Marcel Brion  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Marcel Brion (November 21 1895 in Marseille - October 23 1984 in Paris) was an essayist, novelist and art critic. He is a connoisseur of the fantastique. He has made anthologies of fantastic art such as L'art fantastique (1961) and wrote the preface to Quatre siècles de Surréalisme. As a novelist, his approach to the supernatural almost always refers to the romantic tradition and the search for a mystical absolute. His most famous collection of stories is Les Escales de la Haute Nuit [The Shore Leaves Of The Deepest Night] (1942).

Contents

Biography

The son of a lawyer, Brion was classmates in Thiers with Marcel Pagnol and Albert Cohen. After completing his secondary education in Champittet, Switzerland, he studied law at the University of Aix-en-Provence. Counsel to the bar of Marseille between 1920 and 1924, he abandoned his legal career to turn to literature.

Brion wrote nearly a hundred books in his career, ranging from historical biography to examinations of Italian and German art, and turning later in life to novels. His most famous collection of stories is the 1942 Les Escales de la Haute Nuit (The Shore Leaves Of The Deepest Night). An essay of Brion appears in Our Exagmination Round His Factification for Incamination of Work in Progress, the important 1929 critical appreciation of James Joyce's Finnegans Wake.

He was a friend of the philosopher Xavier Tilliette.

In 1964, Brion was elected to the French Academy chair 33, replacing his friend Jean-Louis Vaudoyer. Other distinctions include membership in the Légion d'honneur, the Croix de guerre 1914–1918, a Grand Officer in the French Ordre national du Mérite, and an Officer of the Ordre des Arts et des Lettres.

His son, Patrick Brion, critic and film historian, is the "voice" of Cinema midnight on France 3.

French biography

Marcel Brion est issu d'une famille d'origine provençale et irlandaise, Brion étant une francisation de O'Brion. Cet héritage culturel double pèsera sans aucun doute dans son amour pour les cultures étrangères et son goût pour le voyage. Il ne tardera d'ailleurs pas à laisser ce dernier s'exprimer : avocat au barreau de Marseille entre 1920 et 1924, il abandonne bien vite les plaidoiries pour parcourir le monde. Son œuvre future se nourrira de cette curiosité communicative pour « l'autre ».

La carrière littéraire de Marcel Brion se divise aisément en deux parties : l'activité de critique littéraire, de biographe et d'historien d'art, d'une part ; celle de romancier d'autre part. En ce qui concerne la première - qui lui a valu, davantage que la seconde, son entrée à l'Académie française en 1964 - Brion s'est particulièrement illustré avec une série d'ouvrages sur la Renaissance italienne  : Botticelli (1932), Giotto (1929), Léonard de Vinci (1954), etc. Mais ses racines celtes devaient forcément le pousser vers des contrées et des thèmes plus sombres, comme le romantisme allemand (L'Allemagne romantique, 4 vol. ; Goethe ; Robert Schumann et l'âme romantique) ou, plus généralement, le fantastique (L'art fantastique, 1961). Co-fondateur de la revue Les Cahiers du Sud, collaborateur aux Nouvelles littéraires et au Monde, Brion a en outre permis de faire connaître en France des auteurs tels que Rainer Maria Rilke, James Joyce ou encore Dino Buzzati.

Si l'œuvre du critique et de l'historien de l'art est d'une immense valeur, tant pour sa richesse que pour la sensibilité de son approche, elle ne doit pas faire oublier l'activité - plus discrète - de l'écrivain. Baignée d'un fantastique onirique où se mêlent l'amour de l'errance et une mélancolie envoûtante, l'œuvre de romancier de Brion, inaugurée dès 1929 par Le Caprice espagnol, culmine avec des romans tels que Château d'ombres (1943) ou le recueil de nouvelles Les escales de la haute nuit (1944). Bien que bon nombre de ces ouvrages soient aujourd'hui encore disponibles auprès d'Albin Michel, l'éditeur historique de Brion, l'auteur est fort peu lu.

Marcel Brion est mort en 1984, laissant derrière lui une œuvre composée de plus de 70 ouvrages. Son fils Patrick Brion, critique et historien du cinéma, est la célèbre voix du Cinéma de minuit de France 3.

Œuvre

Essais

À travers son activité d'historien de l'art, Marcel Brion s'est intéressé avant tout aux différents aspects de la civilisation européenne : la musique, avec en particulier son Mozart, la peinture, la sculpture, les icônes. Cette multiplicité des thèmes et des cultures lui vaut d'être aujourd'hui traduit en Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Italie et en Russie, pays dont l'héritage lui a inspiré des articles et des livres qu'il considérait lui-même comme autant de « voyages » dans un sens presque initiatique, de ces voyages dont il écrit, dans son essai sur Novalis : « La durée du voyage ignore toutes les limites que le temps met à l'activité de l'homme. »

Il s'est illustré avec une série d'ouvrages sur l'art de la Renaissance italienne  : Giotto (1928), Botticelli (1932), Michel-Ange (1939) ou Léonard de Vinci (1954).

En tant qu'historien, il aborde dans ses biographies des personnages aussi divers que Frédéric II du Saint-Empire (Frédéric II de Hohenstaufen, 1948), Laurent le Magnifique (1937), Machiavel (1948), Las Casas (1928) ou Rudyard Kipling (1929).

Toutefois, l'autre grand versant de son travail de critique et d'historien concerne l'Allemagne et le romantisme, avec les quatre volumes de son Allemagne romantique, où il analyse notamment l'œuvre de Heinrich von Kleist, Brentano, Hoffmann, Eichendorff, Hölderlin, Schiller et Achim von Arnim ; ses ouvrages sur Goethe ou sur Robert Schumann et l'âme romantique ; de même, sa synthèse sur le fantastique (Art fantastique, 1961). Enfin, à partir des années 1950, Marcel Brion consacre plusieurs textes à la peinture contemporaine : Art abstrait (1956), Braque (1963).

Un recueil posthume, publié en 1994 aux éditions José Corti, Les Labyrinthes du temps : Rencontres et choix d'un Européen, rassemble des articles de Marcel Brion sur Huysmans, James Joyce, Hofmannsthal, Thomas Mann, Robert Walser, Hermann Hesse et d'autres auteurs.

Œuvres de fiction

« La substance du rêve est la conscience d'un manque », écrit Marcel Brion dans le roman Algues (1976). Dans une ambiance incertaine de « passage », de « traversée », où se mêlent l'errance et le doute, la nostalgie et l'envoûtement, l'œuvre de fiction, inaugurée dès 1929 par Le Caprice espagnol, culmine avec des romans comme Château d'ombres (1943), L'Enchanteur (1965), La Fête de la tour des Âmes (1974) ou le recueil de nouvelles Les Escales de la haute nuit (1944). Au milieu d'un univers où les frontières tendent à se dissoudre entre le réel et l'imaginaire, l'auteur laisse surgir, comme malgré lui, des personnages mystérieux, tragiques, tel le « Maréchal de la Peur », qui donnent au lecteur la sensation de pénétrer dans un clair-obscur à la fois fantasmatique et étrangement familier. Ces thèmes du songe, de la magie, du hasard, de l'inconnu, se retrouvent dans chacun des romans ou des nouvelles de Marcel Brion.

Bon nombre de ces textes sont aujourd'hui disponibles, réimprimés chez leurs éditeurs d'origine ou publiés en édition de poche.

Choix bibliographique

Arts et littérature

  • Giotto, Rieder, 1928
  • Turner, Rieder, 1929
  • Botticelli, Crès, 1932
  • Klee, Somogy, 1955
  • Kandinsky, Somogy, 1960
  • L'Allemagne romantique, 4 vol., Albin Michel, 1962, 1963, 1977, 1978
  • Venise, Albin Michel 1962
  • L'Âge d'or de la peinture hollandaise, Elsevier, 1964
  • L'Œil, l'esprit et la main du peintre, Plon, 1966
  • Peinture romantique, Albin Michel, 1967
  • La Grande Aventure de la peinture religieuse, Perrin, 1968
  • Rembrandt, Albin Michel, 1969
  • Titien, Somogy, 1971
  • Goethe, Albin Michel, 1982
  • Robert Schumann et l'âme romantique, Albin Michel, 1986
  • Paul Cézanne, Bordas, 1988
  • Art fantastique, Albin Michel 1989
  • Michel-Ange, Albin Michel, 1995
  • Léonard de Vinci, Albin Michel, 1995
  • Mozart, Perrin, 2006

Biographies

  • Bartolomé de Las Casas, Père des Indiens, Plon, 1928
  • La Vie d'Attila, Gallimard, 1928
  • Rudyard Kipling, Éditions de la Nouvelle Revue critique, 1929
  • Théodoric, roi des Ostrogoths, Payot, 1935 ; 1979
  • Laurent le Magnifique, Albin Michel, 1937
  • Blanche de Castille, Librairie de France, 1939
  • Machiavel, Albin Michel, 1948
  • Frédéric II de Hohenstaufen, Tallandier, 1948
  • Tamerlan, Albin Michel, 1999
  • Charles le Téméraire, grand-duc d'Occident, Tallandier, 2006

Histoire

  • Les Mondes antiques, Arthème Fayard, 1954 ; Tallandier, 1977. 9 volumes : L'Égypte (1 et 2), L'Orient (3), Les Hébreux (4), La Grèce (5 et 6), Rome (7 à 9).

Romans et nouvelles

  • Les Miroirs et les gouffres, Albin Michel, 1968
  • La Ville de sable, Livre de Poche, 1976
  • De l'autre côté de la forêt, Livre de Poche, 1982
  • Les Vaines Montagnes, Albin Michel, 1985
  • Les Escales de la haute nuit, nouvelles, Albin Michel, 1986
  • La Folie Céladon, Livre de Poche, 1989
  • La Rose de cire, Livre de Poche, 1994

Études sur Marcel Brion

  • Nathalie Raoux, « Marcel Brion et Walter Benjamin, le Passeur et le Passant », in Marcel Brion humaniste et « passeur », Actes du colloque international Marcel Brion organisé par la Bibliothèque nationale de France, Albin Michel, 1996
  • Cahiers Marcel Brion, Klincksieck





Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Marcel Brion" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools