour, et toutes ses soeurs se sont approchées pour lui faire place.

Eh! que pouvait-on refuser à celle qui nous soutient de la naissance au tombeau, qui accroît les délices de l'amour et la confiance de l'amitié, qui désarme la haine, facilite les affaires, et nous offre, dans le court trajet de la vie, la seule jouissance qui, n'étant pas suivie de fatigue, nous délasse encore de toutes les autres!

Sans doute, tant que les préparations ont été exclusivement confiées à des serviteurs salariés, tant que les cuisiniers seuls se sont réservé cette matière et qu'on n'a écrit que des dispensaires, les résultats de ces travaux n'ont été que les produits d'un art.

Mais enfin, trop tard peut-être, les savants se sont approchées.

Ils ont examiné, analysé et classé les substances alimentaires, et les ont réduites à leurs plus simples éléments.

Ils ont sondé les mystères de l'assimilation, et, suivant la matière inerte dans ses métamorphoses, ils ont vu comment elle pouvait prendre vie.

Ils ont suivi la diète dans ses effets passagers ou permanents, sur quelques jours, sur quelques mois, ou sur toute la vie.

Ils ont apprécié son influence jusque sur la faculté de penser, soit que l'âme se trouve impressionnée par les sens, soit qu'elle sente sans le secours de ses organes; et de tous ces travaux ils ont déduit une haute théorie, qui embrasse tout l'homme et toute la partie de la création qui peut s'animaliser.

Tandis que toutes ces choses se passaient dans les cabinets des savants, on disait tout haut dans les salons que la science qui nourrit les hommes vaut bien au moins celle qui enseigne à les faire tuer; les poètes chantaient les plaisirs de la table, et les livres qui avaient la bonne chère pour objet présentaient des vues plus profondes et des maximes d'un intérêt plus général.

Telles sont les circonstances qui ont précédé l'avènement de la gastronomie.

Définition de la gastronomie.

18.--La gastronomie est la connaissance raisonnée de tout ce qui a rapport à l'homme, en tant qu'il se nourrit.

Son but est de veiller à la conservation des hommes, au moyen de la meilleure nourriture possible.

Elle y parvient en dirigeant, par des principes certains, tous ceux qui recherchent, fournissent ou préparent les choses qui peuvent se convertir en aliments.

Ainsi, c'est elle, à vrai dire, qui fait mouvoir les cultivateurs, les vignerons, les pêcheurs, les chasseurs et la nombreuse famille des cuisiniers, quel que soit le titre ou la qualification sous laquelle ils déguisent leur emploi à la préparation des aliments.

La gastronomie tient:

À l'histoire naturelle, par la classification qu'elle fait des substances alimentaires;

A la physique, par l'examen de leurs compositions et de leurs qualités;

A la chimie, par les diverses analyses et décompositions qu'elle leur fait subir;

A la cuisine, par l'art d'apprêter les mets et de les rendre agréables au goût;

Au commerce, par la recherche des moyens d'acheter au meilleur marché possible ce qu'elle consomme, et de débiter le plus avantageusement ce qu'elle présente à vendre;

Enfin, à l'économie politique, par les ressources qu'elle présente à l'impôt, et par les moyens d'échange qu'elle établit entre les nations.


La gastronomie régit la vie tout entière; car les pleurs du nouveau-né appellent le sein de sa nourrice; et le mourant reçoit encore avec quelque plaisir la potion suprême qu'hélas! il ne doit plus digérer.

Elle s'occupe aussi de tous les états de la société; car si c'est elle qui dirige les banquets des rois rassemblés, c'est encore elle qui a calculé le nombre de minutes d'ébullition qui est nécessaire pour qu'un oeuf soit cuit à point.

Le sujet matériel de la gastronomie est tout ce qui peut être mangé; son but direct, la conservation des individus, et ses moyens d'exécution, la culture qui produit, le commerce qui échange, l'industrie qui prépare, et l'expérience qui invente les moyens de tout disposer pour le meilleur usage.

Objets divers dont s'occupe la gastronomie.

19.

A gastronomie considère le goût dans ses jouissances comme dans ses douleurs; elle a découvert les excitations graduelles dont il est susceptible; elle en a régularisé l'action, et a posé les limites que l'homme qui se respecte ne doit jamais outrepasser.

Elle considère aussi l'action des aliments sur le moral de l'homme, sur son imagination, son esprit, son jugement, son courage et ses perceptions, soit qu'il veille, soit qu'il dorme, soit qu'il agisse, soit qu'il repose.

C'est la gastronomie qui fixe le point d'esculence de chaque substance alimentaire; car toutes ne sont pas présentables dans les mêmes circonstances.

Les unes doivent être prises avant que d'être parvenues à leur entier développement, comme les câpres, les asperges, les cochons de lait, les pigeons à la cuiller, et autres animaux qu'on mange dans leur premier âge; d'autres, au moment où elles ont atteint toute la perfection qui leur est destinée, comme les melons, la plupart des fruits, le mouton, le boeuf, et tous les animaux adultes; d'autres, quand elles commencent à se décomposer, telles que le nèfles, la bécasse, et surtout le faisan; d'autres, enfin, après que les opérations de l'art leur ont ôté leurs qualités malfaisantes, telles que la pomme de terre, le manioc, et d'autres.

C'est encore la gastronomie qui classe ces substances d'après leurs qualités diverses, qui indique celles qui peuvent s'associer, et qui, mesurant leurs divers degrés d'alibilité, distingue celles qui doivent faire la base de nos repas d'avec celles qui n'en sont que les accessoires et d'avec celles encore qui, n'étant déjà plus nécessaires, sont cependant une distraction agréable, et deviennent l'accompagnement obligé de la confabulation conviviale.

Elle ne s'occupe pas avec moins d'intérêt des boissons qui nous sont destinées, suivant le temps, les lieux et les climats. Elle enseigne à les préparer, à les conserver, et surtout à les présenter dans un ordre tellement calculé que la jouissance qui en résulte aille toujours en augmentant, jusqu'au moment où le plaisir finit et où l'abus commence.

C'est la gastronomie qui inspecte les hommes et les choses, pour transporter d'un pays à l'autre tout ce qui mérite d'être connu, et qui fait qu'un festin savamment ordonné est comme un abrégé du monde, où chaque partie figure par ses représentants.

Utilité des connaissances gastronomiques.

20.--Les connaissances gastronomiques sont nécessaires à tous les hommes, puisqu'elles tendent à augmenter la somme du plaisir qui leur est destinée: cette utilité augmente en proportion de ce qu'elle est appliquée à des classes plus aisées de la société; enfin elles sont indispensables à ceux qui, jouissant d'un grand revenu, reçoivent beaucoup de monde, soit qu'en cela ils fassent acte d'une représentation nécessaire, soit qu'ils suivent leur inclination, soit enfin qu'ils obéissent à la mode.

Ils y trouvent cet avantage spécial, qu'il y a de leur part quelque chose de personnel dans la manière dont leur table est tenue; qu'ils peuvent surveiller jusqu'à un certain point les dépositaires forcés de leur confiance, et même les diriger en beaucoup d'occasions.

Le prince de Soubise avait un jour l'intention de donner une fête; elle devait se terminer par un souper, et il en avait demandé le menu.

Le maître d'hôtel se présente à son lever avec une belle pancarte à vignettes, et le premier article sur lequel le prince jeta les yeux fut celui-ci: cinquante jambons; «Eh quoi, Bertrand, dit-il, je crois que tu extravagues; cinquante jambons! veux-tu donc régaler tout mon régiment?--Non, mon prince; il n'en paraîtra qu'un sur la table; mais le surplus ne m'est pas moins nécessaire pour mon espagnole, mes blonds, mes garnitures, mes...--Bertrand, vous me volez, et cet article ne passera pas.--Ah! monseigneur, dit l'artiste, pouvant à peine retenir sa colère, vous ne connaissez pas nos ressources! Ordonnez, et ces cinquante jambons qui vous offusquent, je vais les faire entrer dans un flacon de cristal pas plus gros que le pouce.»

Que répondre à une assertion aussi positive? Le prince sourit, baissa la tête, et l'article passa.

Influence de la gastronomie dans les affaires.

21.

N sait que chez les hommes encore voisins de l'état de nature, aucune affaire de quelqu'importance ne se traite qu'à table; c'est au milieu des festins que les sauvages décident la guerre ou font la paix; et sans aller si loin, nous voyons que les villageois font toutes leurs affaires au cabaret.

Cette observation n'a pas échappé à ceux qui ont souvent à traiter les plus grands intérêts; ils ont vu que l'homme repu n'était pas le même que l'homme à jeun; que la table établissait une espèce de lien entre celui qui traite et celui qui est traité; qu'elle rendait les convives plus aptes à recevoir certaines impressions, à se soumettre à de certaines influences; de là est née la gastronomie politique. Les repas sont devenus un moyen de gouvernement, et le sort des peuples s'est décidé dans un banquet. Ceci n'est ni un paradoxe ni même une nouveauté, mais une simple observation de faits. Qu'on ouvre tous les historiens, depuis Hérodote jusqu'à nos jours, et on verra que, sans même en excepter les conspirations, il ne s'est jamais passé un grand événement qui n'ait été conçu, préparé et ordonné dans les festins.

Académie des gastronomes.

Tel est, au premier aperçu, le domaine de la gastronomie, domaine fertile en résultats de toute espèce, et qui ne peut que s'agrandir par les découvertes et les travaux des savants qui vont le cultiver; car il est impossible que, avant le laps de peu d'années, la gastronomie n'ait pas ses académiciens, ses cours, ses professeurs, et ses propositions de prix.

D'abord, un gastronome riche et zélé établira chez lui des assemblées périodiques, où les plus savants théoriciens se réuniront aux artistes, pour discuter et approfondir les diverses parties de la science alimentaire.

Bientôt (et telle est l'histoire de toutes les académies), le gouvernement interviendra, régularisera, protégera, instituera, et saisira l'occasion de donner au peuple une compensation pour tous les orphelins que le canon a faits, pour toutes les Arianes que la générale a fait pleurer.

Heureux le dépositaire du pouvoir qui attachera son nom à cette institution si nécessaire! Ce nom sera répété d'âge en âge avec ceux de Noé, de Bacchus, de Triptolème, et des autres bienfaiteurs de l'humanité; il sera, parmi les ministres, ce que Henri IV est parmi les rois, et son éloge sera dans toutes les bouches, sans qu'aucun règlement en fasse une nécessité.




G. de GONET Éditeur.



Définition de l'Appétit.

23.--Le mouvement et la vie occasionnent dans le corps vivant une déperdition continuelle de substance; et le corps humain, cette machine si compliquée, serait bientôt hors de service, si la Providence n'y avait placé un ressort qui l'avertit du moment où ses forces ne sont plus en équilibre avec ses besoins.

Ce moniteur est l'appétit. On entend par ce mot la première impression du besoin de manger.

L'appétit s'annonce par un peu de langueur dans l'estomac et une légère sensation de fatigue.

En même temps, l'âme s'occupe d'objets analogues à ses besoins, la mémoire se rappelle les choses qui ont flatté le goût; l'imagination croit les voir; il y a là quelque chose qui tient du rêve. Cet état n'est pas sans charmes; et nous avons entendu des milliers d'adeptes s'écrier dans la joie de leur coeur: «Quel plaisir d'avoir un bon appétit, quand on a la certitude de faire bientôt un excellent repas!»

Cependant l'appareil nutritif s'émeut tout entier: l'estomac devient sensible; les sucs gastriques s'exhalent; les gaz intérieurs se déplacent avec bruit; la bouche se remplit de sucs, et toutes les puissances digestives sont sous les armes, comme des soldats qui n'attendent plus que le commandement pour agir. Encore quelques moments, on aura des mouvements spasmodiques, on bâillera, on souffrira, on aura faim.

On peut observer toutes les nuances de ces divers états dans tout salon où le dîner se fait attendre.

Elles sont tellement dans la nature, que la politesse la plus exquise ne peut en déguiser les symptômes; d'où j'ai dégagé cet apophthegme: De toutes les qualités du cuisinier, la plus indispensable est l'exactitude.

Anecdote.

24.

'APPUIE cette grave maxime par les détails d'une observation faite dans une réunion dont je faisais partie,

Quorum pars magna fui,

et où le plaisir d'observer me sauva des angoisses de la misère.

J'étais un jour invité à dîner chez un haut fonctionnaire public. Le billet d'invitation était pour cinq heures et demie, et au moment indiqué tout le monde était rendu; car on savait qu'il aimait qu'on fût exact, et grondait quelquefois les paresseux.

Je fus frappé, en arrivant, de l'air de consternation que je vis régner dans l'assemblée: on se parlait à l'oreille, on regardait dans la cour à travers les carreaux de la croisée; quelques visages annonçaient la stupeur. Il était certainement arrivé quelque chose d'extraordinaire.

Je m'approchai de celui des convives que je crus le plus en état de satisfaire ma curiosité, et lui demandai ce qu'il y avait de nouveau, «Hélas! me répondit-il avec l'accent de la plus profonde affliction, monseigneur vient d'être mandé au conseil d/État; il part en ce moment, et qui sait quand il reviendra?--N'est-ce que cela? répondis-je d'un air d'insouciance qui était bien loin de mon coeur. C'est tout au plus l'affaire d'un quart-d'heure; quelque renseignement dont on aura eu besoin; on sait qu'il y a ici aujourd'hui dîner officiel; on n'a aucune raison pour nous faire jeûner.» Je parlais ainsi; mais au fond de l'âme, je n'étais pas sans inquiétude, et j'aurais voulu être bien loin.

La première heure se passa bien, on s'assit auprès de ceux avec qui on était lié; on épuisa les sujets banaux de conversation, et on s'amusa à faire des conjectures sur la cause qui avait pu faire appeler aux Tuileries notre cher amphitryon.

À la seconde heure, on commença à apercevoir quelques symptômes d'impatience: on se regardait avec inquiétude, et les premiers qui murmurèrent furent trois ou quatre convives qui, n'ayant pas trouvé de place pour s'asseoir, n'étaient pas en position commode pour attendre.

À la troisième heure, le mécontentement fut général, et tout le monde se plaignait. «Quand reviendra-t-il? disait l'un.--A quoi pense-t-il? disait l'autre.--C'est à en mourir!» disait un troisième. Et on se faisait, sans jamais la résoudre, la question suivante: «S'en ira-t-on? ne s'en ira-t-on pas?»

À la quatrième heure, tous les symptômes s'aggravèrent: on étendait les bras, au hasard d'éborgner les voisins; on entendait de toutes parts des bâillements chantants; toutes les figures étaient empreintes des couleurs qui annoncent la concentration; et on ne m'écouta pas quand je me hasardai de dire que celui dont l'absence nous attristait tant était sans doute le plus malheureux de tous.

L'attention fut un instant distraite par une apparition. Un des convives, plus habitué que les autres, pénétra jusque dans les cuisines; il en revint tout essoufflé; sa figure annonçait la fin du monde, et il s'écria d'une voix à peine articulée et de ce ton sourd qui exprime à la fois la crainte de faire du bruit et l'envie d'être entendu: «Monseigneur est parti sans donner d'ordre, et, quelle que soit son absence, on ne servira pas qu'il ne revienne.» Il dit: et l'effroi que causa son allocution ne sera pas surpassé par l'effet de la trompette du jugement dernier.


Parmi tous ces martyrs, le plus malheureux était le bon d'Aigrefeuille, que tout Paris a connu; son corps n'était que souffrance, et la douleur de Laocoon était sur son visage. Pâle, égaré, ne voyant rien, il vint se hucher sur un fauteuil, croisa ses petites mains sur son gros ventre, et ferma les yeux, non pour dormir, mais pour attendre la mort.

Elle ne vint cependant pas. Vers les dix heures on entendit une voiture rouler dans la cour; tout le monde se leva d'un mouvement spontané. L'hilarité succéda à la tristesse, et après cinq minutes on était à table.

Mais l'heure de l'appétit était passée. On avait l'air étonné de commencer à dîner à une heure si indue; les mâchoires n'eurent point ce mouvement isochrone qui annonce un travail régulier; et j'ai su que plusieurs convives en avaient été incommodés.

La marche indiquée en pareil cas est de ne point manger immédiatement après que l'obstacle a cessé; mais d'avaler un verre d'eau sucrée, ou une tasse de bouillon, pour consoler l'estomac; d'attendre ensuite douze ou quinze minutes, sinon l'organe convulsé se trouve opprimé, par le poids des aliments dont on le surcharge.

Grands appétits.

25.

UAND on voit, dans les livres primitifs, les apprêts qui se faisaient pour recevoir deux ou trois personnes, ainsi que les portions énormes que l'on servait à un seul hôte, il est difficile de se refuser à croire que les hommes qui vivaient plus près que nous du berceau du monde ne fussent ainsi doués d'un bien plus grand appétit.

Cet appétit était censé s'accroître en raison directe de la dignité du personnage; et celui à qui on ne servait pas moins que le dos entier d'un taureau de cinq ans était destiné à boire dans une coupe dont il avait peine à supporter le poids.

Quelques individus ont existé depuis, pour porter témoignage de ce qui a pu se passer autrefois, et les recueils sont pleins d'exemples d'une voracité à peine croyable, et qui s'étendait à tout, même aux objets les plus immondes.

Je ferai grâce à mes lecteurs de ces détails quelquefois assez dégoûtants, et je préfère leur conter deux faits particuliers, dont j'ai été témoin, et qui n'exigent pas de leur part une foi bien implicite.


J'allai, il y a environ quarante ans, faire une visite volante au curé de Bregnier, homme de grande taille, et dont l'appétit avait une réputation bailliagère.

Quoiqu'il fût à peine midi, je le trouvai déjà à table. On avait emporté la soupe et le bouilli, et à ces deux plats obligés avaient succédé un gigot de mouton à la royale, un assez beau chapon et une salade copieuse.

Dès qu'il me vit paraître, il demanda pour moi un couvert, que je refusai, et je fis bien; car, seul et sans aide, il se débarrassa très lestement de tout, savoir: du gigot jusqu'à l'ivoire, du chapon jusqu'aux os, et de la salade jusqu'au fond du plat.

On apporta bientôt un assez grand fromage blanc, dans lequel il fit une brèche angulaire de quatre-vingt-dix degrés; il arrosa le tout d'une bouteille de vin et d'une carafe d'eau, après quoi il se reposa.

Ce qui m'en fit plaisir, c'est que, pendant toute cette opération qui dura à peu près trois quarts d'heure, le vénérable pasteur n'eut point l'air affairé. Les gros morceaux qu'il jetait dans sa bouche profonde ne l'empêchaient ni de parler ni de rire; et il expédia tout ce qu'on avait servi devant lui sans y mettre plus d'appareil que s'il n'avait mangé que trois mauviettes.

C'est ainsi que le général Bisson, qui buvait chaque jour huit bouteilles de vin à son déjeuner, n'avait pas l'air d'y toucher; il avait un plus grand verre que les autres, et le vidait plus souvent; mais on eût dit qu'il n'y faisait pas attention, et, tout en humant ainsi seize livres de liquide, il n'était pas plus empêché de plaisanter et de donner ses ordres que s'il n'eût dû boire qu'un carafon.

Le second fait rappelle à ma mémoire le brave général P. Sibuet, mon compatriote, longtemps premier aide de camp du général Masséna, et mort au champ d'honneur en 1813, au passage de la Bober.

Prosper était âgé de dix-huit ans, et avait cet appétit heureux par lequel la nature annonce qu'elle s'occupe à achever un homme bien constitué, lorsqu'il entra un soir dans la cuisine de Genin, aubergiste chez lequel les anciens de Belley avaient coutume de s'assembler pour manger des marrons et boire du vin blanc nouveau qu'on appelle vin bourru.

On venait de tirer de la broche un magnifique dindon, beau, bien fait, doré, cuit à point, et dont le fumet aurait tenté un saint.

Les anciens, qui n'avaient plus faim, n'y firent pas beaucoup d'attention; mais les puissances digestives du jeune Prosper en furent ébranlées; l'eau lui vint à la bouche, et il s'écria: «Je ne fais que sortir de table, je n'en gage pas moins que je mangerai ce gros dindon à moi tout seul.--Sez vosu mesé, z'u payo, répondit Bouvier du Bouchet, gros fermier qui se trouvait présent; è sez vos caca en rotaz, i-zet vos ket pairé et may ket mezerai la restaz 11.»

L'exécution commença immédiatement. Le jeune athlète détacha proprement une aile, l'avala en deux bouchées, après quoi il se nettoya les dents en grugeant le cou de la volaille, et but un verre de vin pour servir d'entracte.

Bientôt il attaqua la cuisse, la mangea avec le même sang-froid, et dépêcha un second verre de vin, pour préparer les voies au passage du surplus.

Aussitôt la seconde aile suivit la même route: elle disparut, et l'officiant, toujours plus animé, saisissait déjà le dernier membre, quand le malheureux fermier s'écria d'une voix dolente: «Hai! ze vaie praou qu'izet fotu; m'ez, monche Chibouet, poez kaet zu daive paiet, lessé m'en a m'en mesiet on mocho 12.»

Note 11: (retour) «Si vous le mangez, je vous le paie; mais si vous restez en route; c'est vous qui paierez, et moi qui mangerai le reste.» Note 12: (retour) «Hélas! je vois bien que c'en est fini; mais, monsieur Sibuet, puisque je dois le payer, laissez-m'en au moins manger un morceau.» Je cite avec plaisir cet échantillon du patois du Bugey, où l'on trouve le th des Grecs et des Anglais, et, dans le mot praou et autres semblables, une diphtongue qui n'existe en aucune langue, et dont on ne peut peindre le sou par aucun caractère connu. (Voyez le 3e volume des Mémoires de la Société royale des Antiquaires de France).

Prosper était aussi bon garçon qu'il fut depuis bon militaire; il consentit à la demande de son anti-partenaire, qui eut, pour sa part, la carcasse encore assez opime, de l'oiseau en consommation, et paya ensuite de fort bonne grâce et le principal et les accessoires obligés.

Le général Sibuet se plaisait beaucoup à raconter cette prouesse de son jeune âge; il disait que ce qu'il avait fait, en associant le fermier, était de pure courtoisie; il assurait que, sans cette assistance, il se sentait toute la puissance nécessaire pour gagner la gageure; et ce qui, à quarante ans, lui restait d'appétit, ne permettait pas de douter de son assertion.




SECTION PREMIÈRE.

Définitions.

26.

U'ENTEND-ON par aliments?

Réponse populaire: L'aliment est tout ce qui nous nourrit.

Réponse scientifique: On entend par aliment les substances qui, soumises à l'estomac, peuvent s'animaliser par la digestion, et réparer les pertes que fait le corps humain par l'usage de la vie.

Ainsi, la qualité distinctive de l'aliment consiste dans la propriété de subir l'assimilation animale.

Travaux analytiques.

27.--Le règne animal et le règne végétal sont ceux qui, jusqu'à présent, ont fourni des aliments au genre humain. On n'a encore tiré des minéraux que des remèdes ou des poisons.

Depuis que la chimie analytique est devenue une science certaine, on a pénétré très avant dans la double nature des éléments dont notre corps est composé, et des substances que la nature semble avoir destinées à en réparer les pertes.

Ces études avaient entre elles une grande analogie, puisque l'homme est composé en grande partie des mêmes substances que les animaux dont il se nourrit, et qu'il a bien fallu chercher aussi dans les végétaux les affinités par suite desquelles ils deviennent eux-mêmes animalisables.

On a fait dans ces deux voies les travaux les plus louables et en même temps les plus minutieux, et on a suivi, soit le corps humain, soit les aliments par lesquels il se répare, d'abord dans leurs particules secondaires, et ensuite dans leurs éléments, au-delà desquels il ne nous a point encore été permis de pénétrer.

Ici j'avais l'intention de placer un petit traité de chimie alimentaire, et d'apprendre à mes lecteurs en combien de millièmes de carbone, d'hydrogène, etc., on pourrait réduire eux et les mets qui les nourrissent; mais j'ai été arrêté par le réflexion que je ne pouvais guère remplir cette tâche qu'en copiant les excellents traités de chimie qui sont entre les mains de tout le monde. J'ai craint encore de tomber dans des détails stériles, et me suis réduit à une nomenclature raisonnée, sauf à faire passer par-ci par-là quelques résultats chimiques, en termes moins hérissés et plus intelligibles.

Osmazôme.

28.

E plus grand service rendu par la chimie à la science alimentaire est la découverte ou plutôt la précision de l'osmazôme.

L'osmazôme est cette partie éminemment sapide des viandes, qui est soluble à l'eau froide, et qui se distingue de la partie extractive en ce que cette dernière n'est soluble que dans l'eau bouillante.

C'est l'osmazôme qui fait le mérite des bons potages; c'est lui qui, en se caramélisant, forme le roux des viandes; c'est par lui que se forme le rissolé des rôtis, enfin c'est de lui que sort le fumet de la venaison et du gibier.

L'osmazôme se retire surtout des animaux adultes à chairs rouges, noires, et qu'on est convenu d'appeler chairs faites; on n'en trouve point ou presque point dans l'agneau, le cochon de lait, le poulet, et même dans le blanc des plus grosses volailles: c'est par cette raison que les vrais connaisseurs ont toujours préféré l'entre-cuisse; chez eux l'instinct du goût avait prévenu la science.


G. de CONET, Éditeur

C'est aussi la prescience de l'osmazôme qui a fait chasser tant de cuisiniers, convaincus de distraire le premier bouillon: c'est elle qui fit la réputation des soupes de primes, qui a fait adopter les croûtes au pot comme confortatives dans le bain, et qui fit inventer au chanoine Chevrier des marmites fermantes à clef; c'est le même à qui l'on ne servait jamais des épinards le vendredi qu'autant qu'ils avaient été cuits dès le dimanche, et remis chaque jour sur le feu avec une nouvelle addition de beurre frais.

Enfin c'est pour ménager cette substance, quoique encore inconnue, que s'est introduite la maxime que, pour faire de bon bouillon, la marmite ne devait que sourire, expression fort distinguée pour le pays d'où elle est venue.

L'osmazôme, découvert après avoir fait si longtemps les délices de nos pères, peut se comparer à l'alcool, qui a grisé bien des générations avant qu'on ait su qu'on pouvait le mettre à nu par la distillation.

À l'osmazôme succède, par le traitement à l'eau bouillante, ce qu'on entend plus spécialement par matière extractive: ce dernier produit, réuni à l'osmazôme, compose le jus de la viande.

Principe des aliments.

La fibre est ce qui compose le tissu de la chair et ce qui se présente à l'oeil après la cuisson. La fibre résiste à l'eau bouillante, et conserve sa forme, quoique dépouillée d'une partie de ses enveloppes. Pour bien dépecer les viandes, il faut avoir soin que la fibre fasse un angle droit, ou à peu près, avec la lame du couteau: la viande ainsi coupée a un aspect plus agréable, se goûte mieux, et se mâche plus facilement.

Les os sont principalement composés de gélatine et de phosphate de chaux.

La quantité de gélatine diminue à mesure qu'on avance en âge À soixante-dix ans, les os ne sont plus qu'un marbre imparfait; c'est ce qui les rend si cassants, et fait une loi de prudence aux vieillards d'éviter toute occasion de chute.

L'albumine se trouve également dans la chair et dans le sang; elle se coagule à une chaleur au dessous de 40 degrés: c'est elle qui forme l'écume du pot-au-feu.

La gélatine se rencontre également dans les os, les parties molles et cartilagineuses; sa qualité distinctive est de se coaguler à la température ordinaire de l'atmosphère; deux parties et demie sur cent d'eau chaude suffisent pour cela.

La gélatine est la base de toute les gelées grasses et maigres, blancs-mangers, et autres préparations analogues.

La graisse est une huile concrète qui se forme dans les interstices du tissu cellulaire, et s'agglomère quelquefois en masse dans les animaux que l'art ou la nature y prédispose, comme les cochons, les volailles, les ortolans et les becs-figues; dans quelques-uns de ces animaux, elle perd son insipidité, et prend un léger arôme qui la rend fort agréable.

Le sang se compose d'un sérum albumineux, de fibrine, d'un peu de gélatine et d'un peu d'osmazôme; il se coagule à l'eau chaude, et devient un aliment très nourrissant (v. g. le boudin).

Tous les principes que nous venons de passer en revue sont communs à l'homme et aux animaux dont il a coutume de se nourrir. Il n'est donc point étonnant que la diète animale soit éminemment restaurante et fortifiante; car les particules dont elle se compose, ayant avec les nôtres une grande similitude et ayant déjà été animalisées, peuvent facilement s'animaliser de nouveau lorsqu'elles sont soumises à l'action vitale de nos organes digesteurs.

Règne végétal.

29. Cependant le règne végétal ne présente à la nutrition ni moins de variétés ni moins de ressources.

La fécule nourrit parfaitement, et d'autant mieux qu'elle est moins mélangée de principes étrangers.

On entend par fécule la farine ou poussière qu'on peut obtenir des graines céréales, des légumineuses et de plusieurs espèces de racines, parmi lesquelles la pomme de terre tient jusqu'à présent le premier rang.

La fécule est la base du pain, des pâtisseries et des purées de toute espèce, et entre ainsi pour une très grande partie dans la nourriture de presque tous les peuples.

On a observé qu'une pareille nourriture amollit la fibre et même le courage. On en donne pour preuve les Indiens, qui vivent presque exclusivement de riz et qui se sont soumis à quiconque a voulu les asservir.

Presque tous les animaux domestiques mangent avec avidité la fécule, et ils sont, au contraire, singulièrement fortifiés, parce que c'est une nourriture plus substantielle que les végétaux secs ou verts qui sont leur pâture habituelle.

Le sucre n'est pas moins considérable, soit comme aliment, soit comme médicament.

Cette substance, autrefois reléguée aux Indes ou aux colonies, est devenue indigène au commencement de ce siècle. On l'a découverte et suivie dans le raisin, les navets, la châtaigne, et surtout dans la betterave; de sorte que, rigoureusement parlant, l'Europe pourrait, sous ce rapport, se suffire et se passer de l'Amérique ou de l'Inde. C'est un service éminent que la science a rendu à la société, et un exemple qui peut avoir dans la suite des résultats plus étendus. (Voyez ci-après, article sucre).

Le sucre, soit à l'état solide, soit dans les diverses plantes où la nature l'a placé, est extrêmement nourrissant; les animaux en sont friands, et les Anglais, qui en donnent beaucoup à leurs chevaux de luxe, ont remarqué qu'ils en soutiennent bien mieux les diverses épreuves auxquelles on les soumet.

Le sucre, qu'aux jours de Louis XIV on ne trouvait que chez les apothicaires, a donné naissance à diverses professions lucratives, telles que les pâtissiers du petit-four, les confiseurs, les liquoristes et autres marchands de friandises.

Les huiles douces proviennent ainsi du règne végétal; elles ne sont esculentes qu'autant qu'elles sont unies à d'autres substances, et doivent surtout être regardées comme un assaisonnement.

Le gluten, qu'on trouve particulièrement dans le froment, concourt puissamment à la fermentation du pain dont il fait partie; les chimistes ont été jusqu'à lui donner une nature animale.

On a fait à Paris, pour les enfants et les oiseaux, et pour les hommes dans quelques départements, des pâtisseries où le gluten domine, parce qu'une partie de la fécule a été soustraite au moyen de l'eau.

Le mucilage doit sa qualité nutritive aux diverses substances auxquelles il sert de véhicule.

La gomme peut devenir, au besoin, un aliment; ce qui ne doit pas étonner, puisqu'à très peu de chose près elle contient les mêmes éléments que le sucre.

La gélatine végétale qu'on extrait de plusieurs espèces de fruits, notamment des pommes, des groseilles, des coings, et de quelques autres, peut aussi servir d'aliment: elle en fait mieux la fonction, unie au sucre, mais toujours beaucoup moins que les gelées animales qu'on tire des os, des cornes, des pieds de veau et de la colle de poisson. Cette nourriture est en général légère, adoucissante et salutaire. Aussi la cuisine et l'office s'en emparent et se la disputent.

Différence du gras au maigre.

Au jus près, qui, comme nous l'avons dit, se compose d'osmazôme et d'extractif, on trouve dans les poissons la plupart des substances que nous avons signalées dans les animaux terrestres, telles que la fibrine, la gélatine, l'albumine: de sorte qu'on peut dire avec raison que c'est le jus qui sépare le régime gras du maigre.

Ce dernier est encore marqué par une autre particularité: c'est que le poisson contient en outre une quantité notable de phosphore et d'hydrogène, c'est-à-dire ce qu'il y a de plus combustible dans la nature. D'où il suit que l'ichthyophagie est une diète échauffante: ce qui pourrait légitimer certaines louanges données jadis à quelques ordres religieux, dont le régime était directement contraire à celui de leurs voeux déjà réputé le plus fragile.

Observations particulières.

30.--Je n'en dirai pas davantage sur cette question de physiologie; mais je ne dois pas omettre un fait dont on peut facilement vérifier l'existence:

Il y a quelques années que j'allai voir une maison de campagne, dans un petit hameau des environs de Paris, situé sur le bord de la Seine, en avant de l'île de Saint-Denis, et consistant principalement en huit cabanes de pécheurs. Je fus frappé de la quantité d'enfants que je vis fourmiller sur la route.

J'en marquai mon étonnement au batelier avec lequel je traversai la rivière. «Monsieur, me dit-il, nous ne sommes ici que huit familles, et nous avons cinquante-trois enfants, parmi lesquels il se trouve quarante-neuf filles et seulement quatre garçons, et de ces quatre garçons, en voilà un qui m'appartient.» En disant ces mots, il se redressait d'un air de triomphe, et me montrait un petit marmot de cinq à six ans, couché sur le devant du bateau, où il s'amusait à gruger des écrevisses crues. Ce petit hameau s'appelle...


De cette observation qui remonte à plus de dix ans, et de quelques autres que je ne puis pas aussi facilement indiquer, j'ai été amené à penser que le mouvement génésique causé par la diète ichthyaque pourrait bien être plus irritant que pléthorique et substantiel; et j'y persiste d'autant plus volontiers que, tout récemment, le docteur Bailly a prouvé, par une suite de faits observés pendant près d'un siècle, que toutes les fois que, dans les naissances annuelles, le nombre des filles est notablement plus grand que celui des garçons, la surabondance des femelles est toujours due à des circonstances débilitantes; ce qui pourrait bien nous indiquer aussi l'origine des plaisanteries qu'on a faites de tout temps au mari dont la femme accouche d'une fille.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur les aliments considérés dans leur ensemble, et sur les diverses modifications qu'ils peuvent subir par le mélange qu'on peut en faire; mais j'espère que ce qui précède suffira, et au-delà, pour le plus grand nombre de mes lecteurs. Je renvoie les autres au traité ex professo, et je finis par deux considérations qui ne sont pas sans quelque intérêt.

La première est que l'animalisation se fait à peu près de la même manière que la végétation, c'est-à-dire que le courant réparateur formé par la digestion est aspiré de diverses manières par les cribles ou suçoirs dont nos organes sont pourvus, et devient chair, ongle, os ou cheveu, comme la même terre arrosée de la même eau produit un radis, une laitue ou un pissenlit, selon les graines que le jardinier lui a confiées.

La seconde est qu'on n'obtient point, dans l'organisation vitale, les mêmes produits que dans la chimie absolue; car les organes destinés à produire la vie et le mouvement agissent puissamment sur les principes qui leur sont soumis.

Mais la nature, qui se plaît à s'envelopper de voiles et à nous arrêter au second ou au troisième pas, a caché le laboratoire où elle fait ses transformations; et il est véritablement difficile d'expliquer comment, étant convenu que le corps humain contient de la chaux, du phosphore, du fer et dix autres substances encore, tout cela peut cependant se soutenir et se renouveler pendant plusieurs années avec du pain et de l'eau.




SECTION II.

31.

Lorsque j'ai commencé d'écrire, ma table des matières était faite, et mon livre tout entier dans ma tête; cependant je n'ai avancé qu'avec lenteur, parce qu'une partie de mon temps est consacrée à des travaux plus sérieux.

Durant cet intervalle de temps, quelques parties de la matière que je croyais m'être réservée ont été effleurées; des livres élémentaires de chimie et de matière médicale ont été mis entre les mains de tout le monde; et des choses que je croyais enseigner pour la première fois sont devenues populaires: par exemple, j'avais employé à la chimie du pot-au-feu plusieurs pages dont la substance se trouve dans deux ou trois ouvrages récemment publiés.

En conséquence, j'ai dû revoir cette partie de mon travail, et l'ai tellement resserrée qu'elle se trouve réduite à quelques principes élémentaires, à des théories qui ne sauraient être trop propagées, et à quelques observations, fruit d'une longue expérience, et qui, je l'espère, seront nouvelles pour la grande partie de mes lecteurs.

§ Ier.--Pot-au-feu, Potage, etc.

32.

N appelle pot-au-feu un morceau de boeuf destiné à être traité à l'eau bouillante légèrement salée, pour en extraire les parties solubles.

Le bouillon est le liquide qui reste après l'opération consommée.

Enfin on appelle bouilli la chair dépouillée de sa partie soluble.

L'eau dissout d'abord une partie de l'osmazôme; puis l'albumine, qui, se coagulant avant le 50e degré de Réaumur, forme l'écume qu'on enlève ordinairement; puis, le surplus de l'osmazôme avec la partie extractive ou jus; enfin, quelques portions de l'enveloppe des fibres, qui sont détachées par la continuité de l'ébullition.

Pour avoir de bon bouillon, il faut que l'eau s'échauffe lentement, afin que l'albumine ne se coagule pas dans l'intérieur avant d'être extraite; et il faut que l'ébullition s'aperçoive à peine, afin que les diverses parties qui sont successivement dissoutes puissent s'unir intimement et sans trouble.

On joint au bouillon des légumes ou des racines pour en relever le goût, et du pain ou des pâtes pour le rendre plus nourrissant: c'est ce qu'on appelle un potage.

Le potage est une nourriture saine, légère, nourrissante, et qui convient à tout le monde; il réjouit l'estomac, et le dispose à recevoir et à digérer. Les personnes menacées d'obésité n'en doivent prendre que le bouillon.

On convient généralement qu'on ne mange nulle part d'aussi bon potage qu'en France, et j'ai trouvé dans mes voyages la confirmation de cette vérité. Ce résultat ne doit point étonner; car le potage est la base de la diète nationale française, et l'expérience des siècles a dû le porter à sa perfection.

§ II.--Du Bouilli.

33.

E bouilli est une nourriture saine, qui apaise promptement la faim, se digère assez bien, mais qui seul ne restaure pas beaucoup, parce que la viande a perdu dans l'ébullition une partie des sucs animalisables.

On tient comme règle générale en administration que le boeuf bouilli a perdu la moitié de son poids.

Nous comprenons sous quatre catégories les personnes qui mangent le bouilli:

1° Les routiniers, qui en mangent parce que leurs parents en mangeaient, et qui, suivant cette pratique avec une soumission implicite, espèrent bien aussi être imités par leurs enfants;

2° Les impatients, qui, abhorrant l'inactivité à table, ont contracté l'habitude de se jeter immédiatement sur la première matière qui se présente (materiam subjectam);

3° Les inattentifs, qui, n'ayant pas reçu du ciel le feu sacré, regardent les repas comme les heures d'un travail obligé, mettent sur le même niveau tout ce qui peut les nourrir, et sont à table comme l'huître sur son banc;

4° Les dévorants, qui, doués d'un appétit dont ils cherchent à dissimuler l'étendue, se hâtent de jeter dans leur estomac une première victime pour apaiser le feu gastrique qui les dévore, et servir de base aux divers envois qu'ils se proposent d'acheminer pour la même destination.

Les professeurs ne mangent jamais de bouilli, par respect pour les principes et parce qu'ils ont fait entendre en chaire cette vérité incontestable: Le bouilli est de la chair moins son jus 13.

Note 13: (retour) Cette vérité commence à percer, et le bouilli a disparu dans les dîners véritablement soignés; on le remplace par un filet rôti, un turbot ou une matelote. § III.--Volailles.

34.

E suis grand partisan des causes secondes, et crois fermement que le genre entier des gallinacés a été créé uniquement pour doter nos garde-mangers et enrichir nos banquets.

Effectivement, depuis la caille jusqu'au coq-d'Inde, partout où on rencontre un individu de cette nombreuse famille, on est sûr de trouver un aliment léger, savoureux, et qui convient également au convalescent et à l'homme qui jouit de la plus robuste santé.

Car quel est celui d'entre nous qui, condamné par la Faculté à la chère des Pères du désert, n'a pas souri à l'aile de poulet proprement coupée, qui lui annonçait qu'enfin il allait être rendu à la vie sociale?


Nous ne nous sommes pas contentés des qualités que la nature avait données aux gallinacés; l'art s'en est emparé, et sous prétexte de les améliorer, il en a fait des martyrs. Non seulement on les prive des moyens de se reproduire, mais on les tient dans la solitude, on les jette dans l'obscurité, on les force à manger et on les amène ainsi à un embonpoint qui ne leur était pas destiné.

Il est vrai que cette graisse ultra-naturelle est aussi délicieuse, et que c'est au moyen de ces pratiques damnables qu'on leur donne cette finesse et cette succulence qui en font les délices de nos meilleures tables.

Ainsi améliorée, la volaille est pour la cuisine ce qu'est la toile pour les peintres, et pour les charlatans le chapeau de Fortunatus; on nous la sert bouillie, rôtie, frite, chaude ou froide, entière ou par parties, avec ou sans sauce, désossée, écorchée, farcie, et toujours avec un égal succès.

Trois pays de l'ancienne France se disputent l'honneur de fournir les meilleures volailles savoir: le pays de Caux, le Mans et la Bresse.

Relativement aux chapons, il y a du doute, et celui qu'on tient sous la fourchette doit paraître le meilleur; mais pour les poulardes, la préférence appartient à celles de Bresse, qu'on appelle poulardes fines, et qui sont rondes comme une pomme; c'est grand dommage qu'elles soient rares à Paris, où elles n'arrivent que dans des bourriches votives.

§ IV.--Du Coq-d'Inde.

35.

E dindon est certainement un des plus beaux cadeaux que le nouveau monde ait faits à l'ancien.

Ceux qui veulent toujours en savoir plus que les autres ont dit que le dindon était connu aux Romains, qu'il en fut servi un aux noces de Charlemagne, et qu'ainsi c'est mal à propos qu'on attribue aux jésuites l'honneur de cette savoureuse importation.

À ces paradoxes on pourrait n'opposer que deux choses:

1° Le nom de l'oiseau, qui atteste son origine; car autrefois l'Amérique était désignée sous le nom d'Indes occidentales;

2° La figure du coq-d'Inde, qui est évidemment tout étrangère.

Un savant ne pourrait pas s'y tromper.

Mais, quoique déjà bien persuadé, j'ai fait à ce sujet des recherches assez étendues, dont je fait grâce au lecteur, et qui m'ont donné pour résultat:

1° Que le dindon a paru en Europe vers la fin du dix-septième siècle.

2° Qu'il a été importé par les jésuites, qui en élevaient une grande quantité, spécialement dans une ferme qu'ils possédaient aux environs de Bourges.

3° Que c'est de là qu'ils se sont répandus peu à peu sur la surface de la France: c'est ce qui fait qu'en beaucoup d'endroits, et dans le langage familier, on disait autrefois et on dit encore un jésuite, pour désigner un dindon;

4° Que l'Amérique est le seul endroit où on a trouvé le dindon sauvage et dans l'état de nature (il n'en existe pas en Afrique);

5° Que dans les fermes de l'Amérique septentrionale où il est fort commun, il provient, soit des oeufs qu'on a pris et fait couver, soit des jeunes dindonneaux qu'on a surpris dans les bois et apprivoisés: ce qui fait qu'ils sont plus près de l'état de nature, et conservent davantage leur plumage primitif.

Et vaincu par ces preuves, je conserve aux bons pères une double part de reconnaissance, car ils ont aussi importé le quinquina, qui se nommait en anglais Jésuit's bark (écorce des jésuites).

Les mêmes recherches m'ont appris que l'espèce du coq-d'Inde s'acclimate insensiblement en France avec le temps. Des observateurs éclairés m'ont appris que vers le milieu du siècle précédent, sur vingt dindons éclos, dix à peine venaient à bien; tandis que maintenant, toutes choses égales, sur vingt on en élève quinze. Les pluies d'orage leur sont surtout funestes. Les grosses gouttes de pluie, chassées par le vent, frappent sur leur tête tendre et mal abritée, elles font périr.

Des Dindoniphiles.

36.--Le dindon est le plus gros, et sinon le plus fin, du moins le plus savoureux de nos oiseaux domestiques.

Il jouit encore de l'avantage unique de réunir autour de soi toutes les classes de la société.

Quand les vignerons et les cultivateurs de nos campagnes veulent se régaler dans les longues soirées d'hiver, que voit-on rôtir au feu brillant de la cuisine où la table est mise? un dindon.

Quand le fabricant utile, quand l'artiste laborieux rassemble quelques amis pour jouir d'un relâche d'autant plus doux qu'il est plus rare, quelle est la pièce obligée du dîner qu'il leur offre? un dindon farci de saucisses ou de marrons de Lyon.

Et dans nos cercles les plus éminemment gastronomiques, dans ces réunions choisies, où la politique est forcée de céder le pas aux dissertations sur le goût, qu'attend-on? que désire-t-on? que voit-on au second service? une dinde truffée!... Et mes mémoires secrets contiennent la note que son suc restaurateur a plus d'une fois éclairci des faces éminemment diplomatiques.

Influence financière du dindon.

37.--L'importation des dindons est devenue la cause d'une addition importante à la fortune publique, et donne lieu à un commerce assez considérable.

Au moyen de l'éducation des dindons, les fermiers acquittent plus facilement le prix de leurs baux; les jeunes filles amassent souvent une dot suffisante, et les citadins qui veulent se régaler de cette chair étrangère sont obligés de céder leurs écus en compensation.

Dans cet article purement financier, les dindes truffées demandent une attention particulière.

J'ai quelque raison de croire que depuis le commencement de novembre jusqu'à la fin de février, il se consomme à Paris trois cents dindes truffées par jour: en tout trente-six mille dindes.

Le prix commun de chaque dinde, ainsi conditionnée, est au moins de 20 fr., en tout 720,000 fr.; ce qui fait un fort joli mouvement d'argent. À quoi il faut joindre une somme pareille pour les volailles, faisans, poulets et perdrix pareillement truffés, qu'on voit chaque jour étalés dans les magasins de comestibles, pour le supplice des contemplateurs qui se trouvent trop courts pour y atteindre.

Exploit du professeur.

38.

ENDANT mon séjour à Hartfort dans le Connecticut, j'ai eu le bonheur de tuer une dinde sauvage. Cet exploit mérite de passer à la postérité, et je le conterai avec d'autant plus de complaisance que c'est moi qui en suis le héros.

Un vénérable propriétaire américain (american farmer) m'avait invité à aller chasser chez lui; il demeurait sur les derrières de l'état (back grounds), me promettait des perdrix, des écureuils gris, des dindes sauvages (wild cocks), et me donnait la faculté d'y mener avec moi un ami ou deux à mon choix.


En conséquence, un beau jour d'octobre 1794, nous nous acheminâmes, M. King et moi, montés sur deux chevaux de louage, avec l'espoir d'arriver vers le soir à la ferme de M. Bulow, située à cinq mortelles lieues de Hartfort, dans le Connecticut.

M. King était un chasseur d'une espèce extraordinaire; il aimait passionnément cet exercice; mais quand il avait tué une pièce de gibier, il se regardait comme un meurtrier, et faisait sur le sort du défunt des réflexions morales et des élégies qui ne l'empêchaient pas de recommencer.

Quoique le chemin fût à peine tracé, nous arrivâmes sans accident, et nous fûmes reçus avec cette hospitalité cordiale et silencieuse qui s'exprime par des actes, c'est-à-dire qu'en peu d'instants tout fut examiné, caressé et hébergé, hommes, chevaux et chiens suivant les convenances respectives.

Deux heures environ furent employées à examiner la ferme et ses dépendances: je décrirais tout cela si je voulais, mais j'aime mieux montrer au lecteur quatre beaux brins de fille (buxum lasses) dont M. Bulow était père, et pour qui notre arrivée était un grand événement.

Leur âge était de seize à vingt ans; elles étaient rayonnantes de fraîcheur et de santé, et il y avait dans toute leur personne tant de simplicité, de souplesse et d'abandon, que l'action la plus commune suffisait pour leur prêter mille charmes.

Peu après notre retour de la promenade, nous nous assîmes autour d'une table abondamment servie. Un superbe morceau de corn'd beef (boeuf à mi-sel), une oie daubée (stew'd), et une magnifique jambe de mouton (gigot), puis des racines de toute espèce (plenty), et aux deux bouts de la table deux énormes pots d'un cidre excellent dont je ne pouvais pas me rassasier.

Quand nous eûmes montré à notre hôte que nous étions de vrais chasseurs, du moins par l'appétit, il s'occupa du but de notre voyage: il nous indiqua de son mieux les endroits où nous trouverions du gibier, les points de reconnaissance qui nous guideraient au retour, et surtout les fermes où nous pourrions trouver de quoi nous rafraîchir.

Pendant cette conversation, les dames avaient préparé d'excellent thé, dont nous avalâmes plusieurs tasses; après quoi on nous montra une chambre à deux lits, où l'exercice et la bonne chère nous procurèrent un sommeil délicieux.

Le lendemain, nous nous mîmes en chasse un peu tard; et parvenus au bout des défrichements faits par les ordres de M. Bulow, je me trouvai, pour la première fois, dans une forêt vierge, et où la cognée ne s'était jamais fait entendre.

Je m'y promenais avec délices, observant les bienfaits et les ravages du temps qui crée et détruit, et je m'amusais à suivre toutes les périodes de la vie d'un chêne, depuis le moment où il sort de la terre avec deux feuilles, jusqu'à celui où il ne reste plus de lui qu'une longue trace noire, qui est la poussière de son coeur.

M. King me reprocha mes distractions, et nous nous mîmes à chasser. Nous tuâmes d'abord quelques-unes de ces jolies petites perdrix grises qui sont si rondes et si tendres. Nous abattîmes ensuite six ou sept écureuils gris, dont on fait grand cas dans ce pays; enfin notre heureuse étoile nous amena au milieu d'une compagnie de coqs-d'Inde.

Ils partirent à peu d'intervalle les uns des autres, d'un vol bruyant, rapide, et en faisant de grands cris. M. Kang tira sur le premier, et courut après: les autres étaient hors de portée; enfin, le plus paresseux s'éleva à dix pas de moi; je le tirai dans une clairière, et il tomba raide mort.

Il faut être chasseur pour concevoir l'extrême joie que me causa un si beau coup de fusil. J'empoignai la superbe volatile, et je la retournais en tout sens depuis un quart d'heure, quand j'entendis M. King qui criait à l'aide; j'y courus, et je trouvai qu'il ne m'appelait que pour l'aider dans la recherche d'un dindon qu'il prétendait avoir tué, et qui n'en avait pas moins disparu.

Je mis mon chien sur la trace; mais il nous conduisit dans des halliers si épais et si épineux qu'un serpent n'y aurait pas pénétré; il fallut donc y renoncer; ce qui mit mon camarade dans un accès d'humeur qui dura jusqu'au retour.

Le surplus de notre chasse ne mérite pas les honneurs de l'impression. Au retour, nous nous égarâmes dans ces bois indéfinis, et nous courions grand risque d'y passer la nuit, sans les voix argentines des demoiselles Bulow et la pédale de leur papa, qui avait eu la bonté de venir au-devant de nous, et qui nous aidèrent à nous en tirer.

Les quatre soeurs s'étaient mises sous les armes: des robes très fraîches, des ceintures neuves, de jolis chapeaux et une chaussure soignée annoncèrent qu'on avait fait quelques frais pour nous; et j'eus, de mon côté, l'intention d'être aimable pour celle de ces demoiselles qui vint prendre mon bras, tout aussi propriétairement que si elle eût été ma femme.

En arrivant à la ferme, nous trouvâmes le souper servi; mais, avant que d'en profiter, nous nous assîmes un instant auprès d'un feu vif et brillant qu'on avait allumé pour nous, quoique le temps n'eût pas indiqué cette précaution. Nous nous en trouvâmes très bien, et fûmes délassés comme par enchantement.

Cette pratique venait sans doute des Indiens, qui ont toujours du feu dans leur case. Peut-être aussi est-ce une tradition de saint François de Sales, qui disait que le feu était bon douze mois de l'année. (Non liquet.)

Nous mangeâmes comme des affamés; un ample bowl de punch vint nous aider à finir la soirée, et une conversation où notre hôte mit bien plus d'abandon que la veille nous conduisit assez avant dans la nuit.

Nous parlâmes de la guerre de l'indépendance, où M. Bulow avait servi comme officier supérieur; de M. de La Fayette, qui grandit sans cesse dans le souvenir des Américains, qui ne le désignent que par sa qualité (the marquis); de l'agriculture, qui, en ce temps, enrichissait les États-Unis, et enfin de cette chère France, que j'aimais bien plus depuis que j'avais été forcé de la quitter.

Pour reposer la conversation, M. Bulow disait de temps à autre à sa fille aînée: «Mariah! give us a song.» Et elle nous chanta sans se faire prier, et avec un embarras charmant, la chanson nationale Yankee dudde, la complainte de la reine Marie et celle du major André, qui sont tout-à-fait populaires en ce pays. Maria avait pris quelques leçons, et, dans ces lieux élevés, passait pour une virtuose; mais son chant tirait surtout son mérite de la qualité de sa voix, qui était à la fois douce, fraîche et accentuée.

Le lendemain nous partîmes malgré les instances les plus amicales: car là aussi j'avais des devoirs à remplir. Pendant qu'on préparait les chevaux, M. Bulow, m'ayant pris à part, me dit ces paroles remarquables:

«Vous voyez en moi, mon cher monsieur, un homme heureux, s'il y en a un sous le ciel: tout ce qui vous entoure et ce que vous avez vu chez moi sort de mes propriétés. Ces bas, mes filles les ont tricotés; mes souliers et mes habits proviennent de mes troupeaux; ils contribuent aussi, avec mon jardin et ma basse-cour, à me fournir une nourriture simple et substantielle; et ce qui fait l'éloge de notre gouvernement, c'est qu'on compte dans le Connecticut des milliers de fermiers tout aussi contents que moi, et dont les portes, de même que les miennes, n'ont pas de serrures.

«Les impôts ici ne sont presque rien; et tant qu'ils sont payés nous pouvons dormir sur les deux oreilles. Le congrès favorise de tout son pouvoir notre industrie naissante; des facteurs se croisent en tout sens pour nous débarrasser de ce que nous avons à vendre; et j'ai de l'argent comptant pour longtemps, car je viens de vendre, au prix de vingt-quatre dollars le tonneau, la farine que je donne ordinairement pour huit.

«Tout nous vient de la liberté que nous avons conquise et fondée sur de bonnes lois. Je suis maître chez moi, et vous ne vous en étonnerez pas quand vous saurez qu'on n'y entend jamais le bruit du tambour, et que, hors le 4 juillet, anniversaire glorieux de notre indépendance, on n'y voit ni soldats, ni uniformes, ni baïonnettes.»

Pendant tout le temps que dura notre retour, j'eus l'air absorbé dans de profondes réflexions: on croira peut-être que je m'occupais de la dernière allocution de M. Bulow; mais j'avais bien d'autres sujets de méditation: je pensais à la manière dont je ferais cuire mon coq-d'Inde, et je n'étais pas sans embarras, parce que je craignais de ne pas trouver à Hartford tout ce que j'aurais désiré; car je voulais m'élever un trophée en étalant avec avantage mes dépouilles opimes.

Je fais un douloureux sacrifice en supprimant les détails du travail profond dont le but était de traiter d'une manière distinguée les convives américains que j'avais engagés. Il suffira de dire que les ailes de perdrix furent servies en papillote, et les écureuils gris courbouillonnés au vin de Madère.

Quant au dindon, qui faisait notre unique plat de rôti, il fut charmant à la vue, flatteur à l'odorat et délicieux au goût. Aussi, jusqu'à la consommation de la dernière de ses particules, on entendait tout autour de la table: «Very good! exceedingly good! oh! dear sir, what a glorious bit!» Très bon, extrêmement bon! ô mon cher monsieur, quel glorieux morceau 14!

Note 14: (retour) La chair de la dinde sauvage est plus colorée et plus parfumée que celle de la dinde domestique... J'ai appris avec plaisir que mon estimable collègue, M. Bosc, en avait tué dans la Caroline, qu'il les avait trouvées excellentes, et surtout bien meilleures que celles que nous élevons en Europe. Aussi conseille-t-il à ceux qui en élèvent de leur donner le plus de liberté possible, de les conduire aux champs, et même dans les bois, pour en rehausser le goût et les rapprocher d'autant de l'espèce primitive. (Annales d'Agriculture, cah. du 28 février 1821.)

§ V.--Du Gibier.

39.

N entend par gibier les animaux bons à manger qui vivent dans les bois et les campagnes, dans l'état de liberté naturelle.

Nous disons bons à manger, parce que quelques-uns de ces animaux ne sont pas compris sous la dénomination de gibier. Tels sont les renards, blaireaux, corbeaux, pies, chats-huants et autres: on les appelle bêtes puantes.

Nous divisons le gibier en trois séries:

La première commence à la grive et contient, en descendant, tous les oiseaux de moindre volume, appelés petits oiseaux.

La seconde commence en remontant au râle de genêt, à la bécasse, à la perdrix, au faisan, au lapin et au lièvre; c'est le gibier proprement dit: gibier de terre et gibier de marais, gibier de poil, gibier de plume.

La troisième est plus connue sous le nom de venaison; elle se compose du sanglier, du chevreuil et de tous les autres animaux fissipèdes.

Le gibier fait les délices de nos tables; c'est une nourriture saine, chaude, savoureuse, de haut goût, et facile à digérer toutes les fois que l'individu est jeune.

Mais ces qualités n'y sont pas tellement inhérentes qu'elles ne dépendent beaucoup de l'habileté du préparateur qui s'en occupe. Jetez dans un pot du sel, de l'eau et un morceau de boeuf, vous en retirerez du bouilli et du potage. Au boeuf, substituez du sanglier ou du chevreuil, vous n'aurez rien de bon; tout l'avantage, sous ce rapport, appartient à la viande de boucherie.

Mais sous les ordres d'un chef instruit, le gibier subit un grand nombre de modifications et transformations savantes, et fournit la plupart des mets de haute saveur qui constituent la cuisine transcendante.

Le gibier tire aussi une grande partie de son prix de la nature du sol où il se nourrit; le goût d'une perdrix rouge du Périgord n'est pas le même que celui d'une perdrix rouge de Sologne; et quand le lièvre tué dans les plaines des environs de Paris ne paraît qu'un plat assez insignifiant, un levreau né sur les coteaux brûlés du Valromey ou du Haut-Dauphiné est peut-être le plus parfumé de tous les quadrupèdes.

Parmi les petits oiseaux, le premier, par ordre d'excellence, est sans contredit le becfigue.

Il s'engraisse au moins autant que le rouge-gorge ou l'ortolan, et la nature lui a donné en outre une amertume légère et un parfum unique si exquis, qu'ils engagent, remplissent et béatifient toutes les puissances dégustatrices. Si un becfigue était de la grosseur d'un faisan, on le paierait certainement à l'égal d'un arpent de terre.

C'est grand dommage que cet oiseau privilégié se voie si rarement à Paris: il en arrive à la vérité quelques-uns, mais il leur manque la graisse qui fait tout leur mérite, et on peut dire qu'ils ressemblent à peine à ceux qu'on voit dans les départements de l'est ou du midi de la France 15.

Note 15: (retour) J'ai entendu parler à Belley, dans ma jeunesse, du jésuite Fabi, né dans ce diocèse, et du goût particulier qu'il avait pour les becfigues. Dès qu'on en entendait crier, on disait: Voilà les becfigues, le père Fabi est en route. Effectivement, il ne manquait jamais d'arriver le 1er septembre avec un ami: ils venaient s'en régaler pendant tout le passage; chacun se faisait un plaisir de les inviter, et ils partaient vers le 25.

Tant qu'il fut en France, il ne manqua jamais de faire son voyage ornithophilique, et ne l'interrompit que quand il fut envoyé à Rome, où il mourut pénitencier en 1688.

Le père Fabi (Honoré) était un homme de grand savoir; il a fait divers ouvrages de théologie et de physique, dans l'un desquels il cherche à prouver qu'il avait découvert la circulation du sang avant ou du moins aussitôt qu'Harvey.

Peu de gens savent manger les petits oiseaux; en voici la méthode telle qu'elle m'a été confidentiellement transmise par le chanoine Charcot, gourmand par état et gastronome parfait, trente ans avant que le nom fût connu.

Prenez par le bec un petit oiseau bien gras, saupoudrez-le d'un peu de sel, ôtez-en le gésier, enfoncez-le adroitement dans votre bouche, mordez et tranchez tout près de vos doigts, et mâchez vivement: il en résulte un suc assez abondant pour envelopper tout l'organe, et vous goûterez un plaisir inconnu au vulgaire.

Odi profanum vulgus, et arceo. Horace.

La caille est, parmi le gibier proprement dit, ce qu'il y a de plus mignon et de plus aimable. Une caille bien grasse plaît également par son goût, sa forme et sa couleur. On fait acte d'ignorance toutes les fois qu'on la sert autrement que rôtie ou en papillotes, parce que son parfum est très fugace, et toutes les fois que l'animal est en contact avec un liquide, il se dissout, s'évapore et se perd.

La bécasse est encore un oiseau très distingué, mais peu de gens en connaissent tous les charmes. Une bécasse n'est dans toute sa gloire que quand elle a été rôtie sous les yeux d'un chasseur, surtout du chasseur qui l'a tuée; alors la rôtie est confectionnée suivant les règles voulues, et la bouche s'inonde de délices.

Au-dessus des précédents, et même de tous, devrait se placer le faisan; mais peu de mortels savent le présenter à point.

Un faisan mangé dans la première huitaine de sa mort ne vaut ni une perdrix ni un poulet, car son mérite consiste dans son arôme.

La science a considéré l'expansion de cet arôme, l'expérience l'a mise en action, et un faisan saisi pour son infocation est un morceau digne des gourmands les plus exaltés.

On trouvera dans les Variétés la manière de rôtir un faisan à la sainte alliance. Le moment est venu où cette méthode, jusqu'ici concentrée dans un petit cercle d'amis, doit s'épancher au dehors pour le bonheur de l'humanité. Un faisan aux truffes est moins bon qu'on ne pourrait le croire; l'oiseau est trop sec pour oindre le tubercule; et d'ailleurs le fumet de l'un et le parfum de l'autre se neutralisent en s'unissant, ou plutôt ne se conviennent pas.

§ VI.--Du Poisson.

40.

UELQUES savants, d'ailleurs peu orthodoxes, ont prétendu que l'Océan avait été le berceau commun de tout ce qui existe; que l'espèce humaine elle-même était née dans la mer, et qu'elle ne devait son état actuel qu'à l'influence de l'air et aux habitudes qu'elle a été obligée de prendre pour séjourner dans ce nouvel élément.

Quoi qu'il en soit, il est au moins certain que l'empire des eaux contient une immense quantité d'êtres de toutes les formes et de toutes les dimensions, qui jouissent des propriétés vitales dans des proportions très différentes, et suivant un mode qui n'est point le même que celui des animaux à sang chaud..

Il n'est pas moins vrai qu'il présente, en tout temps et partout une masse énorme d'aliments, etc., et que, dans l'état actuel de la science, il introduit sur nos tables la plus agréable variété.

Le poisson, moins nourrissant que la chair, plus succulent que les végétaux, est un mezzo termine qui convient à presque tous les tempéraments, et qu'on peut permettre même aux convalescents.

Les Grecs et les Romains, quoique moins avancés que nous dans l'art d'assaisonner le poisson, n'en faisaient pas moins très grand cas, et poussaient la délicatesse jusqu'à pouvoir deviner au goût en quelles eaux ils avaient été pris.

Ils en conservaient dans des viviers; et l'on connaît la cruauté de Vadius Pollion, qui nourrissait des murènes avec les corps des esclaves qu'il faisait mourir: cruauté que l'empereur Domitien désapprouva hautement, mais qu'il aurait dû punir.

Un grand débat s'est élevé sur la question de savoir lequel doit l'emporter, du poisson de mer ou du poisson d'eau douce.

Le différend ne sera probablement jamais jugé, conformément au proverbe espagnol, sobre los gustos, no hai disputa. Chacun est affecté à sa manière: ces sensations fugitives ne peuvent s'exprimer par aucun caractère connu, et il n'y a pas d'échelle pour estimer si un cabillaud, une sole ou un turbot valent mieux qu'une truite saumonnée, un brochet de haut bord, ou même une tanche de six ou sept livres.

II est bien convenu que le poisson est beaucoup moins nourrissant que la viande, soit parce qu'il ne contient point d'osmazôme, soit parce qu'étant bien plus léger en poids, sous le même volume il contient moins de matière. Le coquillage et spécialement les huîtres fournissent peu de substance nutritive, c'est ce qui fait qu'on en peut manger beaucoup sans nuire au repas qui suit immédiatement.

On se souvient qu'autrefois un festin de quelque apparat commençait ordinairement par des huîtres, et qu'il se trouvait toujours un bon nombre de convives qui ne s'arrêtaient pas sans en avoir avalé une grosse (douze douzaines, cent quarante-quatre). J'ai voulu savoir quel était le poids de cette avant-garde, et j'ai vérifié qu'une douzaine d'huîtres (eau comprise) pesait quatre onces, poids marchand: ce qui donne pour la grosse trois livres. Or, je regarde comme certain que les mêmes personnes, qui n'en dînaient pas moins bien après les huîtres, eussent été complètement rassasiées si elles avaient mangé la même quantité de viande, quand même ç'aurait été de la chair de poulet.

Anecdote.

En 1798, j'étais à Versailles, en qualité de commissaire du Directoire, et j'avais des relations assez fréquentes avec le sieur Laperte, greffier du tribunal du département; il était grand amateur d'huîtres et se plaignait de n'en avoir jamais mangé à satiété, ou, comme il le disait: tout son soûl.

Je résolus de lui procurer cette satisfaction, et à cet effet je l'invitai à dîner avec moi le lendemain.

Il vint; je lui tins compagnie jusqu'à la troisième douzaine, après quoi je le laissai aller seul. Il alla ainsi jusqu'à la trente-deuxième, c'est-à-dire pendant plus d'une heure, car l'ouvreuse n'était pas bien habile.


Cependant j'étais dans l'inaction, et comme c'est à table qu'elle est vraiment pénible, j'arrêtai mon convive au moment où il était le plus en train: «Mon cher, lui dis-je, votre destin n'est pas de manger aujourd'hui votre soûl d'huîtres, dînons.» Nous dînâmes, et il se comporta avec la vigueur et la tenue d'un homme qui aurait été à jeun.

Muria.--Garum.

41.

Les anciens tiraient du poisson deux assaisonnements de très haut goût, le muria et le garum.

E premier n'était que la saumure de thon, ou, pour parler plus exactement, la substance liquide que le mélange de sel faisait découler de ce poisson.

Le garum, qui était plus cher, nous est beaucoup moins connu. On croit qu'on le tirait par expression des entrailles marinées du scombre ou maquereau; mais alors rien ne rendrait raison de ce haut prix. Il y a lieu de croire que c'était une sauce étrangère, et peut-être n'était-ce autre chose que le soy qui nous vient de l'Inde, et qu'on sait être le résultat de poissons fermentés avec des champignons.

Certains peuples, par leur position, sont réduits à vivre presque uniquement de poisson; ils en nourrissent pareillement leurs animaux de travail, que l'habitude finit par soumettre à ces aliments insolites; ils en fument même leurs terres, et cependant la mer qui les environne ne cesse pas de leur en fournir toujours la même quantité.

On a remarqué que ces peuples ont moins de courage que ceux qui se nourrissent de chair; ils sont pâles, ce qui n'est point étonnant, parce que, d'après les éléments dont le poisson est composé, il doit plus augmenter la lymphe que réparer le sang.

On a pareillement observé parmi les nations ichthyophages des exemples nombreux de longévité, soit parce qu'une nourriture peu substantielle et plus légère leur sauve les inconvénients de la pléthore, soit que les sucs qu'elle contient, n'étant destinés par la nature qu'à former au plus des arêtes et des cartilages qui n'ont jamais une grande durée, l'usage habituel qu'en font les hommes retarde chez eux de quelques années la solidification de toutes les parties du corps, qui devient enfin la cause nécessaire de la mort naturelle.

Quoi qu'il en soit, le poisson, entre les mains d'un préparateur habile, peut devenir une source inépuisable de jouissances gustuelles; on le sert entier, dépecé, tronçonné, à l'eau, à l'huile, au vin, froid, chaud, et toujours il est également bien reçu; mais il ne mérite jamais un accueil plus distingué que lorsqu'il parait sous la forme d'une matelotte.

Ce ragoût, quoiqu'imposé par la nécessité aux mariniers qui parcourent nos fleuves, et perfectionné seulement par les cabaretiers du bord de l'eau, ne leur est pas moins redevable d'une bonté que rien ne surpasse; et les ichthyophiles ne les voient jamais paraître sans exprimer leur ravissement, soit à cause de la franchise de son goût, soit parce qu'il réunit plusieurs qualités, soit enfin parce qu'on peut en manger presque indéfiniment sans craindre ni la satiété ni l'indigestion.

La gastronomie analytique a cherché à examiner quels sont, sur l'économie animale, les effets du régime ichthyaque, et des observations unanimes ont démontré qu'il agit fortement sur le génésique, et éveille chez les deux sexes l'instinct de la production.

L'effet une fois connu, on en trouva d'abord deux causes tellement immédiates qu'elles étaient à la portée de tout le monde, savoir: 1° diverses manières de préparer le poisson, dont les assaisonnements sont évidemment irritants, tel que le caviar, les harengs saurs, le thon mariné, la morue, le stock-fish, et autres pareils; 2° les sucs divers dont le poisson est imbibé, qui sont éminemment inflammables, et s'oxygènent et se rancissent par la digestion.

Une analyse plus profonde en a découvert une troisième encore plus active, savoir: la présence du phosphore qui se trouve tout formé dans les laites, et qui ne manque pas de se montrer en décomposition.

Ces vérités physiques étaient sans doute ignorées de ces législateurs ecclésiastiques qui imposèrent la diète quadragésimale à diverses communautés de moines, telles que les Chartreux, les Récollets, les Trappistes et les Carmes Déchaux réformés par sainte Thérèse; car on ne peut pas supposer qu'ils aient eu pour but de rendre encore plus difficile l'observance du but de chasteté, déjà si antisocial.

Sans doute, dans cet état de choses, des victoires éclatantes ont été remportées, des sens bien rebelles ont été soumis; mais aussi que de chutes! que de défaites! Il faut qu'elles aient été bien avérées, puisqu'elles finirent par donner à un ordre religieux une réputation semblable à celle d'Hercule chez les filles de Danaüs, ou du maréchal de Saxe auprès de mademoiselle Lecouvreur.

Au reste, ils auraient pu être éclairés par une anecdote déjà ancienne, puisqu'elle nous est venue par les croisades.

Le sultan Saladin, voulant éprouver jusqu'à quel point pouvait aller la continence des derviches, en prit deux dans son palais, et pendant un certain espace de temps les fit nourrir des viandes les plus succulentes.

Bientôt la trace des sévérités qu'ils avaient exercées sur eux-mêmes s'effaça, et leur embonpoint commença à reparaître.

Dans cet état, on leur donna pour compagnes deux odalisques d'une beauté toute puissante, mais elles échouèrent dans leurs attaques les mieux dirigées, et les deux saints sortirent d'une épreuve aussi délicate, purs comme le diamant de Visapour.

Le sultan les garda encore dans son palais, et pour célébrer leur triomphe, leur fit faire pendant plusieurs semaines une chère également soignée, mais exclusivement en poisson.

À peu de jours, on les soumit de nouveau au pouvoir réuni de la jeunesse et de la beauté; mais cette fois, la nature fut la plus forte, et les trop heureux cénobites succombèrent... étonnamment.

Dans l'état actuel de nos connaissances, il est probable que, si le cours des choses ramenait quelque ordre monacal; les supérieurs chargés de les diriger adopteraient un régime plus favorable à l'accomplissement de leurs devoirs.

Réflexion philosophique.

42.--Le poisson, pris dans la collection de ses espèces, est pour le philosophe un sujet inépuisable de méditation et d'étonnement.

Les formes variées de ces étranges animaux, les sens qui leur manquent, la restriction de ceux qui leur ont été accordés, leurs diverses manières d'exister, l'influence qu'a dû exercer sur tout cela la différence du milieu dans lequel ils sont destinés à vivre, respirer et se mouvoir, étendent la sphère de nos idées et des modifications indéfinies qui peuvent résulter de la matière, du mouvement et de la vie.

Quant à moi, j'ai pour eux un sentiment qui ressemble au respect, et qui naît de persuasion intime où je suis que ce sont des créatures évidemment antédiluviennes; car le grand cataclysme, qui noya nos grands-oncles vers le dix-huitième siècle de la création du monde, ne fut pour les poissons qu'un temps de joie, de conquête, de festivité.

§ VII.--Des Truffes.

43.

UI dit truffe prononce un grand mot qui réveille des souvenirs érotiques et gourmands chez le sexe portant jupes, et des souvenirs gourmands et érotiques chez le sexe portant barbe.

Cette duplication honorable vient de ce que cet éminent tubercule passe non-seulement pour délicieux au goût; mais encore parce qu'on croit qu'il élève une puissance dont l'exercice est accompagné des plus doux plaisirs.

L'origine de la truffe est inconnue: on la trouve, mais on ne sait ni comment elle naît ni comment elle végète. Les hommes les plus habiles s'en sont occupés: on a cru en reconnaître les graines, on a promis qu'on en sèmerait à volonté. Efforts inutiles! promesses mensongères! jamais la plantation n'a été suivie de la récolte, et ce n'est peut-être pas un grand malheur; car, comme le prix des truffes tient un peu au caprice, peut-être les estimerait-on moins si on les avait en quantité et à bon marché.

«Réjouissez-vous, chère amie, disais-je un jour à madame de Ville-Plaine; on vient de présenter à la Société d'encouragement un métier au moyen duquel on fera de la dentelle superbe, et qui ne coûtera presque rien.--Eh! me répondit cette belle avec un regard de souveraine indifférence, si la dentelle était à bon marché, croyez-vous qu'on voudrait porter de semblables guenilles?»

De la Vertu érotique des Truffes.

44.

ES Romains ont connu la truffe; mais il ne paraît pas que l'espèce française soit parvenue jusqu'à eux. Celles dont ils faisaient leurs délices leur venaient de Grèce, d'Afrique, et principalement de Libye; la substance en était blanche et rougeâtre, et les truffes de Libye étaient les plus recherchées, comme à la fois plus délicates et plus parfumées.

Libidinis alimenta per omnia quærunt. Juvénal.

Des Romains jusqu'à nous il y a eu un long interrègne, et la résurrection des truffes est assez récente; car j'ai lu plusieurs anciens dispensaires où il n'en est pas mention: on peut même dire que la génération qui s'écoule au moment où j'écris en a été presque témoin.

Vers 1780, les truffes étaient rares à Paris; on n'en trouvait, et seulement en petite quantité, qu'à l'hôtel des Américains et à l'hôtel de Provence, et une dinde truffée était un objet de luxe qu'on ne voyait qu'à la table des plus grands seigneurs, ou chez les filles entretenues.

Nous devons leur multiplication aux marchands de comestibles, dont le nombre s'est fort accru, et qui, voyant que cette marchandise prenait faveur, en ont fait demander dans tout le royaume, et qui, les payant bien et les faisant arriver par les courriers de la malle et par la diligence, en ont rendu la recherche générale; car, puisqu'on ne peut pas les planter, ce n'est qu'en les recherchant avec soin qu'on peut en augmenter la consommation.

On peut dire qu'au moment où j'écris (1825) la gloire de la truffe est à son apogée. On n'ose pas dire qu'on s'est trouvé à un repas où il n'y aurait pas eu une pièce truffée. Quelque bonne en soi que puisse être une entrée, elle se présente mal si elle n'est pas enrichie de truffes. Qui n'a pas senti sa bouche se mouiller en entendant parler de truffes à la provençale?

Un sauté de truffes est un plat dont la maîtresse de la maison se réserve de faire les honneurs; bref, la truffe est le diamant de la cuisine.

J'ai cherché la raison de cette préférence; car il m'a semblé que plusieurs autres substances avaient un droit égal à cet honneur; et je l'ai trouvée dans la persuasion assez générale où l'on est que la truffe dispose aux plaisirs génésiques; et, qui plus est, je me suis assuré que la plus grande partie de nos perfections, de nos prédilections et de nos admirations proviennent de la même cause, tant est puissant et général le servage où nous tient ce sens tyrannique et capricieux!

Cette découverte m'a conduit à désirer de savoir si l'effet est réel et l'opinion fondée en réalité.

Une pareille recherche est sans doute scabreuse et pourrait prêter à rire aux malins; mais honni soit qui mal y pense! toute vérité est bonne à découvrir.

Je me suis d'abord adressé aux dames, parce qu'elles ont le coup d'oeil juste et le tact fin; mais je me suis bientôt aperçu que j'aurais dû commencer cette disquisition quarante ans plus tôt, et je n'ai reçu que des réponses ironiques ou évasives: une seule y a mis de la bonne foi, et je vais la laisser parler; c'est une femme spirituelle sans prétention, vertueuse sans bégueulerie, et pour qui l'amour n'est plus qu'un souvenir aimable.

«Monsieur, me dit-elle, dans le temps où l'on soupait encore, je soupai un jour chez moi en trio avec mon mari et un de ses amis. Verseuil (c'était le nom de cet ami) était beau garçon, ne manquait pas d'esprit, et venait souvent chez moi; mais il ne m'avait jamais rien dit qui pût le faire regarder comme mon amant; et s'il me faisait la cour, c'était d'une manière si enveloppée qu'il n'y a qu'une sotte qui eût pu s'en fâcher. Il paraissait, ce jour-là, destiné à me tenir compagnie pendant le reste de la soirée, car mon mari avait un rendez-vous d'affaires, et devait nous quitter bientôt. Notre souper, assez léger d'ailleurs, avait cependant pour base une superbe volaille truffée. Le subdélégué de Périgueux nous l'avait envoyée. En ce temps, c'était un cadeau; et d'après son origine, vous pensez bien que c'était une perfection. Les truffes surtout étaient délicieuses, et vous savez que je les aime beaucoup: cependant je me contins; je ne bus aussi qu'un seul verre de Champagne; j'avais je ne sais quel pressentiment de femme que la soirée ne se passerait pas sans quelqu'événement. Bientôt mon mari partit et me laissa seule avec Verseuil, qu'il regardait comme tout à fait sans conséquence. La conversation roula d'abord sur des sujets indifférents; mais elle ne tarda pas à prendre une tournure plus serrée et plus intéressante. Verseuil fut successivement flatteur, expansif, affectueux, caressant, et voyant que je ne faisais que plaisanter tant de belles choses, il devint si pressant que je ne pus plus me tromper sur ses prétentions. Alors je me réveillai comme d'un songe, et me défendis avec d'autant plus de franchise que mon coeur ne me disait rien pour lui. Il persistait avec une action qui pouvait devenir tout-à-fait offensante; j'eus beaucoup de peine à le ramener; et j'avoue à ma honte que je n'y parvins que parce que j'eus l'art de lui faire croire que toute espérance ne lui serait pas interdite. Enfin il me quitta, j'allai me coucher et dormir tout d'un somme. Mais le lendemain fut le jour du jugement: j'examinai ma conduite de la veille et je la trouvai répréhensible. J'aurais dû arrêter Verseuil dès les premières phrases et ne pas me prêter à une conversation qui ne présageait rien de bon. Ma fierté aurait dû se réveiller plus tôt, mes yeux s'armer de sévérité; j'aurais dû sonner, crier, me fâcher, faire enfin tout ce que je ne fis pas. Que vous dirai-je monsieur? je mis tout cela sur le compte des truffes; je suis réellement persuadée qu'elles m'avaient donné une prédisposition dangereuse; et si je n'y renonçai pas (ce qui eût été trop rigoureux), du moins je n'en mange jamais sans que le plaisir qu'elles me causent ne soit mêlé d'un peu de défiance.»


Un aveu, quelque franc qu'il soit, ne peut jamais faire doctrine. J'ai donc cherché des renseignements ultérieurs; j'ai rassemblé mes souvenirs, j'ai consulté les hommes qui, par état, sont investis de plus de confiance individuelle; je les ai réunis en comité, en tribunal, en sénat, en sanhédrin, en aréopage, et nous avons rendu la décision suivante pour être commentée par les littérateurs du vingt-cinquième siècle.

«La truffe n'est point un aphrodisiaque positif; mais elle peut, en certaines occasions, rendre les femmes plus tendres et les hommes plus aimables.»

On trouve en Piémont les truffes blanches, qui sont très estimés; elles ont un petit goût d'ail qui ne nuit point à leur perfection, parce qu'il ne donne lieu à aucun retour désagréable.

Les meilleures truffes de France viennent du Périgord et de la Haute-Provence; c'est vers le mois de janvier qu'elles ont tout leur parfum.

Il en vient aussi en Bugey, qui sont de très haute qualité; mais cette espèce a le défaut de ne pas se conserver. J'ai fait, pour les offrir aux flâneurs des bords de la Seine, quatre tentatives dont une seule a réussi; mais pour lors ils jouirent de la bonté de la chose et du mérite de la difficulté vaincue.

Les truffes de Bourgogne et du Dauphiné sont de qualité inférieure; elles sont dures et manquent d'avoine; ainsi; il y a truffes et truffes, comme il y a fagots et fagots.

On se sert le plus souvent, pour trouver les truffes, de chiens et de cochons qu'on dresse à cet effet; mais il est des hommes dont le coup d'oeil est si exercé, qu'à l'inspection d'un terrain ils peuvent dire, avec quelque certitude, si on y peut trouver des truffes, et quelle en est la grosseur et la qualité.

Les Truffes sont-elles indigestes?

L ne nous reste plus qu'à l'examiner si la truffe est indigeste.

Nous répondrons négativement.

Cette décision officielle et en dernier ressort est fondée:

1° Sur la nature de l'objet même à examiner (la truffe est un aliment facile à mâcher, léger de poids, et qui n'a en soi rien de dur ni de coriace);

2° Sur nos observations pendant plus de cinquante ans qui se sont écoulés sans que nous ayons vu en indigestion aucun mangeur de truffes;

3° Sur l'attestation des plus célèbres praticiens de Paris, cité admirablement gourmande, et truffivore par excellence;

4° Enfin, sur la conduite journalière de ces docteurs de la loi qui, toutes choses égales, consomment plus de truffes qu'aucune autre classe de citoyens; témoin, entre autres, le docteur Malouet, qui en absorbait des quantités à indigérer un éléphant, et qui n'en a pas moins vécu jusqu'à quatre-vingt-six ans.

Ainsi on peut regarder comme certain que la truffe est un aliment aussi sain qu'agréable, et qui, pris avec modération, passe comme une lettre à la poste.

Ce n'est pas qu'on ne puisse être indisposé à la suite d'un grand repas où, entre autres choses, on aurait mangé des truffes; mais ces accidents n'arrivent qu'à ceux qui s'étant déjà, au premier service, bourrés comme des canons, se crèvent encore au second, pour ne pas laisser passer intactes les bonnes choses qui leur sont offertes.

Alors ce n'est point la fautes des truffes; et on peut assurer qu'ils seraient encore plus malades si, au lieu de truffes, ils avaient, en pareilles circonstances, avalé la même quantité de pommes de terre.

Finissons par un fait qui montre combien il est facile de se tromper quand on n'observe pas avec soin.

J'avais un jour invité à dîner M. Simonard, vieillard fort aimable, et gourmand au plus haut de l'échelle. Soit parce que je connaissais ses goûts, soit pour prouver à tous mes convives que j'avais leur jouissance à coeur, je n'avais pas épargné les truffes, et elles se présentaient sous l'égide d'un dindon vierge avantageusement farci.

M. S... en mangea avec énergie; et comme je savais que jusque-là il n'en était pas mort, je le laissai faire, en l'exhortant à ne pas se presser, parce que personne ne voulait attenter à la propriété qui lui était acquise.

Tout se passa très bien, et on se sépara assez tard; mais, arrivé chez lui, M. Simonard fut saisi de violentes coliques d'estomac, avec des envies de vomir, une toux convulsive et un malaise général.

Cet état dura quelque temps et donnait de l'inquiétude; on criait déjà à l'indigestion de truffes, quand la nature vint au secours du patient, M. Simonard ouvrit sa large bouche, et éructa violemment un seul fragment de truffes qui alla frapper la tapisserie, et rebondit avec force, non sans danger pour ceux qui lui donnaient des soins.

Au même instant tous les symptômes fâcheux cessèrent, la tranquillité reparut, la digestion reprit son cours, le malade s'endormit, et se réveilla le lendemain dispos et tout-à-fait sans rancune.

La cause du mal fut bientôt connue. M. Simonard mange depuis longtemps; ses dents n'ont pas pu soutenir le travail qu'il leur a imposé; plusieurs de ces précieux osselets ont émigré, et les autres ne conservent pas la coïncidence désirable.

Dans cet état de choses, une truffe avait échappé à la mastication, et s'était, presque entière, précipitée dans l'abîme; l'action de la digestion l'avait portée vers le pylore, où elle s'était momentanément engagée: c'est cet engagement mécanique qui avait causé le mal, comme l'expulsion en fut le remède.

Ainsi il n'y eut jamais indigestion, mais seulement supposition d'un corps étranger.

C'est ce qui fut décidé par le comité consultatif qui vit la pièce de conviction, et qui voulut bien m'agréer pour rapporteur.

M. Simonard n'en est pas, pour cela, resté moins fidèlement attaché à la truffe; il l'aborde toujours avec la même audace; mais il a soin de la mâcher avec plus de précision, de l'avaler avec plus de prudence; et il remercie Dieu, dans la joie de son coeur, de ce que cette précaution sanitaire lui procure une prolongation de jouissances.

§ VIII.--Du Sucre.

45.

U terme où la science est parvenue aujourd'hui, on entend par sucre une substance douce au goût, cristallisable, et qui, par la fermentation, se résout en acide carbonique et en alcool.

Autrefois on entendait par sucre le sucre épaissi et cristallisé de la canne (arundo saccharifera).

Ce roseau est originaire des Indes; cependant il est certain que les Romains ne connaissaient pas le sucre comme chose usuelle ni comme cristallisation.

Quelques pages des livres anciens peuvent bien faire croire qu'on avait remarqué, dans certains roseaux, une partie extractive et douce, Lucain a dit:

/# Quique bibunt tenera dulces ab arundine succos. #/

Mais d'une eau édulcorée par le sucre et la canne, au sucre tel que nous l'avons, il y a loin; et chez les Romains l'art n'était point encore assez avancé pour y parvenir.

C'est dans les colonies du Nouveau-Monde que le sucre a véritablement pris naissance; la canne y a été importée il y a environ deux siècles; elle y prospère. On a cherché à utiliser le doux jus qui en découle, de tâtonnements en tâtonnements on est parvenu à en extraire successivement du vesou, du sirop, du sucre terré, de la mélasse, et du sucre raffiné à différents degrés.

La culture de la canne à sucre est devenue un objet de la plus haute importance; car elle est une source de richesse, soit pour ceux qui la font cultiver, soit pour ceux qui commercent de son produit, soit pour ceux qui l'élaborent, soit enfin pour les gouvernements qui le soumettent aux impositions.

Du Sucre indigène.

N a cru pendant longtemps qu'il ne fallait pas moins que la chaleur des tropiques pour faire élaborer le sucre; mais vers 1740, Margraff le découvrit dans quelques plantes des zones tempérées, et entre autres dans la betterave; et cette vérité fut poussée jusqu'à la démonstration, par les travaux que fit à Berlin le professeur Achard.

Au commencement du dix-neuvième siècle, les circonstances ayant rendu le sucre rare, et par conséquent cher en France, le gouvernement en fit l'objet de la recherche des savants.

Cet appel eut un plein succès: on s'assura que le sucre était assez abondamment répandu dans le règne végétal; on le découvrit dans le raisin, dans la châtaigne, dans la pomme de terre, et surtout dans la betterave.

Cette dernière plante devint l'objet d'une grande culture et d'une foule de tentatives qui prouvèrent que l'ancien monde pouvait, sous ce rapport, se passer du nouveau. La France se couvrit de manufactures qui travaillèrent avec divers succès, et la saccharication s'y naturalisa: art nouveau, et que les circonstances peuvent quelque jour rappeler.

Parmi ces manufactures, on distingua surtout celle qu'établit à Passy, près Paris, M. Benjamin Delessert, citoyen respectable dont le nom est toujours uni à ce qui est bon et utile.

Par une suite d'opérations bien entendues, il parvint à débarrasser la pratique de ce qu'elle avait de douteux, ne fit point mystère de ses découvertes, même à ceux qui auraient été tentés de devenir ses rivaux, reçut la visite du chef du gouvernement, et demeura chargé de fournir à la consommation du palais des Tuileries.

Des circonstances nouvelles, la restauration et la paix, ayant ramené le sucre des colonies à des prix assez bas, les manufactures de sucre de betterave ont perdu une grande partie de leurs avantages. Cependant il en est encore plusieurs qui prospèrent; et M. Benjamin Delessert en fait chaque année quelques milliers, sur lesquels il ne perd point, et qui lui fournissent l'occasion de conserver des méthodes auxquelles il peut devenir utile d'avoir recours 16.

Note 16: (retour) On peut ajouter qu'à sa séance générale, la Société d'encouragement pour l'industrie nationale a décerné une médaille d'or à M. Crespel, manufacturier d'Arras, qui fabrique chaque année plus de cent cinquante milliers de sucre de betterave, dont il fait un commerce avantageux, même lorsque le sucre de canne descend à 2 francs 20 centimes le kilogramme: ce qui provient de ce qu'on est parvenu à tirer parti des marcs, qu'on distille pour en extraire les esprits, et qu'on emploie ensuite à la nourriture des bestiaux Lorsque le sucre de betterave fut dans le commerce, les gens de parti, les roturiers et les ignorants trouvèrent qu'il avait mauvais goût, qu'il sucrait mal; quelques-uns même prétendirent qu'il était malsain.

Des expériences exactes et multipliées ont prouvé le contraire; et M. le comte Chaptal en a inséré le résultat dans son excellent livre: La chimie appliquée à l'agriculture, tome II, pag. 13, 1re édition.

«Les sucres qui proviennent de ces diverses plantes, dit ce célèbre chimiste, sont rigoureusement de même nature et ne diffèrent en aucune manière, lorsqu'on les a portés par le raffinage au même degré de pureté. Le goût, la cristallisation, la couleur, la pesanteur, sont absolument identiques, et l'on peut défier l'homme le plus habitué à juger ces produits ou à les consommer de les distinguer l'un de l'autre.»

On aura un exemple frappant de la force des préjugés et de la peine que la vérité trouve à s'établir, quand on saura que, sur cent sujets de la Grande-Bretagne pris indistinctement, il n'y en a pas dix qui croient qu'on puisse faire du sucre avec de la betterave.

Divers usages du sucre.

Le sucre est entré dans le monde par l'officine des apothicaires. Il devait y jouer un grand rôle; car, pour désigner quelqu'un à qui il aurait manqué quelque chose essentielle, on disait: C'est comme un apothicaire sans sucre.

Il suffisait qu'il vînt de là pour qu'on le reçût avec défaveur: les uns disaient qu'il était échauffant; d'autres, qu'il attaquait la poitrine; quelques-uns, qu'il disposait à l'apoplexie; mais la calomnie fut obligée de s'enfuir devant la vérité, et il y a plus de quatre-vingts ans que fut proféré ce mémorable apophthegme: Le sucre ne fait mal qu'à la bourse.

Sous une égide aussi impénétrable, l'usage du sucre est devenu chaque jour plus fréquent, plus général, et il n'est pas de substance alimentaire qui ait subi plus d'amalgames et de transformations.

Bien des personnes aiment à manger le sucre pur, et, dans quelques cas, la plupart désespérés, la Faculté l'ordonne sous cette forme, comme un remède qui ne peut nuire, et qui n'a du moins rien de repoussant.

Mêlé à l'eau, il donne l'eau sucrée, boisson rafraîchissante, saine, agréable, et quelquefois salutaire comme remède.

Mêlé à l'eau en plus forte dose, et concentré par le feu, il donne les sirops, qui se chargent de tous les parfums, et présentent à toute heure un rafraîchissement qui plaît à tout le monde par sa variété.


Mêlé à l'eau, dont l'art vient ensuite soustraire le calorique, il donne les glaces, qui sont d'origine italienne, et dont l'importation paraît due à Catherine de Médicis.

Mêlé au vin, il donne un cordial, un restaurant tellement reconnu, que, dans quelques pays, on en mouille des rôties qu'on porte aux nouveaux mariés la première nuit de leurs noces, de la même manière qu'en pareille occasion on leur porte en Perse des pieds de de mouton au vinaigre.

Mêlé à la farine et aux oeufs, il donne les biscuits, les macarons, les croquignoles, les babas, et cette multitude de pâtisseries légères, qui constituent l'art assez récent du pâtissier petit-fournier.

Mêlé avec du lait, il donne les crèmes, les blancs-mangers, et autres préparations d'office qui terminent si agréablement un second service, en substituant au goût substantiel des viandes un parfum plus fin et plus éthéré.

Mêlé au café, il en fait ressortir l'arôme.

Mêlé au café au lait, il donne un aliment léger, agréable, facile à se procurer, et qui convient parfaitement à ceux pour qui le travail de cabinet suit immédiatement le déjeuner. Le café au lait plaît aussi souverainement aux dames; mais l'oeil clairvoyant de la science a découvert que son usage trop fréquent pouvait leur nuire dans ce qu'elles ont de plus cher.

Mêlé aux fruits et aux fleurs, il donne les confitures, les marmelades, les conserves, les pâtes et les candis, méthode conservatrice qui nous fait jouir du parfum de ces fruits et de ces fleurs longtemps après l'époque que la nature avait fixée pour leur durée.

Peut-être, envisagé sous ce dernier rapport, le sucre pourrait-il être employé avec avantage dans l'art de l'embaumement, encore peu avancé parmi nous.

Enfin le sucre, mêlé à l'alcool, donne des liqueurs spiritueuses, inventées, comme on sait, pour réchauffer la vieillesse de Louis XIV, et qui, saisissant le palais par leur énergie, et l'odorat par les gaz parfumés qui y sont joints, forment en ce moment le nec plus ultra des jouissances du goût.

L'usage du sucre ne se borne pas là. On peut dire qu'il est le condiment universel, et qu'il ne gâte rien. Quelques personnes en usent avec les viandes, quelquefois avec les légumes, et souvent avec les fruits à la main. Il est de rigueur dans les boissons composées le plus à la mode, telles que le punch, le négus, le sillabub, et autres d'origine exotique; et ses applications varient à l'infini, parce qu'elles se modifient au gré des peuples et des individus.

Telle est cette substance que les Français du temps de Louis XIII connaissaient à peine de nom, et qui, pour ceux du XIXe siècle, est devenue une denrée de première nécessité; car il n'est pas de femme, surtout dans l'aisance, qui ne dépense plus d'argent pour son sucre que pour son pain.

M. Delacroix, littérateur aussi aimable que fécond, se plaignait à Versailles du prix du sucre, qui, à cette époque, dépassait 5 francs la livre. «Ah! disait-il d'une voix douce et tendre, si jamais le sucre revient à trente sous, je ne boirai jamais d'eau qu'elle ne soit sucrée.» Ses voeux ont été exaucés; il vit encore, et j'espère qu'il se sera tenu parole.

§ IX.--Origine du Café.

46.--Le premier cafier a été trouvé en Arabie, et malgré les diverses transplantations que cet arbuste a subies, c'est encore de là que nous vient le meilleur café.


Une ancienne tradition porte que le café fut découvert par un berger, qui s'aperçut que son troupeau était dans une agitation et une hilarité particulières, toutes les fois qu'il avait brouté les baies du cafier.

Quoi qu'il en soit de cette vieille histoire, l'honneur de la découverte n'appartiendrait qu'à moitié au chevrier observateur; le surplus appartient incontestablement à celui qui, le premier, s'est avisé de torréfier cette fève.

Effectivement la décoction du café cru est une boisson insignifiante; mais la carbonisation y développe un arôme, et y forme une huile qui caractérisent le café tel que nous le prenons, et qui resteraient éternellement inconnus sans l'intervention de la chaleur.

Les Turcs, qui sont nos maîtres en cette partie, n'emploient point de moulin pour triturer le café; ils le pilent dans des mortiers et avec des pilons de bois; et quand ces instruments ont été longtemps employés à cet usage, ils deviennent précieux et se vendent à de grands prix.

Il m'appartenait, à plusieurs titres, de vérifier si, en résultat, il y avait quelque indifférence, et laquelle des deux méthodes était préférable.

En conséquence, j'ai torréfié avec soin une livre de bon moka; je l'ai séparée en deux portions égales, dont l'une a été moulue, et l'autre pilée à la manière des Turcs.

J'ai fait du café avec l'une et l'autre des poudres; j'en ai pris de chacune pareil poids, et j'y ai versé pareil poids d'eau bouillante, agissant en tout avec une égalité parfaite.

J'ai goûté ce café, et l'ai fait déguster par les plus gros bonnets. L'opinion unanime à été que celui qui résultait de la poudre pilée était évidemment supérieur à celui provenu de la poudre moulue.

Chacun pourra répéter l'expérience. En attendant, je puis donner un exemple assez singulier de l'influence que peut avoir telle ou telle manière de manipuler.

«Monsieur, disait un jour Napoléon au sénateur Laplace, comment se fait-il qu'un verre d'eau dans lequel je fais fondre un morceau de sucre me paraisse beaucoup meilleur que celui dans lequel je mets pareille quantité de sucre pilé?--Sire, répondit le savant, il existe trois substances dont les principes sont exactement les mêmes, savoir: le sucre, la gomme et l'amidon; elles ne diffèrent que par certaines conditions, dont la nature s'est réservé le secret; et je crois qu'il est possible que, dans la collision qui s'exerce par le pilon, quelques portions sucrées passent à l'état de gomme ou d'amidon, et causent la différence qui a lieu en ce cas.»

Ce fait a eu quelque publicité, et des observations ultérieures ont confirmé la première.

Diverses manières de faire le café.

L y a quelques années que toutes les idées se portèrent simultanément sur la meilleure manière de faire le café; ce qui provenait, sans presque qu'on s'en doutât, de ce que le chef du gouvernement en prenait beaucoup.

On proposait de le faire sans le brûler, sans le mettre en poudre, de l'infuser à froid, de le faire bouillir pendant trois quarts d'heure, de le soumettre à l'autoclave, etc.

J'ai essayé dans le temps toutes ces méthodes et celles qu'on a proposées jusqu'à ce jour, et je me suis fixé, en connaissance de cause, à celles qu'on appelle à la Dubelloy, qui consiste à verser de l'eau bouillante sur le café mis dans un vase de porcelaine ou d'argent, percé de très petit trous. On prend cette première décoction, on la chauffe jusqu'à l'ébullition, on la repasse de nouveau, et on a un café aussi clair et aussi bon que possible.

J'ai essayé entre autres de faire du café dans une bouilloire à haute pression; mais j'ai eu pour résultat un café chargé d'extractif et d'amertume, bon tout au plus à gratter le gosier d'un Cosaque.

Effets du café.

ES docteurs ont émis diverses opinions sur les propriétés sanitaires du café, et n'ont pas toujours été d'accord entre eux; nous passerons à côté de cette mêlée, pour ne nous occuper que de la plus importante, savoir, de son influence sur les organes de la pensée.

Il est hors de doute que le café porte une grande excitation dans les puissances cérébrales: aussi tout homme qui en boit pour la première fois est sûr d'être privé d'une partie de son sommeil.

Quelquefois cet effet est adouci ou modifié par l'habitude; mais il est beaucoup d'individus sur lesquels cette excitation à toujours lieu, et qui, par conséquent, sont obligés de renoncer à l'usage du café.

J'ai dit que cet effet était modifié par l'habitude, ce qui ne l'empêche pas d'avoir lieu d'une autre manière; car j'ai observé que les personnes que le café n'empêche pas de dormir pendant la nuit en ont besoin pour se tenir éveillées pendant le jour, et ne manquent pas de s'endormir pendant la soirée quand elles n'en ont pas pris après leur dîner.

Il en est encore beaucoup d'autres qui sont soporeuses toute la journée quand elles n'ont pas pris leur tasse de café dès le matin.

Voltaire et Buffon prenaient beaucoup de café; peut-être devaient-ils à cet usage, le premier, la clarté admirable qu'on observe dans ses oeuvres; le second, l'harmonie enthousiastique qu'on trouve dans son style. Il est évident que plusieurs pages des Traités sur l'homme, sur le chien, le tigre, le lion et le cheval, ont été écrites dans un état d'exaltation cérébrale extraordinaire.

L'insomnie causée par le café n'est pas pénible; on a des perceptions très claires, et nulle envie de dormir: voilà tout. On n'est pas agité et malheureux comme quand l'insomnie provient de toute autre cause: ce qui n'empêche pas que cette excitation intempestive ne puisse à la longue devenir très nuisible.

Autrefois, il n'y avait que les personnes au moins d'un âge mûr qui prissent du café; maintenant tout le monde en prend, et peut-être est-ce le coup de fouet que l'esprit en reçoit qui fait marcher la foule immense qui assiège toutes les avenues de l'Olympe et du Temple de Mémoire.

Le cordonnier, auteur de la tragédie de la Reine de Palmyre, que tout Paris a entendu lire il y a quelques années, prenait beaucoup de café: aussi s'est-il élevé plus haut que le menuisier de Nevers, qui n'était qu'ivrogne.


Le café est une liqueur beaucoup plus énergique qu'on ne croit communément. Un homme bien constitué peut vivre longtemps en buvant deux bouteilles de vin chaque jour. Le même homme ne soutiendrait pas aussi longtemps une pareille quantité de café; il deviendrait imbécile, ou mourrait de consomption.

J'ai vu, à Londres sur la place de Leicester, un homme que l'usage immodéré du café avait réduit en boule (cripple); il avait cessé de souffrir, s'était accoutumé à cet état, et s'était réduit à cinq ou six tasses par jour.

C'est une obligation pour tous les papas et mamans du monde d'interdire sévèrement le café à leurs enfants, s'ils ne veulent pas avoir de petites machines sèches, rabougries et vieilles à vingt ans. Cet avis est surtout fort à propos pour les Parisiens, dont les enfants n'ont pas toujours autant d'éléments de force et de santé que s'ils étaient nés dans certains départements, dans celui de l'Ain, par exemple.

Je suis de ceux qui ont été obligés de renoncer au café; et je finis cet article en racontant comme quoi j'ai été un jour rigoureusement soumis à son pouvoir.

Le duc de Massa, pour lors ministre de la justice, m'avait demandé un travail que je voulais soigner, et pour lequel il m'avait donné peu de temps; car il le voulait du jour au lendemain.

Je me résignai donc à passer la nuit; et pour me prémunir contre l'envie de dormir, je fortifiai mon dîner de deux grandes tasses de café, également fort et parfumé.

Je revins chez moi à sept heures pour y recevoir les papiers qui m'avaient été annoncés; mais je n'y trouvai qu'une lettre qui m'apprenait que, par suite de je ne sais qu'elle formalité de bureau, je ne les recevrais que le lendemain.

Ainsi désappointé, dans toute la force du terme, je retournai dans la maison où j'avais dîné, et j'y fis une partie de piquet sans éprouver aucune de ces distractions auxquelles je suis ordinairement sujet.

J'en fis honneur au café; mais, tout en recueillant cet avantage, je n'étais pas sans inquiétude sur la manière dont je passerais la nuit.

Cependant je me couchai à l'heure ordinaire, pensant que, si je n'avais pas un sommeil bien tranquille, du moins je dormirais quatre à cinq heures, ce qui me conduirait tout doucement au lendemain.

Je me trompai: j'avais déjà passé deux heures au lit, que je n'en étais que plus réveillé; j'étais dans un état d'agitation mentale très vive, et je me figurais mon cerveau comme un moulin dont les rouages sont en mouvement sans avoir quelque chose à moudre.

Je sentis qu'il fallait user cette disposition, sans quoi le besoin de repos ne viendrait point; et je m'occupai à mettre en vers un petit conte que j'avais lu depuis peu dans un livre anglais.

J'en vins assez facilement à bout; et comme je n'en dormais ni plus ni moins, j'en entrepris un second, mais ce fut inutilement. Une douzaine de vers avaient épuisé ma verve poétique, et il fallut y renoncer.

Je passai donc la nuit sans dormir, et sans même être assoupi un seul instant; je me levai et passai la journée dans le même état, sans que ni les repas, ni les occupations y apportassent aucun changement. Enfin, quand je me couchai à mon heure accoutumée, je calculai qu'il y avait quarante heures que je n'avais pas fermé les yeux.

§ X.--Du Chocolat.--Son origine.

47.

EUX qui, les premiers, abordèrent en Amérique, y furent poussés par la soif de l'or. À cette époque, on ne connaissait presque de valeurs que celles qui sortaient des mines: l'agriculture, le commerce, étaient dans l'enfance, et l'économie politique n'était pas encore née. Les Espagnols trouvèrent donc des métaux précieux, découverte à peu près stérile, puisqu'ils se déprécient en se multipliant, et que nous avons bien des moyens plus actifs pour augmenter la masse des richesses.

Mais ces contrées, où un soleil de toutes les chaleurs fait fermenter des champs d'une extrême fécondité, se sont trouvées propres à la culture du sucre et du café; on y a, en outre, découvert la pomme de terre, l'indigo, la vanille, le quina, le cacao, etc.; et ce sont là de véritables trésors.

Si ces découvertes ont eu lieu, malgré les barrières qu'opposait à la curiosité une nation jalouse, on peut raisonnablement espérer qu'elles seront décuplées dans les années qui vont suivre, et que les recherches que feront les savants de la vieille Europe dans tant de pays inexplorés enrichiront les trois règnes d'une multitude de substances qui nous donneront des sensations nouvelles, comme a fait la vanille, ou augmenteront nos ressources alimentaires, comme le cacao.

On est convenu d'appeler chocolat le mélange qui résulte de l'amande du cacao grillée avec le sucre et la cannelle: telle est la définition classique du chocolat. Le sucre en fait partie intégrante; car avec du cacao tout seul, on ne fait que de la pâte de cacao et non du chocolat. Quant au sucre, à la cannelle et au cacao, on joint l'arôme délicieux de la vanille, on atteint le nec plus ultra de la perfection à laquelle cette préparation peut être portée.

C'est à ce petit nombre de substances que le goût et l'expérience ont réduit les nombreux ingrédients qu'on avait tenté d'associer au cacao, tels que le poivre, le piment, l'anis, le gingembre, l'aciole et autres, dont on a successivement fait l'essai.

Le cacaoyer est indigène de l'Amérique méridionale; on le trouve également dans les îles et sur le continent: mais on convient maintenant que les arbres qui donnent le meilleur fruit sont ceux qui croissent sur les bords du Maracaïbo, dans les vallées de Caracas et dans la riche province de Sokomusco. L'amande y est plus grosse, le sucre moins acerbe et l'arôme plus exalté. Depuis que ces pays sont devenus plus accessibles, la comparaison a pu se faire tous les jours, et les palais exercés ne s'y trompent plus.

Les dames espagnoles du nouveau monde aiment le chocolat jusqu'à la fureur, au point que, non contentes d'en prendre plusieurs fois par jour, elles s'en font quelquefois apporter à l'église. Cette sensualité leur a souvent attiré la censure des évêques; mais ils ont fini par fermer les yeux; et le révérend père Escobar, dont la métaphysique fut aussi subtile que sa morale était accommodante, déclara formellement que le chocolat à l'eau ne rompait pas le jeûne, étirant ainsi, en faveur de ses pénitentes, l'ancien adage: Liquidum non frangit jejunium.

Le chocolat fut apporté en Espagne vers le dix-septième siècle, et l'usage en devint promptement populaire, par le goût très prononcé que marquèrent, pour cette boisson aromatique, les femmes et surtout les moines. Les moeurs n'ont point changé à cet égard; et encore aujourd'hui, dans toute la Péninsule, on présente du chocolat dans toutes les occasions où il est de la politesse d'offrir quelques rafraîchissements.

Le chocolat passa les monts avec Anne d'Autriche, fille de Philippe II et épouse de Louis XIII. Les moines espagnols le firent aussi connaître par les cadeaux qu'ils en firent à leurs confrères de France. Les divers ambassadeurs d'Espagne contribuèrent aussi à le mettre en vogue; et au commencement de la Régence, il était plus universellement en usage que le café, parce qu'alors on le prenait comme un aliment agréable, tandis que le café ne passait encore que comme une boisson de luxe et de curiosité.

On sait que Linnée appelle le cacao cacao theobroma (boisson des dieux). On a cherché une cause à cette qualification emphatique: les uns l'attribuent à ce que ce savant aimait passionnément le chocolat; les autres, à l'envie qu'il avait de plaire à son confesseur; d'autres enfin à sa galanterie, en ce que c'est une reine qui en avait la première introduit l'usage. (Incertum).

Propriétés du Chocolat.

E chocolat a donné lieu à de profondes dissertations dont le but était d'en déterminer la nature et les propriétés, et de le placer dans la catégorie des aliments chauds, froids ou tempérés; et il faut avouer que ces doctes écrits ont peu servi à la manifestation de la vérité.

Mais avec le temps et l'expérience, ces deux grands maîtres, il est resté pour démontré que le chocolat, préparé avec soin, est un aliment aussi salutaire qu'agréable; qu'il est nourrissant, de facile digestion; qu'il n'a pas pour la beauté les inconvénients qu'on reproche au café, dont il est au contraire le remède, qu'il est très convenable aux personnes qui se livrent à une grande contention d'esprit, aux travaux de la chaire ou du barreau, et surtout aux voyageurs; qu'enfin il convient aux estomacs les plus faibles; qu'on en a eu de bons effets dans les maladies chroniques, et qu'il devient la dernière ressource dans les affections du pylore.

Ces diverses propriétés, le chocolat les doit à ce que, n'étant à vrai dire qu'un eleosaccharum, il est peu de substances qui contiennent, à volume égal, plus de particules alimentaires: ce qui fait qu'il s'animalise presque en entier.

Pendant la guerre le cacao était rare, et surtout très cher: on s'occupa de le remplacer; mais tous les efforts furent vains, et un des bienfaits de la paix a été de nous débarrasser de ces divers brouets, qu'il fallait bien goûter par complaisance, et qui n'étaient pas plus du chocolat que l'infusion de chicorée n'est du café moka.

Quelques personnes se plaignent de ne pouvoir digérer le chocolat; d'autres, au contraire, prétendent qu'il ne les nourrit pas assez et qu'il passe trop vite.

Il est très probable que les premiers ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes, et que le chocolat dont ils usent est de mauvaise qualité ou mal fabriqué; car le chocolat bon et bien fait doit passer dans tout estomac où il reste un peu de pouvoir digestif.

Quant aux autres, le remède est facile: il faut qu'ils renforcent leur déjeuner par le petit pâté, la côtelette ou le rognon à la brochette; qu'ils versent sur le tout un bon bowl de sokomusco, et qu'ils remercient Dieu de leur avoir donné un estomac d'une activité supérieure.

Ceci me donne occasion de consigner ici une observation sur l'exactitude de laquelle on peut compter.

Quand on a bien et copieusement déjeuné, si on avale sur le tout une ample tasse de bon chocolat, on aura parfaitement digéré trois heures après, et l'on dînera quand même... Par zèle pour la science et à force d'éloquence, j'ai fait tenter cette expérience à bien des dames, qui assuraient qu'elles en mourraient; elles s'en sont toujours trouvées à merveille, et n'ont pas manqué de glorifier le professeur.

Les personnes qui font usage de chocolat sont celles qui jouissent d'une santé plus constamment égale, et qui sont le moins sujettes à une foule de petits maux qui nuisent au bonheur de la vie; leur embonpoint est aussi plus stationnaire: ce sont deux avantages que chacun peut vérifier dans sa société, et parmi ceux dont le régime est connu.

C'est ici le vrai lieu de parler des propriétés du chocolat à l'ambre, propriétés que j'ai vérifiées par un grand nombre d'expériences, et dont je suis fier d'offrir le résultat à mes lecteurs 17.

Note 17: (retour) Voyez aux Variétés. Or donc, que tout homme qui aura bu quelques traits de trop à la coupe de la volupté; que tout homme qui aura passé à travailler une partie notable du temps qu'on doit passer à dormir; que tout homme d'esprit qui se sentira temporairement devenu bête; que tout homme qui trouvera l'air humide, le temps long et l'atmosphère difficile à porter; que tout homme qui sera tourmenté d'une idée fixe qui lui ôtera la liberté de penser: que tous ceux-là, disons-nous, s'administrent un bon demi-litre de chocolat ambré, à raison de soixante à soixante-douze grains d'ambre par demi-kilogramme, et ils verront merveilles.

Dans ma manière particulière de spécifier les choses, je nomme le chocolat à l'ambre chocolat des affligés, parce que, dans chacun des divers états que j'ai désignés, on éprouve je ne sais quel sentiment qui leur est commun, et qui ressemble à l'affliction.

Difficultés pour faire de bon chocolat.

On fait en Espagne de fort bon chocolat; mais on s'est dégoûté d'en faire venir parce que tous les préparateurs ne sont pas également habiles, et que, quand on l'a reçu mauvais, on est bien forcé de le consommer comme il est.

Les chocolats d'Italie conviennent peu aux Français, en général, le cacao en est trop rôti; ce qui rend le chocolat amer et peu nourrissant, parce qu'une partie de l'amande a passé à l'état de charbon.

Le chocolat étant devenu tout à fait usuel en France, tout le monde s'est avisé d'en faire; mais peu sont arrivés à la perfection, parce que cette fabrication est bien loin d'être sans difficulté.

D'abord il faut connaître le bon cacao et vouloir en faire usage dans toute sa pureté, car il n'est pas de caisse de premier choix qui n'ait ses infériorités, et un intérêt mal entendu laisse souvent passer des amandes avariées, que le désir de bien faire devrait faire rejeter. Le rôtissage du cacao est encore une opération délicate; elle exige un certain tact presque voisin de l'inspiration. Il est des ouvriers qui le tiennent de la nature et qui ne se trompent jamais.

Il faut encore un talent particulier pour bien régler la quantité de sucre qui doit entrer dans la composition; elle ne doit point être invariable et routinière, mais se déterminer en raison composée du degré d'arôme de l'amande et de celui de torréfaction auquel on s'est arrêté.

La trituration et le mélange ne demandent pas moins de soins, en ce que c'est de la perfection absolue que dépend en partie le plus ou moins de digestibilité du chocolat.

D'autres considérations doivent présider au choix et à la dose des aromates, qui ne doit pas être la même pour les chocolats destinés à être pris comme aliments, et pour ceux qui sont destinés à être mangés comme friandise. Elle doit varier aussi suivant que la masse doit ou ne doit pas recevoir de la vanille; de sorte que, pour faire du chocolat exquis, il faut résoudre une quantité d'équations très subtiles, dont nous profitons sans nous douter qu'elles ont eu lieu.

Depuis quelque temps on a employé les machines pour la fabrication du chocolat; nous ne pensons pas que cette méthode ajoute rien à sa perfection, mais elle diminue de beaucoup la main d'oeuvre, et ceux qui ont adopté cette méthode pourraient donner la marchandise à meilleur marché. Cependant ils vendent ordinairement plus cher: ce qui nous apprend trop que le véritable esprit commercial n'est point encore naturalisé en France; car, en bonne justice, la facilité procurée par les machines doit profiter au marchand et au consommateur.

Amateur de chocolat, nous avons à peu près parcouru l'échelle des préparateurs, et nous nous sommes fixés à M. Debauve, rue des Saints-Pères, n° 26, chocolatier du roi, en nous réjouissant de ce que le rayon solaire est tombé sur le plus digne.

Il n'y a pas à s'en étonner: M. Debauve, pharmacien très distingué, apporte dans la fabrication du chocolat des lumières qu'il avait acquises pour en faire usage dans une sphère plus étendue.

Ceux qui n'ont pas manipulé ne se doutent pas des difficultés qu'on éprouve pour parvenir à la perfection, en quelque matière que ce soit, ni ce qu'il faut d'attention, de tact et d'expérience pour nous présenter un chocolat qui soit sucré sans être fade; ferme sans être acerbe, aromatique sans être malsain, et lié sans être féculent.

Tels sont les chocolats de M. Debauve: ils doivent leur suprématie à un bon choix de matériaux, à une volonté ferme que rien d'inférieur ne sorte de sa manufacture, et au coup d'oeil du maître qui embrasse tous les détails de la fabrication.

En suivant les lumières d'une saine doctrine, M. Debauve cherche en outre à offrir à ses nombreux clients des médicaments agréables contre quelques tendances maladives.

Ainsi aux personnes qui manquent d'embonpoint il offre le chocolat analeptique au salep; à celles qui ont les nerfs délicats, le chocolat antispasmodique à la fleur d'oranger; aux tempéraments susceptibles d'irritation, le chocolat au lait d'amandes; à quoi il ajoutera sans doute le chocolat des affligés, ambré et dosé secundum artem.

Mais son principal mérite est surtout de nous offrir, à un prix modéré, un excellent chocolat usuel, où nous trouvons le matin un déjeuner assez suffisant, qui nous délecte, à dîner, dans les crèmes, et nous réjouit encore, sur la fin de la soirée, dans les glaces, les croquettes et autres friandises de salon, sans compter la distraction agréable des pastilles et diablotins, avec ou sans devises.

Nous ne connaissons M. Debauve que par ses préparations, nous ne l'avons jamais vu; mais nous savons qu'il contribue puissamment à affranchir la France du tribut qu'elle payait autrefois à l'Espagne, en ce qu'il fournit à Paris et aux provinces un chocolat dont la réputation croît sans cesse. Nous savons encore qu'il reçoit journellement de nouvelles commandes de l'étranger: c'est donc sous ce rapport, et comme membre fondateur de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, que nous lui accordons ici un suffrage et une mention dont on verra bien que nous ne sommes pas prodigue.

Manière officielle de préparer le chocolat.

ES Américains préparent leur pâte de cacao sans sucre. Lorsqu'ils veulent prendre du chocolat, ils font apporter de l'eau bouillante; chacun râpe dans sa tasse la quantité qu'il veut du cacao, verse l'eau chaude dessus, et ajoute le sucre et les aromates comme il juge convenable.

Cette méthode ne convient ni à nos moeurs ni à nos goûts, et nous voulons que le chocolat nous arrive tout préparé.

En cet état, la chimie transcendante nous a appris qu'il ne faut ni le racler au couteau ni le broyer au pilon, parce que la collision sèche qui a lieu dans les deux cas amidonise quelques portions de sucre, et rend cette boisson plus fade.

Ainsi, pour faire du chocolat, c'est-à-dire pour le rendre propre à la consommation immédiate, on en prend environ une once et demie pour une tasse, qu'on fait dissoudre doucement dans l'eau, à mesure qu'elle s'échauffe, en la remuant avec une spatule de bois; on la fait bouillir pendant un quart d'heure, pour que la solution prenne consistance, et on sert chaudement.

«Monsieur, me disait, il y a plus de cinquante ans, madame d'Arestrel, supérieure du couvent de la Visitation à Belley, quand vous voudrez prendre du chocolat, faites-le faire, dès la veille, dans une cafetière de faïence, et laissez-le là. Le repos de la nuit le concentre et lui donne un velouté qui le rend bien meilleur. Le bon Dieu ne peut pas s'offenser de ce petit raffinement, car il est lui-même tout excellence.»



18

48.

'ÉTAIT un beau jour du mois de mai: le soleil versait ses rayons les plus doux sur les toits enfumés de la ville aux jouissances, et les rues (chose rare), ne présentaient ni boue ni poussière.

Les lourdes diligences avaient depuis longtemps cessé d'ébranler le pavé; les tombereaux massifs se reposaient encore, et on ne voyait plus circuler que ces voitures découvertes, d'où les beautés indigènes et exotiques, abritées sous les chapeaux les plus élégants, ont coutume de laisser tomber des regards tant dédaigneux sur les chétifs, et tant coquets sur les beaux garçons.

Il était donc trois heures après midi quand le professeur vint s'asseoir dans le fauteuil aux méditations.

Note 18: (retour) Ce mot friture s'applique également à l'action de frire, au moyen employé pour frire et à la chose frite. Sa jambe droite était verticalement appuyée sur le parquet; la gauche, en s'étendant, formait une diagonale; il avait les reins convenablement adossés, et ses mains étaient posées sur les têtes de lion qui terminent les sous-bras de ce meuble vénérable.

Son front élevé indiquait l'amour des études sévères, et sa bouche le goût des distractions aimables. Son air était recueilli, et sa pose telle, que tout homme qui l'eut vu n'aurait pas manqué de dire: «Cet ancien des jours doit être un sage.»

Ainsi établi, le professeur fit appeler son préparateur en chef, et bientôt le serviteur arriva, prêt à recevoir des conseils, des leçons ou des ordres.

Allocution.

AÎTRE La Planche, dit le professeur avec cet accent grave qui pénètre jusqu'au fond des coeurs, tous ceux qui s'asseient à ma table vous proclament potagiste dé première classe, ce qui est fort bien, car le potage est la première consolation de l'estomac besogneux; mais je vois avec peine que vous n'êtes encore qu'un friturier incertain.

«Je vous entendis hier gémir sur cette sole triomphale que vous nous servîtes pâle, mollasse et décolorée. Mon ami R... 19 jeta sur vous un regard désapprobateur; M. H. R. porta à l'ouest son nez gnomonique, et le président S... déplora cet accident a l'égal d'une calamité publique.

«Ce malheur vous arriva pour avoir négligé la théorie dont vous ne sentez pas toute l'importance. Vous êtes un peu opiniâtre, et j'ai de la peine à vous faire concevoir que les phénomènes qui se passent dans votre laboratoire ne sont autre chose que l'exécution des lois éternelles de la nature; et que certaines choses que vous faites sans attention, et seulement parce que vous les avez vu faire à d'autres, n'en dérivent pas moins des plus hautes abstractions de la science.

Note 19: (retour) M. R..., né à Seyssel, district de Belley, vers 1757. Électeur du grand collège, on peut le proposer à tous comme exemple des résultats heureux d'une conduite prudente jointe à la plus inflexible probité. «Écoutez donc avec attention, et instruisez-vous, pour n'avoir plus désormais à rougir de vos oeuvres.

§ Ier. Chimie.

ES liquides que vous exposez à l'action du feu ne peuvent pas tous se charger d'une égale quantité de chaleur; la nature les y a déposés inégalement: c'est un ordre de choses dont elle s'est réservé le secret, et que nous appelons capacité du calorique.

«Ainsi, vous pourriez tremper impunément votre doigt dans l'esprit-de-vin bouillant, vous le retireriez bien vite de l'eau-de-vie, plus vite encore si c'était de l'eau, et une immersion rapide dans l'huile bouillante vous ferait une blessure cruelle; car l'huile peut s'échauffer au moins trois fois plus que l'eau.

«C'est par une suite de cette disposition que les liquides chauds agissent d'une manière différente sur les corps sapides qui y sont plongés. Ceux qui sont traités à l'eau se ramollissent, se dissolvent et se réduisent en bouillie; il en provient du bouillon ou des extraits: ceux au contraire qui sont traités à l'huile se resserrent, se colorent d'une manière plus ou moins foncée, et finissent par se charbonner.

«Dans le premier cas, l'eau dissout et entraîne les sucs intérieurs des aliments qui y sont plongés; dans le second, ces sucs sont conservés, parce que l'huile ne peut pas les dissoudre; et si ces corps se dessèchent, c'est que la continuation de la chaleur finit par en vaporiser les parties humides.

«Les deux méthodes ont aussi des noms différents, et on appelle frire l'action de faire bouillir dans l'huile ou la graisse des corps destinés à être mangés. Je crois déjà avoir dit que, sous le rapport officinal, huile ou graisse sont à peu près synonymes, la graisse n'étant qu'une huile concrète, ou l'huile une graisse liquide.

§ II. Application.

ES choses frites sont bien reçues dans les festins; elles y introduisent une variation piquante; elles sont agréables à la vue, conservent leur goût primitif, et peuvent se manger à la main, ce qui plaît toujours aux dames.

«La friture fournit encore aux cuisiniers bien des moyens pour masquer ce qui a paru la veille, et leur donne au besoin des secours pour les cas imprévus; car il ne faut pas plus de temps pour frire une carpe de quatre livres que pour cuire un oeuf à la coque.

«Tout le mérite d'une bonne friture provient de la surprise; c'est ainsi qu'on appelle l'invasion du liquide bouillant qui carbonise ou roussit, à l'instant même de l'immersion, la surface extérieure du corps qui lui est soumis.

«Au moyen de la surprise, il se forme une espèce de voûte qui contient l'objet, empêche la graisse de le pénétrer, et concentre les sucs, qui subissent ainsi une coction intérieure qui donne à l'aliment tout le goût dont il est susceptible.

«Pour que la surprise ait lieu, il faut que le liquide brûlant ait acquis assez de chaleur pour que son action soit brusque et instantanée; mais il n'arrive à ce point qu'après avoir été exposé assez longtemps à un feu vif et flamboyant.

«On connaît par le moyen suivant que la friture est chaude au degré désiré: Vous couperez un morceau de pain en forme de mouillette, et vous le tremperez dans la poêle pendant cinq à six secondes; si vous le retirez ferme et coloré, opérez immédiatement l'immersion, sinon il faut pousser le feu et recommencer l'essai.

«La surprise une fois opérée, modérez le feu, afin que la coction ne soit pas trop précipitée, et que les sucs que vous avez enfermés subissent, au moyen d'une chaleur prolongée, le changement qui les unit et en rehausse le goût.

«Vous avez sans doute observé que la surface des objets bien frits ne peut plus dissoudre ni le sel ni le sucre dont ils ont cependant besoin suivant leur nature diverse. Ainsi vous ne manquerez pas de réduire ces deux substances en poudre très fine; afin qu'elles contractent une grande facilité d'adhérence, et qu'au moyen du saupoudroir la friture puisse s'en assaisonner par juxtaposition.

«Je ne vous parle pas du choix des huiles et dés graisses: les dispensaires divers dont j'ai composé votre bibliothèque vous ont donné là-dessus des lumières suffisantes.

«Cependant n'oubliez pas, quand il vous arrivera quelques-unes de ces truites qui dépassent à peine un quart de livre, et qui proviennent des ruisseaux d'eau vive qui murmurent loin de la capitale; n'oubliez pas, dis-je, de les frire avec ce que vous aurez de plus fin en huile d'olive: ce mets si simple, dûment saupoudré et rehaussé de tranches de citron, est digne d'être offert à une éminence 20.

Note 20: (retour) M. Aulissin, avocat napolitain très instruit et joli amateur violoncelliste, dînait un jour chez moi, et, mangeant quelque chose qui lui parut à son gré, me dit: «Questo è un vero boccone di cardinale!--Pourquoi, lui répondis-je dans la même langue, ne dites-vous pas comme nous: un morceau de roi?--Monsieur, répliqua l'amateur, nous autres Italiens, nous croyons que les rois ne peuvent pas être gourmands, parce que leurs repas sont trop courts et trop solennels; mais les cardinaux! eh!!!» Et il fit le petit hurlement qui lui est familier; hou, hou, hou, hou, hou, hou! «Traitez de même les éperlans, dont les adeptes font tant de cas. L'éperlan est le becfigue des eaux; même petitesse, même parfum, même supériorité.

«Ces deux prescriptions sont encore fondées sur la nature des choses. L'expérience a appris qu'on ne doit se servir d'huile d'olive que pour les opérations qui peuvent s'achever en peu de temps ou qui n'exigent pas une grande chaleur, parce que l'ébullition prolongée y développe un goût empyreumatique et désagréable qui provient de quelques parties de parenchyme dont il est très difficile de la débarrasser et qui se charbonnent.

«Vous avez essayé mon enfer, et le premier, vous avez eu la gloire d'offrir à l'univers étonné un immense turbot frit. Il y eut ce jour-là grande jubilation parmi les élus.

«Allez: continuez à soigner tout ce que vous faites, et n'oubliez jamais que du moment où les convives ont mis le pied dans mon salon, c'est nous qui demeurons chargé du soin de leur bonheur.»




49.

A soif est le sentiment intérieur du besoin de boire.

Une chaleur d'environ trente-deux degrés de Réaumur vaporisant sans cesse les divers fluides dont la circulation entretient la vie, la déperdition qui en est la suite aurait bientôt rendu ces fluides inaptes à remplir leur destination, s'ils n'étaient souvent renouvelés et rafraîchis: c'est ce besoin qui fait sentir la soif.

Nous croyons que le siège de la soif réside dans tout le système digesteur. Quand on a soif (et en notre qualité de chasseur nous y avons souvent été exposé), on sent distinctement que toutes les parties inhalantes de la bouche, du gosier et de l'estomac sont entreprises et nérétisées; et si quelquefois on apaise la soif par l'application des liquides ailleurs qu'à ses organes, comme par exemple le bain, c'est qu'aussitôt qu'ils sont introduits dans la circulation, ils sont rapidement portés vers le siège du mal, et s'y appliquent comme remèdes.

Diverses espèces de Soif.

En envisageant ce besoin dans toute son étendue, on peut compter trois espèces de soif: la soif latente, la soif factice et la soif adurante.

La soif latente ou habituelle est cet équilibre insensible qui s'établit entre la vaporisation transpiratoire et la nécessite d'y fournir; c'est elle qui, sans que nous éprouvions quelque douleur, nous invite à boire pendant le repas, et fait que nous pouvons boire presque à tous les moments de la journée. Cette soif nous accompagne partout et fait en quelque façon partie de notre existence.

La loi factice, qui est spéciale à l'espèce humaine, provient de cet instinct inné qui nous porte à chercher dans les boissons une force que la nature n'y a pas mise et qui n'y survient que par la fermentation. Elle constitue une jouissance artificielle plutôt qu'un besoin naturel: cette soif est véritablement inextinguible, parce que les boissons qu'on prend pour l'apaiser ont l'effet immanquable de la faire renaître; cette soif, qui finit par devenir habituelle, constitue les ivrognes de tous les pays; et il arrive presque toujours que l'impotation ne cesse que quand la liqueur manque, ou qu'elle a vaincu le buveur et l'a mis hors de combat.


Quand, au contraire, on n'apaise la soif que par l'eau pure, qui paraît en être l'antidote naturel, on ne boit jamais une gorgée au-delà du besoin.

La soif adurante est celle qui survient par l'augmentation du besoin et par l'impossibilité de satisfaire la soif latente.

On l'appelle adurante, parce qu'elle est accompagnée de l'ardeur de la langue, de la sécheresse du palais, et d'une chaleur dévorante dans tout le corps.

Le sentiment de la soif est tellement vif, que le mot est, presque dans toutes les langues, le synonyme d'une appétence excessive et d'un désir impérieux; ainsi on a soif d'or, de richesses, de pouvoir, de vengeance, etc., expressions qui n'eussent pas passé, s'il ne suffisait pas d'avoir eu soif une fois dans sa vie pour en sentir la justesse.

L'appétit est accompagné d'une sensation agréable, tant qu'il ne va pas jusqu'à la faim; la soif n'a point de crépuscule, et dès qu'elle se fait sentir il y a malaise, anxiété, et cette anxiété est affreuse quand on n'a pas l'espoir de se désaltérer.

Par une juste compensation, l'action de boire peut, suivant les circonstances, nous procurer des jouissances extrêmement vives; et quand on apaise une soif à haut degré, ou qu'à une soif modérée on oppose une boisson délicieuse, tout l'appareil papillaire est en titillation, depuis la pointe de la langue jusque dans les profondeurs de l'estomac.

On meurt aussi beaucoup plus vite de soif que de faim. On a des exemples d'hommes qui, ayant de l'eau, se sont soutenus pendant plus de huit jours sans manger, tandis que ceux qui sont absolument privés de boissons ne passent jamais le cinquième jour.

La raison de cette différence se tire de ce que celui-ci meurt seulement d'épuisement et de faiblesse, tandis que le premier est saisi d'une fièvre qui le brûle et va toujours en s'exaspérant.

On ne résiste pas toujours si longtemps à la soif; et en 1787, on vit mourir un des cent suisses de la garde de Louis XVI, pour être resté seulement vingt-quatre heures sans boire.

Il était au cabaret avec quelques-uns de ses camarades: là, comme il présentait son verre, un d'entre eux lui reprocha de boire plus souvent que les autres et de ne pouvoir s'en passer un moment.

C'est sur ce propos qu'il gagea de demeurer vingt-quatre heures sans boire, pari qui fut accepté, et qui était de dix bouteilles de vin à consommer.

Dès ce moment le soldat cessa de boire, quoiqu'il restât encore plus de deux heures à voir faire les autres avant que de se retirer.

La nuit se passa bien, comme on peut croire; mais dès la pointe du jour, il trouva très dur de ne pouvoir prendre son petit verre d'eau-de-vie, ainsi qu'il n'y manquait jamais.

Toute la matinée il fut inquiet et troublé; il allait, venait, se levait, s'asseyait sans raison, et avait l'air de ne savoir que faire.

À une heure il se coucha, croyant être plus tranquille: il souffrait, il était vraiment malade; mais vainement ceux qui l'entouraient l'invitaient-ils à boire, il prétendait qu'il irait bien jusqu'au soir; il voulait gagner la gageure, à quoi se mêlait sans doute un peu d'orgueil militaire qui l'empêchait de céder à la douleur.

Il se soutint ainsi jusqu'à sept heures; mais à sept heures et demie, il se trouva mal, tourna à la mort, et expira sans pouvoir goûter à un verre de vin qu'on lui présentait.

Je fus instruit de tous ces détails dès le soir même par le sieur Schneider, honorable fifre de la compagnie des cent suisses, chez lequel je logeais à Versailles.

Causes de la soif.

50.--Diverses circonstances unies ou séparées peuvent contribuer à augmenter la soif. Nous allons en indiquer quelques-unes qui n'ont pas été sans influence sur nos usages.

La chaleur augmente la soif; et de là le penchant qu'ont toujours eu les hommes à fixer leurs habitations sur le bord des fleuves.

Les travaux corporels augmentent la soif; aussi les propriétaires qui emploient des ouvriers ne manquent jamais de les fortifier par des boissons; et de là le proverbe que le vin qu'on leur donne est toujours le mieux vendu.

La danse augmente la soif; et de là recueil des boissons corroborantes ou rafraîchissantes qui ont toujours accompagné les réunions dansantes.

La déclamation augmente la soif; de là le verre d'eau que tous les lecteurs s'étudient à boire avec grâce, et qui se verra bientôt sur les bords de la chaire à côté du mouchoir blanc 21.

Note 21: (retour) Le chanoine Delestra, prédicateur fort agréable, ne manquait jamais d'avaler une noix confite, dans l'intervalle de temps qu'il laissait à ses auditeurs, entre chaque point de son discours, pour tousser, cracher et moucher. Les jouissances génésiques augmentent la soif; de là ces descriptions poétiques de Chypre, Amathonte, Gnide et autres lieux habités par Vénus, où l'on ne manque jamais de trouver des ombrages frais et des ruisseaux qui serpentent, coulent et murmurent.

Les chants augmentent la soif; et de là réputation universelle qu'ont eue les musiciens d'être infatigables buveurs. Musicien moi-même, je m'élève contre ce préjugé, qui n'a plus maintenant ni sel ni vérité.

Les artistes qui circulent dans nos salons boivent avec autant de discrétion que de sagacité; mais ce qu'ils ont perdu d'un côté, ils le regagnent de l'autre; et s'ils ne sont plus ivrognes, ils sont gourmands jusqu'au troisième ciel, tellement qu'on assure qu'au Cercle d'harmonie transcendante, la célébration de la fête de sainte Cécile a duré quelquefois plus de vingt-quatre heures.

Exemple.

51.--L'exposition à un courant d'air très rapide est une cause très active de l'augmentation de la soif; et je pense que l'observation suivante sera lue avec plaisir par les chasseurs.

On sait que les cailles se plaisent beaucoup dans les hautes montagnes, où la réussite de leur ponte est plus assurée, parce que la récolte s'y fait beaucoup plus tard.

Lorsqu'on moissonne le seigle, elles passent dans les orges et les avoines; et quand on vient à faucher ces dernières, elles se retirent dans les parties où la maturité est moins avancée.

C'est alors le moment de les chasser, parce qu'on trouve dans un petit nombre d'arpents de terre, les cailles qui, un mois auparavant, étaient disséminées dans toute une commune, et que, la saison étant à sa fin, elles sont grosses et grasses à satisfaction.

C'est dans ce but que je me trouvais un jour avec quelques amis sur une montagne de l'arrondissement de Nantua, dans le canton connu sous le nom de Plan d'Hotonne, et nous étions sur le point de commencer la chasse, par un des plus beaux jours du mois de septembre et sous l'influence d'un soleil brillant inconnu aux cockneys 22.

Note 22: (retour) C'est le nom par lequel on désigne les habitants de Londres qui n'en sont pas sortis; il équivaut à celui de badauds. Mais, pendant que nous déjeunions, il s'éleva un vent du nord extrêmement violent et bien contraire à nos plaisirs; ce qui ne nous empêcha pas de nous mettre en campagne.

À peine avions-nous chassé un quart d'heure, que le plus douillet de la troupe commença à dire qu'il avait soif; sur quoi on l'aurait sans doute plaisanté, si chacun de nous n'avait pas aussi éprouvé le même besoin.

Nous bûmes tous, car l'âne cantinier nous suivait; mais le soulagement ne fut pas long. La soif ne tarda pas à reparaître avec une telle intensité, que quelques-uns se croyaient malades, d'autres prêts à le devenir, et on parlait de s'en retourner, ce qui nous aurait fait un voyage de dix lieues en pure perte.

J'avais eu le temps de recueillir mes idées, et j'avais découvert la raison de cette soif extraordinaire. Je rassemblai donc les camarades, et je leur dis que nous étions sous l'influence de quatre causes qui se réunissaient pour nous altérer: la diminution notable de la colonne qui pesait sur notre corps, qui devait rendre la circulation plus rapide; l'action du soleil qui nous échauffait directement; la marche qui activait la transpiration; et, plus que tout cela, l'action du vent qui, nous perçant à jour, enlevait le produit de cette transpiration, soutirait le fluide, et empêchait toute moiteur de la peau.

J'ajouterai que, sur le tout, il n'y avait aucun danger; que l'ennemi étant connu, il fallait le combattre: et il demeura arrêté qu'on boirait à chaque demi-heure.

La précaution ne fut cependant qu'insuffisante, cette soif était invincible: ni le vin, ni l'eau-de-vie, ni le vin mêlé d'eau, ni l'eau mêlée d'eau-de-vie, n'y purent rien. Nous avions soif même en buvant, et nous fûmes mal à notre aise toute la journée.

Cette journée finit cependant comme une autre: le propriétaire du domaine de Latour nous donna l'hospitalité, en joignant nos provisions aux siennes.


Nous dînâmes à merveilles; et bientôt nous allâmes nous enterrer dans le foin et y jouir d'un sommeil délicieux.

Le lendemain ma théorie reçut la sanction de l'expérience. Le vent tomba tout-à-fait pendant la nuit; et quoique le soleil fût aussi beau et même plus chaud que la veille, nous chassâmes encore une partie de la journée sans éprouver une soif incommode.

Mais le plus grand mal était fait: nos cantines, quoique remplies avec une sage prévoyance, n'avaient pu résister aux charges réitérées que nous avions faites sur elles; ce n'était plus que des corps sans âme, et nous tombâmes dans les futailles des cabaretiers.

Il fallut bien s'y résoudre, mais ce ne fut pas sans murmurer; et j'adressai au vent dessicateur une allocution pleine d'invectives, quand je vis qu'un mets digne de la table des rois, un plat d'épinards à la graisse de cailles, allait être arrosé d'un vin à peine aussi bon que celui de Surêne 23.

Note 23: (retour) Surêne, village fort agréable, à deux lieues de Paris. Il est renommé par ses mauvais vins. On dit proverbialement que, pour boire un verre de vin de Surêne il faut être trois, savoir: le buveur et deux acolytes pour le soutenir et empêcher que le coeur ne lui manque. On en dit autant du vin de Périeux; ce qui n'empêche pas qu'on ne le boive.




24

52.

N doit entendre par boisson tout liquide qui peut se mêler à nos aliments.

L'eau paraît être la boisson la plus naturelle. Elle se trouve partout où il y a des animaux, remplace le lait pour les adultes, et nous est aussi nécessaire que l'air.

Note 24: (retour) Ce chapitre est purement philosophique; le détail des diverses boissons connues ne pouvait pas entrer dans le plan que je me suis formé: c'eût été à n'en plus finir. Eau.

L'eau est la seule boisson qui apaise véritablement la soif, et c'est par cette raison qu'on n'en peut boire qu'une assez petite quantité. La plupart des autres liqueurs dont l'homme s'abreuve ne sont que des palliatifs, et s'il s'en était tenu à l'eau, on n'aurait jamais dit de lui qu'un de ses privilèges était de boire sans avoir soif.




Prompt effet des Boissons

Les boissons s'absorbent dans l'économie animale avec une extrême facilité; leur effet est prompt et le soulagement qu'on en reçoit en quelque sorte instantané. Servez à un homme fatigué les aliments les plus substantiels, il mangera avec peine et n'en éprouvera d'abord que peu de bien. Donnez-lui un verre de vin ou d'eau-de-vie, à l'instant même il se trouve mieux, et vous le voyez renaître.

Je puis appuyer cette théorie sur un fait assez remarquable que je tiens de mon neveu, le colonel Guignard, peu conteur de son naturel; mais sur la véracité duquel on peut compter.

Il était à la tête d'un détachement qui revenait du siége de Jaffa, et n'était éloigné que de quelques centaines de toises du lieu où l'on devait s'arrêter et rencontrer de l'eau, quand on commença à trouver sur la route les corps de quelques soldats qui devaient le précéder d'un jour de marche, et qui étaient morts de chaleur.

Parmi les victimes de ce climat brûlant se trouvait un carabinier, qui était de la connaissance de plusieurs personnes du détachement. Il devait être mort depuis plus de vingt-quatre heures, et le soleil, qui l'avait frappé toute la journée, lui avait rendu le visage noir comme un corbeau.

Quelques camarades s'en approchèrent, soit pour le voir une dernière fois, soit pour en hériter, s'il y avait de quoi, et ils s'étonnèrent en voyant que ses membres étaient encore flexibles et qu'il y avait même encore un peu dé chaleur autour de la région du coeur.

«Donnez-lui une goutte de sacré-chien, dit le lustig de la troupe; je garantis que, s'il n'est pas encore bien loin dans l'autre monde, il reviendra pour y goûter.»

Effectivement, à la première cuillerée de spiritueux le mort ouvrit les yeux; on s'écria, on lui en frotta les tempes, on lui en fit avaler encore un peu, et au bout d'un quart d'heure il put, avec un peu d'aide, se soutenir sur un âne.

On le conduisit ainsi jusqu'à la fontaine; on le soigna pendant la nuit, on lui fit manger quelques dattes, on le nourrit avec précaution; et le lendemain, remonté sur un âne, il arriva au Caire avec les autres.

Boissons fortes.

53.

NE chose très digne de remarque est cette espèce d'instinct, aussi général qu'impérieux, qui nous porte à la recherche des boissons fortes.

Le vin, la plus aimable des boissons, soit qu'on le doive à Noé, qui planta la vigne, soit qu'on le doive à Bacchus, qui a exprimé le jus du raisin, date de l'enfance du monde; et la bière, qu'on attribue à Osiris, remonte jusqu'aux temps au-delà desquels il n'y avait rien de certain.

Tous les hommes, même ceux qu'on est convenu d'appeler sauvages, ont été tellement tourmentés par cette appétence des boissons fortes, qu'ils sont parvenus à s'en procurer, quelles qu'aient été les bornes de leurs connaissances.

Ils ont fait aigrir le lait de leurs animaux domestiques, ils ont extrait le jus de divers fruits, de diverses racines, où ils ont soupçonné les éléments de la fermentation, et partout où on a rencontré les hommes en société, on les a trouvés munis de liqueurs fortes dont ils faisaient usage dans leurs festins, dans leurs sacrifices, à leurs mariages, à leurs funérailles, enfin à tout ce qui avait parmi eux quelque air de fête et de solennité.

On a bu et chanté le vin pendant bien des siècles, avant de se douter qu'il fût possible d'en extraire la partie spiritueuse qui en fait la force; mais les Arabes nous ayant appris l'art de la distillation, qu'ils avaient inventée pour extraire le parfum des fleurs, et surtout de la rose tant célébrée dans leurs écrits, on commença à croire qu'il était possible de découvrir dans le vin la cause de l'exaltation de saveur qui donne au goût une excitation si particulière; et de tâtonnements en tâtonnements, on découvrit l'alcool, l'esprit-de-vin, l'eau-de-vie.

L'alcool est le monarque des liquides et porte au dernier degré l'exaltation palatale: ces diverses préparations ont ouvert de nouvelles sources de jouissances 25; il donne à certains médicaments 26 une énergie qu'ils n'auraient pas sans cet intermède; il est même devenu dans nos mains une arme formidable, car les nations du nouveau monde ont été presque autant domptées et détruites par l'eau-de-vie que par les armes à feu. La méthode qui nous a fait découvrir l'alcool a conduit encore à d'autres résultats importants; par comme elle consiste à séparer et à mettre à nu les parties, qui constituent un corps et le distinguent de tous les autres, elle a dû servir de modèle à ceux qui se sont livrés à des recherches analogues, et qui nous ont fait connaître des substances tout à fait nouvelles, telles que la quinine, la morphine, la strychnine et autres semblables, découvertes et à découvrir.

Note 25: (retour) Les liqueurs de table. Note 26: (retour) Les élixirs.


Quoi qu'il en soit, cette soif d'une espèce de liquide que la nature avait enveloppée de voiles, cette appétence extraordinaire qui agit sur toutes les races d'hommes, sous tous les climats et sous toutes les températures, est bien digne de fixer l'attention de l'observateur philosophe.

J'y ai songé comme un autre, et je suis tenté de mettre l'appétence des liqueurs fermentées, qui n'est pas connue des animaux, à côté de l'inquiétude de l'avenir, qui leur est également étrangère, et de les regarder l'une et l'autre comme des attributs distinctifs du chef-d'oeuvre de la dernière révolution sublunaire.




54.

'AI dit: la dernière révolution sublunaire, et cette pensée, ainsi exprimée, m'a entraîné bien loin, bien loin.

Des monuments irrécusables nous apprennent que notre globe a déjà éprouvé plusieurs changements absolus, qui ont été autant de fins du monde; et je ne sais quel instinct nous avertit que d'autres révolutions doivent se succéder encore.

Déjà, souvent, on a cru ces révolutions prêtes à arriver, et bien des gens existent que la comète aqueuse prédite par le bon Jérôme Lalande envoya jadis à confesse.

D'après ce qui a été dit à cet égard, on est tout disposé à environner cette catastrophe de vengeances, d'anges exterminateurs, de trompettes, et autres accessoires non moins terribles.

Hélas! il ne faut pas tant de fracas pour nous détruire, nous ne valons pas tant de pompes; et si la volonté du Seigneur est telle, il peut changer la surface du globe sans y mettre tant d'appareil.

Supposons, par exemple, qu'un de ces astres errants, dont personne ne connaît la route ni la mission, et dont l'apparition a toujours été accompagnée d'une terreur traditionnelle; supposons, dis-je, qu'une comète passe assez près du soleil pour se charger d'un calorique surabondant, et nous approche assez pour causer sur la terre six mois d'un état général de 60 degrés de Réaumur (une fois plus chaud que celui de la comète de 1811).

À la fin de cette saison funérale, tout ce qui vit ou végète aura péri, tous les bruits auront cessé; la terre roulera, silencieuse, jusqu'à ce que d'autres circonstances aient développé d'autres germes; et cependant la cause de ce désastre sera restée perdue dans les vastes champs de l'air et ne nous aura pas seulement approchés de plusieurs millions de lieues.

Cet événement, tout aussi possible qu'un autre, m'a toujours paru un beau sujet de rêverie, et je n'ai pas hésité un moment de m'y arrêter.

Il est curieux de suivre, par l'esprit, cette chaleur ascensionnelle, d'en prévoir les effets, le développement, l'action, et de se demander:

Quid pendant le premier jour, pendant le second, et ainsi de suite jusqu'au dernier?

Quid sur l'air, la terre et l'eau, la formation, le mélange et la détonation des gaz?

Quid sur les hommes, regardés dans le rapport de l'âge du sexe de la force, de la faiblesse?

Quid sur la subordination aux lois, la soumission à l'autorité, le respect des personnes et des propriétés?

Quid sur les moyens à chercher ou les tentatives à faire pour se dérober au danger?

Quid sur les liens d'amour, d'amitié, de parenté sur l'égoïsme, le dévouement?

Quid sur les sentiments religieux, la foi, la résignation, l'espérance, etc., etc.?

L'histoire pourra fournir quelques données sur les influences morales; car déjà plusieurs fois la fin du monde a été prédite, et même indiquée à un jour déterminé.

J'ai véritablement quelque regret de ne pas apprendre à mes lecteurs comment j'ai réglé tout cela dans ma sagesse; mais je ne veux pas les priver du plaisir de s'en occuper eux-mêmes. Cela peut abréger quelques insomnies pendant la nuit, et préparer quelques siestas pendant le jour.

Le grand danger dissout tous les liens. On a vu, dans la grande fièvre jaune qui eut lieu à Philadelphie vers 1792, des maris fermer à leurs femmes la porte du domicile conjugal, des enfants abandonner leur père, et autres phénomènes pareils en grand nombre.

Quod a nobis Deus avertat!




55.

'AI parcouru les dictionnaires au mot Gourmandise, et je n'ai point été satisfait de ce que j'y ai trouvé, n'est qu'une confusion perpétuelle de la gourmandise proprement dite avec la gloutonnerie et la voracité: d'où j'ai conclu que les lexicographes, quoique très estimables d'ailleurs, ne sont pas de ces savants aimables qui embouchent avec grâce une aile de perdrix au suprême pour l'arroser, le petit doigt en l'air, d'un verre de vin de Laffitte ou du clos Vougeot.

Ils ont oublié, complètement oublié la gourmandise sociale qui réunit l'élégance athénienne, le luxe romain et la délicatesse française, qui dispose avec sagacité, fait exécuter savamment, savoure avec énergie, et juge avec profondeur: qualité précieuse, qui pourrait bien être une vertu, et qui est du moins bien certainement la source de nos plus pures jouissances.

Définitions.

Définissons donc et entendons-nous.

La gourmandise est une préférence passionnée, raisonnée et habituelle pour les objets qui flattent le goût.

La gourmandise est ennemie des excès; tout homme qui s'indigère ou s'enivre court risque d'être rayé des contrôles.

La gourmandise comprend aussi la friandise, qui n'est autre que la même préférence appliquée aux mets légers, délicats, de peu de volume, aux confitures, aux pâtisseries, etc. C'est une modification introduite en faveur des femmes et des hommes qui leur ressemblent.


Sous quelque rapport qu'on envisage la gourmandise, elle ne mérite qu'éloge et encouragement.

Sous le rapport physique, elle est le résultat et la preuve de l'état sain et parfait des organes destinés à la nutrition.

Au moral, c'est une résignation implicite aux ordres du Créateur, qui, nous ayant ordonné de manger pour vivre, nous y invite par l'appétit, nous soutient par la saveur, et nous en récompense par le plaisir.

Avantages de la Gourmandise.

OUS le rapport de l'économie politique, la gourmandise est le lien commun qui unit les peuples par l'échange réciproque des objets qui servent à la consommation journalière.

C'est elle qui fait voyager d'un pôle à l'autre, les vins, les eaux-de-vie, les sucres, les épiceries, les marinades, les salaisons, les provisions de toute espèce, et jusqu'aux oeufs et aux melons.

C'est elle qui donne un prix proportionnel aux choses soit médiocres, bonnes ou excellentes, soit que ces qualités leur viennent de l'art, soit qu'elles les aient reçues de la nature.

C'est elle qui soutient l'espoir et l'émulation de cette foule de pêcheurs, de chasseurs, horticulteurs et autres, qui remplissent journellement les offices les plus somptueux du résultat de leur travail et de leurs découvertes.

C'est elle enfin qui fait vivre la multitude industrieuse des cuisiniers, pâtissiers, confiseurs et autres préparateurs sous divers titres, qui, à leur tour, emploient pour leurs besoins d'autres ouvriers de toute espèce, ce qui donne lieu en tout tempe et à toute heure, à une circulation de fonds dont l'esprit le plus exercé ne peut ni calculer le mouvement ni assigner la quotité.

Et remarquons bien que l'industrie qui a la gourmandise pour objet présente d'autant plus d'avantage qu'elle s'appuie, d'une part, sur les plus grandes infortunes, et de l'autre, sur des besoins qui renaissent tous les jours.

Dans l'état de société où nous sommes maintenant parvenus, il est difficile de se figurer un peuple qui vivrait uniquement de pain et de légumes. Cette nation, si elle existait, serait infailliblement subjuguée par les armées carnivores, comme les Indous, qui ont été successivement la proie de tous ceux qui ont voulu les attaquer; ou bien elle serait convertie par les cuisines de ses voisins, comme jadis les Béotiens, qui devinrent gourmands après la bataille de Leuctres.

Suite.

56.--La gourmandise offre de grandes ressources à la fiscalité: elle alimente les octrois, les douanes, les impositions indirectes. Tout ce que nous consommons paie le tribut, et il n'est point de trésor public dont les gourmands ne soient le plus ferme soutien.

Parlerons-nous de cet essaim de préparateurs qui depuis plusieurs siècles, s'échappent annuellement de la France pour exploiter les gourmandises exotiques? La plupart réussissent, et, obéissant ensuite à un instinct qui ne meurt jamais dans le coeur des Français, rapportent dans leur patrie le fruit de leur économie. Cet apport est plus considérable qu'on ne pense, et ceux-là, comme les autres, auront aussi un arbre généalogique.

Mais si les peuples étaient reconnaissants, qui mieux que les Français aurait dû élever à la Gourmandise un temple et des autels?

Pouvoir de la Gourmandise.

57.

N 1815, le traité du mois de novembre imposa à la France la condition de payer aux alliés sept cent cinquante millions en trois ans.

À cette charge se joignit celle de faire face aux réclamations particulières des habitants des divers pays dont les souverains réunis avaient stipulé les intérêts, montant à plus de trois cent millions.

Enfin il faut ajouter à tout cela les réquisitions de toute espèce faites en nature par les généraux ennemis, qui en chargeaient des fourgons qu'ils faisaient filer vers les frontières, et qu'il a fallu que le trésor public payât plus tard; en tout, plus de quinze cent millions.

On pouvait, on devait même craindre que des paiements aussi considérables, et qui s'effectuaient jour par jour en numéraire n'amenassent la gêne dans le trésor, la dépréciation dans toutes les valeurs fictives, et par suite tous les malheurs qui menacent un pays sans argent et sans moyens de s'en procurer.

«Hélas! disaient les gens de bien en voyant passer le fatal tombereau qui allait se remplir dans la rue Vivienne, hélas! voilà notre argent qui émigre en masse; l'an prochain on s'agenouillera devant un écu; nous allons tomber dans l'état déplorable d'un homme ruiné; toutes les entreprises resteront sans succès; on ne trouvera point à emprunter; il y aura étisie, marasme, mort civile.»

L'événement démentit ces terreurs; et au grand étonnement de tous ceux qui s'occupent de finances, les paiements se firent avec facilité, le crédit augmenta, on se jeta avec avidité vers les emprunts, et pendant tout le temps que dura cette superpurgation, le cours du change, cette mesure infaillible de la circulation monétaire, fut en notre faveur: c'est-à-dire qu'on eut la preuve arithmétique qu'il entrait en France plus d'argent qu'il n'en sortait.

Quelle est la puissance qui vint à notre secours? quelle est la divinité qui opéra ce miracle? la Gourmandise.

Quand les Bretons, les Germains, les Teutons, les Cimmériens et les Scythes firent irruption en France, ils y apportèrent une voracité rare et des estomacs d'une capacité peu commune.

Ils ne se contentèrent pas longtemps de la chère officielle que devait leur fournir une hospitalité forcée; ils aspirèrent à des jouissances plus délicates; et bientôt la ville-reine ne fut plus qu'un immense réfectoire. Ils mangeaient, ces intrus, chez les restaurateurs, chez les traiteurs, dans les cabarets, dans les tavernes, dans les échoppes, et jusque dans les rues.

Ils se gorgeaient de viandes, de poissons, de gibier, de truffes, de pâtisseries, et surtout de nos fruits.

Ils buvaient avec une avidité égale à leur appétit, et demandaient toujours les vins les plus chers, espérant y trouver des jouissances inouïes, qu'ils étaient ensuite tout étonnés de ne pas éprouver.

Les observateurs superficiels ne savaient que penser de cette mangerie sans faim et sans terme; mais les vrais Français riaient et se frottaient les mains en disant: «Les voilà sous le charme, et ils nous auront rendu ce soir plus d'écus que le trésor public ne leur en a compté ce matin.»

Cette époque fut favorable à tous ceux qui fournissaient aux jouissances du goût. Véry acheva sa fortune; Achard commença la sienne; Beauvilliers en fit une troisième, et madame Sullot, dont le magasin, au Palais-Royal, n'avait pas deux toises carrées, vendait par jour jusqu'à douze mille petits pâtés 27.

Cet effet dure encore: les étrangers affluent de toutes les parties de l'Europe, pour rafraîchir, durant la paix, les douces habitudes qu'ils contractèrent pendant la guerre; il faut qu'ils viennent à Paris; quand ils y sont, il faut qu'ils se régalent à tout prix. Et si nos effets publics ont quelque faveur, on le doit moins à l'intérêt avantageux qu'ils présentent qu'à la confiance d'instinct qu'on ne peut s'empêcher d'avoir dans un peuple chez qui les gourmands sont heureux 28.

Note 27: (retour) Quand l'armée d'invasion passa en Champagne, elle prit six cent mille bouteilles de vin dans les caves de M. Moet, d'Épernay, renommé pour la beauté de ses caves. Il s'est consolé de cette perte énorme quand il a vu que les pillards en avaient gardé le goût, et que les commandes qu'il reçoit du Nord ont plus que doublé depuis cette époque.

Note 28: (retour) Les calculs sur lesquels cet article est fondé m'ont été fournis par M. M B..., gastronome aspirant, à qui les titres ne manquent pas, car il est financier et musicien. Portrait d'une jolie gourmande.

58--La gourmandise ne messied point aux femmes: elle convient à la délicatesse de leurs organes, et leur sert de compensation pour quelques plaisirs dont il faut bien qu'elles se privent, et pour quelques maux auxquels la nature paraît les avoir condamnées.

Rien n'est plus agréable à voir qu'une jolie gourmande sous les armes: sa serviette est avantageusement mise; une de ses mains est posée sur la table; l'autre voiture à sa bouche de petits morceaux élégamment coupés, ou l'aile de perdrix qu'il faut mordre; ses yeux sont brillants, ses lèvres vernissées, sa conversation agréable, tous ses mouvements gracieux; elle ne manque pas de ce grain de coquetterie que les femmes mettent à tout. Avec tant d'avantages, elle est irrésistible; et Caton-le-Censeur lui-même se laisserait émouvoir.


Anecdote.

Ici cependant se place pour moi un souvenir amer.

J'étais un jour bien commodément placé à table à côté de la jolie madame M...d, et je me réjouissais intérieurement d'un si bon lot, quand, se tournant tout à coup vers moi: «À votre santé!» me dit-elle. Je commençai de suite une phrase d'actions de grâces; mais je n'achevai pas; car la coquette se portant vers son voisin de gauche: «Trinquons!...» Ils trinquèrent, et cette brusque transition me parut une perfidie, qui me fit au coeur une blessure que bien des années n'ont pas encore guérie.

Les Femmes sont gourmandes.

E penchant du beau sexe pour la gourmandise à quelque chose qui tient de l'instinct, car la gourmandise est favorable à la beauté.

Une suite d'observations exactes et rigoureuses a démontré qu'un régime succulent, délicat et soigné, repousse longtemps et bien loin les apparences extérieures de la vieillesse.

Il donne aux yeux plus de brillant, à la peau plus de fraîcheur et aux muscles plus de soutien; et comme il est certain, en physiologie, que c'est la dépression des muscles qui cause les rides, ces redoutables ennemis de la beauté, il est également vrai de dire que, toutes choses égales, ceux qui savent manger, sont comparativement de dix ans plus jeunes que ceux à qui cette science est étrangère.

Les peintres et les sculpteurs sont bien pénétrés de cette vérité, car jamais ils ne représentent ceux qui font abstinence par choix ou par devoir, comme les avares et les anachorètes, sans leur donner la pâleur de la maladie, la maigreur de la misère et les rides de la décrépitude.

Effets de la gourmandise sur la sociabilité.

59.--La gourmandise est un des principaux liens de la société; c'est elle qui étend graduellement cet esprit de convivialité qui réunit chaque jour les divers états, les fond en un seul tout, anime la conversation, et adoucit les angles de l'inégalité conventionnelle.

C'est elle aussi qui motive les efforts que doit faire tout amphitryon pour bien recevoir ses convives, ainsi que la reconnaissance de ceux-ci, quand ils voient qu'on s'est savamment occupé d'eux; et c'est ici le lieu de honnir à jamais ces mangeurs stupides qui avalent avec une indifférence coupable les morceaux les plus distingués, ou qui aspirent avec une distraction sacrilège un nectar odorant et limpide.

Loi générale. Toute disposition de haute intelligence nécessite des éloges explicites, et une louange délicate est obligée partout où s'annonce l'envie de plaire.

Influence de la gourmandise sur le bonheur conjugal.

60.--Enfin, la gourmandise, quand elle est partagée, a l'influence la plus marquée sur le bonheur qu'on peut trouver dans l'union conjugale.


Deux époux gourmands ont, au moins une fois par jour, une occasion agréable de se réunir; car, même ceux qui font lit à part (et il y en a un grand nombre) mangent du moins à la même table; ils ont un sujet de conversation toujours renaissant; ils parlent non-seulement de ce qu'ils mangent, mais encore de ce qu'ils ont mangé, de ce qu'ils mangeront, de ce qu'ils ont observé chez les autres, des plats à la mode, des inventions nouvelles, etc., etc.; et on sait que les causeries familières (chit chat) sont pleines de charmes.

La musique a sans doute aussi des attraits bien puissants pour ceux qui l'aiment; mais il faut s'y mettre, c'est une besogne.

D'ailleurs, on est quelquefois enrhumé, la musique est égarée, les instruments sont discords, on a la migraine, il y a du chômage.

Au contraire, un besoin partagé appelle les époux à table, le même penchant les y retient; ils ont naturellement l'un pour l'autre ces petits égards qui annoncent l'envie d'obliger, et la manière dont se passent les repas entre pour beaucoup dans le bonheur de la vie.

Cette observation, assez neuve en France, n'avait point échappé au moraliste anglais Fielding, et il l'a développée en peignant, dans son roman de Paméla, la manière diverse dont deux couples mariés finissent leur journée.

Le premier est un lord, l'aîné, et par conséquent le possesseur de tous les biens de la famille.

Le second est son frère puîné, époux de Paméla, déshérité à cause de ce mariage, et vivant du produit de sa demi-paie, dans un état de gêne assez voisin de l'indigence.

Le lord et sa femme arrivent de différents côtés, et se saluent froidement, quoiqu'ils ne se soient pas vus de la journée. Ils s'assoient à une table splendidement servie, entourés de laquais brillants d'or, se servent en silence et mangent sans plaisir. Cependant, après que les domestiques se sont retirés, une espèce de conversation s'engage entre eux; bientôt l'aigreur s'en mêle: elle devient querelle, et ils se lèvent furieux pour aller, chacun dans son appartement, méditer sur la douceur du veuvage.

Son frère, au contraire, en arrivant dans son modeste appartement, est accueilli avec le plus tendre empressement et les plus douces caresses. Il s'assied près d'une table frugale; mais les mets qui lui sont servis peuvent-ils ne pas être excellents! C'est Paméla elle-même qui les a apprêtés! Ils mangent avec délices, en causant de leurs affaires, de leurs projets, de leurs amours. Une demi-bouteille de madère leur sert à prolonger le repas et l'entretien; bientôt le même lit les reçoit; et après les transports d'un amour partagé, un doux sommeil leur fera oublier le présent et rêver un meilleur avenir.

Honneur à la gourmandise, telle que nous la présentons à nos lecteurs, et tant qu'elle ne détourne l'homme ni de ses occupations ni de ce qu'il doit à sa fortune! car, de même que les dissolutions de Sardanapale n'ont pas fait prendre les femmes en horreur, ainsi les excès de Vitellius ne peuvent pas faire tourner le dos à un festin savamment ordonné.

La gourmandise devient-elle gloutonnerie, voracité, crapule, elle perd son nom et ses avantages, échappe à nos attributions, et tombe dans celles du moraliste, qui la traitera par ses conseils, ou du médecin, qui la guérira par les remèdes.

La gourmandise, telle que le professeur l'a caractérisée dans cet article, n'a de nom qu'en français; elle ne peut être désignée ni par le mot latin gula, ni par l'anglais gluttony, ni par l'allemand lusternheit; nous conseillons donc à ceux qui seraient tentés de traduire ce livre instructif, de conserver le substantif, et de changer seulement l'article; c'est ce que tous les peuples ont fait pour la coquetterie et tout ce qui s'y rapporte.

NOTE D'UN GASTRONOME PATRIOTE.

Je remarque avec orgueil que la coquetterie et la gourmandise, ces deux grandes modifications que l'extrême sociabilité a apportées à nos plus impérieux besoins, sont toutes deux d'origine française.




N'est pas gourmand qui veut.

61.

L est des individus à qui la nature a refusé une finesse d'organes, ou une tenue d'attention sans lesquelles les mets les plus succulents passent inaperçus.

La physiologie a déjà reconnu la première de ces variétés, en nous montrant la langue de ces infortunés mal pourvue des houpes nerveuses destinées à inhaler et apprécier les saveurs. Elles n'éveillent chez eux qu'un sentiment obtus; ils sont pour les saveurs ce que les aveugles sont pour la lumière.

La seconde se compose des distraits, des babillards, des affairés, des ambitieux et autres, qui veulent s'occuper de deux choses à la fois, et ne mangent que pour se remplir.

Napoléon.

Tel était entre autres Napoléon: il était irrégulier dans ses repas, et mangeait vite et mal; mais là se retrouvait aussi cette volonté absolue qu'il mettait à tout. Dès que l'appétit se faisait sentir, il fallait qu'il fût satisfait, et son service était monté de manière qu'en tout lieu et à toute heure on pouvait, au premier mot, lui présenter de la volaille, des côtelettes et du café.

Gourmands par prédestination.

AIS il est une classe privilégiée qu'une prédestination matérielle et organique appelle aux jouissances du goût.

J'ai été de tout temps Lavatérien et Galliste je crois aux dispositions innées.

Puisqu'il est des individus qui sont évidemment venus au monde pour mal voir, mal marcher, mal entendre, parce qu'ils sont nés myopes, boiteux ou sourds, pourquoi n'y en aurait-il pas d'autres qui ont été prédisposés à éprouver plus spécialement certaines séries de sensations?

D'ailleurs, pour peu qu'on ait du penchant à l'observation, on rencontre à chaque instant dans le monde des physionomies qui portent l'empreinte irrécusable d'un sentiment dominant, tel qu'une impertinence dédaigneuse, le contentement de soi-même, la misanthropie, la sensualité, etc., etc. À la vérité, on peut porter tout cela avec une figure insignifiante; mais quand la physionomie a un cachet déterminé, il est rare qu'elle soit trompeuse.


Les passions agissent sur les muscles; et très souvent, quoiqu'un homme se taise, on peut lire sur son visage les divers sentiments dont il est agité. Cette tension, pour peu qu'elle soit habituelle, finit par laisser des traces sensibles, et donne ainsi à la physionomie un caractère permanent et reconnaissable.

Prédestination sensuelle.

62.

ES prédestinées de la gourmandise sont en général d'une stature moyenne; ils ont le visage rond ou carré, les yeux brillants, le front petit, le nez court, les lèvres charnues et le menton arrondi. Les femmes sont potelées, plus jolies que belles, et visant un peu à l'obésité.

Celles qui sont principalement friandes ont les traits plus fins, l'air plus délicat, sont plus mignonnes, et se distinguent surtout par un coup de langue qui leur est particulier.

C'est sous cet extérieur qu'il faut chercher les convives les plus aimables: ils acceptent tout ce qu'on leur offre, mangent lentement, et savourent avec réflexion. Ils ne se hâtent point de s'éloigner des lieux où ils ont reçu une hospitalité distinguée; et on les a pour la soirée, parce qu'ils connaissent tous les jeux et passe-temps qui sont les accessoires ordinaires d'une réunion gastronomique.

Ceux, au contraire, à qui la nature a refusé l'aptitude aux jouissances du goût, ont le visage, le nez et les yeux longs; quelle que soit leur taille, ils ont dans leur tournure quelque chose d'allongé. Ils ont les cheveux noirs et plats, et manquent surtout d'embonpoint; ce sont eux qui ont inventé les pantalons.


Les femmes que la nature a affligées du même malheur sont anguleuses, s'ennuient à table, et ne vivent que de bostons et de médisance.

Cette théorie physiologique ne trouvera, je l'espère, que peu de contradicteurs, parce que chacun peut la vérifier autour de soi: je vais cependant encore l'appuyer par des faits.

Je siégeais un jour à un très grand repas, et j'avais en face une très jolie personne dont la figure était tout à fait sensuelle. Je me penchai vers mon voisin, et lui dis tout bas qu'avec des traits pareils il était impossible que cette demoiselle ne fût pas très gourmande. «Quelle folie! me répondit-il; elle a tout au plus quinze ans; ce n'est pas encore l'âge de la gourmandise... Au surplus, observons.»

Les commencements ne me furent pas favorables: j'eus peur de m'être compromis; car, pendant les deux premiers services, la jeune fille fut d'une discrétion qui m'étonnait, et je craignais d'être tombé sur une exception, car il y en a pour toutes les règles. Mais enfin le dessert vint, dessert aussi brillant que copieux, et qui me rendit l'espérance. Mon espoir ne fut pas déçu: non-seulement elle mangea de tout ce qu'on lui offrit, mais encore elle se fit servir des plats qui étaient les plus éloignés d'elle. Enfin elle goûta à tout; et le voisin s'étonnait de ce que ce petit estomac pouvait contenir tant de choses. Ainsi fut vérifié mon diagnostic, et la science triompha encore une fois.

À deux ans de là, je rencontrai encore la même personne; c'était huit jours après son mariage: elle s'était développée tout à fait à son avantage; elle laissait pointer un peu de coquetterie, et étalant tout ce que la mode permet de montrer d'attraits, elle était ravissante. Son mari était à peindre: il ressemblait à un certain ventriloque qui savait rire d'un côté et pleurer de l'autre, c'est-à-dire qu'il paraissait très content de ce qu'on admirait sa femme; mais dès qu'un amateur avait l'air d'insister, il était saisi du frisson d'une jalousie très apparente. Ce dernier sentiment prévalut; il emporta sa femme dans un département éloigné, et là, pour moi, finit sa biographie.

Je fis une autre fois une remarque pareille sur le duc Decrès, qui a été si longtemps ministre de la marine.

On sait qu'il était gros, court, brun, crépu et carré; qu'il avait le visage au moins rond, le menton relevé, les lèvres épaisses et la bouche d'un géant; aussi je le proclamai sur-le-champ amateur prédestiné de la bonne chère et des belles.

Cette remarque physiognomonique, je la coulai bien doucement et bien bas dans l'oreille d'une dame fort jolie et que je croyais discrète. Hélas! je me trompai! elle était fille d'Ève, et mon secret l'eût étouffée. Aussi, dans la soirée, l'excellence fut instruite de l'induction scientifique que j'avais tirée de l'ensemble de ses traits.

C'est ce que j'appris le lendemain par une lettre fort aimable que m'écrivit le duc, et par laquelle il se défendait avec modestie de posséder les deux qualités, d'ailleurs fort estimables, que j'avais découvertes en lui.

Je ne me tins pas pour battu. Je répondis que la nature ne fait rien en vain; qu'elle l'avait évidemment formé pour de certaines missions; que, s'il ne les remplissait pas, il contrariait son voeu; qu'au reste, je n'avais aucun droit à de pareilles confidences, etc., etc.

La correspondance resta là; mais peu de temps après, tout Paris fut instruit par la voie des journaux de la mémorable bataille qui eut lieu entre le ministre et son cuisinier, bataille qui fut longue, disputée, et où l'excellence n'eut pas toujours le dessus. Or, si après une pareille aventure le cuisinier ne fut pas renvoyé (et il ne le fut pas), je puis, je crois, en tirer la conséquence que le duc était absolument dominé par les talents de cet artiste, et qu'il désespérait d'en trouver un autre qui sût flatter aussi agréablement son goût; sans quoi il n'aurait jamais pu surmonter la répugnance toute naturelle qu'il devait éprouver à être servi par un préposé aussi belliqueux.

Comme je traçais ces lignes par une belle soirée d'hiver, M. Cartier, ancien premier violon de l'Opéra et démonstrateur habile, entre chez moi et s'assied près de mon feu. J'étais plein de mon sujet, et le considérant avec attention: «Cher professeur, lui dis-je, comment se fait-il que vous ne soyez pas gourmand, quand vous en avez tous les traits?--Je l'étais très fort, répondit-il, mais je m'abstiens.--Serait-ce par sagesse?» lui répliquai-je. Il ne répondit pas, mais il poussa un soupir à la Walter Scott, c'est-à-dire tout semblable à un gémissement.

Gourmands par état.

63.

S'il est des gourmands par prédestination, il en est aussi par état; et je dois en signaler ici quatre grandes théories: les financiers, les médecins, les gens de lettres et les dévots.

Les financiers.

ES financiers sont les héros de la Gourmandise. Ici, héros est le mot propre, car il y avait combat; et l'aristocratie nobiliaire eût écrasé les financiers sous le poids de ses titres et de ses écussons, si ceux-ci n'y eussent opposé une table somptueuse et leurs coffres-forts. Les cuisiniers combattaient les généalogistes, et quoique les ducs n'attendissent pas d'être sortis pour persifler l'amphitryon qui les traitait, ils étaient venus, et leur présence attestait leur défaite.

D'ailleurs tous ceux qui amassent beaucoup d'argent et avec facilité, sont presque indispensablement obligés d'être gourmands.

L'inégalité des conditions entraîne l'inégalité des richesses, mais l'inégalité des richesses n'amène pas l'inégalité des besoins; et tel qui pourrait payer chaque jour un dîner suffisant pour cent personnes, est souvent rassasié après avoir mangé une cuisse de poulet. Il faut donc que l'art use de toutes ses ressources pour ranimer cette ombre d'appétit par des mets qui le soutiennent sans dommage et le caressent sans l'étouffer. C'est ainsi que Mondor est devenu gourmand, et que de toutes parts les gourmands ont accouru auprès de lui.

Aussi dans toutes les séries d'apprêts que nous présentent les livres de cuisine élémentaire, il y en a toujours un ou plusieurs qui portent pour qualification: à la financière. Et on sait que ce n'était pas le roi, mais les fermiers généraux qui mangeaient autrefois le premier plat de petits pois qui se payait toujours huit cents francs.

Les choses ne se passent pas autrement de nos jours: les tables financières continuent à offrir tout ce que la nature a de plus parfait, les serres de plus précoce, l'art de plus exquis; et les personnages les plus historiques ne dédaignent point de s'asseoir à ces festins.

Les Médecins.

64.--Des causes d'une autre nature, quoique non moins puissantes, agissent sur les médecins: ils sont gourmands par séduction, et il faudrait qu'ils fussent de bronze pour résister à la force des choses.


Les chers docteurs sont d'autant mieux accueillis que la santé, qui est sous leur patronage, est le plus précieux de tous les biens; aussi sont-ils enfants gâtés dans toute la force du terme.

Toujours impatiemment attendus, ils sont accueillis avec empressement. C'est une jolie malade qui les engage; c'est une jeune personne qui les caresse; c'est un père, c'est un mari, qui leur recommandent ce qu'ils ont de plus cher. L'espérance les tourne par la droite, la reconnaissance par la gauche; on les embecque comme des pigeons; ils se laissent faire, et en six mois l'habitude est prise, ils sont gourmands sans retour (past redemption).

C'est ce que j'osai exprimer un jour dans un repas où je figurais, moi neuvième, sous la présidence du docteur Corvisart. C'était vers 1806:

«Vous êtes, m'écriai-je du ton inspiré d'un prédicateur puritain, vous êtes les derniers restes d'une corporation qui jadis couvrait toute la France. Hélas! les membres en sont anéantis ou dispersés: plus de fermiers généraux, d'abbés, de chevaliers, de moines blancs; tout le corps dégustateur réside en vous seuls. Soutenez avec fermeté un si grand poids, dussiez-vous essuyer le sort des trois cents Spartiates au pas des Thermopyles.»

Je dis, et il n'y eut pas une réclamation: nous agîmes en conséquence, et la vérité reste.

Je fis à ce dîner une observation qui mérite d'être connue.

Le docteur Corvisart, qui était fort aimable quand il voulait, ne buvait que du vin de Champagne frappé de glace. Aussi, dès le commencement du repas et pendant que les autres convives s'occupaient à manger, il était bruyant, conteur, anecdotier. Au dessert, au contraire, et quand la conversation commençait à s'animer, il devenait sérieux, taciturne et quelquefois morose.

De cette observation et de plusieurs autres conformes, j'ai déduit le théorème suivant Le vin de Champagne, qui est excitant dans ses premiers effets (ab initio), est stupéfiant dans ceux qui suivent (in recessu); ce qui est au surplus un effet notoire du gaz acide carbonique qu'il contient.

Objurgation.

65.--Puisque je tiens les docteurs à diplôme, je ne veux pas mourir sans leur reprocher l'extrême sévérité dont ils usent envers leurs malades.

Dès qu'on a le malheur de tomber dans leur mains, il faut subir une kyrielle de défenses, et renoncer à tout ce que nos habitudes ont d'agréable.

Je m'élève contre la plupart de ces interdictions comme inutiles.

Je dis inutiles, parce que les malades n'appètent presque jamais ce qui leur serait nuisible.

Le médecin rationnel ne doit jamais perdre de vue la tendance naturelle de nos penchants, ni oublier que si les sensations douloureuses sont funestes par leur nature, celles qui sont agréables disposent à la santé. On a vu un peu de vin, une cuillerée de café, quelques gouttes de liqueur, rappeler le sourire sur les faces les plus hippocratiques.

Au surplus, il faut qu'ils sachent bien, ces ordonnateurs sévères, que leurs prescriptions restent presque toujours sans effet; le malade cherche à s'y soustraire; ceux qui l'environnent ne manquent jamais de raisons pour lui complaire, et on n'en meurt ni plus ni moins.

La ration d'un Russe malade, en 1815, aurait grisé un fort de la halle, et celle des Anglais eût rassasié un Limousin. Et il n'y avait pas de retranchement à y faire, car des inspecteurs militaires parcouraient sans cesse nos hôpitaux, et surveillaient à la fois la fourniture et la consommation.

J'émets mon avis avec d'autant plus de confiance qu'il est appuyé sur des faits nombreux, et que les praticiens les plus heureux se rapprochent de ce système.

Le chanoine Rollet, mort il y a environ cinquante ans, était buveur, suivant l'usage de ces temps antiques; il tomba malade, et la première phrase du médecin fut employée à lui interdire tout usage de vin. Cependant, à la visite suivante, le docteur trouva le patient couché, et devant son lit un corps de délit presque complet; savoir: une table couverte d'une nappe bien blanche, un gobelet de cristal, une bouteille de belle apparence, et une serviette pour s'essuyer les lèvres.

À cette vue il entra dans une violente colère et parlait de se retirer, quand le malheureux chanoine lui cria, d'une voix lamentable: «Ah! docteur, souvenez-vous que quand vous m'avez défendu de boire, vous ne m'avez pas défendu le plaisir de voir la bouteille.»

Le médecin qui traitait M. de Montlusin de Pont-de-Veyle fut bien encore plus cruel, car non-seulement il interdit l'usage du vin à son malade, mais encore il lui prescrivit de boire de l'eau à grandes doses.

Peu de temps après le départ de l'ordonnateur, madame de Montlusin, jalouse d'appuyer l'ordonnance et de contribuer au retour de la santé de son mari, lui présenta un grand verre d'eau la plus belle et la plus limpide.

Le malade le reçut avec docilité, et se mit à le boire avec résignation; mais il s'arrêta à la première gorgée, et rendant le vase à sa femme: «Prenez cela, ma chère, lui dit-il, et gardez-le pour une autre fois: j'ai toujours ouï dire qu'il ne fallait pas badiner avec les remèdes.»

Les gens de lettres.

66.

ANS l'empire gastronomique, le quartier des gens de lettres est tout près de celui des médecins.

Sous le règne de Louis XIV, les gens de lettres étaient ivrognes; ils se conformaient à la mode, et les mémoires du temps sont tout à fait édifiants à ce sujet. Maintenant ils sont gourmands: en quoi il y a amélioration.

Je suis bien loin d'être de l'avis du cynique Geoffroy, qui disait que si les productions modernes manquent de force, cela vient de ce que les auteurs ne boivent que de l'eau sucrée.

Je crois, au contraire, qu'il a fait une double méprise, et qu'il s'est trompé sur le fait et sur la conséquence.

L'époque actuelle est riche en talents; ils se nuisent peut-être par leur multitude; mais la postérité, jugeant avec plus de calme, y verra bien des sujets d'admiration: c'est ainsi que nous-mêmes avons rendu justice aux chefs-d'oeuvre de Racine et de Molière, qui furent froidement reçus par les contemporains.

Jamais la position des gens de lettres dans la société n'a été plus agréable. Ils ne logent plus dans les régions élevées qu'on leur reprochait autrefois; les domaines de la littérature sont devenus plus fertiles; les flots de l'Hippocrène roulent aussi des paillettes d'or: égaux de tout le monde, ils n'entendent plus le langage du protectorat, et, pour comble de biens, la Gourmandise les comble de ses plus chères faveurs.

On engage les gens de lettres à cause de l'estime qu'on fait de leurs talents, parce que leur conversation a en général quelque chose de piquant, et aussi parce que depuis quelque temps il est de règle que toute société doit avoir son homme de lettres.

Ces messieurs arrivent toujours un peu tard; on ne les accueille que mieux, parce qu'on les a désirés; on les affriande pour qu'ils reviennent; on les régale pour qu'ils étincellent; et comme ils trouvent cela fort naturel, ils s'y accoutument, deviennent, sont et demeurent gourmands.

Les choses même ont été si loin qu'il y a eu un peu de scandale. Quelques furets ont prétendu que certains déjeuneurs s'étaient laissé séduire, que certaines promotions étaient issues de certains pâtés, et que le temple de l'immortalité s'était ouvert à la fourchette. Mais c'étaient de méchantes langues; ces bruits sont tombés comme tant d'autres: ce qui est fait est bien fait; et je n'en fais ici mention que pour montrer que je suis au courant de tout ce qui tient à mon sujet.

Les dévots.

67.--Enfin la Gourmandise compte beaucoup de dévots parmi ses plus fidèles sectateurs.

Nous entendons par dévots ce qu'entendaient Louis XIV et Molière, c'est-à-dire ceux dont toute la religion consiste en pratiques extérieures; les gens pieux et charitables n'ont rien à faire là.

Voyons donc comment la vocation leur vient. Parmi ceux qui veulent faire leur salut, le plus grand nombre cherche le chemin le plus doux; ceux qui fuient les hommes, couchent sur la dure et revêtent le cilice, ont toujours été et ne peuvent jamais être que des exceptions.

Or, il est des choses damnables sans équivoque, et qu'on ne peut jamais se permettre, comme le bal, les spectacles, le jeu et autres passe-temps semblables.

Pendant qu'on les abomine, ainsi que ceux qui les mettent en pratique, la Gourmandise se présente et se glisse avec une face tout à fait théologique.

De droit divin, l'homme est le roi de la nature, et tout ce que la terre produit a été créé pour lui. C'est pour lui que la caille s'engraisse, pour lui que le moka a un si doux parfum, pour lui que le sucre est favorable à la santé.

Comment donc ne pas user, du moins avec la modération convenable, des biens que la Providence nous offre surtout si nous continuons à les regarder comme des choses périssables, surtout si elles exaltent notre reconnaissance envers l'auteur de toutes choses!

Des raisons non moins fortes viennent encore renforcer celles-ci. Peut-on trop bien recevoir ceux qui dirigent nos âmes et nous tiennent dans la voie du salut? Ne doit-on pas rendre aimables, et par cela même plus fréquentes, des réunions dont le but est excellent?

Quelquefois aussi les dons de Comus arrivent sans qu'on les cherche: c'est un souvenir de collège, c'est le don d'une vieille amitié, c'est un pénitent qui s'humilie, c'est un collatéral qui se rappelle, c'est un protégé qui se reconnaît. Comment repousser de pareilles offrandes? comment ne pas les assortir? C'est une pure nécessité.

D'ailleurs les choses se sont toujours passées ainsi:

Les moutiers étaient de vrais magasins des plus adorables friandises; et voilà pourquoi certains amateurs les regrettent si amèrement 29.

Plusieurs ordres monastiques, les Bernardins surtout, faisaient profession de bonne chère. Les cuisiniers du clergé ont reculé les limites de l'art; et quand M. de Pressigny (mort archevêque de Besançon), revint du conclave qui avait nommé Pie VI, il disait que le meilleur dîner qu'il eût fait à Rome avait été chez le général des Capucins.

Note 29: (retour) Les meilleures liqueurs de France se faisaient à la Côte, chez les Visitandines; celles de Niort ont inventé la confiture d'angélique; on vante les pains de fleur d'orange des soeurs de Château-Thierry; et les Ursulines de Belley avaient pour les noix confites une recette qui en faisait un trésor d'amour et de friandise. Il est a craindre, hélas! qu'elle ne soit perdue. Les chevaliers et les abbés.

68.

OUS ne pouvons mieux finir cet article qu'en faisant une mention honorable de deux corporations que nous avons vues dans toute leur gloire, et que la révolution a éclipsées: les chevaliers et les abbés.

Qu'ils étaient gourmands, ces chers amis! il était impossible de s'y méprendre à leurs narines ouvertes, à leurs yeux écarquillés, à leurs lèvres vernissées, à leur langue promeneuse; cependant chaque classe avait une manière de manger qui lui était particulière.


Les chevaliers avaient quelque chose de militaire dans leur pose; ils s'administraient les morceaux avec dignité, les travaillaient avec calme, et promenaient horizontalement, du maître à à la maîtresse de la maison, des regards approbateurs.

Les abbés, au contraire, se pelotonnaient pour se rapprocher de l'assiette; leur main droite s'arrondissait comme la patte du chat qui tire les marrons du feu; leur physionomie était toute jouissance, et leur regard avait quelque chose de concentré qu'il est plus facile de concevoir que de peindre.

Comme les trois quarts de ceux qui composent la génération actuelle n'ont rien vu qui ressemble aux chevaliers et aux abbés que nous venons de désigner, et qu'il est cependant indispensable de les reconnaître pour bien entendre beaucoup de livres écrits dans le dix-huitième siècle; nous emprunterons à l'auteur du Traité historique sur le duel quelques pages qui ne laisseront rien à désirer à ce sujet.(Voyez les Variétés, n°20.)

Longévité annoncée aux Gourmand.

69.

'APRÈS mes dernières lectures, je suis heureux, on ne peut pas plus heureux, de pouvoir donner à mes lecteurs une bonne nouvelle, savoir, que la bonne chère est bien loin de nuire à la santé, et que, toutes choses égales, les gourmands vivent plus longtemps que les autres. C'est ce qui est arithmétiquement prouvé dans un mémoire très bien fait, lu dernièrement à l'Académie des Sciences par le docteur Villermet.

Il a comparé les divers états de la société où l'on fait bonne chère avec ceux où l'on se nourrit mal, et en a parcouru l'échelle tout entière. Il a également comparé entre eux les divers arrondissements de Paris où l'aisance est plus ou moins généralement répandue, et où l'on sait que, sous ce rapport, il existe une extrême différence, comme, par exemple, entre le faubourg Saint-Marceau et la Chaussée d'Antin.

Enfin le docteur a poussé ses recherches jusqu'aux départements de la France, et comparé, sous le même rapport, ceux qui sont plus ou moins fertiles: partout il a obtenu pour résultat général que la mortalité diminue dans la même proportion que les moyens qu'on a de se bien nourrir augmentent, et qu'ainsi ceux que la fortune soumet au malheur de se mal nourrir peuvent du moins être sûrs que la mort les en délivrera plus vite.

Les deux extrêmes de cette progression sont que, dans l'état de la vie le plus favorisé, il ne meurt dans un an qu'un individu sur cinquante, tandis que, parmi ceux qui sont les plus exposés à la misère, il en meurt un sur quatre dans le même espace de temps.

Ce n'est pas que ceux qui font excellente chère ne soient jamais malades; hélas! ils tombent aussi quelquefois dans le domaine de la faculté, qui a coutume de les désigner sous la qualification de bons malades; mais comme ils ont une plus grande dose de vitalité, et que toutes les parties de l'organisation sont mieux entretenues, la nature a plus de ressources, et le corps résiste incomparablement mieux à la destruction.

Cette vérité physiologique peut également s'appuyer sur l'histoire qui nous apprend que toutes les fois que des circonstances impérieuses, telles que la guerre, les sièges, le dérangement des saisons, ont diminué les moyens de se nourrir, cet état de détresse a toujours été accompagné de maladies contagieuses et d'un grand surcroît de mortalité.

La caisse Lafarge, si connue des Parisiens, aurait sans doute prospéré, si ceux qui l'ont établie avaient fait entrer dans leurs calculs la vérité de fait développée par le docteur Villermet.

Ils avaient calculé la mortalité d'après les tables de Buffon, de Parcieux et autres, qui sont toutes établies sur des nombres pris dans toutes les classes et dans tous les âges d'une population.

Mais comme ceux qui placent des capitaux pour se faire un avenir ont en général échappé aux dangers de l'enfance, et sont accoutumés à un ordinaire réglé, soigné, et quelquefois succulent, la mort n'a pas donné, les espérances ont été déçues, et la spéculation a manqué.

Cette cause n'a sans doute pas été la seule; mais elle est élémentaire.

Cette dernière observation nous a été fournie par M. le professeur Pardessus.

M. du Belloy, archevêque de Paris, qui a vécu près d'un siècle, avait un appétit assez prononcé; il aimait la bonne chère, et j'ai vu plusieurs fois sa figure patriarcale s'animer à l'arrivée d'un morceau distingué. Napoléon lui marquait, en toute occasion, déférence et respect.




70.

N a vu dans le chapitre précédent que le caractère distinctif de ceux qui ont plus de prétentions que de droits aux honneurs de la gourmandise, consiste en ce qu'au sein de la meilleure chère leurs yeux restent ternes et leur visage inanimé.

Ceux-là ne sont pas dignes qu'on leur prodigue des trésors dont ils ne sentent pas le prix: il nous a donc paru très intéressant de pouvoir les signaler, et nous avons cherché les moyens de parvenir à une connaissance si importante pour l'assortiment des hommes et pour la connaissance des convives.

Nous nous sommes occupé de cette recherche avec cette suite qui force le succès, et c'est à notre persévérance que nous devons l'avantage de présenter au corps honorable des amphitryons la découverte des éprouvettes gastronomiques, découverte qui honorera le dix-neuvième siècle.

Nous entendons par éprouvettes gastronomiques, des mets d'une saveur reconnue et d'une excellence tellement indisputable, que leur apparition seule doit émouvoir, chez un homme bien organisé, toutes les puissances dégustatrices; de sorte que tous ceux chez lesquels, en pareil cas, on n'aperçoit ni l'éclair du désir, ni la radiance de l'extase, peuvent justement être notés comme indignes des honneurs de la séance et des plaisirs qui y sont attachés.

La méthode des éprouvettes, dûment examinée et délibérée en grand conseil, a été inscrite au livre d'or dans les termes suivants, pris d'une langue qui ne change plus.

Utcumque ferculum, eximii et bene noti saporis, appositum fuerit, fiat auptosia convivæ; et nisi facies ejus ac oculi vertantur ad ecstasim, notetur ut indignus.

Ce qui a été traduit comme il suit par le traducteur juré du grand conseil:

«Toutes les fois qu'on servira un mets d'une saveur distinguée et bien connue, on observera attentivement les convives, et on notera comme indignes tous ceux dont la physionomie n'annoncera pas le ravissement.»

La force des éprouvettes est relative, et doit être appropriée aux facultés et aux habitudes des diverses classes de la société. Toutes circonstances appréciées, elle doit être calculée pour causer admiration et surprise: c'est un dynamomètre dont la force doit augmenter à mesure qu'on monte dans les hautes zones de la société. Ainsi l'éprouvette destinée à un petit rentier de la rue Coquenard ne fonctionnerait déjà plus chez un second commis, et ne s'apercevrait même pas à un dîner d'élus (select few) chez un financier ou un ministre.

Dans l'énumération que nous allons faire des mets qui ont été élevés à la dignité d'éprouvettes, nous commencerons par ceux qui sont à plus basse pression; nous monterons ensuite graduellement, pour en éclairer la théorie, de manière non seulement que chacun puisse s'en servir avec fruit, mais qu'il puisse encore en inventer de nouvelles sur le même principe, y donner son nom, et en faire usage dans la sphère où le hasard l'a placé.

Nous avons eu un moment l'intention de donner ici, comme pièces justificatives, la recette pour confectionner les diverses préparations que nous indiquons comme éprouvettes; mais nous nous en sommes abstenu; nous avons cru que ce serait faire injustice aux divers recueils qui ont paru depuis et y compris celui de Beauvilliers, et tout récemment le Cuisinier des cuisiniers. Nous nous contentons d'y renvoyer, ainsi qu'à ceux de Viart et d'Appert, en observant qu'on trouve dans ce dernier divers aperçus scientifiques auparavant inconnus dans les ouvrages de cette espèce.

Il est à regretter que le public n'ait pas pu jouir de la relation tachygraphique de ce qui fut dit au conseil, lorsqu'il délibéra sur les éprouvettes. Tout cela est resté dans la nuit du secret, mais il est du moins une circonstance qu'il m'a été permis de révéler.

Quelqu'un 30 proposa des éprouvettes négatives et par privation.

Ainsi, par exemple, un accident qui aurait détruit un plat d'une haute saveur, une bourriche devant arriver par le courrier et qui aurait été retardée, soit que le fait fût vrai, soit qu'il ne fût qu'une supposition, à ces fâcheuses nouvelles, on aurait observé et notre tristesse graduelle imprimée sur le front des convives, et on aurait pu se procurer ainsi une bonne échelle de sensibilité gastrique.

Mais cette proposition, quoique séduisante au premier coup d'oeil, ne résista pas à un examen plus approfondi. Le président observa, et observa avec grande raison, que de pareils événements, qui n'agiraient que superficiellement sur les organes disgraciés des indifférents, pourraient exercer sur les vrais croyants une influence funeste, et peut-être leur occasionner un saisissement mortel. Ainsi, malgré quelque insistance de la part de l'auteur, la proposition fut rejetée à l'unanimité.

Nous allons maintenant donner l'état des mets que nous avons jugés propres à servir d'éprouvettes; nous les avons divisés en trois séries d'ascension graduelle, suivant l'ordre et la méthode ci-devant indiqués.

Note 30: (retour) M. F... S... qui, par sa physionomie classique, la finesse de son goût et ses talents administratifs, a tout ce qu'il faut pour devenir un financier parfait. Éprouvettes gastronomiques.

PREMIÈRE SÉRIE.

REVENU PRÉSUMÉ: 5,000 FRANCS (MÉDIOCRITÉ).

Une forte rouelle de veau piquée de gros lard et cuite dans son jus; Un dindon de ferme farci de marrons de Lyon; Des pigeons de volière gras, bardés et cuits à propos; Des oeufs à la neige; Un plat de choucroute (saur-kraut) hérissé de saucisses et couronné de lard fumé de Strasbourg. Expression: «Peste? voilà qui a bonne mine: allons, il faut y faire honneur!...»


IIe SÉRIE.

REVENU PRÉSUMÉ: 15,000 FR. (AISANCE).

Un filet de boeuf à coeur rosé piqué, et cuit dans son jus; Un quartier de chevreuil, sauce hachée aux cornichons; Un turbot au naturel; Un gigot de présalé à la provençale; Un dindon truffé; Des petits pois en primeur. Expression: «Ah! mon ami, quelle aimable apparition! il y a vraiment nopces 31 et festins.»


Note 31: (retour) Pour que cette phrase soit convenablement articulée, il faut faire sentir le p.

IIIe SÉRIE.

REVENU PRÉSUMÉ: 30,000 FR. ET PLUS. (RICHESSE).

Une pièce de volaille de sept livres, bourrée de truffes du Périgord jusqu'à sa conversion en sphéroïde; Un énorme pâté de foie gras de Strasbourg, ayant forme de bastion; Une grosse carpe du Rhin à la Chambord, richement dotée et parée; Des cailles truffées à la moelle, étendues sur des toasts beurrés au basilic; Un brochet de rivière piqué, farci et baigné d'une crème d'écrevisses, secundum artem; Un faisan à son point, piqué en toupet, gisant sur une rôtie travaillée à la sainte-alliance; Cent asperges de cinq à six lignes de diamètre, en primeur, sauce à l'osmazôme; Deux douzaines d'ortolans à la provençale, comme il est dit dans le Secrétaire et le Cuisinier; Une pyramide de meringues à la vanille et à la rose. (Cette éprouvette n'a d'effet nécessaire que sur les dames et sur les hommes à mollets d'abbé, etc.)

Expression: «Ah! monsieur ou monseigneur, que votre cuisinier est un homme admirable! on ne rencontre ces choses-là que chez vous!»



Observation générale.

OUR qu'une éprouvette produise certainement son effet, il est nécessaire qu'elle soit comparativement en large proportion: l'expérience, fondée sur la connaissance du genre humain, nous a appris que la rareté la plus savoureuse perd son influence quand elle n'est pas en proportion exubérante; car le premier mouvement qu'elle imprime aux convives est justement arrêté par la crainte qu'ils peuvent avoir d'être mesquinement servis ou d'être, dans certaines positions, obligés de refuser par politesse: ce qui arrive souvent chez les avares fastueux.

J'ai eu plusieurs fois occasion de vérifier l'effet des éprouvettes gastronomiques; j'en rapporte un exemple qui suffira:

J'assistais à un dîner de gourmands de la quatrième catégorie, où nous ne nous trouvions que deux profanes, mon ami R... et moi.

Après un premier service de haute distinction, on servit entre autres choses un énorme coq vierge 32 de Barbezieux, truffé à tout rompre, et un gibraltar de foie gras de Strasbourg.

Note 32: (retour) Des hommes, dont l'avis peut faire doctrine, m'ont assuré que la chair de coq vierge est sinon plus tendre, du moins certainement de plus haut goût que celle du chapon. J'ai trop d'affaires en ce bas monde pour faire cette expérience, que je délègue à mes lecteurs: mais je crois qu'on peut d'avance se ranger à cet avis, parce qu'il y a dans la première de ces chairs un élément de sapidité qui manque dans la seconde. Une femme de beaucoup d'esprit m'a dit qu'elle connaît les gourmands à la manière dont ils prononcent le mot bon dans les phrases: Voilà qui est bon, voilà qui est bien bon, et autres pareilles; elle assure que les adeptes mettent à ce monosyllabe si court un accent de vérité, de douceur et d'enthousiasme auquel les palais disgraciés ne peuvent jamais atteindre.

Cette apparition produisit sur l'assemblée un effet marqué, mais difficile à décrire, à peu près comme le rire silencieux indiqué par Cooper; et je vis bien qu'il y avait lieu à observation.

Effectivement, toutes les conversations cessèrent par la plénitude des coeurs; toutes les attentions se fixèrent sur l'adresse des protecteurs; et quand les assiettes de distribution eurent passé, je vis se succéder tour-à-tour, sur toutes les physionomies, le feu du désir, l'extase de la jouissance, le repos parfait de la béatitude.




71.

'HOMME est incontestablement, des êtres sensitifs qui peuplent notre globe, celui qui éprouve le plus de souffrances.

La nature l'a primitivement condamné à la douleur par la nudité de sa peau, par la forme de ses pieds, et par l'instinct de guerre et de destruction qui accompagne l'espèce humaine partout où on l'a rencontrée.

Les animaux n'ont point été frappés de cette malédiction; et sans quelques combats causés par l'instinct de la reproduction, la douleur, dans l'état de nature, serait absolument inconnue à la plupart des espèces: tandis que l'homme, qui ne peut éprouver le plaisir que passagèrement et par un petit nombre d'organes, peut toujours, et dans toutes les parties de son corps, être soumis à d'épouvantables douleurs.

Cet arrêt de la destinée a été aggravé, dans son exécution, par une foule de maladies qui sont nées des habitudes de l'état social: de sorte que le plaisir le plus vif et le mieux conditionné que l'on puisse imaginer ne peut, soit en intensité, soit en durée, servir de compensation pour les douleurs atroces qui accompagnent certains dérangements, tels que la goutte, la rage de dent, les rhumatismes aigus, la strangurie, ou qui sont causés par les supplices rigoureux en usage chez certains peuples.

C'est cette crainte pratique de la douleur qui fait que, sans même s'en apercevoir, l'homme se jette avec élan du côté opposé, et s'attache avec abandon au petit nombre de plaisirs que la nature a mis dans son lot.

C'est pour la même raison qu'il les augmente, les étire, les façonne, les adore enfin, puisque, sous le règne de l'idolâtrie, et pendant une longue suite de siècles, tous les plaisirs ont été des divinités secondaires, présidées par des dieux supérieurs.

La sévérité des religions nouvelles a détruit tous ces patronages: Bacchus, l'Amour et Cornus, Diane, ne sont plus que des souvenirs poétiques; mais la chose subsiste: et sous la plus sérieuse de toutes les croyances, on se régale à l'occasion des mariages, des baptêmes et même des sépultures.

Origine du plaisir de la table.

72.

ES repas, dans le sens que nous donnons à ce mot, ont commencé avec le second âge de l'espèce humaine, c'est-à-dire au moment où elle a cessé de se nourrir de fruits. Les apprêts et la distribution des viandes ont nécessité le rassemblement de la famille, les chefs distribuant à leurs enfants le produit de leur chasse, et les enfants adultes rendant ensuite le même service à leurs parents vieillis.

Ces réunions, bornées d'abord aux relations les plus proches, se sont étendues peu à peu à celles de voisinage et d'amitié.

Plus tard, et quand le genre humain se fut étendu, le voyageur fatigué vint s'asseoir à ces repas primitifs, et raconta ce qui se passait dans les contrées lointaines. Ainsi naquit l'hospitalité, avec ses droits réputés sacrés chez tous les peuples; car il n'en est aucun si féroce qui ne se fit un devoir de respecter les jours de celui avec qui il avait consenti de partager le pain et le sel.

C'est pendant le repas que durent naître ou se perfectionner les langues, soit parce que c'était une occasion de rassemblement toujours renaissante, soit parce que le loisir qui accompagne et suit le repas dispose naturellement à la confiance et à la loquacité.

Différence entre le plaisir de manger et le plaisir de la table.

73.

ELS durent être, par la nature des choses, les éléments du plaisir de la table, qu'il faut bien distinguer du plaisir de manger, qui est son antécédent nécessaire.

Le plaisir de manger est la sensation actuelle et directe d'un besoin qui se satisfait.

Le plaisir de la table est la sensation réfléchie qui naît de diverses circonstances de faits, de lieux, de choses et de personnes qui accompagnent le repas.

Le plaisir de manger nous est commun avec les animaux, il ne suppose que la faim et ce qu'il faut pour la satisfaire.

Le plaisir de la table est particulier à l'espèce humaine; il suppose des soins antécédents pour les apprêts du repas, pour le choix du lieu et le rassemblement des convives.

Le plaisir de manger exige, sinon la faim, au moins de l'appétit; le plaisir de la table est le plus souvent indépendant de l'un et de l'autre.

Ces deux états peuvent toujours s'observer dans nos festins.

Au premier service, et en commençant la session, chacun mange avidement, sans parler, sans faire attention à ce qui peut être dit; et quel que soit le rang qu'on occupe dans la société, on oublie tout pour n'être qu'un ouvrier de la grande manufacture. Mais quand le besoin commence à être satisfait, la réflexion naît, la conversation s'engage, un autre ordre de choses commence, et celui qui jusque-là n'était que consommateur, devient convive plus ou moins aimable, suivant que le maître de toutes choses lui en a dispensé les moyens.

Effets.

74.

E plaisir de la table ne comporte ni ravissements, ni extases, ni transports, mais il gagne en durée ce qu'il perd en intensité, et se distingue surtout par le privilège particulier dont il jouit, de nous disposer à tous les autres, ou du moins de nous consoler de leur perte.

Effectivement, à la suite d'un repas bien entendu, le corps et l'âme jouissent d'un bien-être particulier.

Au physique, en même temps que le cerveau se rafraîchit, la physionomie s'épanouit, le coloris s'élève, les yeux brillent, une douce chaleur se répand dans tous les membres..

Au moral, l'esprit s'aiguise, l'imagination s'échauffe, les bons mots naissent et circulent; et si La Farre et Saint-Aulaire vont à la postérité avec la réputation d'auteurs spirituels, ils le doivent surtout à ce qu'ils furent convives aimables.

D'ailleurs, on trouve souvent rassemblées autour de la même table toutes les modifications que l'extrême sociabilité a introduites parmi nous: l'amour, l'amitié, les affaires, les spéculations, la puissance, les sollicitations, le protectorat, l'ambition, l'intrigue, voilà pourquoi le conviviat touche à tout; voilà pourquoi il produit des fruits de toutes les saveurs.

Accessoires Industriels.

75.--C'est par une conséquence immédiate de ces antécédents que toute l'industrie humaine s'est concentrée pour augmenter la durée et l'intensité du plaisir de la table.

Des poètes se plaignirent de ce que le cou étant trop court s'opposait à la durée du plaisir de la dégustation; d'autres déploraient le peu de capacité de l'estomac; et on en vint jusqu'à délivrer ce viscère du soin de digérer un premier repas, pour se donner le plaisir d'en avaler un second.

Ce fut là l'effort suprême tenté pour amplifier les jouissances du goût; mais si, de ce côté, on ne put pas franchir les bornes posées par la nature, on se jeta dans les accessoires, qui du moins offraient plus de latitude.

On orna de fleurs les vases et les coupes; on en couronna les convives; on mangea sous la voûte du ciel, dans les jardins, dans les bosquets, en présence de toutes les merveilles de la nature.

Au plaisir de la table, on joignit les charmes de la musique et le son des instruments. Ainsi, pendant que la cour du roi des Phéaciens se régalait, le chantre Phémius célébrait les faits et les guerriers des temps passés.

Souvent des danseurs, des bateleurs et des mimes des deux sexes et de tous les costumes, venaient occuper les yeux sans nuire aux jouissances du goût; les parfums les plus exquis se répandaient dans les airs; on alla jusqu'à se faire servir par la beauté sans voile, de sorte que tous les sens étaient appelés à une jouissance universelle.

Je pourrais employer plusieurs pages à prouver ce que j'avance. Les auteurs grecs, romains, et nos vieilles chroniques, sont là prêts à être copiés; mais ces recherches ont déjà été faites, et ma facile érudition aurait peu de mérite: je donne donc pour constant ce que d'autres ont prouvé: c'est un droit dont j'use souvent et dont le lecteur doit me savoir gré.

Dix-huitième et dix-neuvième siècle.

76.--Nous avons adopté, plus ou moins, suivant les circonstances, ces divers moyens de béatification, et nous y avons joint encore ceux que les découvertes nouvelles nous ont révélés.

Sans doute la délicatesse de nos moeurs ne pouvait pas laisser subsister les vomitoires des Romains; mais nous avons mieux fait, et nous sommes parvenus au même but par une voie avouée par le bon goût.

On a inventé des mets tellement attrayants, qu'ils font renaître sans cesse l'appétit; ils sont en même temps si légers, qu'ils flattent le palais, sans presque surcharger l'estomac. Sénèque aurait dit: Nubes esculentas.

Nous sommes donc parvenus à une telle progression alimentaire, que si la nécessité des affaires ne nous forçait pas à nous lever de table, ou si le besoin du sommeil ne venait pas s'interposer, la durée des repas serait à peu près indéfinie, et on n'aurait aucune donnée certaine pour déterminer le temps qui pourrait s'écouler depuis le premier coup de madère jusqu'au dernier verre de punch.

Au surplus, il ne faut pas croire que tous ces accessoires soient indispensables pour constituer le plaisir de la table. On goûte ce plaisir dans presque toute son étendue, toutes les fois qu'on réunit les quatre conditions suivantes: chère au moins passable, bon vin, convives aimables, temps suffisant.

C'est ainsi que j'ai souvent désiré avoir assisté au repas frugal qu'Horace destinait au voisin qu'il aurait invité, ou à l'hôte que le mauvais temps aurait contraint à chercher un abri auprès de lui; savoir: un bon poulet, un chevreau (sans doute bien gras), et, pour dessert, des raisins, des figues et des noix. En y joignant du vin récolté sous le consulat de Manlius (nata mecum consule Manlio), et la conversation de ce poète voluptueux, il me semble que j'aurais soupé de la manière la plus confortable.

At mihi cùm longum post tempus venerat hospes

Sive operum vacuo, longum conviva per imbrem

Vicinus, benè erat, non piscibus urbe petitis,

Sed pullo atque hsedo, tum 33 pensilis uva secundas

Et nux ornabat mensas, cum duplice ficu.

Note 33: (retour) Le dessert se trouve précisément désigné et distingué par l'adverbe tum et par les mots secundas mensas. C'est encore ainsi qu'hier ou demain trois paires d'amis se seront régalés du gigot à l'eau et du rognon de Pontoise, arrosés d'orléans et de médoc bien limpides; et qu'ayant fini la soirée dans une causerie pleine d'abandon et de charmes, ils auront totalement oublié qu'il existe des mets plus fins et des cuisiniers plus savants.

Au contraire, quelque recherchée que soit la bonne chère, quelque somptueux que soient les accessoires, il n'y a pas plaisir de table si le vin est mauvais, les convives ramassés sans choix, les physionomies tristes et le repas consommé avec précipitation.

Esquisse.

AIS dira peut-être le lecteur impatienté, comment donc doit être fait, en l'an de grâce 1825, un repas pour réunir toutes les conditions qui procurent au suprême degré le plaisir de la table?

Je vais répondre à cette question. Recueillez-vous, lecteurs, et prêtez attention: c'est Gasterea, c'est la plus jolie des muses qui m'inspire; je serai plus clair qu'un oracle, et mes préceptes traverseront les siècles.

«Que le nombre des convives n'excède pas douze, afin que la conversation puisse être constamment générale;

«Qu'ils soient tellement choisis, que leurs occupations soient variées, leurs goûts analogues, et avec de tels points de contact qu'on ne soit point obligé d'avoir recours à l'odieuse formalité des présentations;

«Que la salle à manger soit éclairée avec luxe, le couvert d'une propreté remarquable, et l'atmosphère à la température de treize à seize degrés au thermomètre de Réaumur;

«Que les hommes soient spirituels sans prétention, et les femmes aimables sans être trop coquettes 34;

Note 34: (retour) J'écris à Paris, entre le Palais-Royal et la Chaussée-d'Antin. «Que les mets soient d'un choix exquis, mais en nombre resserré; et les vins de première qualité, chacun dans son degré;

«Que la progression, pour les premiers, soit des plus substantiels aux plus légers; et pour les seconds, des plus lampants aux plus parfumés;

«Que le mouvement de consommation soit modéré, le dîner étant la dernière affaire de la journée; et que les convives se tiennent comme des voyageurs qui doivent arriver ensemble au même but;

«Que le café soit brûlant, et les liqueurs spécialement de choix de maître;

«Que le salon qui doit recevoir les convives soit assez spacieux pour organiser une partie de jeu pour ceux qui ne peuvent pas s'en passer, et pour qu'il reste cependant assez d'espace pour les colloques post-méridiens;

«Que les convives soient retenus par les agréments de la société et ranimés par l'espoir que la soirée ne se passera pas sans quelque jouissance ultérieure;

«Que le thé ne soit pas trop chargé; que les rôties soient artistement beurrées, et le punch fait avec soin;

«Que la retraite ne commence pas avant onze heures, mais qu'à minuit tout le monde soit couché.»

Si quelqu'un a assisté à un repas réunissant toutes ces conditions, il peut se vanter d'avoir assisté à sa propre apothéose, et on aura d'autant moins de plaisir qu'un plus grand nombre d'entre elles auront été oubliées ou méconnues.

J'ai dit que le plaisir de la table, tel que je l'ai caractérisé, était susceptible d'une assez longue durée; je vais le prouver en donnant la relation véridique et circonstanciée du plus long repas que j'aie fait en ma vie: c'est un bonbon que je mets dans la bouche du lecteur, pour le récompenser de la complaisance qu'il a de me lire avec plaisir. La voici:

J'avais, au fond de la rué du Bac, une famille de parents, composée comme il suit: le docteur, soixante-dix-huit ans; le capitaine, soixante-seize ans; leur soeur Jeannette, soixante-quatorze. Je les allais voir quelquefois, et ils me recevaient toujours avec beaucoup d'amitié.


«Parbleu! me dit un jour le docteur Dubois en se levant sur la pointe des pieds pour me frapper sur l'épaule, il y a longtemps que tu nous vantes tes fondues (oeufs brouillés au fromage), tu ne cesses de nous en faire venir l'eau à la bouche; il est temps que cela finisse. Nous irons un jour déjeuner chez toi, le capitaine et moi, et nous verrons ce que c'est.» (C'est, je crois, vers 1801, qu'il me faisait cette agacerie.) «Très-volontiers, lui répondis-je, et vous l'aurez dans toute sa gloire, car c'est moi qui la ferai. Votre proposition me rend tout-à-fait heureux. Ainsi, à demain dix heures, heure militaire 35.»

Note 35: (retour) Toutes les fois qu'un rendez-vous est annoncé ainsi, on doit servir à l'heure sonnante: les retardataires sont réputés déserteurs. Au temps indiqué, je vis arriver mes deux convives, rasés de frais, bien peignés, bien poudrés: deux petits vieillards encore verts et bien portants.

Ils sourirent de plaisir quand ils virent la table prête, du linge blanc, trois couverts mis, et à chaque place deux douzaines d'huîtres, avec un citron luisant et doré.

Aux deux bouts de la table s'élevait une bouteille de vin de Sauterne, soigneusement essuyée, fors le bouchon, qui indiquait d'une manière certaine qu'il y avait longtemps que le tirage avait eu lieu.

Hélas! j'ai vu disparaître, ou à peu près, ces déjeuners d'huîtres, autrefois si fréquents et si gais, où on les avalait par milliers; ils ont disparu avec les abbés, qui n'en mangeaient jamais moins d'une grosse, et les chevaliers, qui n'en finissaient plus. Je les regrette, mais en philosophe: si le temps modifie les gouvernements, quels droits n'a-t-il pas eus sur de simples usages!

Après les huîtres, qui furent trouvées très fraîches, on servit des rognons à la brochette, une casse de foie gras aux truffes, et enfin la fondue.

On en avait rassemblé les éléments dans une casserole, qu'on apporta sur la table avec un réchaud à l'esprit-de-vin. Je fonctionnai sur le champ de bataille, et les cousins ne perdirent pas un de mes mouvements.

Ils se récrièrent sur les charmes de cette préparation, et m'en demandèrent la recette, que je leur promis, tout en leur contant à ce sujet deux anecdotes que le lecteur rencontrera peut-être ailleurs.

Après la fondue vinrent les fruits de la saison et les confitures, une tasse de vrai moka fait à la Dubelloy, dont la méthode commençait à se propager, et enfin deux espèces de liqueurs, un esprit pour déterger, et une huile pour adoucir.

Le déjeuner bien fini, je proposai à mes convives de prendre un peu d'exercice, et pour cela de faire le tour de mon appartement, appartement qui est loin d'être élégant, mais qui est vaste, confortable, et où mes amis se trouvaient d'autant mieux que les plafonds et les dorures datent du milieu du règne de Louis XV.

Je leur montrai l'argile originale du buste de ma jolie cousine Mme Récamier par Chinard, et son portrait en miniature par Augustin; ils en furent si ravis, que le docteur, avec ses grosses lèvres, baisa le portrait, et que le capitaine se permit sur le buste une licence pour laquelle je le battis; car si tous les admirateurs de l'original venaient en faire autant, ce sein si voluptueusement contourné serait bientôt dans le même état que l'orteil de saint Pierre de Rome, que les pèlerins ont raccourci à force de le baiser.

Je leur montrai ensuite quelques plâtres des meilleurs sculpteurs antiques, des peintures qui ne sont pas sans mérite, mes fusils, mes instruments de musique et quelques belles éditions tant françaises qu'étrangères.

Dans ce voyage polymathique, ils n'oublièrent pas ma cuisine. Je leur fis voir mon pot-au-feu économique, ma coquille à rôtir, mon tournebroche à pendule, et mon vaporisateur. Ils examinèrent tout avec une curiosité minutieuse, et s'étonnèrent d'autant plus, que chez eux tout se faisait encore comme du temps de la régence.

Au moment où nous rentrâmes dans mon salon, deux heures sonnèrent. «Peste! dit le docteur, voilà l'heure du dîner, et ma soeur Jeannette nous attend! Il faut aller la rejoindre. Ce n'est pas que je sente une grande envie de manger, mais il me faut mon potage. C'est une si vieille habitude, que quand je passe une journée sans en prendre, je dis comme Titus: Diem perdidi.--Cher docteur, lui répondis-je, pourquoi aller si loin pour trouver ce que vous avez sous la main? Je vais envoyer quelqu'un à la cousine, pour la prévenir que vous restez avec moi, et que vous me faites le plaisir d'accepter un dîner pour lequel vous aurez quelque indulgence, parce qu'il n'aura pas tout le mérite d'un impromptu fait à loisir.»

Il y eut à ce sujet, entre les deux frères, délibération oculaire, et ensuite consentement formel. Alors j'expédiai un volante pour le faubourg Saint-Germain; je dis un mot à mon maître queux; et après un intervalle de temps tout-à-fait modéré, et partie avec ses ressources, partie avec celles des restaurateurs voisins, il nous servit un petit dîner bien retroussé et tout-à-fait appétissant.


Ce fut pour moi une grande satisfaction que de voir le sang-froid et l'aplomb avec lequel mes deux amis s'assirent, s'approchèrent de la table, étalèrent leurs serviettes, et se préparèrent à agir.

Ils éprouvèrent deux surprises auxquelles je n'avais pas moi-même pensé; car je leur fis servir du parmesan avec le potage, et leur offris après un verre de madère sec. C'étaient deux nouveautés importées depuis peu par M. le prince de Talleyrand, le premier de nos diplomates, à qui nous devons tant de mots fins, spirituels, profonds, et que l'attention publique a toujours suivi avec un intérêt distinct, soit dans sa puissance, soit dans sa retraite.

Le dîner se passa très bien, tant dans sa partie substantielle que dans ses accessoires obligés, et mes amis y mirent autant de complaisance que de gaîté.

Après le dîner, je proposai un piquet, qui fut refusé; ils préférèrent le far niente des Italiens, disait le capitaine; et nous nous constituâmes en petit cercle autour de la cheminée.

Malgré les délices du far niente, j'ai toujours pensé que rien ne donne plus de douceur à la conversation qu'une occupation quelconque, quand elle n'absorbe pas l'attention; ainsi je proposai le thé.

Le thé était une étrangeté pour des Français de la vieille roche; cependant il fut accepté. Je le fis en leur présence, et ils en prirent quelques tasses avec d'autant plus de plaisir qu'ils ne l'avaient jamais regardé que comme un remède.

Une longue pratique m'avait appris qu'une complaisance en amène une autre, et que quand on est une fois engagé dans cette voie on perd le pouvoir de refuser. Aussi c'est avec un ton presque impératif que je parlai de finir par un bowl de punch.

«Mais tu me tueras, disait le docteur.--Mais vous nous griserez,» disait le capitaine. À quoi je ne répondais qu'en demandant à grands cris des citrons, du sucre et du rhum.

Je fis donc le punch, et pendant que j'y étais occupé, on exécutait des rôties (toast) bien minces, délicatement beurrées et salées à point.

Cette fois il y eut réclamation. Les cousins assurèrent qu'ils avaient bien assez mangé, et qu'ils n'y toucheraient pas; mais comme je connais l'attrait de cette préparation si simple, je répondis que je ne souhaitais qu'une chose, c'est qu'il y en eût assez. Effectivement, peu après le capitaine prenait la dernière tranche, et je le surpris regardant s'il n'en restait pas ou si on n'en faisait pas d'autres; ce que j'ordonnai à l'instant.

Cependant le temps avait coulé, et ma pendule marquait plus de huit heures. «Sauvons-nous, dirent mes hôtes; il faut bien que nous allions manger une feuille de salade avec notre pauvre soeur, qui ne nous a pas vus de la journée.»

À cela je n'eus pas d'objections; et, fidèle aux devoirs de l'hospitalité vis-à-vis de deux vieillards aussi aimables, je les accompagnai jusqu'à leur voiture, et je les vis partir.

On demandera peut-être si l'ennui ne se coula pas quelques moments dans une aussi longue séance.

Je répondrai négativement: l'attention de mes convives fut soutenu par la confection de la fondue, par le voyage autour de l'appartement, par quelques nouveautés dans le dîner, par le thé, et surtout par le punch, dont ils n'avaient jamais goûté.

D'ailleurs le docteur connaissait tout Paris par généalogies et anecdotes; le capitaine avait passé une partie de sa vie en Italie, soit comme militaire, soit comme envoyé à la cour de Parme; j'ai moi-même beaucoup voyagé; nous causions sans prétention, nous écoutions avec complaisance. Il n'en faut pas tant pour que le temps fuie avec douceur et rapidité.

Le lendemain matin je reçus une lettre du docteur; il avait l'attention de m'apprendre que la petite débauche de la veille ne leur avait fait aucun mal; bien au contraire, après un premier sommeil des plus heureux, ils s'étaient levés frais, dispos, et prêts à recommencer.




G de. GONET, Editeur



77.

E toutes les circonstances de la vie où le manger est compté pour quelque chose, une des plus agréables est sans doute la halte de chasse; et, de tous les entr'actes connus, c'est encore la halte de chasse qui peut le plus se prolonger sans ennui.

Après quelques heures d'exercice, le chasseur le plus vigoureux sent qu'il a besoin de repos; son visage a été caressé par la brise du matin; l'adresse ne lui a pas manqué dans l'occasion; le soleil est près d'atteindre le plus haut de son cours; le chasseur va donc s'arrêter quelques heures, non par excès de fatigue, mais par cette impulsion d'instinct qui nous avertit que notre activité ne peut pas être indéfinie.

Un ombrage l'attire; le gazon le reçoit, et le murmure de la source voisine l'invite à y déposer le flacon destiné à le désaltérer 36.

Note 36: (retour) J'invite les camarades à préférer le vin blanc; il résiste mieux au mouvement et à la chaleur, et désaltère plus agréablement. Ainsi placé, il sort avec un plaisir tranquille les petits pains à croûte dorée, dévoile le poulet froid qu'une main amie a placé dans son sac, et pose tout auprès le carré de gruyère ou de roquefort destiné à figurer tout un dessert.


Pendant qu'il se prépare ainsi, le chasseur n'est pas seul; il est accompagné de l'animal fidèle que le ciel a créé pour lui: le chien accroupi regarde son maître avec amour; la coopération a comblé les distances, ce sont deux amis, et le serviteur est à la fois heureux et fier d'être le convive de son maître.

Ils ont un appétit également inconnu aux mondains et aux dévots: aux premiers, parce qu'ils ne laissent point à la faim le temps d'arriver; aux autres, parce qu'ils ne se livrent jamais aux exercices qui le font naître.

Le repas a été consommé avec délices; chacun a eu sa part; tout s'est passé dans l'ordre et la paix. Pourquoi ne donnerait-on, pas quelques instants au sommeil? l'heure de midi est aussi une heure de repos pour toute la création.

Ces plaisirs sont décuplés si plusieurs amis les partagent; car alors, en ce cas, un repas plus copieux a été apporté dans ces cantines militaires, maintenant employées à de plus doux usages. On cause avec enjouement des prouesses de l'un, des solécismes de l'autre, et des espérances de l'après-midi.

Que sera-ce donc si des serviteurs attentifs arrivent chargés de ces vases consacrés à Bacchus, où un froid artificiel fait glacer à la fois le madère, le suc de la fraise et de l'ananas, liqueurs délicieuses, préparations divines, qui font couler dans les veines une fraîcheur ravissante, et portent dans tous les sens un bien-être inconnu aux profanes 37.

Note 37: (retour) C'est mon ami Alexandre Delessert qui, le premier, a mis en usage cette pratique pleine de charmes. Nous chassions à Villeneuve par un soleil ardent, le thermomètre de Réaumur marquant 26° a l'ombre.

Ainsi placés sous la zone torride, il avait eu l'attention de faire trouver sous nos pas des serviteurs potophores 38 qui avaient, dans des seaux de cuir pleins de glace, tout ce que l'on pouvait désirer, soit pour rafraîchir, soit pour conforter. On choisissait, et on se sentait revivre.

Je suis tenté de croire que l'application d'un liquide aussi frais à des langues arides et à des gosiers desséchés, cause la sensation la plus délicieuse qu'on puisse goûter en sûreté de conscience.

Note 38: (retour) M. Hoffmann condamne cette expression a cause de sa ressemblance avec pot-au-feu; il vient à substituer oenophore, mot déjà connu. Mais ce n'est point encore le dernier terme de cette progression d'enchantements.

Les Dames.

78.

L est des jours où nos femmes, nos soeurs, nos cousines, leurs amies, ont été invitées à venir prendre part à nos amusements.

À l'heure promise, on voit arriver des voitures légères et des chevaux fringants, chargés de belles, de plûmes et de fleurs. La toilette de ces dames a quelque chose de militaire et de coquet; et l'oeil du professeur peut, de temps à autre, saisir les échappées de vue que le hasard seul n'a pas ménagées.

Bientôt le flanc des calèches s'entrouvre et laisse apercevoir les trésors du Périgord, les merveilles de Strasbourg, les friandises d'Achard, et tout ce qu'il y a de transportable dans les laboratoires les plus savants.

On n'a point oublié le champagne fougueux qui s'agite sous la main de la beauté; on s'assied sur la verdure, on mange, les bouchons volent; on cause, on rit, on plaisante en toute liberté; car on a l'univers pour salon et le soleil pour lumière. D'ailleurs l'appétit, cette émanation du ciel, donne à ce repas une vivacité inconnue dans les enclos, quelque bien décorés qu'ils soient.

Cependant comme il faut que tout finisse, le doyen donne le signal; on se lève, les hommes s'arment de leurs fusils, les dames de leurs chapeaux. On se dit adieu, les voitures s'avancent, et les beautés s'envolent pour ne plusse montrer qu'à la chute du jour.

Voilà ce que j'ai vu dans les hautes classes de la société où le Pactole roule ses flots; mais tout cela n'est pas indispensable.

J'ai chassé au centre de la France et au fond des départements; j'ai vu arriver à la halte des femmes charmantes, des jeunes personnes rayonnantes de fraîcheur, les unes en cabriolets, les autres dans de simples carrioles, ou sur l'âne modeste qui fait la gloire et la fortune des habitants de Montmorency; je les ai vues les premières à rire des inconvénients du transport; je les ai vues étaler sur la pelouse la dinde à gelée transparente, le pâté de ménage, la salade toute prête à être retournée; je les ai vues danser d'un pied léger autour du feu du bivouac allumé en pareille occasion; j'ai pris part aux jeux et aux folâtreries qui accompagnent ce repas nomade, et je suis bien convaincu qu'avec moins de luxe on ne rencontre ni moins de charmes, ni moins de gaîté, ni moins de plaisir.

Eh! pourquoi quand on se sépare, n'échangerait-on pas quelques baisers avec le roi de la chasse parce qu'il est dans sa gloire; avec le culot, parce qu'il est malheureux; avec les autres, pour ne pas faire de jaloux? il y a départ, l'usage l'autorise, il est permis et même enjoint d'en profiter.

Camarades! chasseurs prudents, qui visez au solide, tirez droit et soignez les bourriches avant l'arrivée des dames; car l'expérience a appris qu'après leur départ il est rare que la chasse soit fructueuse.

On s'est épuisé en conjectures pour expliquer cet effet. Les uns l'attribuent au travail de la digestion, qui rend toujours le corps un peu lourd; d'autres, à l'attention distraite qui ne peut plus se recueillir; d'autres, à des colloques confidentiels qui peuvent donner l'envie de retourner bien vite.

Quant à nous,

Dont jusqu'au fond des coeurs le regard a pu lire,

nous pensons que, l'âge des dames étant à l'orient, et les chasseurs matière inflammable, il est impossible que, par la collision des sexes, il ne s'échappe pas quelque étincelle génésique qui effarouche la chaste Diane, et qui fait que dans son déplaisir elle retire, pour le reste de la journée, ses faveurs aux délinquants.

Nous disons pour le reste de la journée, car l'histoire d'Endymion nous a appris que la déesse est bien loin d'être sévère après le soleil couché. (Voyez le tableau de Girodet.)

Les haltes de chasse sont une matière vierge que nous n'avons fait qu'effleurer; elle pourrait être l'objet d'un traité aussi amusant qu'instructif. Nous le léguons au lecteur intelligent qui voudra s'en occuper.




79.

n ne vit pas de ce qu'on mange, dit un vieil adage, mais de ce qu'on digère. Il faut donc digérer pour vivre; et cette nécessité est un niveau qui couche sous sa puissance le pauvre et le riche, le berger et le roi.

Mais combien peu savent ce qu'ils font quand ils digèrent! La plupart sont comme M. Jourdain, qui faisait de la prose sans le savoir; et c'est pour ceux-là que je trace un histoire populaire de la digestion, persuadé que je suis que M. Jourdain fut bien plus content; quand le philosophe l'eut rendu certain que ce qu'il faisait était de la prose.

Pour connaître la digestion dans son ensemble, il faut la joindre à ses antécédents et à ses conséquences.

Ingestion.

80.--L'appétit, la faim et la soif nous avertissent que le corps a besoin de se restaurer; et la douleur, ce moniteur universel, ne tarde pas à nous tourmenter, si nous ne pouvons pas y obéir.

Alors viennent le manger et le boire, qui constituent l'ingestion, opération qui commence au moment où les aliments arrivent à la bouche, et finit à celui où ils entrent dans l'oesophage. 39

Note 39: (retour) L'oesophage est le canal qui commence derrière la trachée-artère, et conduit du gosier à l'estomac: son extrémité supérieure se nomme pharynx. Pendant ce trajet, qui n'est que de quelques pouces, il se passe bien des choses.

Les dents divisent les aliments solides; les glandes de toutes espèces qui tapissent la bouche intérieure les humectent, la langue les gâche pour les mêler; elle les presse ensuite contre le palais pour en exprimer le jus et en savourer le goût; en faisant cette fonction, la langue réunit les aliments en masse dans le milieu de la bouche; après quoi, s'appuyant contre la mâchoire inférieure, elle se soulève dans le milieu, de sorte qu'il se forme à sa racine une pente qui les entraîne dans l'arrière-bouche, où ils sont reçus par le pharynx, qui, se contractant à son tour, les fait entrer dans l'oesophage, dont le mouvement péristaltique les conduit jusqu'à l'estomac.

Une bouchée ainsi débitée, une seconde lui succède de la même manière; les boissons qui sont aspirées dans les entr'actes prennent la même route, et la déglutition continue jusqu'à ce que le même instinct qui avait appelé l'ingestion nous avertisse qu'il est temps de finir. Mais il est rare qu'on obéisse à la première injonction; car un des privilèges de l'espèce humaine est de boire sans avoir soif; et dans l'état actuel de l'art, les cuisiniers savent bien nous faire manger sans avoir faim.

Par un tour de force très remarquable, pour que chaque morceau arrive jusqu'à l'estomac, il faut qu'il échappe à deux dangers:

Le premier est d'être refoulé dans les arrière-narines; mais heureusement l'abaissement du voile du palais et la construction du pharynx s'y opposent;

La second danger serait de tomber dans la trachée-artère, au-dessus de laquelle tous nos aliments passent, et celui-ci serait beaucoup plus grave; car, dès qu'un corps étranger tombe dans la trachée-artère, une toux convulsive commence, pour ne finir que quand il est expulsé.

Mais, par un mécanisme admirable, la glotte se resserre pendant qu'on avale; elle est défendue par l'épiglotte, qui la recouvre, et nous avons un certain instinct qui nous porte à ne pas respirer pendant la déglutition; de sorte qu'en général on peut dire que, malgré cette étrange conformation, les aliments arrivent facilement dans l'estomac, où finit l'empire de la volonté et où commence la digestion proprement dite.

Office de l'estomac.

81.

A digestion est une opération tout à fait mécanique, et l'appareil digesteur peut être considéré comme un moulin garni de ses blutoirs, dont l'effet est d'extraire des aliments ce qui peut servir à réparer nos corps, et de rejeter le marc dépouillé de ses parties animalisables.

On a longtemps et vigoureusement disputé sur la manière dont se fait la digestion dans l'estomac, et pour savoir si elle se fait par coction, maturation, fermentation, dissolution gastrique, chimique ou vitale, etc.

On y peut trouver un peu de tout cela; et il n'y avait faute que parce qu'on voulait attribuer à un agent unique le résultat de plusieurs causes nécessairement réunies.

Effectivement, les aliments, imprégnés de tous les fluides que leur fournissent la bouche et l'oesophage, arrivent dans l'estomac, où ils sont pénétrés par le suc gastrique dont il est toujours plein: ils sont soumis pendant plusieurs heures à une chaleur de plus de trente degrés de Réaumur; ils sont sassés et mêlés par le mouvement organique de l'estomac, que leur présence excite: ils agissent les uns sur les autres par l'effet de cette juxtaposition, et il est impossible qu'il n'y ait pas fermentation, puisque presque tout ce qui est alimentaire est fermentescible.

Par suite de toutes ces opérations, le chyle s'élabore; la couche alimentaire, qui est immédiatement superposée, est la première qui est appropriée; elle passe par le pylore et tombe dans les intestins: une autre lui succède, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien dans l'estomac, qui se vide, pour ainsi dire, par bouchées, et de la même manière dont il s'était rempli.

Le pylore est une espèce d'entonnoir charnu, qui sert de communication entre l'estomac et les intestins; il est fait de manière à ce que les aliments ne puissent, du moins que difficilement, remonter. Ce viscère important est sujet quelquefois à s'obstruer, et alors on meurt de faim, après de longues et effroyables douleurs. L'intestin qui reçoit les aliments au sortir du pylore est le duodénum; il a été ainsi nommé parce qu'il est long de douze doigts. Le chyle arrivé dans le duodénum y reçoit une élaboration nouvelle par le mélange de la bile et du suc pancréatique; il perd la couleur grisâtre et acide qu'il avait auparavant, se colore en jaune, et commence à contracter le fumet stercoral, qui va toujours en s'aggravant à mesure qu'il s'avance vers le rectum. Les divers principes qui se trouvent dans ce mélange agissent réciproquement les uns sur les autres: le chyle se prépare, et il doit y avoir formation de gaz analogues.

Le mouvement organique d'impulsion qui avait fait sortir le chyle de l'estomac, continuant, le pousse vers les intestins grêles: là se dégage le chyle, qui est absorbé par les organes destinés à cet usage, et qui est porté vers le foie pour s'y mêler au sang, qu'il rafraîchit en réparant les pertes causées par l'absorption des organes vitaux et par l'exhalation transpiratoire.

Il est assez difficile d'expliquer comment le chyle, qui est une liqueur blanche et à peu près insipide et inodore, peut s'extraire d'une masse dont la couleur, l'odeur et le goût doivent être très prononcés.

Quoi qu'il en soit, l'extraction du chyle paraît être le véritable but de la digestion, et aussitôt qu'il est mêlé à la circulation, l'individu en est averti par une augmentation de force vitale et par une conviction intime que ses pertes sont réparées.

La digestion des liquides est bien moins compliquée que celle des aliments solides, et peut s'exposer en peu de mots.

La partie alimentaire qui se trouve suspendue se sépare, se joint au chyle, et en subit toutes les vicissitudes.

La partie purement liquide est absorbée par les suçoirs de l'estomac et jetée dans la circulation: de là elle est portée par les artères émulgentes vers les reins, qui la filtrent et l'élaborent, et, au moyen des uretères 40, la font parvenir dans la vessie sous la forme d'urine.

Note 40: (retour) Ces uretères sont deux conduits de la grosseur d'un tuyau de plume à écrire, qui partent de chacun des reins, et aboutissent au col postérieur de la vessie. Arrivée à ce dernier récipient, et quoique également retenue par un sphincter, l'urine y réside peu; son action excitante fait naître le besoin; et bientôt une constriction volontaire la rend à la lumière et la fait jaillir par les canaux d'irrigation que tout le monde connaît et qu'on est convenu de ne jamais nommer.

La digestion dure plus ou moins de temps, suivant la disposition particulière des individus. Cependant on peut lui donner un terme moyen de sept heures, savoir: un peu plus de trois heures pour l'estomac, et le surplus pour le trajet jusqu'au rectum.




G. de GONET, Editeur


Au moyen de cet exposé, que j'ai extrait des meilleurs auteurs, et que j'ai convenablement dégagé des aridités anatomiques et des abstractions de la science, mes lecteurs pourront désormais assez bien juger de l'endroit où doit se trouver le dernier repas qu'ils auront pris, savoir: pendant les trois premières heures, dans l'estomac; plus tard, dans le trajet intestinal; et après sept ou huit heures, dans le rectum, en attendant son tour d'expulsion.

Influence de la digestion.

82.

A digestion est de toutes les opérations corporelle celle qui influe le plus sur l'état moral de l'individu. Cette assertion ne doit étonner personne, et il est impossible que cela soit autrement.

Les principes de là plus simple psychologie nous apprennent que l'âme n'est impressionnée qu'au moyen des organes qui lui sont soumis et qui la mettent en rapport avec les objets extérieurs; d'où il suit que, quand ces organes sont mal conservés, mal restaurés, ou irrités, cet état de dégradation exerce une influence nécessaire sur les sensations, qui sont les moyens intermédiaires et occasionnels des opérations intellectuelles.

Ainsi, la manière habituelle dont la digestion se fait, et surtout se termine, nous rend habituellement tristes, gais, taciturnes, parleurs, moroses ou mélancoliques, sans que nous nous en doutions, et surtout sans que nous puissions nous y refuser.

On pourrait ranger sous ce rapport, le genre humain civilisé en trois grandes catégories: les réguliers, les réservés et les relâchés.

Il est d'expérience que tous ceux qui se trouvent dans ces diverses séries, non seulement ont des dispositions naturelles semblables et des propensions qui leur sont communes, mais encore qu'ils ont quelque chose d'analogue et de similaire dans là manière dont ils remplissent les missions que le hasard leur a départies dans le cours de la vie.

Pour me faire comprendre par un exemple, je le prendrai dans le vaste champ de la littérature. Je crois que les gens de lettres doivent le plus souvent à leur estomac le genre qu'ils ont préférablement choisi.

Sous ce point de vue, les poètes comiques doivent être dans les réguliers, les tragiques dans les resserrés, et les élégiaques et pastoureaux dans les relâchés: d'où il suit que le poète le plus lacrymal n'est séparé du poète que par quelque degré de coction digestionnaire.

C'est par application de ce principe au courage que, dans le temps où le prince Eugène de Savoie faisait le plus grand mal à la France, quelqu'un de la cour de Louis XIV s'écriait: «Oh! que ne puis-je lui envoyer la foire pendant huit jours! J'en aurais bientôt fait le plus grand j...-f.....de l'Europe.»

«Hâtons-nous, disait un général anglais, de faire battre nos soldats pendant qu'ils ont encore le morceau de boeuf dans l'estomac.»

La digestion, chez les jeunes gens, est souvent accompagnée d'un léger frisson, et chez les vieillards d'une assez forte envie de dormir.

Dans le premier cas, c'est la nature qui retire le calorique des surfaces, pour l'employer dans son laboratoire; dans le second, c'est la même puissance qui, déjà affaiblie par l'âge, ne peut plus suffire à la fois au travail de la digestion et à l'excitation des sens.

Dans les premiers moments de la digestion, il est dangereux de se livrer aux travaux de l'esprit, plus dangereux encore de s'abandonner aux jouissances génésiques. Le courant qui porte vers les cimetières de la capitale y entraîne chaque année des centaines d'hommes qui, après avoir très bien dîné, et quelquefois pour avoir trop bien dîné, n'ont pas su fermer les yeux et se boucher les oreilles.

Cette observation contient un avis, même pour la jeunesse, qui ne regarde à rien; un conseil pour les hommes faits, qui oublient que le temps ne s'arrête jamais; et une loi pénale pour ceux qui sont du mauvais côté de cinquante ans (on the wrong side of fifty).

Quelques personnes ont de l'humeur pendant tout le temps qu'elles digèrent; ce n'est le temps alors ni de leur présenter des projets, ni de leur demander des grâces.

De ce nombre était spécialement le maréchal Augereau; pendant la première heure après son dîner, il tuait tout, amis et ennemis.

Je lui ai entendu dire un jour qu'il y avait dans l'armée deux personnes que le général en chef était toujours maître de faire fusiller, savoir: le commissaire ordonnateur en chef et le chef de son état-major. Ils étaient présents l'un et l'autre; le général Chérin répondit en câlinant, mais avec esprit; l'ordonnateur ne répondit rien, mais il n'en pensa probablement pas moins.

J'étais à cette époque attaché à son état-major, et mon couvert était toujours mis à sa table; mais j'y venais rarement, par la crainte de ces bourrasques périodiques; j'avais peur que, sur un mot, il ne m'envoyât digérer en prison.

Je l'ai souvent rencontré depuis à Paris; et comme il me témoignait obligeamment le regret de ne m'avoir pas vu plus souvent, je ne lui en dissimulai point la cause; nous en rîmes ensemble; mais il avoua presque que je n'avais pas eu tout-à-fait tort.

Nous étions alors à Offenbourg, et on se plaignait à l'état-major de ce que nous ne mangions ni gibier ni poisson.

Cette plainte était fondée; car c'est une maxime de droit public, que les vainqueurs doivent faire bonne chère aux dépens des vaincus. Ainsi, le jour même, j'écrivis au conservateur des forêts une lettre fort polie pour lui indiquer le mal et lui prescrire le remède.

Le conservateur était un vieux reître, grand, sec et noir, qui ne pouvait pas nous souffrir, et qui sans doute ne nous traitait pas bien, de peur que nous ne prissions racine dans son territoire. Sa réponse fut donc à peu près négative et pleine d'évasions. Les gardes s'étaient enfuis, de peur de nos soldats; les pêcheurs ne gardaient plus de subordination; les eaux étaient grosses, etc., etc. À de si bonnes raisons je ne répliquai pas; mais je lui envoyai dix grenadiers pour les loger et nourrir à discrétion jusqu'à nouvel ordre.

Le topique fit effet: le surlendemain, de très grand-matin, il nous arriva un chariot bien et richement chargé; les gardes étaient sans doute revenus, les pêcheurs soumis, car on nous apportait, en gibier et en poisson, de quoi nous régaler pour plus d'une semaine: chevreuils, bécasses, carpes, brochets; c'était une bénédiction.

A la réception de cette offrande expiatoire, je délivrai de ses hôtes le conservateur malencontreux. Il vint nous voir; je lui fis entendre raison; et pendant le reste de notre séjour en ce pays, nous n'eûmes qu'à nous louer de ses bons procédés.




83.

'HOMME n'est pas fait pour jouir d'une activité indéfinie; la nature ne l'a destiné qu'à une existence interrompue, il faut que ses perceptions finissent après un certain temps. Ce temps d'activité peut s'allonger en variant le genre et la nature des sensations qu'il lui fait éprouver; mais cette continuité d'existence l'amène à désirer le repos. Le repos conduit au sommeil, et le sommeil produit les rêves.

Ici nous nous trouvons aux dernières limites de l'humanité: car l'homme qui dort n'est déjà plus l'homme social; la loi protège encore, mais ne lui commande plus.

Ici se place naturellement un fait assez singulier; qui m'a été raconté par dom Duhaget, autrefois prieur de la chartreuse de Pierre-Châtel.

Dom Duhaget était d'une très-bonne famille de Gascogne, et avait servi avec distinction, il avait été vingt ans capitaine d'infanterie; il était chevalier de Saint-Louis. Je n'ai connu personne d'une piété plus douce et d'une conversation plus aimable.


«Nous avions, me disait-il, à...., où j'ai été prieur avant que de venir à Pierre-Châtel, un religieux d'une humeur mélancolique, d'un caractère sombre, et qui était connu pour être somnambule.

«Quelquefois, dans ses accès, il sortait de sa cellule, et y rentrait seul; d'autres fois il s'égarait, et on était obligé de l'y reconduire. On avait consulté et fait quelques remèdes; ensuite les rechutes étant devenues plus rares, on avait cessé de s'en occuper.

«Un soir que je ne m'étais point couché à l'heure ordinaire, j'étais à mon bureau, occupé à examiner quelques papiers, lorsque j'entendis ouvrir la porte de mon appartement, dont je ne retirais presque jamais la clef, et bientôt je vis entrer ce religieux dans un état absolu de somnambulisme.

«Il avait les yeux ouverts, mais fixes, n'était vêtu que de la tunique avec laquelle il avait dû se coucher, et tenait un grand couteau à la main.

«Il alla droit à mon lit, dont il connaissait la position, eut l'air de vérifier, en tâtant avec la main, si je m'y trouvais effectivement; après quoi, il frappa trois grands coups tellement fournis, qu'après avoir percé les couvertures la lame entra profondément dans le matelas, ou plutôt la natte qui m'en tenait lieu.

«Lorsqu'il avait passé devant moi, il avait la figuré contractée et les sourcils froncés. Quand il eut frappé, il se retourna, et j'observai que son visage était détendu et qu'il y régnait quelque air de satisfaction.

«L'éclat des deux lampes qui étaient sur mon bureau ne fit aucune impression sur ses yeux, et il s'en retourna comme il était venu, ouvrant et fermant avec discrétion deux portes qui conduisaient à ma cellule, et bientôt je m'assurai qu'il se retirait directement et paisiblement dans la sienne.

«Vous pouvez juger, continua le prieur, de l'état où je me trouvai pendant cette terrible apparition. Je frémis d'horreur à la vue du danger auquel je venais d'échapper, et je remerciai la Providence; mais mon émotion était telle, qu'il me fut impossible de fermer les yeux le reste de la nuit.

«Le lendemain je fis appeler le somnambule, et lui demandai sans affectation à quoi il avait rêvé la nuit précédente.

«À cette question, il se troubla. Mon père, me répondit-il, j'ai fait un rêve si étrange, que j'ai véritablement quelque peine à vous le découvrir: c'est peut-être l'oeuvre du démon, et...--Je vous l'ordonne, lui répliquai-je; un rêve est toujours involontaire; ce n'est qu'une illusion. Parlez avec sincérité.--Mon père, dit-il alors, à peine étais-je couché que j'ai rêvé que vous aviez tué ma mère; que son ombre sanglante m'était apparue pour demander vengeance, et qu'à cette vue j'avais été transporté d'une telle fureur, que j'ai couru comme un forcené à votre appartement; et vous ayant trouvé dans votre lit, je vous y ai poignardé. Peu après, je me suis réveillé tout en sueur, en détestant mon attentat, et bientôt j'ai béni Dieu qu'un si grand crime n'est pas été commis....--Il a été plus commis que vous ne pensez, lui dis-je avec un air sérieux et tranquille.

«Alors je lui racontai ce qui s'était passé, et lui montrai la trace des coups qu'il avait cru m'adresser.

«À cette vue, il se jeta à mes pieds, tout en larmes, gémissant du malheur involontaire qui avait pensé arriver, et implorant telle pénitence que je croyais devoir lui infliger.

«--Non, non, m'écriai-je, je ne vous punirai point d'un fait involontaire; mais désormais je vous dispense d'assister aux offices de la nuit, et vous préviens que votre cellule sera fermée en dehors, après le repas du soir, et ne s'ouvrira que pour vous donner la facilité de venir à la messe de famille qui se dit à la pointe du jour.»

Si, dans cette circonstance à laquelle il n'échappa que par miracle, le prieur eût été tué, le moine somnambule n'eût pas été puni, parce que c'eût été de sa part un meurtre involontaire.

Temps du repos.

84.

ES lois générales imposées au globe que nous habitons ont dû influer sur la manière d'exister de l'espèce humaine. L'alternative de jour et de nuit qui se fait sentir sur toute la terre avec certaines variétés, mais cependant de manière qu'en résultat de compte l'un et l'autre se compensent, a indiqué assez naturellement le temps de l'activité comme celui du repos; et probablement l'usage de notre vie n'eût point été le même si nous eussions eu un jour sans fin.

Quoi qu'il en soit, quand l'homme a joui, pendant une certaine durée, de la plénitude de sa vie, il vient un moment où il ne peut plus y suffire; son impressionnabilité diminue graduellement; les attaques les mieux dirigées sur chacun de ses sens demeurent sans effet, les organes se refusent à ce qu'ils avaient appelé avec plus d'ardeur, l'âme est saturée de sensations, le temps du repos arrivé.

Il est facile de voir que nous avons considéré l'homme social, environné de toutes les ressources et du bien-être de la haute civilisation; car ce besoin de se reposer arrive bien plus vite et bien plus régulièrement pour celui qui subit la fatigue d'un travail assidu dans son cabinet, dans son atelier, en voyage, à la guerre, à la chasse ou de toute autre manière.

À ce repos, comme à tous les actes conservateurs, la nature, cette excellente mère, a joint un grand plaisir.

L'homme qui se repose éprouve un bien-être aussi général qu'indéfinissable; il sent ses bras retomber par leur propre poids, ses fibres se distendre, son cerveau se rafraîchir; ses sens sont calmes, ses sensations obtuses; il ne désire rien, il ne réfléchit plus; un voile de gaze s'étend sur ses yeux. Encore quelques instants, et il dormira.




85.

UOIQU'IL y ait quelques hommes tellement organisés qu'on peut presque dire qu'ils ne dorment pas, cependant il est de vérité générale que le besoin de dormir est aussi impérieux que la faim et la soif. Les sentinelles avancées à l'armée s'endorment souvent, tout en se jetant du tabac dans les yeux; et Pichegru, traqué par la police de Bonaparte, paya 30,000 fr. une nuit de sommeil pendant laquelle il fut vendu et livré.

Définition.

86.--Le sommeil est cet état d'engourdissement dans lequel l'homme, séparé des objets extérieurs par l'inactivité forcée de ses sens, ne vit plus que de la vie mécanique.

Le sommeil, comme la nuit, est précédé et suivi de deux crépuscules, dont le premier conduite l'inertie absolue, et le second ramène à la vie active.

Tâchons d'examiner ces divers phénomènes.

Au moment où le sommeil commence, les organes des sens tombent peu à peu dans l'inaction: le goût d'abord, la vue et l'odorat ensuite; l'ouïe veille encore, et le toucher toujours; car il est là pour nous avertir par la douleur des dangers que le corps peut courir.

Le sommeil est toujours précédé d'une sensation plus ou moins voluptueuse: le corps y tombe avec plaisir par là certitude d'une prompte restauration; et l'âme s'y abandonne avec confiance, dans l'espoir que ses moyens d'activité y seront retrempés.

C'est faute d'avoir bien apprécié cette sensation, cependant si positive, que des savants de premier ordre ont comparé le sommeil à la mort, à laquelle tous les êtres vivants résistent de toutes leurs forces, et qui est marquée par des symptômes si particuliers et qui font horreur même aux animaux.

Comme tous les plaisirs, le sommeil devient une passion; car on a vu des personnes dormir les trois quarts de leur vie; et, comme toutes les passions, il ne produit alors que des effets funestes, savoir: la paresse, l'indolence, l'affaiblissement, la stupidité et la mort.

L'école de Salerne n'accordait que sept heures de sommeil, sans distinction d'âge ou de sexe. Cette doctrine est trop sévère; il faut accorder quelque chose aux enfants par besoin, et aux femmes par complaisance; mais on peut regarder comme certain que toutes les fois qu'on passe plus de dix heures au lit, il y a excès.

Dans les premiers moments du sommeil crépusculaire, la volonté dure encore: on pourrait se réveiller, l'oeil n'a pas encore perdu toute sa puissance. Non omnibus dormio, disait Mécènes, et dans cet état plus d'un mari a acquis de fâcheuses certitudes. Quelques idées naissent encore, mais elles sont incohérentes; on a des lueurs douteuses; on croit voir voltiger des objets mal terminés. Cet état dure peu; bientôt tout disparaît, tout ébranlement cesse, et on tombe dans le sommeil absolu.

Que fait l'âme pendant ce temps? elle vit en elle-même; elle est comme le pilote pendant le calme, comme un miroir pendant la nuit, comme un luth dont personne ne touche; elle attend de nouvelles excitations.

Cependant quelques psychologues, et entre autres M. le comte de Redern, prétendent que l'âme ne cesse jamais d'agir; et ce dernier en donne pour preuve que tout homme que l'on arrache à son premier sommeil éprouve la sensation de celui qu'on trouble dans une opération à laquelle il serait sérieusement occupé.

Cette observation n'est pas sans fondement, et mérite d'être attentivement vérifiée.

Au surplus cet état d'anéantissement absolu est de peu de durée (il ne passe presque jamais cinq ou six heures); peu à peu les pertes se réparent; un sentiment obscur d'existence commence à renaître, et le dormeur passe dans l'empire des songes.




ES rêves sont des impressions unilatérales qui arrivent à l'âme sans le secours des objets extérieurs.

Ces phénomènes, si communs et en même temps si extraordinaires, sont cependant encore peu connus.

La faute en est aux savants, qui ne nous ont pas encore laissé un corps d'observations suffisant. Ce secours indispensable viendra avec le temps, et la double nature de l'homme en sera mieux connue.

Dans l'état actuel de la science, il doit rester pour convenu qu'il existe un fluide aussi subtil que puissant, qui transmet au cerveau les impressions reçues par les sens; et que c'est par l'excitation que causent ces impressions que naissent les idées.

Le sommeil absolu est dû à la déperdition et à l'inertie de ce fluide.

Il faut croire que les travaux de la digestion et de l'assimilation, qui sont loin de s'arrêter pendant le sommeil, réparent cette perte, de sorte qu'il est un temps où l'individu, ayant déjà tout ce qu'il faut pour agir, n'est point encore excité par les objets extérieurs.

Alors le fluide nerveux, mobile par sa nature, se porte au cerveau par les conduits nerveux; il s'insinue dans les mêmes endroits et dans les mêmes traces, puisqu'il arrive par la même voie, il doit donc produire les mêmes effets, mais cependant avec moins d'intensité.

La raison de cette différence me parut facile à saisir. Quand l'homme éveillé est impressionné par un objet extérieur, la sensation est précise, soudaine et nécessaire; l'organe tout entier est en mouvement. Quand, au contraire, la même impression lui est transmise pendant son sommeil, il n'y a que la partie postérieure des nerfs qui soit en mouvement; la sensation doit nécessairement être moins vive et moins positive; et pour être plus facilement entendu, nous disons que chez l'homme éveillé il y a percussion de tout l'organe, et chez l'homme dormant il n'y a qu'ébranlement de la partie qui avoisine le cerveau.

Cependant on sait que dans les rêves voluptueux la nature atteint son but à peu près comme dans la veille; mais cette différence naît de la différence même des organes; car la génésique n'a besoin que d'une excitation quelle qu'elle soit, et chaque sexe porte avec soi tout le matériel nécessaire pour la consommation de l'acte auquel la nature l'a destiné.

Recherche à faire.

87.

UAND le fluide nerveux est ainsi porté au cerveau, il y afflue toujours par les couloirs destinés à l'exercice de quelqu'un de nos sens, et voilà pourquoi il y réveille certaines sensations ou séries d'idées préférablement à d'autres. Ainsi, on croit voir quand c'est le nerf optique qui est ébranlé, entendre quand ce sont les nerfs auditifs, etc.; et remarquons ici, comme singularité, qu'il est au moins très rare que les sensations qu'on éprouve en rêvant se rapportent au goût et à l'odorat: quand on rêve d'un parterre où d'une prairie, on voit des fleurs sans en sentir le parfum; si l'on croit assister à un repas, on en voit les mets sans en savourer le goût.

Ce serait un travail digne des plus savants que de rechercher pourquoi deux de nos sens n'impressionnent point l'âme pendant le sommeil, tandis que les quatre autres jouissent de presque toute leur puissance. Je ne connais aucun psychologue qui s'en soit occupé.

Remarquons aussi que plus les affections que nous éprouvons en dormant sont intérieures, plus elles ont de force. Ainsi, les idées les plus sensuelles ne sont rien auprès des angoisses qu'on ressent si on rêve qu'on a perdu un enfant chéri ou qu'on va être pendu. On peut se réveiller, en pareil cas, tout trempé de sueur ou tout mouillé de larmes.

Nature des songes.

88.

UELLE que soit la bizarrerie des idées qui quelquefois nous agitent en dormant, cependant en y regardant d'un peu près, on verra que ce ne sont que des souvenirs ou des combinaisons de souvenirs. Je suis tenté de dire que les songes ne sont que la mémoire des sens.

Leur étrangeté ne consiste donc qu'en ce que l'association de ces idées est insolite, parce qu'elle s'est affranchie des lois de la chronologie, des convenances et du temps; de sorte que, en dernière analyse, personne n'a jamais rêvé à ce qui lui était auparavant tout-à-fait inconnu.

On ne s'étonnera pas de la singularité de nos rêves, si l'on réfléchit que, pour l'homme éveillé, quatre puissances se surveillent et se rectifient réciproquement; savoir: la vue, l'ouïe, le toucher et la mémoire; au lieu que, chez celui qui dort, chaque sens est abandonné à ses seules ressources.

Je serais tenté de comparer ces deux états du cerveau à un piano près duquel serait assis un musicien qui, jetant par distraction les doigts sur les touches, y formerait par réminiscence quelque mélodie, et qui pourrait y ajouter une harmonie complète s'il usait de tous ses moyens. Cette comparaison pourrait se pousser beaucoup plus loin, en ajoutant que la réflexion est aux idées ce que l'harmonie est aux sons, et certaines idées en contiennent d'autres, tout comme un son principal en contient aussi d'autres qui lui sont secondaires, etc., etc.

Système du docteur Gall.

89.

NME laissant doucement conduire par un sujet qui n'est pas sans charmes, me voilà parvenu aux confins du système du docteur Gall, qui enseigne et soutient la multiformité des organes du cerveau.

Je ne dois donc pas aller plus loin, ni franchir les limites que je me suis fixées; cependant, par amour pour la science, à laquelle on peut bien voir que je ne suis pas étranger, je ne puis m'empêcher de consigner ici deux observations que j'ai faites avec soin, et sur lesquelles on peut d'autant mieux compter, que, parmi ceux qui me liront, il existe plusieurs personnes qui pourraient en attester la vérité.

PREMIÈRE OBSERVATION.

Vers 1790, il existait, dans un village appelé Gevrin, arrondissement de Belley, un commerçant extrêmement rusé, il s'appelait Landot, et s'était arrondi une assez jolie fortune.

Il fut tout-à-coup frappé d'un tel coup de paralysie, qu'on le crut mort. La Faculté vint à son secours, et il s'en tira, mais non sans perte, car il laissa à peu près derrière lui toutes les facultés intellectuelles, et surtout la mémoire. Cependant, comme il se traînait encore, tant bien que mal, et qu'il avait repris l'appétit, il avait conservé l'administration de ses biens.

Quand on le vit dans cet état, ceux qui avaient eu des affaires avec lui crurent que le temps était venu de prendre leur revanche; et sous prétexte de venir lui tenir compagnie, on venait de toutes parts lui proposer des marchés, des achats, des ventes, des échanges, et autres de cette espèce qui avaient été jusque-là l'objet de son commerce habituel. Mais les assaillants se trouvèrent bien surpris, et sentirent bientôt qu'il fallait décompter.

Le madré vieillard n'avait rien perdu de ses puissances commerciales, et le même homme qui quelquefois ne connaissait pas ses domestiques et oubliait jusqu'à son nom, était toujours au courant du prix de toutes les denrées, ainsi que de la valeur de de tout arpent de prés, de vignes ou de bois à trois lieues à la ronde.

Sous ces divers rapports, son jugement était resté intact; et comme on s'en défiait moins, la plupart de ceux qui tâtèrent le marchand invalide furent pris aux pièges qu'eux-mêmes avaient préparés pour lui.

DEUXIÈME OBSERVATION.

L existait à Belley un M. Chirol, qui avait servi longtemps dans les gardes-du-corps, tant sous Louis XV que sous Louis XVI.

Son intelligence était tout juste à la hauteur du service qu'il avait eu à faire toute sa vie; mais il avait au suprême degré l'esprit des jeux, de sorte que, non-seulement il jouait bien tous jeux anciens, tels que l'hombre, le piquet, le whist, mais encore que, quand la mode en introduisait un nouveau, dès la troisième partie il en connaissait toutes les finesses.

Or, ce M. Chirol fut aussi frappé d'une paralysie, et le coup fut tel qu'il tomba dans un état d'insensibilité presque absolue. Deux choses cependant furent épargnées, les facultés digestives et la faculté de jouer.

Il venait tous les jours dans la maison où depuis plus de vingt ans il avait coutume de faire sa partie, s'asseyait en un coin, et y demeurait immobile et somnolent, sans s'occuper en rien de ce qui se passait autour de lui.

Le moment d'arranger les parties étant venu, on lui proposait d'y prendre part; il acceptait toujours, et se traînait vers la table; on pouvait se convaincre que la maladie qui avait paralysé la plus grande partie de ses facultés ne lui avait pas fait perdre un point de son jeu. Peu de temps avant sa mort, M. Chirol donna une preuve authentique de l'intégrité de son existence comme joueur.

Il nous survint à Belley un banquier de Paris qui s'appelait, je crois, M. Delins. Il était porteur de lettres de recommandation; il était étranger, il était Parisien: c'était plus qu'il n'en fallait dans une petite ville pour qu'on s'empressât à faire tout ce qui pouvait lui être agréable.

M. Delins était gourmand et joueur. Sous le premier rapport on lui donna suffisamment d'occupation en le tenant chaque jour cinq ou six heures à table; sous le second rapport, il était plus difficile à amuser: il avait un grand amour pour le piquet, et parlait de jouer à six francs la fiche, ce qui excédait de beaucoup le taux de notre jeu le plus cher.

Pour surmonter cet obstacle, on fit une société où chacun prit ou ne prit pas intérêt, suivant la nature de ses pressentiments: les uns en disant que les Parisiens en savent bien plus long que les provinciaux; d'autres soutenant, au contraire, que tous les habitants de cette grande ville ont toujours, dans leur individu, quelques atomes de badauderie. Quoi qu'il en soit, la société se forma; et à qui confia-t-on le soin de défendre la masse commune?... à M. Chirol.

Quand le banquier parisien vit arriver cette grande figure pâle, blême, marchant de côté, qui vint s'asseoir en face de lui, il crut d'abord que c'était une plaisanterie; mais quand il vit le spectre prendre les cartes et les battre en professeur, il commença à croire que cet adversaire avait autrefois pu être digne de lui.

Il ne fut pas longtemps à se convaincre que cette faculté durait encore; car, non seulement à cette partie, mais encore à un grand nombre d'autres qui se succédèrent M. Delins fut battu, opprimé, plumé tellement, qu'à son départ il eut à nous compter plus de six cents francs qui furent soigneusement partagés entre tous les associés.


Avant de partir, M. Delins vint nous remercier du bon accueil qu'il avait reçu de nous: cependant il se récriait sur l'état caduc de l'adversaire que nous lui avions opposé, et nous assurait qu'il ne pourrait jamais se consoler d'avoir lutté avec tant de désavantage contre un mort.

Résultat

La conséquence de ces deux observations est facile à déduire: il me semble évident que le coup qui, dans ces deux cas, avait bouleversé le cerveau, avait respecté la portion de cet organe qui avait si longtemps été employée aux combinaisons du commerce et du jeu: et sans doute cette portion d'organe n'avait résisté que parce qu'un exercice continuel lui avait donné plus de vigueur, ou encore parce que les mêmes impressions, si longtemps répétées, y avaient laissé des traces plus profondes.

Influence de l'âge.

90..

'ÂGE a une influence marquée sur la nature des songes.

Dans l'enfance, on rêve jeux, jardins, fleurs, verdure et autres objets riants; plus tard, plaisirs, amours, combats, mariages; plus tard, établissements, voyages, faveurs du prince ou de ses représentants; plus tard enfin, affaires, embarras, trésors, plaisirs d'autrefois et amis morts depuis longtemps.

Phénomènes des songes.

91.--Certains phénomènes peu communs accompagnent quelquefois le sommeil et les rêves: leur examen peut servir aux progrès de l'anthroponomie; et c'est par cette raison que je consigne ici trois observations prises parmi plusieurs que, pendant le cours d'une assez longue vie, j'ai eu occasion de faire sur moi-même dans le silence de la nuit.

PREMIÈRE OBSERVATION.

Je rêvai une nuit que j'avais trouvé le secret de m'affranchir des lois de la pesanteur, de manière que mon corps étant devenu indifférent à monter ou descendre, je pouvais faire l'un ou l'autre avec une facilité égale et d'après ma volonté.

Cet état me paraissait délicieux; et peut-être bien des personnes ont rêvé quelque chose de pareil; mais ce qui devient plus spécial, c'est que je m'expliquais à moi-même très clairement (ce me semble du moins) les moyens qui m'avaient conduit à ce résultat, et que ces moyens me paraissaient tellement simples, que je m'étonnais qu'ils n'eussent pas été trouvés plus tôt.

En m'éveillant, cette partie explicative m'échappa tout-à-fait, mais la conclusion m'est restée; et depuis ce temps, il m'est impossible de ne pas être persuadé que tôt ou tard un génie plus éclairé fera cette découverte, et à tout hasard je prends date.

DEUXIÈME OBSERVATION.

92.

L n'y a que peu de mois que j'éprouvai, en dormant, une sensation de plaisir tout-à-fait extraordinaire. Elle consistait en une espèce de frémissement délicieux de toutes les particules qui composent mon être. C'était une espèce de fourmillement plein de charmes qui, partant de l'épiderme depuis les pieds jusqu'à la tête, m'agitait jusque dans la moelle des os. Il me semblait voir une flamme violette qui se jouait autour de mon front.

Lambere flamma comas, et circum tempora pasci.

J'estime que cet état, que je sentis bien physiquement, dura au moins trente secondes, et je me réveillai rempli d'un étonnement qui n'était pas sans quelque mélange de frayeur.

De cette sensation, qui est encore très présente à mon souvenir, et de quelques observations qui ont été faites sur les extatiques et sur les nerveux, j'ai tiré la conséquence que les limites du plaisir ne sont encore ni connues ni posées, et qu'on ne sait pas jusqu'à quel point notre corps peut être béatifié. J'ai espéré que dans quelques siècles la physiologie à venir s'emparera de ces sensations extraordinaires, les procurera à volonté comme on provoque le sommeil par l'opium, et que nos arrière-neveux auront par-là des compensations pour les douleurs atroces auxquelles nous sommes quelquefois soumis.

La proposition que je viens d'énoncer a quelque appui dans l'analogie; car j'ai déjà remarqué que le pouvoir de l'harmonie, qui procure des jouissances si vives, si pures et si avidement recherchées, était totalement inconnu aux Romains: c'est une découverte qui n'a pas plus de cinq cents ans d'antiquité.

TROISIÈME OBSERVATION.

93.

N l'an VIII (1800), m'étant couché sans aucun antécédent remarquable, je me réveillai vers une heure du matin, temps ordinaire de mon premier sommeil; je me trouvai dans un état d'excitation cérébrale tout-à-fait extraordinaire; mes conceptions étaient vives, mes pensées profondes; la sphère de mon intelligence me paraissait agrandie. J'étais levé sur mon séant et mes yeux étaient affectés de la sensation d'une lumière pâle, vaporeuse, indéterminée, et qui ne servait en aucune manière à faire distinguer les objets.

À ne consulter que la foule des idées qui se succédèrent rapidement, j'aurais pu croire que cette situation eût duré plusieurs heures; mais, d'après ma pendule, je suis certain qu'elle ne dura qu'un peu plus d'une demi-heure. J'en fus tiré par un incident extérieur et indépendant de ma volonté; je fus rappelé aux choses de la terre.

À l'instant la sensation lumineuse disparut, je me sentis déchoir; les limites de mon intelligence se rapprochèrent; en un mot, je redevins ce que j'étais la veille. Mais comme j'étais bien éveillé, ma mémoire, quoique avec des couleurs ternes, a retenu une partie des idées qui traversèrent mon esprit.

Les premières eurent le temps pour objet. Il me semblait que le passé, le présent et l'avenir étaient de même nature et ne faisaient qu'un point, de sorte qu'il devait être aussi facile de prévoir l'avenir que de se souvenir du passé. Voilà tout ce qui m'est resté de cette première intuition; qui fut en partie effacée par celles qui suivirent.

Mon attention se porta ensuite sur les sens; je les classai par ordre de perfection, et étant venu à penser que nous dévions en avoir autant à l'intérieur qu'à l'extérieur, je m'occupai à en faire la recherche.

J'en avais déjà trouvé trois, et presque quatre, quand je retombai sur la terre. Les voici:

1º La compassion, qui est une sensation précordiale qu'on éprouve quand on voit souffrir son semblable;

2º La prédilection, qui est un sentiment dé préférence non seulement pour un objet, mais pour tout ce qui tient à cet objet, ou en rappelle le souvenir;

3º La sympathie, qui est aussi un sentiment de préférence qui entraîne deux objets l'un vers l'autre.

On pourrait croire, au premier aspect, que ces deux sentiments ne sont qu'une seule et même chose; mais ce qui empêche de les confondre, c'est que la prédilection n'est pas toujours réciproque, et que la sympathie l'est nécessairement.

Enfin, en m'occupant de la compassion, je fus conduit à une induction que je crus très juste, et que je n'aurais pas aperçue en un autre moment, savoir: que c'est de la compassion que dérive ce beau théorème, base première de toutes les législations:

NE FAIS PAS AUX AUTRES CE QUE TU NE VOUDRAIS PAS QU'ON TE FÎT.

Do as you will done by.

ALTERI NE FACIAS QUOD TIBI FIERI NON VIS.

Telle est, au surplus, l'idée qui m'est restée de l'état où j'étais et de ce que j'éprouvai dans cette occasion, que je donnerais volontiers, s'il était possible, tout le temps qui me reste à vivre pour un mois d'une existence pareille.

Les gens de lettres me comprendront bien plus facilement que les autres; car il en est peu à qui il ne soit arrivé, à un degré sans doute très inférieur, quelque chose de semblable.

On est, dans son lit, couché bien chaudement, dans une position horizontale, et la tête bien couverte; on pense à l'ouvrage qu'on a sur le métier, l'imagination s'échauffe, les idées abondent, les expressions les suivent; et comme il faut se lever pour écrire, on s'habille, on quitte son bonnet de nuit, et on se met à son bureau.

Mais voilà que tout-à-coup on ne se retrouve plus le même; l'imagination s'est refroidie, le fil des idées est rompu, les expressions manquent; on est obligé de chercher avec peine ce qu'on avait si facilement trouvé, et fort souvent on est contraint d'ajourner le travail à un jour plus heureux.

Tout cela s'explique facilement par l'effet que doit produire sur le cerveau le changement de position et de température: on retrouve encore ici l'influence du physique sur le moral.

En creusant cette observation, j'ai été conduit trop loin peut-être; mais enfin j'ai été conduit à penser que l'exaltation des Orientaux était due en partie à ce que, étant de la religion de Mahomet, ils ont toujours la tête chaudement couverte, et que c'est pour obtenir l'effet contraire que tous les législateurs des moines leur ont imposé l'obligation d'avoir cette partie du corps découverte et rasée.




94.

UE l'homme se repose, qu'il s'endorme ou qu'il rêve, il ne cesse d'être sous la puissance des lois de la nutrition, et ne sort pas de l'empire de la gastronomie.

La théorie et l'expérience s'accordent pour prouver que la qualité et la quantité des aliments influent puissamment sur le travail, le repos, le sommeil et les rêves.

Effets de la diète sur le travail.

95.--L'homme mal nourri ne peut longtemps suffire aux fatigues d'un travail prolongé; son corps se couvre de sueur; bientôt ses forces l'abandonnent; et pour lui le repos n'est autre chose que l'impossibilité d'agir.

S'il s'agit d'un travail d'esprit, les idées naissent sans vigueur et sans précision; la réflexion se refuse à les joindre, le jugement à les analyser; le cerveau s'épuise dans ces vains efforts, et l'on s'endort sur le champ de bataille.

J'ai toujours pensé que les soupers d'Auteuil, ainsi que ceux des hôtels de Rambouillet et de Soissons, avaient fait grand bien aux auteurs du temps de Louis XIV; et le malin Geoffroy (si le fait eût été vrai) n'aurait pas tant eu tort quand il plaisantait les poètes de la fin du dix-huitième siècle sur l'eau sucrée, qu'il croyait leur boisson favorite.

D'après ces principes, j'ai examiné les ouvrages de certains auteurs connus pour avoir été pauvres et souffreteux, et je ne leur ai véritablement trouvé d'énergie que quand ils ont dû être stimulés par le sentiment habituel de leurs maux ou par l'envie souvent assez mal dissimulée.

Au contraire, celui qui se nourrit bien et qui répare ses forces avec prudence et discernement, peut suffire à une somme de travail qu'aucun être animé ne peut supporter.

La veille de son départ pour Boulogne, l'empereur Napoléon travailla pendant plus de trente heures, tant avec son conseil d'État qu'avec les divers dépositaires de son pouvoir, sans autre réfection que deux très courts repas et quelques tasses de café.

Brown parle d'un commis de l'amirauté d'Angleterre qui, ayant perdu par accident des états auxquels seul il pouvait travailler, employa cinquante-deux heures consécutives à les refaire. Jamais, sans un régime approprié, il n'eût pu faire face à cette énorme déperdition; il se soutint de la manière suivante: d'abord de l'eau, puis des aliments légers, puis du vin, puis des consommés, enfin de l'opium.

Je rencontrai un jour un courrier que j'avais connu à l'armée, et qui arrivait d'Espagne où il avait été envoyé en dépêche par le gouvernement (correo ganando horas.--Esp.); il avait fait le voyage en douze jours, s'étant arrêté à Madrid seulement quatre heures; quelques verres de vin et quelques tasses de bouillon, voilà tout ce qu'il avait pris pendant cette longue suite de secousses et d'insomnie; et il ajoutait que des aliments plus solides l'eussent infailliblement mis dans l'impossibilité de continuer sa route.

Sur les rêves.

96.

A diète n'a pas une moindre influence sur le sommeil et sur les rêves.

Celui qui a besoin de manger ne peut pas dormir; les angoisses de son estomac le tiennent dans un réveil douloureux, et si la faiblesse et l'épuisement le forcent à s'assoupir, ce sommeil est léger, inquiet et interrompu.

Celui qui, au contraire, a passé dans son repas les bornes de la discrétion, tombe immédiatement dans le sommeil absolu: s'il a rêvé, il ne lui reste aucun souvenir, parce que le fluide nerveux s'est croisé en tous sens dans les canaux sensitifs. Par la même raison son réveil est brusque: il revient avec peine à la vie sociale; et quand le sommeil est tout-à-fait dissipé, il se ressent encore longtemps des fatigues de la digestion.

On peut donc donner comme maxime générale, que le café repousse le sommeil. L'habitude affaiblit et fait même totalement disparaître cet inconvénient; mais il a infailliblement lieu chez tous les Européens, quand ils commencent à en prendre. Quelques aliments, au contraire, provoquent doucement le sommeil: tels sont ceux où le lait domine, la famille entière des laitues, la volaille, le pourpier, la fleur d'oranger, et surtout la pomme de reinette, quand on la mange immédiatement avant de se coucher.

Suite

97.--L'expérience, assise sur des millions d'observations, a appris que la diète détermine les rêves.

En général, tous les aliments qui sont légèrement excitants font rêver: telles sont les viandes noires, les pigeons, le canard, le gibier, et surtout le lièvre.

On reconnaît encore cette propriété aux asperges, au céleri, aux truffes, aux sucreries parfumées, et particulièrement à la vanille.

Ce serait une grande erreur de croire qu'il faut bannir de nos tables les substances qui sont ainsi somnifères; car les rêves qui en résultent sont en général d'une nature agréable, légère, et prolongent notre existence, même pendant le temps où elle paraît suspendue.

Il est des personnes pour qui le sommeil est une vie à part, une espèce de roman prolongé, c'est-à-dire que leurs songes ont une suite, qu'ils achèvent dans la seconde nuit celui qu'ils avaient commencé la veille, et voient en dormant certaines physionomies qu'ils reconnaissent pour les avoir déjà vues, et que cependant ils n'ont jamais rencontrées dans le monde réel.

Résultat.

98.

'HOMME qui a réfléchi sur son existence physique, et qui la conduit d'après les principes que nous développons, celui-là prépare avec sagacité son repos, son sommeil et ses rêves.

Il partage son travail de manière à ne jamais s'excéder; il le rend plus léger en le variant avec discernement, et rafraîchit son attitude par de courts intervalles de repos, qui le soulagent sans interrompre la continuité, qui est quelquefois un devoir.

Si, pendant le jour, un repos plus long lui est nécessaire, il ne s'y livre jamais que dans l'attitude de session: il se refuse au sommeil, à moins qu'il n'y soit invinciblement entraîné, et se garde bien surtout d'en contracter l'habitude.

Quand la nuit a amené l'heure du repos diurnal, il se retire dans une chambre aérée, ne s'entoure point de rideaux qui lui feraient cent fois respirer le même air, et se garde bien de fermer les volets de ses croisées, afin que, toutes les fois que son oeil s'entr'ouvrirait, il soit consolé par un reste de lumière.

Il s'étend dans un lit légèrement relevé vers la tête; son oreiller est de crin; son bonnet de nuit est de toile; son buste n'est point accablé sous le poids des couvertures; mais il a soin que ses pieds soient chaudement couverts.

Il a mangé avec discernement, ne s'est refusé à la bonne ni à l'excellente chère; il a bu les meilleurs vins, et avec précaution, même les plus fameux. Au dessert, il a plus parlé de galanterie que de politique, et a fait plus de madrigaux que d'épigrammes; il a pris une tasse de café, si sa constitution s'y prête, et accepté, après quelques instants, une cuillerée d'excellente liqueur, seulement pour parfumer sa bouche. En tout il s'est montré convive aimable, amateur distingué, et n'a cependant outrepassé que de peu la limite du besoin.


En cet état, il se couche content de lui et des autres, ses yeux se ferment; il traverse le crépuscule, et tombe, pour quelques heures, dans le sommeil absolu.

Bientôt la nature a levé son tribut; l'assimilation a remplacé la perte. Alors des rêves agréables viennent lui donner une existence mystérieuse; il voit les personnes qu'il aime, retrouve ses occupations favorites; et se transporte aux lieux où il s'est plu.

Enfin, il sent le sommeil se dissiper par degrés et rentre dans la société sans avoir à regretter de tempe perdu, parce que, même dans son sommeil, il a joui d'une activité sans fatigue et d'un plaisir sans mélange.




99.

I j'avais été médecin avec diplôme, j'aurais d'abord fait une bonne monographie de l'obésité; j'aurais ensuite établi mon empire dans ce recoin de la science; et j'aurais eu le double avantage d'avoir pour malades les gens qui se portent le mieux, et d'être journellement assiégé par la plus jolie moitié du genre humain; car avoir une juste portion d'embonpoint, ni trop ni peu, est pour les femmes l'étude de toute leur vie.

Ce que je n'ai pas fait, un autre docteur le fera; et s'il est à la fois savant, discret et beau garçon, je lui prédis des succès à miracles.

Exoriare aliquis nostris ex ossibas hoeres!

En attendant, je vais ouvrir la carrière; car un article sur l'obésité est de rigueur dans un ouvrage qui a pour objet l'homme en tant qu'il se repaît.

J'entends par obésité cet état de congestion graisseuse où, sans que l'individu soit malade, les membres augmentent peu à peu en volume, et perdent leur forme et leur harmonie primitives.

Il est une sorte d'obésité qui se borne au ventre; je ne l'ai jamais observée chez les femmes: comme elles ont généralement la fibre plus molle, quand l'obésité les attaque, elle n'épargne rien. J'appelle cette variété gastrophorie, et gastrophores ceux qui en sont atteints. Je suis même de ce nombre; mais, quoique porteur d'un ventre assez proéminent, j'ai encore le bas de la jambe sec, et le nerf détaché comme un cheval arabe.


Je n'en ai pas moins toujours regardé mon ventre comme un ennemi redoutable; je l'ai vaincu et fixé au majestueux; mais pour le vaincre, il fallait le combattre: c'est à une lutte de trente ans que je dois ce qu'il y a de bon dans cet essai.

Je commence par un extrait de plus de cinq cents dialogues que j'ai eus autrefois avec mes voisins de table menacés ou affligés de l'obésité.

L'obèse.--Dieu! quel pain délicieux. Où le prenez-vous donc?

Moi.--Chez M. Limet, rue de Richelieu: il est le boulanger de LL. AA. RR. le duc d'Orléans et le prince de Condé; je l'ai pris parce qu'il est mon voisin, et je le garde parce que je l'ai proclamé le premier panificateur du monde.

L'obèse.--J'en prends note; je mange beaucoup de pain, et avec de pareilles flûtes je me passerais de tout le reste.

Autre obèse.--Mais que faites-vous donc là? Vous recueillez le bouillon de votre potage, et vous laissez ce beau riz de la Caroline.

Moi.--C'est un régime particulier que je me suis fait.

L'obèse.--Mauvais régime, le riz fait mes délices ainsi que les fécules, les pâtes et autres pareilles: rien ne nourrit mieux, à meilleur marché, et avec moins de peine.

Un obèse renforcé.--Faites-moi, monsieur, le plaisir de me passer les pommes de terre qui sont devant vous. Au train dont on va, j'ai peur de ne pas y être à temps.

Moi.--Monsieur, les voilà à votre portée.

L'obèse.--Mais vous allez sans doute vous servir? il y en a assez pour nous deux, et après nous le déluge.

Moi.--Je n'en prendrai pas; je n'estime la pomme de terre que comme préservatif contre la famine; à cela près, je ne trouve rien de plus éminemment fade.

L'obèse.--Hérésie gastronomique! rien n'est meilleur que les pommes de terre; j'en mange de toutes les manières; et s'il en paraît au second service, soit à la lyonnaise, soit au soufflé, je fais ici mes protestations pour la conservation de mes droits.

Une dame obèse.--Vous seriez bien bon si vous envoyiez chercher pour moi de ces haricots de Soissons que j'aperçois au bout de la table.

Moi, après avoir exécuté l'ordre en chantant tout bas un air connu:

Les Sossonnais sont heureux,

Les haricots sont chez eux...

L'obèse.--Ne plaisantez pas; c'est un vrai trésor pour ce pays-là. Paris en tire pour des sommes considérables. Je vous demande grâce aussi pour les petites fèves de marais, qu'on appelle fèves anglaises; quand elles sont encore vertes, c'est un manger des dieux.

Moi.Anathème aux haricots! anathème aux fèves de marais.

L'obèse, d'un air résolu.--Je me moque de votre anathème; ne dirait-on pas que vous êtes à vous seul tout un concile?

Moi, à une autre.--Je vous félicite sur votre belle santé; il me semble, madame, que vous avez un peu engraissé depuis la dernière fois que j'ai eu l'honneur de vous voir.

L'obèse.--Je le dois probablement à mon nouveau régime.

Moi.--Comment donc?

L'obèse.--Depuis quelque temps je déjeune avec une bonne soupe grasse, un bowl comme pour deux et quelle soupe encore! la cuiller y tiendrait droite.

Moi, à une autre.--Madame, si vos yeux ne me trompent pas, vous accepterez un morceau de cette charlotte? et je vais l'attaquer en votre faveur.

L'obèse.--Eh bien! monsieur, mes yeux vous trompent: j'ai ici deux objets de prédilection, et ils sont tous du genre masculin: c'est ce gâteau de riz à côtes dorées, et ce gigantesque biscuit de Savoie; car vous saurez pour votre règle que je raffole des pâtisseries sucrées.

Moi, à une autre.--Pendant qu'on politique là-bas, voulez-vous, madame, que j'interroge pour vous cette tourte à la frangipane?

L'obèse.--Très volontiers: rien ne me va mieux, que la pâtisserie. Nous avons un pâtissier pour locataire; et, entre ma fille et moi, je crois bien que nous absorbons le prix de la location, et peut-être au-delà.

Moi, après avoir regardé la jeune personne.--Ce régime vous profite à merveille; mademoiselle votre fille est une très belle personne, armée de toutes pièces.

L'obèse.--Eh bien! croiriez-vous que ses compagnes lui disent quelquefois qu'elle est trop grasse?

Moi.--C'est peut-être par envie...

L'obèse.--Cela pourrait bien être. Au surplus, je la marie, et le premier enfant arrangera tout cela.


C'est par des discours semblables que j'éclaircissais une théorie dont j'avais pris les éléments hors de l'espèce humaine; savoir que la corpulence graisseuse a toujours pour principale cause une diète trop chargée d'éléments féculents et farineux, et que je m'assurais que le même régime est toujours suivi du même effet:

Effectivement, les animaux carnivores ne s'engraissent jamais (voyez les loups, les chacals, les oiseaux de proie, le corbeau, etc.).

Les herbivores s'engraissent peu, du moins tant que l'âge ne les a pas réduits au repos; et au contraire ils s'engraissant vite et en tout temps, aussitôt qu'on leur a fait manger des pommes de terre, des grains et des farines de toute espèce.

L'obésité ne se trouve jamais ni chez les sauvages, ni dans les classes de la société où on travaille pour manger et où on ne mange que pour vivre.

Causes de l'obésité.

100.

'APRÈS les observations qui précèdent, et dont chacun peut vérifier l'exactitude, il est facile d'assigner les principales causes de l'obésité. La première est la disposition naturelle de l'individu. Presque tous les hommes naissent avec certaines prédispositions dont leur physionomie porte l'empreinte. Sur cent personnes qui meurent de la poitrine, quatre-vingt-dix ont les cheveux bruns, le visage long et le nez pointu. Sur cent obèses, quatre-vingt-dix ont le visage court, les yeux ronds et le nez obtus.

Il est donc vrai qu'il existe des personnes prédestinées en quelque sorte pour l'obésité, et dont, toutes choses égales, les puissances digestives élaborent une plus grande quantité de graisse.

Cette vérité physique, dont je suis profondément convaincu, influe d'une manière fâcheuse sur ma manière de voir en certaines occasions.

Quand on rencontre dans la société une demoiselle bien vive, bien rosée, au nez fripon, aux formes arrondies, aux mains rondelettes, aux pieds courts et grassouillets, tout le monde est ravi et la trouve charmante, tandis que, instruit par l'expérience, je jette sur elle des regards postérieurs de dix ans, je vois les ravages que l'obésité aura faits sur ces charmes si frais, et je gémis sur des maux qui n'existent pas encore. Cette compassion anticipée est un sentiment pénible, et fournit une preuve entre mille autres, que l'homme serait plus malheureux s'il pouvait prévoir l'avenir.

La seconde des principales causes de l'obésité est dans les farines et fécules dont l'homme fait la base de sa nourriture journalière. Nous l'avons déjà dit, tous les animaux qui vivent de farineux s'engraissent de gré ou de force; l'homme suit la loi commune.

La fécule produit plus vite et plus sûrement son effet quand elle est unie au sucre: le sucre et la graisse contiennent l'hydrogène, principe qui leur est commun; l'un et l'autre sont inflammables. Avec cet amalgame, elle est d'autant plus active qu'elle flatte plus le goût et qu'on ne mange guère les entremets sucrés que quand l'appétit naturel est déjà satisfait, et qu'il ne reste plus alors que cet autre appétit de luxe qu'on est obligé de solliciter par tout ce que l'art a de plus raffiné et le changement de plus tentatif.

La fécule n'est pas moins incrassante quand elle est charroyée par les boissons, comme dans la bière et autres de la même espèce. Les peuples qui en boivent habituellement sont aussi ceux où on trouve les ventres les plus merveilleux, et quelques familles parisiennes qui, en 1817, burent de la bière par économie, parce que le vin était fort cher, en ont été récompensées par un embonpoint dont elles ne savent plus que faire.

Suite.

101.

Une double cause d'obésité résulte de la prolongation du sommeil et du défaut d'exercice.

Le corps humain répare beaucoup pendant le sommeil; et dans le même temps il perd peu, puisque l'action musculeuse est suspendue. Il faudrait donc que le superflu acquis fut évaporé par l'exercice; mais, par cela même qu'on dort beaucoup, on limite d'autant le temps ou l'on pourrait agir.

Par une autre conséquence, les grands dormeurs se refusent à tout ce qui leur présente jusqu'à l'ombre d'une fatigue; l'excédant de l'assimilation est donc emporté par le torrent de la circulation; il s'y charge, par une opération dont la nature s'est réservé le secret; de quelques centièmes additionnels d'hydrogène, et la graisse se trouve formée, pour être déposée par le même mouvement dans les capsules du tissu cellulaire.

Suite.

102..

NE dernière cause d'obésité consiste dans l'excès du manger et du boire.

On a eu raison de dire qu'un des privilèges de l'espèce humaine est de manger sans avoir faim et de boire sans avoir soif; et, en effet, il ne peut appartenir aux bêtes; car il naît de la réflexion sur le plaisir de la table et du désir d'en prolonger la durée.

On a trouvé ce double penchant partout où l'on a trouvé des hommes; et on sait que les sauvages mangent avec excès et s'enivrent jusqu'à l'abrutissement, toutes les fois qu'ils en trouvent l'occasion.

Quant à nous, citoyens des deux mondes, qui croyons être à l'apogée de la civilisation, il est certain que nous mangeons trop.

Je ne dis pas cela pour le petit nombre de ceux qui, serrés par l'avarice ou l'impuissance, vivent seuls et à l'écart: les premiers, réjouis de sentir qu'ils amassent; les autres, gémissant de ne pouvoir mieux faire; mais je le dis avec affirmation pour tous ceux qui, circulant autour de nous, sont tour-à-tour amphitryons ou convives, offrent avec politesse ou acceptent avec complaisance; qui, n'ayant déjà plus de besoin, mangent d'un mets parce qu'il est attrayant, et boivent d'un vin parce qu'il est étranger; je le dis, soit qu'ils siègent chaque jour dans un salon, soit qu'ils fêtent seulement le dimanche et quelquefois le lundi; dans chaque majorité immense, tous mangent et boivent trop, et des poids énormes en comestibles sont chaque jour absorbés sans besoin.

Cette cause, presque toujours présente, agit différemment suivant la constitution des individus; et pour ceux qui ont l'estomac mauvais, elle a pour effet non l'obésité, mais l'indigestion.

Anecdote.

103.

OUS en avons sous les yeux un exemple que la moitié de Paris a pu connaître.

M. Lang avait une des maisons les plus brillantes de cette ville; sa table surtout était excellente, mais son estomac était aussi mauvais que sa gourmandise était grande. Il faisait parfaitement les honneurs, et mangeait surtout avec un courage digne d'un meilleur sort.

Tout se passait bien jusqu'au café inclusivement; mais bientôt l'estomac se refusait au travail qu'on lui avait imposé, les douleurs commençaient, et le malheureux gastronome était obligé de se jeter sur un canapé, où il restait jusqu'au lendemain à expier dans de longues angoisses le court plaisir qu'il avait goûté.

Ce qu'il y a de très remarquable, c'est qu'il ne s'est jamais corrigé; tant qu'il a vécu, il s'est soumis à cette étrange alternative, et les souffrances de la veille n'ont jamais influé sur le repas du lendemain.

Chez les individus qui ont l'estomac actif, l'excès de nutrition agit comme dans l'article précédent. Tout est digéré, et ce qui n'est pas nécessaire pour la réparation du corps se fixe et se tourne en graisse.

Chez les autres, il y a indigestion perpétuelle: les aliments défilent sans faire profit, et ceux qui n'en connaissent pas la cause s'étonnent que tant de bonnes choses ne produisent pas un meilleur résultat.

On doit bien s'apercevoir que je n'épuise point minutieusement la matière; car il est une foule de causes secondaires qui naissent de nos habitudes, de l'état embrassé, de nos manies, de nos plaisirs, qui secondent et activent celles que je viens d'indiquer.

Je lègue tout cela au successeur que j'ai planté en commençant ce chapitre, et me contente de préliber, ce qui est le droit du premier venu en toute matière.

Il y a longtemps que l'intempérance a fixé les regards des observateurs. Les philosophes ont vanté la tempérance; les princes ont fait des lois somptuaires, la religion a moralisé la gourmandise; hélas! on n'en a pas mangé une bouchée de moins, et l'art de trop manger devient chaque jour plus florissant.

Je serai peut-être plus heureux en prenant une route nouvelle, j'exposerai les inconvénients physiques de l'obésité; le soin de soi-même (self-preservation) sera peut-être plus influent que la morale, plus persuasif que les sermons, plus puissant que les lois, et je crois le beau sexe tout disposé à ouvrir les yeux à la lumière.

Inconvénients de l'obésité.

104.

'OBÉSITÉ a une influence fâcheuse sur les deux sexes en ce qu'elle nuit à la force et à la beauté.

Elle nuit à la force, parce qu'en augmentant le poids de la masse à mouvoir, elle n'augmente pas la puissance motrice; elle y nuit encore en gênant la respiration, ce qui rend impossible tout travail qui exige un emploi prolongé de la force musculaire.




L'obésité nuit à la beauté en détruisant l'harmonie de proportion primitivement établie; parce que toutes les parties ne grossissent pas d'une manière égale.

Elle y nuit encore en remplissant des cavités que la nature avait destinées à faire ombre: aussi, rien n'est si commun que de rencontrer des physionomies jadis très piquantes et que l'obésité à rendues à peu près insignifiantes.

Le chef du dernier gouvernement n'avait pas échappé à cette loi. Il avait fort engraissé dans ses dernières campagnes, de pâle il était devenu blafard, et ses yeux avaient perdu une partie de leur fierté.

L'obésité entraîne avec elle le dégoût pour la danse, la promenade, l'équitation, ou l'inaptitude pour toutes les occupations ou amusements qui exigent un peu d'agilité ou d'adresse.

Elle prédispose aussi à diverses maladies, telles que l'apoplexie, l'hydropisie, les ulcères aux jambes, et rend toutes les autres affections plus difficiles à guérir.

Exemples d'obésité.

105.

ARMI les héros corpulents, je n'ai gardé le souvenir que de Marius et de Jean Sobieski.

Marius, qui était de petite taille, était devenu aussi large que long, et c'est peut-être cette énormité qui effraya le Cimbre chargé de le tuer.

Quant au roi de Pologne, son obésité pensa lui être funeste, car, étant tombé dans un gros de cavalerie turque devant lequel il fut obligé de fuir, la respiration lui manqua bientôt, et il aurait été infailliblement massacré, si quelques-uns de ses aides-de-camp ne l'avaient soutenu, presque évanoui sur son cheval, tandis que d'autres se sacrifiaient généreusement pour arrêter l'ennemi.

Si je ne me trompe, le duc de Vendôme, ce digne fils du grand Henri, était aussi d'une corpulence remarquable. Il mourut dans une auberge, abandonné de tout le monde, et conserva assez de connaissance pour voir le dernier de ses gens arracher le coussin sur lequel il reposait au moment de rendre le dernier soupir.

Les recueils sont pleins d'exemples d'obésité monstrueuse; je les y laisse pour parler en peu de mots de ceux que j'ai moi-même recueillis.

M. Rameau, mon condisciple, maire de la Chaleur, en Bourgogne, n'avait que cinq pieds deux pouces, et pesait cinq cents.

M. le duc de Luynes, à côté duquel j'ai souvent siégé, était devenu énorme; la graisse avait désorganisé sa belle figure, et il avait passé les dernières années de sa vie dans une somnolence presque habituelle.

Mais ce que j'ai vu de plus extraordinaire en ce genre était un habitant de New-York, que bien des Français encore existants à Paris peuvent avoir vu dans la rue de Broadway, assis sur un énorme fauteuil dont les jambes auraient pu porter une église.

Édouard avait au moins cinq pieds dix pouces, mesure de France, et comme la graisse l'avait gonflé en tous sens, il avait au moins huit pieds de circonférence. Ses doigts étaient comme ceux de cet empereur romain à qui les colliers de sa femme servaient d'anneaux; ses bras et ses cuisses étaient tubulés, de la grosseur d'un homme de moyenne stature, et il avait les pieds comme un éléphant, couverts par l'augmentation de ses jambes; le poids de la graisse, avait entraîné et fait bâiller la paupière inférieure; mais ce qui le rendait hideux à voir, c'était trois mentons en sphéroïdes qui lui pendaient sur la poitrine dans la longueur de plus d'un pied, de sorte que sa figure paraissait être le chapiteau d'une colonne torse.

Dans cet état, Édouard passait sa vie assis près de la fenêtre d'une salle basse qui donnait sur la rue, et buvant de temps en temps un verre d'ale, dont un pitcher de grande capacité était toujours auprès de lui.

Une figure aussi extraordinaire ne pouvait pas manquer d'arrêter les passants; mais il ne fallait pas qu'ils y missent trop de temps, Édouard ne tardait pas à les mettre en fuite, en leur disant d'une voix sépulcrale: «Wat have you to stare like wild cats!... Go your way you lazy body... Be gone you good fort nothing dogs...» (Qu'avez-vous à regarder d'un air effaré, comme des chats sauvages?... Passez votre chemin, paresseux... Allez-vous-en, chiens de vauriens!) et autres douceurs pareilles.

L'ayant souvent salué par son nom, j'ai quelquefois causé avec lui; il assurait qu'il ne s'ennuyait point, qu'il n'était point malheureux, et que si la mort ne venait point le déranger, il attendrait volontiers ainsi la fin du monde.

De ce qui précède il résulte que si l'obésité n'est pas une maladie, c'est au moins une indisposition fâcheuse, dans laquelle nous tombons presque toujours par notre faute.

Il en résulte encore que tous doivent désirer de s'en préserver quand ils n'y sont pas parvenus, ou d'en sortir quand ils y sont arrivés; et c'est en leur faveur que nous allons examiner quelles sont les ressources que nous présente la science aidée de l'observation.




41

Note 41: (retour) Il y a environ vingt ans que j'avais entrepris un traité ex professo sur l'obésité. Mes lecteurs doivent surtout en regretter la préface: elle avait la forme dramatique, et j'y prouvais à un médecin que la fièvre est bien moins dangereuse qu'un procès, car ce dernier, après avoir fait courir, attendre, mentir, pester le plaideur, après l'avoir indéfiniment privé de repos, de joie et d'argent, finissait encore par le rendre malade et le faire mourir de malemort: vérité tout aussi bonne à propager qu'aucune autre. 106.

E commence par un fait qui prouve qu'il faut du courage, soit pour se préserver, soit pour se guérir de l'obésité.

M. Louis Greffulhe, que sa majesté honora plus tard du titré de comte, vint me voir un matin, et me dit qu'il avait appris que je m'étais occupé de l'obésité; qu'il en était fortement menacé, et qu'il venait me demander des conseils.

«Monsieur, lui dis-je, n'étant pas docteur à diplôme, je suis maître de vous refuser; cependant je suis à vos ordres, mais à une condition: c'est que vous donnerez votre parole d'honneur de suivre, pendant un mois, avec une exactitude rigoureuse, la règle de conduite que je vous donnerai.»

M. Greffulhe fit la promesse exigée, en me prenant la main, et dès le lendemain je lui délivrai mon fetva, dont le premier article était de se peser au commencement et à la fin du traitement, à l'effet d'avoir une base mathématique pour en vérifier le résultat.

À un mois de là, M. Greffulhe revint me voir, et me parla à peu près en ces termes:

«Monsieur, dit-il, j'ai suivi votre prescription comme si ma vie en avait dépendu, et j'ai vérifié que dans le mois, le poids de mon corps a diminué de trois livres, même un peu plus. Mais, pour parvenir à ce résultat, j'ai été obligé de faire à tous mes goûts, à toutes mes habitudes, une telle violence, en un mot, j'ai tant souffert, qu'en vous faisant tous mes remerciements de vos bons conseils, je renonce au bien qui peut m'en provenir, et m'abandonne pour l'avenir à ce que la Providence en ordonnera.»

Après cette résolution, que je n'entendis pas sans peine, l'événement fut ce qu'il devait être; M. Greffulhe devint de plus en plus corpulent, fut sujet aux inconvénients dé l'extrême obésité, et, à peine âgé de quarante ans, mourut des suites d'une maladie suffocatoire à laquelle il était devenu sujet.

Généralités.

107.

OUTE cure de l'obésité doit commencer par ces trois préceptes de théorie absolue: discrétion dans le manger, modération dans le sommeil, exercice à pied ou à cheval.

Ce sont les premières ressources que nous présente la science: cependant j'y compte peu, parce que je connais les hommes et les choses, et que toute prescription qui n'est pas exécutée à la lettre ne peut pas produire d'effet.

Or, 1° il faut beaucoup de caractère pour sortir de table avec appétit; tant que ce besoin dure, un morceau appelle l'autre avec un attrait irrésistible; et en général on mange tant qu'on a faim, en dépit des docteurs, et même à l'exemple des docteurs.

2° Proposer à des obèses de se lever matin, c'est leur percer le coeur: ils vous diront que leur santé s'y oppose; que quand ils se sont levés matin, ils ne sont bons à rien toute la journée; les femmes se plaindront d'avoir les yeux battus; tous consentiront à veiller tard, mais il se réserveront de dormir la grasse matinée; et voilà une ressource qui échappe.

3° Monter à cheval est un remède cher, qui ne convient ni à toutes les fortunes, ni à toutes les positions.

Proposez à une jolie obèse de monter à cheval, elle y consentira avec joie, mais à trois conditions: la première, qu'elle aura à la fois un beau cheval, vif et doux; la seconde, qu'elle aura un habit d'amazone frais et coupé dans le dernier goût; la troisième, qu'elle aura un écuyer d'accompagnement complaisant et beau garçon. Il est assez rare que tout cela se trouve, et on n'équite pas.

L'exercice à pied donne lieu à bien d'autres objections: il est fatigant à mourir, on transpire et on s'expose à une fausse pleurésie; la poussière abîme les bas, les pierres percent les petits souliers, et il n'y a pas moyen de persister. Enfin si, pendant ces diverses tentatives, il survient le plus léger accès de migraine, si un bouton gros comme la tête d'une épingle perce la peau, on le met sur le compte du régime, on l'abandonne, et le docteur enrage.

Ainsi, restant convenu que toute personne qui désire voir diminuer son embonpoint doit manger modérément, peu dormir, et faire autant d'exercice qu'il lui est possible, il faut cependant chercher une autre voie pour arriver au but. Or, il est une méthode infaillible pour empêcher la corpulence de devenir excessive, ou pour la diminuer, quand elle en est venue à ce point. Cette méthode, qui est fondée sur tout ce que la physique et la chimie ont de plus certain, consiste dans un régime diététique approprié à l'effet qu'on veut obtenir.

De toutes les puissances médicales, le régime est la première, parce qu'il agit sans cesse, le jour, la nuit, pendant la veille, pendant le sommeil; que l'effet s'en rafraîchit à chaque repas, et qu'il finit par subjuguer toutes les parties de l'individu. Or, le régime antiobésique est indiqué par la cause la plus commune et la plus active de l'obésité, et puisqu'il est démontré que ce n'est qu'à force de farines et de fécules que les congestions graisseuses se forment, tant chez l'homme que chez les animaux; puisque, à l'égard de ces derniers, cet effet se produit chaque jour sous nos yeux, et donne lieu au commerce des animaux engraissés, on peut en déduire, comme conséquence exacte, qu'une abstinence plus ou moins rigide de tout ce qui est farineux ou féculent conduit à la diminution de l'embonpoint.

«Ô mon Dieu! allez-vous tous vous écrier, lecteurs et lectrices, ô mon Dieu! mais voyez donc comme le professeur est barbare! voilà que d'un seul mot il proscrit tout ce que nous aimons, ces pains si blancs de Limet, ces biscuits d'Achard, ces galettes de... et tant de bonnes choses qui se font avec des farines et du beurre, avec des farines et du sucre, avec des farines, du sucre et des oeufs! Il ne fait grâce ni aux pommes de terre, ni aux macaronis! Aurait-on dû s'attendre à cela d'un amateur qui paraissait si bon?

«Qu'est-ce que j'entends là? ai-je répondu en prenant ma physionomie sévère, que je ne mets qu'une fois l'an; eh bien! mangez, engraissez; devenez laids, pesants, asthmatiques, et mourez de gras-fondu; je suis là pour en prendre note, et vous figurerez dans ma seconde édition... Mais que vois-je? une seule phrase vous a vaincus; vous avez peur, et vous priez pour suspendre la foudre... Rassurez-vous; je vais tracer votre régime, et vous prouver que quelques délices vous attendent encore sur cette terre où l'on vit pour manger.

«Vous aimez le pain: eh bien, vous mangerez du pain de seigle: l'estimable Cadet de Vaux en a depuis longtemps préconisé les vertus; il est moins nourrissant, et surtout il est moins agréable: ce qui rend le précepte plus facile à remplir. Car pour être sûr de soi, il faut surtout fuir la tentation. Retenez bien ceci, c'est de la morale.

«Vous aimez le potage, ayez-le à la julienne, aux légumes verts, aux choux, aux racines; je vous interdis pain, pâtes et purées.»

«Au premier service, tout est à votre usage, à peu d'exceptions près: comme le riz aux volailles et la croûte des pâtés chauds. Travaillez, mais soyez circonspects, pour ne pas satisfaire plus tard un besoin qui n'existera plus.»

«Le second service va paraître, et vous aurez besoin de philosophie. Fuyez les farineux, sous quelque forme qu'ils se présentent; ne vous reste-t-il pas le rôti, la salade, les légumes herbacés? et puisqu'il faut vous passer quelques sucreries, préférez la crème au chocolat et les gelées au punch, à l'orange et autres pareilles.»

«Voilà le dessert. Nouveau danger: mais si jusque-là vous vous êtes bien conduits, votre sagesse ira toujours croissant. Défiez-vous des bouts de table (ce sont toujours des brioches plus ou moins parées); ne regardez ni aux biscuits ni aux macarons; il vous reste des fruits de toute espèce, des confitures, et bien des choses que vous saurez choisir si vous adoptez mes principes.»

«Après dîner, je vous ordonne le café, vous permets la liqueur, et vous conseille le thé et le punch dans l'occasion.»

«Au déjeuner, le pain de seigle de rigueur, le chocolat plutôt que le café. Cependant je permets le café au lait un peu fort; point d'oeufs; tout le reste à volonté. Mais on ne saurait déjeuner de trop bonne heure. Quand on déjeune tard, le dîner vient avant que la digestion soit faite; on n'en mange pas moins; et cette mangerie sans appétit est une cause de l'obésité très active, parce qu'elle a lieu souvent.»

Suite du régime.

108.

USQU'ICI je vous ai tracé, en père tendre et un peu complaisant, les limites d'un régime qui repousse l'obésité qui vous menace: ajoutons-y encore quelques préceptes contre celle qui vous a atteints.

Buvez, chaque été, trente bouteilles d'eau de Seltz, un très grand verre le matin, deux avant le déjeuner, et autant en vous couchant. Ayez à l'ordinaire des vins blancs, légers et acidulés, comme ceux d'Anjou. Fuyez la bière comme la peste, demandez souvent des radis, des artichauts à la poivrade, des asperges, du céleri, des cardons. Parmi les viandes, préférez le veau et la volaille; du pain, ne mangez que la croûte; dans le cas douteux, laissez-vous guider par un docteur qui adopte mes principes; et quel que soit le moment où vous aurez commencé à les suivre, vous serez avant peu frais, jolis, lestes, bien portants et propres à tout.

Après vous avoir ainsi placés sur votre terrain, je dois aussi vous en montrer les écueils, de peur que, emportés par un zèle obésifuge, vous n'outrepassiez le but.

L'écueil que je veux signaler est l'usage habituel des acides que des ignorants conseillent quelquefois, et dont l'expérience a toujours démontré les mauvais effets.

Dangers des acides.

109.

Il circule parmi les femmes une doctrine funeste, et qui fait périr chaque année bien des jeunes personnes, savoir: que les acides, et surtout le vinaigre, sont des préservatifs contre l'obésité.

Sans doute l'usage continu des acides fait maigrir, mais c'est en détruisant la fraîcheur, la santé et la vie; et quoique la limonade soit le plus doux d'entre eux, il est peu d'estomacs qui y résistent longtemps.

La vérité que je viens d'énoncer ne saurait être rendue trop publique; il est peu de mes lecteurs qui ne pussent me fournir quelque observation pour l'appuyer, et dans le nombre je préfère la suivante qui m'est en quelque sorte personnelle.

En 1776, j'habitais Dijon; j'y faisais un cours de droit en la faculté; un cours de chimie sous M. Guyton de Morveau, pour lors avocat-général, et un cours de médecine domestique sous M. Maret, secrétaire perpétuel de l'Académie, et père de M. le duc de Bassano.

J'avais une sympathie d'amitié pour une des plus jolies personnes dont ma mémoire ait conservé le souvenir. Je dis sympathie d'amitié, ce qui est rigoureusement vrai et en même temps bien surprenant, car j'étais alors grandement en fonds pour des affinités bien autrement exigeantes.

Cette amitié, qu'il faut prendre pour ce qu'elle a été et non pour ce qu'elle aurait pu devenir, avait pour caractère une familiarité qui était devenue, dès le premier jour, une confiance qui nous paraissait toute naturelle, et des chuchotements à ne plus finir, dont la maman ne s'alarmait point, parce qu'ils avaient un caractère d'innocence digne des premiers âges. Louise était donc très jolie, et avait surtout, dans une juste proportion, cet embonpoint classique qui fait le charme des yeux et la gloire des arts d'imitation.

Quoique je ne fusse que son ami, j'étais bien loin d'être aveugle sur les attraits qu'elle laissait voir ou soupçonner, et peut-être ajoutaient-ils, sans que je pusse m'en douter, au chaste sentiment qui m'attachait à elle. Quoi qu'il en soit, un soir que j'avais considéré Louise avec plus d'attention qu'à l'ordinaire: «Chère amie, lui dis-je, vous êtes malade; il me semble que vous avez maigri.--Oh! non, me répondit-elle avec un sourire qui avait quelque chose de mélancolique, je me porte bien; et si j'ai un peu maigri, je puis, sous ce rapport, perdre un peu sans m'appauvrir.--Perdre, lui répliquai-je avec feu; vous n'avez besoin ni de perdre ni d'acquérir; restez comme vous êtes, charmante à croquer;» et autres phrases pareilles qu'un ami de vingt ans à toujours à commandement.

Depuis cette conversation, j'observai cette jeune fille avec un intérêt mêlé d'inquiétude, et bientôt je vis son teint pâlir, ses joues se creuser, ses appas se flétrir... Oh! comme la beauté est une chose fragile et fugitive! Enfin je la joignis au bal où elle allait encore comme à l'ordinaire; j'obtins d'elle qu'elle se reposerait pendant deux contredanses; et mettant ce temps à profit, j'en reçus l'aveu que, fatiguée des plaisanteries de quelques-unes de ses amies qui lui annonçaient qu'avant deux ans elle serait aussi grosse que saint Christophe, et aidée par les conseils de quelques autres, elle avait cherché à maigrir, et, dans cette vue, avait bu pendant un mois un verre de vinaigre chaque matin; elle ajouta que jusqu'alors elle n'avait fait à personne confidence de cet essai.

Je frémis à cette confession: je sentis toute l'étendue du danger, et j'en fis part dès le lendemain à la mère de Louise, qui ne fut pas moins alarmée que moi; car elle adorait sa fille. On ne perdit pas de temps; on s'assembla, on consulta, on médicamenta. Peines inutiles! les sources de la vie étaient irrémédiablement attaquées; et au moment où on commençait à soupçonner le danger, il ne restait déjà plus d'espérance.

Ainsi, pour avoir suivi d'imprudents conseils, l'aimable Louise, réduite à l'état affreux qui accompagne le marasme, s'endormit pour toujours, qu'elle avait à peine dix-huit ans.

Elle s'éteignit en jetant des regards douloureux vers un avenir qui ne devait pas exister pour elle; et l'idée d'avoir, quoique involontairement, attenté à sa vie, rendit sa fin plus douloureuse et plus prompte.

C'est la première personne que j'aie vue mourir; car elle rendit le dernier soupir dans mes bras, au moment où, suivant son désir, je la soulevais pour lui faire voir le jour. Huit heures environ après sa mort, sa mère désolée me pria de l'accompagner dans une dernière visite qu'elle voulait faire à ce qui restait de sa fille; et nous observâmes avec surprise que l'ensemble de sa physionomie avait pris quelque chose de radieux et d'extatique qui n'y paraissait point auparavant. Je m'en étonnai: la maman en tira un augure consolateur. Mais ce cas n'est pas rare. Lavater en fait mention dans son Traité de la physionomie.

Ceinture antiobésique.

110.--Tout régime antiobésique doit être accompagné d'une précaution que j'avais oubliée, et par laquelle j'aurais dû commencer: elle consiste à porter jour et nuit une ceinture qui contienne le ventre, en le serrant modérément.

Pour en bien sentir la nécessité, il faut considérer que la colonne vertébrale, qui forme une des parois de la caisse intestinale, est ferme et inflexible: d'où il suit que tout l'excédant de poids que les intestins acquièrent, au moment où l'obésité les fait dévier de la ligne verticale, s'appuie sur les diverses enveloppes qui composent la peau du ventre, et celles-ci, pouvant se distendre presque indéfiniment 42, pourraient bien n'avoir pas assez de ressort pour se retraire quand cet effort diminue, si on ne leur donnait pas un aide mécanique qui, ayant son point d'appui sur la colonne dorsale elle-même, devînt son antagoniste et rétablit l'équilibre. Ainsi, cette ceinture produit le double effet d'empêcher le ventre de céder ultérieurement au poids actuel des intestins, et de lui donner la force nécessaire pour se rétrécir quand ce poids diminue. On ne doit jamais la quitter; autrement le bien produit pendant le jour serait détruit par l'abandon de la nuit; mais elle est peu gênante, et on s'y accoutume bien vite.

Note 42: (retour) Mirabeau disait d'un homme excessivement gros, que Dieu ne l'avait créé que pour montrer jusqu'à quel point la peau humaine pouvait s'étendre sans rompre. La ceinture, qui sert aussi de moniteur pour indiquer qu'on est suffisamment repu, doit être faite avec quelque soin, sa pression doit être à la fois modérée et toujours la même, c'est-à-dire qu'elle doit être faite de manière à se resserrer à mesure que l'embonpoint diminue.

On n'est point condamné à la porter toute la vie; on peut la quitter sans inconvénient quand on est revenu au point désiré, et qu'on y a demeuré stationnaire pendant quelques semaines. Bien entendu qu'on observera une diète convenable. Il y a au moins six ans que je n'en porte plus.

Du Quinquina.

111.

L existe une substance que je crois activement antiobésique; plusieurs observations m'ont conduit à le croire; cependant, je permets encore de douter, et j'appelle les docteurs à expérimenter.

Cette substance doit être le quinquina.

Dix ou douze personnes de ma connaissance ont eu de longues fièvres intermittentes; quelques-unes se sont guéries par des remèdes de bonne femme, des poudres, etc.; d'autres par l'usage continu du quinquina, qui ne manque jamais son effet.

Tous les individus de la première catégorie, qui étaient obèses, ont repris leur ancienne corpulence; tous ceux de la seconde sont restés dégagés du superflu de leur embonpoint: ce qui me donne le droit de penser que c'est le quinquina qui a produit ce dernier effet, car il n'y a eu de différence entre eux que le mode de guérison.

La théorie rationnelle ne s'oppose point à cette conséquence; car, d'une part, le quinquina, élevant toutes les puissances vitales, peut bien donner à la circulation une activité qui trouble et dissipe les gaz destinés à devenir de la graisse; et, d'autre part, il est prouvé qu'il y a dans le quinquina une partie de tannin qui peut fermer les capsules destinées, dans les cas ordinaires, à recevoir des congestions graisseuses. Il est même probable que ces deux effets concourent et se renforcent l'un l'autre.

C'est d'après ces données, dont chacun peut apprécier la justesse, que je crois pouvoir conseiller l'usage du quinquina à tous ceux qui désirent se débarrasser d'un embonpoint devenu incommode. Ainsi, dummodo annuerint in omni medicationis genere doctissimi Facultatis professores, je pense qu'après le premier mois d'un régime approprié, celui ou celle qui désire se dégraisser fera bien de prendre pendant un mois, de deux jours l'un, à sept heures du matin, deux heures avant le déjeuner, un verre de vin blanc sec, dans lequel on aura délayé environ une cuillerée à café de bon quinquina rouge, et qu'on en éprouvera de bons effets. Tels sont les moyens que je propose pour combattre une incommodité aussi fâcheuse que commune. Je les ai accommodés à la faiblesse humaine, modifiée par l'état de société dans lequel nous vivons.

Je me suis pour cela appuyé sur cette vérité expérimentale que, plus un régime est rigoureux, moins il produit d'effet, parce qu'on le suit mal ou qu'on ne le suit pas du tout.

Les grands efforts sont rares; et si on veut être suivi, il ne faut proposer aux hommes que ce qui leur est facile, et même, quand on le peut, ce qui leur est agréable.




Définition.

112.

A maigreur est l'état d'un individu dont la chair musculaire, n'étant pas renflée par la graisse, laisse apercevoir les formes et les angles de la charpente osseuse.

Espèces.

Il y a deux sortes de maigreur: la première est celle qui, étant le résultat de la disposition primitive du corps, est accompagnée de la santé et de l'exercice complet de toutes les fonctions organiques; la seconde est celle qui, ayant pour cause la faiblesse de certains organes où l'action défectueuse de quelques autres, donne à celui qui en est atteint une apparence misérable et chétive. J'ai connu une jeune femme de taille moyenne qui ne pesait que soixante-cinq livres.

Effets de la maigreur.

113.

A maigreur n'est pas un grand désavantage pour les hommes; ils n'en ont pas moins de vigueur, et sont beaucoup plus dispos. Le père de la jeune dame dont je viens de faire mention, quoique tout aussi maigre qu'elle, était assez fort pour prendre avec les dents une chaise pesante, et la jeter derrière lui, en la faisant passer par-dessus sa tête.

Mais elle est un malheur effroyable pour les femmes; car pour elles la beauté est plus que la vie, et la beauté consiste surtout dans la rondeur des formes et la courbure gracieuse des lignes. La toilette la plus recherchée, la couturière la plus sublime, ne peuvent masquer certaines absences, ni dissimuler certains angles; et on dit assez communément que, à chaque épingle qu'elle ôte, une femme maigre, quelque belle qu'elle paraisse, perd quelque chose de ses charmes.

Avec les chétives il n'y a point de remède, ou plutôt il faut que la Faculté s'en mêle, et le régime peut être si long que la guérison arrivera bien tard.

Mais pour les femmes qui sont nées maigres et qui ont l'estomac bon, nous ne voyons pas qu'elles puissent être plus difficiles à engraisser que les poulardes; et s'il faut y mettre un peu plus de temps, c'est que les femmes ont l'estomac comparativement plus petit, et ne peuvent pas être soumises à un régime rigoureux et ponctuellement exécuté comme ces animaux dévoués.

Cette comparaison est la plus douce que j'aie pu trouver; il m'en fallait une, et les dames la pardonneront, à cause des intentions louables dans lesquelles le chapitre est médité.

Prédestination naturelle.

114.

A nature, variée dans ses oeuvres, a des moules pour la maigreur comme pour l'obésité.

Les personnes destinées à être maigres sont construites dans un système allongé. Elles ont les mains et les pieds menus, les jambes grêles, la région du coccyx peu étoffée, les côtes apparentes, le nez aquilin, les yeux en amande, la bouche grande, le menton pointu et les cheveux bruns.

Tel est le type général: quelques parties du corps peuvent y échapper; mais cela arrive rarement.

On voit quelquefois des personnes maigres qui mangent beaucoup. Toutes celles que j'ai pu interroger m'ont avoué qu'elles digéraient mal, qu'elles... et voilà pourquoi elles restent dans le même état.

Les chétifs sont de tous les poils et de toutes les formes. On les distingue en ce qu'ils n'ont rien de saillant, ni dans les traits ni dans la tournure; qu'ils ont les yeux morts, les lèvres pâles, et que la combinaison de leurs traits indique l'inénergie, la faiblesse, quelque chose qui ressemble à la souffrance. On pourrait presque dire d'eux qu'ils ont l'air de n'être pas finis, et que chez eux le flambeau de la vie n'est pas encore tout-à-fait allumé.

Régime Incrassant.

115.--Toute femme maigre désire engraisser: c'est un voeu que nous avons recueilli mille fois; c'est donc pour rendre un dernier hommage à ce sexe tout-puissant que nous allons chercher à remplacer par des formes réelles ces appas de soie ou de coton qu'on voit exposés avec profusion dans les magasins de nouveautés, au grand scandale des sévères, qui passent tout effarouchés, et se détournent de ces chimères avec autant et plus de soin que si la réalité se présentait à leurs yeux.

Tout le secret pour acquérir de l'embonpoint consiste dans un régime convenable: il ne faut que manger et choisir ses aliments.

Avec ce régime, les prescriptions positives relativement au repos et au sommeil deviennent à peu près indifférentes, et on n'en arrive pas moins au but qu'on se propose. Car si vous ne faites pas d'exercice, cela vous disposera à engraisser; si vous en faites vous engraisserez encore, car vous mangerez davantage; et quand l'appétit est savamment satisfait, non-seulement on répare, mais encore on acquiert quand on a besoin d'acquérir.

Si vous dormez beaucoup, le sommeil est incrassant; si vous dormez peu, votre digestion ira plus vite, et vous mangerez davantage.

Il ne s'agit donc que d'indiquer la manière dont doivent toujours se nourrir ceux qui désirent arrondir leurs formes; et cette tâche ne peut être difficile, après les divers principes que nous avons déjà établis.

Pour résoudre le problème, il faut présenter à l'estomac des aliments qui l'occupent sans le fatiguer, et aux puissances assimilatives des matériaux qu'elles puissent tourner en graisse.

Essayons de tracer la journée alimentaire d'un sylphe ou d'une sylphide à qui l'envie aura pris de se matérialiser.

Règle générale. On mangera beaucoup de pain frais et fait dans la journée; on se gardera bien d'en écarter la mie.

On prendra avant huit heures du matin, et au lit, s'il le faut, un potage au pain ou aux pâtes, pas trop copieux, afin qu'il passe vite, ou, si on veut, une tasse de bon chocolat.

À onze heures, on déjeûnera avec des oeufs frais, brouillés ou sur le plat, des petits pâtés, des côtelettes, et ce qu'on voudra; l'essentiel est qu'il y ait des oeufs. La tasse de café ne nuira pas.

L'heure du dîner aura été réglée de manière à ce que le déjeuner ait passé avant qu'on se mette à table; car nous avons coutume de dire que quand l'ingestion d'un repas empiète sur la digestion du précédent, il y a malversation.

Après le déjeuner, on fera un peu d'exercice: les hommes, si l'état qu'ils ont embrassé le permet, car le devoir avant tout; les dames iront au bois de Boulogne, aux Tuileries, chez leur couturière, chez leur marchande de modes, dans les magasins de nouveautés, et chez leurs amies, pour causer de ce qu'elles auront vu. Nous tenons pour certain qu'une pareille causerie est éminemment médicamenteuse, par le grand contentement qui l'accompagne.

À dîner, potage, viande et poisson à volonté; mais on y joindra les mets au riz, les macaronis, les pâtisseries sucrées, les crèmes douces, les charlottes, etc.

Au dessert, les biscuits de Savoie, babas, et autres préparations qui réunissent les fécules, les oeufs et le sucre.

Ce régime, quoique circonscrit en apparence, est cependant susceptible d'une grande variété; il admet tout le règne animal; et on aura grand soin de changer l'espèce, l'apprêt et l'assaisonnement des divers mets farineux dont on fera usage et qu'on relèvera par tous les moyens connus, afin de prévenir le dégoût, qui opposerait un obstacle invincible à toute amélioration ultérieure.

On boira de la bière par préférence, sinon des vins de Bordeaux ou du midi de la France.

On fuira les acides, excepté la salade, qui réjouit le coeur. On sucrera les fruits qui en sont susceptibles, on ne prendra pas de bains trop froids; on tâchera de respirer de temps en temps l'air pur de la campagne; on mangera beaucoup de raisin dans la saison; on ne s'exténuera pas au bal à force de danser.

On se couchera vers onze heures dans les jours ordinaires, et pas plus tard qu'une heure du matin dans les extra.

En suivant ce régime avec exactitude et courage, on aura bientôt réparé les distractions de la nature; la santé gagnera autant que la beauté; la volupté fera son profit de l'un et de l'autre, et des accents de reconnaissance retentiront agréablement à l'oreille du professeur.

On engraisse les moutons, les veaux, les boeufs, la volaille, les carpes, les écrevisses, les huîtres; d'où je déduis la maxime générale: Tout ce qui mange peut s'engraisser, pourvu que les aliments soient bien et convenablement choisis.




Définition.

116.--Le jeûne est une abstinence volontaire d'aliments dans un but moral ou religieux.

Quoique le jeûne soit contraire à un de nos penchants, ou plutôt de nos besoins les plus habituels, il est cependant de la plus haute antiquité.

Origine du jeûne.

OICI comment les auteurs en expliquent l'établissement.

Dans les afflictions particulières, disent-ils, un père, une mère, un enfant chéri, venant à mourir dans une famille, toute ta maison était en deuil: on le pleurait, on lavait son corps, on l'embaumait, on lui faisait des obsèques conformes à son rang. Dans ces occasions, on ne songeait guère à manger: on jeûnait sans s'en apercevoir.

De même, dans les désolations publiques, quand on était affligé d'une sécheresse extraordinaire, de pluies excessives, de guerres cruelles, de maladies contagieuses, en un mot, de ces fléaux où la force et l'industrie ne peuvent rien, on s'abandonnait aux larmes, on imputait toutes ces désolations à la colère des dieux; on s'humiliait devant eux, on leur offrait les mortifications de l'abstinence. Les malheurs cessaient, on se persuada qu'il fallait en attribuer les causes aux larmes et au jeûne, et on continua d'y avoir recours dans des conjonctures semblables.

Ainsi, les hommes affligés de calamités publiques ou particulières se sont livrés à la tristesse, et ont négligé de prendre de la nourriture; ensuite ils ont regardé cette abstinence volontaire comme un acte de religion.


Ils ont cru qu'en macérant leur corps quand leur âme était désolée, ils pouvaient émouvoir la miséricorde des dieux; et cette idée saisissant tous les peuples, leur a inspiré le deuil, les voeux, les prières, les sacrifices, les mortifications et l'abstinence.

Enfin, Jésus-Christ étant venu sur la terre a sanctifié le jeûne, et toutes les sectes chrétiennes l'ont adopté avec plus ou moins de mortifications.

Comment on jeûnait.

117.

ETTE pratique du jeûne, je suis forcé de le dire, est singulièrement tombée en désuétude; et, soit pour l'édification des mécréants, soit pour leur conversion, je me plais à raconter comment nous faisions vers le milieu du dix-huitième siècle.

En temps ordinaire, nous déjeunions avant neuf heures avec du pain, du fromage, des fruits, quelquefois du pâté et de la viande froide.

Entre midi et une heure, nous dînions avec le potage et le pot-au-feu officiels, plus ou moins bien accompagnés, suivant les fortunes et les occurrences.

Vers quatre heures on goûtait: ce repas était léger, et spécialement destiné aux enfants et à ceux qui se piquaient de suivre les usages des temps passés.

Mais il y avait des goûters soupatoires, qui commençaient à cinq heures et duraient indéfiniment; ces repas étaient ordinairement fort gais, et les dames s'en accommodaient à merveille; elles s'en donnaient même quelquefois entre elles, d'où les hommes étaient exclus. Je trouve dans mes Mémoires secrets qu'il y avait là force médisances et cancans.

Vers huit heures, on soupait avec entrée, rôti, entremets, salade et dessert: on faisait une partie, et l'on allait se coucher.

Il y a toujours eu à Paris des soupers d'un ordre plus relevé, et qui commençaient après le spectacle. Ils se composaient, suivant les circonstances, de jolies femmes, d'actrices à la mode, d'impures élégantes, de grands seigneurs, de financiers, de libertins et de beaux esprits.

Là, on contait l'aventure du jour, on chantait la chanson nouvelle; on parlait politique, littérature, spectacles, et surtout on faisait l'amour.

Voyons maintenant ce qu'on faisait les jours de jeûne.

On faisait maigre, on ne déjeunait point, et par cela même on avait plus d'appétit qu'à l'ordinaire.

L'heure venue, on dînait tant qu'on pouvait; mais le poisson et les légumes passent vite; avant cinq heures on mourait de faim; on regardait sa montre, on attendait, et on enrageait tout en faisant son salut.

Vers huit heures, on trouvait, non un bon souper, mais la collation, mot venu du mot cloître, parce que, vers la fin du jour, les moines s'assemblaient pour faire des conférences sur les Pères de l'Église, après quoi on leur permettait un verre de vin.

À la collation, on ne pouvait servir ni beurre, ni oeufs, ni rien de ce qui avait eu vie. Il fallait donc se contenter de salade, de confitures, de fruits; mets, hélas! bien peu consistants, si on les compare aux appétits qu'on avait en ce temps-là; mais on prenait patience pour l'amour du ciel, on allait se coucher et tout le long du carême on recommençait.

Quant à ceux qui faisaient les petits soupers dont j'ai fait mention, on m'a assuré qu'ils ne jeûnaient pas et n'ont jamais jeûné.

Le chef-d'oeuvre de la cuisine de ces temps anciens était une collation rigoureusement apostolique, et qui cependant eût l'air d'un bon souper.

La science était venue à bout de résoudre ce problème au moyen de la tolérance du poisson au bleu, des coulis de racines et de la pâtisserie à l'huile.

L'observance exacte du carême donnait lieu à un plaisir qui nous est inconnu, celui de se décarêmer en déjeunant le jour de Pâques.

En y regardant de près, les éléments de nos plaisirs sont la difficulté, la privation, le désir de la jouissance. Tout cela se rencontrait dans l'acte qui rompait l'abstinence; j'ai vu deux de mes grands-oncles, gens sages et braves, se pâmer d'aise au moment où, le jour de Pâques, ils voyaient entamer un jambon ou éventrer un pâté. Maintenant, race dégénérée que nous sommes! nous ne suffirions pas à de si puissantes sensations.

Origine du relâchement.

118.

J'ai vu naître le relâchement; il est venu par nuances insensibles.

Les jeunes gens jusqu'à un certain âge n'étaient pas astreints au jeûne; et les femmes enceintes, ou qui croyaient l'être, en étaient exemptées par leur position, et déjà on servait pour eux du gras et un souper qui tentait violemment les jeûneurs.

Ensuite, les gens faits vinrent à s'apercevoir que le jeûne les irritait, leur donnait mal à la tête, les empêchait de dormir. On mit ensuite sur le compte du jeûne tous les petits accidents qui assiègent l'homme à l'époque du printemps, tels que les éruptions vernales, les éblouissements, les saignements de nez, et autres symptômes d'effervescence qui signalent le renouvellement de la nature. De sorte que l'un ne jeûnait pas parce qu'il se croyait malade, l'autre parce qu'il l'avait été, et un troisième parce qu'il craignait de le devenir; d'où il arrivait que le maigre et les collations devenaient tous les jours plus rares.

Ce n'est pas tout: quelques hivers furent assez rudes pour qu'on craignît de manquer de racines; et la puissance ecclésiastique elle-même se relâcha officiellement de sa rigueur, pendant que les maîtres se plaignaient du surcroît de dépenses que leur causait le régime du maigre, que quelques-uns disaient que Dieu ne voulait pas qu'on exposât sa santé, et que les gens de peu de foi ajoutaient qu'on ne prenait pas le paradis par la famine.

Cependant le devoir restait reconnu, et presque toujours on demandait aux pasteurs des permissions qu'ils refusaient rarement, en ajoutant toutefois la condition de faire quelques aumônes pour remplacer l'abstinence.

Enfin la révolution vint, qui, remplissant tous les coeurs de soins, de craintes et d'intérêts d'une autre nature, fit qu'on n'eut ni le temps ni l'occasion de recourir à des prêtres, dont les uns étaient poursuivis comme ennemis de l'état, ce qui ne les empêchait pas de traiter les autres de schismatiques.

À cette cause, qui heureusement ne subsiste plus, il s'en est joint une autre non moins influente. L'heure de nos repas a totalement changé: nous ne mangeons plus ni aussi souvent, ni aux mêmes heures que nos ancêtres, et le jeûne aurait besoin d'une organisation nouvelle.

Cela est si vrai, que quoique je ne fréquente que des gens réglés, sages, et même assez croyants, je ne crois pas, en vingt-cinq ans, avoir trouvé, hors de chez moi, dix repas maigres et une seule collation.

Bien des gens pourraient se trouver fort embarrassés en pareil cas; mais je sais que saint Paul l'a prévu, et je reste à l'abri sous sa protection.

Au reste, on se tromperait fort, si on croyait que l'intempérance a gagné en ce nouvel ordre de choses.

Le nombre des repas a diminué de près de moitié. L'ivrognerie a disparu pour se réfugier, en de certains jours, dans les dernières classes de la société. On ne fait plus d'orgies: un homme crapuleux serait honni. Plus du tiers de Paris ne se permet, le matin, qu'une légère collation; et si quelques-uns se livrent aux douceurs d'une gourmandise délicate et recherchée, je ne vois pas trop comment on pourrait leur en faire le reproche, car nous avons vu ailleurs que tout le monde y gagne et que personne n'y perd.

Ne finissons pas ce chapitre sans observer la nouvelle direction qu'ont prise les goûts des peuples.

Chaque jour des milliers d'hommes passent au spectacle ou au café la soirée que quarante ans plutôt ils auraient passée au cabaret.

Sans doute l'économie ne gagne rien à ce nouvel arrangement, mais il est très avantageux sous le rapport des moeurs. Les moeurs s'adoucissent au spectacle; on s'instruit au café par la lecture des journaux; et on échappe certainement aux querelles, aux maladies et à l'abrutissement, qui sont les suites infaillibles de la fréquentation des cabarets.




119.

N entend par épuisement un état de faiblesse, de langueur et d'accablement causé par des circonstances antécédentes, et qui rend plus difficile l'exercice des fonctions vitales. On peut, en n'y comprenant pas l'épuisement causé par la privation des aliments, en compter trois espèces.

L'épuisement causé par la fatigue musculaire, l'épuisement causé par les travaux de l'esprit, et l'épuisement causé par les excès génésiques.

Un remède commun aux trois espèces d'épuisement est la cessation immédiate des actes qui ont amené cet état, sinon maladif, du moins très voisin de la maladie.

Traitement.

120.

PRÈS ce préliminaire indispensable, la gastronomie est là, toujours prête à présenter des ressources. À l'homme excédé par l'exercice trop prolongé de ses forces musculaires, elle offre un bon potage, du vin généreux, de la viande faite et le sommeil.

Au savant qui s'est laissé entraîner par les charmes de son sujet, un exercice au grand air pour rafraîchir son cerveau, le bain pour détendre ses fibres irritées, la volaille, les légumes herbacés et le repos.

Enfin nous apprendrons, par l'observation suivante, ce qu'elle peut faire pour celui qui oublie que la volupté a ses limites, et le plaisir ses dangers.

Cure opérée par le professeur.

121.

'ALLAI un jour faire visite à un de mes meilleurs amis (M. Rubat); on me dit qu'il était malade, et effectivement je le trouvai en robe de chambre auprès de son feu, et en attitude d'affaissement.

Sa physionomie m'effraya: il avait le visage pâle, les yeux brillants et sa lèvre tombait de manière à laisser voir les dents de la mâchoire inférieure, ce qui avait quelque chose de hideux.

Je m'enquis avec intérêt de la cause de ce changement subit; il hésita, je le pressai, et après quelque résistance: «Mon ami, dit-il en rougissant, tu sais que ma femme est jalouse, et que cette manie m'a fait passer bien des mauvais moments. Depuis quelques jours, il lui en a pris une crise effroyable, et c'est en voulant lui prouver qu'elle n'a rien perdu de mon affection et qu'il ne se fait à son préjudice aucune dérivation du tribut conjugal, que je me suis mis en cet état.--Tu as donc oublié, lui dis-je, et que tu as quarante-cinq ans, et que la jalousie est un mal sans remède? Ne sais-tu pas furens quid femina possit?» Je tins encore quelques autres propos galants, car j'étais en colère.

«Voyons, au surplus, continuai-je: ton pouls est petit, dur, concentré; que vas-tu faire?--Le docteur, me dit-il, sort d'ici; il a pensé que j'avais une fièvre nerveuse, et a ordonné une saignée pour laquelle il doit incessamment m'envoyer le chirurgien.--Le chirurgien! m'écriai-je, garde-t'en bien, ou tu es mort; chasse-le comme un meurtrier, et dis-lui que je me suis emparé de toi, corps et âme. Au surplus, ton médecin connaît-il la cause occasionnelle de ton mal?--Hélas! non, une mauvaise honte m'a empêché de lui faire une confession entière.--Eh bien, il faut le prier de passer chez toi. Je vais te faire, une potion appropriée à ton état; en attendant prends ceci.» Je lui présentai un verre d'eau saturée de sucre, qu'il avala avec la confiance d'Alexandre et la foi du charbonnier.

Alors je le quittai et courus chez moi pour y mixtionner, fonctionner et élaborer un magister réparateur qu'on trouvera dans les Variétés 43, avec les divers modes que j'adoptai pour me hâter; car, en pareil cas, quelques heures de retard peuvent donner lieu à des accidents irréparables.

Note 43: (retour) Voyez à la fin du volume, n° 10. Je revins bientôt armé de ma potion, et déjà je trouvai du mieux; la couleur reparaissait aux joues, l'oeil était détendu; mais la lèvre pendait toujours avec une effrayante difformité.

Le médecin ne tarda pas à reparaître; je l'instruisis de ce que j'avais fait et le malade fit ses aveux. Son front doctoral prit d'abord un aspect sévère; mais bientôt nous regardant avec un air où il y avait un peu d'ironie: «Vous ne devez pas être étonné, dit-il à mon ami, que je n'aie pas deviné une maladie qui ne convient ni à votre âge ni à votre état, et il y a de votre part trop de modestie à en cacher la cause, qui ne pouvait que vous faire honneur. J'ai encore à vous gronder de ce que vous m'avez exposé à une erreur qui aurait pu vous être funeste. Au surplus, mon confrère, ajouta-t-il en me faisant un salut que je lui rendis avec usure, vous a indiqué la bonne route; prenez son potage, quel que soit le nom qu'il y donne, et si la fièvre vous quitte, comme je le crois, déjeunez demain avec une tasse de chocolat dans laquelle vous ferez délayer deux jaunes d'oeufs frais.»

À ces mots il prit sa canne, son chapeau et nous quitta, nous laissant fort tentés de nous égayer à ses dépens.

Bientôt je fis prendre à mon malade une forte tasse de mon élixir de vie; il le but avec avidité, et voulait redoubler; mais j'exigeai un ajournement de deux heures, et lui servis une seconde dose avant de me retirer.

Le lendemain il était sans fièvre et presque bien portant; il déjeuna suivant l'ordonnance, continua la potion, et put vaquer dès le surlendemain à ses occupations ordinaires; mais la lèvre rebelle ne se releva qu'après le troisième jour.

Peu de temps après, l'affaire transpira, et toutes les dames en chuchotaient entre elles.

Quelques-unes admiraient mon ami, presque toutes le plaignaient, et le professeur gastronome fut glorifié.




Omnia mors poscit; lex est, non poena, perire.

122.

E Créateur a imposé à l'homme six grandes et principales nécessités, qui sont: la naissance, l'action, le manger, la reproduction et la mort.

La mort est l'interruption absolue des relations sensuelles et l'anéantissement absolu des forces vitales, qui abandonne le corps aux lois delà décomposition.

Ces diverses nécessités sont toutes accompagnées et adoucies par quelques sensations de plaisir, et la mort elle-même n'est pas sans charmes quand elle est naturelle, c'est-à-dire quand le corps a parcouru les diverses phases de croissance, de virilité, de vieillesse et de décrépitude auxquelles il est destiné.

Si je n'avais pas résolu de ne faire ici qu'un très court chapitre, j'appellerais à mon aide les médecins qui ont observé par quelles nuances insensibles les corps animés passent à l'état de matière inerte. Je citerais des philosophes, des rois, des littérateurs, qui, sur les bornes de l'éternité, loin d'être en proie à la douleur, avaient des pensées aimables et les ornaient du charme de la poésie. Je rappellerais cette réponse de Fontenelle mourant, qui, interrogé sur ce qu'il sentait, répondit: «Rien autre chose qu'une difficulté de vivre.» Mais je préfère n'annoncer que ma conviction, fondée non-seulement sur l'analogie, mais encore sur plusieurs observations que je crois bien faites, et dont voici la dernière:

J'avais une grand'tante âgée de quatre-vingt-treize ans, qui se mourait. Quoique gardant le lit depuis quelque temps, elle avait conservé toutes ses facultés, et on ne s'était aperçu de son état qu'à la diminution de son appétit et à l'affaiblissement de sa voix.

Elle m'avait toujours montré beaucoup d'amitié, et j'étais auprès de son lit, prêt à la servir avec tendresse, ce qui ne m'empêchait pas de l'observer avec cet oeil philosophique que j'ai toujours porté sur tout ce qui m'environne.

«Es-tu là, mon neveu? me dit-elle d'une voix à peine articulée.--Oui, ma tante; je suis à vos ordres, et je crois que vous feriez bien de prendre un peu de bon vin vieux.--Donne, mon ami; le liquide va toujours en bas.» Je me hâtai; et la soulevant doucement, je lui fis avaler un demi-verre de mon meilleur vin. Elle se ranima à l'instant; et tournant sur moi des yeux qui avaient été fort beaux: «Grand merci, me dit-elle, de ce dernier service; si jamais tu viens à mon âge, tu verras que la mort devient un besoin tout comme le sommeil.»

Ce furent ses dernières paroles, et une demi-heure après elle s'était endormie pour toujours.

Le docteur Richerand a décrit avec tant de vérité et de philosophie les dernières dégradations du corps humain et les derniers moments de l'individu, que mes lecteurs me sauront gré de leur faire connaître le passage suivant:

«Voici l'ordre dans lequel les facultés intellectuelles cessent et se décomposent. La raison, cet attribut dont l'homme se prétend le possesseur exclusif, l'abandonne la première. Il perd d'abord la puissance d'associer des jugements, et bientôt après celle de comparer, d'assembler, de combiner, de joindre ensemble plusieurs idées pour prononcer sur leurs rapports. On dit alors que le malade perd la tête, qu'il déraisonne, qu'il est en délire. Celui-ci roule ordinairement sur les idées les plus familières à l'individu; la passion dominante s'y fait aisément reconnaître: l'avare tient sur ses trésors enfouis les propos les plus indiscrets; tel autre meurt assiégé de religieuses terreurs. Souvenirs délicieux de la patrie absente, vous vous réveillez alors avec tous vos charmes et toute votre énergie.

«Après le raisonnement et le jugement, c'est la faculté d'associer, des idées qui se trouve frappée de la destruction successive. Ceci arrive dans l'état connu sous le nom de défaillance, comme je l'ai éprouvé sur moi-même. Je causais avec un de mes amis, lorsque j'éprouvai une difficulté insurmontable à joindre deux idées sur la ressemblance desquelles je voulais former un jugement; cependant la syncope n'était pas complète; je conservais encore la mémoire et la faculté de sentir; j'entendais distinctement les personnes qui étaient autour de moi dire: Il s'évanouit, et s'agiter pour me faire sortir de cet état, qui n'était pas sans quelque douceur.

«La mémoire s'éteint ensuite. Le malade, qui dans son délire reconnaissait encore ceux qui l'approchaient, méconnaît enfin ses proches, puis ceux avec lesquels il vivait dans une grande intimité. Enfin, il cesse de sentir; mais les sens s'éteignent dans un ordre successif et déterminé: le goût et l'odorat ne donnent plus aucun signe de leur existence; les yeux se couvrent d'un nuage terne et prennent une expression sinistre; l'oreille est encore sensible aux sons et au bruit. Voilà pourquoi sans doute les anciens, pour s'assurer de la réalité de la mort, étaient dans l'usage de pousser de grands cris aux oreilles du défunt. Le mourant ne flaire, ne goûte, ne voit et n'entend plus. Il lui reste la sensation du toucher, il s'agite dans sa couche, promène ses bras au dehors, change à chaque instant de posture; il exerce, comme nous l'avons déjà dit, des mouvements analogues à ceux du fétus qui remue dans le sein de sa mère. La mort qui va le frapper ne peut lui inspirer aucune frayeur; car il n'a plus d'idées, et il finit de vivre comme il avait commencé, sans en avoir la conscience.» (Richerand, Nouveaux éléments de Physiologie, neuvième édition, tome II, page 600.)




123.

A cuisine est le plus ancien des arts; car Adam naquit à jeun, et le nouveau-né, à peine entré dans ce monde, pousse des cris qui ne se calment que sur le sein de sa nourrice.

C'est aussi de tous les arts celui qui nous a rendu le service le plus important pour la vie civile; car ce sont les besoins de la cuisine qui nous ont appris à appliquer le feu, et c'est par le feu que l'homme a dompté la nature.

Quand on voit les choses d'en haut, on peut compter jusqu'à trois espèces de cuisine:

La première, qui s'occupe de la préparation des aliments, a conservé le nom primitif;

La seconde s'occupe à les analyser et à en vérifier les éléments: on est convenu de l'appeler chimie;

Et la troisième, qu'on peut appeler cuisine de réparation, est plus connue sous le nom de pharmacie.

Si elles diffèrent par le but, elles se tiennent par l'application du feu, par l'usage des fourneaux et par l'emploi des mêmes vases.

Ainsi, le même morceau de boeuf que le cuisinier convertit en potage et en bouilli, le chimiste s'en empare pour savoir en combien de sortes de corps il est résoluble, et le pharmacien nous le fait violemment sortir du corps, si par hasard il y cause une indigestion.

Ordre d'alimentation.

124.

'HOMME est un animal omnivore; il a des dents incisives pour diviser les fruits, des dents molaires pour broyer les graines, et des dents canines pour déchirer les chairs: sur quoi on a remarqué que plus l'homme est rapproché de l'état sauvage, plus les dents canines sont fortes et faciles à distinguer.

Il est extrêmement probable que l'espèce fut longtemps frugivore, et elle y fut réduite par la nécessité; car l'homme est le plus lourd des animaux de l'ancien monde, et ses moyens d'attaque sont très bornés, tant qu'il n'est pas armé. Mais l'instinct de perfectionnement attaché à sa nature ne tarda pas à se développer: le sentiment même de sa faiblesse le porta à chercher à se faire des armes; il y fut poussé aussi par l'instinct carnivore, annoncé par ses dents canines; et dès qu'il fut armé, il fit sa proie et sa nourriture de tous les animaux dont il était environné.

Cet instinct de destruction subsiste encore; les enfants ne manquent presque jamais de tuer les petits animaux qu'on leur abandonne; ils les mangeraient s'ils avaient faim.

Il n'est point étonnant que l'homme ait désiré se nourrir de chair; il a l'estomac trop petit, et les fruits ont trop peu de substances animalisables pour suffire pleinement à sa restauration; il pourrait se nourrir mieux de légumes; mais ce régime suppose des arts qui n'ont pu venir qu'à la suite des siècles.

Les premières armes durent être des branches d'arbres, et plus tard on eut des arcs et des flèches.

Il est très digne de remarque que partout où on a trouvé l'homme, sous tous les climats, à toutes les latitudes, on l'a toujours trouvé armé d'arcs et de flèches. Cette uniformité est difficile à expliquer. On ne voit pas comment la même série d'idées s'est présentée à des individus soumis à des circonstances si différentes; elle doit provenir d'une cause qui s'est cachée derrière le rideau des âges.

La chair crue n'a qu'un inconvénient; c'est de s'attacher aux dents par sa viscosité; à cela près, elle n'est point désagréable au goût. Assaisonnée d'un peu de sel, elle se digère très bien, et doit être plus nourrissante que toute autre.

«Mein God, me disait, en 1815, un capitaine de Croates à qui je donnais à dîner, il ne faut pas tant d'apprêts pour faire bonne chère. Quand nous sommes en campagne et que nous avons faim, nous abattons la première bête qui nous tombe sous la main; nous en coupons un morceau bien charnu, nous le saupoudrons d'un peu de sel, que nous avons toujours dans la sabre-tasche 44; nous le mettons sous la selle, sur le dos du cheval; nous donnons un temps de galop, et (faisant le mouvement d'un homme qui déchire à belles dents) gnian, gnian, gnian, nous nous régalons comme des princes.»

Note 44: (retour) La sabre-tasche, ou poche de sabre, est cette espèce de sac écussonné qui est suspendu au baudrier d'où pend le sabre des troupes légères; elle joue un grand rôle dans les contes que les soldats font entre eux. Quand les chasseurs du Dauphiné vont à la chasse dans le mois de septembre, ils sont également pourvus de poivre et de sel. S'ils tuent un becfigue de haute graisse, ils le plument, l'assaisonnent, le portent quelque temps sur leurs chapeaux et le mangent. Ils assurent que cet oiseau ainsi traité est encore meilleur que rôti.

D'ailleurs, si nos trisaïeux mangeaient leurs aliments crus, nous n'en avons pas tout-à-fait perdu l'habitude. Les palais les plus délicats s'arrangent très bien des saucissons d'Arles, des mortadelles, du boeuf fumé d'Hambourg, des anchois, des harengs secs, et d'autres pareils, qui n'ont pas passé par le feu et qui n'en réveillent pas moins l'appétit.

Découverte du feu.

125.--Après qu'on se fut régalé assez longtemps à la manière des Croates, on découvrit le feu; et ce fut encore un hasard; car le feu n'existe pas spontanément sur la terre; les habitants des îles Mariannes ne le connaissaient pas.

Cuisson.

126.

E feu une fois connu, l'instinct de perfectionnement fit qu'on en approcha les viandes, d'abord pour les sécher, et ensuite on les mit sur des charbons pour les cuire.

La viande ainsi traitée, fut trouvée bien meilleure, elle prend plus de consistance, se mâche avec beaucoup plus de facilité, et l'osmazôme, en se rissolant, s'aromatise et lui donne un parfum qui n'a pas cessé de nous plaire.

Cependant on vint à s'apercevoir que la viande cuite sur les charbons n'est pas exempte de souillure; car elle entraîne toujours avec elle quelques parties de cendre ou de charbon dont on la débarrasse difficilement. On remédia à cet inconvénient en la perçant avec des broches qu'on mettait au-dessus des charbons ardents, en les appuyant sur des pierres d'une hauteur convenable.

C'est ainsi qu'on parvint aux grillades, préparation aussi simple que savoureuse, car toute viande grillée est de haut goût, parce qu'elle se fume en partie.

Les choses n'étaient pas beaucoup plus avancées du temps d'Homère; et j'espère qu'on verra ici avec plaisir la manière dont Achille reçut dans sa tente trois des plus considérables d'entre les Grecs, dont l'un était roi.

Je dédie aux dames la narration que j'en vais faire, parce qu'Achille était le plus beau des Grecs, et que sa fierté ne l'empêcha pas de pleurer quand on lui enleva Briséis; c'est aussi pour elles que je choisis la traduction élégante de M. Dugas-Montbel, auteur doux, complaisant, et assez gourmand pour un helléniste:

Majorem jam crateram, Moenetii fili, appone,

Meraciùsque misce, poculum autem para unicuique;

Charissimi enim isti viri meo sub tecto.

Sic dixit: Patroclus dilecto obedivit socio;

Sed cacabum ingentem posuit ad ignis jubar;

Tergum in ipso posuit ovis et pinguis capræ.

Apposuit et suis saginati scapulam abundantem pinguedine.

Huic tenebat carnes Automedon, secabatque nobilis Achilles,

Eas quidem minute secabat, et verubus afligebat.

Ignem Moenetiades accendebat magnum, deo similis vir;

Sed postquam ignis deflagravit, et fiamma exstincta est,

Prunas sternens, verua desuper extendit.

Inspersit autem sale cacro, a lapidibus elevans.

At postquam assavit et in mensas culinarias fudit,

Patroclus quidem, panem accipiens, distribuit in mensas

Pulchris in canistris, sed carnem distribuit Achilles.

Ipse autem adversus sedit Ulyssi divino,

Ad parietem alterum. Diis autem sacrificare jussit

Patroclum suum socium. Is in ignem jecit libamenta.

Hi in cibos paratos appositos manus immiserunt;

Sed postquam potûs et cibi desiderium exemerunt,

Innuit Ajax Phoenici: intellexit autem divinus Ulysses,

Implensque vino poculum, propinavit Achilli 45, etc.

II. ix, 202.

Note 45: (retour) Je n'ai pas copié le texte original, que peu de personnes auraient entendu: mais j'ai cru devoir donner la version latine, parce que cette langue, plus répandue, se moulant parfaitement sur le grec, se prête mieux aux détails et à la simplicité de ce repas héroïque. «Aussitôt Patrocle obéit aux ordres de son compagnon fidèle. Cependant Achille approche de la flamme étincelante un vase qui renferme les épaules d'une brebis, d'une chèvre grasse; et le large dos d'un porc succulent. Automédon tient les viandes que coupe le divin Achille; celui-ci les divise en morceaux, et les perce avec des pointes de fer.


«Patrocle, semblable aux immortels, allume un grand feu. Dès que le bois consumé ne jette plus qu'une flamme languissante, il pose sur le brasier deux longs dards soutenus par deux fortes pierres, et répand le sel sacré.

«Quand les viandes sont prêtes, que le festin est dressé, Patrocle distribue le pain autour de la table dans de riches corbeilles; mais Achille veut lui-même servir les viandes. Ensuite il se place vis-à-vis d'Ulysse, à l'autre extrémité de la table, et commande à son compagnon de sacrifier aux dieux.

«Patrocle jette dans les flammes les prémices du repas, et tous portent bientôt les mains vers les mets qu'on leur a servis et préparés. Lorsque dans l'abondance des festins ils ont chassé la faim et la soif, Ajax fait un signe à Phénix; Ulysse l'aperçoit, il remplit de vin sa large coupe, et s'adressant au héros: Salut, Achille, dit-il...»

Ainsi, un roi, un fils de roi, et trois généraux grecs, dînèrent fort bien avec du pain, du vin et de la viande grillée.

Il faut croire que si Achille et Patrocle s'occupèrent eux-mêmes des apprêts du festin, c'était par extraordinaire, et pour honorer d'autant plus les hôtes distingués dont ils recevaient la visite; car ordinairement les soins de la cuisine étaient abandonnés aux esclaves et aux femmes: c'est ce qu'Homère nous apprend encore en s'occupant, dans l'Odyssée, des repas des poursuivants.

On regardait alors les entrailles des animaux farcies de sang et de graisse comme un mets très distingué (c'était du boudin).

À cette époque, et sans doute longtemps auparavant, la poésie et la musique s'étaient associées aux délices des repas. Des chantres vénérés célébraient les merveilles de la nature, les amours des dieux et les hauts faits des guerriers; ils exerçaient une espèce de sacerdoce, et il est probable que le divin Homère lui-même était issu de quelques-uns de ces hommes favorisés du ciel; il ne se fût point élevé si haut si ses études poétiques n'avaient pas commencé dès son enfance.

Madame Dacier remarque qu'Homère ne parle de viande bouillie en aucun endroit de ses ouvrages. Les Hébreux étaient plus avancés, à cause du séjour qu'ils avaient fait en Égypte; ils avaient des vaisseaux qui allaient sur le feu; et c'est dans un vase pareil que fut faite la soupe que Jacob vendit si cher à son frère Ésaü.

Il est véritablement difficile de deviner comment l'homme est parvenu à travailler les métaux; ce fut, dit-on, Tubal-Caïn qui s'en occupa le premier.

Dans l'état actuel de nos connaissances, des métaux nous servent à traiter d'autres métaux; nous les assujettissions avec des pinces en fer, nous les forgeons avec des marteaux de fer; nous les taillons avec des limes d'acier; mais je n'ai encore trouvé personne qui ait pu m'expliquer comment fut faite la première pince et forgé le premier marteau.

Festins des Orientaux.--Des Grecs.

127.

A cuisine fit de grands progrès quand on eut, soit en airain, soit en poterie, des vases qui résistèrent au feu. On put assaisonner les viandes, faire cuire les légumes; on eut du bouillon, du jus, des gelées; toutes ces choses se suivent et se soutiennent.

Les livres les plus anciens qui nous restent font mention honorable des festins des rois d'Orient. Il n'est pas difficile de croire que des monarques qui régnaient sur des pays si fertiles en toutes choses, et surtout en épiceries et en parfums, eussent des tables somptueuses; mais les détails nous manquent. On sait seulement que Cadmus, qui apporta l'écriture en Grèce, avait été cuisinier du roi de Sidon.

Ce fut chez ces peuples voluptueux et mous que s'introduisit la coutume d'entourer de lits les tables des festins, et de manger couchés.

Ce raffinement, qui tient de la faiblesse, ne fut pas partout également bien reçu. Les peuples qui faisaient un cas particulier de la force et du courage, ceux chez qui la frugalité était une vertu, le repoussèrent longtemps; mais il fut adopté à Athènes, et cet usage fut longtemps général dans le monde civilisé.

La cuisine et ses douceurs furent en grande faveur chez les Athéniens, peuple élégant et avide de nouveautés: les rois, les particuliers riches, les poètes, les savants, donnèrent l'exemple, et les philosophes eux-mêmes ne crurent pas devoir se refuser à des jouissances puisées au sein de la nature.

Après ce qu'on lit dans les anciens auteurs, on ne peut pas douter que leurs festins ne fussent de véritables fêtes.

La chasse, la pêche et le commerce leur procuraient une grande partie des objets qui passent encore pour excellents, et la concurrence les avait fait monter à un prix excessif.

Tous les arts concouraient à l'ornement de leurs tables, autour desquelles les convives se rangeaient, couchés sur des lits couverts de riches tapis de pourpre.

On se faisait une étude de donner encore plus de prix à la bonne chère par une conversation agréable, et les propos de table devinrent une science.

Les chants, qui avaient lieu vers le troisième service, perdirent leur sévérité antique; ils ne furent plus exclusivement employés à célébrer les dieux, les héros et les faits historiques: on chanta l'amitié, le plaisir et l'amour, avec une douceur et une harmonie auxquelles nos langues sèches et dures ne pourront jamais atteindre.

Les vins de la Grèce, que nous trouvons encore excellents, avaient été examinés et classés par les gourmets, à commencer par les plus doux jusqu'aux plus fumeux; dans certains repas, on en parcourait l'échelle tout entière, et, au contraire de ce qui se passe aujourd'hui, les verres grandissaient en raison de la bonté du vin qui y était versé.

Les plus jolies femmes venaient encore embellir ces réunions voluptueuse: des danses, des jeux et des divertissements de toute espèce prolongeaient les plaisirs de la soirée. On respirait la volupté par tous les pores; et plus d'un Aristippe, arrivé sous la bannière de Platon, fit retraite sous celle d'Épicure.


Les savants s'empressèrent à l'envi d'écrire sur un art qui procurait de si douces jouissances. Platon, Athénée et plusieurs autres nous ont conservé leurs noms. Mais hélas! leurs ouvrages sont perdus; et s'il faut surtout en regretter quelqu'un, ce doit être la Gastronomie d'Achestrade, qui fut l'ami d'un des fils de Périclès.

«Ce grand écrivain, dit Théotime, avait parcouru les terres et les mers pour connaître par lui-même ce qu'elles produisent de meilleur. Il s'instruisait dans ses voyages, non des moeurs des peuples, puisqu'il est impossible de les changer; mais il entrait dans les laboratoires où se préparent les délices de la table, et il n'eut de commerce qu'avec les hommes utiles à ses plaisirs. Son poème est un trésor de science, et ne contient un vers qui ne soit un précepte.»

Tel fut l'état de la cuisine en Grèce; et il se soutint ainsi jusqu'au moment où une poignée d'hommes, qui étaient venus s'établir sur les bords du Tibre, étendit sa domination sur les peuples voisins, et finit par envahir le monde.

Festins des Romains.

128.--La bonne chère fut inconnue aux Romains tant qu'ils ne combattirent que pour assurer leur indépendance ou pour subjuguer leurs voisins, tout aussi pauvres qu'eux. Alors leurs généraux conduisaient la charrue, vivaient de légumes, etc. Les historiens frugivores ne manquent pas de louer ces temps primitifs, où la frugalité était alors en grand honneur. Mais quand leurs conquêtes se furent étendues en Afrique, en Sicile et en Grèce; quand ils se furent régalés aux dépens des vaincus dans des pays où la civilisation était plus avancée, ils emportèrent à Rome des préparations qui les avaient charmés chez les étrangers, et tout porte à croire qu'elles y furent bien reçues.

Les Romains avaient envoyé à Athènes une députation pour en rapporter les lois de Solon; ils y allaient encore pour étudier les belles-lettres et la philosophie. Tout en polissant leurs moeurs, ils connurent les délices des festins; et les cuisiniers arrivèrent à Rome avec les orateurs, les philosophes, les rhéteurs et les poètes.

Avec le temps et la série de succès qui firent affluer à Rome toutes les richesses de l'univers, le luxe de la table fut poussé à un point presque incroyable.

On goûta de tout, depuis la cigale jusqu'à l'autruche, depuis le loir jusqu'au sanglier 46; tout ce qui put piquer le goût fut essayé comme assaisonnement ou employé comme tel, des substances dont nous ne pouvons pas concevoir l'usage, comme l'assa fetida, la rue, etc.

Note 46: (retour) Glires fabsi.--Glires isicio porcino, item pulpis ex omni glirium membro tritis, cum pipere, nucleis, lasere, liquamine, farcies glires, et sutos in tegulâ positos, mittes in furnum, an farsos in clibano coques. Les loirs passaient pour un mets délicat: on apportait quelquefois des balances sur la table pour en vérifier le poids. On connaît cette épigramme de Martial, au sujet des loirs, xiii, 59.

Tota mihi dormitur hiems, et pinguior illo

Tempore sum, quo me nil nisi somnus alit.

Lister, médecin gourmand d'une reine très gourmande (la reine Anne), s'occupant des avantages qu'on peut tirer pour la cuisine de l'usage des balances, observe que si douze alouettes ne pèsent point douze onces, elles sont à peine mangeables, qu'elles sont passables si elles pèsent douze onces, mais que si elles pèsent treize onces, elles sont grasses et excellentes.

L'univers connu fut mis à contribution par les armées et les voyageurs. On apporta d'Afrique les pintades et les truffes, les lapins d'Espagne, les faisans de la Grèce, où ils étaient venus des bords du Phase, et les paons de l'extrémité de l'Asie.

Les plus considérables d'entre les Romains se firent gloire d'avoir de beaux jardins où ils firent cultiver non-seulement les fruits anciennement connus, tels que les poires, les pommes, les figues, le raisin, mais encore ceux qui furent apportés de divers pays, savoir: l'abricot d'Arménie, la pèche de Perse, le coing de Sidon, la framboise des vallées du mont Ida, et la cerise, conquête de Lucullus dans le royaume de Pont. Ces importations, qui eurent nécessairement lieu dans des circonstances très diverses, prouvent du moins que l'impulsion était générale, et que chacun se faisait une gloire et un devoir de contribuer aux jouissances du peuple-roi.

Parmi les comestibles, le poisson fut surtout un objet de luxe. Il s'établit des préférences en faveur de certaines espèces, et ces préférences augmentaient quand la pêche avait eu lieu dans certains parages. Le poisson des contrées éloignées fut apporté dans des vases pleins de miel, et quand les individus dépassèrent la grandeur ordinaire, ils furent vendus à des prix considérables, par la concurrence qui s'établissait entre des consommateurs, dont quelques-uns étaient plus riches que des rois.

Les boissons ne furent pas l'objet d'une attention moins suivie et de soins moins attentifs. Les vins de Grèce, de Sicile et d'Italie firent les délices des Romains; et comme ils tiraient leur prix soit du canton, soit de l'année où ils avaient été produits, une espèce d'acte de naissance était inscrit sur chaque amphore.

O nata mecum consule Manlio.

Horace.

Ce ne fut pas tout. Par une suite de cet instinct d'exaltation que nous avons déjà indiqué, on s'appliqua à rendre les vins plus piquants et plus parfumés; on y fit infuser des fleurs, des aromates, les drogues de diverses espèces, et les préparations que les auteurs contemporains nous ont transmises sous le nom de condita, devaient brûler la bouche et violemment irriter l'estomac.

C'est ainsi que déjà, à cette époque, les Romains rêvaient l'alcool, qui n'a été découvert qu'après plus de quinze siècles.

Mais c'est surtout vers les accessoires des repas que ce luxe gigantesque se portait avec plus de ferveur.

Tous les meubles nécessaires pour les festins furent faits avec recherche, soit pour la matière, soit pour la main-d'oeuvre. Le nombre des services augmenta graduellement jusques et passé vingt, et à chaque service on enlevait tout ce qui avait été employé aux services précédents.

Des esclaves étaient spécialement attachés à chaque fonction conviviale, et ces fonctions étaient minutieusement distinguées. Les parfums les plus distingués embaumaient la salle du festin. Des espèces de hérauts proclamaient le mérite des mets dignes d'une attention spéciale; ils annonçaient les titres qu'ils avaient à cette espèce d'ovation; enfin on n'oubliait rien de ce qui pouvait aiguiser l'appétit, soutenir l'attention et prolonger les jouissances.

Ce luxe avait aussi ses aberrations et ses bizarreries. Tels étaient ces festins où les poissons et les oiseaux servis se comptaient par milliers, et ces mets qui n'avaient d'autre mérite que d'avoir coûté cher, tel que ce plat composé de la cervelle de cinq cents autruches;, et cet autre où l'on voyait les langues de cinq mille oiseaux qui tous avaient parlé.

D'après ce qui précède, il me semble qu'on peut facilement se rendre compte des sommes considérables que Lucullus dépensait à sa table et de la cherté des festins qu'il donnait dans le salon d'Apollon, où il était d'étiquette d'épuiser tous les moyens connus pour flatter la sensualité de ses convives.

Résurrection de Lucullus.

129.

ES jours de gloire pourraient renaître sous nos yeux, et pour en renouveler les merveilles il ne nous manque qu'un Lucullus. Supposons donc qu'un homme connu pour être puissamment riche voulût célébrer un grand événement politique ou financier, et donner à cette occasion une fête mémorable, sans s'inquiéter de ce qu'il en coûterait.

Supposons qu'il appelle tous les arts pour orner le lieu de la fête dans ses diverses parties, et qu'il ordonne aux préparateurs d'employer pour la bonne chère toutes les ressources de l'art, et d'abreuver les convives avec ce que les caveaux contiennent de plus distingué;

Qu'il fasse représenter pour eux, en ce dîner solennel, deux pièces jouées par les meilleurs acteurs;

Que, pendant le repas, la musique se fasse entendre, exécutée par les artistes les plus renommés, tant pour les voix que pour les instruments;

Qu'il ait fait préparer, pour entr'actes, entre le dîner et le café, un ballet dansé dans tout ce que l'Opéra a de plus léger et de plus joli;

Que la soirée se termine par un bal qui rassemble deux cents femmes choisies parmi les plus belles, et quatre cents danseurs choisis parmi les plus élégants;

Que le buffet soit constamment garni de ce qu'on connaît de mieux en boissons chaudes, fraîches et glacées;

Que, vers le milieu de la nuit, une collation savante vienne rendre à tous une vigueur nouvelle;

Que les servants soient beaux et bien vêtus, l'illumination parfaite; et, pour ne rien oublier, que l'amphitryon se soit chargé d'envoyer chercher et de reconduire commodément tout le monde.

Cette fête ayant été bien entendue, bien ordonnée, bien soignée et bien conduite, tous ceux qui connaissent Paris, conviendront avec moi qu'il y aurait dans les mémoires du lendemain de quoi faire trembler le caissier même de Lucullus.

En indiquant ce qu'il faudrait faire aujourd'hui pour imiter les fêtes de ce Romain magnifique, j'ai suffisamment appris au lecteur ce qui se pratiquait alors pour les accessoires obligés des repas, où l'on ne manquait pas de faire intervenir les comédiens, les chanteurs, les mimes, les grimes, et tout ce qui peut contribuer à augmenter la joie des personnes qui n'ont été convoquées que dans le but de se divertir.

Ce qu'on avait fait chez les Athéniens, ensuite chez les Romains, plus tard chez nous dans le moyen âge, et enfin de nos jours, prend sa source dans la nature de l'homme, qui cherche avec impatience la fin de la carrière où il est entré, et dans certaine inquiétude qui le tourmente tant que la somme totale de vie dont il peut disposer n'est pas entièrement occupée.

Lectisternium et Incubitatium.

130.

OMME les Athéniens, les Romains mangeaient couchés; mais ils n'y arrivèrent que par une voie en quelque façon détournée.

Ils se servirent d'abord des lits pour les repas sacrés qu'on offrait aux dieux; les premiers magistrats et les hommes puissants en adoptèrent ensuite l'usage, et en peu de temps il devint général et s'est conservé jusque vers le commencement du quatrième siècle de l'ère chrétienne.

Ces lits, qui n'étaient d'abord que des espèces de bancs rembourrés de paille et recouverts de peaux, participèrent bientôt au luxe qui envahit tout ce qui avait rapport aux festins. Ils furent faits des bois les plus précieux, incrustés d'ivoire, d'or, et quelquefois de pierreries; ils furent formés de coussins d'une mollesse recherchée, et les tapis qui les recouvraient furent ornés de magnifiques broderies.

On se couchait sur le côté gauche, appuyé sur le coude; et ordinairement le même lit recevait trois personnes.

Cette manière de se tenir à table, que les Romains appelaient lectisternium, était-elle plus commode, était-elle plus favorable que celle que nous avons adoptée, ou plutôt reprise? Je ne le crois pas.

Physiquement envisagée, l'incubitation exige un certain déploiement de forces pour garder l'équilibre, et ce n'est pas sans quelque douleur que le poids d'une partie du corps porte sur l'articulation du bras.

Sous le rapport physiologique, il y a bien aussi quelque chose à dire: l'imbuccation se fait d'une manière moins naturelle; les aliments coulent avec plus de peine et se tassent moins dans l'estomac.

L'ingestion des liquides ou l'action de boire était surtout bien plus difficile encore; elle devait exiger une attention particulière pour ne pas répandre mal à propos le vin contenu dans ces larges coupes qui brillaient sur la table des grands; et c'est sans doute pendant le règne du lectisternium qu'est né le proverbe qui dit que de la coupe à la bouche il y a souvent bien du vin perdu.

Il ne devait pas être plus facile de manger proprement, quand on mangeait couché, surtout si l'on fait attention que plusieurs des convives portaient la barbe longue, et qu'on se servait des doigts, ou tout au plus du couteau, pour porter les morceaux à la bouche, car l'usage des fourchettes est moderne; on n'en a point trouvé dans les ruines d'Herculanum, où l'on a cependant trouvé beaucoup de cuillers.

Il faut croire aussi qu'il se faisait par-ci par-là quelques outrages à la pudeur, dans des repas où l'on dépassait fréquemment les bornes de la tempérance, sur des lits où les deux sexes étaient mêlés, et où il n'était pas rare de voir une partie des convives endormie.

Nam pransus jaceo, et satur supinus

Pertundo tunicamque, palliumque.

Aussi c'est la morale qui réclama la première.

Dès que la religion chrétienne, échappée aux persécutions qui ensanglantèrent son berceau, eut acquis quelque influence, ses ministres élevèrent la voix contre les excès de l'intempérance. Ils se récrièrent contre la longueur des repas, où l'on violait tous leurs préceptes en s'entourant de toutes les voluptés. Voués par choix à un régime austère, ils placèrent la gourmandise parmi les péchés capitaux, critiquèrent amèrement la promiscuité des sexes, et attaquèrent surtout l'usage de manger sur des lits, usage qui leur parut le résultat d'une mollesse coupable et la cause principale des abus qu'ils déploraient.

Leur voie menaçante fut entendue: les lits cessèrent d'orner la salle des festins, on revint à l'ancienne manière de manger en état de session; et par un rare bonheur, cette forme, ordonnée par la morale; n'a point tourné au détriment du plaisir.

Poésie.

131.--À l'époque dont nous nous occupons, la poésie conviviale subit une modification nouvelle, et prit, dans la bouche d'Horace, de Tibulle, et autres auteurs à peu près contemporains, une langueur et une mollesse que les Muses grecques ne connaissaient pas.

Dulce ridentem Lalagem amabo,

Dulce loquentem.

Hor.

Quaeris quot mibi batiationes

Tuae, Lesbia, sint satis superque.

Cat.

Pande, puella, pande capillulos

Flavos, lucentes ut aurum nitidum.

Pande, puella, collum candidum

Productum bene candidis humeris.

Gallus.

Irruption des barbares.

132.

ES cinq ou six siècles que nous venons de parcourir en un petit nombre de pages furent les beaux temps pour la cuisine, ainsi que pour ceux qui l'aiment et la cultivent; mais l'arrivée, ou plutôt l'irruption des peuples du Nord, changea tout, bouleversa tout; et ces jours de gloire furent suivis d'une longue et terrible obscurité.

À l'apparition de ces étrangers, l'art alimentaire disparut avec les autres sciences dont il est le compagnon et le consolateur. La plupart des cuisiniers furent massacrés dans les palais qu'ils desservaient; les autres s'enfuirent pour ne pas régaler les oppresseurs de leur pays; et le petit nombre qui vint offrir ses services eut la honte de les voir refuser. Ces bouches féroces, ces gosiers brûlés, étaient insensibles aux douceurs d'une chère délicate. D'énormes quartiers de viande et de venaison, des quantités incommensurables des plus fortes boissons, suffisaient pour les charmer; et comme les usurpateurs étaient toujours armés, la plupart de ces repas dégénéraient en orgies, et la salle des festins vit souvent couler le sang.

Cependant il est dans la nature des choses que ce qui est excessif ne dure pas. Les vainqueurs se lassèrent enfin d'être cruels; ils s'allièrent avec les vaincus, prirent une teinte de civilisation, et commencèrent à connaître les douceurs de la vie sociale.

Les repas se ressentirent de cet adoucissement. On invita ses amis moins pour les repaître que pour les régaler; les autres s'aperçurent qu'on faisait quelques efforts pour leur plaire; une joie plus décente les anima, et les devoirs de l'hospitalité eurent quelque chose de plus affectueux.

Ces améliorations, qui auraient eu lieu vers le cinquième siècle de notre ère devinrent plus remarquables sous Charlemagne; et on voit, par ses capitulaires, que ce grand roi se donnait des soins personnels pour que ses domaines pussent fournir au luxe de sa table.


Sous ce prince et sous ses successeurs, les fêtes prirent une tournure à la foi galante et chevaleresque; les dames vinrent embellir la cour; elles distribuèrent le prix de la valeur; et l'on vit le faisan aux pattes dorées et le paon à la queue épanouie portés sur les tables des princes par des pages chamarrés d'or, et par de gentes pucelles chez qui l'innocence n'excluait pas toujours le désir de plaire.

Remarquons bien que ce fut pour la troisième fois que les femmes, séquestrées chez les Grecs, chez les Romains et chez les Francs, furent appelées à faire l'ornement de leurs banquets. Les Ottomans ont seuls résisté à l'appel; mais d'effroyables tempêtes menacent ce peuple insociable, et trente ans ne s'écouleront pas sans que la voix puissante du canon ait proclamé l'émancipation des odalisques.

Le mouvement une fois imprimé a été transmis jusqu'à nous, en recevant une forte progression par le choc des générations.

Les femmes, même les plus titrées, s'occupèrent, dans l'intérieur de leurs maisons, de la préparation des aliments, qu'elles regardèrent comme faisant partie des soins de l'hospitalité, qui avait encore lieu en France vers la fin du dix-septième siècle.

Sous leurs jolies mains les aliments subirent quelquefois des métamorphoses singulières: l'anguille eut le dard du serpent, le lièvre les oreilles d'un chat, et autres joyeusetés pareilles. Elles firent grand usage des épices que les Vénitiens commencerait à tirer de l'Orient, ainsi que des eaux parfumées qui étaient fournies par les Arabes, de sorte que le poisson fut quelquefois cuit à l'eau de rose. Le luxe de la table consistait surtout dans l'abondance des mets; et les choses allèrent si loin, que nos rois se crurent obligés d'y mettre un frein par des lois somptuaires qui eurent le même sort que celles rendues en pareille matière par les législateurs grecs et romains. On en rit, on les éluda, on les oublia, et elles ne restèrent dans les livres que comme monuments historiques.

On continua donc à faire bonne chère tant qu'on put, et surtout dans les abbayes, couvents et moutiers, parce que les richesses affectées à ces établissements étaient moins exposées aux chances et aux dangers des guerres intérieures qui ont si longtemps désolé la France.

Étant bien certain que les dames françaises se sont toujours plus ou moins mêlées de ce qui se faisait dans leurs cuisine, on doit en conclure que c'est à leur intervention qu'est due la prééminence indisputable qu'a toujours eue en Europe la cuisine française, et qu'elle a principalement acquise par une quantité immense, de préparations recherchées, légères et friandes, dont les femmes seules ont pu concevoir l'idée.

J'ai dit qu'on faisait bonne chère tant qu'on pouvait; mais on ne pouvait pas toujours. Le souper de nos rois eux-mêmes était quelquefois abandonné au hasard. On sait qu'il ne fut pas toujours assuré pendant les troubles civils; et Henri IV eût fait un soir un bien maigre repas, s'il n'eût eu le bon esprit d'admettre à sa table le bourgeois possesseur heureux de la seule dinde qui existât dans une ville où le roi devait passer la nuit.

Cependant la science avançait insensiblement: les chevaliers croisés la dotèrent de l'échalote arrachée aux plaines d'Ascalon; le persil fut importé d'Italie; et longtemps avant Louis IX, les charcutiers et saucisseurs avaient fondé sur la manipulation du porc un espoir de fortune dont nous avons eu sous les yeux de mémorables exemples.

Les pâtissiers n'eurent pas moins de succès; et les produits de leur industrie figuraient honorablement dans tous les festins. Dès avant Charles IX ils formaient une corporation considérable; et ce prince leur donna des statuts où l'on remarque le privilège de fabriquer le pain à chanter messe.

Vers le milieu du dix-septième siècle, les Hollandais apportèrent le café en Europe 47. Soliman Aga, ce Turc puissant dont raffolèrent nos trisaïeules, leur en fit prendre les premières tasses en 1660; un Américain en vendit publiquement à la foire de Saint-Germain en 1670; et la rue Saint-André-des-Arcs eut le premier café orné de glaces et de tables de marbre, à peu près comme on le voit de nos jours.

Note 47: (retour) Parmi les Européens, les Hollandais furent les premiers qui tirèrent d'Arabie des plants du caféier, qu'ils transportèrent à Batavia, et qu'ils apportèrent ensuite en Europe. M. de Reissout, lieutenant-général d'artillerie, en fit venir un pied d'Amsterdam, et en fit cadeau au Jardin du roi: c'est le premier qu'on ait vu à Paris. Cet arbre, dont M. Jussieu a fait la description, avait, en 1613, un pouce de diamètre et cinq pieds de hauteur: le fruit est fort joli, et ressemble un peu à une cerise.

Alors aussi le sucre commença à poindre 48; et Scarron, en se plaignant de ce que sa soeur avait, par avarice, fait rétrécir les trous de son sucrier, nous a du moins appris que de son temps ce meuble était usuel.

Note 48: (retour) Quoi qu'ait dit Lucrèce les anciens ne connurent pas le sucre. Le sucre est un produit de l'art; et sans la cristallisation, la canne ne donnerait qu'une boisson fade et sans utilité. C'est encore dans le dix-septième siècle que l'usage de l'eau-de-vie commença à se répandre. La distillation, dont la première idée avait été apportée par les croisés, était jusque-là demeurée un arcane qui n'était connu que d'un petit nombre d'adeptes. Vers le commencement du règne de Louis XIV, les alambics commencèrent à devenir communs, mais ce n'est que sous Louis XV que cette boisson est devenue vraiment populaire; et ce n'est que depuis peu d'années que de tâtonnements en tâtonnements on est venu à obtenir de l'alcool en une seule opération.

C'est encore vers la même époque qu'on commença à user du tabac; de sorte que le sucre, le café, l'eau-de-vie et le tabac, ces quatre objets si importants, soit au commerce, soit à la richesse fiscale, ont à peine deux siècles de date.

Siècle de Louis XIV et de Louis XV.

133.

E fut sous ces auspices que commença le siècle de Louis XIV; et sous ce règne brillant la science des festins obéit à l'impulsion progressive qui fit avancer toutes les autres sciences.

On a point encore perdu la mémoire de ces fêtes qui firent accourir toute l'Europe, ni de ces tournois où brillèrent pour la dernière fois les lances que la baïonnette a si énergiquement remplacées, et ces armures chevaleresques, faibles ressources contre la brutalité du canon.

Toutes ces fêtes se terminaient par de somptueux banquets, qui en étaient comme le couronnement; car telle est la constitution de l'homme, qu'il ne peut point être tout-à-fait heureux quand son goût n'a point été gratifié; et ce besoin impérieux a soumis jusqu'à la grammaire, tellement que, pour exprimer qu'une chose a été faite avec perfection, nous disons qu'elle a été faite avec goût.

Par une conséquence nécessaire, les hommes qui présidèrent aux préparations de ces festins devinrent des hommes considérables, et ce ne fut pas sans raison; car ils durent réunir bien des qualités diverses, c'est-à-dire le génie pour inventer, le savoir pour disposer, le jugement pour proportionner, la sagacité pour découvrir, la fermeté pour se faire obéir, et l'exactitude pour ne pas faire attendre.

Ce fut dans ces grandes occasions que commença à se déployer la magnificence des surtouts, art nouveau qui, réunissant la peinture et la sculpture, présente à l'oeil un tableau agréable et quelquefois un site approprié à la circonstance ou au héros de la fête.

C'était là le grand et même le gigantesque de l'art du cuisinier; mais bientôt des réunions moins nombreuses et des repas plus fins exigèrent une attention plus raisonnée et des soins plus minutieux.

Ce fut au petit couvert, dans le salon des favorites, et aux soupers fins des courtisans et des financiers, que les artistes firent admirer leur savoir, et, animés d'une louable émulation, cherchèrent à se surpasser les uns les autres.

Sur la fin de ce règne, le nom des cuisiniers les plus fameux était presque toujours annexé à celui de leurs patrons: ces derniers en tiraient vanité. Ces deux mérites s'unissaient; et les noms les plus glorieux figurèrent dans les livres de cuisine à côté des préparations qu'ils avaient protégées, inventées ou mises au monde.

Cet amalgame a cessé de nos jours: nous ne sommes pas moins gourmands que nos ancêtres, et bien au contraire; mais nous nous inquiétons beaucoup moins du nom de celui qui règne dans les souterrains. L'applaudissement par inclination de l'oreille gauche est le seul tribut d'admiration que nous accordons à l'artiste qui nous enchante; et les restaurateurs, c'est-à-dire les cuisiniers du public, sont les seuls qui obtiennent une estime nominale qui les place promptement au rang des grands capitalistes. Utile dulci.

Ce fut pour Louis XIV qu'on apporta des Échelles du Levant l'épine d'été, qu'il appelait la bonne poire; et c'est à sa vieillesse que nous devons les liqueurs.

Ce prince éprouvait quelquefois de la faiblesse, et cette difficulté de vivre qui se manifeste souvent après l'âge de soixante ans; on unit l'eau-de-vie au sucre et aux parfums, pour lui en faire des potions qu'on appelait, suivant l'usage du temps, potions cordiales. Telle est l'origine de l'art du liquoriste.

Il est à remarquer qu'à peu près vers le même temps l'art de la cuisine florissait à la cour d'Angleterre. La reine Anne était très gourmande; elle ne dédaignait pas de s'entretenir avec son cuisinier, et les dispensaires anglais contiennent beaucoup de préparations désignées (after queen's Ann fashion) à la manière de la reine Anne.

La science, qui était restée stationnaire pendant la domination de madame de Maintenon, continua sa marche ascensionnelle sous la régence.

Le duc d'Orléans, prince spirituel et digne d'avoir des amis, partageait avec eux des repas aussi fins que bien entendus. Des renseignements certains m'ont appris qu'on y distinguait surtout des piqués d'une finesse extrême, des matelotes aussi appétissantes qu'au bord de l'eau, et des dindes glorieusement truffées.

Des dindes truffées!!! dont la réputation et le prix vont toujours croissant! Astres bénins dont l'apparition fait scintiller, radier et tripudier les gourmands de toutes les catégories.

Le règne de Louis XV ne fut pas moins favorable à l'art alimentaire. Dix-huit ans de paix guérirent sans peine toutes les plaies qu'avaient faites plus de soixante ans de guerre; les richesses créées par l'industrie, et répandues par le commerce ou acquises par les traitants, firent disparaître l'inégalité des fortunes, et l'esprit de convivialité se répandit dans toutes les classes de la société.


C'est à dater de cette époque 49 qu'on a établi généralement dans tous les repas plus d'ordre, de propreté, d'élégance, et ces divers raffinements qui, ayant toujours été en augmentant jusqu'à nos jours, menacent maintenant de dépasser toutes les limites et de nous conduire au ridicule.

Note 49: (retour) D'après les informations que j'ai prises auprès des habitants de plusieurs départements, vers 1740 un dîner de dix personnes se composait comme il suit:

                             le bouilli;
    1er service...           une entrée de veau cuit dans son jus;
                             un hors d'oeuvre,
                             un dindon;
    2e service......         un plat de légumes;
                             une salade;
                             une crème (quelquefois).
                             du fromage;
    Dessert..........        du fruit;
                             un pot de confitures.

On ne changeait que trois fois d'assiettes, savoir: après le potage, au second service et au dessert.

On servait très rarement du café, mais assez souvent du ratafia de cerises ou d'oeillets, qu'on ne connaissait que depuis peu de temps.

Sous ce règne encore, les petites maisons et les femmes entretenues exigèrent des cuisiniers des efforts qui tournèrent au profit de la science.

On a de grandes facilités quand on traite une assemblée nombreuse et des appétits robustes; avec de la viande de boucherie, du gibier, de la venaison et quelques grosses pièces de poisson, on a bientôt composé un repas pour soixante personnes.

Mais pour gratifier des bouches qui ne s'ouvrent que pour minauder, pour allécher des femmes vaporeuses, pour émouvoir des estomacs de papier mâché et faire aller des efflanqués chez qui l'appétit n'est qu'une velléité toujours prête à s'éteindre, il faut plus de génie, plus de pénétration et plus de travail que pour résoudre un des plus difficiles problèmes de géométrie de l'infini.

Louis XVI.

134.

RRIVÉ maintenant au règne de Louis XVI et aux jours de la révolution, nous ne nous traînerons pas minutieusement sur les détails des changements dont nous avons été témoins; mais nous nous contenterons de signaler à grands traits les diverses améliorations qui, depuis 1774, ont eu lieu dans la science des festins. Ces améliorations ont eu pour objet la partie naturelle de l'art, ou les moeurs et institutions sociales qui s'y rattachent; et quoique ces deux ordres de choses agissent l'un sur l'autre avec une réciprocité continuelle, nous avons cru devoir, pour plus de clarté, nous en occuper séparément.

Amélioration sous le rapport de l'art.

135.

OUTES les professions dont le résultat est de préparer ou de vendre des aliments, telles que cuisiniers, traiteurs, pâtissiers, confiseurs, magasins de comestibles et autres pareils, se sont multipliées dans des proportions toujours croissantes; et ce qui prouve que cette augmentation n'a lieu que d'après des besoins réels, c'est que leur nombre n'a point nui à leur prospérité.

La physique et la chimie ont été appelées au secours de l'art alimentaire: les savants les plus distingués n'ont point cru au-dessous d'eux de s'occuper de nos premiers besoins, et ont introduit des perfectionnements depuis le simple pot-au-feu de l'ouvrier jusqu'à ces mets extractifs et transparents qui ne sont servis que dans l'or ou le cristal.

Des professions nouvelles se sont élevées; par exemple, les pâtissiers de petit four, qui sont la nuance entre les pâtissiers proprement dits et les confiseurs. Ils ont dans leurs domaines les préparations où le beurre s'unit au sucre, aux oeufs, à la fécule, telles que les biscuits, les macarons, les gâteaux parés, les meringues, et autres friandises pareilles.

L'art de conserver les aliments est aussi devenu une profession distincte, dont le but est de nous offrir dans tous les temps de l'année, les diverses substances qui sont particulières à chaque saison.

L'horticulture a fait d'immenses progrès, les serres chaudes ont mis sous nos yeux les fruits des tropiques; diverses espèces de légumes ont été acquises par la culture ou l'importation, et entre autres l'espèce de melons cantaloups qui, ne produisant que de bons fruits, donne aussi un démenti journalier au proverbe 50.

Note 50: (retour) Il faut en essayer cinquante

Avant que d'en trouver un bon.

Il paraît que les melons tels que nous les cultivons n'étaient pas connus des Romains; ce qu'ils appelaient melo et fispo n'étaient que des concombres qu'ils mangeaient avec des sauces extrêmement relevées. Apicius, De re coquinaria.

On a cultivé, importé et présenté dans un ordre régulier les vins de tous les pays: le madère qui ouvre la tranchée, les vins de France qui se partagent les services, et ceux d'Espagne et d'Afrique qui couronnent l'oeuvre.

La cuisine française s'est approprié des mets de préparation étrangère, comme le karik et le beefsteak; des assaisonnements, comme le caviar et le soy; des boissons, comme le punch, le négus et autres.

Le café est devenu populaire: le matin comme aliment, et après dîner comme boisson exhilarante et tonique. On a inventé une grande diversité de vases, ustensiles et autres accessoires, qui donnent au repas une teinte plus ou moins marquée de luxe et de festivité; de sorte que les étrangers qui arrivent à Paris trouvent sur les tables beaucoup d'objets dont ils ignorent le nom et dont ils n'osent souvent pas demander l'usage.

Et de tous ces faits on peut tirer la conclusion générale que, au moment où j'écris ces lignes, tout ce qui précède, accompagne ou suit les festins, est traité avec un ordre, une méthode et une tenue qui marquent une envie de plaire tout-à-fait aimable pour des convives.

Derniers perfectionnements.

136.

N a ressuscité du grec le mot de gastronomie; il a paru doux aux oreilles françaises; et quoiqu'à peine compris, il a suffi de le prononcer pour porter sur toutes les physionomies le sourire de l'hilarité.

On a commencé à séparer la gourmandise de la voracité et de la goinfrerie; on l'a regardée comme un penchant qu'on pouvait avouer, comme une qualité sociale, agréable à l'amphitryon, profitable au convive, utile à la science, et on a mis les gourmands à côté de tous les autres amateurs qui ont aussi un objet connu de prédilection.

Un esprit général de convivialité s'est répandu dans toutes les classes de la société; les réunions se sont multipliées, et chacun, en régalant ses amis, s'est efforcé de leur offrir ce qu'il avait remarqué de meilleur dans les zones supérieures.

Par suite du plaisir qu'on a trouvé à être ensemble, on a adopté pour le temps une division plus commode, en donnant aux affaires le temps qui s'écoule depuis le commencement du jour jusqu'à sa chute, et en destinant le surplus aux plaisirs qui accompagnent et suivent les festins.


On a institué les déjeuners à la fourchette, repas qui a un caractère particulier par les mets dont il est composé, par la gaîté qui y règne, et par la toilette négligée qui y est tolérée.

On a donné des thés, genre de comessation tout-à-fait extraordinaire, en ce que, étant offerte à des personnes qui ont bien dîné, elle ne suppose ni l'appétit ni la soif; qu'elle n'a pour but que la distraction et pour base que la friandise.

On a créé les banquets politiques, qui ont constamment eu lieu depuis trente ans toutes les fois qu'il a été nécessaire d'exercer une influence actuelle sur un grand nombre de volontés; repas qui exigent une grande chère, à laquelle on ne fait pas attention, et où le plaisir n'est compté que pour mémoire.

Enfin les restaurateurs ont paru: institution tout-à-fait nouvelle qu'on n'a point assez méditée, et dont l'effet est tel, que tout homme qui est maître de trois ou quatre pistoles peut immédiatement, infailliblement, et sans autre peine que celle de désirer, se procurer toutes les jouissances positives dont le goût est susceptible.




137.

N restaurateur est celui dont le commerce consiste à offrir au public un festin toujours prêt, et dont les mets se détaillent en portions à prix fixe, sur la demande des consommateurs.

L'établissement se nomme restaurant; celui qui le dirige est le restaurateur. On appelle simplement carte l'état nominatif des mets, avec l'indication du prix, et carte à payer la note de la quantité des mets fournis et de leur prix.

Parmi ceux qui accourent en foule chez les restaurateurs, il en est peu qui se doutent qu'il est impossible que celui qui créa le restaurant ne fût pas un homme de génie et un observateur profond.

Nous allons aider la paresse, et suivre la filiation des idées dont la succession dut amener cet établissement si usuel et si commode.

Établissement.

138.

ERS 1770, après les jours glorieux de Louis XIV, les roueries de la régence et la longue tranquillité du ministère du cardinal de Fleury, les étrangers n'avaient encore à Paris que bien peu de ressources sous le rapport de la bonne chère.

Ils étaient forcés d'avoir recours à la cuisine des aubergistes, qui était généralement mauvaise. Il existait quelques hôtels avec table d'hôte, qui, à peu d'exceptions près, n'offraient que le strict nécessaire, et qui d'ailleurs avaient une heure fixe.

On avait bien la ressource des traiteurs; mais ils ne livraient que des pièces entières, et celui qui voulait régaler quelques amis, était forcé de commander à l'avance, de sorte que ceux qui n'avaient pas le bonheur d'être invités dans quelque maison opulente, quittaient la grande ville sans connaître les ressources et les délices de la cuisine parisienne.

Un ordre de choses qui blessait des intérêts si journaliers ne pouvait pas durer, et déjà quelques penseurs rêvaient une amélioration.

Enfin il se trouva un homme de tête qui jugea qu'une cause active ne pouvait rester sans effet; que le même besoin se reproduisant chaque jour vers les mêmes heures, les consommateurs viendraient en foule là où ils seraient certains que ce besoin serait agréablement satisfait; que, si l'on détachait une aile de volaille en faveur du premier venu, il ne manquerait pas de s'en présenter un second qui se contenterait de la cuisse; que l'abscision d'une première tranche dans l'obscurité de la cuisine ne déshonorerait pas le restant de la pièce; qu'on n'en regarderait pas à une légère augmentation de paiement quand on aurait été bien, promptement et proprement servi; qu'on n'en finirait jamais dans un détail nécessairement considérable, si les convives pouvaient disputer sur le prix et la qualité des plats qu'ils auraient demandés; que d'ailleurs la variété des mets, combinée avec la fixité des prix, aurait l'avantage de pouvoir convenir à toutes les fortunes.

Cet homme pensa encore à beaucoup de choses qu'il est facile de deviner. Celui-là fut le premier restaurateur, et créa une profession qui commande à la fortune toutes les fois que celui qui l'exerça de la bonne foi, de l'ordre et de l'habileté.

Avantages des Restaurants.

139.

'ADOPTION des restaurateurs, qui de France a fait le tour de l'Europe, est d'un avantage extrême pour tous les citoyens, et d'une grande importance pour la science.

l° Par ce moyen, tout homme peut dîner à l'heure qui lui convient, d'après les circonstances où il se trouve placé par ses affaires ou ses plaisirs.


2° Il est certain de ne pas outrepasser la somme qu'il a jugé à propos de fixer pour son repas, parce qu'il sait d'avance le prix de chaque plat qui lui est servi.

3° Le compte étant une fois fait avec sa bourse, le consommateur peut, à sa volonté, faire un repas solide, délicat ou friand, l'arroser des meilleurs vins français ou étrangers, l'aromatiser de moka et le parfumer des liqueurs des deux mondes, sans autres limites que la vigueur de son appétit ou la capacité de on estomac. Le salon d'un restaurateur est l'Éden des gourmands.


4° C'est encore une chose extrêmement commode pour les voyageurs, pour les étrangers, pour ceux dont la famille réside momentanément à la campagne, et pour tous ceux, en un mot, qui n'ont point de cuisine chez eux, ou qui en sont momentanément privés.

Avant l'époque dont nous avons parlé (1770), les gens riches et puissants jouissaient presque exclusivement de deux grands avantages: ils voyageaient avec rapidité et faisaient constamment bonne chère.

L'établissement des nouvelles voitures qui font cinquante lieues en vingt-quatre heures a effacé le premier privilège; l'établissement des restaurateurs a détruit le second: par eux, la meilleure chère est devenue populaire.

Tout homme qui peut disposer de quinze à vingt francs, et qui s'assied à la table d'un restaurateur de première classe, est aussi bien et même mieux traité que s'il était à la table d'un prince; car le festin qui s'offre à lui est tout aussi splendide, et ayant en outre, tous les mets à commandement, il n'est gêné par aucune considération personnelle.

Examen du salon.

140.

E salon d'un restaurateur, examiné avec un peu de détail, offre à l'oeil scrutateur du philosophe un tableau digne de son intérêt par la variété situations qu'il rassemble.

Le fond est occupé par la foule des consommateurs solidaires, qui commandent à haute voix, attendent avec impatience, mangent avec précipitation, paient et s'en vont.

On voit des familles voyageuses qui, contentes d'un repas frugal, l'aiguisent cependant par quelques mets qui leur étaient inconnus, et paraissent jouir avec plaisir d'un spectacle tout-à-fait nouveau pour elles.

Près de là sont deux époux parisiens: on les distingue par le chapeau et le schall suspendus sur leur tête; on voit que, depuis longtemps, ils n'ont plus rien à se dire; ils ont fait la partie d'aller à quelque petit spectacle, et il y a à parier que l'un des deux y dormira.

Plus loin sont deux amants; on en juge par l'empressement de l'un, les petites mignardises de l'autre et la gourmandise de tous les deux. Le plaisir brille dans leurs yeux; et par le choix qui préside à la composition de leur repas, le présent sert à deviner de passé et à prévoir l'avenir.

Au centre est une table meublée d'habitués qui, le plus souvent, obtiennent un rabais et dînent à prix fixe. Ils connaissent par leur nom tous les garçons de salle, et ceux-ci leur indiquent en secret ce qu'il y a de plus frais et de plus nouveau; ils sont là comme un fonds de magasin, comme un centre autour duquel les groupes viennent se former, ou, pour mieux dire, comme les canards privés dont on se sert en Bretagne pour attirer les canards sauvages.

On y rencontre aussi des individus dont tout le monde connaît la figure, et dont personne ne sait le nom. Ils sont à l'aise comme chez eux, et cherchent assez souvent à engager la conversation avec leurs voisins. Ils appartiennent à quelques-unes de ces espèces qu'on ne rencontre qu'à Paris, et qui, n'ayant ni propriété, ni capitaux, ni industrie, n'en font pas moins une forte dépense.

Enfin, on aperçoit çà et là des étrangers, et surtout des Anglais; ces derniers se bourrent de viandes à portions doubles, demandent tout ce qu'il a de plus cher, boivent les vins les plus fumeux, et ne se retirent pas toujours sans aides.

On peut vérifier chaque jour l'exactitude de ce tableau; et s'il est fait pour piquer la curiosité, peut-être pourrait-il affliger la morale.

Inconvénients.

141.--Nul doute que l'occasion et la toute-puissance des objets présents n'entraînent beaucoup de personnes dans des dépenses qui excèdent leurs facultés. Peut-être les estomacs délicats lui doivent-ils quelques indigestions, et la Vénus infime quelques sacrifices intempestifs.

Mais ce qui est bien plus funeste pour l'ordre social, c'est que nous regardons comme certain que la réfection solidaire renforce l'égoïsme, habitue l'individu à ne regarder que soi, à s'isoler de tout ce qui l'entoure, à se dispenser d'égards; et par leur conduite avant, pendant et après le repas, dans la société ordinaire, il est facile de distinguer parmi les convives, ceux qui vivent habituellement chez le restaurateur 51.

Note 51: (retour) Entre autres, quand on fait courir une assiette pleine de morceaux tout découpés, ils se servent et la posent devant eux sans la passer au voisin, dont ils n'ont pas coutume de s'occuper. Émulation.

142.

OUS avons dit que l'établissement des restaurateurs avait été d'une grande importance pour l'établissement de la science.

Effectivement, dès que l'expérience a pu apprendre qu'un seul ragoût éminemment traité suffisait pour faire la fortune de l'inventeur, l'intérêt, ce puissant mobile, a allumé toutes les imaginations et mis en oeuvre tous les préparateurs.

L'analyse a découvert des parties esculentes dans des substances jusqu'ici réputées inutiles; des comestibles nouveaux ont été trouvés, les anciens ont été améliorés, les uns et les autres ont été combinés de mille manières. Les inventions étrangères ont été importées; l'univers entier a été mis à contribution, et il est tel de nos repas où l'on pourrait faire un cours complet de géographie alimentaire.

Restaurateurs à prix fixe.

143.--Tandis que l'art suivait ainsi un mouvement d'ascension, tant en découvertes qu'en cherté (car il faut toujours que la nouveauté se paie), le même motif, c'est-à-dire l'espoir du gain, lui donnait un mouvement contraire, du moins relativement à la dépense.

Quelques restaurateurs se proposèrent pour but de joindre la bonne chère à l'économie, et en se rapprochant des fortunes médiocres, qui sont nécessairement les plus nombreuses, de s'assurer ainsi de la foule des consommateurs.

Ils cherchaient dans les objets d'un prix peu élevé, ceux qu'une bonne préparation peut rendre agréables.

Ils trouvaient dans la viande de boucherie, toujours bonne à Paris, et dans le poisson de mer qui y abonde, une ressource inépuisable; et, pour complément, des légumes et des fruits, que la nouvelle culture donne toujours à bon marché. Ils calculaient ce qui est rigoureusement nécessaire pour remplir un estomac d'une capacité ordinaire et apaiser une soif non cynique.

Ils observaient qu'il est beaucoup d'objets qui ne doivent leur prix qu'à la nouveauté ou à la saison, et qui peuvent être offerts un peu plus tard et dégagés de cet obstacle; enfin, ils sont venus peu à peu à un point de précision tel, qu'en gagnant 25 ou 30 pour cent, ils ont pu donner à leurs habitués, pour deux francs, et même moins, un dîner suffisant, et dont tout homme bien né peut se contenter, puisqu'il coûterait au moins mille francs par mois pour tenir, dans une maison particulière, une table aussi bien fournie et aussi variée.

Les restaurateurs, considérés sous ce dernier point de vue, ont rendu un service signalé à cette partie intéressante de la population de toute grande ville qui se compose des étrangers, des militaires et des employés, et ils ont été conduits par leur intérêt à la solution d'un problème qui y semblait contraire, savoir: de faire bonne chère, et cependant à prix modéré, et même à bon marché.

Les restaurateurs qui ont suivi cette route n'ont pas été moins bien récompensés que leurs autres confrères: ils n'ont pas essuyé autant de revers que ceux qui étaient à l'autre extrémité de l'échelle; et leur fortune, quoique plus lente, a été plus sûre; car, s'ils gagnaient moins à la fois, ils gagnaient tous les jours, et il est de vérité mathématique que, quand un nombre égal d'unités sont rassemblées en un point, elles donnent un total égal, soit qu'elles aient été réunies par dizaines, soit qu'elles aient été rassemblées une à une.

Les amateurs ont retenu les noms de plusieurs artistes qui ont brillé à Paris depuis l'adoption des restaurants. On peut citer Beauvilliers, Méot, Robert, Rose, Legacque, les frères Véry, Henneveu et Baleine.

Quelques-uns de ces établissements ont dû leur prospérité à des causes spéciales, savoir: le Veau qui tette, aux pieds de mouton; le... au gras-double sur le gril; les Frères Provençaux, à la morue à l'ail; Véry, aux entrées truffées; Robert, aux dîners commandés; Baleine, aux soins qu'il se donnait pour avoir d'excellent poisson; et Henneveu, aux boudoirs mystérieux de son quatrième étage. Mais de tous ces héros de la gastronomie, nul n'a plus le droit à une notice biographique que Beauvilliers, dont les journaux de 1820 ont annoncé la mort.

Beauvilliers.

144..

EAUVILLIERS, qui s'était établi vers 1782, a été, pendant plus de quinze ans, le plus fameux restaurateur de Paris.

Le premier, il eut un salon élégant, des garçons bien mis, un caveau soigné et une cuisine supérieure: et quand plusieurs de ceux que nous avons nommés ont cherché à l'égaler, il a soutenu la lutte sans désavantage, parce qu'il n'a eu que quelques pas à faire pour suivre les progrès de la science.

Pendant les deux occupations successives de Paris, en 1814 et 1815, on voyait constamment devant son hôtel des véhicules de toutes les nations: il connaissait tous les chefs des corps étrangers et avait fini par parler toutes leurs langues, autant qu'il était nécessaire à son commerce.

Beauvilliers publia, vers la fin de sa vie, un ouvrage en deux volumes in-8°, intitulé: l'Art du cuisinier. Cet ouvrage, fruit d'une longue expérience, porte le cachet d'une pratique éclairée, et jouit encore de toute l'estime qu'on lui accorda dans sa nouveauté. Jusque-là l'art n'avait point été traité avec autant d'exactitude et de méthode. Ce livre, qui a eu plusieurs éditions, a rendu bien faciles les ouvrages qui l'ont suivi, mais qui ne l'ont pas surpassé.

Beauvilliers avait une mémoire prodigieuse: il reconnaissait et accueillait, après vingt ans, des personnes qui n'avaient mangé chez lui qu'une fois ou deux: il avait aussi, dans certains cas, une méthode qui lui était particulière. Quand il savait qu'une société de gens riches était rassemblée dans ses salons, il s'approchait d'un air officieux, faisait ses baise-mains; et il paraissait donner à ses hôtes une attention toute spéciale.

Il indiquait un plat qu'il ne fallait pas prendre, un autre pour lequel il fallait se hâter, en commandait un troisième auquel personne ne songeait, faisait venir du vin d'un caveau dont lui seul avait la clef; enfin, il prenait un ton si aimable et si engageant, que tous ces articles extra avaient l'air d'être autant de gracieusetés de sa part. Mais ce rôle d'amphitryon ne durait qu'un moment; il s'éclipsait après l'avoir rempli; et peu après, l'enflure de la carte et l'amertume du quart d'heure de Rabelais montraient suffisamment qu'on avait dîné chez un restaurateur.

Beauvilliers avait fait, défait et refait plusieurs fois sa fortune; nous ne savons pas quel est celui de ces divers états où la mort l'a surpris; mais il avait de tels exutoires que nous ne pensons pas que sa succession ait été une dépouille opime.

Le Gastronome chez le Restaurateur.

145.

L résulte de l'examen des cartes de divers restaurateurs de première classe, et notamment de celle des frères Véry et des Frères Provençaux, que le consommateur qui vient s'asseoir dans le salon a sous la main, comme éléments de son dîner, au moins:

12 potages,

24 hors-d'oeuvre,

15 ou 20 entrées de boeuf,

20 entrées de mouton,

30 entrées de volaille et gibier,

16 ou 20 de veau,

12 de pâtisserie,

24 de poisson,

15 de rôts,

50 entremets,

50 desserts.

En outre, le bienheureux gastronome peut arroser tout cela d'au moins trente espèces de vins à choisir, depuis le vin de Bourgogne jusqu'au vin de Tokai ou du Cap; et de vingt ou trente espèces de liqueurs parfumées; sans compter le café et les mélanges; tels que le punch, le négus, le sillabud, et autres pareils.

Parmi ces diverses parties constituantes du dîner d'un amateur, les parties principales viennent de France, telles que la viande de boucherie, la volaille, les fruits; d'autres sont d'imitation anglaise, telles que le beefsteak, le welchrabbet, le punch, etc.; d'autres viennent d'Allemagne, comme le sauerkraut, le boeuf de Hambourg, les filets de la forêt Noire; d'autres d'Espagne, comme l'olla-podrida, les garbanços, les raisins secs de Malaga, les jambons au poivre de Xerica, et les vins de liqueur; d'autres d'Italie, comme le macaroni, le parmesan, les saucissons de Bologne, la polenta, les glaces, les liqueurs; d'autres de Russie, comme les viandes desséchées, les anguilles fumées, le caviar; d'autres de Hollande, comme la morue, les fromages, les harengs-secs, le curaçao, l'anisette; d'autres d'Asie, comme le riz de l'Inde, le sagou, le karrik, le soy, le vin de Schiraz, le café; d'autres d'Afrique, comme le vin du Cap; d'autres enfin d'Amérique, comme les pommes de terre, les patates, les ananas, le chocolat, la vanille, le sucre, etc.: ce qui fournit à suffisance la preuve de la proposition que nous avons émise ailleurs, savoir: qu'un repas tel qu'on peut l'avoir à Paris est un tout cosmopolite où chaque partie du monde comparaît par ses productions.




MISE EN ACTION.

Histoire de M. de Borose.

146.

DE BOROSE naquit vers 1780. Son père était secrétaire du roi. Il perdit ses parents en bas âge, et se trouva de bonne heure possesseur de quarante mille livres de rentes. C'était alors une belle fortune; maintenant ce n'est que ce qu'il faut tout juste pour ne pas mourir de faim.

Un oncle paternel soigna son éducation. Il apprit le latin, tout en s'étonnant que, quand on pouvait tout exprimer en français, on se donnât tant de peine pour apprendre à dire les mêmes choses en d'autres termes. Cependant il fit des progrès; et quand il fut parvenu jusqu'à Horace, il se convertit, trouva un grand plaisir à méditer sur des idées si élégamment revêtues, et fit de véritables efforts pour bien connaître la langue qu'avait parlée ce poète spirituel.

Il apprit aussi la musique; et après plusieurs essais, se fixa au piano. Il ne se jeta point dans les difficultés indéfinies de cet outil musical 52, et, le réduisant à son véritable usage, il se contenta de devenir assez fort pour accompagner le chant.

Note 52: (retour) Le piano est fait pour faciliter la composition de la musique et pour accompagner le chant. Joué seul, il n'a ni chaleur ni expression. Les Espagnols indiquent par bordonear l'action de jouer des instruments qui se pincent. Mais, sous ce rapport, on le préférait même aux professeurs, parce qu'il ne cherchait pas à se mettre sur le premier plan; ne faisait ni les bras ni les yeux 53; et qu'il remplissait consciencieusement le devoir imposé à tout accompagnateur, de soutenir et faire briller la personne qui chante.

Note 53: (retour) Terme d'argot musical: faire les bras, c'est soulever les coudes et les arrière-bras, comme si on était étouffé par le sentiment: faire les yeux, c'est les tourner vers le ciel, comme si on allait se pâmer; faire des brioches, c'est manquer un trait, une intonation. Sous l'égide de son âge, il traversa sans accident les temps les plus terribles de la révolution; mais il fut conscrit à son tour, acheta un homme qui alla bravement se faire tuer pour lui; et bien muni de l'extrait mortuaire de son Sosie, se trouva convenablement placé pour célébrer nos triomphes, ou déplorer nos revers.

M. de Borose était de taille moyenne, mais il était parfaitement bien fait. Quant à sa figure, elle était sensuelle, et nous en donnons une idée en disant que, si on eût rassemblé avec lui dans le même salon, Gavaudan des Variétés, Michot des Français, et le vaudevilliste Désaugiers, ils auraient tous quatre eu l'air d'être de la même famille. Sur le tout, il était convenu de dire qu'il était joli garçon, et il eut parfois quelque raison d'y croire.

Prendre un état fut pour lui une grande affaire: il en essaya plusieurs; mais, y trouvant toujours quelques inconvénients, il se réduisit à une oisiveté occupée, c'est-à-dire qu'il se fit recevoir dans quelques sociétés littéraires; qu'il fut du comité de bienfaisance de son arrondissement, souscrivit à quelques réunions philanthropiques; et, en ajoutant cela le soin de sa fortune, qu'il régissait à merveille, il eut tout comme un autre, ses affaires, sa correspondance et son cabinet.

Arrivé à vingt-huit ans, il crut qu'il était temps de se marier, ne voulut voir sa future qu'à table, et, à la troisième entrevue, se trouva suffisamment convaincu qu'elle était également jolie, bonne et spirituelle.

Le bonheur conjugal de Borose fut de courte durée: à peine y avait-il dix-huit mois qu'il était marié, quand sa femme mourut en couches, lui laissant un regret éternel de cette séparation si prompte, et pour consolation une fille qu'il nomma Herminie, et dont nous nous occuperons plus tard.

M. de Borose trouva assez de plaisirs dans les diverses occupations qu'il s'était faites. Cependant il s'aperçut à la longue que, même dans les assemblées choisies, il y a des prétentions, des protecteurs, quelquefois un peu de jalousie. Il mit toutes ces misères sur le compte de l'humanité qui n'est parfaite nulle part, n'en fut pas moins assidu, mais obéissant, sans s'en douter, a l'ordre du destin imprimé sur ses traits, vint peu à peu à se faire une affaire principale des jouissances du goût.

M. de Borose disait que la gastronomie n'est autre chose que la réflexion qui apprécie, appliquée à la science qui améliore.

Il disait avec Épicure 54: «L'Homme est-il donc fait pour dédaigner les dons de la nature? N'arrive-t-il sur la terre que pour y cueillir des fruits amers? Pour qui sont les fleurs que les dieux font croître aux pieds des mortels?... C'est complaire à la Providence que de s'abandonner aux divers penchants qu'elle nous suggère; nos devoirs viennent de ses lois; nos désirs, de ses inspirations.»

Note 54: (retour) Alibert, Physiologie des passions, t. I, p. 241. Il disait avec le professeur sébusien, que les bonnes choses sont pour les bonnes gens; autrement il faudrait tomber dans l'absurdité, et croire que Dieu ne les a créées que pour les méchants.

Le premier travail de Borose eut lieu avec son cuisinier, et eut pour but de lui montrer ses fonctions sous leur véritable point de vue.

Il lui dit qu'un cuisinier habile, qui pouvait être un savant par la théorie, l'était toujours par la pratique; que la nature de ses fonctions le plaçait entre le chimiste et le physicien; il alla même jusqu'à lui dire que le cuisinier chargé de l'entretien du mécanisme animal, était au-dessus du pharmacien, dont l'utilité n'est qu'occasionnelle.

Il ajoutait, avec un docteur aussi spirituel que savant 55, «que le cuisinier a dû approfondir l'art de modifier les aliments par l'action du feu, art inconnu aux anciens. Cet art exige de nos jours des études et des combinaisons savantes, il faut avoir réfléchi longtemps sur les productions du globe pour employer avec habileté les assaisonnements, et déguiser l'amertume de certains mets, pour en rendre d'autres plus savoureux, pour mettre en oeuvre les meilleurs ingrédients. Le cuisinier européen est celui qui brille surtout dans l'art d'opérer ces merveilleux mélanges.»

L'allocution fit son effet, et le chef 56, bien pénétré de son importance, se tint toujours à la hauteur de son emploi.

Note 55: (retour) Alibert, Physiologie des passions, t. I, p. 196. Note 56: (retour) Dans une maison bien organisée, le cuisinier se nomme chef. Il a sous lui l'aide aux entrées, le pâtissier, le rôtisseur et les fouille-au-pot (l'office est une institution à part). Les fouille-au-pot sont les mousses de la cuisine: comme eux, ils sont souvent battus: et comme eux, ils font quelquefois leur chemin. Un peu de temps, de réflexion et d'expérience apprirent bientôt à M. de Borose que, le nombre des mets étant à peu près fixé par l'usage, un bon dîner n'est pas de beaucoup plus cher qu'un mauvais; qu'il n'en coûte pas cinq cents francs de plus par an pour ne boire jamais que de très bon vin; et que tout dépend de la volonté du maître, de l'ordre qu'il met dans sa maison et du mouvement qu'il imprime à tous ceux dont il paie les services.

À partir de ces points fondamentaux, les dîners de Borose prirent un aspect classique et solennel: la renommée en célébrera les délices; on se fit une gloire d'y avoir été appelé; et tels en vantèrent les charmes, qu'ils n'y avaient jamais paru.

Il n'engageait jamais ces soi-disant gastronomes qui ne sont que des gloutons, dont le ventre est un abîme, et qui mangent partout, de tout et tout. Il trouvait à souhait, parmi ses amis, dans les trois premières catégories, des convives aimables qui, savourant avec une attention vraiment philosophique, et donnant à cette étude tout le temps qu'elle exige, n'oubliaient jamais qu'il est un instant où la raison dit à l'appétit: Non procedes amplius (tu n'iras pas plus loin).

Il lui arrivait souvent que des marchands de comestibles lui apportaient des morceaux de haute distinction, et qu'ils préféraient les lui vendre à un prix modéré, par la certitude où ils étaient que ces mets seraient consommés avec calme et réflexion, qu'il en serait bruit dans la société, et que la réputation de leurs magasins s'en accroîtrait d'autant.

Le nombre des convives chez M. de Borose excédait rarement neuf, et les mets n'étaient pas très nombreux; mais l'insistance du maître et son goût exquis avaient fini par les rendre parfaits. La table présentait en tout temps ce que la saison pouvait offrir de meilleur, soit par la rareté, soit par la primeur; et le service se faisait avec tant de soin qu'il ne laissait rien à désirer.

La conversation pendant le repas était toujours générale, gaie et souvent instructive; cette dernière qualité était due à une précaution très particulière que prenait Borose.

Chaque semaine, un savant distingué, mais pauvre, auquel il faisait une pension, descendait de son septième étage, et lui remettait une série d'objets propres à être discutés à table. L'amphitryon avait soin de les mettre en avant quand les propos du jour commençaient à s'user, ce qui ranimait la conversation et raccourcissait d'autant les discussions politiques qui troublent également l'ingestion et la digestion.

Deux fois par semaine, il invitait les dames, et il avait soin d'arranger les choses de manière que chacune trouvait parmi les convives un cavalier qui s'occupait uniquement d'elle. Cette précaution jetait beaucoup d'agrément dans sa société, car la prude même la plus sévère est humiliée quand elle reste inaperçue.

À ces jours seulement, un modeste écarté était permis; les autres jours, on n'admettait que le piquet et le whist, jeux graves, réfléchis, et qui indiquent une éducation soignée. Mais le plus souvent ses soirées se passaient dans une aimable causerie, entremêlée de quelques romances nouvelles que Borose accompagnait avec ce talent que nous avons déjà indiqué, ce qui lui attirait des applaudissements auxquels il était bien loin d'être insensible.

Le premier lundi de chaque mois, le curé de Borose venait dîner chez son paroissien; il était sûr d'y être accueilli avec toutes sortes d'égards. La conversation, ce jour-là, s'arrêtait sur un ton un peu plus sérieux, mais qui n'excluait cependant pas une innocente plaisanterie. Le cher pasteur ne se refusait pas aux charmes de cette réunion, et il se surprenait quelquefois à désirer que chaque mois eût quatre premiers lundis.

C'est au même jour que la jeune Herminie sortait de la maison de madame Migneron 57, où elle était en pension: cette dame accompagnait le plus souvent sa pupille. Celle-ci annonçait, à chaque visite, une grâce nouvelle; elle adorait son père, et quand il la bénissait en déposant un baiser sur son front incliné, nuls êtres au monde n'étaient plus heureux qu'eux.

Note 57: (retour) Madame Migneron Remy dirige, rue de Valois, faubourg du Roule, n° 4, une maison d'éducation sous la protection de Madame la duchesse d'Orléans: le local est superbe, la tenue parfaite, le ton excellent, les maîtres les meilleurs de Paris, et ce qui touche surtout le professeur, c'est que, avec tant d'avantages, le prix est tel que des fortunes presque modestes peuvent y atteindre. Borose se donnait des soins continuels pour que la dépense qu'il faisait pour sa table pût tourner au profit de la morale.

Il ne donnait sa confiance qu'aux fournisseurs qui se faisaient connaître par leur loyauté dans la qualité des choses et leur modération dans les prix; il les prônait et les aidait au besoin, car il avait encore coutume de dire que les gens trop pressés de faire leur fortune sont souvent peu délicats sur le choix des moyens.

Son marchand de vin s'enrichit assez promptement parce qu'il fut proclamé sans mélangé, qualité déjà rare même chez les Athéniens du temps de Périclès, et qui n'est pas commune au dix-neuvième siècle.

On croit que c'est lui qui, par ses conseils, dirigea la conduite d'Hurbain, restaurateur au Palais-Royal; Hurbain, chez qui l'on trouve pour deux francs un dîner qu'on paierait ailleurs plus du double, et qui marche à la fortune par une route d'autant plus sûre que la foule croît chez lui en raison directe de la modération de ses prix.

Les mets enlevés de dessus la table du gastronome n'étaient point livrés à la discrétion des domestiques; amplement dédommagés d'ailleurs; tout ce qui conservait une belle apparence avait une destination indiquée par le maître.

Instruit, par sa place au comité de bienfaisance, des besoins et de la moralité d'un grand nombre de ses administrés; il était sûr de bien diriger ses dons, et des portions de comestibles, encore très désirables, venaient de temps en temps chasser le besoin et faire naître la joie; par exemple, la queue d'un gras brochet, la mitre d'un dindon, un morceau de filet, de la pâtisserie, etc.

Mais pour rendre ces envois encore plus profitables, il avait attention de les annoncer pour le lundi matin, ou pour le lendemain d'une fête, obviant ainsi à la cessation du travail pendant les jours fériés, combattant les inconvénients de la saint lundi 58, et faisant de la sensualité l'antidote de la crapule.

Note 58: (retour) La plupart des ouvriers, à Paris, travaillent le dimanche matin pour finir l'ouvrage commencé, le rendre à qui de droit, et en recevoir le prix: après quoi ils partent et vont se divertir le reste du jour. Le lundi matin, ils s'assemblent par coteries, mettent en commun tout ce qui leur reste d'argent, et ne se quittent pas que tout ne soit dépensé.

Cet état de choses qui était rigoureusement vrai il y a dix ans, s'est un peu amélioré par les soins des maîtres d'ateliers et par les établissements d'économie et d'accumulation; mais le mal est encore très grand, et il y a beaucoup de temps et de travail perdu au profit des Tivolis, réparateurs, cabaretiers et taverniers des faubourgs et la banlieue.

Quand M. de Borose avait découvert dans la troisième ou quatrième classe des commerçants un jeune ménage bien uni, et dont la conduite prudente annonçait les qualités sur lesquelles se fonde la prospérité des nations, il leur faisait la prévenance d'une visite, et se faisait un devoir de les engager à dîner.

Au jour indiqué, la jeune femme ne manquait pas de trouver des dames qui lui parlaient des soins intérieurs d'une maison, et le mari, des hommes pour causer de commerce et de manufactures.

Ces invitations, dont le motif était connu, finirent par devenir une distinction, et chacun s'empressa de les mériter.

Pendant que toutes ces choses se passaient, la jeune Herminie croissait et se développait sous les ombrages de la rue de Valois, et nous devons à nos lecteurs le portrait de la fille, comme partie intégrante de la biographie du père.

Mademoiselle Herminie de Borose est grande (5 pieds 1 pouce) et sa taille réunit la légèreté d'une nymphe à la taille d'une déesse.

Fruit unique d'un mariage heureux, sa santé est parfaite, sa force physique remarquable; elle ne craint ni la chaleur ni le hâle, et les plus longues promenades ne l'épouvantent pas.

De loin on la croirait brune, mais en y regardant de plus près, on s'aperçoit que ses cheveux sont châtain foncé, ses cils noirs et ses yeux bleu d'azur.

La plupart de ses traits sont grecs, mais son nez est gaulois; ce nez charmant fait un effet si gracieux, qu'un comité d'artistes, après en avoir délibéré pendant trois dîners, a décidé que ce type tout français est au moins aussi digne que, tout autre d'être immortalisé par le pinceau, le ciseau et le burin.

Le pied de cette jeune fille est remarquablement petit et bien fait; le professeur l'a tant louée et même cajolée à ce sujet, qu'au jour de l'an 1825, et avec l'approbation de son père, elle lui a fait cadeau d'un petit soulier de satin noir, qu'il montre aux élus, et dont il se sert pour prouver que l'extrême sociabilité agit sur les formes comme sur les personnes; car il prétend qu'un petit pied tel que nous le recherchons maintenant, est le produit des soins et de la culture, ne se trouve presque jamais parmi les villageois, et indique presque toujours une personne dont les aïeux ont longtemps vécu dans l'aisance.

Quand Herminie a relevé sur son peigne la forêt de cheveux qui couvre sa tête et serré une simple tunique avec une ceinture de rubans, on la trouve charmante, et on ne se figure pas que des fleurs, des perles ou des diamants puissent ajouter à sa beauté.


Sa conversation est simple et facile, et on ne se douterait pas qu'elle connaît nos meilleurs auteurs; mais dans l'occasion elle s'anime, et la finesse de ses remarques trahit son secret: aussitôt qu'elle s'en aperçoit elle rougit, ses yeux se baissent, et sa rougeur prouve sa modestie.

Mademoiselle de Borose joue également bien du piano et de la harpe; mais elle préfère ce dernier instrument par je ne sais quel sentiment enthousiastique pour les harpes célestes dont sont armés les anges, et pour les harpes d'or tant célébrées par Ossian.

Sa voix est aussi d'une douceur et d'une rectitude célestes; ce qui ne l'empêche pas d'être un peu timide; cependant elle chante sans se faire prier, mais elle ne manque pas, en commençant, de jeter sur son auditoire un regard qui l'ensorcelle, de sorte qu'elle pourrait chanter faux comme tant d'autres, qu'on n'aurait pas la force de s'en apercevoir.

Elle n'a point négligé les travaux de l'aiguille, source de jouissances bien innocentes et ressources toujours prêtes contre l'ennui; elle travaille comme une fée, et chaque fois qu'il paraît quelque chose de nouveau en ce genre, la première ouvrière du Père de famille est habituellement chargée de venir le lui apprendre.

Le coeur d'Herminie n'a point encore parlé, et la piété filiale a jusqu'ici suffi à son bonheur; mais elle a une véritable passion pour la danse, qu'elle aime à la folie.

Quand elle se place à une contredanse, elle parait grandir de deux pouces, et on croirait qu'elle va s'envoler; cependant sa danse est modérée, et ses pas sans prétention; elle se contente de circuler avec légèreté, en développant ses formes aimables et gracieuses; mais à quelques échappées on devine ses pouvoirs, et on soupçonne que si elle usait de tous ses moyens, madame Montessu aurait une rivale.

Même quand l'oiseau marche on voit qu'il a des ailes.

Auprès de cette fille charmante qu'il avait retirée de sa pension, jouissant d'une fortune sagement administrée et d'une considération justement méritée, M. de Borose vivait heureux, et apercevait

encore devant lui une langue carrière à parcourir; mais toute espérance est trompeuse, et on ne peut pas répondre de l'avenir.

Vers le milieu du mois de mars dernier, M. de Borose fût invité à aller passer une journée à la campagne avec quelques amis.

On était à un de ces jours prématurément chauds, avant-coureurs du printemps, et on entendait aux bornes de l'horizon quelques-uns de ces grondements sourds qui font dire proverbialement que l'hiver se casse le cou: ce qui n'empêcha pas qu'on se mît en route pour la promenade. Cependant bientôt le ciel prit une face menaçante, les nuages s'amoncelèrent, et un orage épouvantable éclata avec tonnerre, pluie et grêle.

Chacun se sauva comme il put et où il put; M. de Borose chercha un asile sous un peuplier dont les branches inférieures, inclinées en parasol, paraissaient devoir le garantir.

Asile funeste! la pointe de l'arbre allait chercher le fluide électrique jusque dans les nuages, et la pluie en tombant le long des branches, lui servait de conducteur. Bientôt une détonnation effroyable se fit entendre, et l'infortuné promeneur tomba mort sans avoir eu le temps de pousser un soupir.

Enlevé ainsi par ce genre de mort que désirait César, et sur lequel il n'y avait pas moyen de gloser, M. de Borose fut enterré avec les cérémonies du rituel le plus complet. Son convoi fut suivi jusqu'au cimetière du Père-Lachaise par une foule de gens à pied et en voiture; son éloge était dans toutes les bouches, et quand une voix amie prononça sur sa tombe une allocution touchante, il y eut écho dans le coeur de tous les assistants.

Herminie fut atterrée d'un malheur si grand et si inattendu; elle n'eut pas de convulsions, elle n'eut pas de crises de nerfs, elle n'alla pas cacher sa douleur dans son lit; mais elle pleura son père avec tant d'abandon, de continuité et d'amertume, que ses amis espérèrent que l'excès de sa douleur en deviendrait le remède, car nous ne sommes pas assez fortement trempés pour éprouver pendant longtemps un sentiment si vif.

Le temps a donc fait sur ce jeune coeur son effet immanquable; Herminie peut nommer son père sans fondre en larmes; mais elle en parle avec une piété douce, un regret si ingénu, un amour si actuel et un accent si profond, qu'il est impossible de l'entendre et de ne pas partager son attendrissement.

Heureux celui à qui Herminie donnera le droit de l'accompagner et de porter avec elle une couronne funéraire sur la tombe de leur père!

Dans une chapelle latérale de l'église de... on remarque chaque dimanche, à la messe de midi, une grande et belle jeune personne accompagnée par une dame âgée. Sa tournure est charmante, mais un voile épais cache son visage. Il faut cependant que les traits en soient connus, car on remarque tout autour de cette chapelle une foule de jeunes dévots de fraîche date, tous fort élégamment mis, et dont quelques-uns sont fort beaux garçons.

Cortège d'une héritière.

147.

ASSANT un jour de la rue de la Paix à la place Vendôme, je fus arrêté par le cortège de la plus riche héritière de Paris, pour lors à marier et revenant du bois de Boulogne.

Il était composé comme il suit:

1° La belle, objet de tous les voeux, montée sur un très beau cheval bai, qu'elle maniait avec adresse: amazone bleue à longue queue, chapeau noir à plumes blanches;

2° Son tuteur, marchant à côté d'elle avec la physionomie grave et le maintien important attaché à ses fonctions;

3° Groupe de douze à quinze poursuivants, cherchant tous à se faire distinguer, qui par son empressement, qui par son adresse hippiatrique, qui par sa mélancolie;

4° Un en cas magnifiquement attelé, pour servir en cas de pluie ou de fatigue; cocher corpulent, jokey pas plus gros que le poing;

5° Domestiques à cheval de toutes les livrées, en grand nombre et pêle-mêle.

Ils passèrent... et je continuai de méditer.




148.

ATÉRÉA est la dixième muse: elle préside aux jouissances du goût.

Elle pourrait prétendre à l'empire de l'univers; car l'univers n'est rien sans la vie, et tout ce qui vit se nourrit.

Elle se plaît particulièrement sur les coteaux où la vigne fleurit, sur ceux que l'oranger parfume, dans les bosquets où la truffe s'élabore, dans les pays abondants en gibier et en fruits.

Quand elle daigne se montrer, elle apparaît sous la figure d'une jeune fille: sa ceinture est couleur de feu; ses cheveux sont noirs, ses yeux bleu d'azur, et ses formes pleines de grâces; belle comme Vénus, elle est surtout souverainement jolie.

Elle se montre rarement aux mortels; mais sa statue les console de son invisibilité. Un seul sculpteur a été admis à contempler tant de charmes, et tel a été le succès de cet artiste aimé des dieux, que quiconque voit son ouvrage, croit y reconnaître les traits de la femme qu'il a le plus aimée.

De tous les lieux où Gastéréa a des autels, celui qu'elle préfère est celle ville, reine du monde, qui emprisonne la Seine entre les marbres de ses palais.

Son temple est bâti sur cette montagne célèbre à laquelle Mars à donné son nom; il est posé sur un socle immense de marbre blanc, sur lequel on monte de tous côtés par cent marches.

C'est dans ce bloc révéré que sont percés ces souterrains mystérieux où l'art interroge la nature et la soumet à ses lois.

C'est là que l'air, l'eau, le fer et le feu, mis en action par des mains habiles, divisent, réunissent, triturent, amalgament et produisent les effets dont le vulgaire ne connaît pas la cause.

C'est de là enfin que s'échappent, à des époques déterminées, des recettes merveilleuses dont les auteurs aiment à rester inconnus, parce que leur bonheur est dans leur conscience, et que leur récompense consiste à savoir qu'ils ont reculé les bornes de la science et procuré aux hommes des jouissances nouvelles.

Le temple, monument unique d'architecture simple et majestueuse, est supporté par cent colonnes de jaspe oriental et éclairé par un dôme qui imite la voûte des cieux.

Nous n'entrerons pas dans le détail des merveilles que cet édifice renferme, il suffira de dire que les sculptures qui en ornent les frontons, ainsi que les bas-reliefs qui en décorent l'enceinte, sont consacrées à la mémoire des hommes qui ont bien mérité de leurs semblables par des inventions utiles, telles que l'application du feu aux besoins de la vie, l'invention de la charrue, et autres pareilles.

Bien loin du dôme et dans le sanctuaire, on voit la statue de la déesse: elle a la main gauche appuyée sur un fourneau, et tient de la droite la production la plus chère à ses adorateurs.

Le baldaquin de cristal qui la couvre est soutenu par huit colonnes de même matière; et ces colonnes, continuellement inondées de flamme électrique, répandent dans le lieu saint une clarté qui a quelque chose de divin.

Le culte de la déesse est simple: chaque jour, au lever du soleil, ses prêtres viennent enlever la couronne de fleurs qui orne sa statue, en placent une nouvelle et chantent en choeur un des hymnes nombreux par lesquels la poésie a célébré les biens dont l'immortelle comble le genre humain.

Ces prêtres sont au nombre de douze, présidés par le plus âgé: ils sont choisis parmi les plus savants; et les plus beaux, toutes choses égales, obtiennent la préférence. Leur âge est celui de la maturité; ils sont sujets à la vieillesse, mais jamais à la caducité; l'air qu'il respirent dans le temple les en défend.

Les fêtes de la déesse égalent le nombre des jours de l'année; car elle ne cesse jamais de verser ses bienfaits; mais parmi ces jours il en est un qui lui est spécialement consacré: c'est le vingt-un septembre, appelé le grand halel gastronomique.

En ce jour solennel, la ville-reine est, dès le matin, environnée d'un nuage d'encens; le peuple, couronné de fleurs, parcourt les rues en chantant les louanges de la déesse; les citoyens s'appellent par les titres de la plus aimable parenté; tous les coeurs sont émus des plus doux sentiments; l'atmosphère se charge de sympathie, et propage partout l'amour et l'amitié.

Une partie de la journée se passe dans ces épanchements, et à l'heure déterminée par l'usage, la foule se porte vers le temple où doit se célébrer le banquet sacré.

Dans le sanctuaire, aux pieds de la statue, s'élève une table destinée aux collège des prêtres. Une autre table de douze cents couverts a été préparée sous le dôme pour des convives des deux sexes. Tous les arts ont concouru à l'ornement de ces tables solennelles; rien de si élégant ne parut jamais dans le palais des rois.

Les prêtres arrivent d'un pas grave et d'un air préparé; ils sont vêtus d'une tunique blanche de laine de cachemire, une broderie incarnat en orne les bords, et une ceinture de même couleur en ramasse les plis; leur physionomie annonce la santé et la bienveillance; ils s'asseyent après s'être réciproquement salués.

Déjà des serviteurs, vêtus de fin lin, ont placé les mets devant eux: ce ne sont point des préparations communes faites pour apaiser des besoins vulgaires; rien n'est servi sur cette table auguste qui n'en ait été jugé digne, et qui ne tienne à la sphère transcendante, tant par le choix de la matière que par la profondeur du travail.

Les vénérables consommateurs sont au-dessus de leurs fonctions: leur conversation paisible et substantielle roule sur les merveilles de la création et la puissance de l'art; ils mangent avec lenteur et savourent avec énergie; le mouvement imprimé à leur mâchoire à quelque chose de moelleux; on dirait que chaque coup de dent a un accent particulier, et s'il leur arrive de promener la langue sur leurs lèvres vernissées, l'auteur des mets en consommation en acquiert une gloire immortelle.

Les boissons, qui se succèdent par intervalles, sont dignes de ce banquet; elles sont versées par douze jeunes filles choisies, pour ce jour seulement, par un comité de peintres et de sculpteurs; elles sont vêtues à l'athénienne, costume heureux qui favorise la beauté sans alarmer la pudeur.

Les prêtres de la déesse n'affectent point de détourner des regards hypocrites, tandis que de jolies mains font couler pour eux les délices des deux mondes; mais tout en admirant le plus bel ouvrage du Créateur, la retenue de la sagesse ne cesse pas de siéger sur leur front: la manière dont ils remercient, dont ils boivent, exprime ce double sentiment.

Autour de cette table mystérieuse on voit circuler des rois, des princes et d'illustres étrangers, arrivés exprès de toutes les parties du monde; ils marchent en silence et observent avec attention: ils sont venus pour s'instruire dans le grand art de bien manger, art difficile, et que des peuples entiers ignorent encore.

Pendant que ces choses se passent dans le sanctuaire, une hilarité générale et brillante anime les convives placés autour de la table du dôme.

Cette gaîté est due surtout à ce qu'aucun d'entre eux n'est placé à côté de la femme à laquelle il a déjà tout dit. Ainsi l'a voulu la déesse.

À cette table immense ont été appelés, par choix, les savants des deux sexes qui ont enrichi l'art par leurs découvertes, les maîtres de maisons qui remplissent avec tant de grâce les devoirs de l'hospitalité française, les savants cosmopolites à qui la société doit des importations utiles ou agréables, et ces hommes miséricordieux qui nourrissent le pauvre des dépouilles opimes de leur superflu.

Le centre en est évidé, et laisse un grand espace qui est occupé par une foule de prosecteurs et de distributeurs qui offrent et voiturent des parties les plus éloignées tout ce que les convives peuvent désirer.

Là se trouve placé avec avantage tout ce que la nature, dans sa prodigalité, a créé pour la nourriture de l'homme. Ces trésors sont centuplés, non seulement par leur association, mais encore par les métamorphoses que l'art leur a fait subir. Cet enchanteur a réuni les deux mondes, confondu les règnes et rapproché les distances; le parfum qui s'élève de ces préparations savantes embaume l'air et le remplit de gaz excitateurs.

Cependant de jeunes garçons, aussi beaux que bien vêtus, parcourent le cercle extérieur, et présentent incessamment des coupes remplies de vin délicieux, qui ont tantôt l'éclat du rubis, tantôt la couleur plus modeste de la topaze.

De temps en temps, d'habiles musiciens, placés dans les galeries du dôme, font retentir le temple des accents mélodieux d'une harmonie aussi simple que savante.

Alors les têtes s'élèvent, l'attention est entraînée, et pendant ces courts intervalles, toutes les conversations sont suspendues; mais elles recommencent bientôt avec plus, de charme; il semble que ce nouveau présent des dieux ait donné à l'imagination plus de fraîcheur, et à tous les coeurs plus d'abandon.

Lorsque le plaisir de la table a rempli le temps qui lui est assigné, le collège des prêtres s'avance, sur le bord de l'enceinte; ils viennent prendre part au bouquet, se mêler avec les convives, et boire avec eux le moka que le législateur de l'Orient permet à ses disciples. La liqueur embaumée fume dans des vases rehaussés d'or; et les belles acolytes du sanctuaire parcourent l'assemblée pour distribuer le sucre qui en adoucit l'amertume. Elles sont charmantes, et cependant telle est l'influence de l'air qu'on respire dans le temple de Gastéréa, qu'aucun coeur de femme ne s'ouvre à la jalousie.

Enfin le doyen des prêtres entonne l'hymne de reconnaissance; toutes les voix s'y joignent, les instruments s'y confondent: cet hommage des coeurs s'élève vers le ciel, et le service est fini.

Alors seulement commence le banquet populaire, car il n'est point de véritables fêtes quand le peuple ne jouit pas.

Des tables, dont l'oeil n'aperçoit pas la fin, sont dressées dans toutes les rues, sur toutes les places, au-devant de tous les palais. On s'assied où l'on se trouve; le hasard rapproche les rangs, les âges, les quartiers: toutes les mains se rencontrent et se serrent avec cordialité; on ne voit que des visages contents.

Quoique la grande ville ne soit alors qu'un immense réfectoire, la générosité des particuliers assure l'abondance, tandis qu'un gouvernement paternel veille avec sollicitude pour le maintien de l'ordre, et pour que les dernières limites de la sobriété ne soient pas outrepassées.

Bientôt une musique vive et animée se fait entendre; elle annonce la danse, cet exercice aimé de la jeunesse.

Des salles immenses, des estrades élastiques qui ont été préparées, et des rafraîchissements de toute espèce, ne manqueront pas.

On y court en foule, les uns pour agir, les autres pour encourager et comme simples spectateurs. On rit en voyant quelques vieillards, animés d'un feu passager, offrir à la beauté un hommage éphémère; mais le culte de la déesse et la solennité du jour excusent tout.

Pendant longtemps ce plaisir se soutient; l'allégresse est générale, le mouvement universel, et on entend avec peine la dernière heure annoncer le repos. Cependant personne ne résiste à cet appel; tout s'est passé avec décence; chacun se retire content de sa journée, et se couche plein d'espoir dans les événements d'une année qui a commencé sous d'aussi heureux auspices.



PHYSIOLOGIE DU GOUT SECONDE PARTIE.




I l'on m'a lu jusqu'ici avec cette attention que j'ai cherché à faire naître et à soutenir, on a dû voir qu'en écrivant j'ai eu un double but que je n'ai jamais perdu de vue: le premier a été de poser les bases théoriques de la gastronomie, afin qu'elle puisse se placer, parmi les sciences, au rang qui lui est incontestablement dû; le second, de définir avec précision ce qu'on doit entendre par gourmandise, et de séparer pour toujours cette qualité sociale de la gloutonnerie et de l'intempérance, avec lesquelles on l'a si mal à propos confondue.

Cette équivoque a été introduite par des moralistes intolérants qui, trompés par un zèle outré, ont voulu voir des excès là où il n'y avait qu'une jouissance bien entendue; car les trésors de la création ne sont pas faits pour qu'on les foule aux pieds. Il a été ensuite propagé par des grammairiens insociables, qui définissaient en aveugles et juraient in verba magistri.

Il est temps qu'une pareille erreur finisse, car maintenant; tout le monde s'entend; ce qui est si vrai, qu'en même temps qu'il n'est personne qui n'avoue une petite teinte de gourmandise et ne s'en fasse gloire, il n'est personne non plus qui ne prit à grosse injure l'accusation de gloutonnerie, de voracité ou d'intempérance.

Sur ces deux points cardinaux, il me semble que ce que j'ai écrit jusqu'à présent équivaut à la démonstration, et doit suffire pour persuader tous ceux qui ne se refusent pas à la conviction. Je pourrais donc quitter la plume et regarder comme finie la tâche que je me suis imposée; mais en approfondissant des sujets qui touchent à tout, il m'est revenu dans la mémoire beaucoup de choses qui m'ont paru bonnes à écrire, des anecdotes certainement inédites, des bons mots nés sous mes yeux, quelques recettes de haute distinction et autres hors-d'oeuvre pareils.

Semés dans la partie théorique, ils en eussent rompu l'ensemble; réunis, j'espère qu'ils seront lus avec plaisir, parce que, tout en s'amusant, on pourra y trouver quelques vérités expérimentales et développements utiles.

Il faut bien aussi, comme je l'ai annoncé, que je fasse pour moi un peu de cette biographie qui ne donne lieu ni à discussion ni à commentaires. J'ai cherché la récompense de mon travail dans cette partie où je me retrouve avec mes amis. C'est surtout quand l'existence est près de nous échapper que le moi nous devient cher, et les amis en font nécessairement partie.

Cependant, en relisant les endroits qui me sont personnels, je ne dissimulerai pas que j'ai eu quelques mouvements d'inquiétude.

Ce malaise provenait de mes dernières, tout-à-fait dernières lectures, et des gloses qu'on a faites sur des mémoires qui sont dans les mains de tout le monde.

J'ai craint que quelque malin, qui aura mal digéré et mal dormi, ne vienne à dire: «Mais voilà un professeur qui ne se dit pas d'injures! voilà un professeur qui se fait sans cesse des compliments! voilà un professeur qui... voilà un professeur que...!»

À quoi je réponds d'avance, en me mettant en garde, que celui qui ne dit de mal de personne a bien le droit de se traiter avec quelque indulgence; et que je ne vois pas par quelle raison je serais exclu de ma propre bienveillance, moi qui ai toujours été étranger aux sentiments haineux.

Après cette réponse, bien fondée en réalité, je crois pouvoir être tranquille, bien abrité dans mon manteau de philosophe; et ceux qui insisteront, je les déclare mauvais coucheurs. Mauvais coucheurs! injure nouvelle, et pour laquelle je veux prendre un brevet d'invention, parce que, le premier, j'ai découvert qu'elle contient en soi une véritable excommunication.




I.

L'Omelette du Curé.

OUT le monde sait que madame R*** a occupé pendant vingt ans, sans contradiction, le trône de la beauté à Paris. On sait aussi qu'elle est extrêmement charitable, et qu'à une certaine époque elle prenait intérêt dans la plupart des entreprises qui avaient pour but de soulager la misère, quelquefois plus poignante dans la capitale que partout ailleurs 59.

Note 59: (retour) Ceux-là surtout sont à plaindre, dont les besoins sont ignorés; car il faut rendre justice aux Parisiens, et dire qu'ils sont charitables et aumôniers. Je faisais, en l'an x, une petite pension hebdomadaire à une vieille religieuse qui gisait à un sixième étage, paralysée de la moitié du corps. Cette brave fille recevait assez de la bienfaisance des voisins pour vivre à peu près confortablement et pour nourrir une soeur converse qui s'était attachée à son sort. Ayant à conférer à ce sujet avec M. le curé de... elle se rendit chez lui vers les cinq heures de l'après-midi, et fut fort étonnée de le trouver déjà à table.

La chère habitante de la rue du Mont-Blanc croyait que tout le monde, à Paris, dînait à six heures, et ne savait pas que les ecclésiastiques commencent en général de bonne heure, parce qu'il en est beaucoup qui font le soir une légère collation.

Madame R*** voulait se retirer; mais le curé la retint, soit parce que l'affaire dont ils avaient à causer n'était pas de nature à l'empêcher de dîner, soit parce qu'une jolie femme n'est jamais un trouble-fête pour qui que ce soit, ou bien enfin parce qu'il vint à s'apercevoir qu'il ne lui manquait qu'un interlocuteur pour faire de son salon un vrai Élysée gastronomique.

Effectivement, le couvert était mis avec une propreté remarquable; un vin vieux étincelait dans un flacon de cristal; la porcelaine blanche était de premier choix; les plats tenus chauds par l'eau bouillante; et une bonne, à la fois canonique et bien mise, était là prête à recevoir les ordres.

Le repas était limitrophe entre la frugalité et la recherche. Un potage au coulis d'écrevisses venait d'être enlevé, et on voyait sur la table une truite saumonée, une omelette et une salade.

«Mon dîner vous apprend ce que vous ne savez peut-être pas, dit le pasteur en souriant; c'est aujourd'hui jour maigre suivant les lois de l'Église». Notre amie s'inclina en signe d'assentiment; mais des mémoires particuliers assurent qu'elle rougit un peu, ce qui n'empêcha pas le curé de manger.

L'exécution avait commencé par la truite, dont la partie supérieure était en consommation; la sauce indiquait une main habile et une satisfaction intérieure paraissait sur le front du pasteur.

Après ce premier plat, il attaqua l'omelette, qui était ronde, ventrue, et cuite à point.

Au premier coup de la cuiller, la panse laissa échapper un jus lié qui flattait à la fois la vue et l'odorat; le plat en paraissait plein et la chère Juliette avouait que l'eau lui en était venue à la bouche.

Le mouvement sympathique n'échappa pas au curé, accoutumé à surveiller les passions des hommes; et ayant l'air de répondre à une question que madame R*** s'était bien gardée de faire: «C'est une omelette au thon, dit-il; ma cuisinière les entend à merveille, et peu de gens y goûtent sans m'en faire compliment.--Je n'en suis pas étonnée, répondit l'habitante de la Chaussée-d'Antin; et jamais omelette si appétissante ne parut sur nos tables mondaines.»


La salade survint. (J'en recommande l'usage à tous ceux qui ont confiance en moi, la salade rafraîchit sans affaiblir, et conforte sans irriter: j'ai coutume de dire qu'elle rajeunit.)

Le dîner n'interrompit pas la conversation. On causa de l'affaire qui avait occasionné la visite, de la guerre qui faisait alors rage, des affaires du temps, des espérances de l'Église, et autres propos de table qui font passer un mauvais dîner et en embellissent un bon.

Le dessert vint en son lieu; il consistait en un fromage de Septmoncel, trois pommes de calville et un pot de confitures.

Enfin, la bonne approcha une petite table ronde, telle qu'on en avait autrefois et qu'on nommait guéridon, sur laquelle elle posa une tasse de moka bien limpide, bien chaud, et dont l'arôme remplit l'appartement.

Après l'avoir siroté (siped) le curé dit ses grâces et ajouta en se levant: «Je ne prends jamais de liqueurs fortes; c'est un superflu que j'offre toujours à mes convives, mais dont je ne fais aucun usage personnel. Je me réserve ainsi un secours pour l'extrême vieillesse, si Dieu me fait la grâce d'y parvenir.»

Pendant que ces choses se passaient, le temps avait couru, six heures arrivaient; madame R*** se hâta donc de remonter en voiture, car elle avait ce jour-là à dîner quelques amis dont je faisais partie. Elle arriva tard, suivant sa coutume; mais enfin elle arriva, encore tout émue de ce qu'elle avait vu et flairé.

Il ne fut question, pendant tout le repas, que du menu du curé et surtout de son omelette au thon.

Madame R*** eut soin de la louer sous les divers rapports de la taille, de la rondeur, de la tournure, et toutes ses données étant certaines, il fut unanimement conclu qu'elle devait être excellente. C'était une véritable équation sensuelle que chacun fit à sa manière.

Le sujet de la conversation épuisé, on passa à d'autres et on n'y pensa plus. Quant à moi, propagateur de vérités utiles, je crus devoir tirer de l'obscurité une préparation que je crois aussi saine qu'agréable. Je chargeai mon maître-queux de s'en procurer la recette avec les détails les plus minutieux, et je la donne d'autant plus volontiers aux amateurs que je ne l'ai trouvée dans aucun dispensaire.

Préparation de l'omelette au thon.

RENEZ, pour six personnes, deux laitances de carpes bien lavées que vous ferez blanchir, en les plongeant pendant cinq minutes dans l'eau déjà bouillante et légèrement salée.

Ayez pareillement gros comme un oeuf de poule de thon nouveau, auquel vous joindrez une petite échalote déjà coupée en atomes.

Hachez ensemble les laitances et le thon, de manière à les bien mêler, et jetez le tout dans une casserole avec un morceau suffisant de très bon beurre, pour l'y sauter jusqu'à ce que le beurre soit fondu. C'est là ce qui constitue la spécialité de l'omelette.

Prenez encore un second morceau de beurre à discrétion, mariez-le avec du persil et de la ciboulette, mettez-le dans un plat pisciforme destiné à recevoir l'omelette; arrosez-le du jus d'un citron, et posez-le sur la cendre chaude.

Battez ensuite douze oeufs (les plus frais sont les meilleurs); le sauté de laitance et de thon y sera versé et agité de manière que le mélange soit bien fait.

Confectionnez ensuite l'omelette à la manière ordinaire, et tâchez qu'elle soit allongée, épaisse et molette. Étalez-la avec adresse sur le plat que vous avez préparé pour la recevoir, et servez pour être mangée de suite.

Ce mets doit être réservé pour les déjeuners fins, pour les réunions d'amateurs où l'on sait ce qu'on fait et où l'on mange posément; qu'on l'arrose surtout de bon vin vieux, et on verra merveilles.

Notes théoriques pour les préparations.

N doit sauter les laitances et le thon sans les faire bouillir, afin qu'ils ne durcissent pas; ce qui les empêcherait de se bien mêler avec les oeufs;

2° Le plat doit être creux, afin que la sauce se concentre et puisse être servie à la cuiller;

3° Le plat doit être légèrement chauffé; car s'il était froid, la porcelaine soustrairait tout le calorique de l'omelette, et il ne lui en resterait pas assez pour fondre la maître-d'hôtel, sur laquelle elle est assise.



II. Les oeufs au jus. E voyageais un jour avec deux dames que je conduisais à Melun.

Nous n'étions pas partis très matin, et nous arrivâmes à Montgeron avec un appétit qui menaçait de tout détruire.

Menaces vaines: l'auberge où nous descendîmes, quoique d'une assez bonne apparence, était dépourvue de provisions; trois diligences et deux chaises de poste avaient passé, et, semblables aux sauterelles d'Égypte, avaient tout dévoré.

Ainsi disait le chef.

Cependant je voyais tourner une broche chargée d'un gigot tout-à-fait comme il faut, et sur lequel les dames, par habitude, jetaient des regards très coquets.

Hélas! elles s'adressaient mal; le gigot appartenait à trois Anglais qui l'avaient apporté, et l'attendaient sans impatience en buvant du champagne (prating over a bottle of champain).

«Mais du moins, dis-je d'un air moitié chagrin et moitié suppliant ne pourriez-vous pas nous brouiller ces oeufs dans le jus de ce gigot? Avec ces oeufs et une tasse de café à la crème nous nous résignerons.--Oh! très volontiers, répondit le chef, le jus nous appartient de droit public, et je vais de suite faire votre affaire.» Sur quoi il se mit à casser les oeufs avec précaution.

Quand je le vis occupé, je m'approchai du feu, et tirant de ma poche un couteau de voyage, je fis au gigot défendu une quinzaine de profondes blessures, par lesquelles le jus dut s'écouler jusqu'à la dernière goutte.

À cette première opération, je joignis l'attention d'assister à la concoction des oeufs, de peur qu'il ne fût fait quelque distraction à notre préjudice. Quand ils furent à point, je m'en emparai et les portai à l'appartement qu'on nous avait préparé.

Là, nous nous en régalâmes, et rîmes comme des fous de ce qu'en réalité nous avalions la substance du gigot, en ne laissant à nos amis les Anglais que la peine de mâcher le résidu.



III. Victoire nationale. ENDANT mon séjour à New-York, j'allais quelquefois passer la soirée dans une espèce de café-taverne tenu par un sieur Little, chez qui on trouvait le matin de la soupe à la tortue, et le soir tous les rafraîchissements d'usage aux États-Unis.

J'y conduisais le plus souvent le vicomte de la Massue et Jean-Rodolphe Fehr, ancien courtier de commerce à Marseille, l'un et l'autre émigrés comme moi; je les régalais d'un welch rabbet 60 que nous arrosions d'ale ou de cidre, et la soirée se passait tout doucement à parler de nos malheurs, de nos plaisirs et de nos espérances.

Note 60: (retour) Les Anglais appellent épigrammatiquement walch rabbet (lapin gallois), un morceau de fromage grillé sur une tranche de pain. Certes, cette préparation n'est pas si substantielle qu'un lapin; mais elle invite a boire, fait trouver le vin bon, et tient fort bien sa place au dessert en petit comité. Là je fis connaissance avec M. Wilkinson, planteur à la Jamaïque, et avec un homme qui était sans doute un de ses amis, car il ne le quittait jamais. Ce dernier, dont je n'ai jamais su le nom, était un des hommes les plus extraordinaires que j'aie rencontrés: il avait le visage carré, les yeux vifs, et paraissait tout examiner avec attention; mais il ne parlait jamais, et ses traits étaient immobiles comme ceux d'un aveugle. Seulement, quand il entendait une saillie ou un trait comique, son visage s'épanouissait, ses yeux se fermaient, et ouvrant une bouche aussi large que le pavillon d'un cor, il en faisait sortir un son prolongé, qui tenait à la fois du rire et du hennissement appelé en anglais horse laugh, après quoi tout rentrait dans l'ordre, et il retombait dans sa taciturnité habituelle: c'était l'effet de la durée de l'éclair qui déchire la nue. Quant à M. Wilkinson, qui paraissait âgé d'environ cinquante ans, il avait les manières et tout l'extérieur d'un homme comme il faut (of a gentleman).


Ces deux Anglais paraissaient faire cas de notre société, et avaient déjà partagé plusieurs fois, de fort bonne grâce, la collation frugale que j'offrais à mes amis, lorsqu'un soir M. Wilkinson me prit à part, et me déclara l'intention où il était de nous engager tous trois à dîner.

Je remerciai, et me croyant suffisamment fondé de pouvoir dans une affaire où j'étais évidemment la partie principale, j'acceptai pour tous, et l'invitation resta fixée au surlendemain à trois heures.

La soirée se passa comme à l'ordinaire; mais au moment où je me retirais, le garçon de salle (waiter) me prit à part et m'apprit que les Jamaïcains avaient commandé un bon repas; qu'ils avaient donné des ordres pour que les liquides fussent soignés, parce qu'ils regardaient leur invitation comme un défi à qui boirait le mieux, et que l'homme à la grande bouche avait dit qu'il espérait bien qu'à lui seul il mettrait les Français sous la table.

Cette nouvelle m'aurait fait rejeter le banquet offert, si je l'avais pu avec honneur; car j'ai toujours fui de pareilles orgies; mais la chose était impossible. Les Anglais auraient été crier partout que nous n'avions pas osé nous présenter au combat, que leur présence seule avait suffi pour nous faire reculer; et, quoique bien instruits du danger, nous suivîmes la maxime du maréchal de Saxe: le vin était tiré, nous nous préparâmes à le boire.

Je n'étais pas sans quelques soucis; mais en vérité, ces soucis ne m'avaient pas pour objet.

Je regardais comme certain qu'étant à la fois plus jeune, plus grand et plus vigoureux que nos amphitryons, ma constitution, vierge d'excès bachiques, triompherait facilement de deux Anglais, probablement usés par l'excès des liqueurs spiritueuses.

Sans doute, resté seul au milieu des quatre autres réservés, on m'aurait proclamé vainqueur; mais cette victoire qui m'aurait été personnelle, aurait été singulièrement affaiblie par la chute de mes deux compatriotes, qu'on aurait emportés avec les vaincus dans l'état hideux qui suit une pareille défaite. Je désirais leur épargner cet affront; en un mot, je voulais le triomphe de la nation et non celui de l'individu. En conséquence je rassemblai chez moi Fehr et la Massue, et leur fis une allocution sévère et formelle pour leur annoncer mes craintes; je leur recommandai de boire à petits coups autant que possible, d'en esquiver quelques uns pendant que j'attirerais l'attention de mes antagonistes, et surtout de manger doucement et de conserver un peu d'appétit pendant toute la séance, parce que les aliments mêlés aux boissons en tempèrent l'ardeur et les empêchent de se porter au cerveau avec tant de violence; enfin nous partageâmes une assiette d'amandes amères, dont j'avais entendu vanter la propriété pour modérer les fumées du vin.

Ainsi armé au physique et au moral, nous nous rendîmes chez Little, où nous trouvâmes les Jamaïcains, et bientôt après le dîner fut servi. Il consistait en une énorme pièce de rostbeef, un dindon cuit dans son jus, des racines bouillies, une salade de choux crus, et une tarte aux confitures.

On but à la française, c'est-à-dire que le vin fut servi dès le commencement: c'était du fort bon clairet qui était alors bien meilleur marché qu'en France, parce qu'il en était arrivé successivement plusieurs cargaisons dont les dernières s'étaient très mal vendues.

M. Wilkinson faisait ses honneurs à merveille, nous invitant à manger et nous donnant l'exemple; son ami paraissait abîmé dans son assiette, ne disait mot, regardait de côté, et riait du coin des lèvres.

Pour moi, j'étais charmé de mes deux acolytes. La Massue, quoique doué d'un assez vaste appétit, ménageait ses morceaux comme une petite maîtresse; et Fehr escamotait de temps en temps quelques verres de vin, qu'il faisait passer avec adresse dans un pot à bière qui était au bout de la table. De mon côté, je tenais rondement tête aux deux Anglais, et plus le repas avançait, plus je me sentais plein de confiance.

Après le clairet vint le porto, après le porto le madère, auquel nous nous tînmes longtemps.

Le dessert était arrivé, composé de beurre, de fromage, de noix de coco et d'ycory. Ce fut alors le moment des toasts; et nous bûmes amplement au pouvoir des rois, à la liberté des peuples et à la beauté des dames; nous portâmes, avec M. Wilkinson, la santé de sa fille Mariah, qu'il nous assura être la plus belle personne de toute l'île de la Jamaïque.

Après le vin arrivèrent les spirits, c'est-à-dire le rhum et les eaux-de-vie de vin, de grains et de framboises; avec les spirits, les chansons; et je vis qu'il allait faire chaud. Je craignais les spirits; je les éludai en demandant du punch; et Little lui-même, nous en apporta un bowl, sans doute préparé d'avance, qui aurait suffi pour quarante personnes. Nous n'avons point en France de vases de cette dimension.

Cette vue me rendit le courage; je mangeai cinq à six rôties d'un beurre extrêmement frais, et je sentis renaître mes forces. Alors je jetai un coup d'oeil scrutateur sur tout ce qui m'environnait; car je commençais à être inquiet sur la manière dont tout cela finirait. Mes deux amis me parurent assez frais; ils buvaient en épluchant des noix d'ycory. M. Wilkinson avait la face rouge-cramoisi, ses yeux étaient troubles, il paraissait affaissé; son ami gardait le silence; mais sa tête fumait comme une chaudière bouillante, et sa bouche immense s'était formée en cul de poule. Je vis bien que la catastrophe approchait.

Effectivement, M. Wilkinson, s'étant réveillé comme en sursaut, se leva et entonna d'une voix assez forte l'air national Rule Britannia; mais il ne put jamais aller plus loin; ses forces le trahirent; il se laissa retomber sur sa chaise, et de là coula sous la table. Son ami, le voyant dans cet état, laissa échapper un de ses plus bruyants ricanements, et s'étant baissé pour l'aider, tomba à côté de lui.

Il est impossible d'exprimer la satisfaction que me causa ce brusque dénouement et le poids dont il me débarrassa. Je me hâtai de sonner. Little monta, et après lui avoir adressé la phrase officielle: «Voyez à ce que ces gentlemen soient convenablement soignés,» nous bûmes avec lui un dernier verre de punch à leur santé. Bientôt le waiter arriva, aidé de ses sous-ordres, et ils s'emparèrent des vaincus, qu'ils transportèrent chez eux les pieds les premiers, suivant la règle the feet foremost 61, l'ami gardant une immobilité absolue, et M. Wilkinson essayant toujours de chanter l'air Rule Britannia.

Note 61: (retour) On se sert, en anglais, de cette expression pour désigner ceux qu'on emporte morts ou ivres. Le lendemain les journaux de New-York, qui furent ensuite successivement copiés par tous ceux de l'Union, racontèrent avec assez d'exactitude ce qui s'était passé, et ayant ajouté que les deux Anglais avaient été malades des suites de cette aventure, j'allai les voir. Je trouvai l'ami tout stupéfié par les suites d'une forte indigestion, et M. Wilkinson retenu sur sa chaise par un accès de goutte que notre lutte bachique avait probablement réveillée. Il parut sensible à cette attention, et me dit, entre autres choses: «Oh! dear sir, you are very good company indeed, but too good a drinker for us 62.»

Note 62: (retour) Mon cher monsieur, vous êtes en vérité de très bonne compagnie, mais vous êtes trop fort buveur pour nous.



IV. Les Ablutions. 'AI écrit que le vomitoire des Romains répugnait à la délicatesse de nos moeurs; j'ai peu d'avoir en cela commis une imprudence et d'être obligé de chanter la palinodie.

Je m'explique.

Il y a à peu près quarante ans que quelques personnes de la haute société, presque toujours des dames, avaient coutume de se rincer la bouche après le repas.

À cet effet, au moment où elles quittaient la table, elles tournaient le dos à la compagnie; un laquais leur présentait un verre d'eau; elles en prenaient une gorgée qu'elles rejetaient bien vite dans la soucoupe; le valet emportait le tout; et l'opération était à peu près inaperçue de la manière dont elle se faisait.

Nous avons changé tout cela.


Dans la maison où l'on se pique des plus beaux usages, des domestiques, vers la fin du dessert, distribuent aux convives des bowls pleins d'eau froide, au milieu desquels se trouve un gobelet d'eau chaude. Là, en présence les uns des autres, on plonge les doigts dans l'eau froide, pour avoir l'air de les laver, et on avale l'eau chaude, dont on se gargarise avec bruit, et qu'on vomit dans le gobelet ou dans le bowl.

Je ne suis pas le seul qui se soit élevé contre cette innovation, également inutile, indécente et dégoûtante.

Inutile, car chez tous ceux qui savent manger, la bouche est propre à la fin du repas; elle s'est nettoyée soit par le fruit, soit par les derniers verres qu'on a coutume de boire au dessert. Quant aux mains on ne doit pas s'en servir de manière à les salir; et d'ailleurs chacun n'a-t-il pas une serviette pour les essuyer?

Indécente, car il est de principe généralement reconnu que toute ablution doit se cacher dans le secret de la toilette.

Innovation dégoûtante surtout; car la bouche la plus jolie et la plus fraîche perd tous ses charmes quand elle usurpe les fonctions dés organes évacuateurs: que sera-ce donc si cette bouche n'est ni jolie ni fraîche? Mais que dire de ces échancrures énormes qui s'évident pour montrer des abîmes qu'on croirait sans fond, si on n'y découvrait des pics uniformes que le temps a corrodés? Proh pudor!

Telle est la position ridicule où nous a placés une affectation de propreté prétentieuse qui n'est ni dans nos goûts ni dans nos moeurs.

Quand on a une fois passé certaines limites, on ne sait plus où l'on s'arrêtera, et je ne puis dire quelle purification on ne nous imposera pas.

Depuis l'apparition officielle de ces bowls innovés, je me désole jour et nuit. Nouveau Jérémie, je déplore les aberrations de la mode, et, trop instruit par mes voyages, je n'entre plus dans un salon sans trembler d'y rencontrer l'abominable chamberpot 63.

Note 63: (retour) On sait qu'il existe ou qu'il existait il y a peu d'années, en Angleterre, des salles à manger où l'on pouvait faire son petit tour sans sortir de l'appartement: facilité étrange, mais qui avait un peu moins d'inconvénients dans un pays où les dames se retirent aussitôt que les hommes commencent à boire du vin. V. Mystification du Professeur et défaite d'un Général. L y a quelques années que les journaux nous annoncèrent la découverte d'un nouveau parfum, celui de l'hémérocallis, plante bulbeuse qui a effectivement une odeur fort agréable, ressemblant assez à celle du jasmin.

Je suis fort curieux et passablement musard, et ces deux causes combinées me poussèrent jusqu'au faubourg Saint-Germain, où je devais trouver le parfum, charme des narines, comme disent les Turcs.

Là je reçus l'accueil dû à un amateur, et on tira pour moi du tabernacle d'une pharmacie très bien garnie une petite boîte bien enveloppée, et paraissant contenir deux onces de la précieuse cristallisation: politesse que je reconnus par le délaissement de trois francs, suivant les règles de compensation dont M. Azaïs agrandit chaque jour la sphère et les principes.

Un étourdi aurait sur-le-champ déployé, ouvert, flairé et dégusté. Un professeur agit différemment: je pensai qu'en pareil cas le retirement était indiqué; je me rendis donc chez moi au pas officiel; et bientôt calé dans mon sofa, je me préparai à éprouver une sensation nouvelle.

Je tirai de ma poche la boîte odorante, et la débarrassai des langes dans lesquels elle était encore enveloppée; c'étaient trois imprimés différents, tous relatifs à l'hémérocallis, à son histoire naturelle, à sa culture, à sa fleur, et aux jouissances distinguées qu'on pouvait tirer de son parfum, soit qu'il fût concentré dans des pastilles, soit qu'il fût mêlé à des préparations d'office, soit enfin qu'il parût sur nos tables, dissous dans des liqueurs alcooliques ou mêlé à des crèmes glacées. Je lus attentivement les trois imprimés accessoires: 1° pour m'indemniser d'autant de la compensation dont j'ai parlé plus haut; 2° pour me préparer convenablement à l'appréciation du nouveau trésor extrait du règne végétal.

J'ouvris donc, avec due révérence, la boîte que je supposais pleine de pastilles. Mais, ô surprise! ô, douleur! j'y trouvai, en premier ordre, un second exemplaire des trois imprimés que je venais de dévorer, et, seulement comme accessoires, environ deux douzaines de ces trochisques dont la conquête m'avait fait faire le voyage du noble faubourg.

Avant tout, je dégustai; et je dois rendre hommage à la vérité en disant que je trouvai ces pastilles fort agréables; mais je n'en regrettai que plus fort que, contre l'apparence extérieure, elles fussent en si petit nombre, et véritablement plus j'y pensais, plus je me croyais mystifié.

Je me levai donc avec l'intention de reporter la boîte à son auteur, dût-il en retenir le prix; mais à ce mouvement, une glace me montra mes cheveux gris; je me moquai de ma vivacité, et me rassis, rancune tenante: on voit qu'elle a duré longtemps.

D'ailleurs une considération particulière me retint: il s'agissait d'un pharmacien, et il n'y avait pas quatre jours que j'avais été témoin de l'extrême imperturbabilité des membres de ce collège respectable.

C'est encore une anecdote qu'il faut que mes lecteurs connaissent. Je suis aujourd'hui (17 juin 1825) en train de conter. Dieu veuille que ce ne soit pas une calamité publique!

Or donc, j'allai un matin faire une visite au général Bouvier des Éclats, mon ami et mon compatriote.

Je le trouvai parcourant son appartement d'un air agité, et froissant dans ses mains un écrit que je pris pour une pièce de vers.

«Prenez, dit-il en me le présentant, et dites-moi votre avis; vous vous y connaissez.»

Je reçus le papier, et, l'ayant parcouru, je fus fort étonné de voir que c'était une note de médicaments fournis: de sorte que ce n'était point en ma qualité de poète que j'étais requis, mais comme pharmaconome.

«Ma foi, mon ami, lui dis-je en lui rendant sa propriété, vous connaissez l'habitude de la corporation que vous avez mise en oeuvre; les limites ont bien été peut-être un peu outrepassées; mais pourquoi avez-vous un habit brodé, trois ordres, un chapeau à graines d'épinards? Voilà trois circonstances aggravantes, et vous vous en tirerez mal.--Taisez-vous donc, me dit-il avec humeur, cet état est épouvantable. Au reste, vous allez voir mon écorcheur, je l'ai fait appeler; il va venir, et vous me soutiendrez.»

Il parlait encore quand la porte s'ouvrit, et nous vîmes entrer un homme d'environ cinquante-cinq ans, vêtu avec soin; il avait la taille haute, la démarche grave, et toute sa physionomie aurait eu une teinte uniforme de sévérité, si le rapport de sa bouche à ses yeux n'y avait pas introduit quelque chose de sardonique.

Il s'approcha de la cheminée, refusa de s'asseoir, et je fus témoin auditeur du dialogue suivant, que j'ai fidèlement retenu:

Le Général.--Monsieur; la note que vous m'avez envoyée est un véritable compte d'apothicaire, et...

L'homme noir.--Monsieur, je ne suis point apothicaire.

Le Général.--Et qu'êtes-vous donc, Monsieur?

L'Homme noir.--Monsieur, je suis pharmacien.

Le Général.--Eh bien, monsieur le pharmacien, votre garçon a dû vous dire...

L'Homme noir.--Monsieur, je n'ai point de garçon.

Le Général.--Qu'était donc ce jeune homme?

L'Homme noir.--Monsieur, c'est un élève.

Le Général.--Je voulais donc vous dire, Monsieur, que vos drogues...

L'Homme noir.--Monsieur, je ne vends point de drogues...

Le Général.--Que vendez-vous donc, Monsieur?

L'Homme noir.--Monsieur, je vends des médicaments.

Là finit la discussion. Le général, honteux d'avoir fait tant de solécismes et d'être si peu avancé dans la connaissance de la langue pharmaceutique, se troubla, oublia ce qu'il avait à dire, et paya tout ce qu'on voulut.




VI. Le Plat d'Anguille. L existait à Paris, rue de la Chaussée-d'Antin, un particulier nommé Briguet, qui, ayant d'abord été cocher, puis marchand de chevaux, avait fini par faire une petite fortune.

Il était né à Talissieu; et ayant résolu de s'y retirer, il épousa une rentière qui avait autrefois été cuisinière chez mademoiselle Thevenin, que tout Paris a connue par son surnom d'As de pique.

L'occasion se présenta d'acquérir un petit domaine dans son village natal; il en profita, et vint s'y établir avec sa femme vers la fin de 1791.

Dans ces temps-là, les curés de chaque arrondissement archi-presbytéral avaient coutume de se réunir une fois par mois chez chacun d'entre eux tour-à-tour pour conférer sur les matières ecclésiastiques. On célébrait une grand'messe, on conférait, ensuite on dînait.

Le tout s'appelait la conférence; et le curé chez qui elle devait avoir lieu ne manquait pas de se préparer à l'avance pour bien et dignement recevoir ses confrères.

Or, quand ce fut le tour du curé de Talissieu, il arriva qu'un de ses paroissiens lui fit cadeau d'une magnifique anguille prise dans les eaux, limpides de Serans, et de plus de trois pieds de longueur.


Ravi de posséder un poisson de pareille souche, le pasteur craignit que sa cuisinière ne fût pas en état d'apprêter un mets de si haute espérance; il vint donc trouver madame Briguet, et rendant hommage à ses connaissances supérieures, il la pria d'imprimer son cachet à un plat digne d'un archevêque, et qui ferait le plus grand honneur à son dîner.

L'ouaille docile y consentit sans difficulté, et avec d'autant plus de plaisir, disait-elle, qu'il lui restait encore une petite caisse de divers assaisonnements rares dont elle faisait usage chez son ancienne maîtresse.

Le plat d'anguille fut confectionné avec soin et servi avec distinction. Non-seulement il avait une tournure élégante, mais encore un fumet enchanteur; et quand on l'eut goûté, les expressions manquaient pour en faire l'éloge; aussi disparut-il, corps et sauce jusqu'à la dernière particule.

Mais il arriva qu'au dessert les vénérables se sentirent émus d'une manière inaccoutumée, et que, par suite de l'influence nécessaire du physique sur le moral, les propos tournèrent à la gaillardise.

Les uns faisaient de bons contes de leurs aventures du séminaire; d'autres raillaient leurs voisins sur quelques on dit de chronique scandaleuse; bref, la conversation s'établit et se maintint sur le plus mignon des péchés capitaux; et ce qu'il y eut de très remarquable, c'est qu'ils ne se doutèrent même pas du scandale, tant le diable était malin.

Ils se séparèrent tard, et mes mémoires secrets ne vont pas plus loin pour ce jour-là. Mais à la conférence suivante, quand les convives se revirent, ils étaient honteux de ce qu'ils avaient dit, se demandaient excuse de ce qu'ils s'étaient reproché, et finirent par attribuer le tout à l'influence du plat d'anguille, de sorte que, tout en avouant qu'il était délicieux, cependant ils convinrent qu'il ne serait pas prudent de mettre le savoir de madame Briguet à une seconde épreuve.

J'ai cherché vainement à m'assurer de la nature du condiment qui avait produit de si merveilleux effets, d'autant qu'on ne s'était pas plaint qu'il fût d'une nature dangereuse ou corrosive.

L'artiste avouait bien un coulis d'écrevisses fortement pimenté; mais je regarde comme certain qu'elle ne disait pas tout.



VII L'Asperge. N vint dire un jour à monseigneur Courtois de Quincey, évêque de Belley, qu'une asperge d'une grosseur merveilleuse pointait dans un des carrés de son jardin potager.

À l'instant, toute la société se transporta sur les lieux pour vérifier le fait; car dans les palais épiscopaux aussi, on est charmé d'avoir quelque chose à faire.

La nouvelle ne se trouva ni fausse ni exagérée. La plante avait percé la terre, et paraissait déjà au-dessus du sol; la tête en était arrondie, vernissée, diaprée, et promettait une colonne plus que de pleine main.

On se récria sur ce phénomène d'horticulture: on convint qu'à monseigneur seul appartenait le droit de le séparer de sa racine, et le coutelier voisin fut chargé de faire immédiatement un couteau approprié à cette haute fonction.

Pendant les jours suivants, l'asperge ne fit que croître en grâce et en beauté; sa marche était lente, mais continue, et bientôt on commença à apercevoir la partie blanche où finit la propriété esculente de ce légume.

Le temps de la moisson ainsi indiqué, on s'y prépara par un bon dîner, et on ajourna l'opération au retour de la promenade.

Alors monseigneur s'avança armé du couteau officiel, se baissa avec gravité, et s'occupa à séparer de sa tige le végétal orgueilleux, tandis que toute la cour épiscopale marquait quelque impatience d'en examiner les fibres et la contexture.

Mais, ô surprise! ô désappointement! ô douleur! le prélat se releva les mains vides... L'asperge était de bois.

Cette plaisanterie, peut-être un peu forte, était du chanoine Rosset, qui, né à Saint-Claude, tournait à merveille et peignait fort agréablement.

Il avait conditionné de tout point la fausse plante, l'avait enfoncée en cachette, et la soulevait un peu chaque jour pour imiter la croissance naturelle.

Monseigneur ne savait pas trop de quelle manière il devait prendre cette mystification (car c'en était bien une); mais voyant déjà l'hilarité se peindre sur la figure des assistants, il sourit; et ce sourire fut suivi de l'explosion générale d'un rire véritablement homérique: on emporta donc le corps du délit, sans s'occuper du délinquant; et pour cette soirée du moins, la statue-asperge fut admise aux honneurs du salon.



VIII Le Piège. E chevalier de Langeac avait une assez belle fortune qui s'était écoulée par les exutoires obligés qui environnent tout homme qui est riche, jeune et beau garçon.

Il en avait rassemblé les débris, et au moyen d'une petite pension qu'il recevait du gouvernement, il avait à Lyon une existence agréable dans la meilleure société, car l'expérience lui avait donné de l'ordre.

Quoique toujours galant, il s'était cependant retiré de fait du service des dames, il se plaisait encore à faire leur partie à tous les jeux de commerce, qu'il jouait également bien; mais il défendait contre elles son argent, avec le sang-froid qui caractérise ceux qui ont renoncé à leurs bontés. La gourmandise s'était enrichie de la perte de ses autres penchants; on peut dire qu'il en faisait profession; et comme il était d'ailleurs fort aimable, il recevait tant d'invitations qu'il ne pouvait y suffire.

Lyon est une ville de bonne chère; sa position y fait abonder avec une égale facilité les vins de Bordeaux, ceux de l'Ermitage et ceux de Bourgogne; le gibier des coteaux voisins est excellent; on tire des lacs de Genève et du Bourget les meilleurs poissons du monde, et les amateurs se pâment à la vue des poulardes de Bresse dont cette ville est l'entrepôt.


Le chevalier de Langeac avait donc sa place marquée aux meilleures tables de la ville; mais celle où il se plaisait spécialement était celle de M. A***, banquier fort riche et amateur distingué. Le chevalier mettait cette préférence sur le compte de la liaison qu'ils avaient contractée en faisant ensemble leurs études. Les malins (car il y en a partout) l'attribuaient à ce que M. A*** avait pour cuisinier le meilleur élève de Ramier, traiteur habile qui florissait dans ces temps reculés.

Quoi qu'il en soit, vers la fin de l'hiver de 1780, le chevalier de Langeac reçut un billet par lequel M. A*** l'invitait à souper à dix jours de là (car on soupait alors), et mes mémoires secrets assurent qu'il tressaillit de joie en pensant qu'une citation à si longs jours indiquait une séance solennelle et une festivité de premier ordre.

Il se rendit au jour et à l'heure fixés, et trouva les convives rassemblés au nombre de dix, tous amis de la joie et de la bonne chère; le mot gastronome n'avait pas encore été tiré du grec, ou du moins n'était pas usuel comme aujourd'hui.

Bientôt un repas substantiel leur fut servi; on y voyait entr'autres un énorme aloyau dans son jus, une fricassée de poulet bien garnie, une tranche de veau de la plus belle apparence, et une très belle carpe farcie.

Tout cela était beau et bon, mais ne répondait pas, aux yeux du chevalier, à l'espoir qu'il avait conçu d'après une invitation ultra-décadaire.

Une autre singularité le frappait: les convives, tous gens de bon appétit, ou ne mangeaient pas, ou ne mangeaient que du bout des lèvres; l'un avait la migraine, l'autre se sentait un frisson, un troisième avait dîné tard, ainsi des autres. Le chevalier s'étonnait du hasard qui avait accumulé sur cette soirée des dispositions aussi anticonviales, attaquait hardiment, tranchait avait précision, et mettait en action un grand pouvoir d'intussusception.

Le second service ne fut pas assis sur des bases moins solides; un énorme dindon de Crémieu faisait face à un très beau brochet au bleu, le tout flanqué de six entremets obligés (salade non comprise), parmi lesquels se distinguait un ample macaroni au parmesan.

À cette apparition, le chevalier sentit se ranimer sa valeur expirante, tandis que les autres avaient l'air de rendre les derniers soupirs. Exalté par le changement de vins, il triomphait de leur impuissance, et toastait leur santé des nombreuses rasades dont il arrosait un tronçon considérable de brochet qui avait suivi l'entre-cuisse du dindon.

Les entremets furent fêtés à leur tour, et il fournit glorieusement sa carrière, ne se réservant, pour le dessert, qu'un morceau de fromage et un verre de vin de Malaga; car les sucreries n'entraient jamais dans son budget.

On a vu qu'il avait déjà eu deux étonnements dans la soirée: le premier, de voir une chère par trop solide; l'autre, de trouver des convives trop mal disposés; il devait en éprouver un troisième bien autrement motivé.

Effectivement, au lieu de servir le dessert, les domestiques enlevèrent tout ce qui couvrait la table, argenterie et linge, en donnèrent d'autres aux convives, et y posèrent quatre entrées nouvelles, dont le fumet s'éleva jusqu'aux cieux.

C'étaient des ris de veau au coulis d'écrevisses, des laitances aux truffes, un brochet piqué et farci, et des ailes de bartavelles à la purée de champignons.

Semblable à ce vieillard magicien dont parle l'Arioste qui, ayant la belle Armide en sa puissance, ne fit pour la déshonorer que d'impuissants efforts, le chevalier fut atterré à la vue de tant de bonnes choses qu'il ne pouvait plus fêter, et commença à soupçonner qu'on avait eu de méchantes intentions.

Par un effet contraire, tous les autres convives se sentirent ranimés: l'appétit revint, les migraines disparurent, un écartement ironique semblait agrandir leurs bouches; et ce fut leur tour de boire à la santé du chevalier, dont les pouvoirs étaient finis.

Il faisait cependant bonne contenance, et semblait vouloir faire tête à l'orage; mais à la troisième bouchée, la nature se révolta, et son estomac menaça de le trahir. Il fut donc forcé de rester inactif, et, comme on dit en musique, il compta des pauses.

Que ne ressentit-il pas, au troisième changement, quand il vit arriver par douzaines des beccassines, blanches de graisse, dormant sur des rôties officielles; un faisan, oiseau très rare alors et arrivé des bords de la Seine; un thon frais, et tout ce que la cuisine du temps et le petit-four présentaient de plus élégant en entremets!

11 délibéra, et fut sur le point de rester, de continuer, et de mourir bravement sur le champ de bataille: ce fut le premier cri de l'honneur bien ou mal entendu. Mais bientôt l'égoïsme vint à son secours, et l'amena à des idées plus modérées.

Il réfléchît qu'en pareil cas la prudence n'est pas lâcheté; qu'une mort par indigestion prête toujours au ridicule, et que l'avenir lui gardait sans doute bien des compensations pour ce désappointement; il prit donc son parti, et jetant sa serviette: «Monsieur, dit-il au financier, on n'expose pas ainsi ses amis; il y a perfidie de votre part, et je ne vous verrai de ma vie.» Il dit, et disparut.

Son départ ne fit pas une très grande sensation; il annonçait le succès d'une conspiration qui avait pour but de le mettre en face d'un bon repas dont il ne pourrait pas profiter, et tout le monde était dans le secret.

Cependant le chevalier bouda plus longtemps qu'on n'aurait cru; il fallut quelques prévenances pour l'apaiser; enfin il revint avec les becfigues, et il n'y pensait plus à l'apparition des truffes.



IX. Le Turbot. A Discorde avait tenté un jour de s'introduire dans le sein d'un des ménages les plus unis de la capitale. C'était justement un samedi, jour de sabbat: il s'agissait d'un turbot à cuire; c'était à la campagne, et cette campagne était Villecrêne.

Ce poisson, qu'on disait arraché à une destinée bien plus glorieuse, devait être servi le lendemain à une réunion de bonnes gens dont je faisais partie; il était frais, dodu, brillant à satisfaction; mais ses dimensions excédaient tellement tous les vases dont on pouvait disposer; qu'on ne savait comment le préparer.

«Eh bien, on le partagera en deux, disait le mari.--Oserais-tu bien déshonorer ainsi cette pauvre créature? disait la femme.--Il le faut bien, ma chère; puisqu'il n'y a pas moyen de faire autrement. Allons, qu'on apporte le couperet, et bientôt ce sera chose faite.--Attendons encore, mon ami, on y sera toujours à temps; tu sais bien d'ailleurs que le cousin va venir; c'est un professeur, et il trouvera bien le moyen de nous tirer d'affaire.--Un professeur... nous tirer d'affaire... Bah!...» Et un rapport fidèle assure que celui qui parlait ainsi ne paraissait pas avoir grande confiance au professeur; et cependant ce professeur c'était moi! Schwernoth!


La difficulté allait probablement se terminer à la manière d'Alexandre, lorsque j'arrivai au pas de charge, le nez au vent, et avec l'appétit qu'on a toujours quand on a voyagé, qu'il est sept heures du soir, et que l'odeur d'un bon dîner salue l'odorat et sollicite le goût.

À mon entrée, je tentai vainement de faire les compliments d'usage; on ne me répondit point, parce qu'on ne m'avait pas écouté. Bientôt la question qui absorbait toutes les attentions me fut exposée à peu près en duo; après quoi les deux parties se turent comme de concert; la cousine me regardant avec des yeux qui semblaient dire: J'espère que nous nous en tirerons; le cousin ayant au contraire l'air moqueur et narquois, comme s'il eût été sûr que je ne m'en tirerais pas, tandis que sa main droite était appuyée sur le redoutable couperet, qu'on avait apporté sur sa réquisition.

Ces nuances diverses disparurent pour faire place à l'empreinte d'une vive curiosité, lorsque, d'une voix grave et oraculeuse, je prononçai ces paroles solennelles: «Le turbot restera entier jusqu'à sa présentation officielle.»

Déjà j'étais sûr de ne pas me compromettre, parce que j'aurais proposé de le faire cuire au four; mais ce mode pouvant présenter quelques difficultés, je ne m'expliquai point encore, et me dirigeai en silence vers la cuisine, moi ouvrant la procession, les époux servant d'acolytes, la famille représentant les fidèles, et la cuisinière in fiocchi fermant la marche.

Les deux premières pièces ne me présentèrent rien de favorable à mes vues; mais, arrivé à la buanderie, une chaudière, quoique petite, bien encastrée dans son fourneau, s'offrit à mes yeux; j'en jugeai de suite l'application; et me tournant vers ma suite: «Soyez sans inquiétude, m'écriai-je avec cette foi qui transporte les montagnes, le turbot cuira entier; il cuira à la vapeur, il va cuire à l'instant.»

Effectivement, quoiqu'il fût tout-à-fait temps de dîner, je mis immédiatement tout le monde en oeuvre. Pendant que quelques-uns allumaient le fourneau, je taillai, dans un panier de cinquante bouteilles, une claie de la grandeur précise du poisson géant. Sur cette claie, je fis mettre un lit de bulbes et herbes de haut goût, sur lequel il fut étendu, après avoir été bien lavé, bien séché et convenablement salé. Un second lit du même assaisonnement fut placé sur le dos. On posa la claie, ainsi chargée, sur la chaudière à demi pleine d'eau; on couvrit le tout d'un petit cuvier autour duquel on amassa du sable sec, pour empêcher la vapeur de s'échapper trop facilement. Bientôt la chaudière fut en ébullition; la vapeur ne tarda pas à remplir toute la capacité du cuvier, qu'on enleva au bout d'une demi-heure, et la claie fut retirée de dessus la chaudière avec le turbot cuit à point, bien blanc, et de la plus aimable apparence.

L'opération finie, nous courûmes nous mettre à table avec des appétits aiguisés par le retard, par le travail et par le succès, de sorte que nous employâmes assez de temps pour arriver à ce moment heureux, toujours indiqué par Homère, où l'abondance et la variété des mets avaient chassé la faim.

Le lendemain, à dîner, le turbot fut servi aux honorables consommateurs, et on se récria sur sa bonne mine. Alors le maître de la maison rapporta par lui-même la manière inespérée dont il avait été cuit; et je fus loué non-seulement pour l'à-propos de l'invention, mais encore pour son effet; car, après une dégustation attentive, il fut décidé à l'unanimité que le poisson apprêté de cette manière était incomparablement meilleur que s'il eût été cuit dans une turbotière.

Cette décision n'étonna personne, puisque, n'ayant pas passé dans l'eau bouillante, il n'avait rien perdu de ses principes, et avait au contraire pompé tout l'arôme de l'assaisonnement.

Pendant que mon oreille se saturait à satisfaction des compliments qui m'étaient prodigués, mes yeux en cherchaient encore d'autres plus sincères dans l'autopsie des convives, et j'observai, avec un contentement secret, que le général Labassée était si content qu'il souriait à chaque morceau, que le curé avait le cou tendu et les yeux fixés au plafond en signe d'extase: et que, de deux académiciens aussi spirituels que gourmands qui se trouvaient parmi nous, le premier M. Auger, avait les yeux brillants et la face radieuse comme un auteur qu'on applaudit, tandis que le deuxième, M. Villemain, avait la tête penchée et le menton à l'ouest comme quelqu'un qui écoute avec attention.

Tout ceci est bon à retenir, parce qu'il est peu de maisons de campagne où l'on ne puisse, trouver tout ce qu'il est nécessaire pour constituer l'appareil dont je me servis dans cette occasion, et qu'on peut y avoir recours toutes les fois qu'il est question de faire cuire quelque objet qui survient inopinément et qui dépasse les dimensions ordinaires.

Cependant mes lecteurs auraient été privés de la connaissance de cette grande aventure, si elle ne m'avait pas paru devoir conduire à des résultats d'une utilité plus générale.

Effectivement, ceux qui connaissent la nature et les effets de la vapeur savent qu'elle égale en température le liquide qu'elle abandonne; qu'elle peut même s'élever de quelques degrés par une légère concentration, tant qu'elle ne trouve pas d'issue.

Il suit de là que, toutes choses restant les mêmes, en augmentant seulement la capacité du cuvier qui couvrait le tout dans mon expérience, et en y substituant par exemple un tonneau vide, on pourrait, au moyen de la vapeur, faire cuire promptement et à peu de frais plusieurs boisseaux de pommes de terre, des racines de toute espèce, enfin tout ce qu'on aurait empilé sur la claie et recouvert du tonneau, soit pour les hommes, soit à l'usage des bestiaux; et tout cela serait cuit avec six fois moins de temps et six fois moins de bois qu'il n'en faudrait pour mettre seulement en ébullition une chaudière de la contenance d'un hectolitre.

Je crois que cet appareil si simple peut être de quelque importance partout où il existe une manutention un peu considérable, soit à la ville, soit à la campagne; et voilà pourquoi je l'ai décrit de manière que tout le monde puisse l'entendre et en profiter.

Je crois encore qu'on n'a point assez tourné au profit de nos usages domestiques la puissance de la vapeur; et j'espère bien que, quelque jour, le bulletin de la Société d'encouragement apprendra aux agriculteurs que je m'en suis ultérieurement occupé.

P. S. Un jour que nous étions assemblés en comité de professeurs, rue de la Paix, n° 14, je racontai l'histoire véritable du turbot à la vapeur. Quand j'eus fini, mon voisin de gauche se tourna vers moi: «N'y étais-je donc pas? me dit-il d'un air de reproche. --Et moi donc, n'ai-je donc pas opiné tout aussi bien que, les autres?--Certainement, lui répondis-je, vous étiez là tout près du curé, et, sans reproche, vous en avez bien pris votre part; ne croyez pas que...»

Le réclamant était M. Lorrain, dégustateur fortement papillé, financier aussi aimable que prudent, qui s'est bien calé dans le port pour juger plus sainement des effets de la tempête, et conséquemment digne à plus d'un titre de la nomination en toutes lettres.



X. Divers Magistères restaurants, PAR LE PROFESSEUR. Improvisés pour le cas de la Méditation XXV.

A.

RENEZ six gros oignons, trois racines de carottes, une poignée de persil; hachez le tout et le jetez dans une casserole, où vous le ferez chauffer et roussir au moyen d'un morceau de bon beurre frais.

Quand ce mélange est bien à point, jetez-y six onces de sucre candi, vingt grains d'ambre pilé, avec une croûte de pain grillé et trois bouteilles d'eau, que vous ferez bouillir pendant trois quarts d'heure en y ajoutant de nouvelle eau pour compenser la perte qui se fait par l'ébullition, de manière qu'il y ait toujours trois bouteilles de liquide.

Pendant que ces choses se passent, tuez, plumez et videz un vieux coq, que vous pilerez chair et os, dans un mortier, avec le pilon de fer; hachez également deux livres de chair de boeuf bien choisie.

Cela fait, on mêle ensemble ces deux chairs, auxquelles on ajoute suffisante quantité de sel et de poivre.

On les met dans une casserole, sur un feu bien vif, de manière à se pénétrer de calorique; et on y jette de temps en temps un peu de beurre frais, afin de pouvoir bien sauter ce mélange sans qu'il s'attache.

Quand on voit qu'il a roussi, c'est-à-dire que l'osmazône est rissolée, on passe le bouillon qui est dans la première casserole. On en mouille peu à peu la seconde; et quand tout y est entré, on fait bouillir à grandes vagues pendant trois quarts d'heure, en ayant toujours soin d'ajouter de l'eau chaude pour conserver la même quantité de liquide.

Au bout de ce temps, l'opération est finie, et on a une potion dont l'effet est certain toutes les fois que le malade, quoique épuisé par quelqu'une des causes que nous avons indiquées, a cependant conservé un estomac faisant ses fonctions.

Pour en faire usage, on en donne, le premier jour, une tasse toutes les trois heures, jusqu'à l'heure du sommeil de la nuit; les jours suivants, une forte tasse seulement le matin, et pareille quantité le soir, jusqu'à l'épuisement de trois bouteilles. On tient le malade à un régime diététique léger, mais cependant nourrissant, comme des cuisses de volaille, du poisson, des fruits doux, des confitures; il n'arrive presque jamais qu'on soit obligé de recommencer une nouvelle confection. Vers le quatrième jour il peut reprendre ses occupations ordinaires, et doit s'efforcer d'être plus sage à l'avenir, s'il est possible.

En supprimant l'ambre et le sucre candi, on peut, par cette méthode, improviser un potage de haut goût et digne de figurer à un dîner de connaisseurs.

On peut remplacer le vieux coq par quatre vieilles perdrix, et le boeuf par un morceau de gigot de mouton: la préparation n'en sera ni moins efficace ni moins agréable.

La méthode de hacher la viande et de la roussir avant que de la mouiller peut être généralisée pour tous les cas où l'on est pressé. Elle est fondée sur ce que les viandes traitées ainsi se chargent de beaucoup plus de calorique que quand elles sont dans l'eau: on s'en pourra donc servir toutes les fois qu'on aura besoin d'un bon potage gras, sans être obligé de l'attendre cinq ou six heures, ce qui peut arriver très souvent surtout à la campagne. Bien entendu que ceux qui s'en serviront glorifieront le professeur.

B.

Il est bien que tout le monde sache que si l'ambre, considéré comme parfum, peut être nuisible aux profanes qui ont les nerfs délicats, pris intérieurement il est souverainement tonique et exhilarant; nos aïeux en faisaient grand usage dans leur cuisine, et ne s'en portaient pas plus mal.

J'ai su que le maréchal de Richelieu, de glorieuse mémoire, mâchait habituellement des pastilles ambrées; et pour moi, quand je me trouve dans quelqu'un de ces jours où le poids de l'âge se fait sentir, où l'on pense avec peine et où l'on se sent opprimé par une puissance inconnue, je mêle avec une forte tasse de chocolat gros comme une fève d'ambre pilé avec du sucre, et je m'en suis toujours trouvé à merveille. Au moyen de ce tonique, l'action de la vie devient aisée, la pensée se dégage avec facilité, et je n'éprouve pas l'insomnie qui serait la suite infaillible d'une tasse de café à l'eau, prise avec l'intention de produire le même effet.

C.

Le magistère A est destiné aux tempéraments robustes, aux gens décidés, et à ceux en général qui s'épuisent par action.

J'ai été conduit par l'occasion à en composer un autre beaucoup plus agréable au goût, d'un effet plus doux et que je réserve pour les tempéraments faibles, pour les caractères indécis, pour ceux, en un mot, qui s'épuisent à peu de frais; le voici:

Prenez un jarret de veau pesant au moins deux livres, fendez-le en quatre sur sa longueur, os et chair, faites-le roussir avec quatre oignons coupés en tranches et une poignée de cresson de fontaine, et quand il s'approche d'être cuit, mouillez-le avec trois bouteilles d'eau que vous ferez bouillir pendant deux heures avec la précaution de remplacer ce qui s'évapore, et déjà vous aurez un bon bouillon de veau: poivrez et salez modérément.

Faites piler séparément trois vieux pigeons et vingt-cinq écrevisses bien vivantes: Réunissez le tout pour faire roussir comme j'ai dit au numéro A, et quand vous voyez que la chaleur a pénétré le mélange et qu'il commence à gratiner, mouillez avec le bouillon de veau et poussez le feu pendant une heure; on passe ce bouillon ainsi enrichi, et on peut en prendre matin et soir, ou plutôt le matin seulement, deux heures avant déjeuner. C'est aussi un potage délicieux.

J'ai été conduit à ce dernier magistère par une paire de littérateurs qui, me voyant dans un état assez positif, ont pris confiance en moi, et comme ils disaient, ont eu recours à mes lumières.

Ils en ont fait usage et n'ont pas eu lieu de s'en repentir. Le poète qui était simplement élégiaque, est devenu romantique; la dame, qui n'avait fait qu'un roman assez pâle et à catastrophe malheureuse, en a fait un second beaucoup meilleur, et qui finit par un beau et bon mariage. On voit qu'il y a eu, dans l'un et l'autre cas, exaltation de puissances, et je crois, en conscience, que je puis m'en glorifier un peu.



XI. La Poularde de Bresse. N des premiers jours de janvier de l'année courante 1825, deux jeunes époux, Madame et M. de Versy, avaient assisté à un grand déjeuner d'huîtres scellé et bridé; on sait ce que cela veut dire.

Ces repas sont charmants, soit parce qu'ils sont composés de mets appétissants, soit par la gaîté qui ordinairement y règne; mais ils ont l'inconvénient de déranger toutes les opérations de la journée. C'est ce qui arriva dans cette occasion. L'heure du dîner étant venue, les époux se mirent à table; mais ce ne fut que pour la forme. Madame mangea un peu de potage, monsieur but un verre d'eau rougie; quelques amis survinrent, on fit une partie de whist, la soirée se passa, et le même lit reçut les deux époux.

Vers deux heures du matin, M. de Versy se réveilla; il était mal à son aise, il bâillait; il se retournait tellement que sa femme s'en inquiéta et lui demanda s'il était malade. «Non, ma chère, mais il me semble que j'ai faim, et je songeais à cette poularde de Bresse si blanchette, si joliette, qu'on nous a présentée à dîner, et à laquelle cependant nous avons fait un si mauvais accueil. --S'il faut te dire ma confession, je t'avouerai, mon ami, que j'ai tout autant d'appétit que toi, et puisque tu as songé à la poularde, il faut la faire venir et la manger.--Quelle folie! tout dort dans la maison et on se moquera de nous.--Si tout dort, tout se réveillera, et on ne se moquera pas de nous parce qu'on n'en saura rien. D'ailleurs, qui sait si d'ici à demain l'un de nous ne mourra pas de faim? je ne veux pas en courir la chance. Je vais sonner Justine.»

Aussitôt dit, aussitôt fait, et on éveilla la pauvre soubrette, qui, ayant bien soupe, dormait comme on dort à dix-neuf ans quand l'amour ne tourmente pas 64.

Note 64: (retour) A pierna tendida. (Esp.) Elle arriva tout en désordre, les yeux bouffis, bâillant, et s'assit en étendant les bras.

Mais ce n'était là qu'une tâche facile; il s'agissait d'avoir la cuisinière et ce fut une affaire. Celle-ci était cordon bleu, et partant souverainement rechigneuse; elle gronda, hennit, grogna, rugit et renâcla; cependant elle se leva à la fin, et cette circonférence énorme commença à se mouvoir.

Sur ces entrefaites, madame de Versy avait passé une camisole, son mari s'était arrangé tant bien que mal, Justine avait étendu sur le lit une nappe, et apporté les accessoires indispensables d'un festin improvisé.


Tout étant ainsi préparé, on vit paraître la poularde, qui fut à l'instant dépecée et avalée sans miséricorde.

Après ce premier exploit, les époux se partagèrent une grosse poire de Saint-Germain, et mangèrent un peu de confitures d'oranges.

Dans les entr'actes, ils avaient creusé jusqu'au fond une bouteille de vin de Grave, et répété plusieurs fois, avec variations, qu'ils n'avaient jamais fait un plus agréable repas.

Ce repas finit pourtant; car tout finit dans ce bas monde. Justine ôta le couvert, fit disparaître les pièces de conviction, regagna son lit, et le rideau conjugal tomba sur les convives.

Le lendemain matin, madame de Versy courut chez son amie madame de Franval, et lui raconta tout ce qui s'était passé, et c'est à l'indiscrétion de celle-ci que le public doit la présente confidence.

Elle ne manquait jamais de remarquer qu'en finissant son récit, madame de Versy avait toussé deux fois et rougi très positivement.



XII. Le Faisan. E faisan est une énigme dont le mot n'est révélé qu'aux adeptes; eux seuls peuvent le savourer dans toute sa bonté.

Chaque substance a son apogée d'esculence: quelques-unes y sont déjà parvenues avant leur entier développement, comme les câpres, les asperges, les perdreaux gris, les pigeons à la cuiller, etc.; les autres y parviennent au moment où elles ont toute la perfection d'existence qui leur est destinée, comme les melons, la plupart des fruits, le mouton, le boeuf, le chevreuil, les perdrix rouges; d'autres enfin quand elles commencent à se décomposer, telles que les nèfles, la bécasse et surtout le faisan.

Ce dernier oiseau, quand il est mangé dans les trois jours qui suivent sa mort, n'a rien qui le distingue. Il n'est ni si délicat qu'une poularde, ni si parfumé qu'une caille.

Pris à point, c'est une chair tendre, sublime et de haut goût, car elle tient à la fois de la volaille et de la venaison.

Ce point si désirable est celui où le faisan commence à se décomposer; alors son arôme se développe et se joint à une huile qui, pour s'exalter, avait besoin d'un peu de fermentation, comme l'huile du café, que l'on n'obtient que par la torréfaction.

Ce moment se manifeste aux sens des profanes, par une légère odeur et par le changement de couleur du ventre de l'oiseau; mais les inspirés le devinent par une sorte d'instinct qui agit en plusieurs occasions, et qui fait, par exemple, qu'un rôtisseur habile décide, au premier coup d'oeil, qu'il faut tirer une volaille de la broche ou lui laisser faire encore quelques tours.


Quand le faisan est arrivé là, on le plume et non plus tôt, et on le pique avec soin, en choisissant le lard le plus frais et le plus ferme.

Il n'est point indifférent de ne pas plumer le faisan trop tôt; des expériences très bien faites ont appris que ceux qui sont conservés dans la plume sont bien plus parfumés que ceux qui sont restés longtemps nus, soit que le contact de l'air neutralise quelques portions de l'arôme