Robert Caze  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

(Redirected from Caze)
Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Robert Caze (1853-1886) was a French writer, poet and naturalist novelist. Born in Toulouse (or in Paris according to Rodolphe Darzens) in 1853, died in Paris in 1886 during a duel against Charles Vignier.

Contents

French biography

Ami des frères Goncourt, de Huysmans, de Verlaine, il aurait pu figurer, si la mort ne l'avait fauché à 33 ans, parmi les meilleurs écrivains de sa génération et être l'égal de Maupassant. Familier du « Grenier » d'Auteuil, il recevait, lui aussi, chaque semaine, artistes impressionnistes (Seurat, Signac, Lucie et Camille Pissarro, Guillemin) et écrivains (Huysmans, Hennique, Lucien Descaves, Jean Ajalbert, Paul Adam, Paul Alexis, Henri de Régnier, Jean Moréas...).

Supposé marquis de Berzieux - et bourgeois d'Epiquerez en Suisse - Robert Caze avait rompu avec les siens, à l'exception de sa mère. Poète, écrivain, journaliste, il collabora à diverses feuilles d'opposition à l'Empire. En 1871, il prit part à la Commune aux côtés de Paschal Grousset qui l'attacha au ministère des Affaires étrangères. Il sauva de la destruction la collection des archives diplomatiques. Réfugié en Suisse en mai 1871, d'abord à Fribourg où il collabore au "Confédéré". Puis, à Delémont, où il travailla au Progrès, organe des libéraux du Jura, épousa la fille de l'imprimeur Emile Boéchat et, à partir de 1875, et durant cinq ans jusqu'en 1880, il enseigna la littérature française et l'histoire à l'école cantonale de Porrentruy où il eut notamment comme élève le polygraphe suisse Virgile Rossel. Il collaborera à "L'Emulation jurassienne" et à "La tribune du peuple".

Profitant de l'amnistie du 11 juillet 1880 en faveur de réfugiés politiques de la Commune, il est de retour en France où il collabora à divers journaux et revues : Le Cri du peuple, Le Template:S- , L'Intransigeant L'Opinion, Le Réveil et Le Voltaire. Parallèlement, il écrivit plusieurs études de mœurs : Le Martyre d'Annil (1884), très remarqué, puis Femme à soldats (1884) ; L'Elève Gendrevin (1884) ; La Semaine d'Ursule (1885) ; Grand-Mère (1886), dédié à Edmond de Goncourt et paru cinq jours avant sa mort ; enfin divers volumes de nouvelles (Paris vivant, 1885 ; Dans l'intimité, 1886). Robert Caze succomba à la suite d'un duel avec Charles Vignier, qui avait publié contre lui un article minable à la suite d'une dispute entre Caze et Félicien Champsaur. A sa mort, sa veuve, Lucie Caze, ruinée, mettra en vente à Drouot tous les livres et correspondances de son mari.

Bibliographie

« Nul doute que les curieux de lettres rechercheront pieusement les rarissimes volumes qui forment son œuvre poétique et les placeront à côté de ceux des meilleurs poètes de sa génération… » Rodolphe Darzens

Œuvres

  • Les Poèmes de la chair, Paris, Librairie André Sagnier, 1873. In-18, 70 p.
  • Hymne à la vie, Delémont, J. Boéchat, 1875. In-16, 71 p.
  • Notes d’histoire et de littérature contemporaines, Delémont, A. Boéchat, 1876.
  • Les deux bustes, Delémont, Impr. Aug. Boéchat, 1876.
  • Questions de presse, Delémont, J. Boéchat, 1877, 15 p.
  • Cahiers d’histoire littéraire, 1635-1715, Delémont, J. Boéchat, 1877.
  • A la gloire de Rousseau, cantate composée à l’occasion de son centenaire par MM. Robert Caze et John Grand-Carteret. Musique de H. Kling. Genève, Impr. Schira-Blanchard, 1878.
  • Ritournelles, poésies. Paris, Librairie Sandoz & Fischbacher, 1879. In-8, 109 p.
  • Poèmes rustiques, Paris, Librairie Sandoz & Fischbacher, 1880. In-16, 175 p.
  • Les filles. Le martyre d’Annil, Bruxelles, Henry Kistemaeckers, 1883. In-16, 288 p.
  • Les filles. Femmes à soldats, Bruxelles, Henry Kistemaeckers, 1884. In-12, 284 p.
  • Les bas de Monseigneur, Paris, Marpon et Flammarion, 1884. In-12, 334 p.
  • Les enfants. L’élève Gendrevin, Paris, Tresse, 1884. In-18, V-336 p.
  • Les femmes. La semaine d’Ursule, Paris, Tresse, 1885. In-16, V-304 p.
  • Paris vivant, Paris, Nouvelle librairie parisienne E. Giraud & Cie, 1885. In-16, 291 p.
  • La foire aux peintres, Paris, Léon Vanier, 1885. In-18, 35 pages. Recueil d’articles parus dans Lutèce, n° 172-175.
  • Les parfums, Paris, 1885. Plaquette de vers in-18 raisin de 36 pages, tirée à 45 exemplaires, non mis dans le commerce.
  • En journée, Paris, 1885. Plaquette in-8 imprimée par Léon Trézénik. 23 pages.
  • Les mots, Paris, 1886. Plaquette de vers tirée à 45 exemplaires. Imprimée par Léon Epinette. In-16, 61 p.
  • Dans l’intimité, nouvelles. Paris, Tresse & Stock, 1886. In-18, 290 p.
  • Les femmes. Grand-mère, Paris, Tresse & Stock, 1886. In-16, V-347 p.

Œuvres publiées sous pseudonyme :

  • Philippe Daryl, Wassili Samarin, Paris, Librairie Hetzel, 1 vol. in-18 (s.d. [1886], dans la série La vie partout...).
Philippe Daryl était un pseudonyme de Paschal Grousset (1844-1909), connu aussi sous le nom d’André Laurie. Il semble en l’occurrence qu’il ait utilisé ici son ami Robert Caze pour écrire ce roman, d’après Charles-Joseph Gigandet dans les "Actes de la société jurassienne d'Emulation" de 1916, p. 59-61: Wassili Samarin, signé Tiburce Moray, paraissant dans Le Temps, vers 1884, si je me rappelle bien. Je me mis par hasard à parcourir ce feuilleton et fus très intrigué en voyant que l'action se passait à Berne et à Porrentruy, et en reconnaissant l'exactitude des descriptions. Quelque temps après, étant allé voir Robert Caze dans son appartement de la rue Rodier, je lui fis part de la chose. Pour toute réponse, il tira du meuble où s'entassaient ses manuscrits et ses plans de romans, un gros cahier rempli de sa claire, régulière, élégante écriture. C'était Wassili Samarin! Pourquoi Philippe Daryl a omis ensuite de faire mention de son collaborateur dans le volume paru chez Hetzel, je l'ignore.

Préfaces de Robert Caze :

  • Jean Ajalbert, Sur le vif. Vers impressionnistes. Lettre-préface de Robert Caze. Paris, Tresse et Stock, 1886. Gr. In-8, 199 p.
  • Jules Vidal, Cœurs fêlés. Préface de Robert Caze. Paris, E. Giraud, 1885. In-18, VIII-320 p. Autre édition de ce roman sous le titre de Briscambille. Paris, Librairie des publications à 5 centimes, 1892. In-32, 160 p. Petite bibliothèque universelle.

Énigme bibliographique :

Livres ou poèmes dédiés à Robert Caze :

  • Jules Vidal, Blanches mains, Paris, Giraud & Cie, 1886. Ouvrage dédié « à la mémoire de mon grand ami Robert Caze ».
  • Jean Ajalbert, Sur le vif. Vers impressionnistes. Lettre-préface de Robert Caze. Paris, Tresse et Stock, 1886. Gr. In-8, 199 p. Ouvrage dédié « à Robert Caze, poète et romancier ».
  • Paul Verlaine, Jadis et naguère, Paris. Léon Vanier, 1885. Le poème « La Pucelle » est dédié à Robert Caze.

Curiosité bibliophilique :

  • André Breton, Les vases communiquants, Paris, Editions des Cahiers Libres, 1932, 1 vol. in-12 de 172 (4) pp., reliure maroquin à la Bradel à encadrement, centre de plats en liège, dos lisse, tête dorée, couv. et dos conservés (reliure M. Blin). Edition originale. Un des 2000 exemplaires sur vélin omnia.
Ce précieux et rare volume fait partie de la collection Arnaud Bédat. Il comporte cet envoi autographe de la main d'André Breton: A Léon Deffoux, à qui je dois de connaître Robert Caze, son reconnaissant et dévoué, André Breton .

Textes publiés dans des recueils ou des revues introuvables

En Suisse, il fonde La Tribune du peuple et il a également signé des textes dans Le Confédéré, Le Progrès et L'Émulation jurassienne. A Paris, il collabore à Lutèce, au Voltaire, à Gil Blas, au Réveil, au Chat noir, au Cri du peuple, à L’Opinion, à La Revue indépendante et à Paris moderne.

Revues et journaux

Robert Caze a été rédacteur au Progrès et à la Tribune du Peuple à Delémont, en Suisse, puis à Paris, au Chat Noir, au Voltaire, à L’Opinion (où il signait du pseudonyme de Lousteau), au Réveil et au Cri du peuple. Ses textes ont aussi été publiés dans Paris moderne, revue de Léon Vanier, et dans Gil Blas.

Bibliographie critique

  • Emile Cohl et Léopold-Guillaume Mostrailles (pseud. de Léo Trézénik), Têtes de pipe, Paris, Léon Vanier, 1885. Tirage unique à 100 ex. numérotés. Portraits photographiques dont un de Robert Caze (par Emile Cohl) avec une brève notice biographique.
  • Rodolphe Darzens, « Robert Caze, 1853-1886 », in Anthologie des poètes français du Template:S-, tome 4, Paris, Editions Alphonse Lemerre, 1888, pp. 43-48.
  • Virgile Rossel, « Un disparu : Robert Caze. Notes et souvenirs », in La Semaine littéraire, Genève, n° 186 et 187, 24 et 31 juillet 1897, pp. 349-352 et pp. 361-363.
  • Charles-Joseph Gigandet, "Robert Caze (1853-1886)", in Actes de la Société jurassienne d'Emulation, Porrentruy, année 1916, pp. 59-61.
  • P.-V. Stock, « Le Mémorandum d’un éditeur : Robert Caze anecdotique », in Mercure de France, n° 877, Paris, Template:1er janvier 1935, pp. 81-92.
  • Charles Beuchat, « Un écrivain naturaliste dans le Jura bernois : Robert Caze », in La Revue transjurane, n° 2 et 3, 20 janvier 1940, pp. 28-30.
  • Georges Rouzet, « Robert Caze et Léon Bloy », in Dans l’ombre de Léon Bloy, Liège, L’Horizon Nouveau, 1941, pp. 80-94.
  • Noël Richard, A l’aube du symbolisme. Hydrophathes, fumistes et décadents, Paris, Librairie Nizet, 1961, 334 p.
  • Jean Reymond, « Robert Caze, journaliste, poète, professeur et romancier (1853-1886) », in Actes de la Société jurassienne d’Emulation, année 1963, pp. 125-154.
  • Jean Reymond, « Robert Caze », in Anthologie jurassienne, tome 1, Porrentruy, Société jurassienne d’Emulation, 1964, pp. 196-209.
  • Jean Reymond, « L’écrivain Robert Caze, professeur à l’Ecole cantonale (1875-1880) », in Bulletin de l’Amicale des anciens élèves de l’Ecole cantonale de Porrentruy, n° 20, 1964, pp. 5-10.
  • Noël Richard, Le mouvement décadent. Dandys, esthètes et quitessents, Paris, Librairie Nizet, 1968, 284 p.
  • B. Bakker, « Un naturaliste oublié : Robert Caze (1853-1886 », in Fiction, form, experience, the french novel from naturalism to the present, Montréal, Editions France-Québec, 1976, pp. 21-43.
  • Virgile Rossel, Robert Caze, notes et souvenirs, Porrentruy, Editions du Pré-Carré, 1983, 48 p. Publication en volume d’un texte paru dans La Semaine littéraire à Genève les 24 et 31 juillet 1897.
  • B. H. Bakker, « Un ami de J.-K. Huysmans : Robert Caze », in Bulletin de la société J.-L. Huysmans, Paris, n° 75 et 77, 1983 et 1985, pp. 25-35, pp. 3-20.
  • René-Pierre Colin, « Robert Caze », in Zola, rénégats et alliés. La république naturaliste, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, pp. 301-304.
  • Emile Van Balberghe, « L’interview de Léon Bloy par Robert Caze », in L’écriture du massacre en littérature entre histoire et mythe, Berne, Peter Lang, 2004, pp. 179-204.




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Robert Caze" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools