Nikos Papatakis  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Nico Papatakis, or Nikos Papatakis, (born 1918) is a Greek film director. He was born in Addis Ababa, Ethiopia. Legend has it that photographer Herbert Tobias nicknamed the then-fashon model (later singer) Christa Päffgen "Nico" after Papatakis, his ex-boyfriend.

He was married at one time with Anouk Aimée and ran the Rose Rouge cabaret in Paris.

He produced films by Jean Genet and John Cassavetes and is best-known for his film inspired by the Papin sisters, Les Abysses.

Contents

Selected films

  • Les Équilibristes (1992) aka Walking a Tightrope (English title)
  • I Photographia (1987) aka La Photo, The Photograph (Australia: festival title)
  • Gloria mundi (1976)
  • Oi Voskoi (1967) aka Les Pâtres du désordre (France), Thanos and Despina (USA), The Shepherds of Calamity (Europe: English title), Oi Voskoi tis symforas (Greece)
  • Les Abysses (1963) (as Nico Papatakis)

French profile

Combat et exil

En Éthiopie, le jeune Papatakis s'oppose au régime de Mussolini et le combat en se ralliant à l'empereur Hailé Sélassié Ier. Mais il est contraint de s'exiler et se réfugie d'abord au Liban puis en Grèce. En 1939, il part pour la France et s'installe à Paris.

Éclosion de La Rose Rouge

Papatakis fréquente l'intelligentsia parisienne de l'époque dont Jean-Paul Sartre, André Breton, Jacques Prévert, Robert Desnos, Jean Vilar. Il se lie d'amitié avec Jean Genet.

En 1947, il créé le cabaret de La Rose Rouge. Il va diriger, jusqu'au milieu des années 1950, cette scène qui va être un formidable tremplin pour de nombreux artistes parmi lesquels Les Frères Jacques et Juliette Gréco. Entre temps, Papatakis a épousé l'actrice Anouk Aimée dont il a eu une fille Manuela en 1951.

En 1950, il produit et finance le film de son ami Jean Genet, Un chant d'amour (avec une photographie signée Jean Cocteau). Mais l'unique œuvre cinématographique du sulfureux écrivain est censurée et ne sortira qu'en 1975.

New York, Nico et Cassavetes

En 1957, pour des raisons politiques, il quitte la France pour les États-Unis et se fixe à New York. Il se lie avec le mannequin allemand Christa Päffgen. Elle lui emprunte son vrai prénom et devient ainsi la légendaire Nico, égérie d'Andy Warhol et du Velvet Underground.

En 1959, Papatakis rencontre le réalisateur John Cassavetes qui a des difficultés financières pour terminer son premier long métrage Shadows. Il lui trouve les fonds nécessaires et devient coproducteur du film.

Cinéma en France

Papatakis revient à Paris au début des années soixante. En 1962, il réalise son premier film, Les Abysses, d'après la pièce théâtrale de Genet, Les Bonnes, inspirée elle-même de l'histoire vraie des sœurs Papin. Le film est présenté au festival de Cannes de la même année. Sa violence et son exaltation forcenées font que certains critiques verront cette œuvre comme un plagiat provocateur et déclencheront un irrépressible scandale malgré le soutien du fidèle cénacle intellectuel (Sartre, Beauvoir, Genet).
En 1967, il tourne son second long métrage dans la clandestinité car Les Pâtres du désordre dénoncent le régime des colonels grecs. Mais le film sort au moment des événements de Mai 1968 et c'est un échec.
Papatakis, alors époux de l'actrice grecque Olga Karlatos, se tourne vers la politique en s'opposant à la dictature des colonels en Grèce.
En 1975, il écrit et réalise Gloria Mundi avec son épouse en vedette. Son film est sélectionné pour l'ouverture du premier Festival du Film de Paris mais, à cause de son évocation de la torture en Algérie, il ne sortira qu'en 2005. Il faudra attendre plus de dix ans avant que Papatakis revienne au cinéma. C'est donc en 1986 qu'il écrit et réalise La Photo qui est sélectionné dans La Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 1987.
En 1991, il écrit et réalise Les Équilibristes présenté à la Mostra de Venise. On y remarque surtout Michel Piccoli qui incarne un saisissant Jean Genet.

La robe noire de La Rose Rouge

En 1950, Juliette Gréco est engagée par Nikos Papatakis mais se pose alors le problème de lui trouver une robe de scène. Nikos l'emmène chez le couturier Pierre Balmain où elle choisit, dans les soldes, une robe noire avec une traîne de satin doré. Juliette découd cette traîne et monte ainsi sur la scène de La Rose Rouge devant un Nikos médusé. Gréco portera longtemps sa célèbre robe comme elle le relate dans ses mémoires (Jujube) : « La robe noire plut au public qui la trouva originale. Elle l'était ! Jujube la portera toute sa vie de chanteuse. C'est le noir de travail de Gréco. Elle la porte comme on porterait un tableau noir, laissant libre cours à l'imagination du spectateur. »

La Rose Rouge sur l'écran blanc

L'impact artistique de La Rose Rouge est attesté par le film éponyme de fiction que lui consacra le réalisateur Marcel Pagliero en 1951 où l'on voit le personnel du cabaret improviser un spectacle à cause d'un empêchement des Frères Jacques. Prétexte à un film musical qui reflète bien son époque (voir catégorie vidéo).

Filmographie

Réalisation

Production

Scénario

Participation

Vidéographie

Bibliographie

Liens externes




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Nikos Papatakis" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools