Eugène le Poitevin  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

"Eugène Le Poitevin se fit une spécialité de ces diableries, souvent érotiques, où, tout compte fait, il ne faisait que copier Gavarni avec un peu plus d'audace. Ceci est, chez Le Poitevin, furieusement polisson, scatologique, ..."--La Lithographie by Henri Bouchot


"Tout autre est Eugène Le Poitevin, le peintre de marines, qui popularise un genre bien différent mais dont le retentissement ne fut pas moins grand. Procédant en droite ligne du Méphistophélès de Faust et des tendances au bizarre de l'école romantique, les diableries de cet artiste vinrent jeter une note pittoresque et amusante au milieu des estampes sans couleur du consciencieux lithographe. Pendant un temps ce ne furent plus que diables et diableries, diables souvent érotiques, diableries plus ou moins légères. Les Diables, Petits sujets de diables, Bizarreries diaboliques, Encore des Diableries; c'est sous ces titres que se répandaient partout les albums à couverture brune de Le Poitevin qu'imitèrent bientôt de Bayalos avec ses Diablotins et Michel Delaporte avec ses Récréations diabolico-fantasmagoriques. Diables blancs et diables noirs suivis de diables rouges et de diables verts. Le diable se glissait partout, commettant mille incongruités, relevait les robes des femmes, les déshabillait comme par enchantement, les mettait en cage, les tirait par les cheveux, ayant toujours à son service un nombre incalculable de petits diablotins courant à tort et à travers les feuilles. Il y eut une telle invasion des sujets de messire Satan que ce ne fut plus, comme dans la chanson, « Vive la lithographie, » mais « au diable, les polissonnes [1]" (Grand-Carteret, Les Moeurs et la caricature en France, p. 174).

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Eugène le Poitevin (also Le Poittevin, July 31, 1806 - August 6, 1870) was a French painter and lithographer. As a painter, he specialized in marine art, as a lithographer he is best-known today for his diableries érotiques (erotic devilries). He was a contributor to La Revue des Peintres and La Caricature.

Contents

List of prints

French bio

Eugène Le Poittevin fut, à l'école des Beaux-Arts de Paris, un élève de Louis Hersent et de Xavier Leprince, auquel il emprunta son goût pour les scènes anecdotiques. Peintre académique il manque de très peu le Grand Prix de Rome. Très apprécié en son temps, il exposa aux Salons de 1831 jusqu'à sa mort, en 1870.

Son œuvre est doublement inspirée par celle d'Eugène Isabey qui lui fait découvrir Étretat et par la peinture hollandaise qu'il a étudiée lors d'un séjour aux Pays-Bas.

Son goût pour le naturalisme le rattache à la jeune école de 1830, tout en restant fidèle à la manière romantique de ses débuts.

Le Poittevin possédait une villa à Étretat baptisée La Chaufferette où du reste, il accueillit Gustave Courbet en 1869. Ce peintre, typiquement normand a essentiellement peint des marines et des scènes de pêcheurs sur la côte de la Normandie et aux Andelys.

Eugène Le Poittevin (né Poidevin) n'est pas de la famille Le Poittevin parents de Guy de Maupassant.

Works

  • Le Naufrage du vaisseau Le Vengeur
  • Le Flibustier
  • La Grève de Port-en-Bessin, 1832, Musée maritime de l'île de Tatihou.
  • La récolte du varech. 1838.
  • Le lever du filet. Musée des arts et de l'enfance. Fécamp.
  • Etretat 1842. Musée des arts et de l'enfance. Fécamp.
  • Pêcheurs et pêcheuses conversant. 1831. Musée national Magnin. Dijon.

Bibliography

See also




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Eugène le Poitevin" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools